L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Le Consortium a récemment repris pied sur Félucia et a rénové la base souterraine qu'il possédait par le passé. La localisation de cette dernière est tenue secrète. De ce lieu, le Cerbère peut prévoir tous ses plans plus ou moins machiavéliques pour reconstituer l'empire criminel de Zann qu'il pense lui revenir de droit.
Contrôle : Empire
Avatar de l’utilisateur
By Han Solo
#30067
Image


Le choc du crash du Faucon sur la surface de Félucia avait été violent, mais sans les talents de son pilote, ça aurait été bien pire. Probablement n'y aurait-il plus eu ni passagers ni Faucon. Ce qui n'était pas pour vraiment consoler le Corellien qui, à moitié effondré dans le cockpit, jurait en vieux corellien et faisait un état des dommages.

Alors voyons... Hyperpropulsion en rade, boucliers déconnectés, moteurs HS. Avec ça on se retrouve sur une planète mortelle et infestée de plantes et bestioles super dangereuses, traqués par des chasseurs de primes et des mercenaires aux ordres de Nazara Anjiliac. Et il y a de bonnes chances que je me sois complètement grillé auprès de Leia et de la Nouvelle République.

Y a quand même une bonne nouvelle dans tout ça. C'est que y a personne pour me dire que je suis un sale con et un crétin.


Le grognement du Wookie grognon et à moitié assommé, furieux comme lui de constater l'état du Faucon, lui enleva ses dernières illusions. Une belle remarque bien placée sur le fait que toute cette histoire c'était un peu de sa faute à lui et hop là. Le Corellien jeta un regard mauvais à son vieux compagnon, il y avait des fois ou ils ne pouvaient pas s'entendre du tout. Le whisky corellien était l'un de ces sujets, l'absence totale de respect des conventions de la part de Han en était un autre.

Merci beaucoup Chewie. Dire qu'à un moment j'ai cru que tu étais mon ami. Rappelle-moi pourquoi je te garde avec moi satanée boule de poils?

Parce que refuser l'aide et la protection d'un Wookie quand on travaille dans le milieu du crime et de la contrebande c'est être complètement cinglé? Tu tiens un début de réponse là Solo, pour le reste, pas besoin de te faire un dessin. Bon, il était temps de se mettre au boulot pour réparer hein, parce que c'est pas en restant à se lamenter que le Faucon serait en état de repartir et se tirer de cette planète pourrie.

Attrape ton cutter à fusion Chewie et occupe-toi de l'hyperpropulsion, je vais gérer les moteurs dehors et Leia... Bon sang mais elle est ou elle encore? Tu l'as pas croisée?

Grognant une réponse négative, le Wookie ne put que voir filer comme une fusée son comparse tandis qu'il se mettait de son côté au boulot. Et inutile de le préciser, ça allait prendre un bout de temps de réparer ça. Mais le duo n'en était pas à son coup d'essai pour gérer cette poubelle -pardon, perle- volante qu'était le Faucon. En parallèle, Han se précipita dans tout le vaisseau et trouva finalement la Princesse, inconsciente, non loin du poste de tir qu'elle avait occupé.

Il la prit doucement dans ses bras et la ramena jusqu'au "salon" du Faucon ou autrefois, 3PO et Chewie avaient disputé une partie sur la table holographique. Que de souvenirs... Sans la lâcher, un peu inquiet, il lui tapota très légèrement la joue. Lentement, elle se réveilla, semblant surprise d'être dans ses bras. Peut-être dans son état d'inconscience avait-elle cru que toute cette histoire n'était qu'un mauvais rêve et qu'en fait elle s'était endormie peu avant le début de la soirée sur Cantham.

Surement aurait-elle préféré que ce fut le cas, aucun doute là-dessus. Han esquissa un pâle sourire. Puis elle reprit totalement ses esprits et se souvint ou ils s'étaient écrasés et là, passa de l'étonnement un peu somnolent à la frénésie, pas loin de l'hystérie.


Han bon sang! Encore une fois tout est de faute!

Elle recommençait à l'invectiver et lui crier dessus, c'était bon signe, elle n'avait donc rien à part une petite bosse sur le crâne et une barrette bousillée, sans compter son ego un peu foulé aux pieds. Tout allait bien chez elle donc. Soupirant, autant de soulagement que de lassitude devant son comportement franchement fatiguant, il la lâcha après l'avoir posée par terre et la regarda, silencieux, les sourcils haussés, une expression blasée sur le visage.

Mais... Tu sais t'arrêter parfois? Ou bien c'est un sport quotidien que tu pratiques de me crier dessus tout le temps?

Hé hé, bien mon gars, relance-la un coup en l'asticotant comme tu sais si bien le faire. Nul doute que ça va arranger vos affaires et votre relation. Elle te manquera quand elle t'aura jeté parce que tu t'es comporté comme un goujat une fois de trop.

Oh ne te fâche pas encore Leia, c'est juste qu...

Un grondement du Wookie leur fit comprendre que les réconciliations allaient devoir attendre. Jetant un oeil précipitamment par la vitre du cockpit, Han vit alors 3 chasseurs pirates survoler le Faucon et amorcer une phase de descente pour se rapprocher.

Ah les enfoirés, ils veulent nous finir à la main. Bien, c'est notre chance, ces crétins croient qu'on est du niveau de Greedo, on va leur montrer qu'on nous descend pas aussi facilement. Servez-vous Votre Altesse, vous connaissez le compartiment ou ranger les armes, il doit y avoir votre bonheur. Chewie, mets-toi aux commandes et prépare-toi à sortir la tourelle inférieure qu'on a installé. Ça va chauffer!
Avatar de l’utilisateur
By Leia Organa
#30181
Leur "réconciliation" attendrait en effet !
Le wookiee grogna indiquant que les machines du Faucon étaient HS, le carburant manquait impossible de faire repartir l'énergie après un tel crash et donc pas de tourelles.
Leia en agrippant un sac qu'elle remplissait de grenades, et de quelque rations de survies, réfléchis à voix haute...

- Nous n'avons pas le choix, il faut qu'on sorte de là, si ils repèrent notre présence à bord ils vont mettre le vaisseau en pièce et nous avec.
Prenons ce dont nous aurons besoin et sortons de là !


