L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Planète d'origine des dugs colonisée par les Gran, la surface de Malastare est recouverte de forêts et de lacs de méthane. Plaque tournante de la contre-bande, le monde est également connu pour ses fantastiques courses de pod-racers.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33412


    Furie


    Quelques jours après un séjour sur Ryloth ...


    Une vengeance. Non, c'était un trop grand mot. Une mise au point. Une mesquinerie. Une rencontre.

    * * *


    Après le coûteux achat de quelques hectares à la rentabilité tout à fait relative, Isabo, la Comtesse Daerenth, avait regagné Dargul. Son maître ne lui avait confié qu’une seule mission, une toute petite mission : courir chaque jour, une heure, deux heures, pourquoi pas plus, jusqu'à ne plus pouvoir poser un pied devant l'autre. Isabo n’avait pas avancé de question, elle le ferait, mais elle discernait difficilement l’intérêt de cet exercice pénible. L’endurance. La résilience. Qu'en savait-elle.

    Ranath, de nouveau, voyageait seule.

    Mille et une raisons menaient à Malastare. Business, contrebande, paris. La Dame Sombre, quant à elle, s'y rendait à l’improviste, rappeler à un arrogant imprudent qu’il avait abusé de sa patience. Par deux fois, celui-là lui avait fait faux bond. Il s’était excusé tout d'abord pour un négoce bancal, puis pour une invitation qu'il avait lui-même formulée et qu'il n'avait pas honorée. Le déplacement inutile avait valu à la Sith une colère démesurée et la promesse d'une vengeance certaine. Vengeance qui avec le recul, s’apparentait à un caprice. Mais peu importait le nom qu'on voudrait bien lui donner, cette correction aurait lieu.

    * * *


    L’Odonata se posa tard dans la nuit à Tedrem. Son pilote descendit la rampe d’un pas décidé, franchit le contrôle douanier sans sourciller et quitta l’astroport. Sa voie était toute tracée jusqu’à sa destination. Elle ne savait pas ce qu’elle y trouverait, mais c’était le seul endroit directement et évidemment relié au contrebandier. Pour une fois, la Sith allait le nez au vent, sans appréhension, sans anticipation. Elle aviserait sur place, gardant seulement à l’esprit son désir de destruction, qui avec les jours passant, était devenu une véritable lubie. Familière de ce genre de réactions impulsives, la Mirialan avait identifié avec précision l’origine de sa colère et la solution qu’il lui fallait apporter. D’ici peu, Iro Kehera serait un homme mort. Et rien ne faisait plus plaisir à Darth Ranath que de songer passer ses nerfs sur un idiot de son espèce.

    Une heure complète fut nécessaire à la Sith pour rejoindre la banlieue miteuse où était situé l’atelier de l’escroc. La rue accueillait plusieurs garages de ce genre, tous aussi crasseux les uns que les autres. Arrivée devant la grille close de la cour boueuse de l’Aérolithe, Ranath reconnut la planque pourrie décrite par l’imprudent de Ryloth.

    La Sith, d’un bond léger, attrapa le haut de la grille, s’y hissa, et franchit barrière d’acier rouillé. Alors que son regard balayait le cimetière de carcasses métalliques, quelque chose bougea dans le fond, contre le mur, juste à côté de la porte. Ce quelque chose était un quelqu’un. Il se redressa, n’avait rien d’un Dug. Il avait l’air d’un Humain, il en avait la silhouette. Il était armé, le plastique moulé brillait à la faible lueur des discrets néons de la rue.

      « T’es qui ? T'as pas vu que le portail était fermé… »

    Il pointa le nez de son blaster en direction de la Sith mais n’avança pas. Elle s’approchait.

      « Stop. »

    Encore un pas.

      « Je te crève. »

    La Mirialan, sous sa capuche, esquissa un sourire moqueur. T'aurais déjà dû tirer.

      « Je viens voir Kehera.
      L’est pas là. Casse toi. »

    Il sautait à la conclusion bien trop rapidement pour la Dame Sombre.

      « Il m'a donné rendez-vous ici.
      J’crois pas.
      Demande à Barmo. »

    Il ne répondit pas, semblant hésiter. Ranath laissa faire les choses. Finalement, la porte du bâtiment derrière lui s’ouvrit.

      « Tu causes à qui ?
      Euh … bah … t'es qui ?
      Liuhin Jama.
      Quoi ? »

    Le deuxième lui mit un coup de coude.

      « C'est Kehera que tu veux voir. Amène toi. Il revient bientôt. »

    Aux oreilles de la Mirialan, cela sonnait comme un mensonge qu'elle ne releva pas. Elle rejoignit donc les deux idiots.

      « Fais voir ta tronche par contre. »

    Sans un mot, elle saisit de ses deux mains, dont le dos était entièrement encré, les bords de la capuche et la rabattit en arrière. Ce qui frappa tout d'abord les deux hommes fut les deux tatouages rectilignes qui coulaient à la verticale, du front jusqu'au milieu des joues et qui couvraient les paupières, ainsi que le troisième trait qui remontait du menton jusqu'au dessus de la lèvre supérieure. La seconde chose qui marqua le duo fut la chevelure complètement tressée de minuscules tresses, des dizaines et des dizaines, prenant racine sur le crâne et se faufilant au coeur d'un chignon réalisé avec excellence. Enfin, ils remarquèrent, à la lumière qui s’échappait de la porte ouverte, les deux yeux bleus comme l’océan qui posaient sur eux un regard curieux. L’un lui fit signe d'entrer, l’autre se remit à son poste contre le mur, non sans grogner.

    Dès son entrée dans le bâtiment, la Sith analysa son environnement. Le plafond était haut, au moins six mètres. Sur sa droite il y avait une large porte métallique devant laquelle était installé un pont de levage. Sur sa gauche, quelques étagères désordonnés et une carcasse à la peinture effritée. Dans le fond, il y avait deux tables éclairées par une grosse ampoule suspendue à même la charpente. Et vraiment tout au fond, un bar miteux. Sur la table de droite, quatre hommes qui jouaient aux cartes. Sur la table de gauche, deux hommes qui discutaient. Derrière le bar, un grand costaud qui planqua on ne savait quoi en voyant arriver une invitée. Tout ce petit monde fumait et buvait allègrement. Le regard de la Mirialan se promenait ici et là.

