L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Orbitant autour de la planète des Hutts, Nal Hutta, Nar Shaddaa est le spatioport du monde Hutt, connu dans toute la galaxie pour ses immenses gratte-ciels, ses mécaniciens spatiaux réputés, mais aussi pour sa fréquentation douteuse, composée de tout ce que le secteur compte de hors-la-loi. Surnommée la Lune des Contrebandiers, Nar Shaddaa est effectivement une plate-forme active pour la contrebande dans les bordures Médiane et Extérieure.
Gouvernement : Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#28993
Assis dans son coin, sans calculer les gens qui l’entourait, Rengo était dans ses pensées, revoyant dans son esprit le cuisant revers subi face à Jorman. Une sourde colère grondait en lui à chaque fois que son esprit fou s’attardait sur ce souvenir-là. Le Chasseur n’avait plus qu’une seule idée en tête, tuer Jorman, il voulait la tête de cette vermine comme trophée de chasse. Une tête fraîchement découpée, ça fait toujours son effet quand on invite quelques amis pour l’apéritif, à condition d’avoir des amis…

Un bruit attira son attention et il releva la tête pour trouver la raison de ce soudain tapage, ce qui alla assez vite d’ailleurs, une bande de guignols à moitié torché avaient commencés à sortir leurs blasters et s’étaient mis dans la tête de se faire la caisse, ce qui n’était pas pour plaire au tenancier de la cantina, qui tenait tête à ces abrutis finis. Le Chasseur remarqua qu’un homme dans le fond regardait avec attention les énergumènes mais n’esquissait pas le moindre geste pour le moment. Peut-être que cet Humain avait peur de se faire trouer le corps, ce ne serait en tout cas pas surprenant.

Rengo s’étira bruyamment et leva son immense carcasse (2m75 pour 210 kilos le gars quand même c’est pas rien), rejoignant en quelques pas les imbéciles heureux. Une tape sur l’épaule du débile le plus proche lui fit ployer les genoux et il manqua de tomber, ce qui attira l’attention des six attardés, deux Duros, un Humain, un Nikto et un Devanorien, sur lui.


[Duro 1] << T’es qui toi ? Laisse nous régler nos affaires ou je te fais la peau le chat ! >>


Il avait à peine fini de dire « le chat » quand une baffe monumentale l’envoya valser dans le décor, les traces de griffes du Togorien nettement visible sur son visage. Les autres levèrent leurs armes et mirent le Chasseur en joue, qui venait seulement de dégainer sa lame courbe, qu’il tenait en arrière afin de mieux taillader ses proies. Et il en avait cinq rien que pour lui, une belle occasion de s’amuser un peu avant de se remettre en chasse.
#28994
ImageNar Shaddaa la puante, vivait ses derniers mois en tant que planète Hutt. Il y avait des Gris de partout sur la planète. Sorcier, Chevalier ou plusieurs groupes d’ombres, les rues étaient infestées par l’armée Grise. Tous les groupuscules faisaient régulièrement étape sur la planète, pour jauger, pour juger. Pour comprendre sa manière de fonctionner, ses cachettes ou ses lieux d’intérêt. Le Général Koress contrôlerait toutes ces troupes, une fois la bataille commencée. Mais pour l’instant, chacun faisaient ce dont il avait été formé. Les maraudeurs n’étaient pas exclus de leur tâche. Arpentant les rues, deux groupes avançaient de manière parallèle. Alfarh, dans la rue, jetait des regards ça et là. Sans but réel, il observait la vie qui défilait. Les mercenaires, prostitués, esclaves et autres pirates qui vivaient ici. En haut, allant de toit en toit, son groupe le suivait du regard. Composés de Gris comme de Nelvaaniens, ils étaient la rage de l’ordre. Pas d’obscurité, pas de meurtre, pas de délit pour la Force. Non, ils étaient la sauvagerie. Les chasseurs, prenant ce dont ils avaient besoin pour vivre. Jamais plus, jamais moins. Ainsi allait la vie du maraudeur. Sa vie pour l’ordre Gris, dans le respect de ses besoins, mais également de ses préceptes les plus fondamentaux. Le guerrier, un des deux chefs du groupe, était appelé « Blur Sikra », traduisible par œil bleu. Né sur Ord Mantel, en proie au chaos, il était devenu pirate. Ce n’est qu’en rejoignant les Gris, et en rencontrant les Nelvaanien qu’il trouva la paix intérieur. Aujourd’hui, il sait où il va, et avec qui.





