L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Kala Iktar
#34185
Image


Le chemin vers la connaissance et la puissance était long et tortueux. Les raccourcis menaient bien souvent à des catastrophes que rien ne pourrait empêcher. Prier les Esprits ne changerait strictement et par conséquent, Kala était déterminée à expérimenter, essayer, s’entraîner et parfaire ses connaissances jusqu’à ce que l’idée même de l’échec ne soit plus envisageable. Evidemment, comme toute chose, il fallait un début à cette nouvelle page de sa vie qui s’ouvrait devant elle. C’est donc grâce à son passé de mercenaire au service d’un esclavagiste que la Twi’lek décida de faire escale sur Pydyr, une des lunes d’Almania. Située dans la Bordure Extérieure, non loin de Korriban, cette planète possédait trois lunes habitables où des colons avaient eu la bonne idée de s’installer. Lors d’un raid pour capturer des esclaves, Kala était déjà venue sur Drewwa, une des autres lunes. C’était donc un moyen sûr et sans trop de risque d’obtenir les matières premières nécessaires à ses expérimentations.


Durant son voyage, la jeune femme se remémora les enseignements des Sœurs de la Nuit et des longues séances durant lesquelles chacune des novices devaient chercher à communier avec les Esprits, afin que ceux-ci leur révèlent des images sur l’avenir. En y repensant, elle se souvint que déjà à ce moment, elle avait eu la vision de la mort de sa mère. A l’époque, elle avait pris cela pour un cauchemar et non pas pour une vision. L’avenir lui aura donné tort et ironiquement, c’était même elle qui avait été l’instrument pour que cette vision se réalise. Peut-être que c’était l’occasion de réessayer de communier avec les Esprits après tout, elle n’avait pas grand-chose d’autre à faire dans son cockpit. Elle n’arriverait pas à destination avant plusieurs heures donc autant essayer de voir ce que les Esprits auraient à lui dire. C’est donc calmement que Kala ferma les yeux, récitant les incantations enseignées par les Sœurs pour parler aux Esprits.

Répétant la même phrase en boucle, l’intensité diminuant au fur et à mesure qu’elle entrait dans un état de réception aux Esprits, Kala entra dans une sorte de médiation. Elle pouvait ressentir la Force qui émanait d’elle, le Côté Obscur qu’elle avait embrassé complètement et même quelques dérives qui semblaient venir de plus loin. Finalement, au bout de presque deux heures à communier avec les Esprits, la Twi’lek commença à percevoir des flashs imperceptibles. Tout comme lorsqu’elle s’entraînait avec les Sœurs de la Nuit, elle devait parvenir à se focaliser sur ces flashs pour les rendre plus concret. La précipitation n’était jamais une bonne chose dans ce genre de chose et elle le savait. Cela prenait du temps pour comprendre ce que les Esprits essayaient de dire et il ne fallait pas les brusquer. C’est donc avec patience que la jeune femme se concentra toujours un peu plus, transformant les flashs en images rapides, trop rapides pour en distinguer quelque chose.

Cela prit encore facilement une heure avant que ces images ne se stabilisent un peu plus et pourtant, c’était encore flou. Il n’y avait pas à dire, l’exercice était difficile et peut-être même qu’inconsciemment, sa dernière Divination qui lui avait prédit la mort de sa mère bloquait cette séance. Pourtant, approfondir cet aspect de son lien avec les Esprits ne pouvait que lui être bénéfique pour la suite. En tout cas, une chose était certaine, Kala aurait beaucoup de mal à se concentrer à ce point en dehors d’un endroit comme celui-ci. Quoi qu’il en soit, elle résista à la tentation de tout envoyer balader et finalement, cela porta ses fruits. Une image s’arrêta sous ses yeux. Il s’agissait d’un sabre laser. A première vue, quelqu’un d’autre semblait le tenir mais malgré ses tentatives, elle ne parvint pas à distinguer le visage de cette personne. Cette divination n’était pas particulièrement pertinente et pour cause, cela pouvait vouloir dire une infinité de choses. Peut-être même qu’elle allait juste parvenir à se fabriquer un sabre à son tour, en plus de son fouet. Sa recherche des Siths pouvait également expliquer cette vision mais bon, après autant d’efforts, les Esprits ne lui avaient clairement pas été d’une grande aide pour le coup.


