L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39768
Quand le chaos fut propagé et que la désolation fut répandue. Quand le vent de l’insanité souffla sur les landes désertes. Que le sable insidieux disparût au profit de l’imminente chute, l’Inquisitrice apparue. La personne n’était plus qu’ombre, emmurée derrière son épais masque de métal, derrière ses couches de métal bien trop rare pour exister sur le marché galactique. La reine n’était plus qu’esclave de sa destinée, perdue dans des songes bien trop sombres pour pouvoir les exposer. Mais de tout ce déchet qui en apparence révélait une putrescence malsaine, s’éveillait une entité plus puissante que tous les rôles auxquels elle avait eu à prétendre. Tantôt Jedi, tantôt Jedi Noire. Tantôt Grise, tantôt Cheffe. Il résidait désormais une entité dont les éléments eux-mêmes fuyaient, certains d’être entraîné dans le tourbillon de ses pensées s’ils s’approchaient trop. Le doute l’avait quitté et seuls restaient son implacable volonté, qui ne l’avait pas quitté depuis le début : sauver sa planète, sauver son royaume et protéger ses enfants.

Image

Alors même que la femme masquée marchait dans le désert, rien n’aurait pu prévoir ou prédire son état tempétueux. Quelques animaux hagards la regardaient, l’épiaient, cachés derrière des monticules de cette roches d’un orange sombre. Enterrés pour la plupart entre les structures de pierre, bousculés par les vents violents et les orages magnétiques de cette atmosphère assassine. Probablement à cause de l’obscurité latente de la planète, vomissant sur les les cieux violacés aux teintes jaunâtres. Le spectacle aurait pu paraître beau, s’il n’y avait pas la promesse d’un trépas prochain, pour tous les esprits qui approchaient de trop prêts cette planète. C’était un lieu maudit, abandonnés par les gouvernements. Un lieu ou seuls quelques pélerins venaient chercher un foyer loin de la civilisation. Où quelques groupuscules trouvaient refuge pour se cacher des autorités. Mais elle, l’Inquisitrice impériale, qu’était-elle venue chercher ? La rédemption. La promesse d’un futur meilleur, trouvé dans la bibliothèque d’un vieux fou et arraché sur son cadavre fumant. Il n’y avait pas dans ce futur que cette promesse à laquelle elle se raccrochait, car tout le reste ne comptait déjà plus. Ou peut-être pas totalement, car une vibration dans les célestes et indéchiffrables desseins de la Force attira son attention.

Une sonorité singulière, proche de l’ultrason, mais pourtant terriblement bruyante pour qui était prêt à écouter. Cette singularité l’avait tiré de ses rêveries et le masque avait pivoté vers la source du bruit, comme les moustiques vers la lumière. Elle avait marché dans le silence le plus complet, accompagnée par le vent et le sable, totalement oubliée avec ses pensées. Des heures durant, elle ne s’était pas arrêtée, revenant peu à peu sur ses pas par un chemin qu’elle n’avait pas emprunté à l’allée. Le désert avait petit à petit laissée place à des groupes de roches de plus en plus nombreux. La végétation reprenait vie ça et là en de quelques touffes rigides et solitaires. Sans s’en rendre compte, elle avait pris de la hauteur, suivant toujours son instinct, attirée par cet appel. En contre bas, l’énorme base du monolithe noire la toisait. Cette impériale construction dénotait même de cette hauteur toute la grandeur de cette civilisation inconnue. Et les prouesses de leur technique résidaient même dans ce carré obscur. Car même à cette hauteur, nulle lumière ne pouvait s’échapper de la pierre noire. Enfin, se trouvait le lac adjacent et ses émanations acides, comme si les deux entités environnementales ne pouvaient exister l’une sans l’autre.



De nouveau, elle dû avancer, ne pas s’arrêter. Son regard se perdit alors sur l’horizon de l’étoile couchante avec au loin la menace d’une violente tempête de sable. Cette dernière ne tarderait pas à la rattraper et probablement l’engloutir à jamais. De nouveau, elle conclut que le temps lui était compté et qu’elle ne pourrait pas faire halte. Du moins, c’était sans compter l’apparition d’un vaisseau dans l’atmosphère, éclatant la tranquillité de la scène avec ses réacteurs. Sous le casque, les sourcils se froncèrent et une multitude de questions lui parvinrent en tête. Peut-être que l’appel n’était pas une chose finalement. Helera était certaine de cette simple réalité, elle devait en avoir le cœur net.
Avatar de l’utilisateur
By Luna RedMoon
#39773
Luna manœuvrait tant bien que mal son vaisseau pour pénétrer dans une tempête de sable. Maudite planète ! Fais chier ! Des violentes secousses secouant l’appareil mais elle ne voulut pas lâcher. Ou du moins elle ne le pouvait pas, ne le voulait pas à cause de cet appel. Quelque chose l’appelait ici bas. Au cœur même de cette fichue tempête de sable. La jeune femme tenta une approche maladroite entre les bourrasques vers un le monolithe qu’elle avait vu en songe. Alors il existe belle et bien...Dépassant enfin la tempête elle tenta de sa poser non loin du monolithe noir qui l’intimidait et la glaçait mais qui avant tout la poussé à venir ici. Une force ou...quelqu’un voulait qu’elle se trouve ici. Trêve de pensées Luna ! Concentre- toi sur ton approche ! Ignorant les voluptés ondes qui l’entouraient, la jeune pilote se posa difficilement au sol. Enfin ! Cette tempête avait failli avoir raison d'elle-même.