Au fond de la ruelle crasseuse, alors que la nuit éternelle battait son plein, quelques mercenaires passèrent à côté de lui en le bousculant. Ivres morts, les gars semblèrent s’excuser dans le vide, le regard perdus vers les lumières aveuglantes. Ils titubèrent et filèrent au détour d’une cantina. Une prostituée s’approcha de lui et l’arrêta dans sa course, posant une main sur son torse. Il portait une simple veste de cuir, par-dessus un vêtement ample, presque des haillons de tissus. Son pantalon quant à lui était industriel, presque slim, fabriqué en fibres synthétiques. La couleur était noir, tandis que le marron était majoritaire en haut. La jeune femme lui susurra quelques paroles dans l’oreille, collant son visage contre le sien. Il ne bougea pas, baissa le regard sur son corps. La petite main s’approcha de son entre jambe, mais elle fut stoppé par un geste bref de sa part. Le femme recula d’un pas, surprise. Alfarh regarda dans les environs, cherchant des éventuels voyeurs, ou autres mac. Quand il fut assuré qu’il n’y avait rien ni personne qui se hasardait sur lui, il posa dans la main de la jeune femme quelques barrettes de crédits, volées précédemment aux mercenaires. L’autre la regarda en fronçant les sourcils, et il lui répondit d’un hochement de tête, tout en lâchant sa main. Il continua sa route quand une voix dans son esprit résonna, dans une langue gutturale :

*Tu t’amuses bien, Œil Bleu ? *

*Autant que faire se peut… Cette planète pu la déchéance. Jamais je n’aurai pensé revenir un jour ici …*

Ainsi communiquaient les maraudeurs. Ils étaient silencieux la plupart du temps, parlant d’abord à travers l’esprit, puis par la voix. Chaque son pouvait les trahir, alors ils s’en tenaient au strict minimum. Alfarh continua sa route, jusqu’à que des émotions négatives ne viennent perturber sa tranquillité spirituelle. Au détour d’une allée, dans une cantina tout aussi pittoresque que le tableau global, l’humain sentit, littéralement, une odeur de sueur. Une odeur de peur. Il entra tranquillement pour apercevoir un Togorien, une lame dégainée face à cinq mercenaires à moitié soule, et un cantinaman apeuré. La scène n’était pas difficile à comprendre, mais il était étonnant qu’il y ait de tels justiciers ici. Que cherchait le togorien ? Intrigué, Alfarh s’avança et, alors que les uns récupéraient leur ami, toujours avec l’alien à porter de blaster, il se plaça entre les deux groupes, s’asseyant au bar. Il leva la main face au gérant et commanda un jus de fruit. Il jeta un regard vers le groupe de mercenaire.

« Barrez vous. »

De sa main gauche, il leva lentement le haut de sa tunique, pour leur montrer un sabre laser qui pendant à sa ceinture. De l’autre côté, à droite donc, visible tout le temps, était accrochée une vibro-hache à une main. Ils pouffèrent et murmurèrent quelques mots, tels que Jedi … Et même Gris, pour une fois … Ils détalèrent comme des lapins quelques secondes plus tard. Puis, il tourna la tête vers le Togorien.

