L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Gérez l'évolution de votre personnage
Règles du forum : Cette zone est réservée aux fiches de présentation validées, qui y sont en libre lecture. Toute modification d'une fiche doit être limitée au minimum possible. Seules les mises à jour des histoires sont autorisées. Des posts supplémentaires liés aux développements de votre personnage ou à la tenue de vos rps sont également possibles, tant qu'ils ne modifient pas la fiche originelle.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#16508
Image
Image


Image
Informations
Inventaire
Histoire
Évolution
Aventures
Fiche Force
Compte bancaire

Image

-- Informations --


  • Nom : Mya Tellis
  • Nom sith : Darth Ranath
  • Identité falsifiée : Sibi Maw

  • Race : Mirialan
  • Sexe : F
  • Âge : 35 ans (née en 24 BBY)
  • Planète d'origine : Mirial
  • Métier : Dame Sombre des Sith
  • Groupe : Ordre Sith


  • Apparence :
    Une main habile défit le chignon tressé qui avait contenu la chevelure de la Mirialan toute la journée, libérant ainsi une cascade ébène de chaque côté de ses pommettes émeraudes. La jeune femme constata alors son air fatigué. Les cernes creusaient désormais son visage de deux sombres sillons sous ses yeux. Les tatouages temporaires camouflaient habituellement aisément cet état avancé d’épuisement. Même sa peau avait perdu de son éclat. Le joyau viridien n'était plus si attrayant. Seuls ses iris iridiaient encore d'un bleu presque surnaturel en comparaison à ce teint fade. La Sith, comme pour s’infliger une punition inutile, retira délicatement les lentilles achetées sur Mirial. Le filtre cobalt retiré dévoila la couleur véritable de ces yeux humides d'une peine encore inexpliquée. Le pourtour de l’iris semblait rougi, comme éprouvé par un mal diffus. La pupille n'était qu'un puits noir tirant à lui chaque détail du morne reflet, engrangeant l'information avec avidité. Entre blanc et noir, le cercle doré étincelait. L’ocre avait dévoré la totalité de l’azur qui encore le mois dernier s’accrochait au rebord de la pupille. Toute trace de Tellis semblait avoir disparue.

  • Psychologie : La chute de Mya n'a pas entamé sa détermination. En revanche, ses priorités ont changé : son objectif, quel qu'il soit, prime avant toute justice. Le caractère de la Mirialan est également plus changeant, la violence fait désormais partie de ses potentielles réactions.

  • Affection : Elle aime la nuit et les lumières qui l'illuminent. Elle apprécie les contempler pendant de longues heures dans le plus grand silence. Mya a également un certain engouement pour l'entrainement physique qui la maintient dans une forme exemplaire.

  • Aversion : La Mirialan déteste le bruit, qu'il provienne d'une foule, d'une ville ou encore d'une machine. Sa seconde plus grande aversion est la chaleur, accompagnée de tous ses désagréments.


Modifié en dernier par Mya Tellis le mar. 9 oct. 2018 08:25, modifié 56 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#21758
Image
-- Inventaire --



  • Inventaire :
    • Une coiffe mirialan
    • Un masque de kevlar noir protégeant le visage jusque sous les yeux
    • Un stylo mordoré à la plume triangulaire
    • Un carnet relié de cuir brun dont les pages écrues commencent à vieillir
    • Le sabre laser de son mentor
    • Un sabre laser sith récupéré sur Ansion
    • Deux dagues d'acier trempé
    • Une pierre rouge portée en pendentif
  • Vaisseau : Cargo YT-2.000 « Poing de l'Ombre » (Immatriculation falsifiée sous le nom : « Odonata »)
  • Connaissances notables :


Modifié en dernier par Mya Tellis le mer. 13 juin 2018 13:46, modifié 17 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#24810
    Image
    -- Histoire --



    Un carnet de cuir brun finement relié et rempli de pages souples en papier écru. Un stylo cylindrique mordoré dont l'encre s'écoule par une plume triangulaire. Les lettres couchées sur les feuilles sont hésitantes et inégales.

    « 12:8:15
    Je suis Mya. J'ai 5 ans.
    Le carnet c'est Lina qui me l'a donné, et le stylo aussi. Elle dit que c'est rare.
    C'est aujourd'hui que j'ai 5 ans. On a fait la fête et j'ai eu des cadeaux.
    Maman m'a offert une coiffe comme elle a pour protéger de la chaleur.
    Papa m'a donné un sac pour mettre mes affaires. Je pars bientôt.
    Lina m'a donné le caillou rouge qu'on a trouvé ensemble. Elle a mis un cordon pour faire un collier. Et le carnet.

    22:8:15
    Je pars aujourd'hui. Je vais voir toutes les étoiles !
    Papa m'accompagne, mais Lina et Maman me manquent.
    Je vais apprendre des nouvelles choses. Je dois aller là bas parce que c'est important pour Papa.

    Je suis dans l'espace maintenant ! Je vois les étoiles !

    2:9:15
    Toute la planète est une ville. Mais ne suis pas allée dans la ville.
    Depuis qu'on est arrivé je suis dans le Temple Jedi.
    Papa est parti hier.
    Je connais presque tous les autres et on a commencé les leçons ensemble.

    15:9:15
    On apprend le Code des Jedi. Ils doivent protéger et sont les gardiens de la paix.
    Nel est sympa, mais il se fait souvent disputer. Je l'aime bien.

    5:2:16
    J'avais perdu le carnet !
    Nel raconte plein de trucs, il dit qu'il a volé une tunique à un autre.
    Je me suis brûlée avec un sabre pendant la leçon.

    25:5:16
    Il a fallu quitter le Temple parce qu'il y a eu une attaque.
    Le Chevalier Sorin Nalran nous a emmené.
    On a vu les flammes et la fumée du Temple.
    Nel n'est pas là.