Enfin posée, elle retira son casque et défit ses cheveux de leur chignon pour les laisser cascader sur ses épaules. Se munissant de sa cape et de son sabre, elle parfaita sa tenue composée d’une combinaison parer pour stopper des tirs, noire et bordée de fils rouges jusqu’au chevilles moulant sa silhouette, de bottes fermement ancrés dans le sol, sa ceinture ou pendouillent déjà une vibrolame et un pistolet et de son mp3 fétiche auquel elle tenait tant. Elle endossa son capuchon sur sa tête et sortit du vaisseau en se concentrant à moitié les yeux fermés sur les ondes noires qui l'attiraient irrémédiablement vers le monolithe.

Marchant d’un pas déterminé malgré le fait que ces pas s'enfoncent dans le terre, elle atteignit enfin le monolithe qui luisait. On aurait dit qu’elle était suspendue dans un second espace temps. La jeune femme frissonna, son sens lumineux prenait un coup dur ici. Elle ne ressentait ni joie ni sentiment de bonheur. Comme si elle s’était vidée de son essence de bonté et de générosité. Ce monolithe l'attirait. Elle en était certaine. Mais Luna refusait de décrocher ses mains de la pierre. Quelque chose la retenait attachée à ce lieu. Cette pierre lui semblait froide au début, mais si chaude ensuite ce n’était plus de la peur mais une sensation confortable. Les battements de son cœur accélérant peu à peu, elle pouvait sentir sa poitrine se contracter mais tout au fond, elle ne ressentait aucune douleur. Luna jurait que si quelqu’un la frappait à ce moment-là elle ne ressentait rien. Elle se sentait flotter par une douce chaleur qui lui semblait...familière...Impossible ! Luna luttait contre la force obscure qui ressortait de ce monolithe brusquement. NON ! Cette sensation était venue souvent auparavant à Luna mais dans ces moments-là, elle ne semblait pas elle-même prise par une autre part d’elle. Quelqu’un de sombre et sans pitié. Qui aurait pu tuer sa consœur, ses amis, son père adoptif. Un monstre sans cœur ni raison ! Raah ! Elle secoua la tête plusieurs fois tentant de faire sortir les voix qui l’avaient conduite ici. Par pitié, je veux qu’ils sortent ! Luna frappe d’un coup sec le monolithe. Elle ne ressentait aucunement la douleur. Pourtant du sang commençait à jaillir de ces poings fermement serrés qui frappaient sans relâche la pierre. Pourquoi en était-elle déjà arrivée là déjà ? Luna ne contrôlait pas son propre libre arbitre. Furieuse contre les voix qui l’attiraient mais encore plus contre elle même elle tenta de faire demi tour, d’écouter son cœur et contourna le monolithe. C’était absurde d’être venue ici. Elle essuya ses poings ensanglantés contre sa cape. Pourquoi être venue d’ailleurs ? Écouter une voix qui ne lui avait causé que des soucis ? Oh non, ce n’était pas tout à fait vrai. En effet, cette voix l’avait aussi fait rencontrer sa maître Alyana et sa consœur qu’elle adorait. Après tout, peut-être n’était-elle pas méchante cette voix...Peut-être est-ce un message de ces défunts parents ?