« Tu bois quoi ? »
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#29000
Il ne fallait pas grand-chose pour que la situation actuelle dégénère dans la Cantina, le Chasseur était sur ses gardes, prêt à envoyer les cinq crétins dans l’au-delà sans le moindre remords. Mais il n’en aurait jamais l’occasion…

Un homme entra, vêtu d’une simple veste en cuir et de ce qui ressemblait vaguement à des haillons couleur marron ainsi que d’un pantalon industriel type slim de couleur noire. Il s’installa au comptoir et après avoir regardé de ses yeux bleus les trublions, il leur ordonna de dégager, montrant les armes accrochées à sa ceinture, à savoir une vibrohache à une main ainsi qu’un sabre laser, ce qui fit déguerpir les ivrognes, qui ramassèrent leur collègue au visage ensanglanté. Un grondement sourd, semblable à un rire étouffé, accompagna leur sortie. Puis le nouvel arrivant demanda ce que Rengo voulait boire, ce qui surprit quelque peu le Chasseur, peu habitué à se faire payer sa consommation. Il rangea sa lame et se mit face à l'Humain, le regardant du haut de son deux mètres soixante quinze.


[Rengo Do’Sharo] << Nous prendrons un jus de fruit d’Ithor bien frais, l’alcool n’est pas pour nous, ça engourdit les sens et cela nous prive du plaisir que procure une bonne partie de chasse. Mais nous en oublions nos bonnes manières, nous sommes Rengo, Rengo Do’Sharo.

Mais tu es quoi au juste? Nous avons vu ton sabre laser, serais-tu l’un de ces Jedi ? Nous avons entendu le mot « Gris » mais nous ne savons pas ce que ça veut dire. >>


Pour le moment, aucune de ses personnalités ne se manifestait, ce qui était bon signe, c’était déjà assez surprenant de l’entendre parler de lui à la première personne du pluriel alors si les autres se mêlaient à la conversation, ce ne serait plus surprenant, il serait pris pour un fou, ce qu’il était mais il ne fallait pas le lui dire, c’est presque aussi dangereux que de l’appeler le Chat.
#29012
Alfarh était obligé de lever la tête pour regarder le chandrilien dans les yeux. Il le dévisagea de haut en bas, de droite à gauche puis commanda. Le tenancier s’exécuta et on l’entendit préparer les boissons de ses deux sauveurs, avec des bruits de verre qui s’entrechoque, ou d’impact sur le bois du comptoir. Un coude seulement sur le table, la main d’Alfarh sembla en suspension. Rengo termina sa question, tandis que l’autre vint se gratter le bout de sa barbe, tout en le regardant, laisser planer le silence. Puis, il sourit et se redressa, écartant son bras au passage des deux boissons. Il tendit la sienne vers le Togorien et attrapa son verre par le bout de ses doigts. Le coude posé sur le comptoir, il leva la main vers son interlocuteur, dont le verre était toujours pendu. Plus d’une minute de silence était passée.

« Jus de fruit. »

En montrant également sa boisson, avant d’étirer un sourire, tandis qu’il prenait la première gorgée. Peut-être que le togorien avait compris ce que l’humain essayait de lui dire, peut-être pas. Dans tous les cas, il continua.

« Je ne suis pas un Jedi. »

Il prit une seconde gorgée et laissa encore quelques secondes de silence. Alfarh aimait à jauger son interlocuteur. Déjà percevrait-il chez l’immense alien si la patience était une de ses vertus.

« Mais je suis réellement un Gris. Les Gris, sont les gens qui composent l’ordre Gris. Un proto-ordre Jedi, sans le sénat, sans les politiciens, sans toutes les contraintes administratives. Nous faisons ce qui doit être fait. Nous nous sacrifions pour notre prochain. Nous combattons ce que la plèbe appelle : Le mal. »

Il étira un deuxième sourire et laissa la son verre. Sa main vint de nouveau flirter avec sa bare, tandis qu’il inclina la tête de côté, signifiant ouvertement ce qu’il sous-entendait tout à l’heure.