      « C'est qui ?
      Elle vient voir Kehera. »

    Rires étouffés. L'un fronçait les sourcils.

      « On s'est déjà vu, nan ? »

    Elle haussa les épaules. Oui, il l’avait déjà vue. Sur Naboo peut-être. Ou sur Ryloth.

      « T'es la nouvelle copine de Kehera ?
      Non, non. »

    Rires tonitruants.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33525
    Un autre se leva.

      « Beh pas la peine de faire la gueule, y va arriver. Prends un verre. »

    Il fila derrière le bar et revint avec un gobelet métallique dont le contenu était méconnu. La Sith le prit mais n’en but pas. Elle se tenait à l'écart, adossée à l'un des piliers porteurs de la charpente. La discussion reprit finalement, comme si elle n'était déjà plus là. Chacun racontait ses exploits, aux armes ou en amour, sur la piste ou au bar. Une dizaine d’idiots qui parlaient fort et riaient bruyamment. Leur manque flagrant d’inattention laissait tout loisir à la Mirialan d’explorer visuellement et mentalement les alentours.

    Un comlink laissa entendre une sonnerie sommaire. L'un des hommes se leva et s’éloigna. Il marmonnait à son poignet des bribes de phrases incompréhensibles dans un jargon exotique. L’échange dura plusieurs minutes, jusqu’à attirer l'attention de quelques autres. Quand il revint, ses comparses l’interrogèrent, et la réponse fut sans appel.

      « Kehera n'a rendez-vous avec personne. »

    Les regards se tournèrent vers Ranath.

      « Alors ? »

    Le premier, celui qui l'avait faite entrer quitta son siège et se posta devant elle. Il était plus grand et la toisait sans mal.

      « Qu’est-ce que tu veux ?
      Tu m'as dit qu'il serait bientôt de retour. »

    Pendant un instant, il fixa ces yeux bleus qui le questionnaient en silence. Ils avaient quelque chose de surnaturel. Et dû rassembler ses idées pour poursuivre l’interrogatoire.

      « Réponds. Tu veux quoi ? »

    L’absence de réponse, ces iris cobalt, la chevelure noire d'encre … il n'avait à ce moment précis que deux envies. Il commença par assouvir son désir le plus immédiat. Et d'un revers franc, la gifla. La Mirialan lâcha de surprise feinte son verre qui roula et se vida sur le sol bétonné. Sans une hésitation, l’homme lui saisit la mâchoire d'une main et lui fit relever la tête.

      « Puisque le patron en a rien à foutre de toi, on va pouvoir jouer. »

    De son autre main, il voulut saisir l’objet de son second désir. Ranath pivota légèrement, tournant la hanche vers lui. La main passée entre les pans du manteau se posa sur la poignée du sabre.

      « Hein ? »

    Il la lâcha, et sans attendre arracha l'attache du manteau. Le vêtement glissa des épaules de la Sith jusqu’au sol. L’homme n’avait d’yeux que pour les deux sabres qui ornaient les hanches de la Mirialan. Ce ne fut qu’après, bien après, qu’il constata qu'elle était parée pour le combat.

      « C'est quoi ça ? »

    Tous s'étaient levés et cherchaient une réponse cohérente.

      « Ça ? »

    Elle attrapa le sabre d’Ansion. L'autre avait reculé. La lame pourpre jaillit de sa cachette.

      « Mais p*tain … ! »

    Les idiots dégainèrent leurs armes à leur tour, rien qui ne put rivaliser avec un sabre laser cependant. Le premier tira lui aussi une lame, une lame métallique qui ne manqua pas de rappeler à la Sith l’arme croisée sur Ryloth.

      « Amène-toi … »

    En réponse, le laser grogna sourdement. L’interruption vint du pas de la porte.

      « Mais qu’est ce que vous foutez ?! »

    L’Humain avait l'air effaré, son regard allait et venait entre les deux duelistes.

      « C'est qui ? Qu’est ce qu'elle fout là ? P*tain. »

    Personne ne fut capable de lui expliquer. Seule la voix de la Mirialan, qui avait quitté la ligne de garde, rompit le silence.

      « Liuhin Jama. »

    Il ouvrit de grands yeux.

      « T’es sérieuse ? »

    Et entre ses dents …

      « Mais quelle chieuse .... »

    Il reprit plus haut.

      « T'as l’intention de m'en éventrer combien ? »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33529
    La question resta suspendue entre eux, et pendant un instant, il ne se passa absolument rien. La Sith fronça le nez avant de lui cracher sa réponse.

      « Combien de fois tu vas me faire déplacer pour rien ? »

    L’Humain soupira.

      « Casse-toi, Barmo. »

    Barmo obtempéra. Son patron revint à la Sith.

      « Attends, attends. »

    Il s’avança vers la table, Ranath pointait désormais sa lame dans sa direction.

      « La première fois, la marchandise te plaisait pas. Ok. »

    Il leva le pouce, pour compter 1.

      « La deuxième fois, j’ai pas pu venir. Pas ma faute, j’ai envoyé quelqu’un spécialement pour te prévenir. »

    Il leva l’index, pour compter 2.

      « La troisième fois … ben m*rde, ouvre les yeux. »

    Sans laisser le temps à la Mirialan de réagir, il tira de sa poche un débris métallique et lui lança, doucement, pour lui donner. La main gauche de Ranath intercepta l’objet. Elle jeta un coup d’oeil, le reconnut.

