L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

#36823
ImageNom et prénom : Merar Leento

Race : Nautolan

Sexe : Féminin

Age : 31 ans

Histoire :

  • 19 BBY : Naissance de Merar. Ses parents sont des nobles Nautolans. Malgré l’avènement de l’empire elle a une enfance paisible dû à sa nature de noble. Ses parents ne manquent de rien et ne cherche pas à s’insurger contre l’empire malgré l’affiliation des Nautolan à la République. Elle commencera donc sa vie à l’abris des combats.
  • 19 BBY à 4 BBY : La jeune fille grandis dans un domaine fastueux, voyageant peu, restant avec les autres enfants nobles de sa planète natale. Elle reçoit la meilleure éducation possible, digne de ses parents. Elle grandit dans un monde qui ne connait pas vraiment la guerre. Certes, l’Empire est présent et contrôle la région mais il n’oppresse pas les nobles Nautolan. Cependant, la jeune fille n’est pas à l’aise dans un monde ou elle sent que tout pourrait basculer. Elle voit certains Nautolan partirent, fuir ou entrer dans la résistance. Elle est encore trop jeune, mais elle les comprend.
  • 4 BBY à 2 ABY : Merar commence des études de médecine. Elle a toujours voulu aider son prochain et devenir guérisseur serait un accomplissement. De leur côté, ses parents voient cela comme une lubie. Elle n’a pas besoin de continuer ses études. Elle est cultivée, distinguée bien que trop farouche. Elle devrait passer son temps avec les autres familles nobles et non pas vagabonder et côtoyer le peuple. Au moins a-t-elle choisi des études prestigieuses. Mais la jeune Nautolan en veut toujours plus. Si elle porte un réel attachement à sa planète natale et à sa famille, elle y voit un moyen de s’échapper. Elle n’a pas choisi d’être noble. Ce n’est pas une vie qui lui correspond. Les autres nobles de son âge son vaniteux et prétentieux. Elle veut vivre, découvrir le monde et aider son prochain. Elle est assidue, impliquée et réussi brillamment ses études.
  • 2 ABY : Diplômée de médecine, la jeune femme décide de quitter sa planète. Ses parents s’y oppose fermement. Elle a des devoirs en tant que noble. Mais elle parvint à s’enfuir à bord d’un cargo quittant la planète. Elle a enfin quitté le domaine familial, elle peut être qui elle veut et non pas ce qu’on attend qu’elle soit. Et ce qu’elle veut c’est apporter sa contribution au combat qui ravage la galaxie. Ses valeurs vont à l’encontre de celles de l’empire. La résistance pourrait avoir besoin de médecin. Elle s’engage donc dans le corps médical des rebelles.
  • 4 ABY : Elle participe à la bataille de la lune d’Endor en tant que médecin de bord d’un vaisseau rebelle. Après la victoire de la résistance, elle décida de reprendre contact avec sa famille. Elle leur avait souvent écrit. Mais jamais ils n’avaient répondu. Jusqu’à ce jour. Elle avait fait leur fierté. Certes, elle n’en avait fait qu’à sa tête, mais elle avait pris parti dans les conflits, se faisant un nom en tant que médecin et surtout elle avait choisi le parti gagnant. Elle pouvait à présent rentrer et vivre avec eux comme ça aurait dû être le cas. Elle n’en fit rien.
  • 5 ABY à 9 ABY : Après deux ans de guerre intense, à avoir soigné les soldats blessés, elle pensait que s’en était fini. Mais la lutte ne l’est jamais vraiment. Lassée par la durée interminable des combats, elle décide de ne pas continuer sur cette voix. Elle devient donc médecin itinérante. Voyageant de planète en planète, elle soigne tout type de population, gagnant sa vie comme elle le peut, séjournant quelque jour ou plusieurs mois dans des villes différentes. Le seul avantage c’est qu’il y a toujours besoin de médecin. Elle continua d’échanger avec sa famille. Ils voulaient qu’elle revienne mais ce n’était pas dans ses plans. Ils essayèrent tout. D’aller la chercher, de la convaincre, même de lui envoyer des crédits régulièrement pour lui donner envie de rentrer.
  • 9 ABY à aujourd’hui : C’est grâce à ces crédits qu’elle put enfin construire ce qui est encore aujourd’hui sa plus grande ambition : des centres d’aides humanitaires un peu partout dans la galaxie. Des tas de planète n’ont pas la chance d’avoir des médecins compétant ou un support quel qu’il soit. Elle travaille donc dans toute la galaxie pour aider ceux qui ont besoin d’assistance médicale. C’est comme ça qu’elle a rencontré Dashel.
  • Aujourd’hui : Elle est la copilote de Dashel et le médecin de bord du Hermes. Ils ont passé un accord, en échange de sa participation aux contrats de contrebande de Dashel ainsi que des soins gratuits, la jeune femme a demandé qu’il l’accompagne en mission humanitaire, laide et la protège.

