L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Korriban est une planète désertique froide. Il s'agit d'un monde sanctuaire pour les Siths car il abrite les tombeaux de nombreux seigneurs Siths légendaires. Les profondeurs de Korriban recèlent d'incroyables et obscurs pouvoirs, et pour cette raison l'Ordre Jedi émit en son temps une interdiction formelle de s'y rendre à l'encontre de ses membres.
Contrôle : Côté Obscur
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#28077
Sale décision que je dois prendre. En plus d'être consécutive aux départs de Misha et la dénommée Ariès dont au moins on peut être sûr qu'elle n'était pas une taupe de Nazara, voilà que je dois décider quoi faire de la jeune Sabina. Pourquoi donc me direz-vous? Mais parce qu'Iris m'a fait part de la bizarrerie dont la gamine a fait preuve dans la cabine face à l'esclavagiste, le blaster qui vole hors de ses mains pour s'écraser par terre. C'est tout sauf normal ça.

D'un côté l'idée de retourner voir ces tarés qui servent Monsieur Hett ne me fait franchement pas envie vu leur propension à vouloir écraser avec des bouts de rochers énormes ceux qui ne leur reviennent pas, d'un autre je me dit, à qui d'autre pourrais-je m'adresser? Je me vois mal aller sur Coruscant ou on prétend que vivent les Jedi et leur présenter une jeune femme alors que je suis un criminel.

Si j'ai l'assurance qu'ils peuvent l'aider à... A quoi d'ailleurs? A maîtriser son truc? A la rendre encore plus dangereuse avec ça? Aucune fichue idée, l'essentiel étant que si elle devient en effet capable d'utiliser ça à volonté voire d'autres pouvoirs "magiques" du même genre, ça pourra être utile autant à elle pour sa survie qu'à nous dans notre boulot alors bon. C'est pas que ça m'enchante mais je vois vraiment pas qui d'autre pourrait lui filer un coup de main donc, direction Korriban Mister NailBrain!

Le voyage prend plusieurs heures, de Nar Shaddaa à ce monde qui, encore une fois, me fout la trouille une fois arrivé en orbite. Y a vraiment un truc qui tourne pas rond avec cette planète mais je suis aussi incapable de dire quoi en ce moment qu'il y a 2 mois. Le vaisseau descend finalement au même coin ou Crossbones nous avait posé la dernière fois, n'allons pas agacer nos généreux hôtes en allant se promener hors-piste, surtout que ça a l'air salement dangereux ailleurs.

J'ai ordonné aux matelots de profiter de leur perm' sur Nar Shaddaa, aussi n'y a-t-il personne d'autre que mon "cercle intime" à bord, autant ne prendre aucun risque de débordement pas vrai? Le vaisseau posé, il est temps d'y aller, juste elle et moi. Je lui ai expliqué un peu au cours du voyage ce qui allait se passer à présent, que c'était pour son bien et tout le tralala. Elle n'a eu aucune réaction particulière, je m'attendais à la voir choquée ou protester mais même pas. Surprenant.

La rampe de la baie d'embarquement s'abaisse et nous voilà tout les deux à fouler -de nouveau pour moi- le sol sableux de ce monde ou on crève de chaud. Ça me débecte, comment des gens peuvent-ils vivre dans un endroit pareil sans y perdre leur santé mentale?


T'éloigne pas petite, reste près de moi, on sait jamais, le coin est dangereux.

Le duo improbable continue sa route parmi ce paysage desséché, l'impression de malaise toujours plus grande. Le capitaine n'a pas l'air dans son assiette tandis que Sabina, elle, se sent étrangement à l'aise. Bien sûr, l'endroit lui fait peur et elle sent bien que quelque chose ne tourne pas rond ici, mais elle a l'impression de sentir comme une présence qui la rassure.

C'est très perturbant, elle se demande bien ce que c'est. Korriban lui donne l'impression d'être plus qu'un monde mort et habité par des gens vêtus de noirs comme lui a expliqué le capitaine. Ils tracent leur chemin prudemment jusqu'au bâtiment visible depuis qu'ils sont arrivés dans l'atmosphère dans la grande vallée et ce qui ressemble à d'immenses statues. La sensation de se sentir appelée est de plus en plus forte au fur et à mesure qu'ils se rapprochent.

