L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Planète glacée, dénuée de vie et oubliée de tous. Autrefois magnifique planète fertile, abritant une espèce alien non-identifiée ayant bâti des cités immenses à sa surface, c'est aujourd'hui une planète plongée dans une ère glaciaire. Recouverte de ruines, la planète regorge de secrets enfouis à jamais sous la neige.
Contrôle : Empire
Avatar de l’utilisateur
By John Emsar
#24330


Se faire rétamer en combat était quelque chose de généralement humiliant, surtout avec un pedigree comme celui d'Emsar... mais à mesure que l'autre déblatérait, il fallait s'imposer l'idée qu'il était un sensitif, et de fait, Emsar ne pensait pas démériter dans la chose. On pensait toujours que l'humiliation serait la même... au contraire, leur statut natal rendait leurs challengers non-sensitifs d'autant plus méritants. Là où eux devaient leurs capacités à un coup de chance surnaturel, lui ne le devait qu'à son entraînement.

La première erreur du bonhomme fut de le laisser hors de son emprise. Faisant mine de ne plus bouger, il attendit la fin de sa claque et qu'il parle vers Arden pour user d'une arme cachée dans ses doigts...

De son auriculaire et son annulaire sortirent deux petits batônnets rectilignes, ne dépassant pas plus d'une hauteur de phalange du bout de ses doigts, un fin arc électrique dansant sur son extrémité. Et plaça sa main droite sur le tibia du bonhomme. Les vêtements n'auraient pas de quoi retenir une bourre de quelques 1500 Watts dont 5 Ampères d'intensité... De quoi tuer un Ronto sauvage en pleine course. Mais pour avoir connu quelques sensitifs bien déter', Emsar se douta que manipuler des courants de pure énergie devait donner un genre d'état de catalyseur aux sensitifs.

Soit il allait le tuer, soit le renforcer, soit juste le secouer.

« Vador... m'a dit... un jour... qu'on ne termine pas un combat...

Sans s'assurer que l'adversaire... est bien mort !
»

C'était connu.

Emsar se releva d'un mouvement du bassin puissant et réatterrit sur ses pattes, avant de prendre l'entrejambe de son adversaire de dos dans un crochet du bras... mais alors qu'il pensait le soulever au-dessus de sa tête et le faire passer par ce trou dans le mur du hall... il s'écroula simplement sur le dos, Nico sur lui. Le poids de l'armure lui coupa le souffle et il resta là le temps qu'il fallut.

« J'en ai plein les couilles de cette planète... j'abandonne... »

Il tapa le sol trois fois de sa paume et promit d'être sage s'il pouvait juste manger avant de communiquer.

« J'ai faim et j'ai soif... j'ai rien mangé depuis 5 jours et bu que de l'eau fondue depuis... je viens juste de dégotter quelques bêtes des glaces mais j'ai rien croqué encore... Faut pas faire gaffe, je suis pas moi quand j'ai faim.

Moi c'est John Emsar. Mais vous pouvez m'appeler John ou Emsar. Mais pas John Emsar, c'est complètement con. J'ai eu plein de pseudos aussi. Rahj Emson, Josh Renam, Docteur Mahr Jones, Joe Sharmn ou James Rohn... que des anagrammes. Et personnes n'a jamais rien vu !

Je suis un cyborg dans la vie... bras, jambes... j'ai fais bricoler mes mains pour y cacher des trucs. C'est démentiel ! 1500 Watts par batonnet dans deux doigts de chaque main, une scie circulaire au diamant sur le majeur et des pointes en fer style aiguillette de tueur aux pouces et sur les index.

Oh, et mon oeil ! Zoom optique x10, perception infrarouges et ultraviolets, et tout et tout. Je suis un genre de scan d'ondes courtes... si je me concentre je pense même pouvoir activer un mode pour mesurer les dégagements de chaleur corporelle des êtres vivants ou pister un c#?%!d qui tente de s'enfuir.

Oh, j'ai bossé sous l'Empire. Assassin et espion. J'ai tué 3967 personnes, et je me souviens des noms, prénoms, âges et dernière adresse de chacune, sauf les grouillots qui sont morts de façon collatérale.

Et aussi, j'ai été Moff. Sur Bandomeer... des archives confirmeront. Mais elles diront aussi que je suis mort. Le BSI, quelle connerie !