En sortant de cette petite séance qui se révéla quelque peu inutile, Kala eut le plaisir de voir que son vaisseau allait bientôt sortir de l’hyperespace. Cela marquait donc le début d’une nouvelle chasse et surtout, de petits jeux qu’elle affectionnait énormément. Au fil du temps, elle était parvenue à comprendre parfaitement ce qui pouvait rendre les gens dociles et faibles, la famille. Les liens en général étaient des faiblesses tant que la personne n’était pas assez puissante pour les protéger. Se lier à un être faible était également le meilleur moyen pour perdre la vie et ça, c’était l’une des plus grandes leçons qu’elle avait reçu de sa mère. En tout cas, un sourire inquiétant illuminant son visage lorsque son chasseur passa en vitesse subluminique. La planète Almania était en vue et surtout, son objectif, la lune Pydyr. L’aspect isolé de ces lunes en faisait les parfaits terrains de chasse pour une personne voulant expérimenter quelques petites choses. C’est donc sans trop attendre qu’elle se dirigeât vers sa destination. En pénétrant dans l’atmosphère, la Twi’lek survola plusieurs zones à la recherche d’un village. La lune était assez petite et pourtant, elle put sans trop de difficulté repérer pas moins de trois villages de colons. Il s’agissait principalement d’agriculteurs ayant fuit les guerres mais bon, peut-être qu’un petit rappel de leur situation précaire était nécessaire par moment.

Vu la taille de son vaisseau, Kala put sans trop de difficulté atterrir dans une petite clairière à une dizaine de minutes du village. L’aube se levait à peine sur la jolie lune et les villageois devaient certainement commencer à se lever pour aller travailler dans leurs champs et nourrir leurs bétails. C’était donc le moment idéal pour intervenir et les utiliser les uns contre les autres pour les maintenir sous contrôle. Habillée de sa combinaison légère en cuir noir, portant son fouet à la ceinture, la Twi’lek s’approcha d’un pas gracieux et rapide. Calmement, elle frappa à la porte de la première maison, dissimulant ses funestes intentions derrière un sourire presque charmant. Un vieil homme barbu ouvrit la porte et fut assez surpris par l’allure atypique de sa visiteuse. Connaissant fort bien les villageois et même les habitants des autres villages de Pydyr, il comprit assez vite que cette personne n’était pas d’ici. C’est donc avec une certaine méfiance qu’il la salua.

« Bonjour… En quoi puis-je vous aider ? Vous ne semblez pas venir d’ici, ni même d’Almania ? »

A vue de nez, le petit village ne devait pas dénombrer plus d’une vingtaine d’habitants vu le nombre de maisons et la taille de celles-ci. Cela n’était pas beaucoup mais cela suffirait certainement pour un premier test en grandeur nature de ses connaissances. Si tout se passait bien, elle pourrait renforcer ses pouvoirs en utilisant cette magie obscure. Maintenant, il fallait éviter toute fuite de ses proies et ça, c’était la partie compliquée. Habituée à l’hypocrisie et aux courbettes nécessaires lorsqu’on est un oisillon sortant du nid, elle exposa tout son savoir-faire de criminelle manipulatrice.

« Bonjour ! En fait, j’ai été attaquée par des pirates alors que je me rendais vers le Secteur Syngia. J’ai de quoi réparer mon vaisseau mais malheureusement, ça me prendra plusieurs jours et je n’ai plus de vivres. Je suis donc venue pour voir si je pourrais vous en acheter un peu, juste de quoi faire les réparations et repartir. »

La Twi’lek, malgré son apparence assez particulière, ne semblait pas particulièrement dangereuse dans sa demande. C’est donc avec le peu de confiance que l’homme pouvait lui accorder qu’il accéda à sa demande. Malheureusement pour lui, cela signa également la funeste fin de son village et de sa famille. En moins de trente minutes, les liens entre les différents habitants se découvraient et si le vieil homme semblait le plus âgé, c’était car il était le patriarche de la famille habitant les différentes maisons. Ses deux fils et leur épouse respective occupaient les maisons adjacentes avec un total de six beaux enfants répartis équitablement. Il restait juste une maison qui était occupée par la fille du vieil homme et son mari. De leur côté, deux enfants de moins de dix ans semblaient compléter le tableau. Comme elle l’avait supposé, il s’agissait d’un petit village de moins de vingt habitants, l’endroit propice à ses expérimentations. Visiblement, la femme du vieux Tyr était un peu plus amicale et c’est donc avec une grande bonté qu’elle invita la jeune Twi’lek à leur repas de famille du lendemain, histoire qu’ils fassent plus ample connaissance. Devant une telle opportunité, Kala accepta avec joie, retournant pour le moment à son vaisseau avec les quelques provisions qu’on lui avait déjà accordé bien généreusement.