« Je m’appelle Alfarh, chef des maraudeurs Gris. Notre spécialité, la traque, la chasse. Le guet-apens et autres embuscades. « Prends ce dont tu as strictement besoin pour vivre, mais pas à ceux qui en ont plus besoin que toi. » C’est un peu notre adage personnel. Après viennent s’ajouter ceux de l’ordre, mais c’est une autre histoire… »

Il attira vers lui un tabouret haut et s’y assit. Puis, il reprit le verre dans sa main et fit un signe dans sa direction.

« A toi, comment tu t’appelles ? Et pourquoi tu as voulu aider ce gars ? »

Il se retourna et étira un grand sourire envers le tenancier, qui lui rendit également. Son sourire se tarit quand il se retourna vers son interlocuteur.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#29021
L’immense félin remarqua que son interlocuteur était obligé de lever la tête pour le regarder et il chercha un tabouret ou une chaise suffisamment solide pour supporter son poids, ce qui se révéla assez compliqué et il n’eut d’autre choix que de fléchir ses jambes afin de se mettre à la hauteur du barbu aux yeux bleus perçants. Le tenancier servit rapidement les deux verres et le porteur du sabre laser lui passa le sien, un sourire aux lèvres. Il leva son verre comme s’il voulait trinquer avec lui et Rengo, bien que perturbé car peu habitué aux civilités et autres foutaises du même genre, fit de son mieux pour faire de même, son instinct de survie lui conseillait d’être prudent et ses multiples personnalités s’étaient « réveillés » prête à intervenir à tout moment.

Il écouta ensuite ce qu’il lui racontait avec attention, il lui parla des Gris et de l’Ordre Gris, ils semblaient être comme ces Jedi mais avec les contraintes en moins. Il lui expliqua sommairement qu’il combattait ce qu’on appelait communément le mal. Et à ce mot, il inclina légèrement la tête en se triturant la barbe, comme s’il lui témoignait une certaine forme de reconnaissance pour ce qu’il avait fait contre la bande de zouaves qui avaient foutu le grabuge plus tôt dans la soirée. Il s’appelait Alfarh et était le Chef des Maraudeurs Gris, ce qui ne disait strictement rien au félin. Par contre, il éprouva aussitôt du respect pour le Maraudeur quand il mentionna que ceux qui étaient comme lui pratiquaient l’art de la traque et de la chasse et il le regarda différemment. Il lui parla de la devise de ses semblables, ce qui ressemblait un peu au code d’honneur que s’était fixé le Chasseur depuis longtemps. Il inclina la tête devant le Maraudeur Gris en signe de respect suite ce qu’il venait de dire puis Alfarh termina en lui demandant comment il s’appelait et voulait savoir pourquoi il avait pris la défense du tenancier. Et là, ce fut le bordel dans la tête de Rengo, chacun voulut se présenter auprès de l’Humain.


[Dahi’Zhe] << Nous sommes Dahi’Zhe, le Grand Faucheur envoyé par la Mort pour éradiquer les pires pourritures de cette Galaxie. >>

[Kary’Udo] << Nous sommes aussi Kary’Udo, le Fier Traqueur, nous vouons notre vie au plaisir de la chasse. >>

[Oxat] << Nous sommes Oxat le Psychopathe, nous sommes le cerveau de cette bande de dégénérés obsédés par les trophées de chasse. >>

[Metsa] << Nous sommes Metsa… >>


[Rengo Do’Sharo] << FERMEZ-LA !!! NOUS NE POUVONS MÊME PAS DISCUTER TRANQUILLE !!! >>

Suite à l’éclat du Togorien, un silence de mort régna dans la cantina, la plupart des clients se demandait là quel genre de fou furieux se trouvait parmi eux. Il gronda, dévoilant ses crocs, faisant fuir une bonne partie de la clientèle. Puis il répondit enfin à la question d’Alfarh.