Finalement ils arrivent face à l'entrée de la structure. Elle a comme l'impression que quelque chose d'important va se tramer pour elle dans un futur proche ici mais n'a aucune idée de ce que ça peut être. Alors elle fait comme le Corellien et attend, incertaine de ce qu'ils doivent attendre, plantés là devant les imposantes portes closes de l'académie.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#28080
    Le cœur de l’holocron scintillait de sa lueur verte habituelle. Sur Korriban, il paraissait terne, mourant. Sur Dargul, il s’était révélé éclatant à chaque fois qu’elle l’avait étudié. Comme si cette petite chose n’appréciait pas le climat local. Comme beaucoup d’autres invités … Ranath, assise au pied de la fenêtre, ferma finalement les yeux. Le cube était posé sur le sol, baigné de la lumière qui filtrait à travers le carreau poussiéreux. Elle gardait le contact avec lui, paume posée à plat sur la face supérieure. Elle en sentait les pulsations dans la Force, mais elle ne parvenait pas à communiquer avec. À force de concentration, Ranath sentit sous sa paume une légère vibration. Voilà un progrès intéressant qui lui fit reprendre courage. Mais un cri, un genre de rire sordide, dehors coupa net l’exercice. La Mirialan rouvrit brusquement les yeux. Qu’avaient-ils encore ces lourdauds ? Ah, les hommes de main de Krayt n’étaient pas des plus délicats … Ranath ramassa l’holocron et le glissa dans l’une des poches de sa ceinture. Elle se releva et rejoignit rapidement la porte principale. Et pourquoi Krayt ne s’en occupait-il pas lui-même ? Encore à courir on ne savait-où …

    Le hall, Ranath le traversa en quelques enjambées rageuses. La porte était entrouverte et on discernait, à contrejour, les silhouettes de ces imbéciles heureux qui semblaient pointer leurs armes vers une cible encore inconnue pour la Mirialan. Quel animal malchanceux serait victime de leur ennui … ? La jeune femme se glissa entre les deux battants de la porte qui avaient été bloqués en position ouverte. Ils étaient quatre, à menacer deux visiteurs pour le moins intimidés.

      « Fermez-la ! »

    L’imbécile le plus proche se retourna vivement, pointant son arme vers Ranath. Il se ravisa néanmoins en reconnaissant la Mirialan et s’écarta.

    Dernièrement, Krayt avait amené sur Korriban une petite troupe de pirates avec qui il avait vraisemblablement fait affaires. Ces deux-là en étaient peut-être. Leur présence arracha cependant à la Sith une grimace de dédain. Elle s’avança finalement, dépassant les quatre lourdauds qui commençaient à peine à se détendre, et se posta devant les intrus.

    Darth Ranath était vêtue d’une longue robe noire qu’on imaginait conçue pour le combat. Pour se protéger du vent chargé de sable, elle avait relevé ses cheveux en un chignon strict et les avait camouflés sous une coiffe sombre typiquement mirialan descendant jusqu’à ses épaules. Elle avait enfilé une ample et souple veste vert de gris qui tombait jusqu’à ses hanches. Là était attachée une ceinture pourvue de nombreuses poches et de deux sabres laser.

      « Qui êtes-vous ? »

    L’homme était insignifiant. Mais la gamine avait quelque chose, la Force vibrait doucement autour d’elle.

      « Que voulez-vous ? »
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#28083
Ça faisait quelques minutes qu'on attendait devant les grandes portes comme des idiots quand elles s'ouvrirent pesamment pour laisser apparaître 4 gus lourdement armés et qui n'avaient pas l'air bien disposés. Même pas le temps de dire ouf qu'on était sous la menaces de ces mecs et quelque chose me dit qu'ils étaient plus portés sur le meurtre qu'autre chose.

Super, je savais que ça allait pas être une promenade de santé mais je m'attendais pas à ce que ça tourne à la fusillade, c'était pas vraiment le but quant à notre présence ici. Que faire maintenant, une idée mon bon Cain? Non bien sûr, j'avais beau réfléchir à toute vitesse, à moins d'un miracle pour nous sortir de là ça allait pas le faire. C'est alors qu'une voix sèche et cassante ordonna aux bonhommes de se calmer.

