L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Laissé en ruine par l'Empire, restauré par la Nouvelle République, le Temple Jedi de Coruscant abrite désormais le Nouvel Ordre Jedi, ainsi que les archives de l'Alliance Rebelle. Haut lieu spirituel, cet édifice est le sanctuaire des Jedi.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#33287
Il s’était attendu à bien des réactions, celle de la jeune femme ne le surprit pas, personne ne pouvait rester indifférent face au Togorien et son état psychique, seul Anoyan avait réussi à s’y habituer mais il avait fallu plusieurs mois au Corelien pour réussir à être l’une des rares personnes vivantes capable de contrôler les accès de folie de Rengo. Il regrettait presque de l’avoir laissé sur la touche lors de son départ précipité de Nar Shaddaa. Mais il espérait que son compagnon de chasse ferait l’effort de le retrouver, si les choses ne prenaient pos la tournure espérée sur Coruscant.

Il écouta le Jedi, qui affirmait comprendre Rengo ou du moins le pensait-il, une chose était sûre en tout cas, Morelion proposait de l’aider à ne plus souffrir des troubles mentaux qu’il avait. Peut-être que le Maître Jedi était capable d’un tel exploit et c’est pourquoi, d’un simple hochement de tête, il donna son accord, laissant son interlocuteur terminé avant de le suivre, ne relevant pas le possible échec de sa venue sur Coruscant.
Tandis qu’ils marchèrent dans les couloirs du Temple, Rengo remarqua les réactions de ceux qu’il croisait et il réprima un rictus moqueur, ce n’était pas le moment de paraître arrogant, il savait que sa taille et sa carrure attirait l’attention mais il ne pouvait pas non plus s’offrir en spectacle. Soudain, une question de Maître Morelion le prit au dépourvu et il ne savait pas quoi répondre. Suivant le Jedi, il ordonna ses pensées avant de prendre la parole, cherchant ses mots et, surtout, à conserver son calme.


« Et bien, cela s’est passé alors que j’atteignais l’âge de sept ans, âge qui dans la culture Togorienne signifie que les jeunes mâles sont prêts à suivre les enseignements de leurs aînés. Ce jour-là, ce fut la fête dans mon village, le clan entier célébrait les jeunes, moi y compris, qui seraient formés à la dure.
Mon père était le chef du village, un Chasseur expérimenté et doué, qui avait longtemps voyagé durant sa jeunesse afin de parfaire ses connaissances et d’améliorer ses compétences. Ma mère était bien plus gentille mais très attaché aux traditions et aux croyances de Togoria. Et parmi nos nombreuses croyances, il y en a une que chaque Togorien se doit de respecter, La Déesse de la Chasse. La Déesse est la chef spirituelle de notre religion et elle a à son service quatre Serviteurs : Dahi’Zhe le Faucheur, Kary’Udo le Traqueur, Oxat et Metsa. Ces quatre Esprits de la Déesse veillent au bon équilibre de Togoria et de ses habitants.
Pour une raison que j’ignore, les Esprits décidèrent de s’en prendre à mes parents, les rumeurs disent que dans leur jeunesse, ils avaient manqués à l’un de leurs devoirs sacrés et que pour cette raison, la Déesse avait décidé de les punir. Pour cela, les Quatre prirent possession du corps d’un chef de clan rival qui attaqua le village une fois les festivités terminées. Beaucoup des membres de mon clan combattirent férocement l’assaillant, mon père était de ceux-là, accompagnés de son père et son frère. Les deux chefs de clan s’affrontèrent sur la grande place du village mais mon père ne pouvait être vainqueur, les Quatre Esprits y veillèrent et une fois qu’il fut mort, le Chef possédé élimina ma mère avant de sonner la retraite.

Notre village était sauf mais moi, j’étais brisé, toute la scène s’était déroulée sous mes yeux sans que je ne puisse rien y faire. Mon grand-père et mon oncle me prirent avec eux cette nuit-là, gardant un œil sur moi tandis que je pleurais toutes les larmes de mon corps. Je ne me souviens pas de m’être endormi mais je me rappelle distinctement des jours qui ont suivis car, après les rites funéraires commença mon entraînement et je me surpris à être animé d’une rage et d’une force que peu de jeunes Togoriens avaient.
Durant les premiers mois de formation, je développais d’étranges capacités, je pouvais courir bien plus vite, sauter beaucoup plus haut et anticiper certaines actions. Je ressentais également des impressions et parfois les émotions de mes interlocuteurs. C’est à ce moment-là que j’ai commencé également à développer les germes de la folie qui depuis ne me quitte plus.
»



Il s’arrêta la, sachant que le Jedi avait compris quand il avait parlé des quatre Esprits. Il regarda plutôt ce qui l’entourait et découvrit qu’il était dans des jardins. Il ne connaissait pas cet endroit mais il s’y sentait en paix, animé d’une sérénité nouvelle.


