L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Keila Dalen
#38515
Le tombeau de son maître sur Naboo, une structure simple sans artifices superflus. On pouvait lire sur la porte d'entrée de la structure: "Cyniosis Jugo, Jedi et Héro de la République". Il avait été une iconne pour les naboo, il n'avait certes jamais eu la renommée de la sénatrice Padmé Amidala mais il serait a coup sur dans les livres d'Histoires de la République comme celui qui avait sauvé la présidente Organa.
Keila ouvrit la porte et se retrouva face au réceptacle de marbre qui gardait les restes de son défunt maître. Elle sentit les larmes commencer à couler sur ces joues. Elle avait toujours considéré Cyniosis Jugo comme un second père et sa perte avait été une épreuve dont elle gardait des séquelles. Elle posa la main sur la matière lisse et dit:

-Je suis désolé maître, je ne suis pas digne de vous et ne le serai jamais.

Elle déposa sur la tombe un bracelet que lui avait offert son maître suite à une mission lorsqu'elle avait 9 ans et sortit. Elle ne se retourna pas, la page devait être tournée. La décision était prise, l'ordre jedi était à présent un chapitre du passé plein de souvenirs douloureux et il était temps de tourner la page et de vivre autre-chose.




Keila ouvrit ces yeux. Il faisait encore nuit dehors. Tout était calme, elle commençait à entendre les oiseaux piailler dans les arbres. Cela faisait maintenant 2 ans que Keila Dalen avait pris ces distances avec l’ordre jedi, 2 ans qu’elle n’avait pas eu recours à la Force et 2 ans qu’elle avait rangé son sabre laser dans un coffre sous son lit. Elle avait tout fait pour ne pas penser à son passé et se focaliser sur la vie qu’elle menait aujourd’hui mais de plus en plus souvent, elle rêvait de son ancienne vie.
Elle était rentrée sur Polmanar rejoindre sa mère qu’elle n’avait plus vu pendant près de 15 ans ainsi que ces demi-frères qui approchait de l’âge à 2 chiffres. De retour sur Polmanar, sa mère n’en avait pas cru ces yeux, sans aucune gêne, Keila lui avait raconté qu’elle avait décidé de quitter l’ordre jedi afin de pouvoir vivre une vie paisible et espérer se retrouver.
Elle avait réussi à trouver un travail dans l’agriculture, le village dans lequel elle vivait étant entouré de champs, ce n’était pas le travail qui manquait. Elle aidait donc à cultiver diverses céréales en compagnie d’autres ouvriers. Polmanar étant une planète plutôt pauvre, ils n’avaient pas recours aux différentes technologies que nous pouvions retrouver dans les mondes du noyau. C’était donc à l’aide des mains et de vieux outils et engins agricoles que les ouvriers travaillaient. Fatigués, ils se donnaient rendez-vous le soir au bar pour savourer une bière bien fraiche afin de se détendre. Keila était friande de ce rituel amical.
Polmanar lui offrait beaucoup de choses qu’elle n’avait pas lorsqu’elle était dans l’ordre jedi : De vrais amis, une famille et surtout l’anonymat. Bien qu’elle ne fût que padawan, Keila restait une jedi facilement reconnaissable sur certaines planètes, notamment Naboo, planète sur laquelle elle avait accompagné son maître Cyniosis mort héroïquement en sauvant Leia Organa d’un sith odieux. Aucun habitant de Polmanar à part sa mère ne savait que Keila avait été une jedi et cela devait absolument rester secret.