      « Un tiers des vibrodagues que nous avons livré étaient tout à fait similaires à cette arme. Tu l’as vu en action. Je me fous de ta gueule ? J’ai perdu ma marchandise et mes hommes sur ton affaire. Alors, bordel, pourquoi tu viens me faire c!#?r ici ?! »

    La lame pourpre regagna son écrin. La Dame Sombre observait désormais la poignée de la double épée de Priar. D’un coup sec, elle en dégaina la lame encore entière, celle qu’elle n’avait pas détruite.

      « Qu’est-ce-que c’est ? Cortosis ? »

    L’autre roula des yeux.

      « Mais tu me prends pour qui, p*utain ? Du cortosis à ce prix, t’as vu ça où ? Tu délires, ça craint … »

    Encore un silence. Puis …

      « Réponds-moi, qu’est-ce-que c’est ?
      Ça te regarde pas. Ça fait le boulot, c’est tout. Me dis pas que tu veux en acheter. J’en vends plus. »

    Barmo revint sur le devant de la scène.

      « J’aimerais pas me mêler de ça, Iro. Mais bon … on a perdu du fric quand même.
      Je l’oublie pas. »

    Il se tourna de nouveau vers la Mirialan.

      « Ça tombe bien que tu sois venue. Tu vas pouvoir me payer. »

    Il fit mine de réfléchir.

      « Cinq hommes. Quatre caisses. Et disons … une semaine de travail acharné pour réparer tes conneries. Ça va te coûter … »

    Elle le coupa.

      « J’ai pas les moyens de te payer. »

    C’était faux.

      « J’ai jamais eu les moyens de te payer. »

    Encore plus faux. Kehera se pinça le nez quelques secondes. Puis le verdict …

      « Butez-la. »

    C’était une mauvaise idée, les cadavres récents en témoigneraient. Barmo n’attendit pas, avança pour frapper de sa lame. La Sith répliqua aussitôt avec l’arme qu’on venait de lui mettre en les mains. Le gaillard ne se débrouillait pas mal, mais on devinait aisément que c’était pas son métier. Le métal grinça, on échangea quelques coups tandis que les autres se levaient pour entrer dans la danse. Barmo subit la première estafilade, elle lui striait le torse de rouge. Chacun y mit du sien, mais la Mirialan les surpassait. Cependant, le nombre finit par avoir raison de la maîtrise. Un couteau planta la chair de la Sith, c’était mal visé, l’estomac fut néanmoins touché. Elle se pencha en avant, se plia. Et disparut lentement.

    Les idiots restèrent interdits au milieu de leur garage miteux. Kehera s’énervait.

      « Alors quoi ? »

    Les autres s’écartèrent pour qu’il put constater lui-même l’origine du problème.

      « Cherchez-la. »

    Il s’assit sur la première chaise qu’il trouva et se servit à boire. Ses hommes entamèrent de fouiller le hangar, retournant les carcasses métalliques. Puis s’en allèrent explorer l’extérieur. Barmo resta avec Iro.

      « C’est quoi ça ? Un Jedi ?
      Comment savoir … on sait juste que son p*utain de nom renvoie à rien.
      Son vaisseau ?
      Tu le connais, toi, son foutu vaisseau ? »

    Il se leva.

      « Qu’est-ce-que t’es con … »

    Perchée sur une traverse de la charpente métallique du garage, Ranath observait sa cible. Elle lui laissa quelques minutes de répit, puis se laissa tomber de sa cachette. La réception du saut provoqua un sursaut chez les deux hommes. La Mirialan se releva, un sourire narquois sur les lèvres.

      « Je rembourserai ce que je te dois. »

    Iro reprit un peu de consistance.

      « Tu vas faire le tapin ? »

    La suggestion ne plut pas mais n’induisit aucune réaction.

      « Ce sont des podracers ? Et eux … tes pilotes ?
      Barmo, le meilleur.
      Je suis meilleure encore. »

    Il se mit à rire.

      « Déconne pas.
      Prouve-le. »



Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33625
    Image

      « Il est prêt ?
      Ouais, tu le prends aujourd’hui ?
      Nan. C’est Iro qu’a décidé de foutre en l’air son pognon. »

    L’autre haussa les épaules, il ne comprenait pas, mais n’en avait rien à faire. Barmo le regarda s’éloigner, outils en main, et inspecta à son tour le pod. Celui-là était vraiment performant, peut-être moins que le sien, mais malgré tout suffisamment pour s’en méfier. Il l’avait déjà piloté, quelques fois, pour les tests, mais il n’appréciait pas sa maniabilité. Accroupi près du réacteur, poursuivant son inspection, il s’interrogeait. Il imaginait difficilement comment cette espèce de dinde allait bien pouvoir faire quinze mètres avec ce pod.

    Iro, accompagné de Liuhin, sortit du bâtiment et s’approcha. Barmo se redressa pour lui faire face.

      « C’est bon ?
      C’est bon.
      Eh ben on y va. »

    Kehera se tourna vers son invitée.

      « Liuhin, voici Furie. »

    Il lui désigna le pod d’un geste de la main.

      « Je te le prête, le temps que tu nous montres ce que vaut ton pilotage. Ne l’abîme pas. »

    La Mirialan répondit d’un simple hochement de tête, reportant momentanément son attention sur le pod qui lui était confié. Bien entretenu, il n’avait malgré tout pas l’air d’un coureur dernier cri. Il ferait l’affaire.

    Le soleil se levait à peine sur Tedrem. Les deux podracers furent chargés dans un speeder et emmenés au départ de la petite course improvisée, un aller-retour, avait expliqué Iro, jusqu’à une vieille antenne délabrée et rongée par la mousse. Après une courte nuit, Ranath se sentait fatiguée, et Malastare était écrasante, elle le constatait réellement après une dizaine d’heures passées sur son sol. Il n’était pas question d’atmosphère ou de température, mais de gravité. Chaque geste prenait des proportions différentes ici. On tendait à minimiser ses mouvements. Inconsciente de ce fait la veille, son combat l’avait épuisée. Mais elle n’en montrait rien.