« Ou sommes-nous ? Quel est cet endroit Maître ? »
Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#33319
Gwindor écoutait tout en cheminant, notant pour lui même les noms et les rôles attitrés à ce qu'ils semblaient être les différentes personnalités de Rengo.

Le Maître Jedi commençait à entrevoir une raison à la situation du togorien. L'histoire semblait relativement cohérente. Mais de là à trouver une explication rationnelle ainsi qu'une forme de traitement, ils en étaient encore loin.
Mais au moins, en entrant dans les Jardins, Gwindor percevait il différemment le togorien. D'êtres potentiellement dangereux, il était devenu une sortes de victime. Victime de quelque chose qui le dépassait autant que cela ne le concernait pas à l'origine, car on ne pouvait reprocher à la nouvelle génération les errements ou erreur de leur aînés.

Gwindor venait de s'installer sur un tronc partant à l'horizontale après avoir grimpé sur un mètre, avant de repartir vers le ciel, et de se séparer en des dizaines de branches
.

"-Nous sommes ici dans les Jardins de la Méditations. Ou Jardins Méditatifs. L'Ordre Jedi observe la Force et de fait la vie elle même. Nous entretenons ici des espèces, la plupart originaires de Coruscant, qui ne pourraient plus y vivre en dehors d'ici même ou des différents zoo de la planète.
L'étude de la vie, et donc de la Force, est une des facettes de ce que nous faisons en tant que Jedi."


Gwindor laissa son vis à vis intégrer ce qu'il venait de dire ainsi que ce familiariser avec les lieux.
Kali'Era, à son habitude, était partie en direction du petit torrent qui courrait en diagonale de l'immense salle abritant les jardins, les laissant seuls.
Le soleil de Coruscant, une des rares choses à ne pas être artificielle sur cette planète, filtrait quasi librement au travers d'un immense toit vitré panoramique, protégé par un champ d'énergie spécialement conçu pour empêcher les infiltrations par ce point.


"-Pensez vous qu'il soit possible que vous laissiez une de vos...personnalités s'exprimer? Peut être qu'en leur parlant, nous pourrions trouver une solution pour vous aider."
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#33342


Cet endroit était magnifique, un véritable havre de paix où le Togorien pouvait apprécier le calme des lieux. Il avait toujours affectionné les grands espaces, la nature et tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la faune et la flore, il ne pouvait que se sentir à l’aise, presque comme chez lui. Il s’installa sur un banc en pierre, près du Jedi et prit le temps de retenir chaque détail des Jardins.

Il écouta les explications de Morelion, qui lui expliquait étape par étape ce qu’était la vie d’un Jedi, à quoi leur servait ce qu’il appelait les Jardins Méditatifs. Il apprit ainsi que les Jardins étaient l’un des rares endroits de Coruscant où étaient préservés des espèces natives de la planète capitale et il apprécia davantage les lieux. Il apprenait également que les Jedi vouaient une grande partie de leur vie à l’étude de la Force et de la vie elle-même, ce qui signifiait qu’ils vivaient avant tout pour servir et protéger et non l’inverse, une bien noble cause que le Chasseur comprenait, lui qui voulait vouer sa vie à lutter contre le crime et l’injustice. Peut-être avait-il trouvé le bon endroit…

Mais la question, tant redoutée, tomba et bien qu’il avait espéré qu’il pourrait l’éviter, il n’avait d’autre choix que d’accepter, si cela pouvait les aider, Morelion comme lui, à trouver ce qui n’allait pas dans la tête de Rengo, il se devait au moins d’essayer. Il ferma les yeux et se concentra sur ce qui se passait en lui, comme Alfhar le lui avait enseigné. S’essayant à la méditation, il ressentait diverses choses autour de lui d’abord, comme la présence de Morelion, des créatures qui l’entourait ou de la jeune femme qu’il avait vue plus tôt. Il ressentait principalement des émotions émanant du Maître Jedi, qui malgré la façade de confiance qu’il montrait depuis le début, semblait quelque peu troublé par les révélations du Togorien.