Keila décida de se lever, le sommeil était parti et elle savait très bien qu’elle ne le retrouverait pas. La première chose qu’elle fit fut d’aller se voir dans le miroir. Apparut alors un visage fatigué, de longs cernes étaient visibles sous ces yeux, sa peau était burinée par le soleil et ces cheveux autrefois bien entretenus étaient très longs et tout emmêlés. Elle n’avait plus le temps de prendre soin d’elle. A 19 ans, le corps de Keila était déjà fort marqué, son dos strié de marques de fouet souvenir de sa détention était la partie qu’elle cachait le plus, même sa mère ne l’avait pas vu. Elle ne voulait pas lui faire de peine.
La jeune femme s’habilla discrètement pour ne pas réveiller les autres et se dirigea vers la cuisine afin de se faire couler un café et de manger un bon petit-déjeuner avant de partir travailler. Sa mère et ces deux frères se levaient beaucoup plus tard qu’elle et c’est donc sans faire de bruit que Keila ferma la porte de la maison pour se rendre aux champs sous le levé de soleil matinal.
Avatar de l’utilisateur
By Keila Dalen
#38530
Les mains sales et pleines de terre, Keila ne se plaignait pas de son travail. Le corps était mis à rude épreuve, le soleil commençait déjà à taper tôt le matin, les conditions de travail étaient très pénibles. Il fallait en plus de ça se protéger des animaux, des insectes qui pullulaient dans les végétations et certains d’entre eux étaient synonymes de bactéries qu’il valait mieux éviter. La plupart des personnes qui travaillaient dans les exploit ations agricoles étaient des hommes, plus grands, plus forts mais Keila n’avait rien à leur envier, la jeune femme grâce à son entrainement de jedi réussissait à tenir le coup et était même une des meilleures ouvrières de l’exploitation. Certains hommes avaient fait part de leur surprise quant à ces capacités physiques et cela avait tendance à faire sourire l’ancienne jedi.
Keila accueillit la pause du midi avec soulagement, cela faisait plusieurs heures qu’elle travaillait et elle avait besoin de souffler et de reprendre des forces. Son corps était tendu et elle avait mal au dos. Ils étaient en plein mois de récolte, le travail était encore bien plus épuisant que d’habitude. Quelques fois la jeune femme se mettait à se demander pourquoi elle avait accepté ce boulot harassant.
Lors de ces premiers jours, Keila, à bout de force et de souffle s’était promis de vite trouver un autre travail moins fatiguant mais rapidement elle avait remarqué qu’ici, elle oubliait qui elle avait été avant, elle se sentait comme les autres et elle aimait ça.
Elle décida de s’installer sur une souche de bois après avoir récupéré la nourriture et se fondit dans la conversation des ouvriers qui parlaient de tout et de rien. C’était agréable de parler des petits soucis du quotidien, d’entre parler untel de ces enfants, un tel du voisin… Tout cela, Keila ne l’avait jamais vécu sur Coruscant, la vie d’un jedi était rythmée par des problèmes bien plus grands et plus importants. Les gens habitant cette planète étaient en marge de tout, les problèmes de la nouvelle République n’arrivaient que très rarement aux oreilles de tous. Polmanar était le seul souci de la plupart d’entre eux. Ils parlèrent de tous et de rien, alliant conversations sérieuses à éclats de rire. L’ancienne jedi aimait cette vie, elle se sentait humaine. Alors pourquoi ne cessait-elle jamais de penser à son ancienne vie ? Pourquoi n’arrivait-elle jamais à sortir cette époque de sa tête. Elle pensait avoir tourné la page mais celle-ci devait manifestement être cornée.
Elle retourna au travail et ce jusqu’à ce qu’une sonnerie signifiât la fin du labour. Keila était lessivée, elle ne sentait plus ces doigts qui étaient plein de terres, ces ongles étaient marrons et ces mains pleines de petites entailles. Son dos fut extrêmement douloureux quand elle se releva. Elle était restée tellement longtemps accroupie qu’elle eut l’impression de réveiller de nouveaux muscles en se levant.

-Encore une bonne bière bien méritée !

Elle prit ces outils et se rendit à l’entrepôt dans lequel les ouvriers rangeaient leurs affaires avant de partir au bar de suite pour pouvoir rentrer au plus tôt après. Si certains aimaient boire jusque à être ivre, la jeune femme faisait partie d’une autre catégorie plus modérée ne buvant à outrance que le soir qui précédait un jour de repos. C’était non coiffée et sale de sa journée que Keila se présenta au serveur pour commander sa bière.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38534
Image


RP en tant que Rahm Kota.


Cela faisait bien longtemps que le vieux Maître Jedi n’avait plus été sur la tombe de Cinoysis. C’était encore difficile, même pour un Jedi capable de tant d’abnégation. Il avait appris à contrôler ses sentiments et avancer. Allant toujours vers l’avant. Toujours. Pourtant, il y avait quelque chose qui le retenait ici. Le lien qui unissait Cinyosis et Rahm Kota, quand bien même il n'avait jamais rencontré le Jedi. Ce lien c'était leur apprentie. Et ce qui le retenait, c’était son échec. Et le manque de réponse.

Il pouvait encore le sentir. Agenouillé devant la pierre tombale, il pouvait presque la sentir. Son emprunte dans la Force était encore présente. Elle était venue lui faire ses adieux avant de disparaitre. Il le savait, il le sentait. Pourtant personne ne savait où elle était allé ensuite. Même Maître Quinlan Vos n’avait pas été capable d’en savoir plus. Son don de Psychométrie avait laissé plus de questions que de réponse…

Pourquoi avait elle quitter l’ordre ? Et où avait il échoué ? Il était son maître. Il aurait dû la comprendre, la guider, la rassurer. Pourtant tout ce qu’avait ressenti le Kyffar n’allait pas dans ce sens. Elle se sentait trahi… Mais pourquoi ? Il devait trouver des réponses. Pour lui, mais aussi pour le conseil. Il n’était pas dans les habitudes de l’ordre de laisser partir une apprentie. C’était risqué, à bien des égards. C’est pourquoi, quand le conseil avait délibéré quant à leurs agissements sur Corellia, la recherche de Gwindor et des Sith, il avait demandé à ne pas être impliqué. Il était grand temps d’obtenir des réponses.

Mais que ferait il alors ? Réussirait il à la convaincre de revenir ? Saurait il lui pardonner ? Ou se faire pardonner ? Que ferait il si jamais elle refusait de le suivre ? Devrait il l’affronter ? L’obliger à revenir ? Ou la laisserait il partir ? Peut être même dirait il qu’il ne l’avait jamais trouvé… Le Jedi secoua la tête. Ce n’était le moment de se poser ces questions. Il saurait en temps voulu. La Force le guiderait pour y voir plus clair. Et pour cela il devait commencer par la retrouver.

Où avait elle bien pu aller ? Elle pouvait être n’importe où… Il devait faire confiance à la Force. Elle pourrait lui indiquer le chemin. Il s’installa donc en tailleur, face à la tombe et entra en état de médiation.