    Le point de départ de la course, de la démonstration, du défi, appellation au choix, s’avérait être une clairière perdue en pleine forêt. Ici, les arbres étaient immenses et baignaient dans une constante humidité propre aux jungles de cette envergure. Bien que les troncs furent espacés, les fougères occupaient tous les interstices et déployaient leurs frondes à plusieurs mètres du sol couvert de mousses. Le tout constituait un environnement particulièrement dense dont il faudrait s'accommoder.

    On déchargea les pods et chaque pilote s’équipa.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33689
    Visières abaissées, réacteurs allumés, top départ.

    Si le démarrage de Barmo fut impressionnant de perfection, celui de Ranath équivalait au départ d’un débutant. On ne s’improvisait pas pilote de pod sur le tas. Néanmoins, une fois Furie lancé, l’exercice devint plus facile. Il filait en effet comme un petit speeder débridé et se laissait manier avec facilité. Ce n’était pas en l’engin que résidait la difficulté du parcours, mais bien en la quantité vertigineuse d’obstacles sur le trajet. Heureusement pour la Mirialan, Barmo ouvrait la piste et montrait, bien malgré lui, l’itinéraire adéquat. Toutefois, si la Sith voulait s’attirer les bonnes grâces de Kehera, il lui faudrait bien rattraper et dépasser son opposant. Alors elle projeta devant elle son esprit, tentant ainsi d’anticiper les obstacles et d’apercevoir, dans la Force, le chemin. Sa superficielle méditation l’amena à abandonner toute réflexion construite et à favoriser l’instinct, directement inspiré par la Force. Les choses alors allèrent d’elles-mêmes.

    Il était évident, pour la Sith, qu’il lui était impossible d’égaler Barmo. Le pilote maîtrisait son art à la perfection et semblait même prendre encore de l’avance. En outre, il connaissait la piste sur le bout des doigts et menait son pod sans hésitation. Ranath ne se donnait qu’un seul objectif : passer devant. Elle se vit alors accélérer, bien plus qu’elle n’imaginait pouvoir le contrôler. Les troncs et les fougères défilaient à toute vitesse, certains n’étaient évités que de justesse. Mais à force de petits risques accumulés, la Mirialan rattrapa son adversaire. Ils étaient sur le point de franchir la balise et d’entamer le demi-tour.

    La balise était une vieille antenne qui ne relayait plus aucun signal. Elle avait rouillé au milieu de la jungle et tenait encore debout par le concours d’un lierre aux ramifications épaisses. Barmo la dépassa et braqua aussitôt. Ranath entamait aussi son virage mais la manœuvre la retarda. Alors que l’Humain repartait toute blinde, elle dût malmener Furie pour compenser le mauvais virage et revenir à la hauteur de son opposant. Il fut d’ailleurs surpris de la voir effectuer une si rapide remontée, mais comptait bien sur le retour, et son taillis de fougères, pour la semer de nouveau. Comme escompté, le parcours eut raison du pilotage de Ranath, qui avait beau écouter les doux murmures de la Force, ne pouvait lutter contre ses lacunes avérées en matière de pilotage. En définitive, Barmo franchit la ligne d’arrivée le premier.

    Moteurs coupés, casques calés sous le bras, fin de la course.

    Barmo vint narguer la perdante.

      « C’était pas si mal, mais ça remboursera pas tes conneries. »

    Elle ne répondit rien, voyant Kehera approcher.

      « Pas si mal, non. Ton temps est meilleur que celui de Yem. Doit y avoir moyen de te faire courir. Mais faut que ça rapporte, te plante pas. »

    Il marqua une courte pause avant de reprendre sur un ton plus sérieux.

      « Je peux pas t’inscrire en officiel, t’as pas de licence. Mais on organise une petite course, d’ici quelques jours, de nuit, dans les rues de Tedrem. Illégal bien entendu. T’en es. Pas grand chose à gagner, trente mille. Ils sont pour moi. Ok ? »

    La Mirialan hocha la tête. Iro enchaîna avec une bonne nouvelle : il lui prêtait Furie pour lui permettre de s'entraîner un peu avant le jour J.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33814
    On avait tout remballé, on était rentré et on avait monté Furie sur le pont afin de le préparer pour sa prochaine sortie. Iro n’avait pas voulu prêter un coin de son garage à Liuhin pour qu’elle pût y passer la nuit. Aussi la Sith se mit-elle en quête d’une chambre à louer dans les parages. Pas évident étant donné le coin. Elle trouva néanmoins sur le conseil de Yem, pilote dont elle avait de peu battu le record sur la piste forestière. Au détour de la conversation, il lui confia également l’emplacement du départ de la course. Information que Ranath enregistra consciencieusement.

    L’air était lourd sur Malastare. Non, c’était un effet de la gravité, rien à voir avec le climat, la Mirialan le savait mais elle ne pouvait s’empêcher de faire cette association idiote. En conséquence de cette caractéristique planétaire, elle se sentait fatiguée, chaque mouvement lui coûtait un peu plus qu’habituellement. Elle espérait rapidement s’en accoutumer, ne sachant pas combien de temps elle resterait encore sur Malastare. En attendant, le lit était le seul meuble digne d’intérêt de cette chambre minuscule. La Sith s’y était allongée aussitôt, et endormie.

    La nuit avait été courte et mouvementée de cauchemars étranges qui avaient laissé la Mirialan pleine d’appréhension. Au matin, elle se réveilla avec une idée saugrenue. À peine sur pieds, déjà surprise par le poids de Malastare, elle se plaça devant le miroir piqué de rouille. Elle ferma les yeux un instant, visualisant derrière ses paupières closes l’objet rêvé. Quand elle rouvrit les yeux, le miroir révélait déjà les contours d’une toute autre silhouette.