Description physique et mentale :

Merar est une Nautolan a la peau rouge. Elle a toutes les caractéristiques propres à son peuple : les Lekkus, tel des tentacules faisant office de cheveux ; une peau amphibie ; des yeux globuleux semblables à ceux des requins et d’un noir intense ; une taille approximant les 1 mètre 80 ; un squelette plus solide que celui des humains. Elle se fondrait parfaitement dans la masse sur sa planète natale… Si ce n’est qu’elle possède à certain endroit du corps une dépigmentation de la peau. Les taches blanches tranchent véritablement avec sa couleur de peau naturelle ce qui la rend facilement reconnaissable pour les habitants de son monde d’origine. Elle n’en reste pas moins une belle jeune femme, d’après ses compatriotes mais aussi selon les critères d’autres espèces.

La jeune médecin a pris l’habitude de se vêtir simplement. Il est loin le temps où elle arborait les tenues de soirée et autres fantaisies. Elle ne veut pas être associé à ce qui fait d’elle une noble par le sang. Et voyageant beaucoup, elle ne veut pas s’encombrer de vêtements inappropriés. Elle conserve cependant une certaine allure. Le menton haut, la tête droite, le buste aussi, elle marche avec une certaine assurance non dénuée de grâce.

Malgré son rang, elle ne rechigne pas à salir ses vêtements autant que ses mains. Elle ferait tout pour aider les plus démunis. Elle voyage à travers la galaxie pour soigner ceux qui en ont besoin, vivant du peu qu’on lui donne et profitant de l’argent de ses parents pour continuer sa mission. Elle n’en ai pas fier. Mais après tout, ils en ont suffisamment, autant que cela serve à quelque chose de réellement utile. Elle fera tout ce qui est nécessaire pour diminuer un peu la douleur causée par les guerres et autres injustices.

La jeune femme n’a pas peur de prendre des risques pour y parvenir. Elle a participé aux combats dans la résistance, elle s’est battue pour ses idées. Elle a un fort caractère et il est difficile de s’y faire, même en la brossant dans le sens du poil. Mais quand on commence à la connaitre un peu, on comprend qu’elle possède un grand cœur et des convictions qui lui sont cher.

C’est une personne fiable et qui aime autant revoir la confiance d’une personne que donner la sienne. Mais il ne faut pas la décevoir. Elle donne rarement de seconde chance.

Aime : Voyager, Aider, Soigner, Piloter, Apprendre, Nager, la liberté

N'aime pas : Les injustices, l’esclavagisme, les obligation dû à son rang, la pollution des mers, la chasse, qu’on touche à ses Lekku

Métier : Médecin + Contrebandier

Ordre ou Groupe : Neutre (Petite noblesse Nautolan)

Inventaire & Armes : Medi-pack + Blaster leger A180

Image

Sensible à la Force : Non
Modifié en dernier par Dashel Nelievar le mer. 12 août 2020 08:43, modifié 1 fois.
#38094
ImageNom et prénom : Aslan Mahlissi

Alias : Vagabond

Race : Nooran

Sexe : Masculin

Age : 24 ans

Histoire :