    « Aide moi Cinyosis. Où se trouve notre Padawan ? »

Les flux puissants de la Force trouvaient autour de lui. Il n’était plus un, mais parti d’un tout. Il entrevoyait son passé, son présent, mais le futur était tellement plus complexe. Les possibilités étant tellement nombreuses. En revanche, le passé était clair, limpide et la Force semblait vouloir le lui montrer. Il voyait une jeune enfant, dans les bras d’une mère aimante. Et face à eux, un Jedi, Cinyosis. Mais où était ce ? Le vieux Maître se réveilla. Son ancien ami avait été cherché le jeune sensible. Elle avait une mère… Etait elle retourné sur sa planète d’origine ? Sa mère était peut être encore en vie. C’était une piste. Les archives de l’ordre indiquerait peut être où elle avait grandi avant de les rejoindre.

Et c’était bien le cas. Après plusieurs semaines, entre recherche, préparatif et voyage, Rham Kota arriva enfin sur Polmanar. Il n’était pas bien familier avec cette planète. Mais il ne doutait pas de réussir à trouver une piste le menant à la mère de l’apprentie perdue. Le Jedi commença son investigation, demandant à qui voulait bien l’écouter si le nom de Dalen leur disait quelque chose. De fil en aiguille, il remonta la piste jusqu’à une ferme. Quelqu’un connaissait une Dalen. Et une fois de plus, la Force lui avait montré la voie.

Elle était là. Il pouvait la reconnaitre sans difficulté malgré les deux ans passés loin de l’ordre. Elle labourait un champ, travaillant difficilement, ignorant la présence du Jedi encapuchonné, qui restait à l’abri des regards. Il l’observa longtemps, se demandant quand il serait temps de la rejoindre. Ce n’était pas encore le moment. Il attendit que le journée passe, jusqu’à ce que les travailleurs rangent leurs outils et se dirigent vers la cantina du coin.

Il les suivit discrètement, entrant dans le même établissement. Il y avait peu d’agitation malgré leur groupe de fermier bruyant qui s’installait à l’intérieur. Son regard restait fixé sur la jeune femme. Il était temps. Il s’approcha lentement, la rejoignant au bar où elle commandait une bière. Il s’accouda à côté d’elle et passa lui aussi commande.

    « Un Ardees pour moi. Merci. »

Il avait parlé fort. Elle ne pouvait ne pas avoir entendu. Il se retourna alors vers elle. Souriant après temps de temps passé loin de son apprentie. Elle ne s’attendait surement pas à le voir ici. Et finalement il n’était pas question de créer un conflit. Il se voulait rassurant. Il ne lui voulait pas le moindre mal.

    « Bonjour Keila. Cela fait bien longtemps… Comment vas tu ? »
Avatar de l’utilisateur
By Keila Dalen
#38539
Le visage de Keila perdit toute chaleur. Ils l'avaient retrouvé. Comment ? Depuis quand l'épiaient-ils ? Face à elle Rahm Kota semblait arborer un sourire sincère, le maître âgé de plus de 80 ans semblait commencer à décliner quelque peu. De nouvelles rides continuaient de déformer son visage alors que son regard bien que toujours vif semblait fatigué. Elle avait toujours aimé son vieux maître aussi têtu soit-il, son expérience dans la guerre des clones et la guerre civile avaient autrefois été une source d'apprentissage très importante pour Keila Dalen. Hélas, si elle était retournée sur Polmanar c'était pour être loin de la politique, du conflit qui continuait avec l'Empire et surtout pour mener une vie simple.
Elle était certes contente de revoir maître Rahm Kota mais surprise et méfiante elle répondit par une question stupide d'un ton plus sec qu'elle l'aurait voulu.

-Que faites-vous là?

Quelle sotte, bien évidemment qu'il était là pour elle. D'un coup d'œil furtif, elle remarqua que ces collègues regardaient avec intérêt le vieillard venu lui parler. Aucun d'eux ne connaissait le passé de Keila, tous croyaient qu'elle était partie faire ces études dans les mondes du noyau mais qu'elle avait lamentablement échoué. Aucun n'avait conscience de qui elle était vraiment et elle-même n'était plus vraiment sûr de savoir qui elle était réellement. Elle comprit alors pourquoi ces rêves la ramenait souvent à son passé. Il n'y avait là aucune coïncidence, c'était la Force qui l'avait voulu.
D'un ton plus amical et dénotant d'un gros malaise, Keila reprit :

-Désolé, c'est la surprise, je ne m'attendais pas à vous voir sur une planète aussi éloignée du temple.

Le serveur vint apporter les deux boissons à nos protagonistes, une bière et un Ardees.

-Je paye, il faut bien que le travail serve après tout.

Après avoir payé les consommations, Keila qui commençait à sentir monter la panique de peur de trop se dévoiler dans un endroit aussi bondé et plein de ces collègues continua son monologue.

-Peut-être pourrions-nous aller nous assoir sur une table au fond, j'imagine que vous n'êtes pas venu là pour me parler du prix du lait de bantha n'est-ce pas?

Elle intima le vieillard à la suivre et s'installa dans un petit coin de la pièce où ils pourraient probablement être plus tranquilles pour parler. Elle avait l'impression que les ennuis étaient venus à elle et qu'elle allait devoir quitter la planète en urgence. Si elle, avait tenté d'oublier la Force, celle-ci ne l'avait pas oublié.