    Image


    Darth Ranath se tenait immobile, elle observait le résultat. La coiffe mirialan était devenue un imposant casque cuivré peint et orné de cornes recourbées, sa tunique noire noir avait mué en une robe complexe de toile brune épaisse et tissée de mille fils de ce même métal mordoré. Sur ses épaules, rehaussé de large épaulières forgées, pesait un lourd manteau qui semblait également cousu de pièces métalliques. Elle osa enfin bouger, et tendit le bras sur le côté. L’illusion suivit avec fluidité. La Dame Sombre se déplaça, fit un tour sur elle-même, observa le mouvement du tissu. Son esprit s’inspirait de souvenirs plus ou moins récents pour reconstituer l’image proche du réel de cette parure étrange.

    Enfin, la Mirialan en vint à dégainer son arme. La lame de son sabre vrombit avec Force, rouge comme le sang, et s’ajouta au tableau. Toujours face au miroir, la Sith s’exerçait à maintenir l’illusion tout en travaillant lentement ses enchaînements favoris. Près d’une heure durant, elle resta enfermée ainsi.

    L’alarme stridente de son comlink mit fin à l'entraînement. Barmo pestait de son retard.

    Oui, elle était en retard. Elle n’avait pas oublié le rendez-vous que lui avait donné le pilote, elle s’était laissée prendre au jeu. Après avoir remisé d’un battement de cil son petit déguisement, elle se prépara et s’en alla retrouver l’Humain.

      « Ton pod est prêt. Pendant que tu glandais ce matin, on a bossé dessus. Tu ferais bien d’aller faire un tour avec. J’ai mis dans la carte le spot qui pourrait être bien pour te crasher sans trop déranger les voisins. »

    À la question « Où est Iro ? », Barmo ne répondit que par un sourire moqueur et une boutade balourde « T’es amoureuse ? », et l’échange s’arrêta là.

    Ranath s’équipa de nouveau, comme la veille, on ne lui avait pas fourni de matériel, après tout, elle devait de l’argent à Iro. Le pod démarra sans faire d’histoire, la Mirialan reprit le chemin de la forêt, elle espérait retrouver l’endroit où avait eu lieu le test, mais n’y parvint pas. Elle s’accorda alors le droit de consulter les informations renseignées à son attention par le pilote, et suivi l’itinéraire conseillé.

    La piste était toute tracée. Pas d’arbres en plein milieu, pas de fougères. Ranath prit le temps d’apprécier la promenade, perdue dans ses pensées. C’est après plus d’une heure de routine monotone qu’elle émergea enfin et délaissa ses tristes réflexions de la veille pour se concentrer davantage sur le nouvel exercice qu’elle s’imposait. D’un geste assuré, elle poussa les moteurs à leur maximum, le regretta aussitôt, stabilisa malgré tout. Elle parcourut la piste de long en large, plusieurs fois, jusqu’à s’être totalement habituée aux réactions de l’appareil.


Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33878
    Pendant les quelques jours qui la séparaient de la course, la Mirialan ne s’était presque pas montrée. Elle avait passé le plus clair de son temps sur les pistes, avec Furie. Et la veille, elle était allée voir à quoi ressemblait le boulevard qui accueillerait sa médiocre performance. Ranath était convaincue de n’être qu’un bien piètre pilote, et avait en conséquence conscience de ne pouvoir remporter le premier prix. Une course ‘à la loyale’ ne lui assurerait pas la victoire, et le contact avec Iro serait perdu. Elle avait longuement réfléchi ce point et avait finalement décidé qu’en cas de nécessité, la Force l’aiderait. Face à ces pirates, pas de quartier.

    Le jour de la course, Furie resta au garage. La Sith le confia à un mécanicien bourru travaillant pour Iro qui s’assura que le pod était paré pour le soir. Ranath passa sa journée loin de l’agitation permanente des hommes de main du contrebandier.

    Il était amusant de voir à quel point la situation avait évolué. Alors que la Dame Sombre était venue sur Malastare pour y tuer sommairement un idiot se pensant malin, elle se retrouvait à inventer une histoire de dettes pour mettre la main sur un réseau bien plus étendu qu’elle ne l’avait imaginé initialement. Ceux qu’elle avait pris pour les bandits à la petite semaine, se révélaient finalement être de sérieux contrebandiers capables de se procurer du matériel rare. Ranath n’était pas certaine de suivre la bonne voie concernant son rapprochement avec Iro et son réseau, mais ce qui ne faisait aucun doute, c’était qu’il faudrait courir plusieurs fois pour commencer à intéresser son patron temporaire.

    Pour ce lapse de temps, la Mirialan avait mis de côté les trépidantes aventures sith qui l’attendaient. Ce détour, presque imprévu, sur Malastare se transformait peu à peu en vacances improvisées sans Ordre ni Apprentie. Restait à oublier la puanteur générale du garage, les insectes gros comme le poing, et l’atmosphère suffocante de la planète.

    Le soir, Ranath regagna le repère d’Iro. Yem s’y préparait également, et on lui confirma que Barmo ne courrait pas. C’était heureux. Il était connu, apparemment, pour être l’un des meilleurs. La Mirialan en profita pour glaner quelques informations auprès de Yem, qui n’était pas des moins bavards. Et pour cause, il lui décrivit l’itinéraire de bout en bout. Le départ sur le boulevard, le virage à gauche dans la rue des ateliers macromécaniques, attention aux portiques, plus bas qu’on pouvait l’imaginer, puis le virage vers la baie, la traverse du quai des manufactures, ici on avait le champ libre pour doubler, mais encore fallait-il avoir la puissance moteur nécessaire, le rétrécissement vers la rue dont on avait oublié le nom, impossible d’entreprendre un dépassement latéral, et l’arrivée. C’était assez court, quand on y pensait. Un peu trop court au goût de Yem.

    La nuit était tombée depuis longtemps quand on déchargea les pods sur le boulevard, vide de tout passant ou speeder. Il devait être vraiment tard. Ranath n’avait pas vu le temps passer. La course comptait une dizaine de candidats. Certains plus appréciés que d’autres à en croire les salutations plus ou moins chaleureuses lancées à la volée. Personne ne se préoccupa de savoir qui était la Mirialan. Elle ne gagnerait jamais, c’était l’évidence même. Ranath fut alors convaincue qu’elle en viendrait à tricher face à l’arrogance de ces idiots.