Emmitouflée dans une robe sombre, elle semblait le genre à vous éventrer juste parce que vous la regardiez. J'en ai croisé dans ma vie des psychotiques et des esprits malades, mais celle-là semble encore plus dérangée. Attention à cette femme, d'autant que je pus voir distinctement les 2 sabres-laser dont avait déjà parlé DeGroot sur Nar Shaddaa à se ceinture. Nul doute qu'un geste désagréable à ses yeux allait déclencher son ire, ce que je préférerais éviter.


Euh b'jour, je suis le capitaine Cain, un associé de Monsieur Hett et... C'est un peu compliqué à expliquer je sais pas trop par ou commencer. Il s'avère que j'ai récemment fait la connaissance de la jeune femme que voici et nous avons découvert qu'elle avait le même genre de capacités que le dénommé Wyrllock que j'avais croisé la dernière fois ici... Vous sauriez, je ne sais pas, lui apprendre comment s'en servir?

J'avais comme l'impression que mes mots ne lui faisaient ni chaud ni froid, ou en tout cas qu'elle me regardait comme elle aurait regardé un rat-womp, une sensation formidable vous en conviendrez. A côté de moi, Sabina semblait perdue dans ses pensées, penchant la tête de côté comme si elle entendait une voix à son oreille qu'elle était seule à entendre. De mieux en mieux...
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#28121
    Monsieur Hett ! Il y avait de quoi rire. Mais Ranath ne broncha pas. Elle ne regardait pas l’Humain parler, elle observait la gamine à la peau bleue. Quand il eut fini sa laborieuse explication, la Sith pivota sans mot dire et, d’un geste ample, les invita à entrer. La porte se referma derrière le trio et les invités furent accompagnés dans une salle connexe où étaient disposés trois bancs et une table ovale, tassés près d’un mur, pour laisser un maximum d’espace libre. Par les fenêtres entrait une douce lumière orangée, elle réchauffait la pièce et enveloppait ses occupants. Ranath invita les visiteurs à s’asseoir. Le silence s’installa un instant, le regard de la Sith oscilla entre l’Humain et la Pantoran, pour s’arrêter finalement sur cette dernière.

      « Comment vous appelez-vous ? D’où venez-vous ? Quel âge avez-vous ? »

    La Mirialan se montrait désormais plus douce, et dans cet interrogatoire introductif, on pouvait percevoir une note de curiosité sous-jacente.

      « Racontez-moi ce qui s’est passé pour que le Capitaine Cain vous mène ici. »

    Elle voulait entendre sa voix, Cain ne pourrait pas rester l’éternel intermédiaire. Qu’elle parle …

    Ranath, de son esprit, s’approchait de la gamine. Elle effleura sa pensée, piqua ses sens, mais ne s’aventura pas plus loin. C’était là leur premier vrai contact, et Sabina devait se douter que cette présence effacée n’était autre que l’esprit de la Sith.

    Quand l’histoire fut finie, la Mirialan posa la question qui lui brûlait les lèvres.

      « Pourquoi ne pas vous tourner vers les Jedi ? »
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#28122
C'est fou comme on peut se sentir vraiment pas le bienvenue quelque part. Notre interlocutrice nous avait invité à entrer à sa suite sans un mot, nous libérant au moins de la compagnie des gorilles psychotiques sur les bords. L'intérieur semblait un peu poussiéreux et avait visiblement connu des jours meilleurs. Pourtant j'avais comme l'impression que l'endroit n'était pas mort mais simplement "en repos" faute d'un meilleur terme, attendant des jours meilleurs.

Elle nous conduisit à une pièce avec assez d'espace pour s'asseoir tranquillement. Je n'ai pas honte de dire que je n'étais pas trop à l'aise ici mais tant qu'on ne me donnait pas congé, autant rester voir ce qui allait bien pouvoir se passer ma foi. La femme mystérieuse qui ne s'était d'ailleurs pas présentée ne cessait de nous observer en silence, son regard allant de moi à Sabina. Je me demande bien ce qui peut lui passer par la tête, elle ne semble pas dangereuse en apparence là mais pas non plus spécialement pacifique.