    12:8:25
    Aujourd'hui j'ai 15 ans, je n'ai pas écrit depuis la nuit où le Temple Jedi a brûlé. Je ne m'en souviens pas vraiment, ni de tout ce qu'il y a eu avant. Je n'ai toujours pas de nouvelles de mes parents et de Lina, et je n'ai pas les moyens de les contacter. Sorin ne veut pas que je les cherche, je suis trop faible.
    On a fini par se retrouver sur Dantooine, et c'est Sorin Nalran qui me forme pour le moment. J'ai pratiquement tout repris depuis le début : le code, la discipline, le sabre. Je m'entraine tous les jours, et le soir quand les leçons sont finies, mais je trouve que je ne progresse pas très vite. Pourtant je ressens et perçois les choses différemment, et j'arrive même à déplacer de petits objets. Pour le sabre ça va, je fais beaucoup d'exercices et je commence à sentir que c'est plus facile. Il n'y a pas longtemps j'ai réussi une roue sans les mains.

    1:10:25
    J'arrive à contrôler mieux mon sabre. Cela fait quelques jours que je ne me suis pas brûlée du tout. Comme Sorin n'est pas toujours là, il y a des périodes où je n'ai pas vraiment de leçons. Donc je travaille toute seule, je médite beaucoup et je cours aussi, je m'entraine à donner des coups de pied plus haut.
    Cette semaine j'ai pu montrer à Sorin comme j'ai progressé. J'ai paré ou esquivé quasiment tous les coups. Ce que je voudrais apprendre le plus c'est la téléportation … Mais il m'a dit que je devais encore augmenter ma vitesse et ma précision avant d'apprendre de nouvelles choses. »

    *


    « Qu'est-ce-qui te préoccupe, Mya ? »

    Sorin m'observe depuis l'encadrement de la porte.

    « Rien du tout, dis-je en me mordant la lèvre.
    - Tu feuillettes toujours ce cahier quand quelque chose ne va pas, insiste t-il.
    - Ça fait longtemps que tu n'es pas retourné sur Mirial ?
    - Oui, ça fait longtemps. Pourquoi me demandes-tu cela ?
    - J'aurais bien aimé savoir …
    - … comment va ta famille, termine t-il. »

    À nouveau, ma lèvre prend un coup de dents. Après presque 10 ans passés à se cacher sur Dac, Sorin commence à bien me connaître. Il faut dire que je ne fais pas beaucoup d'efforts pour lui dissimuler ce qui me trotte dans la tête. En revanche, je ne sais pas grand chose de lui. Ce Chevalier Jedi est né sur Mirial, comme moi, mais je ne sais rien de son passé, parfois il parle de notre planète, sans jamais évoquer des souvenirs personnels. Il ne parle pas non plus de ses missions. Tout ce qu'il me raconte me semble toujours à des milliers d'années-lumière de son vécu. Même sur Dac il n'a pas craqué, pourtant la fin de notre séjour fut particulièrement difficile. Malgré la situation, il a toujours trouvé le moyen de me faire faire de petits exercices, autant physiques que mentaux. Mais cela n'avait rien à voir avec une véritable formation. Heureusement que nous sommes ici maintenant.

    *


    « 13:10:25
    J'arrive à intercepter des tirs avec mon sabre, et d'autres que j'arrive à esquiver. Je perçois de mieux en mieux la sphère, c'est comme si j'étais sur le point de la voir. En parallèle j'essaie de parer en utilisant la Force. Je dois concentrer mon énergie et l'expulser pour dévier l'attaque de la sphère. C'est plus facile à dire qu'à faire : je me suis brûlée à l'épaule.

    13:4:27
    Ça y est, je l'ai fait ! J'ai monté un sabre laser. Il émet une jolie lumière bleue.
    Bon, j'ai été un peu aidée, mais je suis quand même fière !
    Je vais pouvoir commencer à m'entrainer avec mon propre sabre.

    15:4:27
    Ce matin j'ai fait l'entrainement avec Imril. Je maîtrise beaucoup mieux les prises et les coups du Teräs Käsi que Sorin m'a appris. Je crois que j'ai gagné aujourd'hui.
    Imril était un peu déçu. J'avoue que je ne le connais pas trop mais ça nous a donné l'occasion de discuter un peu. Apparemment, sa famille a toujours vécu sur Coruscant, l'attaque du Temple l'a vraiment marqué, alors que moi je m'en souviens à peine.

    6:5:27
    J'ai paré tous les tirs de la sphère d'entrainement avec mon sabre, on va enfin pouvoir faire quelque chose de moi. Encore quelques mois et on devrait commencer à travailler sur la direction des tirs que je renvoie.
    Avec toute ma concentration je suis capable de dévier quelques attaques. Mais sans le sabre, je ne peux pas m'empêcher d'esquiver, c'est plus fort que moi. Quand je ne m'entraine pas avec la sphère, je réussis à expulser l'énergie que je concentre. J'essaierai encore avec la sphère demain.

    11:7:27
    En réalité c'est moins facile que prévu, ça fait des semaines que je galère contre ce truc. J'ai encore pris un tir dans le bras et je me pris brûlée avec mon sabre. Ce n'est pas grave et ça cicatrise vite, mais ça me ralentit beaucoup. Ma concentration est également affectée, je perçois moins bien la sphère, si son mouvement est trop brusque je la perd pendant quelques secondes. C'est pour ça que je prend des coups.
    Même si je maîtrise mieux mon sabre, j'ai un peu perdu confiance et j'ai tendance à faire des mouvements plus réfléchis. Comme si j'avais perdu des réflexes. En revanche, côté entrainement physique, tout va bien. Il me semble que je me suis mieux débrouillée lors de mon dernier combat contre Sorin.

    2:3:28
    Ça fait plusieurs jours que Sorin est parti, il devait rentrer hier, mais toujours aucune nouvelle.
    Je profite de son absence pour travailler ma concentration et méditer. Je me place au fond de la salle, en face du mur. Et j'essaie de ma visualiser de l'autre côté de la pièce, devant la fenêtre pour regarder dehors. Je me sens plus légère pendant quelques secondes, et puis je n'arrive plus à me concentrer.