Calmement installée, mangeant le pain que ces gens lui avaient donnés sans arrière-pensée, Kala commença à réfléchir sur ce qu’elle allait faire demain. Elle se devait de maîtriser toute la famille rapidement pour éviter les possibles fuites vers les autres villages. Après tout, rien n’était plus dérangeant que de voir débarquer des indésirables à une petite fête surprise. Pour maîtriser tout ce petit monde, il lui suffisait de s’attaquer aux enfants et l’histoire serait assez vite pliée. Il ne restait donc plus qu’à attendre le lendemain pour asservir cette petite famille très sympathique. C’est donc sur cette douce pensée que la jeune femme s’endormit dans son cockpit.
Avatar de l’utilisateur
By Kala Iktar
#34541
Alors que le soleil se levait timidement sur la lune de Pydyr, Kala se réveillait à son tour tranquillement, comme si l’atrocité qu’elle pensait commettre ne pesait pas le moins du monde sur sa conscience. En même temps, ce n’était pas la première fois qu’elle se lançait dans un massacre sauf que cette fois, c’était pour créer une amulette qui pourrait lui apporter un avantage intéressant. Quoi qu’il en soit, la jeune femme fit un brin de toilettes dans le petit lac non-loin, avant de se rhabiller avec sa tenue habituelle en cuir. Ayant pas mal de temps devant elle, la Twi’lek décida de s’entraîner encore un peu dans son utilisation du pouvoir que lui octroie les Esprits. Elle s’installa donc tranquillement en plaçant un morceau de bois un peu plus loin afin de s’en servir comme cible. L’idée était maintenant de parvenir à attirer l’objet vers elle, rien qu’en utilisant le don que lui avait accordé les Esprits. Il fallait donc qu’elle commence par avoir bien conscience de sa cible et d’un coup, elle laissait exploser sa rage pour tracter le bout de bois.

Regardant avec une grande intensité sa cible, elle laissa l’Obscurité l’envahir et finalement, rien ne se passa … Bien que l’entraînement passe également par l’échec, cela ne manqua pas de l’énerver davantage. Il fallait que tout cela se développe car sans quoi, dans un moment critique, elle pourrait ne pas pouvoir se fier à son lien avec les Esprits, ce qui la rendrait bien démunie. Au moins, il lui restait son fouet-laser pour se battre et si cela venait à se gâter tout à l’heure, elle pourrait toujours l’utiliser pour maintenir cette famille sous son joug. En attendant, le temps passa très rapidement et finalement, l’heure d’aller manger avec les Gramsson était arrivée. C’est donc avec un large sourire que Kala se dirigea vers le village. Elle fut accueillie très chaleureusement et pour la première fois, elle se retrouva en présence de toute la famille au complet. C’était la parfaite opportunité pour mettre son plan diabolique en place. Evidemment, la Twi’lek garda cela pour la fin du repas, histoire de profiter de cette nourriture gratuite avant le grand événement.

C’est le vieux Tyr qui introduisit toute sa famille à leur invitée un peu spéciale et quelques minutes après, ils s’installèrent tous à table pour débuter le repas. La plupart des enfants ne manquèrent pas de poser un tas de questions à la voyageuse, n’ayant pas vraiment l’occasion d’en rencontrer souvent. Si au début, l’ambiance semblait bon enfant et les réponses de Kala semblaient amusantes et parfois épiques, la situation changea rapidement.

« Tu as déjà tué des gens alors ? »

« Oui, évidemment. Assez souvent en réalité. Il faut dire que la pitié n’est pas vraiment mon truc. »

Alors qu’un blanc s’installa suite aux propos de la Twi’lek, comme si la famille commençait à craindre le pire, la jeune femme poursuivit avec des mots qui commencèrent à faire trembler les adultes qui comprenaient les funestes intentions de l’inconnue.

« Pour acquérir du pouvoir, il ne faut pas hésiter à disposer de la vie des gens. Vous êtes le magnifique exemple que même des gens perdus sur une lune peuvent se révéler utile à ma cause. »

Le vieux patriarche chercha à mettre fin à cette discussion mais dès qu’il se leva, la jeune femme lui lança un regard meurtrier qui lui glaça le sang. Si à la base, il souhaitait calmer les choses, il comprit immédiatement le danger qui pesait sur sa famille et son regard se posa sur chacun des membres attablés, croisant leurs regards inquiets. Sachant très bien que la suite allait dépendre de sa décision, il choisit de protéger sa famille, même si la mort l’attendait certainement. D’un hochement de tête, il chercha à signaler sa future action à ses fils mais malheureusement pour lui, dès qu’il ouvrit la bouche pour les avertir en sautant sur la Twi’lek, une sorte de corde de lumière rouge vint lui trancher la tête dans un bruit étrange. Sous le regard terrifié des autres personnes, le corps de Tyr tomba sèchement au sol alors que sa tête roulait sur le côté jusqu’aux pieds de Kala qui s’était levée. Les cris et la panique commencèrent à envahir la table et alors que chacun allait se lever pour fuir, Kala tendit le bras vers la petite fille de sa première victime, la stoppant net. Lentement, son petit corps fragile de gamine de même pas sept ans quitta la terre ferme, sous le regard terrorisé de ses parents et des autres membres de la famille Gramsson.