Elle enfila une ceinture sur la combinaison de voyage qu'elle avait emprunté dans les compartiments du Faucon, pas parfaitement à sa taille, mais toujours mieux que la robe de soirée qu'elle portait ce soir là à Cantham.
La ceinture fut bientôt "sertie" d'un vieux E11 qui traînait dans les réserves de Han et d'un petit cutter à fusion, plus un outils de mécanicien qu'une arme de poings mais ma foi, on improviserai.
On activa le sas de sortie manuel d'urgence, et les 3 comparses s'y engouffrèrent et atterrirent au beau milieu d'un spectacle peu commun.

La jungle luxuriante, humide et phosphorescente de Felucia, à n'en pas douter un milieu inconnu pour toute l'équipe, et pourtant il faudrait s'en accommoder. Le bruit des moteurs des chasseurs pirates s'approchèrent et ils se mirent tous les trois, immédiatement à courir en s'enfonçant dans la jungle.
A peine une minute plus tard, ils avaient commencer à mettre quelque pas de distance entre eux et le Faucon, qu'on entendait déjà les cris huttese des pirates qui s'étaient déjà posés pour saisir leur butin.
Pas question de fuir, Han Solo, Leia Organa et Chewbacca n'en était pas à leur première escarmouche de ce type, ils feraient face.
Et Han avait été clair, on ne leur "abandonnerait pas son vaisseau sans se battre". Les pirates, une dizaine, étaient déjà autour de Faucon mesurant leur prise. Cachés derrière des fougères immenses, les trois héros tentait d'élaborer un plan...


- Il nous faut une diversion, je vais me faufiler jusqu'a leur chasseurs, attendez mon signal pour leur donner l'assaut !

Elle n'attendit pas vraiment de réponse ou de signe d'approbation, une déformation professionnelle quand on était princesse.
Elle était déjà lancée, se faufilant avec adresse entre les arbres, veillant à ne pas surtout pas attirer l'attention des pirates qui scrutaient les environs à leur recherche.
A quelque mètres du Faucon, pas moins de 5 chasseurs était posée dans une sorte de petite plaine exotique.
Leia s'approcha lentement, craignant qu'un des leurs soit resté pour garder les vaisseaux.

Soudain, elle sentis le canon d'un blaster contre l'arrière de sa tête...


- Moova dee boonke ree slagwa SLEEMO !

Elle leva instinctivement ses deux mains, et se releva lentement avec beaucoup de prudence, le pirate, un weequay, se saisi tout de suite du E11 qu'elle portait et de son sac plein de détonateur, et lui donna des coups dans le dos pour qu'elle avance vers les chasseurs.

De là ils rejoignirent un autre weequay resté en arrière pour garder les vaisseaux, les deux se félicitèrent de leur prise, en l'a tenant bien en joue avec leur fusils, décidés à attendre ainsi jusqu'au retour de la bande.
Leia devait faire vite...


- Vous devriez m'attacher les mains, ce serait dommage que vous perdiez votre première prise de la journée...


En disant celà, elle leur tendis ses deux mains jointes, de là les deux se regardèrent hébétés et réalisèrent qu'il fallait en effet l'attacher. L'un d'eux se saisis d'un fouet qu'il avait à sa ceinture, et s'approcha de la princesse cependant, se faisant il remis son blaster à sa ceinture, erreur mortelle...
Leia immédiatement lui asséna un violent coup de point en plein face, l'autre pirates ouvrit instantanément le feu sur elle, elle se servit du corps du premier comme bouclier, et empoigna l'arme du weequay en plongeant à terre. Puis elle orienta en un éclair le fusil vers son adversaire et le "doucha" d'un feu nourris, ce qui le neutralisa.
Le pirate tomba au sol, et de son poid il écrasa le sac qu'il avait pris à Leia...le sac plein de détonateurs. Le bruit bien reconnaissable du compte à rebours de plusieurs d'entre eux venaient de s'activer...


- Oh non...

La Princesse se leva, agrippa le sac en vitesse et le jeta de toutes ses forces en direction des chasseurs, se faisant elle se mis à courir en direction opposée.
Quelque seconde plus tard, le bruit d'une effroyable explosion déchira le calme de la jungle et Leia attéris péniblement au sol projeté par la déflagration.
Avatar de l’utilisateur
By Han Solo
#30211
Comme dit le dicton, un malheur n'arrive jamais seul, pas vrai? Présentement, Han était totalement d'accord avec ça, entre son Faucon bien bousillé, l'absence de circulation du carburant qui empêchait l'utilisation des tourelles et ces foutus chasseurs de primes dehors en attente de leur faire la peau, c'était vraiment le pied dit donc.

A peine étaient-ils sortis du Faucon et s'étaient-ils éloignés qu'ils entendirent les pirates se rassembler comme des charognards autour de leur prise. Le Corellien s'arrêta net, tout comme le Wookie, et les 2 compères jetèrent un regard sans équivoque à la princesse avant de faire demi-tour.


Moi vivant, jamais le Faucon ne tombera entre les mains de ces pirates du dimanche tu m'entends! Je préférerais encore le détruire moi-même que de voir ça arriver!

La princesse disparut alors, voulant la jouer femme forte et indépendante dans son coin. Ok, comme tu veux ma belle, fait donc ça, mais viens pas te plaindre après si ça finit encore mal. Les secondes passaient avec une lenteur stressante et le duo n'avait pas de nouvelles de leur amie tandis que les vermines criminelles se rassemblaient toujours plus près du Faucon.

Et puis m&?!e, je vais pas attendre le bon vouloir de Son Altesse pour empêcher qu'ils mettent leurs sales pattes sur MON vaisseau. Allume-les Chewie!

Ni une ni deux, l'arbalète cracha des étincelles tout en pulvérisant la tronche d'un Rodien qui avait fait mine d'ouvrir le sas du Faucon. Elles apprennent jamais ces mouches humanoïdes c'est fou. Celui-là pourra plus trop remarquez... Le DL-44 du Corellien se joignit à la fête et toucha un autre criminel à l'épaule, lui faisant lâcher son arme en criant de douleur.

Mine de rien le combat était relativement équilibré même si ça n'allait pas durer éternellement. 30 secondes et 3 chasseurs de primes morts plus tard, c'était presque trop facile en fait. On ne touche pas au Faucon comme ça si on veut espérer avoir une vie longue et heureuse, tout le monde sait ça, c'est un peu une règle d'or incontournable que diable!