-Comment allez-vous maître Kota ? Et comment se porte l’ordre jedi ?

La seconde question avait été posée par pure politesse et Kota devait s’en douter. En revanche Keila était soucieuse de savoir réellement comment allait son ancien maître. Il avait été un excellent mentor après le décès de Cyniosis Jugo et avait su la remettre sur le droit chemin. Le vieux maître avait très bien fait son travail avec elle. Elle n’avait jamais douté de lui, ni de la bonne foi de l’ordre jedi mais en revanche elle avait douté d’elle. La peur, la tristesse, la souffrance, le doute. Tous ces sentiments avaient pris le dessus sur la jeune femme et cela l’avait amené à une frontière qu’elle ne voulait pas dépasser, un point de non-retour, 2 ans plus tôt lors de son expérience évitable d'esclave. Une grande rancœur contre l'ordre jedi avait germé dans son esprit, donnant des idées noires à la jeune fille. C’était pour cela qu’elle avait quitté l’ordre car elle savait à l’époque qu’elle n’était plus capable de prendre le dessus sur ces émotions. 2 ans plus tard Keila avait murit, grandit et le temps passé avec des civils qui ne se doutaient de rien lui avait fait le plus grand bien et lui avait permis de ne pas faire de bêtises.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38558
Image


RP en tant que Rahm Kota.


Le jeune Padawan laissa paraître toute sa surprise quand elle reconnut les traits abimés de son vieux Maître. Que pouvait il bien faire là ? Si loin de toute vie ? Pourquoi l’avait il rechercher jusqu’à finir ici ? Etait elle si importante que ça eux yeux de l’ordre ? Ou devait il la supprimer comme on balaie une vilaine poussière du dos de la main ? Rahm Kota ne pouvait qu’imaginer ce qui se déroulait dans l’esprit de son apprentie à ce moment même. Et il en était désolé. Sincèrement. Il aurait aimé que les choses soient autrement. Mais ces retrouvailles allaient impliquer de devoir prendre des décisions importantes. Ainsi l’avait voulu la Force et ainsi Keila devait elle faire un choix. Un choix qui n’était loin d’être évident à en entendre le ton de sa voix.

    - Un vieux Maître ne peut il pas rendre visite à sa Padawan ?

Son ton se voulait calme, apaisant. Il ne lui voulait aucun mal. Il était avant tout heureux de l’avoir retrouvé et de savoir qu’elle était saine et sauve. Sa disparition au delà d’être un échec personnel pour le guerrier, était aussi une source d’inquiétude. Il avait fait taire ces voix, comme il l’avait fait tout le reste de sa vie. Les sentiments personnels et revendications n’avaient pas de place en temps de guerre. Et la guerre, elle faisait partie intégrante de la vie du Jedi. Depuis son enfance jusqu’à aujourd’hui, la guerre avait simplement était parsemée de moment de paix. Pas l’inverse. Mais aujourd’hui, il avait la sensation d’avoir trouvé cet instant paisible au coeur de la tempête. Il suivit donc son apprentie, la remerciant pour lui avoir offert son verre de Ardees. Il ne dit plus un seul jusqu’à ce qu’ils soient installés à l’écart du groupe de fermier qui leur lançait des regards indiscrets. Il les ignora, restant concentré sur la jeune femme qui fut la première à poser ses questions.

    - Je suis content de te voir Keila. Deux ans… Ce fut long. Cela ne me rajeunit pas. Dit il en souriant. Il s’est passé tellement de chose durant ces deux années. J’ai de bonnes nouvelles et… de moins bonnes.

Il était impossible de revenir sur ce qui avait été fait. Mais elle devait savoir. L’ordre allait mieux depuis peu de temps. Mais il n’était pas pour autant à l’abri. Les tentions avec la république n’étaient pas encore apaisée. Le départ de Gwindor n’avait pas aidé. Un tout nouveau conseil avait pris place et les Jedi étaient plus dans une période de transition que de stabilisation. Mais la nouvelle de Sith qui agiraient dans l’ombre n’augurait rien de bon. Il fallait qu’ils soient prêt. Et rapidement. Keila devait revenir. C’était son but. Mais que devait il lui dire en premier ? Elle finirait bien par découvrir ce qu’était devenu son ancien Maître…

    - Par où commencer ? Un nouveau conseil a été formé. Te souviens-tu de Maitre Hayley Curwee ? Elle est devenue Grand Maître de l’ordre, désigné par Maître Skywalker pour lui succéder. Skywalker est parti retrouver sa femme un temps et Curwee s’est occupé de l’ordre, essayant de rétablir une certaine stabilité. C’est elle qui a nommé les nouveaux membres du conseil. Maître Tano, Offee, Vos, Fisto, Ikrit, Aqinos et moi même en faisons parti. Mais la tache de diriger l’ordre est difficile à porter. Après un temps, Maître Curwee s’en est allée. Elle est dans les régions inconnues aujourd’hui. Quand à Maître Skywalker, il est revenu en tant que grand Maître. Depuis peu, l’ordre se porte bien. Nous avons été envoyé en mission pour aider Corellia et la République. Il faut montrer que nous sommes toujours présent. Mais ce n’est pas la seule mission du conseil… Ton ancien Maître, Gwindor… Il n’a pas accepté que Hayley soit nommée Grand Maître… Il a sombré et tué sa Padawan puis a fuit. Maître Fisto est à sa recherche.