« Le premier qui fuit sera responsable de sa mort dans des souffrances aussi atroces que possible. Vous allez calmement vous mettre sur le côté et m’obéir sans quoi, je vous tue tous. Je ne suis ici que pour une chose et dès que je l’aurai, vous pourrez retourner à votre vie. »

Bien que les mots de Kala n’étaient que mensonge, les Gramsson y crurent et ne cherchèrent plus à fuir. En les voyant se rassembler docilement, la Twi’lek libéra la gamine de son étreinte, la laissant rejoindre ses parents soulagés qu’elle soit saine et sauve. Maintenant, il ne restait qu’à voir pour combien de temps et surtout, s’ils n’allaient pas le regretter car le sacrifice de la vie d’une gamine aurait peut-être pu tous les sauver. Afin d’avoir plus facile pour les maîtriser, la mercenaire les attacha tous ensembles dans la maison de Tyr, avant de commencer à préparer le nécessaire pour la suite de son plan funeste. Il lui fallait de l’énergie et des la puissance des sentiments de ces gens pour créer son amulette et en dehors de la haine, la peur était certainement l’un des plus puissants qui puisse exister. Pour ne rien gâcher, ils partageaient tous également beaucoup d’amour et ça ne pouvait qu’améliorer la puissance de son expérience.
Avatar de l’utilisateur
By Kala Iktar
#34996
Calmement, Kala commença les préparatifs indispensables pour la création de son amulette. Elle se coupa la main afin de dessiner les symboles siths nécessaires à la canalisation des Esprits, aussi bien sur le sol que sur les murs de l’habitation. Il était important que tout soit parfaitement à sa place, comme on le lui avait enseigné. Chaque petite erreur pouvait grandement altérer le résultat. Bien sûr, ce genre de rituel ne manqua pas d’attiser l’inquiétude de la famille captive, chacun essayant de rassurer les plus jeunes, mais comprenant doucement qu’il n’y avait aucune garantie que tous s’en sortirait. Cette pensée força le fils aîné de Tyr de tenter quelque chose, malgré les étranges pouvoirs que cette inconnue possédait. Il profita de l’absence de la Twi’lek pour mettre au point une stratégie afin que les enfants puissent s’échapper. Bien que les larmes ne cessaient de couler le long des joues de chacun, tout le monde accepta cette idée. S’ils parvenaient à s’enfuir, les enfants pourraient rejoindre la ferme des Jopasi à quelques kilomètres plus au sud. En soit, c’était le seul espoir qu’il leur restait.

Bien loin de leur futile préoccupation de survie, Kala rassemblait les derniers matériaux nécessaires, notamment la pierre qui servirait de pièce principale de l’amulette et qui renfermerait l’essence même de la magie des Esprits. Il s’agissait d’une pierre cristalline de couleur verte que la jeune femme avait récupéré lors de sa précédente escale. Lorsqu’elle retourna à l’intérieur de la demeure de Tyr, la famille semblait agitée, comprenant sans le moindre doute que l’affrontement final n’allait pas tarder. Sans même jeter un coup d’œil vers eux, sans doute trop confiante dans la peur qu’elle avait installée dans leurs cœurs, Kala commença à installer la pierre sur le petit autel improvisé et alluma plusieurs bougies pour que tout soit prêt. Lentement, elle commença à incanter, prononçant des phrases en langage sith afin de canaliser la force des Esprits. Tout en prononçant les mots, se concentrant sur les Esprits pour leur demander leur pouvoir, la Twi’lek alluma son fouet-laser afin de terminer le sacrifice indispensable à la réalisation de sa magie. Malheureusement pour elle, c’était sans compter sur la volonté de vivre de la famille toute entière qui était parvenue à se libérer de ses liens.