    15:3:28
    Toujours pas de nouvelles de Sorin.
    Je fais le même exercice tous les matins, et aujourd'hui j'ai l'impression que j'ai aperçu le paysage par la fenêtre, mais au moment d'ouvrir les yeux il n'y avait que le mur. Pourtant j'avais vraiment l'impression d'avoir bougé.
    Cet après-midi, Tess m'a montré comment on démarre un chasseur Jedi et m'a expliqué comment ça se pilote. Mais la démonstration sera pour plus tard : on n'a pas le droit de décoller sans autorisation.

    33:3:28
    J'ai vu Sorin par la fenêtre ! Et je me suis cognée dans le mur en voulant m'approcher de la vitre. Il est rentré, et m'a raconté que son retard était dû à un détour pour régler une affaire annexe. Je trouve ça un peu bizarre …

    21:6:30
    J'ai fait un rêve étrange. Je voyais ma famille sur Mirial, mais seulement mon père et ma mère, pas Lina. Ma mère parlait de quitter la maison pour rejoindre les rebelles. Où-es-tu Lina ?

    22:6:30
    Mon rêve persiste, la même scène se déroule sous mes yeux, la discussion prend la même tournure. Mais cette fois je vois plus de choses, la pièce contient plus de détails, ça ressemble vraiment à la maison.

    23:6:30
    Ça y est, je vois tout le salon, tous les détails. Le rêve n'est plus figé, je n'avais plus l'impression de rêver, et pendant que mes parents discutaient, j'ai fait le tour de la maison. Je me suis réveillée avant d'arriver à la chambre de Lina.

    2:4:34
    Je n'ai jamais refait ce genre de rêve. Mais en m'isolant dans un endroit calme et très silencieux, j'arrive encore aujourd'hui à entendre la discussion de mes parents et à me déplacer dans la maison. J'ai atteint la chambre de Lina, elle est vide, ne contient pas un meuble. »

    *


    Un petit vaisseau a atterri à quelques kilomètres de la base, il paraît que c'est un chasseur. Maître Alek, Sorin, Imril et moi allons voir de quoi il s'agit. Tess nous a emmené sur place : une petite forêt clairsemée au cœur de laquelle se tient une large clairière. Le vaisseau se tient là, c'est effectivement un chasseur monoplace, mais son identification est impossible. Tess et Maître Alek s'avancent vers lui sans rien détecter. Le Maître Jedi se retourne brusquement, sabre laser allumé, pour parer l'attaque d'un sabre rouge. Il repousse son assaillant et se replace en position de garde. L'individu est un humain au visage dur, vêtu d'une combinaison de pilote, il tient fermement son arme. Une nouvelle attaque fait reculer Maître Alek, le coup suivant lui entaille l'épaule et laisse l'inconnu libre de ses mouvements. Tess se tient en retrait, son arme est inutile dans la situation actuelle.
    Profitant de la faille créée dans la défense de son adversaire, l'humain bondit vers nous. Sorin s'interpose pour nous protéger, les sabres lasers se rencontrent avec fracas. Imril, incapable de tenir en place, se précipite vers son maître déjà remis sur pieds. Je dégaine mon sabre avec l'intention d'aider Sorin qui est forcé de parer chaque nouvelle attaque, toujours plus rapide que la précédente.

    « Non, Mya ! me lance t-il. »

    L'attaquant profite de ce moment d'inattention pour planter son sabre dans le ventre de son adversaire qui s'écroule au sol, lâchant son arme. Sorin à terre, je me retrouve seule face à l'humain. J'éteins mon sabre laser alors que la panique m'envahit. Un bond sur le côté me permet d'éviter un premier coup. Mon regard se perd autour de moi, celui qui veillait sur moi depuis des années vient de disparaître à jamais, sa présence me manque déjà, je ne le perçois plus. Du coin de l'œil, j'entrevois le sabre rouge qui fond vers moi avec un vrombissement sourd, la peur et la mort prennent possession de moi. D'un cri, j'exprime toute ma terreur, incapable de bouger, mon regard croise celui de mon assaillant et je rejette soudain l'éventualité de la mort, projetant toute ma haine sur celui qui vient d'assassiner Sorin. La déflagration est telle que mon adversaire est stoppé puis déséquilibré. Le sabre vert de Maître Alek transperce le torse de l'humain que la vie abandonne. Je retourne auprès du corps de Sorin.

    « Mya, m’interpelle Alek, est-ce-que tout va bien ? »

    Sans émettre un son, je hoche la tête et m'agenouille. La tristesse s'empare de mon cœur tandis que je me remémore toutes ces années qu'il a passé à veiller sur moi. Mon regard se pose sur son visage qui me semble si serein. Je tends une main hésitante vers lui, refoulant mes larmes, je parviens finalement à fermer ses yeux dépourvus d'expression tandis qu'une sensation étrange m'étreint. L'absence de Sorin donne lieu à un vide dévorant qui me fait oublier tout ce qui m'entoure. Je revois sans cesse le sabre rouge donnant la mort, et le regard acharné de l'assassin. Je regrette de ne pas avoir eu la force de lui ôter la vie moi-même.
    Une main se pose sur mon épaule au moment où je me rends compte que je sers fermement la poignée de mon sabre de mes deux poings. Maître Alek et Imril se tiennent à côté de moi, le jeune apprenti s'est assis également et m'interroge du regard. Je peux lire la tristesse dans ses yeux. Malgré leur présence, cette solitude qui m'habite désormais provoque une douleur que j'ai du mal à contenir. Alors que Tess contacte la base, je ramasse le sabre laser de celui que je considérais comme mon Maître.