Un espoir jaillit au cœur de la jeune femme. Mon dieu cela pourrait être un appel. Se concentrant à nouveau sans même prendre la peine d’assurer ses arrières, Luna se tourna vers une sorte de temple qui était érigé non loin de là. Sentant son corps bougeait sans qu’elle ne lui en donne l’ordre, elle se laissa aller vers ces voix. Luna se sentait protégée et en sécurité comme si cette onde noire qui miroite tout autour d’elle était là pour la guider, comme une mère guidant son enfant vers le chemin d’une rédemption. Marchant doucement les marches elle arriva au début du temple comme un automate. Seules ces pensées restaient en alerte à toute intrusion. Elle voulait en découvrir plus. Le temple était plongé dans le noir. Luna légèrement tremblante tendit doucement une main au travers du miroir noir pour voir s’il y avait potentiellement un danger et la ressortit. Examinant sa main, elle vit que rien d’anormal n’apparaissait et de manière curieuse, elle analysa cette masse noire et sortit son croquis. Assise sur ces genoux et inconsciente du danger, elle tenta de la dessiner sans remarquer que de potentiels vies pouvaient évoluer autour d’elle.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39774
Le regard azur ne lâchait pas le vaisseau qui entamait sa descente avec difficulté. Helera mit genoux à terre et l’observa tranquillement, laissant son esprit diffuser son aura au-delà de son simple corps. Elle toucha une présence, unique, jeune, inexpérimentée. Ce contact si frêle la gêna et la reine se retira aussitôt, tandis qu’un mauvais pressentiment l’envahi. Elle avait peur de la briser par sa simple présence, son simple contact. Au lieu de cela, elle resta spectatrice interdite, identifiant sans juger. Comme elle le présupposa, c’est une fille qui sortit du vaisseau, petit point marron dans un paysage tout aussi pauvre en couleur. De sa hauteur, elle ne percevait pas tous les détails, mais était certaine d’une chose, c’était de sa jeunesse et surtout de sa présence, qui n’avait rien de bienvenu en ces lieux. La petite se balada quelques instants et s’approcha toujours plus du monolithe ancestral, comme un petit moustique vers la lumière. Mais cette fois, ce fut pour être englouti par la pierre des anciens, englouti par les ténèbres qui habitaient la gargantuesque structure. Helera sentit les émanations qui lui parvinrent par vagues, toujours plus féroces les unes que les autres. Normalement, elle aurait dû intervenir et stopper ce phénomène. Mais sa curiosité avait été piquée dans le vif et elle se sentait à son tour comme happée par cette scène surréaliste.

Heureusement, la raison intervint et les remords avec eux. Helera sourit, voyant dans ces traits, ceux d’une jeune femme esseulée de Nar Shaddaa, cherchant désespérément à trouver sa place dans la Force. Elle se voyait elle, des années plus tôt. Peut-être n’avait-elle pas été aussi fougueuse que la petite personne, mais sûrement tout aussi perdue. La petite chose tourna sur elle-même, chercha quelque chose, et quand elle l’eut trouvé, s’y dirigea tout en gambadant avec l’insouciance de son âge et de son manque d’expérience. Elle monta quelques marches, déambulant entre les stalactites de pierres brunes avant de disparaître dans le cœur de la montagne, à quelques mètres en contrebas. Au loin, la tempête de sable se rapprochait et menaçait, prenant forme dans les cieux par un vortex noirâtres aux teintes irradiants de quelques luminescences timides. La manifestation climatique était énorme et ne manquerait pas d’engloutir absolument tout sur son passage, à commencer par la petite chose. Un bruit de tonnerre vint perturber la quiétude de l’atmosphère et avec lui l’odeur passagères de l’électro statisme. La reine grogna et se releva, comme un chien de garde devant un danger. La tempête au loin s’illumina de nouveau, quand un immense arc électrique y jaillit pour y percuter le sol du désert sablonneux, explosant à l’impact. Le vaisseau de la gamine n’y résisterait pas, et le siens non plus. Alertée par les évènements changeants si rapidement, elle se tourna à l’opposé du danger, repérant à travers sa visière l’endroit approximatif où était stationnée le Scavenger. Elle pianota sur son bracelet contrôleur et aperçut une nouvelle lumière illuminer l’horizon, avant de se diriger vers l’espace. Confirmant visuellement que son vaisseau était hors de danger, elle se retourna de nouveau en contrebas.
De multiples signaux résonnèrent dans la Force, comme plusieurs fourmis fuyant le danger, ou tout simplement pour savourer le festin non alerté qui se baladait librement. Ces présences serpentaient dans le sable, ondulant à l’image de quelques serpents. Mais probablement plus gros de plusieurs mètres.

« C’est pas vrai … »

ImageHelera sauta de son a-pic, se propulsant vers le bas, sur un premier promontoire, courant de nouveau vers le vide et s’y jeta. Les lézards géants respiraient d’une aura tellement obscure qu’elle eu l’impression d’y percevoir quelques Tuk’ata Sith. Cette espèce obéissait au même code, au même comportement. Elle se réceptionna quelques mètres plus bas, propulsée sur un rocher à cause de l’élan. Mais elle ne prit pas le temps se compter ses bleus et se dirigea vers l’entrée de la grotte. Le vent derrière elle commençait à souffler, annonçant l’apocalypse future. Helera la vit là, assise en tailleur devant un immense miroir noir. Derrière elle, quatre spécimens qui serpentaient en silence. Le premier, le plus proche, s’arrêta quand il fut à bonne distance de sa cible, remua la queue et se propulsa vers la petite. Helera intervint à ce moment-là, accueillant le lézard avec sa lame blanchâtre, le découpant sur le coup. Certains qu’ils étaient découverts, les autres attaquèrent ensemble dans un vacarme de grognements et de claquement de langues. Helera pivota sur elle-même, trancha un second qui l’avait contourné, entaillant le troisième avec le dos de son double sabre. Le dernier, acculé, consomma son baroud d’honneur et trépassa comme ses congénères.