Et puis c'est là que retentit la grosse explosion non loin devant eux, parmi la masse de chasseurs posés à quelques dizaines de mètres du Faucon. Et quelque chose disait à Han que c'était le signal dont parlait Leia. Pour la subtilité on repassera. Et autant pour la discrétion dont elle prétendait faire preuve. Les deux hommes se précipitèrent de couvert à couvert jusqu'à la zone, tombant presque par chance sur la princesse qui se relevait péniblement.


La discrétion c'est pas trop votre truc je me trompe Votre Éminence?

Le Corellien tendit la main pour l'aider à se relever mais elle n'en eut pas besoin, déterminée qu'elle semblait être à montrer qu'elle était forte et qu'elle n'avait pas besoin d'être traitée comme une enfant. Il remarqua alors qu'il y avait des morceaux de Nikto un peu partout autour d'eux.

Merveilleux ce parfum que vous portez, exquise cette manœuvre de diversion chère amie...

Chewie gronda un avertissement et tout trois réagirent à toute vitesse, leur instinct acéré par des années de guérilla les faisant se mettre à couvert sans qu'ils y pensent tandis que des tirs résonnaient. Il s'épongea le front pour en enlever la sueur collante qui y coulait à flots. Saleté de planète pourrie, le climat était tellement chaud et humide qu'il était parti pour se prendre plusieurs douches d'affilée une fois qu'ils seraient tirés d'affaire.

Un hurlement animal résonna alors, dangereusement proche, qui eut pour effet de faire cesser les tirs des pirates restants qui se mirent à regarder partout autour d'eux. Ils semblaient salement affolés et inquiets, ce qui n'était pas pour rassurer Han. Et quand la bête surgit de la jungle de champignons géants qui constituaient Felucia, il comprit pourquoi ils avaient peur.

Un Acklay. Une saloperie de bestiole dont les pattes étaient incroyablement tranchantes et dangereuses, sans oublier sa bouche garnie de crocs capables de déchirer aisément des protections corporelles et à travers la chair. C'était vraiment pas une bonne nouvelle ça. C'était quoi déjà l'autre proverbe bien connu? Les choses doivent d'abord empirer avant de s'améliorer? Eh ben c'était vachement bien parti pour salement empirer.


Chewie! Lance-grenades! Retiens pas tes coups avec ce truc ou on va tous y passer!

Sans cesser de tirer sur l'Acklay, le Corellien ne quittait pas des yeux les pirates restants, de crainte qu'ils ne profitent de la venue de la bestiole pour les cibler tranquillement pendant que l'Acklay chargerait le trio de légende. Qu'est-ce qu'on se marre ici.
Avatar de l’utilisateur
By Leia Organa
#30277
Et on se marrait en effet !
La charge et les hurlements de la créature achevèrent de faire fuir les quelques pirates restant, elle tranchait la végétation de ses pattes acérées, le tout avec une facilité déconcertante.
Leia sous-armée face à une telle menace chercha rapidement à se mettre à l'abris, livrant ainsi la monstruosité au lance-roquette du wookiee. Et Chewbacca ne fit pas de quartier, il bombarda littéralement la créature, les premiers tirs furent esquiver, mais le feu nourris, de même que l'adresse du guerrier de Kashyyyk finit par atteindre la cible. Les pattes furent les première déchiquetées sous l'explosion des roquettes, puis le reste du corps fut pulvérisé, lorsqu'il visa avec dextérité la tête de l'animal, qui s'éteint dans un hurlement effroyable.


- Au moins je ne suis pas la seule à offrir un merveilleux parfum... lança la princesse en direction de Han, espiègle, et toujours un peu énervée contre lui.

Ils commencèrent un peu à faire le point sur la situation, Han inspecta le faucon mal en point et inquiet...

- Vous pensez que vous pourrez le faire décoller ? Il y a encore les chasseurs pirates posées dans l'espèce de clairière là-bas, avec un peu de chance tous n'a pas été détruit dans l'explosion vous pourriez peut-être en retirer quelque pièces...

Han lui lança un regard un peu suspicieux, il n'aimait pas trop qu'on s'invente mécano et encore moins avec SON vaisseau et encore moins lorsqu'on était...pas mécano.
Dans tout les cas les deux se mirent au travail, et Leia aida un peu comme elle pouvait, quelques soudures ou bricolage de son niveau modeste.
Impossible de communiquer avec l'extérieur, les systèmes du faucon étaient encore hors d'usage, elle ne pouvait ni prévenir la flotte républicaine la plus proche, ni les communautés locales susceptibles de leur venir en aide. Ils étaient seuls...enfin c'est ce qu'ils pensaient.

Dans l'atelier du Faucon, Leia finissait de ranger plusieurs petites caisses de fusibles jetée à terre pendant le crash, quand Han vint la rejoindre. Il était plus calme, la mécanique et les heures passées avaient fait redescendre la pression pour tout le monde. Il l'aborda avec quelque mots gentils, charmeurs, mais surtout sincère. Il lui rappela un peu pourquoi il avait fait tout cela, ce que lui, il lui proposait, sa proposition dans l'espace Hutt, mais très vite les deux en vinrent à ce qui bloquait...


- Je...

Leia gênée, manipulait nerveusement les fusibles en tentant d'éviter son regard, jusqu’à ce qu'il lui prenne tendrement le menton vers le siens, elle brisa l'alchimie, sans brusquerie, en se dégageant doucement. Elle fit un pas en arrière, et se tourna dos à lui, inspirant...

- Mais il n'y a pas que nous Han, je sais que tu ne veux pas l'entendre, mais il est temps que tu l'entende : J'ai des responsabilités auprès de mon peuple, auprès de la République et de la Galaxie !
Et toi aussi, je ne nous laisserai pas tous mettre en péril, en agissant sous le coup de mes émotions. La proposition du Prince Fanrel est tout aussi réelle que la tienne et ce qu'elle peut offrir à mon peuple représente beaucoup.
J'ai besoin de temps, et me rappeler tes sentiments pour moi, et même moi me laisser aller à toi, n'est pas sage et ne ferai que nous faire souffrir tant que toute cette affaire n'est pas résolue. Je n'aurai pas dû te laisser te mettre en quatre pendant ces derniers jours, je ne veux pas te voir souffrir, et tant que l'avenir galactique, tant que les enjeux ne sont pas encore assez claire, nous devrions mettre ces choses de côté pour nous éviter la souffrance et la destruction qu'elle peut nous amener...


