L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Figurant parmi les mondes les plus connus de toute la galaxie, Corellia est pour beaucoup synonyme de technologie et de voyage spatial. Pour d'autres cette planète est le symbole des fauteurs de trouble et de tout ce que l'univers compte de hors-la-loi.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33431
    Pas sans vous !



10:30, heure locale
Corellia - Appartement Curwee


The Drums - Me and the Moon


    Pas de repos pour les braves. Dès le lendemain de son entrevue avec Antilles et Eridan, Hayley se retrouvait de nouveau sur le terrain. Pour une mission de diplomatie. En effet, le point principal de son temple était qu’il était axé autour d’une sortie de secours, un passage secret qui permettait une évacuation rapide et sécurisée des membres de l’Ordre en cas de menace. Mais Eridan lui avait rappelé un point primordial : sous terre c’était les Séloniens qui faisaient la loi, ils avaient leur propre société et leur propre culture et s’ils étaient en paix depuis presque toujours avec ceux de la surface, cela n’empêchait pas que cette mission diplomatique comportait quelques risques. Espèce assez territoriale et portée sur la famille, il serait nécessaire aux Verts de respecter ce trait de leur société pour parvenir à les convaincre de les aider. Qui plus il était possible que cette entrevue apporte plus que ce qu’ils étaient venu chercher. Il n’était pas impossible que la Force mette sur leur route quelques recrues potentielles.

    Incapable de savoir quel type d’environnement elle trouverait dans les territoires souterrains des séloniens, Hayley s’habilla presque comme si elle allait faire de la spéléologie : bottes de montagnes, combinaison et un sac à dos rempli de nombreuses choses pour se repérer ou survivre dans ces tunnels. Une fois ceci fait elle quitta son appartement pour retrouver Matarmeno Krahnn qui lui avait donné rendez-vous à l’extérieur de la ville. Lorsqu’il la vit arriver, il ne cacha pas son regard médusé mais elle était tout autant surprise de voir qu’il arborait une tenue somme toute normale, même si c’était la première fois qu’elle le voyait arborer la tenue Jedi des Verts.

      - Qu’est ce que tu fais attifé de la sorte, Hayley ?
      - Ben… Comme on va dans les tunnels, j’ai pensé…
      - Ce ne sont pas des primitifs, tu sais ? Ils ont des villes souterraines, des moyens de transports, c’est une vraie civilisation.
      - Ah…

    Elle était plus rouge qu’une tomate et elle se sentait excessivement ridicule. Mais bien sûr que les séloniens étaient des êtres intelligents, pourquoi avait-elle cru prendre contact avec un peuple de sauvage qui vivait dans des huttes ? Le Jedi lui indiqua d’un signe de tête qu’elle devait le suivre, ce qu’elle fit, pendant ce temps il continuait ses explications :

      - Comme tu as dû en entendre parler, il ont un sens assez aigu de la famille.
      - Ils ne sont pas hostiles ?
      - Pas si tu les respectes eux et ce en quoi ils croient, bien sûr leur société est prête à assumer une guerre si c’est nécessaire, leur hiérarchie sociale est proche d’une fourmilière, ils ont une Reine qui dirige et donne naissance à la population, quelques mâles reproducteurs et le reste de la société est composée d’une majorité de femelles stériles qui sédimente un peu le tout.
      - Oh, je vois…

    Instantanément, elle eût de la compassion pour la majorité de ces femelles qui lui rappelait sa propre condition et ce qui semblait être une incapacité de sa part à avoir un enfant. Elle n’avait pas à se plaindre, jusqu’à preuve du contraire elle avait la possibilité biologique de faire des enfants, sauf anomalie. Les femelles séloniennes n’avaient pas cette chance en dehors de la Reine.

      - C’est une société matriarcale. Un peuple assez fier mais pas aussi vaniteux que d’autres races dans la galaxie. Néanmoins les récentes actualités ne vont pas nous faciliter la tâche, il se dit que la Ligue Humaine a fait de multiples tentatives d’intrusions dans leurs tunnels avec pour but de capturer quelques membres de leur espèce. De fait ils sont assez méfiants en ce moment.
      - Je vois… Et bien sans ça, c’aurait été trop facile, n’est-ce pas ?

    Ils arrivèrent jusqu’à un poste de la CorSec où on les arrêta :

      - Halte, c’est un accès gardé au territoire Sélonien, que voulez-vous ?
      - Nous sommes des Jedi Corelliens, nous venons discuter avec l’une des tanières Sélonienne, nous avons les autorisations nécessaires.
      - AH ! Des Jedi Corelliens ! Bien entendu, montrez-moi ça !