    *


    « 6:4:34
    Il m'a sauvé la vie au Temple Jedi, cela fait déjà presque 20 ans. C'est lui qui m'a permis de vivre, qui m'a cachée et m'a appris à me battre, à mieux percevoir et contrôler la Force. Il a toujours été présent pour me protéger de tout ce qui aurait pu me blesser ou m'écarter de ma voie. Je n'oublierai jamais Sorin Nalran. »

    *


    Après la mort de Sorin, Maître Alek m'a prise comme apprentie. Je m'entraine beaucoup avec Imril dès qu'il est question de sabre laser ou de combat rapproché. Il est ma seule source de motivation. Tous les matins, sa tignasse blonde apparaît dans l'encadrement de la porte : il vient me chercher pour discuter ou travailler nos exercices. Il n'est pas d'un naturel bavard mais fait pourtant l'effort de me raconter des anecdotes de ses entrainements ou de sa vie quotidienne. Plusieurs fois il a insisté pour que nous allions voir Tess. Il nous montre toujours plein de choses sur les vaisseaux dont il s'occupe. Parfois il nous explique comment les piloter, comment les entretenir, mais ce que nous préférons, ce sont les histoires qu'il raconte.

    Les techniciens ont trouvé une balise de position dans un de nos vaisseaux, c'est un traceur de l'Empire. Sur ordre de Leia Organa, la base a été évacuée. En un rien de temps, l'endroit s'est retrouvé désert. Nous avons quitté la base ensemble à bord d'un des vaisseaux de l'Alliance.
    Après quelques jours de voyage, une escale s'impose : le carburant vient à manquer. Une partie de la flotte a donc stoppé sa progression pour recharger les réservoirs. Alek m'a signifié que je ne devais pas m'éloigner du quai, j'ai cependant le droit de sortir du vaisseau pendant que les techniciens effectuent les maintenances habituelles. Pour éviter d'attirer l'attention, nous avons troqué nos habits de padawans et de Jedi pour des vêtements plus classiques. Ainsi, je porte un pantalon noir et une tunique de toile grise ceinturée par une large bande de tissu noir, et dont le col montant dissimule le cordon qui maintient mon pendentif autour de mon cou. Les bottes que j'ai aux pieds ont été empruntées à l'une des pilotes partie se reposer. Comme je ne quitte plus ma besace informe, celle-ci balance actuellement sur ma hanche tandis que j'explore le quai. Elle contient ce qui compte le plus pour moi, tels que mon carnet, mon sabre, et celui de Sorin, que Maître Alek ne m'a pas encore réclamé.

    Au bout du quai, j'aperçois le vaisseau stationné à côté du nôtre. Le transporteur fait également le plein de carburant et en profite pour décharger des marchandises. En observant la coque, je reconnais le T majuscule inscrit dans un losange joliment stylisé. Je m'approche davantage de l'employé chargé d'inventorier les caisses qui entrent et sortent du vaisseau. D'un coup d'œil, j'entrevois Alek, certainement à ma recherche. Je quitte notre quai, empruntant le couloir d'accès pour rejoindre la veine principale de l'astroport. Le Maître Jedi m'a vue et m'y suit. Je me fonds dans la foule, recevant coups de coudes et "pousse-toi" en tout genre. Je fais abstraction d'Alek et du monde qui fluctue ici et me concentre pour faire partie du flux. Je suis simplement le cours d'une immense rivière. J'esquive les passants, les containers en transit, je ne suis qu'une particule au milieu de ce flot en furie, je ne reçois plus de bousculades ni d'insultes. Je me dirige tranquillement vers le couloir qui m'intéresse et m'y engage. Je retrouve l'employé et son compte de caisses marquées du même T majuscule. Un coup d'œil en arrière me permet de constater que je n'ai pas été suivie jusqu'ici, un coup d'œil vers la soute du vaisseau me permet de constater qu'elle est étroitement surveillée. Je fais un rapide tour du quai et repère l'accès au pont principal. Je m'en éloigne pour mieux me concentrer. Encore un petit effort, je me fonds à nouveau dans un groupe de marchands et le suit. Je me concentre uniquement sur ce groupe, j'en fais intégralement partie. Comme prévu, les marchands se dirigent vers le pont principal du vaisseau. Nous passons devant des employés armés qui saluent le groupe sans remarquer ma présence.

    Une fois à bord, je me sépare des marchands pour me diriger dans la direction qui me semble être celle de la soute. Cette partie du vaisseau est vide, toutes ces portes mènent surement aux couchettes. Je descends au plus bas jusqu'à ne plus trouver d'escaliers pour progresser, puis je me dirige vers le fond du vaisseau, vers la soute. Celle-ci occupe l'arrière du bâtiment et s'étale sur plusieurs étages. Mon but est d'accéder à l'étage le plus bas et le plus près de la porte de chargement. Au bout de ce couloir, une porte verrouillée me bloque le passage. Je tends l'oreille et perçois le raffut des containers que l'on charge. Je m'accroupis contre le mur pour attendre la fin de la manœuvre. Le temps passe et mon esprit vagabonde. Cette petite escapade n'était pas vraiment prévue et je ne sais pas combien de temps elle peut durer. Imril en sera certainement très déçu, et il me manquera, mais je dois vérifier certaines choses. Je crains avoir déjà attendu trop longtemps. Je pense qu'il pourra le comprendre, ce dont Maître Alek serait incapable. Je n'ai réussi à tisser aucun lien avec ce dernier, il demeure distant et fermé, bien que ses conseils soient avisés. Je garde dans mon cœur le sourire que Sorin affichait pendant nos entrainements, et qui me permettait de fournir tous les efforts nécessaires à ma progression. La distance qu'entretient Alek et la blessure laissée par la mort de mon maître ralentissent mon apprentissage, et réduisent mes efforts à néant. J'ai besoin de m'éloigner et de reprendre mon souffle.