Elle avait les yeux gorgée de larmes, mais affichait l’aplomb d'une vrai présidente, même si intérieurement elle s’effondrait. Elle le laissa réagir quelques minutes et s'enfuis dans le compartiment couchette du vaisseau.

Les réparations prendraient encore du temps, et la fin de la journée fut assez calme, ils mangèrent un peu, puis chacun alla trouver un peu de repos. Leia troublée avait du mal à trouver le sommeil une fois la nuit tombée, elle mis tout cela sur le compte des propositions de mariage de Han et d'Althar, ignorant que la source de son trouble était bien plus sombre en réalité...
Avatar de l’utilisateur
By Leia Organa
#30278
(Comme c'est un peu long j'entrecoupe, mais vraiment sentez vous libre d'intervenir à tous moment, quitte à retourner un peu dans le passé pour me donner la réplique, je voulais juste avancer au moment important pour Leia, pour le reste profitons du Rp les amis).

------------

La Nuit tombée, la nature environnante changeait de visage, les plantes fluorescentes créaient une atmosphère nocturne proche d'un rêve végétal.
Ce que Leia ignorait c'est que Félucia et particulièrement la zone où le Faucon s'était crashé étaient baignées de l'énergie de la Force. Lumière et ténèbres s'entrechoquaient dans tout l'environnement les entourant, et la venue de Leia avait créer comme une étincelle ravivant cette lutte éternelle dans la jungle.
Perdue dans ses rêves agités, Leia sentait un appel irrésistible, un appel spirituel, elle n'était pas aussi sensible que Luke ou Arial à ces choses là, mais elle avait appris à les reconnaître.
Sortie de son sommeil, elle ne pouvait plus dormir, elle ne pouvait plus rester là. Elle enfila un veston blanc, et se dirigea vers la rampe de sortie du vaisseau, les ronflements puissants du wookiees semblaient couvrir le bruit de l'abaissement du système de la rampe.
Elle se faufila à l'extérieure, spectacle irréel et mystique...

Image


Un pas après l'autre, elle se laissa conduire, comme attirée par l'appel de la jungle, elle ne se l'expliquait pas, elle avançait tout simplement.
Puis elle arriva dans une clairière dégagée, avec en son centre une sorte d'immense tronc d'arbre coupé et envahis par de la végétation folle, et surtout envahis des énergies de la Force. Une sorte d'épicentre des énergies de la lumière et des ténèbres qui se livraient bataille dans la zone...


Image

Les pas de la princesse l'a conduisirent dans une fente au sein de l'immense tronc et elle y pénétra. Elle avait froid, tout son corps se raidissait. Elle fit quelque pas supplémentaires avant d'entendre une voix familière, elle cru défaillir...

...Je lui confierais ma vie...


L'éclat des lumières qui perçaient l'intérieur du tronc reflétaient sur les pan de l'armure chromé de la silhouette, Leia fébrilement osa se rapprocher, de l'être qui lui donnait le dos, et semblait finir une conversation avec un être et un temps révolu. La silhouette se retourna vers Leia, haute, charismatique, noble...royal...

Image


La princesse cru rêver, mais tout cela semblait si réel...


- Père ?! Mais comment ?

...Je l'ignore...ma fille...ma petite princesse...tu es si élégante...

Elle fondit en larme et se précipita dans les bras de son père, Bail Organa pris le visage de sa fille, essuya les larmes qui perlaient sur ses joues, et embrassa son front...

- Vous me manquez tellement, à moi à tout les autres...je me suis retrouvez si seule...

Je le sais...ta mère et moi le savons, mais tu ne dois rien regretter n'oublis pas le crédo de nos anciens : tout est tel que le veut la Force. Je savais qu'un jour ou l'autre nous aurions eu à payer le prix de la rébellion, le prix de nos idées.
Et tu n'est pas seule, ta cousine est là, tant que vous resterez loyale à nos valeurs, notre famille continuera d'exister et d'être une source d'amour pour toi et pour la Galaxie, comme je l'ai été...


- Père il y a tellement de défis, tellement d'oppositions, de difficultés, la politique, les intrigues, nos ennemis sont masqués. Je n'arrive pas à être...à diriger comme vous l'auriez fait, ils vous auraient suivis, ils vous auraient soutenus...j'ai tellement de mal... .

Si je suis là où me veut la Force aujourd'hui, je crois aussi que mon héritière accomplis ce qu'elle doit. Ta mère et moi savions que tu accomplirai pour la galaxie autant que nous,
et même plus. Lorsque nous t'avons recueillis, Yoda et Obiwan Kenobi le savaient aussi : tu as une grande Force en toi, et tu va bientôt le découvrir...


- Mais je ne sais plus discerner mes alliés de mes ennemis, les Sith de retour, les impériaux qui tentent de se rapprocher de moi et semblent changer, les traîtres et les héros dans tous les camps... .

La silhouette spectral pris les deux mains de la princesse et les serra, son ton, sa voix, son contact, tous n'était qu'affection, sagesse et amour...

Leia, tu sera très bientôt confrontée à un choix, tu le sais déjà, choisir entre la lumière et les ténèbres, choisir le compromis ou le sacrifice. Notre ennemi est plus rusé que tu ne le crois, nous avons payé cher cette leçon. Ceux qui te tendent une main aujourd'hui ne sont pas ceux que tu croit, et ceux qui pointent leur canons contre toi ne sont pas tes plus grands ennemis. Il viendra un temps où toi seul saura prendre position contre l'ennemi, quand tous auront baissé leur garde. A ce moment je veux que tu réalise et que tu te souvienne d'une chose : le bon combat n'est jamais le plus simple. C'est là ce que notre famille te laisse en héritage. Continue le Combat, résiste-leur !
Tu es assez forte...


Tu les guidera...

Il sera à tes côtés...celui que tu aime...

Et moi aussi je t'aime ma fille...


Posant un baiser sur son front, la voix comme la vision du sénateur s'altéra et se déroba aux yeux de la princesse, qui hurla à son père de ne pas l'abandonner.
Vision réelle, fantasme ou hallucination, elle n'en était pas moins choquée, intriguée mais surtout étrangement rassurée, comme si des profondeurs de la Force, lui avait été communiquée l'énergie et la détermination qui lui manquait pour prendre les décisions qu'elle avait à prendre.