Quand le combat cessa, la silhouette tout de noire vêtue posa son regard vers la gamine, rangeant son sabre derrière son dos. L’odeur rance du sang commençait immédiatement à envahir l’endroit, alors d’un mouvement de main, Helera chassa les derniers restes des créatures par le dehors. Là où la tempête grondait désormais. L’inquisitrice ne parla pas, se contentant d’observer l’inconsciente, cherchant à déceler dans son regard les signes de la folie ou de l’immaturité. Elle jaugea son équipement, son regard s’arrêtant sur le sabre à sa ceinture.

« Tu n’es pas une Jedi. » Comme pour se rassurer de ce fait.

Alors elle fit volte-face et constata l’endroit dans laquelle la petite se trouvait. Une antichambre sépulcrale, dont les quelques statues de part et d’autre des pièces gardaient l’uniques entrée et à l’opposée, l’unique passage vers les méandres obscurs. L’atmosphère y était lourde, pleine de murmure pour qui n’était pas prêts à les supporter. On se sentait happer dans ses propres sentiments, tantôt portant le deuil, tantôt couvant une rage sanguinaire. Le côté obscur suintait des murs, primaire, brut, sans aucun contrôle.

« Ce n’est pas un endroit pour toi, qui que tu sois. Que viens-tu faire ici ? »

Et surtout, la question qui lui taraudait dans la tête, prémices d’une myriade d’autres interrogations.

« Qui et où est ton maître ? »

De toute manière, il allait être temps de discuter ou de progresser dans ce temple. L’entrée y était désormais condamnée. De nouveau, elle sentit l’appel, responsable de toute cette expédition. Responsable du sauvetage de la petite. Helera se demanda si cet appel dont elle poursuivait l’origine, ne se trouvait pas devant ses yeux, chétif et inexpérimenté. Et surtout … Dans quel but ?
Avatar de l’utilisateur
By Luna RedMoon
#39778
Le regard de Luna était bloquée sur le miroir noir. Elle ne prêtait même pas attention aux multiples signaux de la Force qui aurait dû l'alerter. Un bruit l'alerte. Comme un sifflement de lézard. Punaise ! Retrouvant ses réflexes à moitié, elle roula sur elle-même pour s’éloigner à moitié du lézard. Au moment ou la jeune femme allait se relever, déclencha la lumière violette de son sabre en appuie sur une jambe accroupie et l’autre tendu comme lui avait appris Alyana elle vit pourfendre une lame blanche tenu par une curieuse personne portant une armure noire ainsi qu’un casque du même noir profond. Écarquillant les yeux, la jeune Luna n’en revenait pas. Elle ne ressemblait pas du tout à une jedi et pourtant sa lame était si lumineuse. Elle la regarde abasourdie découper les lézards les un après les autres. En tout cas si elle était une ennemie elle venait quand même de lui sauver la vie. Quelle idiote ! Ne pas avoir aperçu qu’il rôdait autour d’elle. Quelle image cette personne fraîchement débarquée pourrait avoir d’elle ? Une biche faible encerclée par une meute de loups. Grimaçant, la jeune femme fut soudainement furieuse. Furieuse contre elle-même mais aussi contre cette nouvelle personne à qui elle n’avait rien demandé et qui venait littéralement de la ridiculiser. Pinçant les lèvres et se relevant, en parant son sabre devant elle, la jeune apprentie regarda avec un léger dédain la silhouette noire qui était venue jusqu’à elle. Quelle curieuse coïncidence se dit-elle. Après tout une voix l’appelait ici, elle n’avait pas l’air d’être lumineuse et voilà qu’elle se retrouve avec une tierce personne qui ne lui inspire pas confiance. Certes elle venait de lui sauver la vie mais, après tout, des personnes du côté obscur peuvent s'avérer sadique voir pire sauver leurs victimes pour mieux les torturer ensuite.

Le sang monta vite au narines de l’apprentie. Mon dieu ! Ce que cela lui rappelle d’horribles souvenirs. Il ne fallait surtout pas qu’elle paraisse une nouvelle fois faible devant cette nouvelle venue. Elle inspira longuement et ne quitta pas des yeux la silhouette imposante face à elle. En toute honnêteté, elle n’avait pas peur. Elle était déçue de ne pas avoir pu montrer ce qu’elle valait à une tierce personne et elle était en colère d’avoir eu recours à de l’aide. Sentant que le regard de l’inconnue la juger et la prenait forcément pour une gamine, elle leva les yeux au ciel en attendant son affirmation selon laquelle elle n’était pas jedi
Cela n’était pas une grande surprise, elle devait bien voir à sa présence dans ces lieux qu’elle n’avait rien d’un doux agneau docile comme les jedis qu’elle avait pu côtoyer dans l’enfance. Non. Elle était avide de vengeance. Elle avait du sang sur les mains. Elle était un monstre. Serrant les poings elle refusa tout simplement de répondre à son affirmation. La jugeant ainsi, la jeune femme refusait tout catégoriquement de lui affirmer ce qu’elle pensait tout bas. Toutefois, elle garda la tête froid et ne se laissa pas intimider jugeant les mouvements de cette inconnue qui croit mieux savoir les choses qu’elle