  • 12 BBY : Il est né sur Noori. Ses parents étaient des diplomates de la planète. Ils voyageaient sans cesse, emportant leur enfant avec eux partout où ils allaient. Ils faisaient de leur mieux pour rester une famille unis et heureuse. Mais ce fut de courte durée.
  • 6 ABY : Ses parents finirent par se séparer. Cela durait depuis quelque temps. Ils faisaient en sorte de partir sur différentes planètes, alternant la garde de leur fils. Et quand ils se séparent définitivement, ils n’eurent plus le temps de s’occuper de Aslan. Il fut envoyer en pensionna sur Noori. Il voyait très rarement ses parents qui faisaient leur maximum pour rester loin de leur planète et ne plus se croiser.
  • 0 ABY : Aslan continua de grandir sur Noori, passant quasiment tout son temps au pensionna ou chez sa grand mère. C’était la seule qui semblait ne pas l’avoir abandonner et le comprendre. Elle essayait de s’occuper de lui malgré la maladie. C’est elle qui repéra ses capacités. Le petit était brillant : ingénieux, toujours à poser les bonnes questions, trouver des solutions à tous les problèmes, voir ce que les autres ne pouvaient voir. C’était un petit génie qui semblait comprendre la technologie comme si il l’utilisait depuis toujours.
  • 4 ABY : Le jeune homme réussissait tout ce qu’il entreprenait. Il était brillant, validant tous les diplômes qu’ils suivaient. Pour un si jeune âge, il était doué. Aucun par feu, aucun réseau, aucun data pad n’avait de secret pour lui. Il passait son temps avec un pad entre les mains. Et c’était sa passion. Il en était fier. Mais il n’était pas heureux pour autant. Il aurait voulu l’approbation de ses parents. Peut être encore plus de son père. Sa mère venait régulièrement lui rendre visite chez sa grand mère. Mais son père était absent. Et attirer son regard semblait vain. Il devint plus sportif, représentant son école à différent championnat régionaux, pratiquant la gymnastique et l’athlétisme. Mais cela ne changeait rien, quand bien même il gagnait.
  • 7 ABY : Mais un jour sa grand mère décéda de la maladie qui pesait sur elle depuis si longtemps. Il blâma ses parents. Pour l’avoir abandonné, pour ne pas se soucier de son malheur. Où étaient ils ? Sur quelle planète ? Ils n’étaient même pas présent à la mort de sa grand mère. Ils avaient mieux à faire… Ils ne voulaient pas de lui… Et bien il n’avait pas besoin d’eux. Aslan disparu et quitta sa planète natale.
  • 9 ABY : Ce n’était pas évident de survivre seul. Aslan du se salir les mains. Il vécut dans la rue. Mais il était débrouillard. Il se rapprocha de différent cartel, prodiguant ses services en tant que Hacker. Mais il semblait pouvoir faire plus. Il voulait faire plus. Il avait fait ça pour survivre, mais ce n’était pas lui. Voler pour le cartel n’était pas ce qu’il souhaitait faire. Alors il commença à voler les cartels. Entre ses capacités de hacker et ses atouts physiques, il devint petit à petit un cambrioleur brillant en plus d’un pirate prolifique. Il changeait de planète régulièrement, supprimant sa présence des réseaux pour éviter tout problème. Le jour il était un simple slicer timide. Mais le soir il devenait un cyber cambrioleur.
  • 10 ABY : Jusqu’à ce que cela tourne mal. Lors d’un cambriolage, il fut repérer. Comment ? Il ne le savait pas… Mais il dut prendre la fuite. Une chose en entrainant une autre, il fit une chute terrible. Lorsqu’il se réveilla, il avait perdu l’usage de ses jambes. Il était également mis aux arrêts. Mais une chance de s’en sortir se proposa à lui. Une offre de Arkanian Cyber. Il signa. Sans attendre, sans lire les détails. Il aurait dû.
  • Maintenant : Aslan est devenu un rat de laboratoire. Il n’a pas récupéré l’usage de ses jambes. Non… Il a perdu ses jambes aux profits de nouvelles. La société lui a greffé des prothèses mécaniques améliorées. Et ce n’est pas tout. Il est maintenant muni d’un cortex cérébrale. Il n’avait rien demandé. Et sans le savoir il avait signé un contrat avec le diable. Il en était sorti plus fort. Mais il devrait payer pour ces implants.

Description physique et mentale :

Aslan a peau couleur miel caractéristique des natifs de sa planète. Mais ce qu’il lève le doute quand à sa nature de Nooran, ce sont définitivement ses yeux. Striés d’or et de vert, ils révèlent ses origines. Origines, qui malgré son passé d’enfant délaissé et la mort de sa grand mère, lui tienne à coeur. Il n’a pas choisi de vivre dans une famille brisée, d’être partagé entre ses deux parents. Ce n’est pas pour cela qu’il doit haïr sa planète. Il y a de bon souvenir, la plupart à son pensionna ou avec sa grand mère. Il est fier de ses origines et de là où elles l’on porté.