Ah, et ais-je dis aussi que j'avais la grosse dalle ?
»
Avatar de l’utilisateur
By Nico Aries
#24427
Que devait-il faire ? Le jeune homme s’est précipitamment relevé et l’attaquait à nouveau. Ce qui est rapide pour la majorité des humains est un ralenti pour les sensitifs. Lui trancher les bras était sans doute le plus simple et le plus sûr mais quelque chose le retint dans son élan. Cette décision aurait des conséquences irréversibles dans la vie de son opposant qui n’avait rien de facile et il pouvait réagir avec une force proportionnée à ce genre d’attaque. Pourtant quelque chose le troublait et c’est le nom de Vader qui réveilla son instinct de survie alors qu’il avait sous-estimé son adversaire à cause de sa première attaque et de son apparence. Ce n’était pas de la chair qu’il avait hésité à trancher.

Il était trop tard pour revenir en arrière, il ne restait plus qu’une chose à faire. Nico bougea à peine la main pour raccrocher son sabre à sa ceinture et se prépara à encaisser le coup. La décharge électrique était puissante et traversa pour atteindre son corps. Il devait la canaliser et lui faire traverser le chemin habituel quand il utilisait ses éclairs. La tension était plutôt faible mais c’était l’intensité qui était difficile à gérer. Le Luxien finit par expulser toute cette énergie sous forme d’éclairs verts après avoir changé la nature du courant. Puis il s’écroula comme une masse sur John, des spasmes musculaires parcourant douloureusement son corps. Il lui faudrait quelques instants avant de pouvoir reprendre une respiration régulière et se relever. Tant pis pour le cyborg qui devrait supporter son poids en armure pendant ce temps.

- Si Vader était un si bon mentor ça se saurait. Ce n’est pas ma femme qui m’aurait retiré mes gosses parce que j’avais une mauvaise influence. Y a qu’à voir ton comportement, tu n’auras pas un meilleur destin si tu ne te reprends pas en main.

La femme aux côtés de Iala était bien plus calme que son compère d’aventure. La prise en traître de John avait au moins eu le mérite d’aiguiser son esprit bien que malmené son corps. Un homme « normal » serait déjà mort et l’assassin profiterait de l’odeur de steak grillé mais lui avait sur préserver ses organes internes et pris le temps d’observer ce qui l’entourait pour éviter de libérer le surplus d’énergie en dégâts collatéraux. La femme n’avait pas paniqué et ses réflexes avaient parlé d’eux-mêmes. Se moquait-elle de lui d’une autre façon que le jeune bourrin ?

- Une posture défensive du Teräs Käsi et Arden Lyn ? Soit vous êtes à court de pseudonyme, soit vos parents avaient un sacré sens de l’humour, soit je croise un fantôme qui bat celui du scientifique fou d’un autre temps… Je vais partir du principe que vous me prenez pour une buse ou que vous êtes ce que vous dites. Dans les deux cas je ne peux pas vous considérer comme une menace pour l’instant.

Le petit gars remuait sous ses fesses et comme Nico sentait la douleur s’estomper, il consentit à le libérer sans toutefois oublier de le prévenir qu’il n’aurait pas de deuxième chance à la prochaine attaque. Les Luxiens écoutèrent ce qu’il avait à dire, concrètement il leur récitait son CV, visiblement fier de son passé. On disait que les gens avaient tendance à la volubilité avec l’âge, Nico était bien content d’avoir été un taiseux pendant très longtemps. L'utilisation passive de son empathie lui laissait entendre qu'aucun des deux ne mentait alors il n'en demanda pas plus.

- Un ancien moff assassin hein ? Si la fonction faisait la compétence, la Galaxie serait bien mieux gérée qu’elle ne l’est… Un fossile cherchant des antiquités et une pile sur ressort, j’ai vu des couples plus mal assortis. On va essayer de faire quelque chose de vous, ce serait dommage de ne pas vous laisser l’opportunité de reprendre votre envol. En route.

D’après ses dernières informations, les chasseurs de prime avaient repéré le vaisseau crashé et se dirigeaient vers lui depuis l’orbite. Ça leur laisserait le temps de faire un crochet vers leur vaisseau-mère pour améliorer la condition de leurs invités inattendus.