Un rire la démangea quand la jeune femme, ce qu’elle comprit à sa voix la sermonna de ne pas être ici. Qui était-elle d’abord pour lui donner des ordres ? Personne et certainement pas sa mère ni son maître. Elle n’avait pas à répondre à ces questions et certainement pas qui et où était son maître. Cela devait rester un secret. Elle était fidèle à sa Prima et elle lui avait promis. Si elle faisait figure de mère, de sœur et de protectrice, elle ne trahirait aucun secret pour elle. Non, elle refusera de répondre à cette question, elle n’était pas aussi naïve pour raconter des secrets ou des passages de sa vie à une inconnue. Un demi-sourire au coin des lèvres et arquant un sourcil, la jeune espiègle répondit d’un ton égal toujours gardant ses défenses :

« Vous n’êtes pas ma mère, je n’ai absolument aucun conseil ou ordre à recevoir de vous. Cependant je pourrais poser la même question. Je me croyais seule. Pourquoi m’avoir sauvé et m’avez suivi ? »


La jeune Luna bougea doucement pour se rapprocher d’elle en pas chassé. Ne baissant pas la garde une jambe toujours en arrière près à sauter ou courir. Elle voulait avant tout lui montrer qu’elle n’avait aucunement peur d’elle sans toutefois baisser sa garde. Cela pouvait s'avérer mortel. Elle ne souhaitait pas mourir aujourd’hui. Néanmoins, des milliers de questions s'assirent. Cette femme inconnue elle aussi, elle le présentait, avait un don, une force qui se cachait mais ce mouvait à la perfection dans ce vieux temple. Ce vieux temple dont la porte était belle et bien condamné par cette fichue tempête de sable. Angoissée à l’idée de se sentir pris au piège par une inconnue, l’apprentie tente de trouver du réconfort. Elle ferma brièvement les yeux pour se concentrer sur la force qui règne en maître sur les lieux. Les voix l'entourent toujours, l'encourageant et la protégeant. Elle se sentait forte. Prise de confiance, ce qui lui arrivait rarement, elle demanda posément :

« Si vous ne m’avez pas suivi, qui êtes-vous ? Que venez-vous faire ici ? »


Baissant un instant les yeux et ne pensant pour une fois qu’avec son cœur, Luna laissa échappé un petit instant de lumière repoussant les ténèbres qui grondait en elle en demandant :

« Avez-vous eu un problème pour être arrivé ici ou...avez-vous été poussé par des voix si vous les entendez aussi ? »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39781
Ambiance


La remarque acerbe de la petite lui fit esquisser un sourire, sous le masque démoniaque qu’elle portait. La manière dont elle lui parlait, lui répondait, comblait petit à petit l’écart avec sa propre jeunesse. Espiègle et effrontée, une tête à claque qui était prête à affronter la galaxie. Ce qu’elle fit d’ailleurs. Le résultat de sa propre arrogance lui avait servi de leçon. Celle de son interlocutrice aurait raison d’elle, le moment venu. Helera avait laissé là sa visite visuelle de l’endroit pour se concentrer sur le dialogue qui s’instaurait petit à petit et croisa les bras.

« Je t’ai suivi pour te sauver. » Répondant de ce fait aux deux questions d’un seul coup.

La stature noire de l’inquisitrice ne bougea pas, même quand le silence entre les deux se faisait pesant. Son œil tout autant observateur épiait chacune des caractéristiques physiques de sa cible, tout autant qu’elle sondait la surface de son esprit. Plusieurs déductions lui vinrent en tête, pour élucider la réponse à sa question précédente. Quand il fut évident qu’elle ne lui répondrait pas, c’est la jeune femme qui poursuivit.

« Il y a dans cette galaxie trois grands maîtres. Les entités les plus puissantes capables de prodiguer des formations adéquates. Il y a le maître Jedi Curwee, la femme aux cheveux de feu et à la toge verte, la Dame Sombre Darth Ranath, manipulatrice galactique et le Grand maître Kor’rial de feu l’ordre gris, gardienne de l’équilibre. S’il est évident que tu n’es pas des adeptes de Curwee, tu pourrais appartenir aux deux autres clans. Je ne pense pas que Ranath enverrait une autre personne que son chien personnel, il reste donc la dernière supposition. »

Ce qui lui attira une myriade de nouvelles questions. Les Gris étaient pour la plupart tous morts et les derniers survivants avaient rejoint le royaume de Nelvaan. De ce à quoi elle avait connaissance, aucun n’avait eu d’apprentis sans que Kor’rial en consente. Etrange. De nouveau l’esprit de la jeune humaine rentra dans une nouvelle ébullition. Cela faisait pour la troisième fois depuis leur rencontre qui pourtant ne datait pas de plus de cinq minutes. Il existait une rage d’exister dans cette petite et une colère si sourde que cela perturbait. La petite fit quelques pas, se tenant sur son revers, position supposée de supériorité. Helera ne bougea pas, les bras toujours croisés, gardant son apparente fragilité. L’apprivoisement de ce petit animal commencerait par-là, par un semblant de relation de confiance.