La Pantoran sursauta légèrement en réalisant qu'on s'adressait à elle, peu habituée à ce qu'on lui parle directement autrement que pour lui aboyer des ordres. Elle osa lever les yeux pour regarder la Mirialan et fut saisie par la puissance de son regard. Frissonnant, elle trouva le courage de ne pas baisser les yeux avant de parler d'une voix hésitante:


Je m'appelle Sabina, je suis née sur Pantora et j'ai 19 ans. Je... J'ai passé ma vie à servir d'esclave depuis mes 10 ans dans la Bordure Extérieure. Regard gêné vers moi. Le vaisseau de mes parents a été attaqué par des pirates à l'époque et j'ai été "épargnée" pour les servir de toutes les manières qui leur plaisaient. Ça a été comme ça jusqu'à la semaine dernière ou le vaisseau de mon maître a été attaqué par les hommes du capitaine Cain. Il m'a libérée.

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais mon maître a voulu que je l'aide à se débarrasser des pirates à bord et j'ai... Résisté. J'ai simplement pensé très fort que j'aimerais tant que son arme saute de ses mains pour qu'il soit incapable de se défendre et le pistolet lui a échappé et est tombé par terre. Je ne comprend pas ce qu'il s'est passé je vous le jure. Je ne sais pas si c'est mal ce que j'ai fait mais je voulais tellement qu'il paie pour tout ce qu'il m'... Tout ce qu'il avait fait.


Elle sentait quelque chose dans sa tête, elle n'aurait su dire quoi. Une présence peut-être? Une conscience étrangère qui cherchait à créer un contact. Elle ne savait pas comment faire pour répondre. Elle savait que c'était la Mirialan mais même ça elle ne pouvait pas s'expliquer pourquoi elle le savait. Comment faire?

Elle tenta de se concentrer, peut-être la femme pouvait-elle lire ses pensées facilement? Elle songea donc à se représenter une image de Ranath, une femme forte et maître de son destin. C'était l'impression qu'en avait la Pantoran en tout cas... Ne sachant que répondre pour la dernière question, elle tourna la tête vers son sauveur.


Je ne sais pas si vous avez remarqué mais je suis un criminel. Vous imaginez un peu si je me ramenais sur Coruscant à leur Temple et que je me présentais avec une gamine qui fait le même genre de trucs qu'on prétend qu'ils font? Faudrait que je leur raconte la vérité et ils me mettraient aussi sec en taule, très peu pour moi merci. Je dois avouer que jusqu'à ce que je voie le Chagrien en action je ne croyais pas à ces histoires de pouvoirs magiques...

Je sentais bien que j'étais plus un intrus qu'autre chose ici, la femme s'intéressait à Sabina. Pas de problèmes en ce qui me concerne, c'était un peu l'objectif de ma venue ici. Je me levai en m'inclinant respectueusement avant de poser la question:

Si vous n'avez plus besoin de moi ici, je présume que je peux partir en la sachant entre de bonnes mains non?

En vérité, plus vite je pourrais me tirer de cette foutue planète, mieux je me porterais.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#28153
    Mirialan ne réagit pratiquement pas aux explications fournies par les visiteurs. En revanche, elle constata avec plaisir que la gamine était capable d'apprendre, et rapidement. C'était une première estimation, formulée au jugé. Elle pourrait néanmoins se révéler décevante pendant l'entraînement, et dans ce cas, Ranath ne donnait pas cher de sa peau. Il ne fallait cependant pas refuser de nouvelles recrues. Bien qu'il faudrait procéder avec douceur au côté de Sabina. L'esclave pouvait négativement réagir en cas d'ordre trop incisif. Elle mettrait sûrement la patience de la Sith à rude épreuve.

    Le Capitaine exprima finalement le désir de prendre congé et se leva à cette fin. Ranath accompagna son geste et l'escorta jusqu'à la sortie. En passant dans le hall, elle interpella un mercenaire. Sur le pas de la porte, elle fit confirmer à Sabina son souhait d'apprentissage. Elle ne sentait en la jeune femme à la peau bleue aucun vice rédhibitoire. Si bien que la Mirialan salua et remercia finalement le Capitaine. Elle lui donna également son nom, Ranath, et laissa sous entendre qu'il pourrait prendre des nouvelles de Sabina.