- J’aimerais bien participer à votre petite chasse au trésor Mme Lyn. Par contre on va devoir s’enquérir de qui a la cible dans le dos avant de pouvoir s’amuser un peu. Je n’aime pas être dérangé pendant mes loisirs. En attendant profitez-en pour vous remettre de vos émotions.

Mais rajoutant pour leur nouveau compagnon agressif.

- On ne tue que si c’est nécessaire Emsar, pas de massacre inutile.

Son dernier rapport avant de monter dans le vaisseau fut bref.

- Le cargo enregistré par des chasseurs de prime du secteur Hutt devrait atterrir sur la zone de crash dans une heure. Vu sa taille, il ne devrait pas y avoir plus d’une douzaine d’hommes à bord. Ça devrait être une formalité mais je tiens à ce qu’on gère le problème proprement. Avec un peu de chance personne ne perdra si nous ne sommes pas leur cible. Dans le pire des cas vous aurez le droit à un taxi pour repartir de votre côté si ça vous chante.

Nico avait fait préparer un repas complet, des douches et vêtements de rechange et un passage à l’armurerie avant de repartir si le besoin se faisait sentir. Il n’y avait pas le temps de dormir toutefois, cela serait pour plus tard quand les conditions seraient plus propices.
Avatar de l’utilisateur
By Iala Iédastré
#24447
Comme Nico, Iala ne perçoit pas de mensonge dans les propos de leurs nouveaux compagnons. Mais elle reste silencieuse, se contentant d’observer.

Le dénommé John et son CV de tueur ne lui inspire aucune sympathie et ses divers pseudonymes n’éveillent rien dans son esprit.
Parler de soi en nombre de victimes faites, lui semble terriblement stupide, seule la réussite d’objectifs liés - qui auraient nécessité ces massacres - auraient eu un intérêt à ses yeux et pu engendrer la fierté de leur auteur. La gratuité apparente de ses actions la révulse.

Elle s’étonne encore d’avoir apprécié Adrix, apparemment bien plus déshumanisé que ce John… peut-être la résonance d’une âme profondément troublée, à la recherche de quelque chose d’indéfinissable… peut-être… Ce qui ne semble pas être le cas du jeune excité, content de ce qu’il est, en dépit de sa fragilité organique. Et puis, pourquoi transformer ses bras en armes ? Il doit falloir de la démence ou une haine démesurée pour s’y résoudre.

La jeune femme hausse légèrement les épaules, se disant qu’elle n’a pas à le juger, juste à le subir le temps de s’en débarrasser, là où il le voudra. Se désintéressant de John, mais le gardant dans son champ de vision, elle se tourne vers la jeune femme.

Le nom d’Arden ne lui dit rien. En revanche son attitude réservée et prudente indique quelqu’un d’intelligent… ou simplement de réservé et de prudent ! Iala sourit légèrement à la faiblesse de ses propres spéculations.

Elle se concentre sur son aura de Force… une aura qu’elle sent mal contrôlée. La luxienne ne cherche pas à étudier davantage sa compagne du moment, cela lui semble inconvenant et blessant à son égard.

Le plan de Nico est raisonnable même si son attitude péremptoire a un petit côté pontifiant. Elle décide de le suivre sans discuter.


Le groupe se dirige vers la navette et s’y engouffre alors que l’air glacé les a saisis à la sortie de l’antique complexe.

Iala, malgré ses préjugés, tend deux rations de survie et une bouteille d’eau à John. Elle propose la même chose à Arden.

Alors que la navette n’est encore qu’à une vingtaine de mètres d’altitude, elle croit distinguer d’imposantes silhouettes claires qui se dressent vers eux… mais la distance et la neige qui persiste à tomber serrée ne permettent guère d’identifier celles-ci. Le temps qu’elle consulte les capteurs de la navette, il est trop tard pour obtenir des informations sur les créatures.


La navette se dirige vers le vaisseau luxien.
Avatar de l’utilisateur
By Arden Lyn
#24583
Le duel s'acheva sur une note bien singulière et assez inattendue. La dame ne s'était pas doutée une seconde que le forcené était équipé d'un tel dispositif. Une décharge bien sentie et délivrée brusquement à son opposant puis une prise incontrôlée acheva le combat.