    Top départ.

    Une longue ligne droite, Furie dans les cinq premiers, avec un moteur comme celui-là, rien d’étonnant. Mais les plus longs à la détente remontèrent rapidement et déjà vinrent chercher le contact. C’était assez court, se faire une place sur le départ était un point essentiel, Yem l’avait dit. Lui, Yem, courait bon troisième.

    Un premier choc latéral et contact, situation totalement nouvelle. Quoi faire ? L’instinct trouva d’abord la réponse. Maintenir le contact, lâcher, freiner, accélérer. Problème réglé, le pod adverse quitta sa trajectoire. Premier virage, Furie réussit à en rattraper un qui prenait son temps, peu rassuré par ce tas de container à l’intérieur. Devant c’était Yem. Il franchit les portiques avec brio, sur ses talons, la Mirialan l’imitait, lui-même avait parlé de ces portiques particulièrement bas. Mais le concurrent devant eux ne prit pas assez de précautions, et c’est la tête semblait-il qui tapa le bas d’une poutrelle métallique. Pas le temps pour ça. Voilà qu’il ne restait qu’un seul arrogant devant Yem et Ranath. Il fallait d’abord se débarrasser de Yem, dommage. La baie, le quai. On pouvait doubler librement. Plein gaz pour Furie. Mais le pod de Yem en avait encore en réserve, et il fila directement au côté de son principal adversaire. Contact, accroche. Yem perdit le contrôle et finit dans le décor. Virage vers la rue dont on avait oublié le nom, très étroite, pas moyen de doubler en latéral, la Mirialan s’en souvenait.

    L’autre n’était pas loin, il avait ralenti en entrant dans la ruelle. Sur ses talons, la Sith poussa Furie jusqu’à accrocher l’arrière du pod. Elle entendit l’autre jurer. Pas de temps pour ces acrobaties. À pleine vitesse, un point de pression à l’arrière, le pod était particulièrement instable et facilement éjectable. Seulement fallait-il savoir s’y prendre correctement, et clairement, Ranath était incapable de réaliser ce genre de manoeuvre risquée dont l’unique but était d’exploser un adversaire. Alors elle s’en remit à un art qu’elle connaissait et maîtrisait bien. Et délaissant un instant le pilotage pleinement concentré, elle entreprit, usant de télékinésie, de dévier vers le mur, nez vers le haut, le pod qui allait lui voler la victoire. Elle lâcha aussitôt prise freina, et laissa faire les choses. L’autre pod tapa l’avant à droite, assez haut malgré tout, puis à gauche, libérant la voie pour Furie qui se faufila et glissa jusqu’à l’arrivée.

    Les autres arrivèrent presque à sa suite, ce qui surprit grandement la Sith. Ça avait été effectivement très court.

    * * *


    Iro affichait un air narquois.

      « Et voilà, t’as payé ta dette. »

    Il empochait le premier prix.

      « J’ai plus envie de voir ta tronche maintenant. »
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33944
      « Fais moi courir en officiel. »

    L’Humain fit volte face tout en fourrant dans sa poche la barrette de crédits qu’il venait de récupérer. Il ne dit rien mais son expression était éloquente.

      « Je voudrais participer à une course réglo. »

    Barmo pouffa derrière elle.

      « Et sous quel nom ? Pour avoir une license, il faut un ID, il faut un nom. Quel est ton nom ? »

    La courte hésitation de la Sith l’incita à poursuivre.

      « Jama n’existe pas. Et je ne falsifierai pas une license pour toi. On risque de se faire exclure. Je ne prendrai pas ce risque pour toi. Tu es … quoi ? Un Jedi ? Tu n’es rien. »

    Le discours n’était pas pour plaire à la Mirialan, mais il fallait continuer de jouer dans ce sens, sans plus dégainer de sabre laser.

      « J’aimerais acheter Furie. »

    Il avait du mal à avaler ça.

      « Et puis quoi ? Tu vas courir en off, toute seule, sans écurie ? Tu vas aller t’acheter une licence toute seule comme une grande ? Et avec quoi tu vas payer ? T’es déjà à sec pour réparer tes dégâts. »

    Ranath contenait sa colère.

      « Donne-moi du travail. Tu l’as vu, je sais piloter, et je sais tuer. Comme eux. »

    Barmo grogna, marmonnant un juron la mâchoire serrée.

      « Ah oui, j’ai bien un travail pour toi, ça t’irait tout à fait … faire le tapin. »

    Le mot de trop. Le coup partit tout seul. Un revers en pleine mâchoire, de quoi faire reculer Iro de quelques pas. Barmo s’enflamma aussitôt.

      « Hé, pét… »

    Mais son patron lui fit signe. Le pilote s’immobilisa. Iro se redressa, constatant que la Mirialan venait de lui exploser la lèvre inférieure. En guise de seule réponse, il exposa son majeur, dressé seul au milieu de ses frères repliés. Et il mit les voiles avec sa bande, laissant Ranath momentanément seule dans la nuit.

    Une voix, dans son dos, l'interpella.

      « Hé ! T’as des soucis avec Kehera ? »

    La Sith pivota vers son nouvel interlocuteur. Un Dug dont elle était incapable de déterminer l’âge ou la fonction.

      « J’ai vu, t’as volé la première place au Igma. Il est mort d’ailleurs. Chais pas comment t’as fait. Pas de chance. Il courait pour moi. Ça te tente de le remplacer ? Pour faire c!#?r Kehera et son ego envahissant ?