[Rengo Do’Sharo] << Nous sommes Rengo Do’Sharo, le Chasseur fou ! Nous avons aidé cet homme pour une seule raison, ces guignols finis à la pisse et bercés trop près du mur sont à solde des Hutts et nous avons en horreur ces immondes limaces baveuses, nous voulons les voir mort, nous voulons ajouter leurs affreuses têtes gluantes à notre collection de trophées. >>

Quelqu’un applaudit au fond de la cantina, un homme dans une armure noire qui disait étrangement quelque chose à l’immense félin. Il ne pouvait voir le visage de l’individu, il se tenait volontairement dans l’ombre. Il sentit à nouveau une force extérieure amélioré ses sens et il ressentait d’étranges perceptions autour de lui et il secoua sa tête, faisant bouger dreadlocks et barbe. Ce fut la voix, CETTE VOIX, qui lui fit comprendre que l’heure de la vengeance était enfin arrivée.

[Anoyan Wain Jorman] << Bravo le Chat, même moi je n’aurai pas mieux parlé des Hutts. Franchement chaton, tu crois que ça va marcher sur moi ton petit numéro du matou fou qui se parle plus à lui-même qu’aux autres ? N’essaie pas de bouger, j’ai ton œil en ligne de tir et ça serait vraiment dommage que tu le perdes aussi celui-là.

Tu vois, je savais que tu me trouverais, enfin disons plutôt que je t’ai laissé faire, ce petit combat sur ta planète m’a amusé et j’attendais le second round avec une certaine impatience. Mais cette fois, tu n’auras pas le temps de me balafrer le visage. >>


Le mercenaire à la solde des Hutt se leva d’un bond et visa rapidement le Togorien, qui malgré sa taille et son poids, avait par moment de surprenant réflexes. Cette force extérieure le fit bondir sur le côté et il se déplaça tel un prédateur traquant sa proie, courant à quatre pattes avant de bondir sans prévenir, dégainant dans la foulée sa lame recourbée. La vitesse d’exécution combinée à la force colossale du félin envoya Jorman au sol, Rengo au-dessus de lui, la lame placé sur sa gorge et il grondait de rage et de fureur, gueule ouverte, prêt à mordre, à déchirer les chairs de celui qui lui avait causé tant de douleurs. Ce n’était plus vraiment Rengo à ce moment préis, c’était un mélange confus des cinq personnalités qui étaient en lui et il n’avait qu’une idée en tête, tuer de mille manières différentes celui qui l’avait provoqué de la sorte.
#29023
Et il commença à lui faire l’énumération de l’ensemble des manières avec lesquels on pouvait l’appeler. Le chasseur fou semblait bien porter son nom, et ses multiples personnalités sonnaient en lui commes tambours de guerre Nelvar. Quand il cria à travers la cantina, Alfarh eut un mouvement de recul et se redressa, avec un air faussement surpris. Tous les regards convergèrent vers eux, et lui tourna la tête vers le reste de la salle. Il étira un sourire avec un léger gloussement d’incrédulité. Le chasseur Togorien sembla ensuite se calmer, et l’humain se détourna du reste de la salle. Ainsi, il était également un anti-hutt en puissance, ce qui arrangeait bien ses affaires. En revanche, après avoir bu une gorgée, et observer le liquide rosé qui se dandinait à l’intérieur, il déclara :

« La mort de ton ennemi ne t’apportera rien de plus que l’orgeuil. Et l’orgeuil, c’est l’ennemi de touts hommes. Il n’y a aucune gloire à tuer, c’est trop facile, c’est rapide, c’est éphémère … Le seul plaisir que nous en tirons, c’est celui de la chasse, de la traque. Une fois que tu tiens ta cible, tu l’immobilises, chose qui est beaucoup plus difficile que simplement planter ta lame dans son corps. »

Il tourna ensuite son regard bleuté vers lui. Alfarh le jugea de haut en bas, observant pelade et cache œil.