    Il vérifia les autorisations et après quelques minutes pendant laquelle il appela quelqu’un par comlink, il invita les deux Jedi à passer, leur indiquant qu’ils étaient attendus. Le bâtiment était assez petit et dès la porte passée, il parût évident qu’il s’enfonçait dans le sol. Des navettes semblait à disposition pour permettre de parcourir le réseau de tunnel, non loin de l’une d’elle une sélonienne à la fourrure blanche et noire leur lançait un regard insistant, les Jedi décidèrent donc de se diriger vers elle. Elle prit la parole en première, les accueillant dans un dialecte étrange qu’Hayley ne comprit pas :

      - Despecto Jedi, bellorna-cra ecto mandaba-sa ?
      - Bellorna-sa mandaba-fa kurso-sa.
      - Mais je suppose au regard gêné que vous lance votre amie qu’elle ne le parle pas, je me trompe ?
      - Hélas non, madame.
      - Appellez moi Valyia, je fais partie des ambassadeurs de la tanière de la Reine Carmalla. Je me chargerais de vous assister lors de votre visite en nos lieux. Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à me la poser. Mais à qui ai-je l’honneur ?
      - Matarmeno Krahnn, Jedi Corellien et voici Hayley Curwee, également une Jedi Corellienne.
      - Ah… Les Jedi, cela fait bien longtemps que nous n’avons pas reçu de visites de l’un d’entre vous. Je suppose que c’est la curiosité qui a avant tout poussé notre Reine à accepter de vous recevoir. Si vous voulez bien me suivre dans cette navette, la pilote va nous mener jusqu’à l’endroit que vous cherchez.

    Les deux Jedi s’inclinèrent en remerciement et suivirent la sélonienne. Ils s’installèrent dans l’assez vaste navette attendant patiemment qu’elle décolle. Tandis que Valyia indiquait l’endroit où elle voulait que la pilote les conduise, Hayley murmura entre ses dents, pour que seul Matarmeno l’entende :

      - Tu avais raison, j’ai l’air bien conne avec ma tenue.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33433
    Image


    Le spectacle était impressionnant, autant de beauté que d’ergonomie. Voir une telle cité s’étendre sous ses yeux et songer qu’un tel diamant brut se trouvait juste en dessous de Coronet City était incroyable, mais son émerveillement fût troublé par les rires étouffés de Krahnn qui ne se retenait pas de pouffer dès que ses yeux se posaient sur l’immonde tenue de la Jedi.

      - Je me demande bien comment ils vont interpréter ça. D’autant plus que moi je suis venu avec ma bure, histoire de faire un peu officiel.

    Elle jeta un oeil vers Valyia dont la fourrure blanche s’agitait tandis qu’elle s’exprimait en mandaba auprès de la pilote, une certaine Salculd. Les deux semblaient préoccupés par différentes choses et ne s’intéressaient pas le moins du monde aux deux Jedi, pour le moment.

      - Va te faire foutre, Krahnn. Tu aurais dû me laisser faire demi-tour pour me changer.
      - Ca t’aurait évité de passer pour la reine des connes, effectivement. Mais le point positif c’est qu’au moins je pourrais me marrer dans cette histoire, quoiqu’il arrive.
      - J’aurais mieux fait de te laisser crever.

    Et elle agrémenta ses dires d’un de ses regards noirs assez rares pour les rendre percutants quand on les affrontait. Ce qui n’empêcha pas son compagnon de pouffer de plus belle. Mais elle le fit s’arrêter bien vite, lui posant des questions sur les Séloniens et la tanière de la Reine Carmalla :

      - Si j’ai bien compris, sa tanière et les tunnels s’y afférant sont les plus proches du Temple, c’est bien ça ? Qu’est-ce que tu sais sur cette tanière ?
      - C’est exact. Et bien j’ai peur de ne pas en savoir grand chose, sinon que par le passé ils étaient déjà beaucoup liés avec les Jedi Corelliens, ils n’ont rien contre les Jedi, ce qui est un bon point quand on voit combien il nous est facile de nous faire des ennemis. Ils sont également étroitement liés avec la CTC, un petit avantage qui pourrait nous être utile aux vues de tes liens avec Jim Antilles.
      - Eridan avait peut-être conscience de ça quand il m’a conseillé de les contacter.
      - Ah, ils ont une particularité peu commune : ils ne mentent que très rarement, c’est un trait de caractère qu’ils exècrent dans leur civilisation, c’est aussi grave que le meurtre chez eux.
      - Une raison particulière à ça ?
      - Leur société fonctionne un peu comme celle des fourmis, de fait chaque individu considère qu’un mensonge est une erreur puisqu’il influe sur la vie de toute la tanière et ce genre de chose n’est pas acceptable pour eux, c’est un risque qu’ils se refusent à prendre.

    Mais bien vite leur conversation prit fin lorsque le comlink de Valyia bipa à plusieurs reprises. Ils se retournèrent tous deux, observant sans mot dire la Sélonienne qui répondait dans sa langue natale. Elle fronça les sourcils, articula quelques mots puis finit par raccrocher tout en tournant son regards vers les deux humains :

      - Une information de dernière minute qui, je gage, pourra vous intéresser. L’on vient de m’avertir que la Duchesse Marcha, représentante d’un des plus puissants clans de Drall est en visite officielle, quelque chose qui s’est apparemment décidé à la dernière minute tandis qu’elle était de passage sur Corellia. Il est fort probable qu’elle assiste donc à l’entretien que vous aurez avec la Reine Carmalla.

    Les deux Jedi tournèrent la tête l’un vers l’autre, ils ne dirent rien mais se comprirent aussitôt : c’était une bonne chose pour eux, ils avaient projetés de rencontrer les Drall afin de cimenter leurs relations avec ce petit peuple de créatures intelligentes et baratineuses mais également de voir avec s’il était possible de mettre en place un système pour détecter d’éventuels sensitifs dans leurs rangs. Il semblait que la Force était de leur côté, du moins le supposait-ils tant leur chance semblait insolente.

      - Et bien nous nous accommoderons de cette présence sans le moindre soucis.
      - J’ajouterais même que ce sera un honneur pour les émissaires de la Force que nous sommes.