« Je sens ta peur et ta colère, ta rage de vaincre. Tu laisses tes pulsions guider tes actions … J’aurai beaucoup à apprendre de toi. »

La voyant fermer son regard, elle comprit qu’elle luttait de toutes ses forces pour ne pas se faire engloutir par le temple. Le côté obscur y était très pressant, très puissant. Bien plus que ce à quoi la reine s’était attendue. Mais contrairement à son interlocutrice, Helera ne résistait pas aux pulsions, elle les laissait couler, mais maîtrisait pourtant sa volonté.

« Je traque une piste qui m’a mené depuis le cœur impérial jusqu’à cette planète. J’ai découvert ce que je cherchais dans un campement luxien, désormais abandonné. »

Elle entendait de nouveau les cris de douleur de l’homme à la longue barbe, luttant pour sa vie et son savoir. Cette simple vision lui arracha un soubresaut de colère, se matérialisant par la fermeture de ses mains en poings. C’est l’aveu suivant qui permis à la reine de sortir de ce début de transe dans laquelle elle s’apprêtait à s’enfoncer. Elle délia les mains de son torse et se rapprocha de la gamine, un pas, puis deux, avançant avec précaution, guettant le moindre signe d’agressivité de sa part. Quand elle fut à son niveau, la dépassant d’une dizaine de centimètres, Helera leva sa main droite, gantée de cette matière de cuir tout aussi noire que le reste de l’armure. Lentement, précautionneusement, elle posa son pouce et son index sur le menton de la petite, tournant sa tête de droite à gauche.

« Je pense que si tu écoutes ces voix, tu pourras répondre à cette question. Oui je les entends, c’est la Force qui nous guide. J’ignore la raison pour l’instant, mais j’ai été guidée jusqu’à toi, et pas seulement dans le but de te protéger. Hm … »

Elle recula de quelques pas.

« Tu peux m’appeler… Kazzar. Pour l’instant ce nom suffira. Je n’attends pas de toi que tu me donnes ton nom non plus. Mais un surnom m’aiderait à ne pas te nommer « petite ». Tu es de toute manière bloquée avec moi pour un temps. Nous allons devoir nous supporter ou nous battre à mort dans un combat épique ou seule l’une de nous deux seulement survivra. Tu as le choix. »

Helera écarta les bras en même temps que ses paroles, la laissant constater qu’elles étaient dans un huit clos pour l’instant.

« Le côté obscure nous a rassemblées toutes les deux. Car oui, il s’agit bien des ténèbres que tu entends et je le sens en toi. Mais ce que je sens également, c’est que tu te retiens et que tu n’exploites pas le plein potentiel de la Force. Tu as sans doute tes raisons, mais cela soulève de nouvelles questions en moi. Tu es une énigme tout autant que ce temple, « petite ». »
Avatar de l’utilisateur
By Luna RedMoon
#39895
Luna ne voulait en aucun cas baisser sa garde. Elle semblait…vraiment très informée. Mais jamais elle ne dévoilerait son secret. Même si elle aimait Alayna comme une mère adoptive, elle avait peur des conséquences si elle lui désobéissait. La voyant perturbée, elle comprit assez vite qu’elle avait assez de force pour déceler sa propre force. Elle détestait se sentir observée et traquer comme une biche effarouchée. Quelle situation indigne ! Mais au grand dam de la jeune femme, celle-ci lui indiqua qu’elle avait apprendre d’elle. Écarquilla ses yeux bleus où brillaient des petites étincelles rouges. Beaucoup à apprendre d’elle. Elle n’en revenait pas. Elle qui n’avait pas confiance en elle. Elle qui venait de faire faux bas à une attaque pourtant facile. Elle qui paraissait faible. Étrange. Disait-elle cela pour lui faire plaisir ? L’amadouer ? Oh belle stratégie mais ça ne marcherait pas !

Luna s'interrompit brusquement. Aie ! Cette vague de puissance noire lui arracha un minuscule crispement du poignet droit. On aurait dit que son interlocutrice allait arriver en transe. Puis elle se rapprocha. Doucement. Il ne fallait pas qu’elle s’approche plus. Luna se dressa de toute sa hauteur malgré le fait qu’elle était plus petite, jamais elle ne se laisserait intimidée. Mais trop tard…Elle lui attrapa le menton.
Grimaçant de fureur quand elle lui tourna la tête, elle tenta de se dégager. NON mais pour qui se prenait-elle ? Avec ces grands airs supérieurs ?! Luna était tout sauf une enfant. Guidée jusqu’à elle ? Et bah voyons. Conscience impossible. Secouant la tête pour se dégager rageusement de sa main la jeune femme fusilla cette grande dame en noir nommé “Kazzar”. D’accord elle semblait aussi entendre les voix mais ça ne faisait pas d’elle une amie et personne à part ces amis et sa famille avait le droit à des gestes de contact rapprochés avec elle.