Elle fit quelque pas de plus dans cet environnement végétal inquiétant, et tomba dans une cavité du tronc, sombre, elle eu soudain terriblement froid et peur, la sueur semblait se geler sur son épine dorsale.
Elle remarqua que ses vêtements avait changée, mais elle n'eut pas le temps de le comprendre qu'une apparition des ténèbres surgis, trop familière pour que Leia ne se pose d'avantage de questions, elle empoigna ce qu'elle avait sentis être un sabre à sa ceinture, et en l'activa elle se mis en garde contre...Darth VADER...


Image


Le duel commença, irréel, impensable, mais enragé et violent. Leia ressentait qu'elle en était tout autant spectatrice qu'elle semblait être cette combattante Jedi, en combinaison noir experte au maniement du sabre. Dans ses yeux la fureur, elle assénait des coups, et son opposant, implacable, maître en tout point les lui rendait avec une violence rare.
Parades, coups directs et puissants, défense adroite, assaut rapide, le tout dans une rapidité impressionnante. La nature environnante semblait frémir autour d'eux, les sabres s'entrechoquèrent brutalement, elle redoublait d'agilité, d'adressen et de vivacité dans son style de combat, et lui force brute, puissance maîtrisé ne lui laissait pas un centimètre de terrain et rendait coups sur coups.
Elle luttait, elle pour la lumière contre lui l'incarnation du mal...


- Vous avez échoué ! Votre puissance, vos plans, vos armes, votre siège impérial nous vous avons anéantis !

Il est inutile de lutter ma fille, tu sais en toi-même que ton combat et celui de ton frère est un échec, vous n'affrontez plus le bon adversaire. Tu l'a sentis...le pouvoir des ténèbres se lever à nouveau dans le Nord...il a repris la couronne impérial, et il reviendra finir ce que nous avons commencé !

Essoufflée, la gorge serrée, les larmes coulant, elle se déchaîna dans une ultime attaque plongeante, perçant le côté de l'armure de la quasi-machine, qui fut projetée au sol...

- NOOOON ! VOUS MENTEZ !

Au sol, agonisant le spectre de Vader suffoquait, dans un geste improbable, elle lui ôta son casque comme pour affronter une dernière fois son regard, celui qu'elle n'avait en réalité jamais vu.
Penchez sur lui, il caressa la joue de sa fille d'une main froide et sans vie...


Résiste lui, fait ce que je n'ai pas pu faire. Ton frère et toi, résistez-lui. Et vous mettrez fin à son règne. Je sais qu'il est trop tard pour moi, trop tard pour espérez la rédemption à tes yeux...

Perdue elle bégaya, plongeant ses regards non plus sur une machine mais dans les yeux d'Anakin Skywalker, son père, qu'elle avait secrètement toujours brûler de voir...

- Non...non...il n'est pas trop tard, Luke m'a tout dit, il m'a dit qu'a la fin vous avez rejoins la lumière et que vous nous avez sauvez...je vous pardonne...je vous pardonne...PERE.

A ces mots, la main gantée, quitta le visage de la princesse, et les yeux d'Anakin plein d'amour et de contentement semblait soulagée, libérée, et la vision disparue comme si elle avait atteint son but.

Leia se retrouva seul, dans ses vêtements initiaux, et sans sabre. Elle repris un peu ses esprits, sentant que la Force lui parlait, et que ses "pères" lui avait clairement tout les deux à leur manières révélés des choses sur ce qu'elle devait faire, mais est-ce qu'il s'agissait uniquement de politique ? Qu'en était-il de son choix entre Han et Althar ? N'y avait-il pas dans leur paroles un éclairage sur tous cela ?

Beaucoup de questions, qu'elle n'eu pas plus de temps de se poser, elle se dirigea vers la sortie de l'immense tronc mort, et en émergeant de l'ombre, elle fut devant une scène épouvantable, la pire depuis Alderaan...
Han et Chewie, suffoquant juste devant elle. Leur corps suspendus dans les airs, à quelque mètres du sol. Se tenant la gorge, désespérément. Et cette fois-ci c'était la réalité, le sang montant à la tête de Han en était le témoin criant et térrifiant.
Au centre, entre les deux, une abomination, quelqu'un qui avait tous fait pour les surprendre pendant la nuit, quelqu'un qui avait manipulé depuis le début le crash sur cette maudite planète, quelqu'un qui cherchait à les attirer et à les maintenir sur cette planète, alors que tous semblait se jouer ailleurs dans la Galaxie. Un piège, un piège Sith.
Darth Nahius, Générale de l'armée Sith, une sorcière ayant jurée à ses maîtres qu'elle seraient à la hauteur de la mission : rapporter la tête de la fille de Vader, et celles des héros républicains qui l'accompagnaient.
Le plan reposait sur une analyse depuis plusieurs semaines des faits et gestes de Leia, et l'occasion d'agir s'était présentée quand Han l'enleva en direction même de Félucia...le reste fut un jeu d'enfant : la manipulation des hutts et des pirates, le crash et le piège.
En détruisant Leia, principale artisan de l'Union Galactique et fille de l'élu, les Sith tentait par là d'accélérer leur plan d'invasion, en créant d'avantage de chaos dans la Galaxie.

La sorcière se tenait au milieu des deux corps de Han et Chewie, et d'un geste de la main, elle se saisis de Leia pour en faire de même.
Mais il y une chose à laquelle, la sorcière ne s'attendait pas...des renforts.
Et c'est à cet instant précis que les canons d'un Transport furtif Jedi firent feu sur la zone. Avec à son bord un trio improbable : Arial Organa, Althar Fanrel et C3PO.

Les explosions firent perdre à la sorcière son emprise sur les trois héros, qui furent relâchés instantanément. Et a bord du vaisseau qui venait de se poser, l'équipe se préparait...


[Arial Organa]- J'espère que vous vous y connaissez en Sith, Althar ! Nous avons une nouvelle mission et celle-ci risque bien d'être la dernière pour nous tous !
Avatar de l’utilisateur
By Han Solo
#30333
Il y a des jours comme ça ou on se dit qu'on aurait mieux fait de ne pas se réveiller, juste rester au lit ou en tout cas dans son coin à ne rien faire. En ce moment ou il lévitait en l'air, en train d'agoniser à cause d'une cinglée d'alien à la peau rouge qui semblait avoir des tendances meurtrières, il se disait que c'en était un à n'en pas douter. Pourtant, il aurait dû se douter que ça ne pouvait qu'empirer cette journée.