Puis il se concentra avant tout sur lui-même, prenant le temps d’entrer en contact avec les personnalités qui occupaient sa tête. Il pouvait sentir chacune d’entre elle mais celle qui dominait le plus en ce moment était la sienne. Calmant davantage sa respiration, il chercha à s’effacer, laissant ainsi l’un des Quatre prendre momentanément le contrôle. Et bien qu’il se sentait en sécurité et qu’aucune menace ne le guettait, ce fut Dahi’Zhe qui se manifesta. Le Togorien rouvrit alors les yeux mais son regard avait changé, il s’était fait plus dur, plus menaçant, plus perçant aussi. Il retroussa ses lèvres, dévoilant ses crocs et lorsqu’il prit la parole, même sa voix semblait différente, plus grave, plus profonde et le Jedi pouvait sentir dans le ton de son interlocuteur une froide et sourde colère, bien que personne n’en connaisse l’origine.


« Nous sommes Dahi’Zhe, le Faucheur, l’un des Quatre Esprits Servants de la Déesse. Que veux-tu de nous Jedi ? Beaucoup ont déjà essayés de nous faire sortir de Rengo, tous ont échoués. C’est son destin d’être lié à nous et nul ne pourra rien y changer.

Laisse nous partir et oublie cette rencontre, nous ne permettrons pas que Rengo vous rejoigne et vous n’avez pas le pouvoir de nous chasser de son esprit sans l’endommager sévèrement. »


Les traits du Togorien se durcirent et il ferma à nouveau les yeux, les rouvrant quelques secondes plus tard, avec une expression moins féroce et une voix plus calme. Les émotions positives avaient chassés Dahi’Zhe, permettant à Metsa de se manifester, pour la première fois depuis longtemps.

« Je suis Metsa, la plus douce et la plus calme des Quatre. Les autres n’ont que la mort, le sang et autres termes du même acabit à la bouche, pas moi. Je suis de loin celle qui prédomine le moins dans l’esprit de Rengo mais je suis également la seule qui peut vous aider et donc l’aider lui à vivre une existence normale.

Dahi’Zhe est fourbe et retors, il y a un moyen de délivrer Rengo mais cela est risqué, aussi bien pour lui que pour celui qui entreprendra d’accomplir le Rituel. Pour cela, il vous faudra…
»


« ASSEZ ! Oxat ne permettra à personne de défaire ce qui a été fait jadis. Et vous en savez trop désormais, nous ne pouvons vous laisser vivre, pas maintenant que vous avez entendu cette traîtresse de Metsa parler du Rituel. »

D’un bond, le Togorien se redressa, faisant face au Jedi. Ses traits s’étaient de nouveau durci, il montrait les crocs et avait sortis les griffes, se mettant en position d’attaque, prêt à bondir sur Morelion.

« Nous nous ferons un plaisir de te traquer et de te chasser tel un vulgaire gibier. Cours Jedi, cours et prie pour que Kary’Udo ne t’attrape pas. »

Il bondit alors vers le tronc d’arbre où se trouvait son interlocuteur, bien décidé à le réduire en poussière. De la personnalité de Rengo, il ne restait plus rien, seul trois des Quatre dominaient, empêchant Metsa et le Togorien de se manifester.


Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#33353
Le Maître Jedi avait choisit les jardins comme un lieu propice au calme et à la quiétude. Un endroit où le togorien pourrait se sentir un peu chez lui et ainsi être plus à son aise.
Quelque part cela avait fonctionné, les autres entités présentes s'étant manifestés comme si elles n'avaient jamais du cohabiter dans un esprit autre que le leur.

La première personnalité, le Faucheur, raidit instantanément Kali'Era tandis que Gwindor inclinait la tête de côté. Il n'y avait que haine, colère et mépris dans la voie du togorien. Mais Gwindor pensa y déceler également de la peur. La peur d'être évincé. Hors la peur était l'un des piliers du Côté Obscur.

Il était sur le point de répondre, mais le changement de personnalité, visible, s'opéra devant Gwindor pour faire apparaître une voie qui aurait du être féminine. Mais les cordes vocales ne le permettaient pas, aussi était ce toujours la voie de Rengo.

