L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#21185
Harlon, pour la première fois de son existence – et à son grand dam, certainement pas la dernière – dirigeait depuis un pont de commandement une expédition en ses territoires. La force n’était pas conséquente, la sécurité était juste une question de mesure préventive, surtout compte tenu de la piraterie qui régnait dans les secteurs riches. Et riche, le Sur-Secteur Hydien l’était. Le risque existait toujours, et Harlon préférait les forces de dissuasion plutôt que d’attaque.

Heureusement pour les locaux concernés, la dissuasion ne serait pas nécessaire. Rien ne nécessitait de les intimider, et Harlon serait parfaitement clair sur le sujet quand viendrait l’heure de se présenter avec ses deux Task Force Gamma sur la planète qui faisait l’objet de sa convoitise immédiate : Myrkr.

La planète recelait un petit secret connu des Grands Moffs, quelques militaires haut-placés et de menus contrebandiers zélés qu’on ne pouvait serrer à temps. Sauf à dessein, cela va de soi.

[table cellspacing=30]« Que savez-vous de Myrkr, Commandant ? » [/table]

Le commandant leva un œil intrigué vers le Grand Moff qui s’obstinait à rester debout, le regard tourné vers la baie vitrée, sa paire de lunette posée sur son nez gracile, une main soutenant son menton, le dos droit. Bien qu’il avait une sainte horreur qu’on le lui fasse remarquer – sans pour autant tomber dans l’éclat de colère – il avait un port naturel très militaire, et un regard froid qui leur était propre. Son esprit était en revanche bel et bien celui d’un politicien. Mais contrairement à beaucoup de ses homologues, il ne rechignait pas à admettre qu’il n’y connaissait rien et se dispensait de donner des leçons, autrement que pour énoncer un fait politique qui découlerait de telle opération militaire. Ou quand vraiment il trouvait une idée mauvaise, mais jamais il ne s’était entêté quand il apparaissait qu’il avait tort. Un Grand Moff comme beaucoup de militaire aurait souhaité en somme…

Un trait agaçant chez lui en revanche était de prendre au piège ses subordonnés en leur posant des questions à brûle-pourpoint après avoir possiblement passé une trentaine d’heures sans prononcer un son. Comme là présentement.

[table cellspacing=30]« Je dois l’avouer, pas grand chose, Grand Moff. »
« Je m’en doute. Comme tout un chacun vous connaissez ses casinos, son petit marché, ses petites villes et quelques operations de contrebande permanents sur place. Mais peu connaissent son trésor principal. »
« C’est à dire monsieur ? »
« Patience, Commandant. Un jour peut-être serez-vous dans la confidence. Mais pas maintenant. Le cloisonnement de l’information est capital dans un état puissant. J’espère que vous comprendrez, Commandant. » [/table]

Il comprenait, oui. Mais l’accepter ? Autre affaire. Il serait bien obligé de faire avec de toute façon, Harlon n’avait pas d’état d’âme face à l’émoi des moins gradés. S'il était à sa place, c'était bien parce qu'il savait des choses que lui seul était en mesure de comprendre, et auxquelles lui seul pouvait réagir. Grand Moff, c'était comme Grand Amiral. On n'y nommait pas forcément n'importe qui. D'accord, il avait usé une fois ou deux de son nom de famille pour obtenir satisfaction. Mais sa croix Gouvernementale et les éloges de ses anciens homologues parlaient pour lui : il savait y faire avec la vie qu'on lui imposait.

La Frégate sortit d'hyperespace, et la procédure d'annonce démarra.