    Plusieurs heures se sont écoulées et je commence à avoir des fourmis dans les jambes, ce qui perturbe ma concentration. Je suis restée en alerte tout ce temps, à la fois pour suivre le cours du chargement, mais également pour surveiller l'unique accès à ma position. J'entends enfin la porte de la soute se refermer lourdement sur l'ordre d'un employé à la voie rauque. Quelques minutes après, un vrombissement se fait entendre et le vaisseau se met à trembler doucement : les moteurs sont allumés. C'est alors que je perçois un bruit de pas qui semble provenir du même étage que moi. Je me lève doucement et vide mon esprit, seul le son des pas persiste. Par la pensée, je remonte le couloir, mais le décollage du vaisseau me fait revenir à moi aussitôt. Cette fois je ferme les yeux et me concentre sur les pas, puis j'explore autour du moi, je vois le couloir et la porte fermée, la faible lumière qui m'éclaire, l'inscription sur la porte, l'écriteau au-dessus de celle-ci. Je m'avance dans le couloir sans pour autant avoir fait un pas. Je revois les murs en mauvais état, la tôle alvéolée au plafond et les tuyaux qui courent au-dessus de ma tête. Le son des pas est très proche maintenant, je n'entends qu'eux. Je vois la paire de bottes qui s'approche. L'individu porte une arme. La panique me ramène à moi. Machinalement, je tente d'ouvrir la porte, sans succès. Je m'accroupis, face au mur et ferme les yeux. De l'autre côté de cette porte, il y a la soute, les containers remplis de marchandises, tous marqués du T et du losange. La seule lumière provient du dernier étage, elle suffit à éclairer toute la soute, à éclairer les caisses. Il n'y a personne de l'autre côté, il n'y a que moi, assise entre les containers. Je vois la porte, cette porte qui me retient ici, mais je vois son autre face, celle qui ferme la soute. Les pas se sont arrêtés.

    « Hé ! Qu'est-ce-que tu fous là toi ! »

    Je vois l'autre face de la porte, et j'ai les yeux ouverts. Je me relève d'un bond et scrute rapidement les alentours : la soute. Je souris à la porte close et me précipite dans un coin non loin de la porte de chargement du vaisseau. Les caisses sont solidement accrochées, mais l'espace laissé avec la paroi me permet tout juste de me glisser derrière l'une d'elle. Je m'immobilise.

    Personne n'est venu me déranger. La soute a été ouverte et fouillée, mais ils ne sont pas venus jusque là. Les moteurs sont maintenant arrêtés, et je crois entendre le bruit d'un astroport à l'extérieur. La grande porte finit par s'ouvrir et le déchargement des caisses débute. Le container derrière lequel je me cachait ne tarde pas à être détaché. L'employé chargé de l'inventaire me découvre avec un air halluciné.

    « Que … Qui êtes vous ? balbutie le mirialan.
    - Je suis Mya Tellis, et je souhaite parler à Ekki Thran. »

    Je suis donc conduite à mon oncle qui m'accueille avec un sourire radieux. Son visage est marqué par la fatigue, mais ses yeux d'un bleu profond demeurent pétillants et plein de vie. Comme toujours, ses longs cheveux gris sont attachés et tombent dans son dos.

    « Que fais-tu par ici, Mya ? m'interroge t-il après une embrassade.
    - Je viens te rendre visite.
    - Ceran m'a dit qu'il t'avait trouvé dans la soute. Une manière bien étrange de voyager.
    - J'ai eu quelques problèmes, et je voulais revoir mes parents, avoué-je. »

    Ekki baisse les yeux, l'air attristé. Il s'assoie finalement.

    « Tu sais, commence t-il, il s'est passé pas mal de choses depuis ton départ. Ça fait quand même près de 20 ans. Très peu de temps après ton acceptation au Temple Jedi, Lina est tombée malade et ne s'en est pas remise. Je suis désolé, Mya, de t'apprendre les choses de cette manière …
    - Continue, réponds-je simplement.
    - Quand la guerre s'est déclarée, que Coruscant a été attaquée, enfin, le Temple et tout ça, ma sœur a beaucoup reproché à ton père de t'avoir confiée aux Jedi. Elle considérait avoir perdu ses deux enfants, et a fini par se décider à rejoindre l'Alliance contre l'avis de ton père.
    - Où sont-ils maintenant ?
    - Et bien … Mya, le vaisseau qui devait emmener ta mère a été détruit, certainement par l'Empire, et certainement parce que ton père l'a dénoncée. Je ne sais pas où il est maintenant, je sais juste qu'il s'est toujours montré très vindicatif envers l'Alliance, ça ne m'étonnerait pas qu'il se soit fait une place au sein de l'Empire … »

    Une foule de sentiments m'envahit. Je suis incapable de faire le tri dans tout ça. Ma famille n'est plus, mon Maître n'est plus. La solitude gagne davantage de terrain, agrandissant la blessure déjà béante de mon cœur. Je lève des yeux plein de larmes vers Ekki qui me jette un regard inquiet.

    « Tu peux rester ici un moment, si tu veux, me propose t-il avec gentillesse. Ta mère t'a légué tout ce qui lui appartenait. Depuis son départ, je m'occupe de gérer ce qui compose ton héritage, donc votre maison et la moitié de cette entreprise. Tu peux en prendre possession à tout moment, Mya.
    - Je n'en veux pas, j'ai encore beaucoup de choses à faire. »

    J'ai besoin de me reposer, et de mettre de l'ordre dans mes pensées. Je pensais retrouver sur Mirial des parents inquiets, pas des parents morts.


    Je me suis installée chez Ekki. Il m'a attribué une grande chambre, ses enfants n'habitent plus avec lui depuis longtemps, ce n'est donc pas la place qui manque. La maison est calme, particulièrement silencieuse, et il n'y fait pas trop chaud. Je travaille à la boutique de ma tante en échange du logement et des repas. Je suis passée voir mon ancienne maison, toujours en bon état, mais remplie de souvenirs et de poussière. J'ai pu récupérer quelques vêtements, rien n'avait bougé, dont notamment cette robe verte et noire aux broderies dorées, qui appartenait à ma mère.
    Ma cousine Henna, qui sert dans le temple, a tellement insisté que j'ai enfin accepté de faire tracer des tatouages sur mon visage. Ils sont sobres et, selon elle, représentent toute la grâce de ma personnalité. Très poétique.