La veille il y avait eu ce moment magique et presque irréel ou lui et Leia s'étaient retrouvés dans l'une des pièces du Faucon en réparation. Son bébé avait pris un sacré coup avec ces foutus pirates et il fallait le réparer au plus vite s'ils voulaient se tirer d'ici. Tandis que Chewie était occupé à réparer à l'extérieur, lui en était à se débrouiller avec le générateur d'hyperdrive, heureusement pas trop amoché.

Il avait eu besoin d'un cutter à fusion et l'avait cherché, voyant que Leia l'avait pris pour souder une plaque à moitié tordue, il s'était approché à la base pour le récupérer mais comme souvent avec elle, n'avait pas pu s'empêcher de changer de plan. C'était comme ça entre eux, il fallait toujours que ça devienne compliqué et explosif même quand la situation ne s'y prêtait pas. Sacré couple hein?

Au fait Votre Altesse, maintenant qu'on se retrouve encore dans une situation merdique comme sur Klatooine, je me disais... Je n'ai pas eu de réponse définitive pour ma proposition dans cette ferme. Et puisque c'est un peu le sujet en vogue ces jours-ci, je me disais que j'en méritais une.

Et évidemment, elle recommençait avec ses fichues responsabilités à la mords-moi le noeud. Sans oublier ce Prince. Saleté d'aristo prétentieux, il pouvait surement se dégoter une groupie quelconque avec son titre et son argent non? Pourquoi venir gonfler tout le monde avec ses propositions ridicules? Comment Ackbar exprimait ça déjà? C'est un piège! Parfaitement Amiral, vous avez tout compris vous!

Que suggères-tu? Qu'on attende d'en avoir fini avec l'Empire et les Sith avant de songer à quelque mariage que ce soit? Bonne idée, ce n'est pas comme si on avait déjà laissé passer trop d'années à vivre pour tout le monde sauf nous. Stop avec cette excuse Leia, ce n'est pas parce que nous devons servir les peuples que nous n'avons pas le droit de vivre. Du reste, cette proposition de ton soi-disant Prince n'en est pas une. Qui te dit qu'il a vraiment le pouvoir d'aider New Alderaan? Qu'est-ce qui te fait croire qu'il a réellement de l'influence au sein de l'Empire? Sans parler de son Empereur?

Il voyait bien que ses paroles, tout comme celles qu'elle avait prononcé, la rendaient malheureuse. Quel gâchis que de s'infliger pareille souffrance alors qu'il était pourtant clair qu'aucun d'eux ne pouvait vivre sans l'autre. Mais elle persistait à vouloir mettre un frein, à "prendre le temps". Mais quel temps? A l'heure ou la mort guettait à partout ou portait le regard, il n'était plus temps "d'y aller en douceur" mais bien de jouer cartes sur table.

As-tu songé un seul instant qu'en me repoussant, en ne nous laissant pas une chance, tu me fait souffrir autant que tu souffres? Leia, c'est précisément parce que tout s'effondre autour de nous que nous devons être totalement honnêtes, autant l'un envers l'autre qu'envers nous-mêmes. Que nous devons saisir chaque opportunité, chaque chance d'être heureux, parce qu'on ne sait pas de quoi demain sera fait.

Hélas, ses arguments n'avaient pas fait mouche et elle s'était retirée de son côté pour la nuit, laissant le Corellien avec ses pensées. Pensées pas vraiment optimistes vous vous en doutez bien. Jurant en vieux corellien, comme à son habitude quand il était salement en rogne, Han alla dehors aider un peu Chewie avant d'aller prendre du repos. Pester sur le Faucon lui ferait le plus grand bien.




Le lendemain, avec sa barbe de 3 jours, sa courte nuit pas très reposante (vu le coin ou ils étaient bloqués faut dire...) et son allure déguenillée, Han avait plus l'air d'un voyou des bas-fonds de Nar Shaddaa que d'un général républicain, fringant héros de la Rébellion. Et ce qui allait suivre n'aiderait pas trop. A peine le pif dehors avec son ami, Han se retrouva face à une sombre silhouette encapuchonnée et vêtue de noire.

Rien qu'à voir ses vêtements, il sut que ce n'était pas quelqu'un de fréquentable. Quand même, quand on porte que du noir, soit on est une fichue gothique, soit on est une psychopathe, soit on est une veuve (et dans ce cas on ne peut rien pour vous désolé)! Visiblement, la donzelle était plutôt du second groupe à en juger par ses yeux tout jaunes visibles. Encore des problèmes, comme s'ils n'en avaient pas déjà assez.

Le Corellien eut à peine le temps de dégainer son DL-44 et de crier l'alerte à Chewie qu'il se sentit soulevé du sol, une pression insoutenable contre sa gorge l'étouffant rageusement. Il n'arrivait plus à respirer et menaçait de sombrer dans l'inconscience, ce qui aurait signé son arrêt de mort il le savait. A côté de lui, planant également quelques mètres au-dessus du sol, le Wookie tentait vainement de se libérer, grognant et gémissant sans que ne fut audible aucun son de sa gorge.

Il allait donc mourir là, comme ça, étranglé par une cinglée de Sith sans savoir au nom de quoi, avec la pensée que Leia allait aussi y passer. Il aurait presque pu ressentir un plaisir macabre à s'imaginer que Fanrel perdrait aussi mais là vu la situation... Non. Alors que sa vie le quittait lentement, lui qui avait du subir les tortures de Vador des années auparavant, il se prit à songer que la situation pouvait difficilement être pire.

Il se trompait encore une fois. Un vaisseau Jedi, sortant de nulle part, tira sur la Sith avant de se poser. Heureusement que le pilote, qui qu'il fût, visait bien parce que ça aurait pu mal finir pour eux ça. Puis, sortant du cockpit, les silhouettes d'Arial cette chère frangine, ce bon C3PO et... L'autre. Bordel, même ici, il fallait qu'il débarque pour leur pourrir la vie ce petit con. Ils ne pouvaient pas avoir la paix 5 minutes, non, c'était trop demander!