Dans une ultime tentative de sauver leurs enfants, les fils de Tyr, ainsi que le mari de sa fille se jetèrent sur la jeune femme. Il était naïf de la croire sans défense mais bon, l’objectif n’était pas de la vaincre, mais bien de laisser le temps aux enfants de s’enfuir. Les femmes poussèrent donc les enfants vers la sortie, alors que leurs époux s’attaquaient à une personne trop puissante pour être inquiétée par des fermiers. D’un coup de fouet-laser, elle ôta la vie à ces malheureux. Le problème dans tout cela fut que par manque de sacrifice, le rituel fut un fiasco et évidemment, la pierre resta un vulgaire caillou sans le moindre pouvoir. Devant cet échec, la colère noire de Kala s’éveilla, ses yeux virèrent au rouge et son regard se posa sur les femmes qui étaient l’ultime rempart entre elle et les enfants. Courageuses malgré qu’elles tremblaient de peur à la vue de leurs maris sans vie sur le sol, elles n’eurent pas l’occasion défaire beaucoup de choses que déjà la voyageuse était devant elles.

« Vous avez fait une grave erreur en vous opposant à moi ! Je vais retrouver vos enfants et les ferais souffrir lentement et longtemps, je vous en donne ma parole. »

Posant son regard de l’une à l’autre, Kala ne mit pas longtemps à voir sur laquelle ses paroles avaient eu le plus d’effet. Cela allait être sa source d’informations la plus efficace, pour peu qu’elle rajoute une petite dose de peur supplémentaire. Pour se faire, la Twi’lek commença à agiter son fouet-laser tranchant sans difficulté les frêles murs de l’habitation, avant de finalement exécuter froidement les deux femmes qui semblaient les plus déterminées. Leurs corps mutilés tombèrent sur le sol, sous les yeux remplis de larmes de la survivante. En dehors des enfants, il ne restait plus qu’elle, l’épouse du fils cadet de Tyr, la cible parfaite pour une personne sans scrupule comme la Sœur de la Nuit. Elle s’approcha lentement de sa proie, tel un félin guettant le moment le plus propice pour l’achever. Du bout des doigts, elle caressa sa joue humide, avant de lui murmurer à l’oreille.

« Dis-moi où sont partis les enfants et j’épargnerai leur vie ! Plus ma recherche sera longue, plus ils souffriront … »

Malgré la peur qui tiraillait la pauvre femme, elle secoua la tête en refusant de lui révéler quoique ce soit. Cette décision était sans doute son ultime sursaut de courage, sachant très bien que son sort était scellé. Malheureusement, Kala avait d’autres moyens de la faire parler et si sa proie ne comprit pas tout de suite pourquoi la Twi’lek s’éloigna d’elle, ce n’est que lorsqu’elle tendit le bras dans sa direction que la jeune femme sentit une force invisible faire pression sur son corps de toute part.

« Parle ou tes enfants subiront le même sort ! »

De plus en plus, l’étreinte se resserrait autour de la belle-fille de Tyr qui hurla de douleur alors que la pression rendait très difficile sa respiration. Durant de longues secondes qui parurent être une éternité pour la jeune femme, la force invisible serra son corps de plus en plus, disloquant plusieurs de ses articulations et la faisant hurler de douleur avant de la faire lentement suffoquer. Incapable de tenir plus longtemps, elle finit par révéler la présence d’une ferme au sud de la leur. Espérant sans doute y réchapper après cette révélation, elle n’eut pas le temps de crier que l’étreinte invisible termina son œuvre, la laissant brisée tomber sur le sol à côté de ses belles-sœurs. Il ne servait à rien de partir tout de suite et par conséquent, Kala décida de fouiller un peu les maisons afin d’y récupérer des vivres et des objets utiles. Histoire de remplacer la pierre gâchée lors de cet essai infructueux, elle s’empara d’un collier dans la maison de Tyr. Cela devait très certainement être un héritage familiale vu la taille de la pierre en forme de losange. Ne se souciant pas es corps de ses victimes, elle continua à manger tranquillement, décidée à reprendre des forces avant d’aller visiter cette autre ferme.

De Harold à Stlin, on fit passer le mot : feu ver[…]

Pour le meilleur

Ils avaient délaissé le texte préparé à leur int[…]

Naissance impie

Le sang se répandait sur la stèle. Il coula dans […]

Karlya Zyn

Salut ! Merci pour le retour ! Je m'attèle au pl[…]

[En quête d'Ouranos suite]

- Un Mois plus tôt - Les mercenaires a[…]

fiche personnage Hermann von Wulf

IDENTITE https://screenrant.com/wp[…]

Jour après jour, face au levant

Depuis l’immense caveau souterrain la forme qui s[…]

Le sénateur Ernesto Garcia le sénateur Irv[…]