Le vieux Jedi ne savait quel impact cette déclaration pouvait avoir sur la jeune femme. Mais il se devait d’être honnête. Elle l’aurait su, à un moment ou à un autre. Et ce n’était pas son seul objectif en lui disant cela. Il voulait lui faire comprendre la situation de l’ordre. Un Ordre en reconstruction, un ordre qui avait besoin de ses Jedi. Un Ordre qui avait besoin d’elle. Mais peut être valait il mieux attendre qu’elle digère cette information avant de lui parler des utilisateurs du côté obscure. Il fallait qu’elle comprenne ce que cela pouvait impliquer.

    - Il fallait que tu saches.
Avatar de l’utilisateur
By Keila Dalen
#38560
Les paroles du vieux maître retournèrent le cœur de Keila. Gwindor Morellion était passé du côté obscur. Un nombre incalculable de souvenirs traversèrent son esprit. Elle revoyait Gwindor et Cyniosis rire ensemble alors qu’elle-même ne comprenait rien à ce qu’il se passait, elle voyait les larmes couler sur le visage de Morellion lors de l’annonce de la mort de son maître, les entrainements à rallonge au temple jedi, son sauvetage sur Tatooine…. Gwindor avait toujours était un mentor pour elle et elle n’aurait jamais pensé qu’elle puisse passer du côté obscur. Certes elle avait eu vent de ces excès et de sa tendance à approcher des limites, notamment lors de son combat contre le sith mais jamais elle n’aurait cru qu’il allait franchir la barrière.
Kali’era, son amie… morte. Elle qui était de 3 ans son ainée. Comment avait-il pu tuer sa propre padawan ? Elle qui pourtant le rendait si fier.
La tristesse envahit peu à peu Keila et sans s’en rendre compte, elle serra très fort son verre à bière posé devant elle faisant trembler sa main de rage. Tant de choses étaient arrivées en 2 ans, elle se sentait coupable d’avoir disparu sans rien dire, peut-être aurait-elle pu résonner Gwindor, lui qui disait qu’il retrouvait beaucoup de Cyniosis en elle, le premier maître de Keila avait été comme un fils pour lui. Les yeux baissés, elle sentit que maître Kota l’observait. Elle relâcha son verre et releva les yeux vers le vieil homme qui la regardait silencieusement attendant patiemment une réponse de la jeune fille.

-Désolé maître, j’ai du mal a encaissé la nouvelle. J’ai du mal à croire que maître Morellion soit passé du côté obscur.

Elle reprit son verre et bu un peu de bière comme-ci celle-ci allait lui permettre de faire passer son mal-être. Polmanar l’avait gardée si loin de tout. Elle regarda autours d’elle tous ces gens bouillants rigolant et parlant trop fort. Elle les entendait pour la première fois depuis que Kota lui avait appris la nouvelle. Quand elle ne parlait pas Kota restait silencieux, il connaissait bien Keila et il savait qu’aucune parole ne saurait l’aider sur l’instant présent. Il se passa 1 minute, 2 minutes, à force de siroter Keila avait presque fini son verre. Elle reprit par la suite d’une voix hésitante.

-C’est…. C’est une bonne chose que maître Skywalker soit redevenu grand maître de l’ordre. Il est à mes yeux le plus compétant pour ce poste. L’ordre jedi est en de bonnes mains avec lui et il a su bien s’entourer. Je suis ravi de voir que les choses ont l’air de s’améliorer pour vous.

Vous ? Nous ? Elle n’avait pas su quoi répondre. Sa tête lui disait qu’elle n’était plus une jedi et qu’elle devait rester sur Polmanar mais son cœur, après les déclarations de Kota lui disait qu’elle ne pourrait échapper éternellement au pouvoir de la Force qui l’habitait et qui poussait avec insistance pour revenir pleinement dans sa vie.
Elle savait pourquoi Kota était là, elle n’était pas stupide. Elle voulait le devancer avant qu’il ne pose la question qui lui chatouillait les lèvres.

-Je sais pourquoi vous êtes là maître. Vous voulez me ramener au temple jedi….

Sa voix prit un ton énervé mais un ton énervé contrôlé, elle était bien décidée à faire comprendre à son maître pourquoi elle était partie.

-Vous vous souvenez du sauvetage de Morelion pour me sauver de l’esclavage n’est-ce pas ? Pendant les 6 mois que j’ai passé là-bas, j’ai refoulé de nombreux sentiments, colère, tristesse, peur… J’ai tous fais pour ne pas céder à ça. Mais quand j’ai eu l’occasion de m’évader, j’ai senti la colère m’envahir le temps de quelques minutes et je n’ai pas hésité à tuer quiconque se trouvait sur mon chemin…. J’avais honte maître, honte de m’être laissé emporter. Mais aurais-je pu m’en sortir sans ça ? Quand maître Morellion a reçu mon message de détresse et m’a ramené sur Coruscant je me suis senti étrangère, comme-ci je n’avais pas ma place au sein du temple. La Keila qui est rentrée était loin d’être la même que celle qui était partie en mission. Je n’étais plus qu’un poids pour vous il y a 2 ans.

Elle laissa quelques secondes puis repris d’un ton plus doux.