[table cellspacing=30]« Poste de Communication, au rapport. »
« Oui Monsieur... les locaux nous indiquent que nous pouvons nous poser dans la capitale à la piste prévue. »
« Remerciez-les de ma part, mais indiquez que nous nous poserons en périphérie de la ville. Mais dites qu'une navette avec à son bord le Capitaine Lemmens sera chargé de lui demander une faveur toute particulière. »
« Bien reçu, transmission en cours. » [/table]

Après quoi, il rejoignit la navette Lambda lui étant échue, chargée de StormCommandos et de ShadowStormTroopers, accompagné d'une autre navette Lambda contenant le Capitaine précédemment nommé, lui aussi solidement escorté. Une compagnie complète allait servir de troupes d'extraction et de protection pour ce qu'ils avaient l'intention d'accomplir ici...

Car le secret que Myrkr renfermait était une clef majeur dans la destruction des Jedi de la Nouvelle République, de leur grand maître Luke Skywalker et de leur protégée Leia Organa.

Les Ysalamaris.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#21213
Les navettes quittèrent la frégate pour se rendre à la surface où attendaient les fruits d'une merveilleuse cueillette. Deux bataillons commençaient déjà à établir un périmètre de sécurité tandis que montaient des grognements dans la jungle. Harlon vit également que deux cadavres de chiens étaient traînés à l'intérieur du "camp" monté en hâte pour servir de base opérationnelle sur le terrain. Puis un détail lui vint aux yeux.

[table cellspacing=30]« Caporal, amenez ce cadavre ici. »
« Oui, Monsieur. » [/table]

Le caporal des StormCorps mit la carcasse sur son épaule et la déposa doucement devant Harlon, qui en resta interdit. Il pointa un doigt accusateur sur la bête et fixa méchamment le caporal, qui sembla défaillir un bref instant.

[table cellspacing=30]« Quel acte de barbarie avez-vous perpétré gratuitement ? On apprend aux StormCommandos à écorcher les animaux qui vous agressent ? »
« Je... non monsieur. Mais la bête était comme ça quand elle nous a attaqué. »
« Vraiment ? Passez moi une paire de gant en latex je vous prie. » [/table]

On lui donna et Harlon les enfila, puis s'accroupit dans l'herbe sèche pour palper la créatures. Traité d'anatomie, chapitre 6 - Mammifères et quadrupèdes communs. Il sentait les muscles, mais pas directement... puis il étudia la peau, et il dut reconnaître que ce qu'il avait prit pour de la chair à vif après dépeçage était bien une peau naturelle.

[table cellspacing=30]« Toutes mes excuses, Caporal, vous n'avez rien à vous reprocher, je me suis trompé. Cela ne se reproduira plus. »
« Pas d'inquiétude, Monseigneur. » [/table]

Harlon hocha la tête et le Caporal reprit son travail.

[table cellspacing=30]« Caporal, une dernière chose. Envoyez une équipe de chasse avec blasters en mode assommant récupérer une dizaine de ces individus, vivants. Si vous pouvez distinguer les organismes mâles et femelles, essayez d'en prendre à part égale. Et faites venir au sol un chef biologiste. Qu'on examine ces créatures et qu'on étudie leur comportement. Je veux un rapport complet aussi vite que faire se peut. » [/table]

Puis Harlon se dirigea vers ce qui l'intéressait vraiment. Un petit lézard perché sur une branche qui semblait dormir paisiblement. Impression seulement, sa respiration n'était pas sifflante et ses yeux légèrement entrouverts, attirés par l'activité qui régnait à ses côtés. Harlon tendit les mains et encercla le ventre de la petite bête, tentant de tirer dessus pour l'extraire.

[table cellspacing=30]« Allons mon bon ami, viens avec moi... On va s'occuper de vous maintenant... » [/table]

La petite bête émit un grognement reptilien, petit sifflement de protestation, mais ne bougea pas d'un pouce. Harlon bandit les muscles et tira plus fort, le reptile cette fois criant presque, comme de douleur. Harlon maintint sa position et se pencha sur le côté... de longues griffes semblaient plantées dans la branche, ce qui le maintenait en place sur l'arbre. Et l'en retirer provoquait une douleur apparemment fulgurante. Si je l'arrache de l'arbre, ça le tuerait certainement. Harlon grogna et lâcha prise, enlevant ses gants en latex pour les glisser à sa ceinture. Quel drôle de portrait il donnait là...