Cette nouvelle personnalité semblait bien plus conciliante et disposée à coopérer. S'était une première victoire pour Gwindor et Rengo, car ils avaient à présent un interlocuteur avec lequel échanger. La mention d'un rituel fit redresser la tête ainsi que sa position à Gwindor, signe extérieur évident de son intéret pour ce qui venait d'être dit.
Hélas il ne fut pas le seul à réagir. Deux autres personnalités surgirent soudainement, annonçant clairement leur intentions.
A la première des deux Kali'Era s'était saisit de son sabre laser, la seconde lui arracha un cri de surprise et d'alerte alors que la créature ne bondisse vers Gwindor...

Le choc fut instantané...

Les griffes s'enfoncèrent sans mal dans l'écorce de l'arbre, s'y taillant un chemin par la seule force du bras prodigieux qui les maniait. L'instant d'avant Gwindor s'y trouvait, l'instant d'après sa roulade l'avait éloigné de la zone mortelle où l'attaque s'était produite.

Gwindor avait failli ne rien voir venir, mais le Faucheur avait éveillé quelque chose en lui. Quelque chose de très ancien, quasiment disparu, mais qui pouvait encore s'éveiller.
La peur. La crainte du prédateur. Finir dévoré vivant, ou mort d'ailleurs, qui était ancré au plus profond de la plupart des espèces de la Galaxie.
Et en cet instant, de prédateur il y en avait un beau spécimen dans l'immense salle...

Gwindor se trouva en position de garde à main nue, un genoux à terre, alors que le togorien fonçait à nouveau droit sur lui. Le temps lui manquait et par chance, pour ainsi dire, l'attaque avait également prise sa padawan presque autant au dépourvue, si bien qu'elle n'était pas en position d'attaquer de suite. Ce qui était heureux.

L'entité aux commandes, fidèle à ses traditions, s'abattait sur le jedi lorsque Gwindor tendit subitement sa paume en avant, créant une vague de Force dans la direction du prédateur.
L'impact l'envoya en arrière, jusque dans la rivière.


"-Chat craint l'eau?"

Le ton moqueur et filou du Jedi, bien connu de la Flotte de l'Alliance Rebelle, revenait de plus belle alors qu'il affrontait un adversaire.
Une main vers Kali'Era, qui arrivait sabre au poing:


"-Non! Les Rangers, ici de suite avec les tranquillisants!"

Désarmé, façon de parlé, le togorien pouvait être tué assez facilement par un Jedi maniant un sabre laser. Mais là n'était pas le but. Il fallait le neutraliser physiquement.
Tandis qu'il se mettait debout, en position de garde mais sans sabre laser (lequel demeurait à sa ceinture), Gwindor vit sa padawan filer rapidement en direction d'une issue, son comlink à la main.


"-Alors les gars...A qui le premier?"

Provocateur. Gwindor voulait qu'une des facettes, si possible la plus colérique, se manifeste et charge. Alors il pourrait lui faire vomir le contenu de son estomac par un truchement de Malacia et profiter de l'instant pour tenter de le renvoyer dans les vapes. Du moins pendant un temps. Rien n'assurait le Jedi que cela fonctionnerait, mais il avait jusqu'à l'arrivée des Rangers pour essayer...
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#33357
Le choc fut brutal et le Jedi avait réussi à éviter l’énorme baffe griffue qui lui était réservé, ce fut donc un tronc d’arbre qui subit la haine de Kary’Udo de plein fouet, déchirant l’écorce sans aucune difficulté. Grognant de rage, le Traqueur se retourna et refit face à Morelion, montrant les crocs, tout en ignorant superbement la jeune femme, il s’occuperait d’elle plus tard, la réelle menace pour trois des Quatre se trouvait face à lui, il fallait l’éliminer en premier.

Il ressentait une certaine forme de peur, malgré la réelle domination des entités sur son esprit, les sens de Rengo et son potentiel de sensitif n’étaient pas pour autant inutilisables et se servant du peu de connaissances qu’avait acquises le Togorien, le Faucheur pouvait discerner cette peur que toute proie ressentait quand un prédateur le prenait en chasse. Il rugit de contentement et repassa à l’offensive, bondissant vers le Jedi avant d’être violemment expulsé vers la rivière. Il se releva en se secouant, les traits encore plus durs qu’avant sa chute dans l’eau et il poussa un rugissement féroce, lançant un ultime avertissement à celui qui osait le provoquer.