    L'espace de ma chambre me permet de m'entrainer un peu, autant au Teräs Käsi qu'au sabre. J'ai d'ailleurs commencé à apprendre à manier mon sabre de la main gauche. C'est beaucoup plus difficile que je ne l'imaginais, mais je n'ai encore rien cassé dans la pièce. Il faut dire que le mobilier est très sobre : un grand lit, un fauteuil et un bureau, que j'ai tous trois groupés dans un coin. Je commence par effectuer les mouvements de base. Je me place en position de garde et réalise une première attaque, un mouvement ample et ralentit par ma main gauche. Je reviens en garde, puis répète cet exercice plusieurs fois, jusqu'à être à l'aise. J'enchaine ensuite avec une seconde attaque, qui nécessite cette fois un pas en avant. Un coup, un pas, un autre coup. Je reviens dans ma garde. Je passe près de quatre heures à travailler ma main désavantagée, et je sens déjà que ça va mieux.
    En quelques jours, j'ai considérablement accéléré mes mouvements, je réalise mon enchainement de six coups et quatre parades avec une fluidité qui m'impressionne. Je suis satisfaite de ce premier travail et souhaite désormais combiner deux sabres lasers. Je suis toujours en possession du sabre de Sorin, mais n'ai jamais osé l'allumer, par respect pour lui. La peine qui m'envahit lorsque mes pensées se tournent vers lui me fait perdre pieds. La vie ici, avec ma famille, ne parvient pas à combler le vide laissé par sa mort. Je rêve parfois de ce jour, je le subis une fois de plus, mais il m'arrive de reprendre le dessus et de sauver la vie prise par le Sith.

    J'ai appris que Coruscant avait été libérée et j'ai pris la décision d'y retourner. Je dois rendre le sabre de mon Maître et reprendre ma formation. J'ai dans l'espoir que le Conseil acceptera mon retour et saura tolérer mes agissements passés. J'ai disparu pendant près de neuf ans.

    *


    Un carnet de cuir brun finement relié et rempli de pages souples en papier écru. Un stylo cylindrique mordoré dont l'encre vient à manquer. Les lettres couchées sur les feuilles sont maintenant fluides et gracieuses.

    « 1:8:8
    Lina,
    Me voilà de nouveau sur Coruscant, 28 ans après. Tout me semble si différent. Je n'ai gardé que peu de souvenirs de la ville et du Temple, mais je perçois que ce lieu a changé.
    Je m'apprête à affronter le regard du Conseil, j'avoue que cela me fait un peu peur. Je n'ai aucune idée de la réaction qu'il pourrait avoir.
    J'ai gardé le sabre de Sorin pendant toutes ces années et je me dois de le rendre aujourd'hui, c'est principalement pour cela que je rejoins les Jedi.
    J'ai le sentiment de tout recommencer, comme si rien de tout cela ne s'était passé, comme si je venais juste de commencer une nouvelle vie, une nouvelle vie où tu n'es pas.
    Sois en paix grande sœur. »


Modifié en dernier par Mya Tellis le mer. 13 juin 2018 13:41, modifié 7 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#29346
Image
-- Évolution du personnage --


  • Background
    Enfant, Mya rejoint l'Ordre Jedi pour entamer sa formation de padawan. Ce choix appartient à ses parents, et non à la fillette. La guerre force la jeune Mirialan et son maître à quitter Coruscant, puis à rejoindre l'Alliance Rebelle sur Dantooine. De par la situation précaire, les leçons que Mya reçoit sont irrégulières, elle apprend lentement. Suite à la mort de son mentor, Mya disparaît pendant une dizaine d'années avant de rejoindre enfin le Temple du Nouvel Ordre Jedi, vingt huit ans après ses premiers pas de Padawan.

  • Le retour aux sources
    Après dix années de silence, Mya retourne sur Coruscant pour remettre au Conseil l'arme de son défunt maître. Elle envisage également de poursuivre sa formation, bien que relativement méfiante envers le Nouvel Ordre. De plus, la jeune femme a le sentiment que cette formation est le souhait de ses parents, et non le sien.
    Le Conseil lui fait cependant une proposition intéressante : Mya est autorisée à passer sans attendre les épreuves pour devenir chevalier. La jeune femme refuse, jugeant sa maîtrise insuffisante. À trente trois ans, la Mirialan devient donc la padawan de Maître Morelion.

    Maître Morelion confie à ses deux padawans, Kali'Era et Mya, une petite mission d'observation à effectuer sur New Apsolon. Mya est amenée à enquêter au côté d'une padawan bien plus jeune qu'elle, mais par certains aspects bien plus avisée. La Mirialan apprend beaucoup sur la façon dont elle doit opérer en tant que Jedi. Cette mission lui permet également de s'affirmer pour la première fois en tant que padawan du Nouvel Ordre Jedi.

    Image
  • La rupture et le doute
    Obnubilée par la disparition de ses parents, Mya se rend, sur un coup de tête, sur Lotho Minor où le supposé vaisseau de sa famille s'est écrasé. Elle fait alors la rencontre d'Helera, sur le point de fonder un nouvel ordre de sensitifs. La Mirialan qui ne se sent pas à sa place est séduite par cette alternative à la formation des Jedis, mais refuse cependant de quitter son ordre sans réflexion préalable.

    Mya fait également la connaissance d'Isabo, une jeune sensitive au don surprenant qui la suit ensuite sur Coruscant. La naïveté d'Isabo force la Mirialan à faire preuve davantage de maturité. Mya s’entraîne alors plus régulièrement et médite selon les conseils de son maître.

    Au cours d'une enquête, Mya travaille en équipe avec San Kun, qui se révèle être un bon exemple pour la padawan un peu dispersée. Par le biais de ses affinités avec l'Anx, Mya reprend doucement confiance et trouve enfin sa place au sein de l'Ordre.

  • L'échec
    Un pressentiment et une vision orientent Mya vers Korriban. Elle parvient à rejoindre la nécropole Sith grâce à l'aide d'Helera. Pour la seconde fois de sa vie, Mya est confrontée au Côté Obscur. L'affrontement avec trois Siths place la Mirialan en mauvaise posture, elle frôle la mort et perd le contrôle, se laissant momentanément aller à la colère.