    Cain s'en retourna vers son vaisseau. Dans son dos, il put entendre Ranath demander au mercenaire une confirmation d'identité auprès de Bane. L'homme marmonna dans son comlink. Mais Cain n'entendit pas la réponse donnée par l'interlocuteur à distance. Le silence se fit derrière lui. Quand il fut de nouveau au poste de pilotage, la porte s'était refermée et le trio avait disparu.




    De retour à l'intérieur, Ranath expliqua rapidement à Sabina comment fonctionnait le bâtiment et la communauté qui y vivait. Elle lui en fit faire une visite succincte et lui assigna une chambre qui comprenait trois lits, inoccupés pour l'instant. Dans un avenir incertain, elle devrait peut-être partager la pièce avec d'autres apprentis de passage. Pour l'instant, la petite nouvelle était tranquille.

    Pendant la visite, la Mirialan marqua une pause devant une haute baie vitrée. De là, on pouvait distinguer les hautes statues de la vallée. Ne jamais s'y aventurer seule, jamais. Ne jamais sortir sans Ranath, jamais. La Sith se montrait prévenante et détailla ce point avec sa future apprentie : c’était une question de sécurité, pour le moment, elle resterait à l'intérieur, mais plus tard, quand le moment serait venu, Ranath lui montrerait le reste de la planète, fort dangereuse.

    Puis Sabina se vit attribuer des vêtements sommaires et la Mirialan lui proposa un repas d'une simplicité épatante. Pour la fin de la journée, elle pouvait se reposer. Demain, on passerait aux choses sérieuses.




    Le lendemain matin, Ranath attendait Sabina dans l'une des salles d'entraînement visitées la veille. La Sith avait revêtu une tunique et un large pantalon de toile bleu nuit. Ses cheveux étaient attachés en une tresse lâche et tombaient sur son épaule. Quand la gamine arriva, la Mirialan s'inquiéta de savoir si la nuit s'était correctement déroulée. Puis l'entraînement débuta.

      « Savez-vous ce qu'est la Force ? »
Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#28154
Le capitaine prit congé, abandonnant là Sabina avec la femme étrange qui leur faisait face. Sensation étrange pour la jeune femme que de le voir partir. Ils ne se connaissaient pas beaucoup, quoiqu'ils avaient pas mal parlé durant le trajet jusqu'à Korriban, elle lui avait raconté pas mal de choses de sa vie même si elle avait passé sous silence la majorité des détails "croustillants" tant ça la mettait mal à l'aise d'en parler à quiconque.

Elle ressentait un peu de colère envers lui, il lui avait promis qu'elle serait libre et n'aurait plus jamais à obéir à qui que ce soit et voilà qu'il la laissait là, seule, avec pour instructions de jouer de nouveau le rôle de l'esclave servile? C'était une plaisanterie peut-être? Elle ne dit mot pourtant, résolue à faire de son mieux pour s'en sortir. Elle n'aurait qu'à tromper la vigilance de ses geôliers dès que possible et elle trouverait un moyen de quitter cette planète étrange.

Pourtant, la visite de l'académie la fit déchanter assez vite. Outre la présence en nombre non négligeable des hommes armés qui les avaient menacé à leur arrivée, il fut évident que ce monde était peuplé d'innombrables dangers pas tous visibles. Par les fenêtres, Renath pointa du doigt les silhouettes lointaines d'animaux curieusement formés qui se déplaçaient en meutes. Elle n'avait jamais vu de choses pareilles et ressentit un frisson en les regardant se battre entre elles, les perdants finissant dévorés par les vainqueurs.

La visite terminée, elle repartit dans la "chambre" qui lui avait été allouée. Elle y était seule au moins pour le moment mais en voyant les 2 autres couchettes, elle se demanda combien de temps cela durerait. Le plus longtemps possible elle espérait, la compagnie des autres n'était pas quelque chose qu'elle recherchait activement après tout.