Car même s’il sait que c’est un métier à risque et un métier de criminel, il aime être devenu un cyber cambrioleur. Il est doué et sait manier un data pad comme personne. Mais il ne pensait pas que les efforts qu’il avait fait pour se faire remarquer par son père en tant que sportif paieraient un jour. Athlétique, endurant, agile, mesurant un mètre soixante dix ou quinze tout au plus, il était parfaitement taillé pour le cambriolage. Ajouter à sa discrétion naturelle, ses capacités de hacking et il devenait un vrai fantôme. Il n’y avait rien de plus grisant que de s’infiltrer dans la maison surprotéger d’un chef de la mafia locale et de le dévaliser.

Parce que oui. Même s’il avait d’abord travaillé pour les cartels, il avait vite fait son choix. Il ne blesserait jamais personne, il ne reproduirait pas leur comportement. Il profiterait même de leurs revenus mal acquis. Qui allait le blâmer pour avoir voler des criminels ? Et puis il avait l’occasion de leur faire la leçon. Voler sans faire le moindre mal était tout aussi prolifique que leurs viles méthodes.

Mais cela comportait un risque. Se faire attraper par la mafia n’avait rien de plaisant. C’est pourquoi il changeait tout le temps de planète. Et qu’il changeait d’identité régulièrement. Il ne pouvait modifier son apparence : c’elle d’un jeune Nooran de 24 ans ; les traits fins; les cheveux courts, châtains en batailles ; le regard fier et malicieux. Mais il pouvait changer son identité et disparaitre des réseaux pour quitter changer de planète. La journée, il était slicer à son compte, timide, discret, faible. Mais le soir, masquant son visage d’un modificateur de voix, il redevenait le hacker, prenant des risques, parcourant les toits des villes à la recherche de sa future prise. Il était totalement libéré. Tel qu’il l’avait toujours été : drôle, sarcastique, sur de lui, enthousiaste.

Même après avoir été un rat de laboratoire il ne perdit pas espoir. Ce fut un choc. Il a encore du mal à se faire à l’idée que ses jambes sont des prothèses et un qu’un nouveau cortex lui a été implanté. Il a d’abord été en colère. Il en veut toujours autant à Arkanian. Mais il doit avouer que ces changements sont impressionnants et efficaces. Plus aucune portes ne lui seraient accessible.

Aime : L’adrénaline, la liberté, prendre des risques, voler des criminels, la vérité, le sarcasme, le sucré salé

N'aime pas : Les criminels, les politiciens, les mensonges, devoir expliquer une blague, les insectes qui rampent, le son d’une horloge

Métier : Slicer le jour, hacker la nuit, cambrioleur

Ordre ou Groupe : Neutre

Inventaire & Armes : Cortex cérébral, jambes améliorées, masque avec modificateur de voix, gant assommant

Sensible à la Force : Non
#38141
ImageNom et prénom : Feran Krat’os

Race : Zabrak

Sexe : Masculin

Age : 45 ans

Histoire :