« Tu seras d’autant plus rapide et précis si tu es en communion avec les êtres vivants qui t’entourent, plutôt que de chercher à les dépasser… »

L’instant philosophie passé, Alfarh but la dernière gorgée de son verre et le posa sur le comptoir. Il se préparait à se lever quand un autre protagoniste fit son apparition dans la scène. Un homme se leva et provoqua l’immense bête. Un ennemi juré ? Une némésis ? Probablement. Alfarh se tourna et s’accouda au comptoir, sans mot dire. Il décalla légèrement sa tête, pour apercevoir le gérant.

« N’ayez crainte, mais baissez vous … »

Puis, l’autre dégaina une arme laser et tira dans leur direction. Alfarh ne bougea pas, et le trait passa à quelques centimètres de son visage, se fichant dans le mur derrière lui. Le togorien quant à lui en profita pour sauter comme un animal, parcourant dans les airs la distance qui le séparait de sa cible. Il dégaina sa lame et leva son bras, prêt à l’abattre. Sans bouger, Alfarh commenta dans le silence qui s’était installé :

« Rengo, souviens toi de ce que j’ai dis. L’assassinat est éphémère. Ne fais pas le choix que tu préfères, fais celui qui est le plus juste … »

Et il attendit, testant la capacité au togorien à penser par lui-même.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#29038
Le Togorien était prêt à frapper mortellement celui qui lui avait causé tant de douleurs, prêt à le mordre, à le taillader sauvagement à coups de griffes, il voulait réduire cette vermine en charpie et donner les restes de son cadavre aux charognards. Mais Alfarh semblait considérer ce qui se passait comme une occasion de tester le Chasseur, il lui rappela ce qu’il lui avait dit plus tôt pour les Hutts, il ne devait pas tuer, c’était trop facile d’après le Maraudeur Gris alors qu’immobiliser sa cible demandait un peu plus de savoir-faire. Il ne pouvait renoncer à sa vengeance, pas après ce que Jorman lui avait fait et pourtant il avait encore le choix, il pouvait écouter les conseils de l’Humain ou céder aux pulsions meurtrières qui l’animaient. Il regarda alors son rival dans les yeux, constatant qu’il avait peur, cela se discernait facilement sur le visage balafré du mercenaire. Il gronda, dévoilant une dernière fois ses crocs avant de se relever, attrapant au passage Anoyan par la gorge pour le remettre sur ses pieds. Il le dévisagea, perdu dans ses pensées, avant de lui montrer la sortie de sa lame.

[Rengo Do’Sharo] << Pars pendant que nous te le permettons mais n’oublie pas que nous avons toujours un compte à régler. >>


Il se contenta de filer, sans un regard en arrière, et le Togorien se détendit quelque peu, rangeant son arme fétiche dans le fourreau placé sur son flanc droit. Il rejoignit Alfarh et termina son verre d’une traite. Il ne désirait plus parler de ce qui venait de se passer et il changea de sujet.

[Rengo Do’Sharo] << Et maintenant ? >>
#29043
Toujours adossé, l’humain épiait chaque mouvement du togorien, chaque inspiration. Il doutait, et c’était déjà bien. Son corps massif s’élevait et retombait au rythme des battements de son coeur. Le silence planait tandis que tous regardaient l’énorme félin. Puis, ce dernier se releva, sa lame saine. Il libéra son agresseur de son étreinte et le laissa filer, tandis qu’il revint vers lui. Alfarh garda son regard sur les quelques autres consommateurs, fronça légèrement les sourcils, puis revint vers le Togorien.

« Tu as fais le bon choix. »

Il déposa quelques barrettes sur le comptoir et sortit, enjoignant son collègue d’aventure de faire de même. Dehors, il prit une grande inspiration et fit bouger ses épaules. Son regard arpenta la rue de long en large, et décida de se balader sur la droite, ainsi le voulait la Force.