    Cette erreur lui coûte bien plus cher encore : elle a commis une énorme erreur et s'en rend compte bien trop tard. Mya prend soudain conscience de ses multiples dérives et se confie à Maître Skywalker. Elle rejette alors l'Ordre Gris dont Helera est la fondatrice. Sa vision des choses change et la jeune femme réalise que ses idéaux sont, en définitive, très proches de ceux du Nouvel Ordre Jedi.

    C'est un véritable électrochoc pour Mya.

  • L'équilibre
    Mya ayant perdu son sabre sur Korriban, elle se met en quête d'un cristal pour construire sa nouvelle arme. À nouveau, la Mirialan croise le chemin d'Helera. Sur Ilum, les deux sensitives sont amenées à combattre des réminiscences obscures. Dos au mur, Mya trouve enfin son équilibre : il n'y a plus de doute, seulement la paix.

    Malgré ses doutes et ses erreurs, Mya a enfin trouvé le chemin qui mène à la sérénité. La jeune femme se comporte enfin en adulte responsable et réfléchi, et non plus en enfant qu'on surveille et qu'on tient par la main. Elle est alors en phase avec les principes énoncés par son maître et se sent prête à endosser le rôle d'un Chevalier Jedi.



  • La chute

    Mya, en proie à de macabres visions, voit grandir en elle un pressentiment annonçant l'arrivée d'un événement destructeur. Elle décrit cette fatalité comme une chute inévitable, plus effrayante encore que la mort. Au pied du mur, et sentant la fin d'une ère approcher, la Mirialan entreprend de préparer son esprit au choc qu'il subira bientôt. La peur s'immisce dans le coeur de Mya, elle ne la quittera plus.

    Des mois plus tard, Mya effectue un voyage de Dargul à Coruscant. Le transport dans lequel elle se trouve est attaqué et à la suite de plusieurs avaries s'écrase en plein désert sur une planète qu'elle ne reconnaît pas. Le corps de Mya survit, mais sa mémoire est défaillante. Perdue en pleine tempête, Darth Krayt vient à sa rencontre ...

    Déboussolée, ignorant tout de sa propre personne, la Mirialan réécrit son histoire sur la base de sentiments forts mais erronés. Elle fait ainsi de ses amis des ennemis, et change son destin à jamais en saisissant la main tendue par Darth Krayt, son nouveau maître. Darth Ranath naît en ce jour.

    Image
  • Le renouveau

    Sous l’égide du Seigneur Noir, Mya gagne Korriban, où son maître lui révèle le véritable pouvoir du Côté Obscur et lui enseigne comment s’en imprégner. Les anciens réflexes de la Jedi déchue sont mis à mal face à l’acharnement du Sith qui impose à son élève des épreuves toujours plus dangereuses. À ses côtés, Darth Ranath apprend à nourrir son pouvoir de haine et de colère, deux consoeurs qui ne la quitteront pour ainsi dire plus jamais.

    La disparition de la Jedi émeut cependant quelques bonnes âmes qui se lancent à sa recherche, et la retrouvent. La Sith affronte Helera sur le lieu même de leur première rencontre, elle a oublié que l’Humaine avait été son amie, et se jette dans un combat sans pitié. Mais Ranath est trop faible encore et ne maîtrise que partiellement les enseignements de son nouveau maître. Elle échoue face à la Grise. Cette défaite est telle une gifle qui ne fait qu’alimenter sa rage.

    Darth Ranath grandit au côté de Darth Krayt. Elle lui obéit aveuglément. Son sauveur est maître de sa vie. Elle lui voue un culte sans faille, et le Seigneur Noir le lui rend bien, risquant sa propre vie pour sauver une fois encore celle de son apprentie. Et malgré sa rencontre avec le Tout Puissant, maître parmi les maîtres, Ranath demeure fidèle à son sauveur. Néanmoins, l’échange avec le Sith de Sang Pur la marque pour toujours et conditionne sa psychologie future.

  • La maturité

    Concernant Ranath, il est encore trop tôt pour parler de sagesse. Elle n’est qu’une enfant qui joue avec des forces qui la dépassent. Mais l’arrivée de Sabina la fait grandir. Elle prend en effet en charge la formation d’une apprentie ignorant tout de la Force et des enjeux qui lui sont liés. En très peu de temps, la Mirialan va en apprendre autant sur elle-même que Sabina sur le Côté Obscur. Leur évolution conjointe les amène à tisser un lien fort et à définir leur propre vision de l’Ordre Sith. Darth Ranath entrevoit alors chez Krayt des défauts irrémédiables et indignes du pouvoir qu’il s’octroie.

    Une nouvelle rencontre avec les Sang-Purs achève de changer pour de bon la vision que Ranath a de la Force. Si elle ne sait pas encore pourquoi elle se bat, elle ressent au fond d’elle qu’elle ne partage pas la doctrine du Seigneur Noir. Et constatant que son maître a échoué dans sa tâche, exposant Korriban, et mettant par la même occasion Sabina en danger, elle rejette l’autorité du Sith’Ari, poussée par un vent de colère et de rancoeur.

  • La liberté

    Mais elle n’en a pas fini avec Krayt. Le maître détient encore toutes les cartes. Confiant de son autorité, il convoque son apprentie afin de lui transmettre une partie de son héritage et lui annoncer son absence prochaine. C’est la dernière erreur du Sith’Ari autoproclamé, celle qui pousse Ranath à épauler Darth Odion dans un assaut traître contre la souveraineté du Seigneur Noir. Bien que l’Égorgeur remporte le duel, Darth Krayt s’enfuit et disparaît. La Mirialan, désormais sans maître, et libre de toute contrainte, promet de construire un Ordre fort et absolu, plus fort que celui de Krayt.

    À la recherche de l’héritage de ce dernier, Ranath se rend sur Ziost. Elle est confrontée à ses plus grandes peurs, notamment la conscience de la Jedi qu’elle était. Affrontant son propre pouvoir, la Sith surpasse toutes ses limitations et sort victorieuse de ce combat contre son amnésie artificielle. Elle est libérée du joug de Darth Krayt, et du joug de l’ombre de Mya.