Le mot chat résonna dans l’esprit du Togorien tel un coup de tonnerre et la personnalité de Rengo, qui luttait pour reprendre le contrôle, réagit comme à son habitude et il alimenta davantage les autres entités en haine et en colère au lieu de réussir à les refouler. Ce regain d’émotions primaires réaffirmait ainsi l’emprise de Kary’Udo mais également celle de Dahi’Zhe et d’Oxat. Et ce fut Oxat qui réagit aux provocations du Jedi.


« Nous comparer à un chat est une erreur Jedi ! Comme penser que de simples tranquillisants suffiront à neutraliser notre hôte. Quand à savoir lequel d’entre nous tu affronteras, tu le verras bien assez vite. »

Oxat avait toujours été de loin l’entité la plus dangereuse, il était le seul à prendre le temps de réfléchir avant d’agir et il était également capable de faire preuve d’autant de cruauté que Dahi’Zhe et Kary’Udo sans sourciller, il aimait juste examiner la situation sous tous les angles possibles. Et une conversation que Rengo avait eu avec Alfhar lui revint en mémoire, le chef des Maraudeurs lui avait appris que la Force lui permettrait de continuer d’agir quand ses sens et ses capacités lui feraient défauts. Oxat avait déjà pu constater que Rengo pouvait se déplacer bien plus vite qu’il ne l’aurait dû, tout comme il pouvait sauter incroyablement haut. Peut-être pouvait-il user de ses deux capacités mais il se demandait surtout si, en se concentrant, il ne pouvait pas se retrouver derrière le Jedi grâce à la Force.

Le Togorien commença à se déplacer tout en se concentrant sur la Force, s’ouvrant à Elle comme les Maraudeurs le lui avaient enseigné il y a quelques mois. Il pouvait ressentir la présence du Jedi et son aura était puissante, c’était indéniable. Il ressentait également la présence des créatures qui les entouraient, des êtres vivants dans le Temple et il découvrit un renflement à l’intérieur de lui-même, comme une porte qui ne demandait qu’à être ouverte. Alors il sut qu’il avait là l’occasion d’utiliser la Force pour éliminer celui qui avait désormais une idée de comment libérer Rengo. Il courut vers Morelion, usant de ses maigres connaissances pour accroître sa vitesse et feinta d’envoyer une nouvelle baffe au Jedi avant de sauter aussi haut qu’il le pouvait, se réceptionnant à l’aide de ses pattes musclées derrière sa proie.


« Tu voulais savoir lequel d’entre nous serait ton adversaire ? Viens donc défier le Grand Chasseur en personne ! »

Il grogna et chargea, toutes griffes dehors, bien décidé à taillader sauvagement le Jedi.

Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#33361
Tout semblait indiquer que la petite bravade de Gwindor n'avait absolument pas plus aux esprits habitants le corps de Rengo...et peut être pas à ce dernier également.
Si s'était le cas, il s'agissait d'un échec pour le Jedi car il aurait alors poussé le togorien davantage vers le Côté Obscur. Mais pour ce que notre Jedi sombre en percevait, la pente avait déjà été initiée par le passé. Inutile de chercher à remonter une telle pente savonneuse sans être en pleine possession de ses moyens.
Il faudrait donc mater les hardeurs guerrières de ces esprits squatteurs avant de pouvoir les raisonner.

Cruel dilemme quand on affronte un prédateur ultime, sur son Monde du moins, et qu'on ne désir pas le blesser! Fort heureusement, Gwindor avait des années d’entraînements et d'expériences derrière lui. Sans être au sommet de son art, il n'avait pas cette prétention, il n'était pas Maître Jedi pour rien non plus. Il sentait son opposant, ou eux tous ensemble, puiser dans la Force comme un moteur puise dans son réservoir pour avancer. Un but, des moyens disponibles, une mise en oeuvre. Simple et efficace, mais manquant de coordination. Gwindor reconnaissait bien là un enseignement incomplet, bâclé, accès sur le seul résultat.