John changea par la suite de comportement, probablement abattu après un affrontement si atypique, déliant ainsi sa langue pour décliner en détails son identité. Il avait lui aussi travaillé pour l'Empire, dans une branche peu lointaine de celle de Lyn à l'époque, ainsi qu'en tant que Moff. Un chiffre si précis de ses victimes sous son ancienne fonction était pour le moins troublant, Arden n'arrivait pas à se souvenir si finement en tout cas de ses propres méfaits. Se pouvait-il que sa transe prolongée ait affecté ses facultés mémorielles ?

Le sensitif réagit à l'énonciation du nom de la dame, la réplique qui suivit démontrait clairement qu'il savait. Elle pouvait comprendre le scepticisme de son vis-à-vis quant à la véracité des propos de l'ancienne Main. Le fait qu'il soit au courant de son Histoire dénotait des connaissances poussées sur une période ancestrale et révolue. Les données qu'Arden avait rassemblées jusqu'ici ne faisaient mention de ce pan-là, elle en conclut donc que les personnes renseignées sur la question se faisaient discrètes, ou étaient tout bonnement hors de portée de la dame. Mais la réelle question qui la taraudait était de savoir qui avait bien pu narrer ce récit qui lui manquait encore. Le point de vue d'un écrit pouvait véhiculer une toute autre facette de l'époque qu'elle vécut elle-même. Et comme les Jedi avaient été vainqueurs... Elle s'attendait à avoir été diabolisée. Peut-être pas autant qu'elle l'imaginait en tout cas, puisque ce Nico ne la considérait pas comme une menace.

Tout le monde semblait d'accord pour se diriger vers le vaisseau du trio. Durant le trajet jusqu'à l'appareil, Lyn éclaircit légèrement sa situation.


Un fantôme... Oui, j'aurais peut-être préféré cette condition-là. Mais mon instinct de survie se révéla plus fort que prévu à cette époque.

Aux abords de la navette, le sensitif précisa son plan, en désirant tout d'abord écarter les éventuels nuisibles de sa route. Cet aria ne semblait pas le contrarier, comme si il était question de simple routine. Ces personnes semblaient très organisées, mais leur approche ne ressemblait pas à celle des Jedi. Sur qui était-elle tombée ?

Une fois à bord de l'appareil, Iala revint à nouveau vers Lyn pour lui proposer de quoi se restaurer, vivres qu'elle accepta volontiers avant de la remercier d'un bref hochement de tête. La navette vrombit alors et entama son itinéraire.

Postée à l'entrée du poste de pilotage, la dernière bouchée de sa ration engloutie, Arden voulut connaître davantage ses bienfaiteurs, s'adressant à eux d'un ton dénué de méfiance.


Pardonnez ma curiosité, mais d'où venez-vous ? Vous semblez si... sûrs de vous.

Elle s'adressa ensuite plus particulièrement à Nico.

Êtes-vous un être sensitif isolé ? Vous ne ressemblez pas aux autres archétypes de la Force que j'ai déjà croisé.

Et que savez-vous à mon sujet ? Je serai heureuse d'apprendre ce qu'il se dit sur moi.


La navette ne tarda pas à rejoindre le vaisseau-mère. La dame attendit l'autorisation de sortir de leur première embarcation pour pénétrer dans l'imposant croiseur. Elle resta constamment sur les talons de ses hôtes tout en observant chaque pièce défiler durant leur marche, du hangar aux pièces annexes, puis de salles plus complexes. Les quelques membres du personnel qu'elle croisa ne portaient aucun signe distinctif sur leur uniforme, que ce fût un grade ou même un emblème quelconque. Ces individus œuvraient censément à un niveau de discrétion assez poussé.

La suite des opérations se déroula dans une grande salle, laquelle fut investie par le groupuscule. Lyn prit place à la table centrale et attendit l'amorce de la conversation.
Avatar de l’utilisateur
By John Emsar
#24754
Fier ? Sûr qu'il était fier le Johnny. Tuer presque 4000 larrons en l'espace de 10 ans, et ce toujours au corps-à-corps avec un plan béton derrière, genre "assassinat" tranquille, ça faisait genre... bah presque un par jour en fait. Fin, en vrai, à chaque opération il y en avait toujours 15-20 qui talenchaient, donc au final, ça faisait peu d'opérations comptantes. Mais quand même, ça fait quoi... 200 opex sur le terrain en situation réelle, avec succès ? Il y avait des pros qui avaient un ratio similaire mais seulement à 50 balais.