      Alors ?
      »

    * * *


    Le lendemain, Ranath s’en allait retrouver Anacma, son nouvel employeur.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#33994
      « Ce petit con a débauché mes meilleurs pilotes. Dont certains que je n’ai jamais revu. Je crois que le réseau de Kehera est beaucoup plus étendu qu’on l’imagine … mais comment savoir ? Ce type est malhonnête. »

    Disait le Dug qui participait largement à des courses sauvages dans les rues de Tedrem. Mais la Mirialan se s’attarda pas sur la question. Elle savait que les affaires illégales de Kehera rapportaient gros, et elle s’était mis en tête d’en toucher une part non négligeable, sa rancune la poussant sur la douce pente de la vengeance. Le tuer n’offrait plus aucun avantage maintenant qu’elle le savait en possession de matériaux rares et coûteux. Elle devait découvrir la provenance de sa marchandise, et s'immiscer dans ses affaires afin d’en tirer le meilleur profit. Malheureusement, Iro et Ranath étaient partis du mauvais pied, et il allait devenir compliqué de rattraper ces déboires. La fierté de Kehera n’aidant en rien.

      « Tu peux aller directement le chercher sur son terrain. Cours, gagne, mets-lui les nerfs. Y a moyen de lui sucrer une bonne partie de ses revenus liés aux pods. Les sommes sont parfois délirantes. Mais bon, faut gagner hein. Moi j’ai bien un module pour toi. Ben soit tu prends celui du Igma, mais bon, t’as peut-être pas envie, vu que … enfin, sinon y'a celui-là, il est bien aussi. »

    Et la meilleure chance de la Sith était certainement de prendre contact avec Yem. Il était de nature discrète et timide, mais n’avait pas hésité à cracher le morceau sur tout un tas de petits détails qu’il devait juger insignifiants. Cependant, ces petits détails avaient permis à la Mirialan, pensait-elle, de gagner cette course. Peut-être Yem en savait-il plus sur le réseau et sur les activités de Kehera.

      « Je prends vingt pourcents. Demande aux autres, c’est pareil pour eux. Sur les gains de courses nocturnes. Vingt. »

    Mais comment, avec un départ si mauvais, rattraper le retard ? Elle songeait alors à une nouvelle approche, avec un nouveau visage. Attention cependant, l’exercice était compliqué, et la moitié de sa concentration serait investie en supercherie, ça sentait l’échec. Simplement lui marcher sur les pieds, cela semblait effectivement être la solution la plus efficace. Mais elle devait remettre la main sur Yem …

      « Bon alors tu veux ? »

    L’attention de la Sith revint au Dug.

      « Oui, c’est d’accord. »

    Un sourire disgracieux déforma le visage d’Anacma.

      « Ce serait bien que tu prennes en main ton module. On peut faire des essais cette semaine, puis on ira courir. Mais je me fais pas de souci … »

    Et comme il l’avait annoncé, la fin de la semaine fut dédiée à la prise en main du pod. Le Dug donnait des conseils, mais le secret résidait en la pratique quotidienne, selon lui. Ranath s’appliquait comme une enfant apprenant à lire. Elle put également constater que les courses étaient la seule activité d’Anacma. Son garage, et son entrepôt annexe, s’avérait être au moins deux fois plus grand que celui de Kehera, pour un nombre égal de pilotes et de licenses. De quoi faire grogner le Dug.

    Et toute la semaine, la Sith entendit les rumeurs qui circulaient sur le compte de sa cible. Un trafiquant. Un contrebandier. Un pirate. Un réseau s’étendant au-delà des frontières de la Nouvelle République. Mais impossible de vérifier la moindre information, et pas de temps pour aller fouiner du côté de Yem. D’autant plus qu’Anacma ne la lâchait que très rarement.

    Cinq jours après l’accord passé, on avait établi la liste des courses sur lesquelles les pilotes de Kehera couraient. Quatre au total, sur une durée de dix jours. Deux à Tedrem. Deux en dehors de la ville. D’ici le premier départ, Ranath prit connaissance des parcours potentiels. Anacma lui montra les itinéraires les plus plausibles, en ville, et en forêt. Impossible de sortir un pod en ville en plein jour, alors de nuit, parfois, on remontait les boulevards, à vitesse largement réduite en comparaison des capacités des engins, et dans la journée, on courait sur les chemins sinuant sous les fougères. On put constater à plusieurs reprises que les pilotes d’Anacma n’étaient pas les seuls sur le coup, mais jamais, on ne croisa la bande d’Iro.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#34036
    Ils étaient douze. Exceptionnellement nombreux pour cette course en pleine forêt. En effet, les affrontements hors de la ville attiraient plus de monde, car moins risqués. Parmi eux, quelques pilotes de Kehera, Yem et Barmo, et un autre, Botta, de mémoire. Deux pilotes pour Anacma, Ranath et Maxen. Tous les autres, étaient des inconnus pour la Mirialan.

    Dès le départ, deux des quinze modules se percutèrent, forçant l’abandon de leur pilote. Déjà plus que dix. À peine quelques minutes plus tard, le quatrième sortit de piste, un problème technique à en croire les dégâts et le crash spectaculaire mais sans danger pour le pilote qui sauta avant de percuter le tronc qui eut raison de son appareil. L'événement permit aux modules de tête de prendre de l’avance, de mettre de la distance avec les moins rapides.

    Ils étaient six dans le groupe de tête. Yem s’était illustré par un départ parfait et conservait sa première place. Mais à la sortie du virage suivant, il se vit ravir la place par le second, avec un contact décisif qui lui fit perdre un temps précieux et qui le relégua à la quatrième place, juste devant Ranath. Un autre accrochage dans une ligne droite piquée de rochers rongés par la mousse, expulsa Yem et le troisième concurrent. Tous deux volèrent dans le décor, et la Sith n’évita un propulseur éjecté que de justesse.

    Voilà qu’ils n’étaient plus que quatre en tête, et largement en avance sur le reste des pilotes. Pour l’instant, la Mirialan concentrait ses efforts sur sa tenue de piste. Éviter les obstacles, maintenir une vitesse élevée.