  • 33 BBY : Il est né sur Dathomir dans la caste des Frères de la nuit. Il n’échappa pas aux traditionnelles rites de passages des frères : il fut former au combat. A main nu d’abord, prenant le K’thri. Il était doué.
  • 21 BBY : Feran grandit sous le regard attentif de la tribu. Il était prometteur. Déjà légèrement plus grand et plus robuste que ses frères pour son jeune âge. Il ne tarderait pas à gagner ses premiers combats dans les arènes. Mais c’était sans compté sur l’intervention du cyborg à quatre bras qui extermina les soeurs de la nuit. Les survivantes étaient affaiblies et peu nombreuse. Tout comme les frères. Mais ce n’était pas la fin.
  • 18 BBY : Le clan se reconstruisait doucement. Les soeurs avait fait en sorte de continuer à maintenir les frères du poigne de fer. Elles étaient bien consciente de cette nécessité. Les frères continuaient de s’entrainer, de lutter et d’affronter les créatures les puissantes de Dathomir. Ils étaient des guerriers, ils devaient continuer de l’être, Feran compris. Il était à l’entrée de la puberté. Et pourtant ses cornes étaient déjà bien visible. Il était plus robuste que jamais. Et plus déterminé. Il avait gagné tous ses combats dans les arène, et portait maintenant sa première hache.
  • 16 ABY : Le guerrier ne tarda pas à passer les épreuves des frères. Il vaincu ses opposants en combat à main nue. Mais ce n’était pas suffisant. Il devait faire plus. Il continua de s’entrainer, jour après jour, années après années.
  • 13 ABY : Cela faisait bien longtemps que ses cornes avaient atteintes leur maturité. Et cela faisait tout aussi longtemps que le Zabrak aurait pu prétendre à recevoir les tatouages des frères. Il était prêt, tout le monde le savait. Et il était fort, plus que beaucoup d’entre eux. Mais il voulait les honneurs de la tribu. Un matin il s’en alla affronter son destin. Il allait s’aventurer dans le repère de Gorgara. Peu de frère s’y rendait. Et encore moins en revenait. Mais pour ceux qui y parvenait, ils étaient considère comme les plus grand d’entre eux. Ce ne fut pas une épreuve facile. Mais finalement, il en réchappa, apportant la preuve de sa victoire : une touffe de poils de la bête. Il fut reconnu comme un guerrier digne de la tribu et reçu ses tatouages.
  • 6 BBY : Mais le Zabrac possédait une caractéristique peu commune au Zabrak. Il possédait un grand coeur. Il était un guerrier cette, mais c’était un mâle attentionné et protecteur envers ses frères, même les plus faible qui était bien souvent laissé pour compte. Il fit preuve de la même gentillesse à l’égard de l’inconnue qui se réfugia sur la planète. Nissa Tulan était une Dathomirienne de naissance. Mais elle ne connaissait rien aux coutumes locales. Il l’a protégea des frères et des soeurs. Et il en tomba amoureux. Mais son accouplement avec l’intrus n’était pas vu d’un bon oeil. Il était partagé entre ses devoirs au sein du clan et l’envie de voir naitre son enfant. Finalement, Nissa fit un choix à sa place. Si il ne pouvait décider de rester, elle élèverait son enfant seule comme elle l’avait toujours été.
  • 0 BBY : Après cet épisode, Feran continua de vivre comme un frère, essayant d’oublier l’enfant qu’il ne pourrait jamais connaître. Il était puissant, combattait les monstres et les envahisseurs pour les soeurs. Il avait prouvé sa valeur plus d’une fois. Et ce, même dans l’arène de Crucible. C’est ainsi qu’il récupéra sa hache protégée par les enchantements des soeurs. Il en prenait le plus grand soin. Son deuxième combat dans l’arène fut récompenser par des brassards et une épaulière. Ainsi vêtu, ses tatouages parlant pour lui, il était respecté par tous ses frères.
  • 2 BBY : Les conflits sur la planète étaient de plus en plus nombreux. Si bien qu’un jour, Nissa fut obliger de revenir vers les soeurs de la nuit, et avec elle, une jeune fille blessée. Son enfant… Il n’eut malheureusement pas la chance de la rencontrer. Les soeurs s’opposèrent à aider l’enfant. Et Nissa les affronta. Les frères se mirent en travers de son chemin. Feran aussi. Il l’avait aimé, mais il devait protéger ses maitresses. Nissa dû fuir la planète et abandonna son enfant. L’ordre donné était clair : personne ne devait lui venir en aide.
  • 9 ABY : Feran ne respecta pas cette condition. D’abord dans l’ombre, il faisait en sorte que son enfant ne manque pas et puisse survivre. Mais il ne pouvait ni le faire ouvertement ni lui avouer qui il était. Finalement, il rencontra Ella. Elle savait qu’il la protégeait. Pourquoi ? Elle n’en saurais probablement rien. Mais elle le savait. Mais ce n’était pas suffisant pour la jeune Dathomirienne. Elle en voulait plus. Et il ne parvenait pas à la raisonner. Elle vola des techniques des Soeurs et les utilisa. Mais elle ne fit qu’aggraver sa condition. C’était trop. Les Soeurs la bannirent, et il s’y opposa. Le chef des Frères de la nuit ne le toléra pas. Il provoqua Feran en combat à main nu. Celui qui l’emporterait serait le chef du clan. Mais si Feran perdait, il serait banni. Feran était fort, mais le Chef avait été enchanté par la magie des Soeurs. Plus grand, plus fort, plus résistant et agile à la fois, Feran en vint à perdre son premier combat. Il abandonna sa tribu, décidant de rester la protecteur de son enfant.
  • 11 ABY : Il ne lui avoua jamais qui il était. Mais il l’accompagna partout. Il se battait pour elle, trouvait à manger, lui fabriquait un toit. Il n’était pas le plus loquace, le plus drôle, ni le plus communicatif, mais il prenait soin d’elle et la reconnaissance de la jeune fille lui suffisait. C’est lui qui récupéra tous les ingrédients nécessaires à la sorcière qui soigna sa fille. Il failli y laisser la vie. Mais si ça pouvait la sauver alors il ferait ce qui devait être fait. Mais comme toujours, la tranquillité n’était pas éternelle. Sa fille lui fut enlevée par l’Empire.
  • Maintenant : Faran avait réussi à s’en tirer. Il avait lutter et survécu face aux soldats en blanc. Mais il ne comptait pas en rester là. Il savait où était sa fille. Il allait la libérer et il ferait payer chaque soldat sur son chemin.