Emsar se releva tranquillement et checka ses engins aux doigts, voir si rien n'était endommagé. Apparemment, tout était nickel.

A la mention de "pa 2 maçakr inutil", Emsar renifla un coup. Il tuait jamais sans raison en plus. Il tuait parce que ça lui plaisait. C'était une raison complètement suffisante.

« Sans faire mon fanfaron, ça serait logique qu'ils viennent pour moi, si vraiment c'est leur terminus et pas juste une escale. Y a beaucoup de gens qui viennent ici par hasard ou en terminant premier à un concours de circonstance. »

Tout en marchant vers leur navette, John se tourna vers la gonzesse qui accompagnait M. Propre et tendit un petit index.

« Vous... pendant que je débittais j'ai vu votre nez se froncer légèrement en un tic de mécontentement, mais votre premier réflexe a été de refouler complètement une réponse que vous pensiez être mille fois méritée pour ma pomme... altruisme inconditionnel envers Mademoiselle Arden Lyn juste après... et... oh, merci ! »

Il prit dans ses mains les rations de survie et l'eau, redonnant une ration à la Dame, coupant un dizième de la pâte nutritive et l'engouffrant, mettant le reste dans l'intérieur de sa veste de climat froid, et en buvant un peu d'eau avant de poursuivre.

« ... et là même... Merd', votre pâte elle déchire, d'habitude ça n'a aucun goût, mais là ! Ils font un effort sur la qualité maintenant. Ca remplit et ça donne envie d'en remanger ! Ah... non vaut mieux que ça soit dégueu alors, imaginez on tombe sur un glouton ?! Enfin bref...

Donc à voir les coups d'oeil à droite à gauche, la prestance naturelle, l'allure délicate et les petits signes dans le langage verbal et corporel, vous devez être un genre de diplomate, ou du moins aspirez à l'être... Je dirais... fille de nobles ayant tenté l'aventure avec un rôturier au grand coeur, ce qui désigne le colosse qui me regarde en ayant l'air d'avoir envie de me claquer très fort.

Je proposerais bien que vous et Arden Lyn alliez les voir... deux femmes d'allure délicate, ça devrait les attendrir et baisser leur méfiance. Sans vous vexer, hein. J'ai connu des tas de femmes, et c'était toutes de sacrés caractères. Fin bon, vous y allez en mode Découvert, et nous deux on contourne discretos, prêts à dégainer.

Vous savez être discret au moins ? Euh... Nico ? C'est genre Nico comme Nicolas, Nicolay, Nicolae ou Nicorette ? Non j'déconne.

Enfin pas pour le plan. Votre eau, elle contient du monoxyde de dyhydrogène des fois ? On m'a dit que 100% des criminels en consommait quotidiennement.
»

Une gorgée d'eau, et un regard vers Arden.

« Arden Lyn, vous cherchez quoi comme pierres pour quoi en fait ? Enfin je devine... votre nom éveille une cloche chez notre ami qui, comme par hasard, se trouve être un sensitif. Teras Kasi en prime, plus évocation d'un nom oublié depuis trop longtemps pour que vous ayez l'âge réel que vous semblez avoir. Moralité, je dirais, soit une sensitive qui s'est maintenue en vie, soit une tueuse qui est sortie du frigo pour reprendre du service.

Je connais des tombes et autres cachettes de trésor dans le coin, j'ai vécu ici une dizaine d'années avant de commencer mon service actif quand j'avais 12 ans. A voir les gueules encapuchonnées de certaines statues en sous-sol, ça pue le mysticisme Jedi.

Plus votre petite suggestion de Force un peu vaseuse... non rien à dire, vous êtes un genre de tueur Sith, non ? En quête d'un manuel genre Comment tuer pour les nuls ?
»
Avatar de l’utilisateur
By Nico Aries
#25052
Répondre à Arden Lyn était assez difficile dans la mesure où Nico n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait avoir vécu ou connu depuis les temps où son nom était cité au grand jour. En une petite vingtaine de millénaire la Galaxie avait changé, des peuples, des cultures, des planètes étaient nées ou avaient disparu. Il tenta de répondre du mieux qu’il pouvait.