-Maître Kota, je suis heureuse ici, j’ai ma famille et des amis. Polmanar m’a aidé à me reconstruire et à retrouver un second souffle à ma vie. Peut-être allez-vous me trouver égoïste mais cette planète me permet de connaître la paix, loin de tout ce qui se passe au-dessus de nous. Ici, les soucis des gens sont ceux du quotidien.

Elle avait parlé avec son cœur, elle ne voulait pas mentir à son vieux maître. Elle l’appréciait trop et savait qu’il la comprendrait même si il ne serait probablement pas d’accord avec elle. Kota sous ces airs de vieux singe sévère était en réalité une personne tendre qui ne s’ouvrait que très rarement. Cela Keila l’avait vite compris en apprenant qu’il avait vécu la guerre toute sa vie. Serait-il en paix un jour ? La jeune femme l’espérait vraiment.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38580
Image


RP en tant que Rahm Kota.


Ils avaient tous eu du mal à encaisser cette nouvelle. Lors du conseil Jedi où Maître Morellion avait sombré, Kota n’était pas encore Maître du Conseil. C’était par la suite qu’il avait été intronisé. Il n’avait eu que les récits des maîtres. Mais il avait ressenti ce subtil changement. Une perturbation dans la Force, alors qu’il était au temple Jedi, si loin du chapitre de Dac où s’était trouvé l’ancien Jedi. C’était la mort de l’apprenti qui l’avait le plus chamboulé. Gwindor, dans sa folie, avait tué celle qu’il était sensé protéger. La pauvre Keila… Il comprenait la difficulté à accepter cette information troublante. Et encore plus ce qu’il en découlait. Il allait être traqué. Personne ne le laisserait en paix. Et il était convaincu que cela ne ferait qu’aggraver la chute du Jedi. Seul, persuadé d’avoir raison, de savoir ce qu’il fallait faire pour le bien du côté lumineux, Gwindor allait s’enfoncer un peu plus dans les ténèbres. Ils ne pouvaient le laisser agir. Keila le comprenait surement. C’était inutile de le lui dire. Tout comme il était inutile de lui dire quoi que ce soit d’autre. Ils savaient, tout simplement. Si elle avait besoin de lui, il la réconforterait. Mais il savait qu’à cet instant précis, aucun mot ne le pouvait. Il attendit donc en silence, jusqu’à ce que finalement, elle change de sujet, revenant sur Maître Skywalker.

Puis sur sa décision de ne pas rejoindre l’Ordre. Il pouvait comprendre, en un sens. Il savait ce qu’il s’était passé. Il savait ce qu’elle avait fait. Il savait aussi ce dont elle était capable. Il ne l’en blâmait pas. Bien au contraire. La jeune femme avait subi l’enfer. Elle avait craqué. Et pourtant, elle avait tenu bon. Contrairement à ce qu’on pouvait penser, les Jedi n’étaient pas infaillibles. Ils étaient confrontés au côté obscure, tout le temps. Et ils se devaient de tenir bon, de représenter la lumière. Mais ils avaient leur failles. L’important était de savoir les surmonter et d’affronter les épreuves. De son point de vue, Keila avait fait de son mieux. Elle avait été confronté à l’atrocité de l’esclavagisme, et elle s’était relevée. Son moment de faiblesse, n’était pas à oublier. Elle devait être guidée, pas punis ou encore moins bannis.

    - Je sais ce qu’il s’est passé Keila. Je sais que cela a été difficile. Crois moi. Je suis devenu un Jedi alors que j’étais déjà plus vieux que la plupart des apprentis. J’avais déjà dix huit ans… C’est Maître Windu qui a repéré mon lien avec la Force. C’est lui qui m’a emmené au temple de Coruscant. Mais sais tu ce que je faisais à cette époque ? J’étais dans les tranchés, combattant pour ma planète. J’avais déjà vu plus de cadavre que bon nombre de jeune de mon âge. J’avais pris des vies, j’avais perdu des amis. J’étais colérique et franchement, mes décisions n’étaient pas les moins dangereuses. Pour moi, comme pour mes alliés. Alors oui, à l’époque, je ne savais pas ce qu’était la Force. Mais elle avait quand même un impact sur moi. J’aurais pu sombrer sans le savoir. Si Maître Windu ne m’avait pas trouvé, peut être que les choses auraient été différentes… On ne saura jamais ce qu’il aurait pu se passer. Et c’est sans importance. Tout ce qui importe, c’est là où je suis aujourd’hui. Ce que je suis devenu. Ce que la Force a fait de moi. Elle nous guide, tous. Toi y compris Keila.

Il marqua une courte pose. Il ne savait pas si elle comprenait où il venait en venir. Son message était assez décousu. Mais il avait une idée bien précise en tête. Pour une dernière fois peut être, quelque soit la décision de sa Padawan, il allait jouer son rôle de mentor et tenter de la guider. C’était sa voie, ce que le conseil et la Force attendait de lui.