    Au sixième virage, Barmo passa à l’attaque, profitant de la trajectoire légèrement hasardeuse de son principal adversaire pour prendre la première place et filer vers la ligne d’arrivée. Hors de question de le laisser faire. Ranath s’élança aussitôt à sa suite, prit l’intérieur et fila en seconde position. Le retour du pilote doublement lésé, ne fut pas sans encombre. Pour cause, Maxen avait lui aussi tenté sa chance, et les deux Dugs se trouvaient en compétition très serrée pour la troisième place. Mais ce n’était déjà plus l’affaire de Ranath qui se rapprochait dangereusement de Barmo.

    L’Humain jeta un regard derrière son épaule. Jama était juste là, derrière lui. Elle courait sous de nouvelles couleurs, pour un idiot dont l’orgueil valait bien celui d’Iro. Peu importait. Il ne gagnait pas sa vie sur la piste. Tout ceci n’était qu’un jeu en attendant leur prochaine prise. Et il ne comprenait pas bien pourquoi son employeur ne s’était pas débarrassé de la Mirialan. Il lui avait posé la question plusieurs fois sans jamais obtenir de réponse. Il soupçonnait quelque nouvelle manigance. Était-elle vraiment un Jedi ? Un soupir narquois. Il ralentit la cadence et força le contact.

    Les deux modules s’entrechoquèrent une première fois. Une deuxième fois. Ranath crut entendre siffler une injure. Elle initia le troisième choc. Et d’un coup de l’oeil, elle aperçut Barmo dégainer une arme, un blaster. Tout était vraiment permis dans ce genre course ? Ils étaient tout près l’un de l’autre. À si faible distance, le tir lui ferait exploser le crâne, littéralement. Alors qu’il armait et visait, la Sith balança une quatrième fois, lâcha la main droite et la lança en direction du canon. Si près …

    Barmo, sans doute par réflexe, pressa la détente alors que Ranath lui arrachait son arme. Lui, prit un coup de crosse en plein front. Elle, reçut le tir à fleur de peau au niveau de la cuisse. Tous deux décrochèrent. Et c’est finalement Maxen qui remporta cette course-ci.

    La Mirialan chuta de son module dont la trajectoire était devenue incontrôlable. Après quelques mètres à peine dans les fougères, il s’écrasa contre un arbre et retomba en pluie métallique dans les quinze mètres alentours. Ranath roula sur quelques mètres. Elle demeura immobile de longues minutes avant de se relever. Le silence des alentours immédiats lui fit comprendre que les autres avaient fini. Elle revint aux abords de la piste. Son regard la traversa aussitôt, le module de Barmo s’était planté de l’autre côté. En quelques enjambées précipitées, la Mirialan rejoignit le lieu du crash, à la recherche du pilote. Elle le trouva rapidement, mal en point. Son crâne avait heurté une souche.

    On s’agitait déjà du côté de la ligne d’arrivée, la Sith percevait des clameurs. Sans plus attendre, elle s’agenouilla au côté d’un Barmo inconscient et glissa la main dans la poche intérieure de sa veste. Elle le gardait près d’elle, au cas où, juste au cas où. Posant l’autre main sur le front de l’Humain, elle invoqua Harvk et son pouvoir. Elle l’avait pratiqué quelques fois et savait désormais comment s’y prendre pour un résultat rapide. La Mirialan ferma les yeux, elle ne savait pas faire autrement, et sentit dans ses doigts, puis dans sa main et son bras, des fourmillements, des picotements, et enfin une intense brûlure. La douleur remonta jusqu’à l’arrière de son crâne. C’est alors qu’elle réalisa, un peu tard, que l’Humain n’était pas tout à fait doté des mêmes organes qu’elle. Trop tard.

    Le senseur crânien de la Mirialan s’en trouva totalement paralysé, saturé par le contact avec Barmo. C’était une douleur rare. La Sith crut perdre pied tant la sensation lui était insupportable. Elle n’entendit pas Yem arriver derrière elle. Il dut la secouer et lui faire lâcher Barmo pour qu’elle pût retrouver un semblant de conscience.

      « Hé ! Ça va ? Tu fais quoi ? »

    La Mirialan demeura interdite un instant, le souffle court. Les autres arrivèrent sur les entrefaits. On emmena Barmo, on laissa Jama se remettre de ses émotions.

    * * *


      « Ça a cogné derrière. Un mal de chien. Je crois que c’est la chute la plus violente que j’ai faite depuis pas mal d’années. Ça a coupé tout de suite. Plus rien. Juste, la douleur, tu sais. Et puis je l’ai vue. Elle est sortie de nulle part. Et je me suis senti mieux. Elle était juste là mais … c’est comme si elle avait pris une partie pour elle. Tu vois ?

      Je sais pas ce qu’elle fout là.

      Moi je peux pas y aller demain. J’ai la jambe flinguée, et avec la tête, je t’en parle même pas. Tu devrais peut-être … je sais pas. Elle est plutôt … efficace.


      Attends, je comprends pas. T’as été le premier à dire qu’il fallait la buter.

      Ben … je me suis p’t’être planté. Mais pour demain. Je vois pas qui tu pourrais envoyer.

      On sait pas ce qu’elle fout là. C’est peut-être nous qu’elle veut coincer.

      Je crois pas, Iro. Et puis écoute, t’as rien à perdre demain. Au pire, tu seras fixé. Propose-lui. »

    * * *


    Assise par terre, à côté du speeder, la Dame Sombre attendait le verdict. Yem la rejoignit.

      « Ça va aller pour lui. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

    Elle raconta sommairement.

      « Hé bah … et … tu faisais quoi ? C’était quoi ?
      J’essayais juste de l’aider.
      Oui mais …
      Jama ? »

    La Sith leva le nez vers Kehera qui arrivait à peine.

      « Tu veux me rendre service ? »

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

L'ombre et la lumière

Elle ne comprenait pas, où ne voyait pas. Le voil[…]

Les indicateurs du tableau de bord avait beau cli[…]

Peut-on sortir d'un trou noir ?

Salut à tous ! Je propose, à ceux qui s'int[…]