Description physique et mentale :

Feran est grand, mesurant un bon mètre quatre-vingt-dix. Il est robuste, battit comme un lutteur. Ses muscles sont saillants, puissants. Il est l’archétype même du guerrier. Il en impose par sa carrure et sa démarche puissante et fière. Mais cela ne l’empêche par d’être suffisamment agile et souple pour pratiquer le K’thri, art qu’il adore pratiqué, autant que le maniement de sa hache.

Il est également un représentant typique des Zabraks de Dathomir. Outre le faix qu’il soit grand et fort, il avait la peau jaune, des pupilles violettes et des cornes formant une couronne autour de son crâne dénué de cheveux. Ses cornes au nombre de dix étaient de tailles variables, mais suffisamment impressionnantes pour un Zabrak, ce qui faisait de lui un mâle reconnu par ses frères. Il en était particulièrement fier. Même quand il fut banni de sa caste. Il accepta ce choix, il l’avait fait pour sa fille. Mais jamais il ne pourrait perdre sa fierté de combattant et de Zabrak.

Le guerrier était également recouvert de tatouages sur tout son corps, de façon asymétrique. Certains contournaient ses cornes et dessinées des traits et angles sur la partie droite de son visage, masquant quelque peu une cicatrice acquise lors de sa seule défaite en combat, souvenir cuisant qui le Force à devenir encore plus fort, dans l’espoir d’un jour surpassé le chef du clan. La partie gauche de son visage est couverte par un épais tatouage en arc de cercle. Le même genre de tatouage épais recouvre toute la partie gauche de son corps. La partie droite est laissée intacte, à l’exception de symboles guerriers, souvenir de ses victoires, tatoués sur ses avants bras, son pectoral, et sa cuisse. Car Feran vit pour le combat. Certes, sa fille est ce qu’il y a de plus précieux à ses yeux. Il fera toujours tout pour la protéger, même se sacrifier. Mais il aime se battre tout autant.

La seule particularité, qui divergeait du reste de ses frères été sa pilosité faciale. Très peu de Zabraks pouvaient laissé pousser leurs poils. La plupart n’avait d’ailleurs pas de sourcils. Mais lui en avait, ainsi qu’une barbe épaisse qu’il avait laissé pousser. Il avait décidé de l’arborer comme un symbole de sa différence. Symbole plus profond qu’il ne le laissait sous-entendre. Car le Zabrac était différent de ses Frères. Il n’était pas le plus intelligent, ni le plus malin, ni le plus agile. Plus fort ? Peut être. Mais il était surtout doué d’empathie et d’amour. Il s’était attaché à Nissa. Et aujourd’hui il aimait sa fille. Il avait toujours été bon avec les membres du clan. Cela avait souvent été mal vue, mais tant qu’il continuait d’être un grand combattant, c’était toléré. Il avait du mal à exprimer cette bonté qui l’habitait. Il le faisait par des gestes détournés, souvent maladroitement.

Les seules choses que le Zabrak emporta avec lui après son départ du clan étaient son pagne recouvrant son pantalon lui même maintenu par des jambières de cuir ; les brassards et son épaulière en cuir, symbole de ses victoires passées dans l’arène ; et sa hache enchantée, puissante, solide et dont il ne se séparait jamais. Elle porte le nom de Oak-oa qui veut dire sans-peur en Zabraki. Elle lui rappelle de rester brave et courageux en toute circonstance.