    La Sélonienne les considéra d’un froncement de sourcil méfiant, puis se désintéressa rapidement des deux Jedi pour reporter son attention sur la pilote qui manoeuvrait la navette pour la faire se poser. Ce qui laissait plus de temps à Hayley pour interroger Matarmeno sur les Drall.

      - Qu’est-ce qu’il y à savoir sur eux ?
      - Ils ont très portés sur les sciences, une espèce assez brillante et en avance sur son temps, quoique leur plus célèbre théorie a été démonté par la création de l’hyperdrive. Ils sont assez malicieux en général. Ils fonctionnent en clans et c’est également un matriarcat.

    Elle acquiesça, c’était fou de constater qu’elle avait toujours considéré le secteur comme étant exclusivement humain d’origine alors que certaines avaient toujours été là et étaient des acteurs majeurs de la réussite du secteur. Elle eût presque honte d’elle-même, comment avait-elle pu être si ignorante ? Mais elle fût interrompu dans ses pensées par l’intervention de Valyia :

      - Nous avons atterris. Si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre, Maîtres.

    Il acceptèrent, sortant de la navette par la rampe, après un dernier salut à la pilote. D’ici ils avaient une vue imprenable sur la ville, de nombreux bâtiments avaient été érigés, à la gloire de la culture Sélonienne, cela dépassait tout ce qu’elle avait pu s’imaginer sur les Séloniens, des rues étaient creusés, des bâtiments taillés et il n’était pas rare de distinguer ici ou là des traces d’une technologie avancée. Encore une fois elle se sentit stupide d’avoir pensée que ce n’était que des arriérés.

      - Alors ? Qu’en pensez-vous ?
      - C’est probablement l’une des plus belles cités que j’ai vu de toute ma vie.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33459
    Il faisait une fraîcheur assez impressionnante une fois sorti du vaisseau. Et malgré l’activité ambiante de la cité, elle remarquait qu’il régnait un certain calme ici. Valyia les invita à la suivre tandis qu’elle leur expliquait différents éléments culturels qui composaient la cité :

      - Comme vous pouvez le constater la cité est solide, elle est également ancienne, on peut retracer son origine à peu près à la même époque que la fondation de votre propre capitale qui se trouve un peu plus haut. Notre famille descends directement des premiers colons de Sélonia.

    Hayley et Matarmeno n’en perdaient pas une miette, il fallait dire que l’occasion était trop belle, en apprendre plus sur une nouvelle culture était quelque chose qu’Hayley appréciait assez naturellement. Malheureusement leur visite ne dura pas très longtemps, la navette ayant atterri sur une zone d’atterrissage non loin du lieu où siégeait la Reine, ils troquèrent très vite une vue étendue de la ville pour de long couloirs taillés dans ce qui semblait être la roche. Valyia continuait de disserter sur le bâtiment, abordant la question de sa construction, de son ancienneté et des histoires qu’il avait vécu. Dans les couloirs de nombreux séloniens s’affairaient, principalement des femelles puisqu’elles étaient la moelle épinière de la société ici bas. Majoritairement, ils croisaient des serviteurs mais égalements des gardes, leur guide ne pût s’empêcher de remarquer les regards que lançait Hayley aux lames de ces dernières.

      - Chaque lame est unique, issue d’un processus de fabrication long et complexe qui implique personnellement le garde qui la maniera. C’est une façon pour lui de prouver tant sa maîtrise que son implication.
      - C’est peut-être également le seul moyen de montrer une certaine individualité dans votre société, non ?
      - Hmmm… C’est possible, j’imagine que vous autres pouvez le voir plus facilement de la sorte.
      - De ce point de vue, ce serait montrer l’implication individuelle de chacun d’entre vous pour l’application d’une cause commune : la protection de votre reine.

    Cette dernière remarque sembla ravir à la guide qui arborait un léger sourire. C’est alors qu’une petite créature poilue aux yeux noirs et au pelage brun accourait vers eux. Le petit mammifère avait quelque chose de comique à cavaler ainsi dans le couloir sous les yeux médusés d’une bonne partie des Séloniens qui avaient presque tous cessés leurs activités pour l’observer. Hayley n’arriva pas à se retenir de sourire, mais le sourire était assez léger pour qu’on ne la soupçonne pas d’être moqueuse, du moins l’espérait-elle. Finalement, le petit être s’arrêta en face du petit groupe, reprenant son souffle pour ensuite parler à toute vitesse dans une langue qui était inconnue à Hayley :

      - Gwi népaw zi nasi ?
      - Le basic serait plus approprié mon cher.
      - Oui ! Désolé ! La Duchesse Marcha m’envoie vous chercher ! Elle s’impatiente !
      - Et bien nous arrivons, je faisais découvrir les beautés de notre cité à nos invités.
      - Aucun souci ! Je reste avec vous ! Je me nomme Muregh ! Je suis l’attaché de la Duchesse et également l’un de ses neveux !

    La mauvaise humeur de Valiya était tout à fait palpable, l’irruption du Drall avait changé l’ambiance du tout au tout. Mais la petite créature ne semblait pas en prendre ombrage, bien au contraire elle s’en amusait de ce qu’Hayley en jugeait. Un long silence gênant venait donc de s’installer et le petit groupe progressait jusqu’à arriver en face d’une énorme porte dont la décoration était simple mais agréable à l’oeil. Lorsque les gardes virent arriver le petit groupe, remarquant la présence du Drall autant que celle de Valiya, ils les invitèrent à pénétrer.