Et là le coup de grâce tomba ! La nommer “petite” non mais ! Franchement ! Des vappes de colères s’émanaient de tout son corps. Superbe ! Passer un long moment avec cette petite peste dénommée Kazzar allait être un vrai moment de plaisir. Mais elle avait raison, un combat à mort ne semblait pas être la solution et puis si elle avait voulu la tuer elle n’aurait pas pris la peine de lui parler. Bon soit !
Oui la force obscure les consumait elle deux mais jusqu’à quelles parties d’elles ? Luna résistait encore mais elle ne savait rien de cette grande peste. Malgré son caractère de peste hautaine, elle n’avait pas que des paroles en l’air. Elle avait raison et mon dieu ce que c’était dur à admettre. Bien sûr qu’elle n’exploité pas le plein potentiel de sa force. Un monstre c’est ce qu’elle deviendrait en tombant dans les abîmes noirs de sa fureur. Oh maintenant elle était une énigme magnifique. Et bien elle aussi et allait devoir cracher des morceaux avant d’obtenir des réponses. Mais OOOH combien elle l'énervait à l’appeler petite et elle allait enfin pouvoir la couper et lui dire
.

« Alors déjà ne m'appelle plus jamais “petite” c’est compris ? Sinon cela ne sert à rien de parler avec moi. Tu n’as qu’à m’appeler Eva ça suffira aussi pour l’instant. Ensuite tu es aussi mystérieuse que ton armure. Mais je ne te crois pas si invincible que tu peux le montrer sinon tu ne monterais pas ta colère comme je le fais. Néanmoins je dois reconnaître que tu en sais beaucoup et ça m’intéresse. Je refuse catégoriquement de me battre pour un rien alors autant passer le temps à discuter...ça te va ? AH et aussi je peux te tutoyer ou je dois te vouvoyer ? Je suis attachée au protocole »


Voyant qu’elle accepté la jeune Luna poursuivit sa tirade pour exhumer sa colère :

« Et aussi ne me touche pas sans mon autorisation, tu n’es ni une amie, ni un membre de ma famille alors les privilèges des contacts rapprochés ne te sont pas permis… »


Du moins pour l’instant suppose-t-elle…Il fallait voir.

« Moi aussi je suis curieuse de nature alors je voudrais bien savoir pourquoi tu en sais autant sur les ordres sombres ? »


Tout en posant sa question, la jeune femme s’adossa contre une colonne montrant ainsi qu’elle n’était plus autant en colère et ouverte à de la discution. Mais plusieurs milliers de questions lui viennent en tête. Parce que même si son caractère était pourri, peut-être était-elle bienveillante dans le fond et voudrait bien lui expliquer certaines choses. Elle en ignorait encore tant. Mais elle ne voulut pas paraître malpolis en lui posant trop de questions. Se risquant néanmoins à une dernière question qui était plus que personnelle, Luna la regarda droit dans les yeux :

« As-tu de la famille ? Ou es-tu seule Kazzar ? »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39903
Helera esquissa un sourire derrière son masque. La petite chose montrait les griffes, tout en ayant peur d’attaquer. Cette dualité la rendait curieusement attachante et n’inspirait rien d’autre qu’une sorte de compassion mal placée. Tout comme l’on montre de l’attention à un petit enfant en train de se battre avec des ennemis imaginaires.

« Cela fait bien des exigences. »

Si elle avait été Ranath, « Eva » serait probablement morte à l’heure qu’il est. Si cela avait été Hayley aussi d’ailleurs. La moindre parcelle d’obscurité aurait été purgée à coup de sabre laser. Quelque part, elle avait eu de la chance de tombe sur l’inquisitrice. Même si elle ignorait encore ce qu’elle allait faire d’elle. Surement rien, à court terme. Rien tant qu’elle n’ait pas réussi à percer les quelques mystères structurants qui l’entouraient. Helera s’était dirigé dans le coin opposé de la pièce, observant les statuettes proscrites qui maintenaient la voute de la grotte. Elle les avait déjà vu, sur Korriban. Les Sith de sang pur auraient annexé cette planète à l’époque de leur empire que cela ne l’aurait pas étonné.

« Tu me nommes comme tu le souhaites. D’où te vient cette applicabilité protocolaire ? »

Elle passa sa main sur le visage de pierre désormais totalement lissé par le temps et l’érosion. Puis, se dirigea vers la seule sortie, là où s’enfonçait les ténèbres insondables. Helera resta sur le cadre de la porte et croisa les bras, observant tranquillement la noirceur qui se déployait ici-bas.