Aime : Sa fille, les combats, les monstres dangereux, les adversaires dignes de valeur, s’entrainer, manger, dormir.

N'aime pas : Le chef de sa caste des Frères de la nuit, l’empire, les rebelles, les armes à distances, les lâches, les faibles, les Sith, les Jedi.

Métier : Mercenaire

Ordre ou Groupe : Neutre

Inventaire & Armes : Hache enchantée par la magie des soeurs de la nuit : Oak-oa (signifie sans-peur en Zabraki)

Sensible à la Force : Non
Modifié en dernier par Dashel Nelievar le mer. 12 août 2020 15:28, modifié 3 fois.
#38143
ImageNom et prénom : Ella Tulan

Race : Dathomirienne

Sexe : Féminin

Age : 17 ans

Histoire :

  • 5 BBY : Naissance de Ella sur Dathomir. Son père était un Zabrac. Elle ne sut jamais qui il était. Sa mère était Nissa Tulan, ancienne Jedi ayant chutée pour devenir une inquisitrice de l’Empereur. C’est elle qui s’occupa de sa fille. Après avoir fuit l’inquisition, elle se réfugia sur sa planète natale, pensant repartir de 0. Elle réussit pendant un temps, donnant naissance à une petite fille.
  • 2 ABY : Mais son passé la rattrapa. Caché de l’empire et des rebelles, Nissa éleva sa fille dans l’ombre, distante avec toute personne, autant avec les colons qu’avec les autochtones de la planète. Elle avait enfin trouvé une raison de s’éloigner de son esprit de vengeance. Ella put grandir avec une mère torturée, certes, mais aimante. Jusqu’à ce que les choses dégénèrent à nouveau. Les deux Dathomiriennes vivait à l’écart, sur ce qu’il s’avérait être une mine de Lommite qui intéressait Zsinj. Elles furent chassées et Ella fut blessé. Nissa amena sa fille au soeur de la nuit, sa mère en ayant été une. Mais elle refusèrent de l’aider, étant au fait de son lien passé avec les Jedi et avec l’Empire. Nissa sombra de nouveau dans le coté obscure et massacra les soeurs de la nuit qui l’avaient repoussées. C’était la fois de trop. Sa rage était de retour. Sa vengeance avec elle. Elle quitta la planète. Abandonnant sa fille de 7 ans.
  • 6 ABY : Ella fut traitée comme une paria, elle grandit au milieu des soeurs de la nuit, mais elle était seule. Elle regarda les événements se dérouler sur sa planète avec impuissance. La défaite de Zsinj, l’Empire reprenant le contrôle, les soeurs de la nuit se faisant emprisonner au grès des impériaux. Elle aurait aimé être plus que cette petite fille impuissante. Mais la magie des soeurs de la nuit lui était interdite. Elle n’était pas l’une d’elle, mais elle ne pouvait pas partir non plus. Ou aurait elle pu aller ? Seule, elle n’aurait pas survécu, elle aurait surement fini dans la prison de l’Empire, d’autant plus avec sa blessure non guérie et l’handicapant.
  • 9 ABY : Mais elle ne comptait pas rester impuissante toute sa vie. Elle devint invisible. Vivant avec le soeurs sans que plus personne ne fasse attention à elle. Elle était la boiteuse du village, la petite infirme à qui ils jetaient un morceau de pain par pitié. Un petit insecte trop insignifiant pour être tué. Seul un Zabrak, membre de leur tribu, s’était fait son protecteur. Feran, un puissant combattant qui avait pris en pitié la jeune fille. Il la protégeait, lui apportant ce dont elle avait besoin pour survivre. Mais elle voulait plus. Et ils auraient tous dû voir en elle son potentiel. Elle espionna les soeurs, vola leurs livres et s’entraina seule, essayant de découvrir leur secret. Ce n’était pas facile, mais elle faisait des progrès. Jusqu’à ce que ça tourne mal. Les pouvoirs la brisèrent, la rendant plus déformée, plus faible encore.
  • 11 ABY : Elle fut jetée en dehors de la communauté pour les avoir volées. Feran décida de la suivre. Au moins n’était elle pas complètement seule et survivre était un peu moins difficile. Aucune communauté n’accueillait à bras ouvert la monstruosité qu’elle était devenue et son protecteur, pour avoir décidé la suivre n’était pas mieux reçu. Jusqu’à ce qu’elle rencontre une sorcière de Dathomir qui décida de l’aider. Elle aussi avait été rejeté. Autrefois une soeur, elle avait décidé de les quitter et de vivre selon sa propre volonté. En voyant ce pauvre être, elle décida de la soigner. Le traitement fut long, et douloureux. Mais ce fut un succès. Mais la joie de Ella fut de courte durée. L’Empire prit d’assaut le village où elle s’était réfugiée. La sorcière essaya de la protéger, dévoilant ses pouvoirs et se faisant capturée, tout comme Ella. Elle fut séparé de son protecteur.
  • Aujourd’hui : Ella est toujours dans la prison de Dathomir. Abandonnée par sa mère, rejetée par son village, capturée par l’empire. Elle est seule, comme elle l’a toujours été. Tout du moins jusqu’à ce qu’elle rencontre Dashel.