- Si je vous parle de Mandalore et de ses guerriers, ça vous parle ? C’est un des derniers endroits où je me suis installé même si les plus puristes d’entre eux m’appellent volontiers hérétique. Mais j’ai l’habitude de ce genre de traitement pour avoir été élevé enfant dans l’Ordre Jedi puis avoir embrassé une vision plus proche de celle qu’on enseignait à l’origine sur Tython. Depuis je défends l’idée de l’universalité de la Force, de son orientation vers le progrès associée à la science. Nous formons un Ordre jeune mais libéré de toute contrainte politique et territoriale, les Luxiens. Je vous en parlerai volontiers plus en détail plus tard si cela vous intéresse.

Les renseignements qu’il avait sur Lyn étaient plutôt minces de fait mais il ne lui cacha pas le peu qu’il avait pu lire sur le personnage.

- De ma curiosité intellectuelle à propos des courants de pensées sur la Force, je sais que votre nom était cité aux débuts du Grand Schisme. Mon premier mentor, Phéonatix, m’a ouvert l’esprit sur une vision plus large et juste de la Force. Je regrette juste aujourd’hui qu’il ait dû nous quitter en neutralisant le dernier empereur sith Palpatine. Notre échec à en faire de même avec la courtisane qui lui a succédé aura eu des conséquences fâcheuses sur notre prospérité par la suite. Mes études un peu plus récentes des arts du combat m’ont rappelé votre nom comme un des premiers maîtres du Teräs Käsi. Je ne pensais pas vraiment avoir l’occasion de vous rencontrer mais il faut croire que j’attire les fantômes du passé.

La suite c’était plus simple, du concret. Nico laissa le temps à ses invités de manger un morceau et de se préparer pour la suite. Le dénommé John semblait apprécier la nourriture, tant mieux pour lui parce qu’il n’avait pas le temps ni l’intention de lui payer un trois étoiles. Il leur explosa son plan qui était assez simple mais efficace contre des personnes à la méfiance ou aux compétences limitées. Il y avait quand-même quelques détails qui dérangeaient un peu sur les bords.

- C’est Nico comme Nico si tu veux tout savoir et je peux être discret si l’occasion le nécessite. Après j’ai un peu sacrifié en furtivité pour gagner en puissance cela dit. Force et vitesse d’exécution sont plus dans mon style quand Mme Lyn et toi êtes plus dans un registre comme celui auquel tu penses. J’aimerais aussi que l’on essaye de parlementer en premier aussi, s’ils ne sont pas là pour nous, il n’y a aucune raison pour qu’on leur tombe dessus… Nous sommes plus adaptés pour réagir à un assaut frontal et vous serez plus libre de vos mouvements de cette manière… Même libre de lâcher l’affaire si ça tourne mal dans le pire des cas…

Le manque d’information les empêchait de prendre des mesures franches d’entrée de jeu alors il fallait entreprendre une action plus neutre. La navette F9-TZ les déposa à quelques encablures du vaisseau des voyageurs imprévus. Les chasseurs de prime s’étaient rassemblés autour de l’épave du vaisseau qui avait amené Arden Lyn. Quelques-uns inspectaient la carcasse, d’autres la traînée de débris laissée derrière au cours de l’atterrissage forcé. Laissant libre court à la stratégie ou l’imagination de chacun, il laissa le temps à ses compagnons d’aventure de se placer où bon leur semblerait puisqu’ils avaient l’initiative de l’action.
La suite fut l’entame d’une discussion des plus banales dans ce genre de situation. Nico se fit connaître fort et clair.

- Belle journée pour la chasse à l’homme. C’est une bonne idée de profiter d’un petit temps de calme avant la prochaine tempête pour se mettre au travail.

Un groupe de trois hommes, armes au poing, s’approcha pour lui répondre l’air peu engageants.

- Qui c’est que v’la ? Il aurait pas une prime sur sa tête au cas où ? Vérifie sur le registre Gordo.