Debout devant Rengo, Gwindor ferma les yeux et se lia profondément à la Force. Il sentait la présence du Nexus de Force du Temple, provenant de l'antique montagne sur lequel il était battit ainsi que des âmes des milliers d'êtres qui avaient ici trouvés la paix et la quiétude. Mais au Nexus, il ferait appel plus tard. Il n'était pas un simple réservoir dans lequel puiser.
Il perçut plus loin l'agitation dans le Temple, les bottes des Rangers accourant ainsi que d'autre Jedi. Mais il se focalisa sur l'instant et le moment présent.

Rengo augmenta sa vitesse. un saut dans les airs.

Gwindor arqua les bras au dessus de lui en un mouvement fluide, se baissant légèrement sur ses appuis en un mouvement digne des kata enseignés jadis aux Jedi. La Force coulait en lui alors qu'il percevait la présence de Rengo passer comme au ralentit malgré son usage de cette dernière. Des gouttelettes d'eaux tombaient sur le passage du corps mouillé du togorien.
La main droite du Jedi passa sous la gauche en ce plaçant à l'horizontale, recueillant la perception de la technique utilisée en même temps que trois gouttes d'eau. Le saut. La gauche passa à la verticale, comme devant un mur, sentant l'onde de Force...et se referma. Annulant cette dernière.
En phase avec la Force, Gwindor redirigea ailleurs cette dernière alors que le togorien était en vol grâce à elle. Une suppression de Force.

Dans l'idéal Gwindor aurait annulé tout l'usage de la Force de Rengo d'un coup, mais il ne maîtrisait pas totalement la technique.

Le Jedi s'attendait à ce que son adversaire s'écrase au sol lourdement. Mais rien n'était certains.
face à un tel prédateur, la suite serait la charge.

Gwindor, qui tenait encore ses trois gouttes d'eau, fit trois pas en arrière puis se baissa pour passer largement en dessous du centre de gravité qu'il estimait du togorien, haut, pour passer sous l'attaque suivante. Si elle portait jusqu'à lui.

Ayant déterminé le point de chute, lourdement ou en ce réceptionnant, Gwindor propulsa les gouttes en avant. Chacune visait un point précis pour lequel il s'était entraîné. La coordination, la stabilité et la pensé. La Malacia, pouvoir de la Force très subtile, pouvait mettre un adversaire hors de combat sans lui infliger des dégâts trop important.
Gwindor visait ainsi à empêcher le corps de Rengo d'être coordonnée et stable, tout en mettant la pensée aux commande hors de combat pour un temps...
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#33368
Ce qui manquait au Togorien était le manque de pratique, il n’avait eu qu’un entraînement sommaire et il n’avait pas une grande connaissance des possibilités qu’offrait la Force, il avait donc du mal à s’en servir. Et cela se ressentait dans l’affrontement face à un Maître Jedi qui maîtrisait davantage son sujet.

Ce que Morelion venait de faire, dans un enchaînement exécuté à la perfection, fit que Rengo loupa sa réception et il tomba lourdement sur le sol. Il se releva avec difficulté et refit face à son adversaire, grognant de rage et de mécontentement. Il ne savait pas comment poursuivre le combat, il n’avait pas réussi à le surprendre, il fallait penser à une autre stratégie et rapidement.


Mais pendant qu’Oxat cherchait un moyen de prendre sa proie à défaut, Rengo réflechissait à comment récupérer le contrôle de son esprit et de son corps et pour cela, il luttait de toutes ses forces afin de chasser ceux qui parasitaient son entrevue avec le Jedi. Il n’avait jamais vraiment réussi à se contrôler jusqu’à aujourd’hui, Metsa elle-même était parvenu à se manifester alors pourquoi n’arriverait-il pas à vaincre les Esprits qui squattaient sa tête depuis tant d’années.
Le combat intérieur ne pouvait échapper au Jedi car dès qu’Oxat tentait de bouger, Rengo déployait de suprêmes efforts de volonté pour l’en empêcher, il fallait que ça cesse, il en avait plus qu’assez. Il chercha alors à entrer en contact avec Metsa et ensemble, ils affrontèrent les Trois dans une lutte démentielle pour le contrôle du Togorien. Et sans le vouloir, ce fut Morelion qui lui permit de récupérer le contrôle plein et entier de son esprit.


Il n’aurait su dire ce que le Jedi avait fait mais il avait réussi à mettre hors d’état de nuire les Quatre, même Rengo éprouvait d’énormes difficultés à se mouvoir, il était là, peinant à se relever, regardant le Jedi sans vraiment le voir. Son corps refusait de lui répondre et il ne lui restait que l’usage de la parole.