    Hayley s’était attendue à tout, mais pas à ça, elle devait bien l’avouer. La salle du “trône” tenait plus de la couveuse que d’autre chose, et pour cause, la principale fonction de la Reine chez les Séloniens était la reproduction de l’espèce, impossible donc pour elle d’en être autrement. La Reine était étendue de tout son long dans un divan de grande taille qui semblait avoir été étudié pour que son confort soit maximal quelle que soit la position qu’elle veuille prendre. Bien que la pièce fût grandiose et beaucoup décoré - on pouvait constater la présence de dorures à la feuille ici et là - c’était surtout l’aspect pratique de celle-ci qui avait été privilégié et il n’était pas rare de voir passer des femelles qui apportaient des petits pour que la Reine les observe avec un regard empli de tendresse, quelque chose qui emplit Hayley d’une certaine tristesse. Non loin d’elle se trouvait une Drall richement vêtue dont l’aspect le plus remarquable devait être la cape violette qu’elle arborait, celle-ci portait à ses lèvres une petite tasse de ce que la Jedi supposait être du thé. La Duchesse et la Reine coupèrent toute conversation lorsqu’elles jugèrent les invités Jedi assez proche pour les entendre. La Reine se redressa de sa couche, ouvrant grand les bras :

      - Bienvenue à vous, Jedi. Je vous remercie d’avoir accepté mon invitation en ces lieux !

    Les deux Jedi acquiescèrent, agrémentant le tout d’un salut Jedi parfaitement exécuté.

      - Cela faisait bon nombres d’années que nous n’avions pu accueillir l’un des vôtres parmi nous, les temps ont été durs pour beaucoup d’entre nous, mais je me félicite que des ponts puissent être à nouveau érigés.
      - Du moins c’est ce que nous espérons tous, ici.

    La Reine lança un regard à la Duchesse, légèrement agacée par son interruption. Matarmeno choisit ce moment pour prendre la parole, il savait combien les Drall pouvaient être insolents.

      - L’honneur c’est nous qui le ressentons, Reine Carmalla. Un honneur teinté de surprise grâce à votre présence Duchesse Marcha.

    Il s’inclina.

      - J’ai bien peur de n’avoir rien de la subtilité que requiert la politique, alors j’irais droit au but : nous venons ici afin de partager notre projet avec vos deux peuples et les y impliquer car vous êtes des acteurs majeurs de la grandeur du Secteur et que ce que nous construisons ne pourra se faire sans vous.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33492
      - Ah ! Nous y voilà enfin ! Ce n’est pas trop tôt !

    La Duchesse Marcha semblait partager le caractère empressé que nombre de ceux de sa race affichait. Quant à savoir le pourquoi de ce trait de caractère, difficile de le déterminer. En tout cas elle semblait s’amuser de la chose, comme si quelque chose qu’elle avait attendu longtemps se présentait enfin sous son nez. La Reine Carmalla plissa légèrement les yeux.

      - Je ne prise pas non plus particulièrement la langue de bois que semblent chérir les politiciens, tout comme l’ensemble de mon peuple, vous vous en doutez.
      - Voilà qui nous offre à tous l’occasion de parler vrai, chose rare lorsqu’il est question de diplomatie.

    Hayley lança un regard curieux à la Duchesse Marcha qui se contenta de pouffer de rire. Les Drall avaient beau ressembler à des petites peluches, il semblait à la Jedi qu’il fallait mieux se méfier de ces créatures et plus particulièrement de la Duchesse, elle suspectait qu’elle n’avait jusqu’alors montré qu’une petite partie de son talent politique.

      - En premier lieu, ce qui nous amène à votre rencontre c’est la nécessité de faire le pont entre vous et nous. Les choses bougent sur Corellia, dans un sens qui aurait été difficilement prévisible il y a quelques mois. Hayley Curwee, la Jedi qui m’accompagne, à travaillé dur pour permettre le rétablissement des Jedi Verts, un combat qui l’a obligé à défier sa propre hiérarchie.
      - Et la petite n’a pas de langue ? Elle ne sait pas s’exprimer ?
      - Elle sait très bien, mais la diplomatie n’est pas son fort.

    La Duchesse pouffa de nouveau à l’intervention de la Jedi. Elle était allée précisément où elle s’y était attendu. Aussi intéressant qu’amusant. Voilà qui promettait de bons moments à la drall. La Reine, elle, ne pipa mot, se contentant d’observer avec un air circonspect.

      - Aussi franc du collier que puisse être Matarmeno Krahnn, il l’est infiniment moins que moi et cela vaut peut-être mieux pour nous tous que ce soit lui qui prenne les rênes du dialogue.
      - Mais ce n’est pas lui le héros qui a relancé cette vieille histoire de Jedi Corellien, sans vouloir vous offenser Maître Krahnn.

    Les deux Jedi se lancèrent un regard à demi décontenancé.

      - Je ne le prends pas mal, je partage votre opinion.
      - J’ai entendu parler de vous Maître Curwee, vous semblez être la personne à connaître en ce moment, votre nom est sur toutes les lèvres des importants du Secteur et j’aime à penser que j’en fais partie, tout comme la Reine Carmalla même si elle s’avère plus modeste que moi.

    La Sélonienne acquiesça avec un léger sourire.