[table cellspacing=30]« Un problème, Monseigneur ? » [/table]

Harlon se retourna et vit que le Caporal et trois hommes l'accompagnaient. C'est alors qu'il prit conscience que tout le monde l'observait quand il était en train de manipuler l'Ysalamari. A croire qu'un Grand Moff ne s'impliquait jamais sur le terrain... En effet, ce n'est pas ton travail. Mais il aimait faire certaines choses lui-même, notamment tout ce qui satisfaisait sa soif de curiosité.

[table cellspacing=30]« Comment vous sentez-vous près de cette créature ? »
« Ma foi, ni plus ni moins bien que d'ordinaire, Monseigneur. »
« Exact, parce que vous êtes quelqu'un de normal. Si vous aviez été un Jedi ou que sais-je encore s'en approchant, vous auriez eu certainement une irrépressible envie de partir d'ici. »
« Je ne saisis pas Monseigneur. »
« Non, car vous ne savez pas tout. Ces créatures se nomment Ysalamari, des Inquisiteurs ont fait des rapports sur ces créatures. Par mécanisme de défense semblerait-il, ils produisent une bulle où la Force est reniée. L'accumulation de ces créatures en un endroit donné produit une bulle qui grandit de façon exponentielle. Toute la planète est en négation de Force, Caporal. C'est pourquoi nous allons ramener ces animaux sur Serenno pour en faire des protections anti-Jedi. Et les élever pour en équiper certains commandos chargés de les traquer. »
« Projet ambitieux et intelligent, Monseigneur. Combien doit-on en extraire ? »
« La première question serait de comment les extraire... ils semblent accrochés aux racines de leur arbre. Ils doivent être délogés avec une technique que nous ignorons. »
« Doit-on envoyer quérir des experts, Monseigneur ? »
« Pourquoi aurais-je envoyé en ville le capitaine Lemmens selon vous ? » [/table]
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#21409
Le capitaine Lemmens se posa à proximité de centre gouvernemental planétaire, un lieu où ne trônait aucun drapeau impérial. La planète faisait partie de ces mondes qui étaient dans le giron impérial, mais était laissée libre de beaucoup de choses. L'Empire y avait un droit de séjour, mais c'était exceptionnel. En échange, elle bénéficiait d'une aide militaire sur demande, sans payer d'impôt, sans avoir besoin de dresser de fanion impérial et avait le droit d'avoir sa propre armée. Beaucoup de ces planètes étaient oubliées, car en autarcie relative. Et aucune ne s'en plaignait, l'Empire tolérait le commerce et avait demandé sa cellule d'agents permanents, mais rien de coercitif. De facto, les impériaux ne furent pas mal accueillis en ce qu'ils n'avaient jamais rien été de négatif.

Le capitaine expliqua les motivations de l'Empire au chargé des relations diplomatiques du centre gouvernemental, mais ce dernier ne put expliquer comment extraire les Ysalamaris de leur branche nutritive. Il donna en revanche un certain nombre de références à consulter dans les archives locales, dont il voulait bien leur accorder une accès totalement gratuit pour le temps qu'ils voulaient. C'était ça aussi d'être un Empire positif : des petits à-côtés présentés comme ça qui paraissaient dérisoires mais qui témoignaient d'un respect cordial.

Harlon donna l'instruction de faire les dites-recherches en cherchant un expert en parallèle pour gagner du temps, pendant que ses troupes capturaient les chiens à l'aspect écorché dans la forêt. Mais un escadron semblait effaroucher les créatures qui s'enfuyaient, contraignant les équipes à s'enfoncer dangereusement dans la forêt. Craignant une stratégie animale visant à encercler les équipes, Harlon établit des cordons sécuritaires toutes les vingtaines de mètres jusqu'à une distance maximale du campement de base.