« Je ne sais pas ce que vous m’avez fait mais j’aimerai beaucoup retrouver ma liberté de mouvements Maître.

Et je vous prie de m’excuser, je n’aurai pas dû les laisser prendre le contrôle, ils auraient pu vous blesser voir pire. Je veux que ça cesse mais je ne peux le faire seul, j’ai besoin… J’ai besoin de votre aide Morelion… Aidez-moi ! »


Il n’avait plus du tout de force, les quelques mots qu’il avait prononcé l’avait épuisé et il s’effondra, épuisé physiquement et mentalement par ce qui venait de se passer. Cet affrontement l’avait vidé et il sombra dans l’inconscience, laissant son interlocuteur perplexe devant la supplication qui lui avait été adressé.
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#33720
Les secondes étaient des minutes, les minutes étaient des heures, les heures étaient des journées, les journées étaient des semaines, les semaines étaient des mois et les mois étaient des années... Plongé dans un état léthargique depuis son affrontement avec le Maître Jedi, le Togorien avait perdu toute notion du temps, rien ne comptait plus et il errait dans les sentiers tortueux de son propre esprit, avec pour seule compagnie les quatre entités qu'il avait en lui depuis des années.

Sa respiration était lente mais régulière et, allongé dans un lit qui avait été aménagé pour qu'il puisse s'y tenir sans difficulté aucune, il était en pleine réflexion, les récents évènements et ce qu'il avait vu et vécu sur Mytaranor l'avait changé, bien plus qu'il ne l'aurait d'abord pensé. Il avait trouvé un but, un sens à donner à sa vie mais était-il sûr que c'était ce qu'il voulait réellement au plus profond de son être ? Il avait vu dans quels conditions vivaient les esclaves lorsqu'il avait combattu dans l'arène, il avait tué pour pouvoir survivre et finalement, il avait fait ce qu'il avait jugé nécessaire pour que d'autres ne soient pas obligés de mener cette vie de souffrance.


* Nous t'avions choisis pour être bien plus puissant et plus fort que n'importe quel Togorien avant toi mais nous n'avons pas à choisir à ta place la vie que tu souhaites mener, cette décision doit être la tienne et non la nôtre.

Dahi'Zhe, Kary'Udo, Metsa et moi-même, nous ne sommes qu'une extension de ton esprit, nous faisons partie de toi, tu as su, en de rares occasions, nous laisser prendre le contrôle de ton corps parce que telle était ta volonté. Nous n'avons pas vocation à être ceux qui guident tes pas et t'imposent notre vision des choses. Si tu juges que tu dois aider les plus faibles et les plus démunis dans cette Galaxie, nous continuerons de t'aider et de te protéger, comme nous l'avons toujours fait.

Il faut que tu apprennes à nous contrôler, à canaliser toutes ces émotions qui font que tu es devenu fou et dangereux au fil des années. Nous sommes responsables de cela mais tu ne peux plus faire machine arrière, nous faisons partie de toi comme n'importe quel autre partie de ton corps. Avec du temps et de la pratique, tu seras capable de mener ta vie normalement sans que nous soyons sans cesse en train d'intervenir dès que tu perds le contrôle de tes émotions. La voie que tu as choisis en venant ici, en décidant de rejoindre les Jedi, est certainement ce qu'il peut y avoir de meilleur pour toi.

Va maintenant et fais ce qu'il faut pour qu'il t'accepte et qu'il t'enseigne à devenir meilleur que tu ne l'as été jusqu'à ce jour. Nous serons toujours là pour te conseiller et t'aider et il suffira que tu le désires pour que nous intervenions. *


Rengo se réveilla dans une chambre alors que ses derniers souvenirs étaient l'affrontement dans les Jardins du Temple et il était là, allongé dans un lit, avec divers appareils qui surveillaient ses fonctions vitales... Qui l'avait mis là et quel serait son sort à présent ? Il avait voulu massacrer un Maître du Nouvel Ordre Jedi après tout et il ignorait ce que cela pouvait impliquer...
Avatar de l’utilisateur
By Rengo
#34147
Cela faisait maintenant plusieurs heures que le Togorien avait recouvré ses esprits et personne n’avait daigné venir voir son état, il était seul avec lui-même et ses pensées étaient toujours aussi confuses, brouillés tandis qu’il se devait de prendre une décision sur son avenir proche et sur le sens qu’il allait donner à sa vie désormais.