      - Nous ne sommes pas réunis là par hasard. Ce jeune coq de Jim Antilles nous a demandé de vous rencontrer. En temps normal j’aurais été tenté de refuser ce genre de demandes, juste pour l’agacer, l’amusement que cela me procure en est jouissif. Mais je voulais découvrir qui était cette petite aux cheveux de feu dont le nom fait le tour du Secteur. Et pour être honnête, je m’attendais à mieux.
      - Navré de décevoir vos attentes en ce cas.
      - Si nous passions plutôt au coeur de cet entrevue. Qu’est-ce qui vous amène ici au juste ?

    Les Dralls avait pour réputation d’avoir une immense fierté, aussi Hayley prit sur elle de ne pas répondre aux attaques de celle-ci afin d’éviter d’aiguiser les tensions.

      - Avec la recréation de l’Ordre Corellien vient la réhabilitation de notre ancien temple. Celui-ci se trouve être juste au-dessus de votre cité, Reine Carmalla. Nous aimerions tout simplement pouvoir profiter de votre réseau de tunnels afin de pouvoir évacuer nos éléments en cas de problèmes. L’Ordre de Corellia a eu par le passé à souffrir de la Purge que Palpatine à initié et c’est la chance qui a permis à certains éléments de l’Ordre d’en réchapper, sans ça notre culture serait tombé dans l’oubli. Nous projetons de créer un passage secret dans ce temple pour nous permettre de sauver nos membres en cas de menace grave.
      - Je vois…

    Elle semblait se renfrogner.

      - Aider les Jedi m’indiffère. Ce qui m’importe, c’est le bien de mon peuple, de ma famille. C’est une préoccupation d’autant plus importante que la Ligue Humaine harcèle mes enfants. Ils viennent jusqu’ici dans l’intention de me les enlever et leur dernière expédition a bien failli réussir. Il semblerait que vous autres de la surface n’arriviez pas à les empêcher de se développer. Bientôt ils deviendront une menace et ce sera mon peuple et celui de la Duchesse Marcha qui devront en faire les frais, vous n’aurez aucun problème de votre côté, vous.
      - Le Secteur a souvent délaissé ses aliens, quoiqu’on en dise, pour nombre d’entre nous les humains ont toujours eu ce sentiment de supériorité qui a toujours empêché les nôtres de se sentir concerné par vos histoires. Que nous importe les Jedi Corelliens quand de notre côté nous devons subir les assauts d’une bande de racistes dont les idéaux nauséabonds n’ont d’autres relents que ceux de l’Empire de Palpatine et Delavièl ! Cette faction jette le discrédit sur tout le secteur ! C’est...c’est… Mince, j’avais trouvé un bon mot ce matin pendant l’heure du thé pour les qualifier, je ne m’en souviens plus…
      - “Une confrérie burlesque de demeurés radoteurs”, Duchesse.
      - Merci beaucoup, Muregh ! Vous voyez, nous avons aussi nos propres problèmes et nous espérons qu’ils puissent être réglés Maître Curwee et Maître Krahnn, votre Ordre Jedi de Corelliens se préoccupe-t-il de ce genre de problèmes ou vous trouvez-vous bien trop haut pour régler ça ?
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33501
      - Personne ici ne sous-estime la Ligue Humaine. Qu’on se le tienne pour dit.

    Le regard que lui lança Krahnn lui faisait bien sentir qu’elle commençait à aller trop loin. Les rôles avaient été distribués dès le début, à lui la diplomatie et à elle l’exposition, cependant les autres acteurs de cette rencontre ne l’entendait pas ainsi.

      - Je ne saurais réparer l’injustice dont vous vous sentez les victimes, je n’en avais aucunement conscience jusqu’alors, j’ai été élevée hors du secteur pour la majeure partie de ma vie, j’ai le malheur de ne pas connaître dans leur ensemble les problématiques qui vous touchent.
      - Ainsi donc, Jim nous envoie une petite écervelée incapable de se renseigner sur la situation socio-culturelle de l’endroit où elle compte s’installer ?
      - Je n’ai pas finis !
      - Oh, je vous demande un peu de respect, jeune fille ! Ne vous sentez pas pousser des ailes maintenant que l’on consent à vous céder un peu de responsabilités, j’avais la charge de ma maison bien avant que vous ne fouliez cette galaxie !
      - Nous sommes tous très fatigués, peut-être qu’un peu de repos ferait du bien à tout le monde afin de pouvoir reprendre cette conversation dans de meilleures conditions ?
      - Très bonne idée Maître Krahnn, Duchesse Marcha, j’aurais besoin de vous parler encore un petit instant avant de vous libérer. Valiya, je vous laisse guider nos invités.
      - Très bien !

    Les deux Jedi s’inclinèrent respectueusement, se détournant des deux dirigeantes pour suivre la sélonienne.

      - Bon, ça ne s’est pas si mal passé que ça en fin de compte, n’est-ce pas ?

    Krahn la fusilla du regard. Le message était clair, elle avait merdé à bloc, faisant la seule chose qu’elle n’aurait pas dû : manquer de respect à un Drall. Matarmeno brûlait de l’engueuler, mais le moment était mal choisi, pas devant la servante de la Reine Carmalla en tout cas. Alors le reste du chemin se passa dans un silence des plus glacial que leur guide n’essaya même pas de briser. Finalement elle les mena jusqu’à une suite somme toute luxueuse pour les canons Séloniens, leur indiquant qu’elle viendrait les chercher pour le dîner. Ils la remercièrent et après qu’elle les quitta Hayley s’empressa de se poser près de l’une des immenses fenêtres aux tentures carmins et or. Matarmeno l’observa de loin, toujours agacé par son attitude, mais finit par la rejoindre. Elle avait les bras croisés et son attention semblait ailleurs malgré que ses yeux étaient posés au loin sur les lueurs de la ville, une ville qui restait plongée dans les ténèbres si l’on exceptait ces lumières qui luttait ici et là.