Elle songea à cette journée riche en événements. Visiblement on voulait qu'elle reste ici parce qu'elle disposait de talents peu communs, mais quoi donc? Elle n'en avait aucune idée. En tout cas il était clair qu'elle était plus prisonnière qu'invitée et ça ne lui plaisait pas du tout. "Pour son bien" on allait encore l'enfermer quelque part et lui ordonner de faire des choses qu'elle savait être mal? Terminé.

Elle dormit mal cette nuit, faisant des cauchemars qui lui semblaient plus vrais que nature. Une silhouette géante, semblables aux statues de la vallée, le crâne chauve et les yeux entièrement jaunes, se penchait sur elle du haut de ses 10m de haut et pointait le doigt vers elle, parlant dans une langue qu'elle ne comprenait pas. Et puis apparaissait entre ses mains à elle un cristal rouge, bouillonnant d'énergie, et elle levait la tête, reconnaissante, avec un sentiment d'accomplissement.

Le réveil fut difficile mais l'aisance née d'années d'habitude fit qu'elle ne se sentait pas particulièrement fatiguée. Elle enfila les vêtements parfaitement quelconques, quoique propres et relativement neufs, que Renath lui avait donné la veille et descendit rejoindre la Mirialan qui l'attendait dans la salle de méditation. Elle raconta son cauchemar tout en s'asseyant face à la Sith. La question la surprit alors complètement et elle écarquilla les yeux d'étonnement.


La Force? Eh bien j'ai entendu des légendes sur ça et sur les Jedi... Je me souviens que mes parents prétendaient avoir vu de leurs yeux 2 Chevaliers Jedi, ils les appelaient Skywalker et Kenobi mais j'ai toujours cru que c'étaient de simples histoires. Il se prétend que c'est une forme de... Magie? Qui permet de plier les choses qui nous entourent à sa volonté.

Elle fronça les sourcils, croyant comprendre ou voulait en venir Renath. Est-ce qu'elle voulait dire que... Non, impossible, Sabina était sûre et certaine de ne pas disposer de telles aptitudes, sinon pourquoi ne s'en serait-elle pas servie plus tôt pour échapper à cette vie misérable qu'elle avait connue? Pour sauver ses parents? D'une voix proprement ébahie, elle reprit:

Vous pensez que... Je suis capable d'utiliser cette... Force? Mais... Comment? Pourquoi? Qu'ai-je fait pour mériter ça? Légère hésitation. Vous en êtes capable vous aussi?
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#28215
    La Force … De la magie. Des contes pour enfants.

    Ranath se leva finalement et s’approcha de la grande fenêtre. Le vent s’était levé au dehors et balayait la vallée avec une puissance inhabituelle. Le sable et la poussière tournoyaient en de fins tourbillons, contournant les reliefs abrupts du paysage. Le soleil montrait ses premiers rayons, projetant de longues ombres sur l’ocre de Korriban.

    Le regard de la Sith glissa jusqu’au visage céruléen de Sabina.

      « La Force est une énergie. Elle est universelle et omniprésente. Elle structure nos existences et régit la lente rotation de la Galaxie qui repose sur Elle. C’est un réseau invisible qui relie entre eux les composants de notre monde. Elle est le fondement de toute chose, le commencement. »

    Darth Ranath marqua une brève pause pendant laquelle elle scruta les réactions de son interlocutrice.

      « Tout être vivant, quel qu’il soit, ressent la présence de la Force, même s’il n’est pas capable de l’identifier ainsi. La magie, le destin, la chance, le hasard, l’instinct, l’empathie. Autant de manifestations, exceptionnelles ou quotidiennes. Mais rares sont ceux capables d’entrer en contact avec la Force et de la manipuler selon un schéma précis. Ces êtres capables sont communément appelés Sensitifs.

      Le Capitaine Cain vous a menée ici, pensant que vous êtes une sensitive. Capable de manipuler la Force. Il évoqua pour preuve votre petit exploit libérateur. Avant toute chose, j’aimerais pouvoir constater par moi-même votre potentiel.
      »

    Ranath attrapa, dans la poche de sa ceinture, une lampe -torche. Elle la présenta à Sabina. La lampe, posée au creux de la paume émeraude, quitta lentement son support, flottant quelques centimètres au-dessus. Entre la main et l’objet, la Force vibrait sensiblement. La Mirialan tendit le bras en directement de la gamine, la lampe suivit le mouvement.