Description physique et mentale :

Ella ressemble à toutes autres Dathomirienne. Elle a la peau blanche, est fine et grande, athlétique, ses yeux sont gris, comme ses cheveux. Toutes les caractéristiques sont réunies. Mais ce n’est pas ce qui la défini. Elle hait son appartenance à Dathomir. Tout ce qu’elle avait lui a été enlevé par les siens. Dathomir lui a tout pris. Et elle y est maintenant enfermée.

Les soins prodigués par la sorcière eurent beaux lui rendre son corps, celui d’une belle jeune femme, le dos droit, la démarche altière, elle n’en reste pas moins cette jeune fille brisée. Tout ce qui comptait pour elle lui a été retiré ou l’a abandonné. Elle n’est plus capable de faire confiance. Elle est méfiante de tout et de tous.

La seule chose en laquelle elle arrive encore à avoir la foi est elle même. Si elle avait cessé de croire en elle, alors elle n’aurait jamais survécu aussi longtemps. Car si tout le monde l’avait laissé pour compte, elle n’avait jamais baissé les bras. Elle était fière, loin de s’être laissé abattre par les événements malgré les embuches sur son chemin.

Elle aurait pu transformer cette haine de Dathomir en désir de faire du mal. Mais elle ne le fit jamais. Du temps où elle vivait avec sa mère, cette dernière lui rappelait tout le temps qu’elle ne devait vivre que pour elle, ne faire que ce qu’elle avait envie et de ne jamais rien se laisser imposer par les autres. Si elle comprenait ce discourt, la jeune fille était aussi trop gentil. Elle n’avait jamais voulu faire de mal. Quand bien même elle avait trouvé le secret des soeurs et appris certaines de leurs techniques, elle s’en était servi pour se soigner, jamais pour se venger.

En effet, elle n’était ni mauvaise, ni bonne. Elle voulait vivre sa vie, pouvoir exister, loin de cette planète. Elle ne tenait pas rigueur aux soeurs, ou à sa mère. Les choses étaient ainsi… Elle ne comprenait pas… Lorsqu’elle voyait les cicatrices sur son dos, là où elle avait été blessée, puis déformée, elle était triste, certes mais pas en colère. Elle avait du apprendre à maitriser ses émotions pour continuer de vivre.

Aime : Elle n’en sait rien… Elle n’a pas souvenir d’avoir jamais aimé quoi que ce soit depuis que sa mère est partie. Elle voudrait simplement être libre.

N'aime pas : Dathomir, l’Empire, Les soeurs de nuit, La douleur, l’abandon, la traitrise, l’injustice, être dépendant des événements

Métier : Aucun

Ordre ou Groupe : Jedi à venir

Inventaire & Armes : Aucun

Sensible à la Force : Oui


Fiche de Force : ICI

Bonsoir à tous, Vous le savez, Swor est[…]

La bataille de Kamino [Dashel Nelievar]

https://i.pinimg.com/originals/b5/5[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asse[…]

Les épreuves [Dashel - Kit Fisto]

https://i.imgur.com/YH1H1.jpg […]

https://cdn.lowgif.com/full/6b2d0909[…]

La planète Vendaxa faisait partie de ces mondes d[…]

C e lieu semblait si réel, en soi il était ré[…]

Posséder [Ch'hodos]

Ambiance (1) Dans la candeur de l[…]