« Il est évident que tu vois les actions à l’avance. Que tu sens les choses arriver. Probablement même que tu arrives à faire des prodiges. Tu es un sensitif, comme nous. Mais je suppose que tu étais déjà au courant. »

Alfarh continua de marcher, l’énorme matou à ses côtes. Il hasard son regard vers les hauteurs, et repéra les ombres de ses camarades qui le suivaient toujours. Ils s’étaient tenus prêts à intervenir dans la cantina, mais au vu des évènements, cela n’avait pas été nécessaire.

« La rage qui boue en toi peut faire de grande choses. Tu pourrais peut-être créer une agence de chasseur de prime, qui sait ? Ou alors tu pourrais te joindre à nous … »

L’humain s’arrêta et regarda l’alien à peu près dans les yeux.

« Si tu veux dédier ta vie dans une cause plus grande, dans une cause vitale, tu pourrais être le bienvenu parmi notre petite bande. Nous pourrions t’entrainer, te former, faire de toi un chasseur expert. Même si je ne remets pas en cause tes talents, bien entendu. Je pense que nous avons beaucoup à nous apporter l’un, l’autre, Rengo. »

Il posa sa main contre son épaule et avant même qu’il ne donne sa réponse, continua de marcher. Ils arrivèrent alors dans une sorte d’immense hangar. Il y avait des gars réfugiés, des esclaves, des pauvres … Toutes ces personnes rejetées de la société. L’odeur âpre du vomi et des déjections humaines flottait dans l’air. Quelques foyers avaient été allumés, et certains groupes s’étaient rassemblés autour. On entendait des longues plaintes musicales, venant de certaines personnes avec des instruments étranges dans les mains.

« Voilà contre quoi on lutte. Contre la misère des êtres vivants. Pour y remédier, chacun à sa solution. Nous … on chasse ! »
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#29057
Il venait de laisser filer celui qu’il voulait voir mort, un élan de compassion ou un début de sagesse, il ne saurait le dire mais toute la frustration ressentie plus tôt s’en allait et il retrouvait graduellement une certaine maîtrise de ses émotions, bien que cela soit assez complexe au vu des multiples personnalités du félin. Peut-être que la présence d’Alfarh y était aussi pour quelque chose, le Maraudeur dégageait quelque chose d’apaisant qu’il n’arrivait pas à expliquer.

Il le suivit dans la rue, quelque peu gêné que ce soit lui qui est payé le tenancier mais il n’en laissa rien paraître, se contentant de marcher à ses côtés tout en écoutant ce qu’il avait à lui dire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il semblait avoir le même « don » que Rengo, il parla sans détour du fait que le Togorien était capable d’anticiper des actions à l’avance voir même d’accomplir des prodiges et il termina en le qualifiant de sensitif, ce qui ne lui disait strictement rien.


[Rengo Do’Sharo] << Nous avions remarqué qu’en de rares occasions, nous avions de meilleurs réflexes ainsi qu’une capacité à anticiper les actions de notre cible. Mais nous ne savons pas ce qu’est un sensitif, pourrais-tu nous éclairer davantage Alfarh ? >>

Il mentionna ensuite la rage qu’il avait en lui, il ne cherchait nullement à la cacher, et lui suggéra de créer son groupe de chasseur de primes… Et il lui proposa le plus sérieusement du monde qu’il se joigne à eux, les Maraudeurs Gris, ces experts de la chasse et de la traque, ces Gris qui vouaient leur vie à combattre le mal dans l’ombre, sans rien attendre en retour que la réussite de la mission qu’ils s’étaient fixés. Ils s’arrêtèrent quelques instants tous les deux et Alfarh alla même jusqu’à dire que s’il acceptait, il serait formé, entraîné et deviendrait comme eux un chasseur expérimenté. La proposition était des plus intéressante mais son interlocuteur reprit la route, laissant le Togorien à ses réflexions tandis qu’ils marchaient vers un hangar rempli de réfugiés.