      « Pouvez-vous l’amener à vous ? »

    Plusieurs mètres les séparaient.

    Pendant que Sabina se concentrait pour ‘attraper’ la lampe, Ranath posait quelques autres questions.

      « Pourquoi chercher à maitriser ce potentiel ? Que voulez-vous ? Contrôle, pouvoir, apaisement ? »

Avatar de l’utilisateur
By Darth Varadesh
#28218
La jeune Pantoran écoutait, aussi étonnée et enthousiaste devant les explications que lui donnait Ranath sur la Force que l'aurait été une enfant qui découvre le jour de son anniversaire une énorme surprise. Ainsi donc cette Force était partout autour d'elle, formant ce qu'ils étaient et ce qu'ils voyaient autour d'eux. C'était absolument incroyable comme idée!

Vous en parlez comme si elle était... Vivante, consciente. Est-ce un être vivant comme une plante ou plutôt une composante matérielle dont nous avons besoin comme l'eau d'une rivière?

La Mirialan avait regardé par la fenêtre et Sabina, même de là ou elle était assise, pouvait voir que semblait s'être levée une tempête venteuse qui faisait rage dans la vallée ou elles étaient présentement. Elle en eut un sursaut d'inquiétude, l'académie était-elle assez résistante pour tenir le coup? L'endroit semblait si... Elle ne savait pas trop mais avait par moment la désagréable impression que Korriban VOULAIT la mort de ceux qui y vivaient. Ridicule n'est-ce pas? Une planète ne pouvait pas être consciente et encore moins vouloir quelque chose...

Qu'est-ce qui fait qu'on est capable d'utiliser la Force? Qu'est-ce qui le détermine? Est-ce une malédiction ou une bénédiction que de pouvoir manipuler quelque chose qui assure la cohésion de toute chose comme vous dites?

La leçon théorique sembla passer brusquement à la pratique lorsque la Sith sortit une petite lampe de poche qu'elle fit léviter sans aucun effort apparent au-dessus de sa main avant de la tendre en direction de Sabina qui eut un mouvement de recul en voyant approcher lentement la lampe avant de stopper net à quelques mètres d'elle, suspendue en l'air par le pouvoir de la Sith.

L'amener à elle? La bonne blague, comment était-elle censée faire au juste? Regarder l'objet et se dire "viens ici mon toutou"? Elle ne savait même pas comment elle avait pu faire ça une fois déjà, c'était pas pour recommencer si facilement! Elle avait beau se concentrer de tout son être sur la lampe et penser aussi fort que possible "viens!", ça ne donnait aucun résultat.

Et les questions de Ranath ne l'aidaient pas! Que voulait-elle? Mais elle n'en savait rien à la fin! On ne lui avait pas demandé son avis, on ne lui avait JAMAIS demandé ce qu'elle voulait, ce dont elle avait besoin, RIEN! La frustration née de ses échecs répétés tandis que les minutes passaient lentement, couplée à la colère qu'elle ressentait, eurent l'effet d'un coup de fouet.


J'ai passé ma vie à être ignorée, battue, humiliée, brisée, souillée, honnie. Je veux qu'on me remarque, je veux qu'on arrête de me prendre pour un jouet qu'on utilise à volonté avant de le ranger dans un coin pour le ressortir à sa guise! Je veux être crainte et respectée, comme l'est le Capitaine Cain! Je veux qu'on me regarde et qu'on se dise "voilà une personne digne d'intérêt et d'attention"!

Un noyau primal de rage et de manque non comblé avait pris naissance en son sein au fil de sa vie et elle en prenait conscience à présent. Elle avait soif de vengeance contre ceux qui lui avaient fait tant de mal, soif de se prouver à elle-même qu'elle était plus que ce qu'on avait fait d'elle. L'aura de la jeune femme flamboya avec intensité très brièvement.