[table cellspacing=30]« Grand Moff ? »
« Oui Caporal ? »
« L'intercom de terrain vient de recevoir une demande de liaison, apparemment il viendrait de la planète même. Voulez-vous le prendre ? »
« Oui, menez-moi Caporal. » [/table]

Une tente au toit au motif de camouflage forestier accueillait une centrale intercom avec ordinateur, datacartes holographique ainsi que le projecteur associé. Tout le matériel de campagne installé en un minimum de temps. Travail de professionnels... pas comme ces sales rebelles. L'intercom était en effet en train de biper en émettant une lueur verte depuis sa diode par intermittence, signe qu'un "appel" était en train de pendre. Harlon ouvrit la communication et fit face à un homme qu'il ne connaissait pas, avec une moustache tombante et des cheveux longs gris poivre. Il avait l'air bien portant et même assez musclé et avait les bras nus sous une tunique aux épaules renforcées.

[table cellspacing=30]« Bonjour Grand Moff Astellan, bienvenue sur Myrkr. »
« Bonjour monsieur, merci de votre accueil... vous semblez me connaître mais j'ignore votre nom en retour. »
« Bien sûr, il m'eut étonné que vous le connaissiez avant... on me nomme Talon Karrde. »
« Votre port et votre gouaille vous donne un pedigree intéressant, mais votre accoutrement vous désigne comme un contrebandier, de ce que je peux conclure. »
« Touché, Grand Moff. Peut-être ne vous a-t-on point sur-estimé. »
« L'avenir nous le dira... Mais que puis-je donc pour vous ? »
« J'aimerais plutôt dire que c'est moi qui puis vous aider... on me dit que vous cherchez à extraire des Ysalamaris de leurs branches ? »
« Je vois que le capitaine Lemmens a fait preuve d'une remarquable discrétion... »
« Ne blâmez pas votre officier. Il a été parfait. Vous avez tenté d'en extraire n'est-ce pas ? »
« Hélas oui, mais il m'est apparut que l'opération leur causerait un grand mal, et probablement la mort. »
« Rien de plus vrai, Grand Moff. Aussi je me propose de vous aider à les en extraire et d'enseigner à vos troupes à reproduire l'opération à votre guise. »
« Oh, je vois. Qu'avez-vous à y gagner exactement ? »
« Rien, disons juste un échange de bon visionnage. »
« Je vois le point. Votre générosité ne sera pas oubliée, Talon Karrde. »
« Je n'en doute pas, Grand Moff. J'envoie mes hommes vers votre position. Ils se signaleront avec le code que je vous joins ci-après. Passez une bonne journée. »
« Excellente journée à vous également, Karrde. » [/table]

La communication se coupa et Harlon resta songeur un moment, ignorant les suppliques du caporal dans son dos, qui choisit d'attendre à la deuxième injonction infructueuse. Ce Talon Karrde pourrait être une menace sérieuse s'il arrivait à pister un camp impérial et à suivre un capitaine aussi discrètement en si peu de temps... Ou un allié de poids.

En attendant, il attendit l'équipe de Karrde pour extraire les Ysalamaris. Ils allaient pouvoir chercher ce pourquoi ils étaient venus.
Problématiques divines

La chance. Un concept aussi puéril que la destiné[…]

Quinlan Vos reprit ses esprit et se demanda si le[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Aucunes nouvelles de la station ni de la flotte i[…]

Karlya Zyn

Re-Bonjour :) Je déclare ma présentation finie et[…]

[Dromund Kaas] La dernière ombre

Cité en ruine – Dromund Kaas « Reste […]

Armée et flotte de Secundus Ando, terre natale […]

L'intermédiaire savait y faire. Il posait les bon[…]

L'implacable réalité de l'entreprise s'affichait s[…]