    - Regarde autour de toi. Tu es entouré de ta famille, de tes amis. Et tu es en paix. Tu travailles honorablement, à la sueur de ton front. Tu ne cherches pas à nuire, tu n’utilises pas la Force pour réaliser les taches ingrates de ton quotidien. Crois tu que c’est ce que ferait un être corrompu par le côté obscure ? Crois tu être corrompu ? Keila, tous les Jedi sont un jour confrontés à leurs pires craintes. Tous. Pourtant je suis là, devant toi, fier de représenter mon Ordre, en paix avec moi même. Et tu es la toi aussi, en paix, comme tu le dis. Ce qui t’es arrivé était terrible. Et je regrette que nous n’ayons pu intervenir plus rapidement… Mais tu as su surmonter cette épreuves. Malgré l’impact qu’elle a eut. Nous évoluons tous, Keila. Toutes nos épreuves nous changent. Tu as changé. Mais je ne vois pas en toi le côté obscure.

Non. Il l’aurait senti. Il en était persuadé. Keila avait eut besoin de s’éloigner, de retrouver la paix, de racheter sa honte peut être même. Les raisons de sont départ devaient être nombreuses. Mais en aucun cas, elle n’avait été corrompu. Elle avait trouvé la paix. Une paix que seul l’exile avait pu lui apporter. Auprès de cette famille, elle avait pu se retrouver elle même. Mais il était temps de rentrer. Il était temps de rejoindre son autre famille. Eux aussi avait besoin d’elle et peut être avait elle besoin d’eux plus qu’elle ne le pensait. Tout du moins, le vieux Jedi l’espérait.

    - Keila… Je suis en effet venu te demander de nous rejoindre. L’ordre ne te tient pas rigueur de ton départ. Tes agissements ont inquiétés. Je ne le nierais pas. Mais chacun affronte ses peurs à sa manière. Tu as trouvé la paix ici. J’en suis heureux. Mais tout le monde n’a pas cette chance. Corellia, ou… Maître Morellion… Ne sont pas nos seuls préoccupations. Un de nos chevaliers a affronté ce qui semble être un Sith sur Tatooine… Il est revenu avec de bien sombres informations. Nous n’en savons pas grand chose. Mais ce Sith n’était pas seul… Nous ne savons pas ce qu’ils manigancent. C’est inquiétant. Maître Quinlan Vos est parti enquêté. Nous devons savoir si des Sith sont à l’oeuvre. Et nous avons besoin de renforcer nos rangs. De nous assurer que la lumière triomphera. Keila, tu fais parti de l’Ordre. Encore aujourd’hui. Je ne te forcerai à rien. La décision est tienne. Mais j’aimerai que tu réfléchisses avant de la prendre. Tu n’es pas obligé de me répondre maintenant. Mais je souhaiterai que tu reviennes à Coruscant. Tu as fui, tu t’es caché de l’Ordre. Mais tu n’as jamais coupé ta connexion avec la Force. Je peux le sentir. Le monde a besoin des Jedi.

Il aurait voulu lui dire qu’il espérait qu’elle prendrait la bonne décision. Mais il resta silencieux, attrapant son verre et laissant couler une grande gorgée de liqueur brulante dans son estomac. Il ne souhaitait pas lui mettre de pression inutile. Mais il avait l’intention de lui faire comprendre que l’Ordre attendait son retour. Et que lui aussi. Les Jedi n’étaient plus ce qu’ils avaient été autrefois. Ils ne pouvaient se passer d’un membre. Et lui ne pouvait laisser partir son apprenti. Pourtant il savait qu’il n’aurait peut être pas le choix. Keila devait décider, et il devrait accepter.
Avatar de l’utilisateur
By Keila Dalen
#38584
Comme à leurs habitudes, les paroles de maître Kota étaient pleines de sagesse et de bon sens. Il la connaissait parfaitement et savait où appuyer pour la convaincre. Elle sentait que ces paroles étaient sincères et qu’il ne la forcerait pas.
Forcément elle avait envie de rester, elle était bien ici et elle n’avait pas forcément envie de lâcher ces compagnons de labour. Et pourtant, elle sentait qu’elle allait devoir quitter la planète. Elle commençait à comprendre qu’elle ne pourrait pas travailler dans les champs toute sa vie. Son avenir n’était pas celui d’un fermier. De plus, elle avait une dette envers Gwindor Morellion et comme lui l’avait fait, elle voulait le sauver. Du moins aider à le sauver. Elle n’avait clairement pas l’entrainement ni les connaissances pour pouvoir tenter quoi que ce soit face à son ancien maître rongé par le côté obscur mais elle savait que sa présence aux côtés d’un maître jedi pourrait peut-être aider. Après tout Gwindor et elle-même avaient liés un lien très fort après la mort de Cyniosis. Lui l’avait vu comme un fils et elle comme un père. De plus si les siths étaient de retour alors il fallait agir. Elle ne pouvait pas laisser les autres seuls face à cette menace. Elle pensa alors à Darth Oxious, le meurtrier de Cyniosis. Elle avait une dette à régler avec lui. Elle se leva de sa chaise en bois inconfortable et posa ces deux mains sur la table.

-Je vais préparer mes affaires ce soir, attendez-moi demain matin, démissionner de mon boulot sera facile mais convaincre ma famille sera beaucoup plus dur.

Elle s’en alla laissant le vieux maître jedi seul. Elle passa devant le groupe de travailleurs et s’excusa de ne pas avoir passer de temps avec eux avant de se diriger vers la porte d’entrée. Elle leur affirma bien évidemment avant de partir que le vieil homme à la table dans le fond de la pièce n’y était pour rien en leur affirmant qu’il était un ancien professeur à elle sur Coruscant. La jeune femme n’avait pas à cœur de leur avouer qu’elle était une jedi.
Elle se dirigea vers la petite maison dans laquelle elle vivait avec sa mère et ces frères et sœurs. Personne ne devait encore se trouver à l’intérieur, l’école n’étant pas encore terminée. Elle entra et se précipita jusque sa chambre, s’agenouilla devant son lit et tira la caisse qui se trouvait en dessous. Elle souleva le couvercle et se retrouva face à son sabre laser.