      - J’suis désolée. J’me suis emportée.
      - Hmpf… Tu te rends compte que ce n’est pas une attitude de Jedi ? Que de surcroît ça peut nous apporter plus d’ennuis qu’autre chose ? Nous sommes là pour obtenir autant leur soutien que leur participation. S’ils se sentent insultés…
      - Je sais. Ca ne se reproduira pas.
      - Je te fais confiance alors.

    Un silence gênant s’installa. Matarmeno se passa la main dans les cheveux, remettant en arrière sa longue et épaisse crinière tandis que ses yeux suivait un speeder qui voyageait au loin à toute vitesse. Ce fût Hayley qui rompit le silence, encore une fois :

      - Nous ne pouvons rien faire concernant la Ligue Humaine, même s’ils nous posent autant problème qu’à eux ! Ils sont déjà visés par de multiples enquêtes venant de la CorSec, nous ne pouvons pas nous interposer dans leur travail.
      - Je le sais bien Hayley, mais ce que les deux souveraines veulent c’est qu’on prête attention à leur supplique et qu’on leur offre des garanties, je ne pense pas qu’elle s’attende réellement à une intervention de notre part. Elles veulent un engagement, quelque chose qui leur montrera que nous les impliquons dans notre projet et que nous ne sous-estimerons pas cette menace.
      - Je vois…
      - Tu devrais te reposer ou méditer.
      - Je vais faire une petite sieste, je n’arrive pas à dormir depuis des jours avec toute cette histoire d’Ordre Corellien…

    Il acquiesça, la regardant se diriger vers le somptueux lit double dans lequel elle s’effondra. Il comprenait ses difficultés, lui-même n’aurait pas voulu être à sa place et vivre le déchirement qui devait la saisir en ce moment. Partagée entre sa loyauté envers le Nouvel Ordre Jedi que le Conseil remettait en cause et la volonté de Jim Antilles de faire ce qu’il avait toujours voulu pour Corellia, elle était la victime de cette histoire, déchirée entre ce qui semblait être ces deux volontés contraires. Il se promit secrètement de veiller sur elle afin d’éviter que son fardeau ne soit trop dur à porter.

    Quelques heures s’étaient écoulés lorsque Krahnn s’approcha d’elle, la secouant doucement pour la réveiller.

      - Nous sommes attendus pour le dîner, j’espère que tu as faim.

    Elle n’eût pas besoin d’acquiescer, son ventre gargouilla pour signifier qu’un repas ne lui déplairait pas. Valiya les attendait devant la porte et elle semblait un peu plus joviale que tout à l’heure, elle leur fit même profiter de quelques menus détails sur l’histoire de la tanière, les batailles que les Séloniens avaient dû mener contre d’autres tanières étrangères jusqu’à l’établissement d’une paix et l’unification. Elle les mena jusqu’à la salle à manger où trônait une immense table. En temps normal il était certain qu’elle pouvait accueillir une centaine de convives mais elle avait été réduite à son plus appareil, ne servant qu’à quatre convives : les deux Jedi, la Reine Carmalla et la Duchesse Marcha. Cette dernière lança un regard perçant à Hayley, que cette dernière ignora tandis qu’elle s’installait à la gauche de la Reine.

      - Merci de vous joindre à nous pour ce dîner. Je gage qu’il sera un bon moyen de réconcilier corps et esprits, il est de notoriété publique que tout fonctionne infiniment mieux une fois que les ventres sont remplis, nous sommes alors moins enclins aux tensions, ne croyez-vous pas ?
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33551
    Les convives s’installèrent tous à table sur l’invitation de la Reine Carmalla, bien que d’apparence frustre celle-ci avait reçu des efforts de décoration. Alors qu’Hayley laissa ses yeux se poser sur la table elle sentit assez rapidement que les regards étaient tournés vers elle. Elle déglutit avec difficulté, prenant la parole d’une voix légèrement chevrotante tandis qu’elle se redressait, laissant les bouts de ses doigts posés sur la table :

      - Je...je tiens à vous présenter mes excuses pour ma conduite de toute à l’heure, elle était déplacée et je ferais des efforts pour que cela ne se reproduise plus à l’avenir.
      - Nous l’espérons tous.

    Elle ne prêta pas attention à la Duchesse, elle la savait à présent prompte à la titiller dès que l’occasion se présentait, Hayley préférait fixer docilement la salière qui se trouvait au centre de la table, attendant qu’on la dédouane de sa conduite, ce que la Reine fit rapidement :

      - La diplomatie n’est pas toujours chose aisée, nous en sommes tous conscients, cela est d’autant plus difficile lorsque l’on y accède pour la première fois. Vous vous y ferez, Maître Curwee.