Un rodien surexcité et aux yeux injectés de sang se mit à compulser frénétiquement un datapad qui semblait avoir fait son temps. Sa réponse ne tarda pas.

- Nan j’ai rien sur lui mais bon j’aime pas sa gueule, on peut le buter ?

Hésitant l’anzat qui avait demandé l’info gardait son calme.

- J’aimerais pas avoir à le justifier de son corps auprès des autorités locales alors tiens-toi en veilleuse abruti.

Nico était plutôt satisfait de la tournure que prenait les choses…

- Content de l’apprendre, moi aussi je suis un peu de la partie niveau mercenariat alors si je peux vous aider…

… avant que l’agressivité passive d’un rodien et d’un trandoshan ne reprennent le dessus.

- D’un autre côté y a pas trop de surveillance et j’aime pas la concurrence…

- On n’est pas à une tombe près sous la neige alors si on peut se défouler un peu... Je me les gèle ici.

Alors qu’il abaissait ses mains relevées dans le doute, le mandalorien comprit que les choses lui échappaient fatalement mais il tenta un dernier appel au calme teinté de menace.

- Je serais vous j’éviterais les gestes inconsidérés.

Trop tard. Le rodien lâcha un tir de blaster qui fut dévié par l’armure en Beskar du Luxien qui se résolut à l’inévitable en soupirant.

- J’étais sûr que vous feriez ça…

Nico s’élança en avant, faisant appel à sa vitesse pour trancher l’arme lourde du gars au centre tandis que les chargeurs des blasters de ses acolytes explosaient dans leurs mains. Non seulement il avait fallu répliquer mais en plus tout le groupe avait maintenant connaissance de l’éclatement d’une rixe. Avec un peu de chance il servirait au moins de diversion…

Avatar de l’utilisateur
By Iala Iédastré
#25116
Pourquoi faut-il qu’apparaissent toujours des imprévus sur la route de Nico ? La luxienne en a pris l’habitude, mais aujourd’hui elle commence à s’agacer sérieusement de tous ces contretemps qui surviennent dans une banale opération de repérage scientifique. Le crash de la jeune femme, soit ; la rencontre avec la batterie humaine enragée, passons ; maintenant ces stupides chasseurs de primes agressifs… la diplomate qui s’applique à garder le contrôle en toute circonstance ressent une envie irrésistible de se défouler sur ceux qui se sont permis d’attaquer son époux.

Elle lève la main gauche et pointe la Force de Malacia vers l’anzat. Il a juste le temps de lancer un vague regard interrogateur vers Iala avant de se plier en avant et de déverser son contenu gastrique dans la neige immaculée, les spasmes et les vertiges le submergent et il s’effondre dans ses vomissures en hoquetant désespérément. Le rodien esquisse un sourire goguenard avant que la main de la femme ne décrive un arc de cercle qui touche les deux autres compères de plein fouet. Leur sort n’a rien à envier à celui qui semble leur chef. Leur système digestif refoule leur contenu, autant par le haut que par le bas, et ils ont l’impression de se vider de leur énergie vitale, ce qui pourrait être le cas si Iala maintenait sa canalisation de Force contre eux, mais la diplomate ne tue jamais qu’en tout dernier recours… ou par accident.

Les trois chasseurs de prime neutralisés pour un moment, Iala se retourne vers John :

- Vous avez été à un cheveu de subir ça, il faut que vous le sachiez !

A ce moment, un homme de grande taille et de belle prestance surgit de l’intérieur du vaisseau. Il est flanqué de deux gardes armés de carabines blaster lourdes. Mais Iala tourne le dos à la scène et ne prend conscience de leur présence que lorsque la voix de basse ironise :

- On ne peut vraiment pas faire confiance au petit personnel

Problématiques divines

La chance. Un concept aussi puéril que la destiné[…]

Quinlan Vos reprit ses esprit et se demanda si le[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Aucunes nouvelles de la station ni de la flotte i[…]

Karlya Zyn

Re-Bonjour :) Je déclare ma présentation finie et[…]

[Dromund Kaas] La dernière ombre

Cité en ruine – Dromund Kaas « Reste […]

Armée et flotte de Secundus Ando, terre natale […]

L'intermédiaire savait y faire. Il posait les bon[…]

L'implacable réalité de l'entreprise s'affichait s[…]