Ce qui frappa d’abord le félin, c’était l’odeur de vomissure et d’excréments qui flottaient dans l’air puis il vit la misère que vivaient ces gens, rassemblés là comme s’ils étaient des rebuts de la société et une sourde colère enfla dans la poitrine du Chasseur, qui ne pouvait rester indifférent devant tant d’injustice. Il se tourna vers Alfarh et exprima de son mieux ce qu’il ressentait en cet instant précis.


[Rengo Do’Sharo] << Nous chasserons avec les tiens Alfarh, nous mettons nos talents au service des plus démunis et nous ferons de notre mieux pour qu’ils puissent avoir une vie meilleure dans cette Galaxie. Nous ne savons rien des sensitifs mais nous te faisons confiance pour nous enseigner ce que nous avons besoin de savoir.

Qui sont les responsables de la misère de ces pauvres gens ? Est-ce les Hutt ? >>
#29228
« Un sensitif, c’est une personne qui entretient une relation particulière avec les midi-chloriens. Ce sont eux-mêmes des organismes qui parlent à travers toutes les créatures vivantes. Ils permettent à la vie d’exister, en un sens. Le sensitif quant à lui perçoit les midichloriens, il les comprend, les écoute. Cela lui permet de pouvoir agir sur eux, à travers ce que l’on appelle la Force. La Force, c’est que ce qui relie tout cela, l’univers, en un tout cohérent. »

Alfarh continua de marcher à travers les rangs des démunis, la tête haute, mais le cœur blessé. C’était le moteur qui les faisait tous continuer. La misère du monde résumé en une seule et simple vision. La chaire pouvait être brisée, mais la vie ne devait pas être bafouée. C’était totalement immoral de monnayer ce genre de ressource éternelle. Alors que Rengo se retourna pour lui exprimer son opinion sur le sujet, des silhouettes se détachèrent des quatre coins du hangar. Ils s’approchèrent des deux protagonistes, lentement, mais assurément. Des tenus principalement de cuir, à la manière de baroudeurs. Certains avaient des capuches sur le visage, d’autres laissait leur tête à nue. Les coupes pour les humanoïdes ressemblaient à celle d’Alfarh. Certains encore portaient de long manteau. Rengo pu les voir, les sabres laser saillant à leur ceinture, mais également et surtout les armes blanches. Certains n’en avait qu’un des deux, d’autres les deux. Certains encore n’avaient pas de sabre. Pour les plus grandes des silhouettes, elles mesuraient près de deux mètres cinquante. Un museau avancé, bardé d’une série de dent pointue. Un regard perçant et le poil saillant. Alfarh n’avait cessé de regarder Rengo durant toute la manœuvre.

« Rengo, je te présente les maraudeurs. Et le deuxième chef, Raxxor. »

Un des Nelvaaniens se détacha. Il avait le poil gris, avec des rayures blanches par moment. Il lui parla d’une voix rauque, dans une langue qui n’était pas celle de Rengo, mais adapta néanmoins.

« Rengo, darchaz rekam. Bienvenu à toi. Nous sommes … Maraudeurs, Nelvar Krohn. Si toi le vouloir. Nous apprendre à toi. Epreuves difficiles, voie du chasseur très karzar. »

Alfahr prit la relève.

« Ne restons pas ici… Les responsables de ces personnes sont le capitalisme à outrance, l’appât du gain et la perversion. Sur cette planète, ce pouvoir est représenté par les Hutts. Mais il y a bien des mondes où nous devons agir encore… Réfléchis bien avant de prendre ta décision, Rengo. Il n’y aura pas de retour en arrière. Tu entreras dans ta nouvelle vie tout de suite. »

Espace Mandalorien Population : 41 M[…]

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Skylar (Terminée)

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Rimio Straylor

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Aslan Mulchy

Bien, Déjà, il semble qu'à la fin de l'histoire i[…]

Scénario CSU

Merci de prendre connaissance du sujet ici présen[…]

Scénario Républicain

Merci de prendre connaissance du sujet ici présen[…]

Scénario Impérial

Bien, Avant tout, nous tenions à t'assurer de not[…]