    Elle acquiesça mais n’avait pas la certitude de pouvoir se faire à l’idée qu’enrober une sale idée dans de jolies mots pouvait rendre la vie meilleure à qui que ce soit. Rapidement les serviteurs se mirent en branle, apportant un premier plat et invitant les convives à commencer le repas. Les premières conversations étaient relativement badines, on évitait soigneusement d’aborder ce que tous voulait savoir : les intentions des Jedi et le pourquoi de leur venue, ainsi que les solutions qu’ils avaient à apporter aux problématiques qui touchaient Dralls et Séloniens. Au lieu de ça on préférait deviser de tout et rien, abordant aussi bien des sujets sacrés comme la Force que des choses plus profanes comme pouvait l’être par exemple l’état de la Nouvelle République. Pourtant, on arriva bien assez vite au coeur du sujet, la Duchesse Marcha l’abordant de façon détournée :

      - Je me suis laissée dire que vous êtes entrée en conflit avec le Nouvel Ordre Jedi, Maître Curwee ?
      - Ce...n’est pas totalement exact.
      - Ah bon ? Expliquez-moi.

    Hayley lança un regard à Krahnn, elle semblait complètement dépassée. Que devait-elle faire ? Devait-elle vraiment aborder quelque chose qu’elle espérait ne jamais voir sortir du cercle des Jedi ? Matarmeno lui fit un signe de tête, l’invitant à continuer, après tout la chose semblait être partie pour être su, autant ne rien cacher, nul doute que la Duchesse apprécierait le geste. Elle soupira :

      - J’imagine que ça ne devait pas rester secret bien longtemps. Le Conseil s’est montré assez réticent à l’idée que je pourrais mener ma barque seule, il ne désirait pas d’un Ordre Jedi indépendant en Secteur Corellien.
      - Hmpf ! Et de quel droit décide-t-ils pour nous ?
      - Ce n’est pas tant le Conseil que l’un de ses membres qui semble avoir prit l’ascendant sur le reste du Conseil.
      - Vous voulez parler de ce Maître Morelion, j’imagine ?
      - Les nouvelles vont extrêmement vites.
      - Je me tiens informée, disons. Jim m’a dit qu’il avait passé un moment extrêmement désagréable avec son ancien ami. Et il est comment ce Maître Morelion ?
      - Et bien, euh… Inflexible devrait être le meilleur qualificatif que l’on pourrait lui trouver au regard des actualités.
      - Hi hi hi ! Cette petite me plaît, Carmalla !
      - Je vous avais bien dit qu’il fallait lui laisser sa chance.
      - Et donc le Conseil vous a interdit de faire la chose ? Qu’avez-vous fait ? Les avez-vous insultés en leur assurant que vous alliez mener à bien ce projet ?
      - La première partie n’étant pas tellement en accord avec ce que l’on attend d’un Jedi, je me suis euh...contentée du second point.
      - Dommage !

    La Drall couinait de rire, visiblement amusée par le récit de la Jedi autant que par sa gêne. Debout sur sa chaise, ses petites pattes se saisissant de la cuillère qu’elle amenait pour déguster le bouillon, elle se laissait aller à des petits bruits signifiant le plaisir qu’elle avait à savourer le repas. Les deux Jedi restaient plus mesurés dans leur façon de montrer le plaisir qu’ils avaient à goûter le bouillon, mais ne manquaient toutefois pas de l’exhiber, c’était là une leçon de Krahnn : faire étalage de la grandeur de son hôte était un bon point pour le conquérir. On leur servit bientôt le plat principal composé d’une pièce de viande et de champignons ce dont Hayley raffolait. La conversation se dirigea doucement sur Matarmeno Krahnn, en effet les deux aliens voulaient savoir d’où il venait et pourquoi elles n’avaient jamais entendu parler de lui avant cela.

      - ...et après la Purge, je me suis dissimulé, j’ai essayé de me faire le moins remarquer possible. J’ai fais quelques petits boulots par-ci, par-là, le mieux payé étant contrebandier. C’est de là que je tiens la plupart de mes tatouages, dans ce milieu on a pas vraiment le choix, l’apparence doit coller un minimum à la fonction.
      - Et vous avez décidés de revenir vers les Jedi ?
      - Disons que… les dernières années ont été particulièrement compliquées, j’ai traversé quelques ‘turbulences’. Mais Hayley m’a montré la lumière au bout du tunnel et elle a su me donner la résolution dont j’avais besoin pour me reprendre.
      - Voyez-vous ça… Des écorchés vifs ! Le public va adorer ça ! Jim vous a-t-il donné une date pour votre interview, Maître Curwee ?
      - Euh… Non, non… Pas encore… Mais comment est-ce que vous… ?
      - Oh, ma chère, il est de mon devoir de tout savoir comme je vous l’ai dit plus tôt. Le savoir c’est le pouvoir et nous autres, Dralls, nous mettons un point d’honneur à cultiver la connaissance, c’est un bon moyen d’arriver avant les autres.
      - Ainsi vous pouvez être les vainqueurs…?
      - …ou bien décider qui le sera pour nous.

    Et elle agrémenta ses paroles d’un clin d’oeil complice. Hayley se fit la réflexion que la Duchesse Marcha gagnait à être connue. Un petit bout d’alien au caractère bien trempé.
Avatar de l’utilisateur
By Hayley Curwee
#33567
      - Est-ce que vous avez réfléchis à ce que l’on vous demandait ?
      - Oui, j’y ai réfléchis.
      - Bien. Et qu’a donné votre réflexion ?