« Ce ne sont pas des ordres Sombres. Ce sont les seuls ordres capables de former des gens. Les Jedi, les Sith et les Gris. Je connais bien chacun des maîtres de la galaxie, et le tiens n’en fait pas parti. »

Elle se retourna vers Eva.

« Et ton ignorance sur ces derniers prouve que ton maître n’en est pas un vrai et que ton enseignement n’est pas parti dans la bonne direction. »

Helera haussa les épaules. Après tout, elle n’en avait rien à faire. Eva ferait parti d’un lot de sensitif perdu qui tomberaient dans la criminalité de bas étage. Devenant par leur pouvoir des chefs d’organisation, avant d’être rattrapés par les vrais utilisateurs de la Force qui n’auraient aucun mal à les terrasser. Elle baissa la tête, tandis qu’un cri résonna dans le lointain, cri de Force aigue qui résonnant jusque dans leur antichambre à partir des ténèbres du temple. Helera expira longuement, perdue dans quelques pensées intérieures, avant de déclarer :

« Je suis en pleine réflexion. Dois-je te proposer de te former pour que tu ais une chance de survivre dans cette galaxie, ou t’abandonner à ton sort et laisser ton « maître » pervertir ton destin ? Hm… »

La question était entière et le comportement de la gamine lui apprendrait quoi faire. La Force les avait certes rassemblées, mais c’était aux deux femmes de choisir le destin qu’elle voulait emprunter. Helera ignorait la marche à suivre avec la gamine et la laissa donc choisir de sa voie. Adossée à un pilonne, elle continua de poser ses questions :

« J’ai retrouvé une partie de ma famille. L’autre a été tuée. Quand la purge a secoué la galaxie, j’ai été isolée par mes parents et un Jedi m’a secourue. Elle m’a entraînée, jusqu’à ce qu’un sith retrouve sa trace et la tue. Dès lors, il m’a ramené sur Nar Shaddaa et m’a formé à sa manière. J’étais son esclave personnel à qui il apprenait la maîtrise de la Force pour que je devienne son assassin. Ça a tellement bien fonctionné que je l’ai détruit à 21 ans. Ensuite, j’ai arpenté la galaxie et j’ai vu et appris tout ce que la Galaxie avait à offrir. J’ai appris des ordres sensitifs, des gouvernements, des mercenaires et autres hors la loi. Tout cela jusqu’à ce que je trouve une planète sur laquelle habiter. Mais j’ai appris récemment qu’elle était en danger de destruction et avec elle l’ensemble du peuple qui l’habite. Je suis donc à la recherche d’un artefact me permettant d’enrayer le destin. »

Le cri retentit de nouveau dans le lointain. Helera savait pertinemment que ce sont n’était pas réel, mais assez horrifique pour ébranler les esprits les plus puissants. A l’intérieur de ce temple, le côté obscur y était d’une rare puissance. Peut-être le nexus le plus convergent qu’elle ait vu jusque-là. Une boule d’énergie corruptrice pure. Elle laissa là Eva avec ses dernières déclarations, lui donnant pour l’instant l’avantage du savoir sur elle.

« Suis moi », ordonna-t-elle.

Puis l’inquisitrice s’enfonça dans les ténèbres de l’ouverture. La pâleur de son sabre inonda de lumières les murs du long couloir. Ils étaient couverts d’une langue bien trop ancienne pour être compris par les gens de ce temps. Ou du moins, pas par tous. En effet, ce langage était celui perdu des Sith et les images qui arpentaient les longues lignes de textes étaient assez équivoques d’elles-mêmes. Des scènes de rites sanglants, de tortures occultes ou de renaissance impie. Autant de phénomènes qui faisaient de l’empire Sith, le peuple le plus mystique de la galaxie. A l’intérieur de ce boyau obscur, le vent ne passait plus mais l’on entendait déjà les murmures des morts et des esprits. Des psalmodies empreint de ténèbres et incitant ses auditeurs aux actes ignobles. Tout en continuant à avancer, elle lâcha :

« Par bien des aspects tu me fais penser à moi, Eva. Seule dans une galaxie bien trop vaste, avec un maître qui n’en ai pas un comme guide. Assermentée à une fausse loyauté qui te maintien enchaînée et t’empêche de réellement grandir et devenir une femme libre. Cependant, la Force nous a réuni dans un but bien précis et je suis certaine que cela a un rapport avec ta servilité. »

~ Modération événementielle ~ À coups […]

Acheter, Vendre, Construire

Seïstan Chinotsuki Si le premier acheteur est[…]

Serelia O'Minara

Les voies de la Force Premiers ap[…]

Le chemin de la rédemption

Attention mes RP peuvent contenir des scènes […]

Modération La journaliste parvenait ta[…]

Serelia O'Minara

Merci pour ces corrections. J'ai relu ta fi[…]

Passé et futur

Tout se passait si vite. Le datacom de Jessa sonna[…]

https://78.media.tumblr.com/6c8f[…]