La pression se relâcha juste assez pour qu'ils puissent échapper à son étreinte, et Han se jeta de côté pour écarter également Leia tandis que Chewie, fou de rage, prenait déjà en main son arbalète pour faire du Sith grillé de son arme. Malheureusement, la rouge n'était pas une bleue comme les pirates et para les tirs de son sabre laser. Jurant, le Corellien se mit à couvert avec Leia.

Tu peux m'expliquer d'ou sort Arial et l'autre? Non, laisse tomber, la réponse me plaira pas j'ai l'impression. Pensons d'abord à liquider cette folle et ensuite on réglera nos comptes!

Entre lui, Chewie, Leia et l'autre, ça faisait un sacré déluge de tirs à encaisser mine de rien. Mais outre ses parades au sabre, la Sith n'hésitait pas à déchaîner ses pouvoirs, usant d’Éclairs et projetant des rochers sur ses adversaires en guise de diversion. Ça n'allait vraiment pas être simple de la descendre cette furie. Si seulement l'autre décidait d’héroïquement affronter la Sith au corps à corps histoire de faire diversion (et mourir dans la tentative), ils auraient alors une belle fenêtre de tir!

Avatar de l’utilisateur
By Althar Fanrel Keto
#30606
Le voyage jusqu’à Felucia avait finalement était une bonne surprise. D’un départ peu engageant et dont l’idée semblait plus qu’incertaine, il s’était découvert une amitié inattendue avec une Jedi. Une vraie, une de celles dont il avait rêvé, dans sa jeunesse. C’est ainsi que de longues heures de voyage étaient devenues des journées à discuter, et à parler. Echanger. Découvrir. Projeter. Tant de choses, tant de possibilités, et plus de limites. L’Empire, la Nouvelle République, tout perdait sens lorsque l’intérêt général prenait le dessus. Elle avait le sens du devoir, et la noblesse d’âme. Cela suffisait à s’entendre, et à se comprendre. C’est ainsi que se passèrent les journées, dans l’attente sans fin d’un signal, arrive à un moment ou à un autre. Ce détail n’est pas important, tout ce qui importait alors fut de les rejoindre. Le plus rapidement possible. La discussion était devenue concentration, et l’un et l’autre avaient pris place aux commandes pour traverser l’espace, inlassablement. Mener à bien ce vaisseau, pour atteindre le but qu’ils s’étaient donné : retrouver Leia. Il ne la perdait pas de vue, même s’il fallait reconnaître qu'Arial avait eut l’étrange don de l’apaiser, à force de la cotoyer. Mais le signal de détresse le ramena à la réalité. Au danger. A l’idée même de la perdre. Une crainte couvée, profondément, de celle que l’on lie à l’amour. La retrouver, pour intervenir à temps. Sauver cette femme, et sauver son peuple. Changer les choses à tout jamais. C’était leur pacte, de toute manière, non ? Partir la sauver, et voir ce qu’il se passerait. Ils y étaient. Ils l’avaient craint, et maintenant, face aux étoiles défilantes, il n’y avait plus de retour en arrière. Que des années lumières en train de disparaître, un peu plus, pour les rapprocher. Elle serait là. Et ils seraient là pour elle.

A l'heure où le signal devenait de plus en plus proche, les deux comparses finirent par prendre les manettes. Ils ne seraient pas de trop à deux organiques pour réussir à faire ce qu'il fallait, si la situation s'annonçait aussi peu engageante qu'ils pouvaient le craindre. Que savaient-ils de ce qui les attendait ? Rien du tout. Et cela avait le don de raviver une quantité anormale de question chez le têtan, qui se retrouvait plus que jamais confronté à la réalité de son acte. La vérité n'allait plus tarder à tomber sur lui et ses espoirs déjà bien effrités. Et maintenant ? Allaient-ils les trouver dans une position compromettante, tout enlacés qu'ils seraient ? Ou bien peut-être en pleine résistance, avec une Leia loin de ce rufian, attendant la délivrance venue du ciel ? Ou bien ignorerait-elle Althar ? Crierait-elle sur Arial ? Trop de choses. Trop de possibilités. Le vaisseau quitta enfin l'hyperespace, offrant un coup d'accélérateur au pouls princier. La planète tropicale se rapprochait tout doucement, sous les conseils avisés de la pilote royale à ses côtés. Il l'écoutait sans vraiment l'entendre, observant avec inquiétude le cercle coloré. Ils y étaient, maintenant. Pourtant, elle affirmait que quelque chose clochait. Althar jeta un regard vers elle, avant de reprendre un peu plus sérieusement sa part de co-pilotage. Allaient-ils avoir besoin de se battre ? Vraiment ? La Présidente de la Nouvelle République ainsi mise en danger ? Ce bon à rien prendrait cher. Il était fait.

L'atmosphère ne fut qu'une formalité, aussi rapidement effacée qu'ils se trouvèrent à quelques lieux de la source du signal. Les couleurs de cette planète étaient étrangement attirantes à l'oeil, il ne la connaissait en rien, mais cela avait au moins le don d'avoir un petit côté romantique. Une pointe d'exotisme en guise de lieu de rencontre, pourquoi pas. De la nature à perte de vue. Et finalement, un nouveau rappel de la part de la Jedi, et un réglage des senseurs. Plus que quelques kilomètres, plus que quelques mètres. Et une forme. Une présence. Un mal formulé uniquement par la voix de la Jedi, et la pire des craintes. Trop tard ? Un Sith, ici ? Une monstruosité, comme celle qui semblait les pourchasser depuis un certain temps ? Agir, et vite.