Oh ce n'était rien de plus qu'une faible lueur pour un sensitif digne de ce nom, à peine plus qu'une personne lambda, mais c'était déjà mieux que rien. Elle tendit la main en direction de la lampe, le visage crispé par l'effort, inondé de sueur devant la concentration dont elle devait faire preuve. La lampe sembla hésitante, rechignant à se plier au pouvoir de la Pantoran, puis se plia à l'injonction et fit un mètre dans sa direction.

L'espace d'un instant, Sabina ressentit une sensation de triomphe en voyant qu'elle avait réussi! Et puis d'un coup, la lampe tomba par terre, et la joie laissa place au dépit. Elle en aurait écrasé ce fichu objet sous sa botte! Que manquait-il donc? Qu'avait-elle raté? Elle leva la tête d'un air honteux en direction de la Sith, certaine d'avoir raté lamentablement le test.
Avatar de l’utilisateur
By Ranath
#28219
    La rage, la vengeance étaient de bonnes motivations, garantes d'une détermination certaine. Et dès que Ranath sentit le lien se tendre entre Sabina et la lampe, elle relâcha sa propre emprise. Le petit objet vola vers la novice mais sa lente course fut stoppée nette par un trop plein de confiance en un minable résultat. La lampe toucha le sol avec un bruit sec puis roula encore avant de s'immobiliser entre les deux sensitives. Les yeux de la Pantoran jetaient un regard implorant à la Sith.

      « C'est très bien, Sabina. »

    Les questions jusque-là demeurées sans réponse revinrent au coeur de la conversation.

      « La Force n'est pas vivante, elle est la vie. Elle est l'énergie universelle. »

    C'était un concept effrayant que la gamine pourrait avoir du mal à appréhender. Cependant, Ranath était convaincue qu'elle finirait par comprendre, avec la pratique.

      « Physiquement, la Force est portée et mise en mouvement par des cellules bien spécifiques. Des midichloriens. Comme la Force, ils sont partout, présents en chacun de nous. Ils font partie intégrante de notre corps et de notre esprit.

      Plus un individu possède en lui de ces cellules, plus il est apte à communier avec la Force. Comprenez-vous ?
      »

    Une théorie épineuse et surprenante, à n'en point douter.

    Ranath se détacha finalement de la fenêtre. Elle se planta devant la lampe et la ramassa. Pendant un instant, elle l'examina sous différents angles. Puis elle revint auprès de Sabina. Son regard azur cerclé d'or se posa sur la novice.

      « La vengeance n'est pas un objectif sain. Ce n'est pas une finalité en soi, mais une étape parfois nécessaire à franchir. On se rend bien souvent compte que cette pulsion est vaine et blessante. On se perd en courant après sa vengeance. »

    La Sith parlait en connaissance de cause. Des mois durant elle avait cherché à faire la peau à cette petite insolente Grise. En vain. Helera était la personne la plus à même de la comprendre et de la pardonner. Les deux ennemies avaient bien plus en commun qu'elles ne voulaient bien le croire. Et Ranath l'avait compris très tard.

      « La maîtrise de la Force, quand on y est sensible, peut en revanche s'avérer révélatrice. Un sensitif non initié pourra se sentir incomplet, frustré, oppressé par ce potentiel à l'état de poids mort. En maîtrisant son pouvoir, on se maîtrise soi.

      Par un apprentissage adapté vous parviendrez à contrôler votre potentiel et à donner du sens à tout cela.

      Il faut cependant le vouloir. Et je ne vous poserai cette question qu'une seule fois ... Voulez-vous apprendre et devenir complète ?
      »

    Et Ranath, pour appuyer sa question, tendit la lampe à Sabina. Elle avait le choix.
Reconstruction de Concord Dawn

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

Mandalore [1/2]

Le Docteur Sheep était resté avec Misha suite a[…]

Maître QuinlanVos Ranger Pilote Ranger[…]

Ludmila

- Ludmila - Ils avaient tourné les talons, […]

Varier sa gamme

----- Bureaux de la T.I.M.E. ----- Circo[…]

Ambassadeur Furgan, c’est un plaisir de vous r[…]

Jouer à un jeu dangereux

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

Les Cadets Militariens

Après étude complète Kurt décida sur ses heures […]