Et une seule idée le hantait, il ne savait quel sort on lui réserverait suite à l’agression commise au sein des Jardins du Temple, il avait (vainement) essayé d’attenter à la vie d’un Maître du Nouvel Ordre Jedi et bien qu’il ne regrettait nullement son geste, il ne pouvait s’empêcher d’imaginer les conséquences de sa folie. S’il restait, peut-être les Jedi feraient preuve d’indulgence et tâcherait de l’aider à vivre en paix mais ils lui refuseraient certainement l’enseignement qu’il était venu chercher ou peut-être que la décision finale serait bien plus sévère… Quel autre choix lui restait-il désormais ? Que pouvait-il faire d’autre que de fuir les lieux et de ne plus jamais mettre les pieds sur Coruscant ?

Il se releva en douceur et s’assit sur le bord du lit, s’accordant le temps de recouvrer pleinement ses esprits ainsi que ses forces, se décidant à partir dès que possible. Il n’avait plus aucune arme sur lui, à l’exception de ses griffes et de ses crocs, et il ne restait que ses vêtements, à savoir son pantalon, sa ceinture multifonctions où pendait le holster vide de son arme de poing, ses avants bras, son plastron et ses épaulières en cuir. Il s’habilla rapidement, déplorant l’absence de son attirail et quitta la chambre en toute hâte, se retrouvant dans un couloir haut de plafond, où circulaient des droïdes ainsi que des êtres de chair et de sang.

Inutile de chercher à se dissimuler pour s’échapper, c’était un luxe qu’il ne pouvait s’offrir au vue de sa taille et de sa corpulence aussi opta-t-il pour la solution la plus risquée et donc celle qu’il jugeait la plus facilement réalisable, à savoir quitter prestement les lieux sans éveiller les soupçons par un comportement suspect. Mais si la nouvelle de son affrontement avec le Jedi avait déjà fuité, la tâche se révélerait singulièrement ardue, un Togorien de deux mètres soixante-quinze, il ne devait pas y en avoir cinquante dans le Temple. Une vraie partie de plaisir !

Il marcha d’un bon pas, évitant de montrer qu’il ne connaissait rien à la disposition des lieux et il se fia à son instinct pour trouver la sortie, qui n’était pas si dur que cela à trouver, il lui suffirait simplement de descendre le grand escalier qu’il venait de remarquer et de rejoindre la sortie, sans effusions de sang de préférence, il avait beau savoir se battre, sa récente défaite avait quelque peu ébranlé la confiance qu’il avait dans ses talents de combattant. Il entreprit donc de se diriger vers la sortie, priant pour que personne ne se mette sur sa route avant qu’il ait mis une saine distance entre le Temple et lui et, à part quelques Jedi murmurant sur son passage et les hommes en charge de la sécurité qui le regardèrent passer sans piper mot, il parvint à sortir, s’accordant un soupir de soulagement.

Accélérant sa cadence de marche, Rengo regagna la Ville Haute et erra pendant un moment en se demandant où aller quand il entendit une voix familière dans son dos. Il se retourna vivement et vit face à lui celui qu’il avait bêtement laissé sur Nar Shaddaa quand la lubie de rejoindre Coruscant l’avait prise. Il ne portait plus aucune trace des affrontements qui les avaient opposés et il ne semblait pas lui en tenir rigueur, du moins plus maintenant en tout cas. Il avait laissé tombé l’armure en duracier noire pour un pantalon tactique, une veste à capuche et il n’avait d’autres armes que son couteau dentelé et son Bryar. Les deux compères échangèrent un bref sourire et se donnèrent l’accolade. Et sans piper mot, ils prirent le chemin de l’astroport le plus proche afin de quitter Coruscant pour ne plus y revenir de sitôt.

Espace Mandalorien Population : 41 M[…]

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Skylar (Terminée)

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Rimio Straylor

Fiche archivée. Merci de l'intérêt porté à notre […]

Aslan Mulchy

Bien, Déjà, il semble qu'à la fin de l'histoire i[…]

Scénario CSU

Merci de prendre connaissance du sujet ici présen[…]

Scénario Républicain

Merci de prendre connaissance du sujet ici présen[…]

Scénario Impérial

Bien, Avant tout, nous tenions à t'assurer de not[…]