    « Il faut faire un passage, je vais tirer, essayez de ne pas dévier, votre Altesse ! »

Après tout, n'était-ce pas la responsabilité d'un bon copilote ? Difficile à dire, la tâche devenant d'autant plus ardue qu'ils étaient tous rapprochés. Un tir à côté, et c'était de leur faute. De sa faute. Il ne se le pardonnerait jamais. Alors il fallait croire, le temps des ultimes secondes qui séparèrent les mots et l'acte, si soudainement concentré sur son écran et ses contrôles. Et ... une volée de tirs, pile où il le fallait, grace à ses mains tremblantes ! Un passage, et ils avaient réussi à temporiser. Comment était-il possible d'arriver à un tel point de perfection dans le temps ? Incroyable. Le hasard était magnifique, quand il le voulait. Althar n'attendit pas, et se dépêcha de quitter son poste pour partir dans le cockpit, chercher une des armes prises par Arial au moment du départ. Un blaster … Un simple blaster, aussi mortel que précis, mais terriblement insuffisant face à un sensitif. C’était la leçon numéro une de tout bon Jedi, mais pourtant cette fois c’était lui qui se faisait avoir. Il fallait réfléchir, et vite, trouver une solution pour compenser ça, sinon ça ne le ferait pas du tout. L’arme était prête à l’utilisation, de toute façon, et le cran de sécurité déjà relevé. Sous ses pieds, les moteurs commençaient à vrombir d’avec la proximité du sol. Le temps allait lui manquer, le sang commençait à lui battre les tempes, les choses allaient vite, trop vite ... Sans sabre, il était fait. Sans arme au corps à corps, comme à chaque fois. Une simple barre, un outil peut-être, un objet non-prévu à cet effet mais qui surprendrait suffisamment pour l'atteindre. Oui, c'était ça. Rapidement, farfouillant sous les cris de colère d'un droïde qui voit son vaisseau être mis en pièce, le Prince se dépêcha de trouver les outils de réparation d'urgence. Il y en a dans tous les vaisseaux, et même chez les Jedi on en a besoin. Ses mains fouillèrent le recoin où étaient entreposés l'ensemble pour y trouver les outils. Trop petits, trop inutiles, trop tout ce qu'il ne cherchait pas, jusqu'à finalement en extirper un très long, surement pour les choses les plus innaccessibles. Un bon mètre, en acier, ça devrait faire l'affaire face à un sabre-laser .. Non ? Non. Tant pis, le choc avec le sol le fit trembler, presque surpris, l'obligeant à se dépêcher. Des gants en bonus ? Allez, vite, manches retroussées il rejoignait une Arial prête au combat. Ce serait l'heure d'assurer, pour un fringuant Prince en chemise blanche aux manches retroussées, aux bottes de cuir et aux gants sur les mains. Un blaster à la main droite, son arme de substitution à la main gauche, le Sith en prendrait pour son grade. Un dernier mot, avant d'ouvrir le sas, avant que tout ne se passe.

    « Hélas, j'en ai déjà confronté, mais sans sabre cela sera moins évident ... mais sans difficultés pas de plaisirs, n'est-ce pas ? Je vais gagner du temps, et vous vous occupez d'elle .. enfin .. eux ... Si il n'y a pas d'espoir, partez. Sa vie vaut une République. »

Sur ces mots, la lumière perça dans le vaisseau, et sur eux. Il était temps. D'un pas décidé, l'heure était à l'action. Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il faisait, ni de ce qu'il fallait faire, mais il était persuadé que c'était là son rôle. Oui, ça prenait sens comme ça. Si elle était acquise à cet énergumène, alors il n'était bon qu'à faire honneur aux siens. Mourir pour autrui, et défendre un but plus grand que soi. L'honneur d'une mort digne. Ces funestes pensées n'étaient que la formulation de l'imminence de leur destin commun, entre Princesse Jedi et Prince impérial. L'un comme l'autre, ils ne valaient pas une bonne armada républicaine, mais pourtant, elle était une Jedi. Face à un Sith. Serait-ce un défi trop gros pour elle ? Elle n'aurait pas à s'y confronter, s'il réussissait à agir. Après tant de jours à limiter ses mouvements, maintenant l'action serait intense. Brouillonne. Libératoire. Ils y étaient. Son sabre allait lui manquer, celui-là ou celui que la Grise lui avait laissé, mais tant pis. Pas le choix. Plus de doute. A chaque pas sur cette rampe, les choses devenaient plus que jamais réelles. Concrètes. Matérielles. La chaleur du soleil qui tape sur leurs peaux, l'atmosphère moite de cette planète aux couleurs si pigmentées, la crainte de la mort la seconde suivante, et l'énergie soudainement trouvée pour un combat pour sa vie. L'adrénaline. Cette drogue si intense, trouvable dans bien des occasions, mais jamais aussi intensément que dans une telle confrontation. Les réminiscences de ses combats contre les Sith par le passé tentent de s'immiscer dans son cerveau, mais eux comme tout le reste finissent noyés par l'afflux sanguin ininterrompu. Les tempes sont battues par ces marées pourpres, et ses tympans redeviennent sourds. Les tambours de guerre ont entamé leur danse ...

    « SIIIIIITTTTTHHHHHHH ! »
Un cri rauque, sorti du fond de la gorge, audible par tous et surtout par ce monstre. Sitôt posé son regard sur lui, sitôt hurlé. Et pire. L'instant d'après, un déluge de tirs. Ces êtres-là ne méritent ni pitié ni temps morts. Réglé par cette enfance impériale parfois très martiale, le bras droit, le corps de biais, et un oeil droit sur la cible. Le blaster devenait une arme mortelle pour quiconque avait appris à viser un temps soit peu. Et maintenant, ne plus hésiter. Ne plus craindre ce qui va se passer. Simplement avancer. Ne pas chercher à la voir. Ni elle ni les autres. Seule la mort est bonne pour ce duel, seule sa présence compte. S'il n'y a pas de corps autour d'eux, c'est qu'il reste de l'espoir. Suffisamment pour qu'elle survive, elle, celle qu'ils viennent sauver. Uniquement elle. Alors il faut avancer. Encore, et encore. Quoi qu'il advienne, quoi qu'il lance, quoi qu'on ressente. La peur qui vous brûle les entrailles, votre cerveau qui hurle de faire demi-tour, cette douleur qui reprend au fond de votre crâne, là, il ne peut pas survivre, pas cette fois. Encore quelques mètres, encore quelques secondes, et l'autre bras serait levé, lui et sa barre métallique. Y arriverait-il ? Lui laisserait-il cette ouverture ? Ou serait-ce la fin ? Seule la Force le savait à présenter ...
Problématiques divines

La chance. Un concept aussi puéril que la destiné[…]

Quinlan Vos reprit ses esprit et se demanda si le[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Aucunes nouvelles de la station ni de la flotte i[…]

Karlya Zyn

Re-Bonjour :) Je déclare ma présentation finie et[…]

[Dromund Kaas] La dernière ombre

Cité en ruine – Dromund Kaas « Reste […]

Armée et flotte de Secundus Ando, terre natale […]

L'intermédiaire savait y faire. Il posait les bon[…]

L'implacable réalité de l'entreprise s'affichait s[…]