  • Le pouvoir

    Dès lors Darth Ranath s’emploie à tisser un réseau, bien qu’encore infime, de collaborateurs utiles. Sur Naboo, Nar Shaddaa, Dargul, Nouvelle Ator, Malastare et Balmorra, elle place ses pions. Chaque étape est en elle-même une épreuve qui lui apporte confiance et puissance. Ce n’est que le début, le socle de son oeuvre, mais la nouvelle Dame Sombre cultive de nombreux projets, pleine d’une assurance neuve.

    Et malgré bien des différends entre maître et apprentie, le petit Ordre Sith accumule les artefacts et se lance dans de grandes conquêtes, celle de Thule notamment. C’est un achèvement en soi, que Ranath est fière de voir entrepris par Darth Varadesh.

    La Dame Sombre est confiante. L’Ordre vit enfin. Elle a atteint un nouvel équilibre, et se bat désormais pour un objectif pleinement consenti. Darth Ranath évolue en tant qu’être cohérent et réfléchi, autonome et maîtrisant pleinement son pouvoir. Elle est son propre guide.

    Image
Modifié en dernier par Mya Tellis le jeu. 13 sept. 2018 09:48, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Mya Tellis
#32920
Image
-- Aventures --


    Acte I

      # [Manaan] Un rêve persistant [terminé]
      # [Coruscant] Vingt huit ans après [terminé]
      # [Coruscant] Un second sabre laser [terminé]
      # [New Apsolon] Protéger et servir [terminé]
      # [Lotho Minor] Au beau milieu d'un tas de ferraille [terminé]
      # [Coruscant] Le début de l'apprentissage [terminé]
      # [Coruscant] Une nouvelle aube se lève ... [terminé]
      # [Coruscant] Le début [terminé]
      # [Korriban] Un sombre rêve [terminé]
      # [Espace Galactique] Après la tempête ... [terminé]
      # [Coruscant] Rédemption [terminé]
      # [Mrisst] Un petit malin [terminé]
      # [Cimetière d'Alderaan] Les Pirates d'Alderaan [suspendu]
      # [Ilum] S'entrechoquent les sabres [terminé]
      # [Coruscant] Nouvelle étape [terminé]
      # [Nar Shaddaa] La noirceur arrive l'entendez-vous ... Vous aussi ? [terminé]
      # [Taris] Dans la ville souterraine [terminé]
      # [Coruscant] Contemple Coruscant [suspendu]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Coruscant] Le Concile Extraordinaire [terminé]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Carsitar] L'Arrivée Républicaine [terminé]

    Acte II

      # [Mirial] Tu redeviendras poussière [terminé]
      # [Dargul] De vive voix [terminé]
      # [Colonies du Sud] Funérailles [terminé]
      # [Korriban] Nouvelle apprentie [terminé]
      # [Dargul] Portée disparue [terminé]
      # [Lotho Minor] Affronte ton destin ... [terminé]
      # [Dargul] Coma [terminé]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Nord Galactique] Signal inconnu ... [terminé]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Nord Galactique] The first one ... [terminé]
      # [Coruscant] La main ténébreuse, l'empreinte du mal [suspendu]
      # [Ord Antalaha] Voir au-delà [terminé]
      # [Korriban] Sans Dieu Ni Maître [terminé]
      # [Korriban] Fouiller la poussière [terminé]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Régions Inconnues] Aux portes de l'horreur [terminé]
      # [Dargul] Te sauver [terminé]
      # [Vide spatial] Je vous ai jeté un sort [terminé]
      # [Vide spatial] La réunion [terminé]
      # [Taris] Flirt & Rak'goules sur Taris [terminé]
      # [Trame - L'Armée des Ombres] [Tapani] Yeux sombres, cœur cruel [terminé]
      # [Vide spatial] Maître [terminé]
      # [Commenor] Je ne fais de mal à personne [terminé]
      # [Vide spatial] C'est jour de paie, les gars ! [terminé]
      # [Balmorra] Fidèle cargo [terminé]
      # [Balmorra] L'ordre des choses [terminé]

    Acte III

      # [Ziost] Conscience [terminé]
      # [Vide spatial] Nous irons tous ensemble [terminé]
      # [Vide spatial] Le peu que nous sachions [terminé]
      # [Naboo] Le Soleil se lève sur la nouvelle année [terminé]
      # [Nar Shaddaa] L'accomplissement [terminé]
      # [Vide spatial] Dead end [terminé]
      # [Ryloth] La seule victoire, c'est la fuite [en cours]
      # [Dargul] Comtesse [terminé]
      # [Nouvelle Ator] Ivraie [terminé]
      # [Malastare] Furie [terminé]
      # [Roon] Un simple service [terminé]
      # [Yavin IV] Les traces de nos cafouillages [terminé]
      # [Mirial] Héritière [terminé]
      # [Balmorra] Héros [terminé]
      # [Balmorra] S'entrechoquent les lames [terminé]
      # [Tapani] Passons un accord … [en cours]
      # [Trame - ] [Terminus] Ce que l'Orgueil avait forgé [terminé]

    Acte IV

      # [Vide spatial] Haruspicine [terminé]
      # [Nelvaan] La croisée des destins [terminé]
      # [Vide spatial] Le château de cartes [terminé]
      # [Trame - ] [Sullust] Et les ténèbres au monde [terminé]
      # [Dargul] Quand y en a plus, y en a encore [terminé]
      # [Dargul] Prologue [terminé]
      # [Mirial] Des yeux d'or [en cours]
      # [Vide spatial] Morte [en cours]

      # [Taris] La face cachée du destin [en cours]


Image



Troupes Mandaloriennes

Bonjour, Merci pour cette modération mon chers En[…]

[Mirial] Des yeux d'or

Un nouvel adversaire se jeta sur la Dame Sombre.[…]

Bonjour, Je reviens vers toi donc, puisque j[…]

Enrico Vespucci Beau gosse amôché Maria, de[…]

Morte

Le nom de la planète tomba. Molavar, planète inco[…]

Sauvages et brutaux

Merci, mon cher Amertume. :saberr:

La traque

La pluie battante lui rafraichit le visage et lui[…]