Image

Elle l’observa un instant puis tendis la main vers lui, le sabre se souleva de terre et atterrit dans sa main qu’elle referma sur la poignée. Non la force ne l’avait pas abandonné. Elle appuya sur le bouton en haut du manche et la lame violette de Keila s’activa illuminant la chambre de Keila d’une douce lumière accompagnée du vrombissement familier de la lame. Un étrange sentiment s’empara de la jeune femme et un sourire étira ces lèvres. Elle fit quelques moulinets avec la lame se rendant compte qu’elle n’avait plus l’habitude ni l’adresse qu’elle avait autrefois. Elle n’était cependant pas inquiète, ces capacités reviendraient vite. Elle désactiva la lame et mit son sabre laser dans son vieux sac de voyage.
Elle commença à mettre quelques affaires qui se trouvaient sur des étagères dans son sac et se rappela qu’elle avait jeté ces vêtements de jedi. Elle s’imagina déjà le gène quand elle devrait l’avouer une fois au temple.
Le temps passa et elle entendit la porte s’ouvrir et se refermer. Le moment qu’elle redoutait était arrivé. Annoncer à sa mère qu’elle repartait vers Coruscant n’allait pas être chose facile. Elle prit son courage à deux mains et se dirigea vers la pièce de vie. Sa mère était entrain d’enlever ces chaussures quand elle vit sa fille devant elle.

-Oh ma chérie quelle est cette tête que tu me tires la ? Quelque-chose ne va pas ?
-C’est compliqué à dire maman. Tu sais j’adore ma vie ici, j’ai des amis, et une famille qui comptent sur moi mais…
-Mais ?
-L’ordre jedi m’a retrouvé, j’ai revu mon ancien maître aujourd’hui.
-Et que voulait-il ? Tu es en danger ?
-Non maman, je ne suis pas en danger mais pour faire bref, l’ordre jedi veut que je revienne. Les temps sont difficiles pour eux et les ombres avancent sur la galaxie. J’ai décidé de reprendre mon apprentissage de jedi. Je repars sur Coruscant dès demain matin pour reprendre ma formation.

Le temps que l’information s’imprime dans la tête de sa mère, quelques longues secondes pesantes passèrent. Un sourire forcé étira la bouche de la femme qui reprit d’une voix tremblotante.

-Et bien c’est une bonne chose ça. Tu as prévenu ton chef ?
-Je vais le contacter tout à l’heure. Je vais lui avouer qui je suis, il ne pourra pas m’en vouloir.


Voyant que sa mère ne répondait pas elle décida de la prendre dans ces bras. Keila ne voulait pas pleurer, elle était triste mais elle devait rester forte devant sa mère. Elle était une jedi et devait se comporter comme telle.

-Je reviendrai maman je te promets, aussi souvent que je le peux. Tu pourras venir sur Coruscant toi aussi. Je pourrai te faire visiter l’Opéra toi qui a toujours eu envie de le voir de tes propres yeux.

Après sa discussion avec sa mère, Keila ne manqua pas de prévenir le chef de l’exploitation agricole qui l’avait engagé de sa démission et lui avoua qu’elle était un jedi. Cela eu l’effet de surprendre l’homme et celui-ci plein d’admiration lui souhaita le meilleur pour la suite. La soirée fut longue. Keila passa la soirée a consoler son demi-frère et sa demi-sœur tous deux tristes d’apprendre qu’elle s’en allait. Elle alla se coucher le cœur serré consciente que c’était la dernière nuit dans sa chambre sur Polmanar.
Le lendemain quand elle se réveilla toute la petite famille l’attendait prête à faire leurs adieux. Ils l’accompagnèrent jusque le vaisseau de Kota qui l’attendait devant la rampe d’accès. Ce fut alors le moment des adieux. Elle prit tout le monde dans ces bras et s’en alla rejoindre le vieil homme qui lui avait laissé du temps pour se préparer à partir. Une fois arrivée face à lui, elle s’exclama d’une voix qu’elle voulut enthousiaste.

-Je suis prête nous pouvons y aller.

Ce fut le cœur gros mais la tête déterminée que la jeune femme s’envola vers les étoiles et Coruscant prête à retrouver sa seconde famille et son rôle de garante de la paix de la Nouvelle république.

Image
La croisière s'amuse

L'Anzat avait l'impression de sortir d'une longue […]

[Scénario] Ambitions régionales

Offre, échange, contrat, persuasion, séduction… A[…]

https://i.pinimg.com/564x/18/75/87/[…]

L'espoir sous les mers.

https://i.pinimg.com/564x/c0/19/a7/c0[…]

https://i.pinimg.com/originals/d9/[…]

Cyborg to hire [PV Kaal]

https://global-img.gamergen.com/st[…]

Une renaissance

L’obscurité ne laisse rien paraître de la pièce,[…]

PAYDAY

Les élus étaient enfin arrivés. Ils étaient tous[…]