    Hayley s’autorisa à s’emparer du verre de vin qu’on leur avait servi, en avalant le contenu avec la modération d’un palais qui savait en apprécier le goût. Bien que plus habituée aux alcools forts, elle ne se laissait pas démonter par la présence d’alcool de dégustation et savait savourer un bon vin, en l’occurrence ici, un chandrilien. Il devenait rapidement évident que de sa réponse allait dépendre toute la suite de sa demande. Et si jamais elles n’entendaient pas ses arguments, elle devrait renoncer à cela. Il s’agirait de se révéler convaincante.

      - L’Ordre Corellien assumera une partie de la mission de sécurité et de justice que la CorSec a en ce moment, bien entendu. Une commission est mandatée par la Nouvelle République à ce sujet au moment où l’on parle vous et moi. Je ne doute pas qu’elle fera le bon choix nous concernant et qu’elle statuera en notre faveur.
      - Vous prenez des risques à parier sur la Nouvelle République.
      - Pas du tout, je lui fait amplement confiance et je sais qu’elle saura respecter l’exception corellienne. Toujours est-il que ce n’est qu’un premier jalon dans notre histoire et si nous pouvons vous offrir la garantie que nous nous impliquerons personnellement dans les affaires de la Ligue Humaine, nous ne pourrons le faire qu’avec l’assistance de la CorSec. Toutefois nous avons certes les moyens dans les grandes lignes, mais pas le personnel. L’Ordre Corellien actuellement ne représente que moi et Krahnn en termes de population.

    Regard ébahis. Les deux aliens se tournent vers Krahnn qui ne trouvent rien d’autre à leur offrir qu’un sourire gêné. Eh oui ! On voulait se détourner du Nouvel Ordre Jedi ? On voulait faire la grande et prouver qu’on était très forte ? Il y avait un prix à payer à ne plus être attaché à ceux qui dirigeait le game en matière de religion Jedi. Elle en avait bien conscience et tout ceci était voulu. “Expose leur le problème et présente leur la solution, elle leur semblera la plus logique qui soit”.

      - C’est le pourquoi de ma présence ici, la chose qui relie le tout.
      - Ce n’est pas simplement pour un problème de tunnel ?

    Le sourire que la Reine Carmalla arborait montrait qu’elle avait compris où Hayley voulait en venir. La Sélonienne était restée majoritairement silencieuse mais Ô combien observatrice et attentive pendant tout ce temps. Elle n’avait pas la même façon d’occuper l’espace que sa consoeur Drall mais ne déméritait pas moins dans sa manière de faire.

      - Non mais cela en fait partie. Les Jedi Corelliens appartiennent au Secteur Corellien et le Secteur Corellien compte parmi sa plus honorable population vos deux espèces. Quand bien même je voudrais reconstruire l’Ordre Vert sans vous cela me serait impossible. Vous faites partie du sang de ce secteur autant que de son histoire et les Jedi Corelliens sont issue de cette histoire commune.
      - Nous en sommes très conscientes.
      - Reine Carmalla, Duchesse Marcha, ma présence ici atteste de ma volonté de nous lier tous et de permettre à cet Ordre Vert renaissant de pouvoir s’intriquer avec les liens que nous partageons. Nous faisons partie intégrante d’un même tout qui a permis au secteur de s’élever dans la galaxie, je souhaite que nous prouvions une fois encore notre unité afin de continuer à servir le secteur et sa grandeur. Une chose qui ne pourra s’accomplir qu’avec vous. J’aimerais que vous permettiez la mise en place d’une politique de détection de la sensibilité à la Force parmi les vôtres afin qu’il puisse rejoindre les Jedi Corelliens et nous aider à le faire grandir et à permettre à celui-ci d’être représentatif de ce qu’est le secteur.

    Il y eût un silence assez long, les deux aliens se consultant visiblement du regard tandis que les derniers mots de la Jedi continuaient à résonner dans la vaste salle à manger. Finalement, la Reine fût la première à prendre la parole :

      - Et avec ceci, il vous faudra bien entendu cette issue secrète qui vous permettra de protéger votre Ordre en cas de problème ?
      - Qui nous protégera tous.
      - Je n’en ai pas la conviction, c’est vous qui serez évacués et vous allez l’être vers nos territoires, une personne avec un peu de jugeote saura assez vite que nous collaborons ensemble et ma tanière aura à en affronter les conséquences.
      - Pas seule, ma Reine. Les Jedi Corelliens vous aideront. Humains, Séloniens, Drall… Cette pluralité qui nous composera nous permettra de faire valoir les intérêts de tout un chacun en dehors de l’étude de la Force qui nous liera tous.
      - Je vois…

    Le regard de la Duchesse Marcha alla de Hayley à Matarmeno puis enfin à Carmalla. Elle parla d’une voix rapide et agitée :

    - Je tâcherais de convaincre les différentes familles du bien fondée de cette entreprise. En ces temps compliquées, il vaut mieux nous unir, surtout avec la menace de la Ligue Humaine. Ce que vous proposez me semble être une bonne garantie, Maître Curwee.

    Carmalla acquiesça à son tour :

      - Très bien, je vous suis également. Je ferais passer le mot dans tout le secteur également parmi les nôtres. Ce nouvel Ordre sera la fierté du secteur dans son entièreté, cela ne se fera pas sans nous.
      - Merci à vous ! Merci infiniment ! Sans vous rien de tout cela ne serait possible, vous nous permettez de faire avancer la cause ! Chaque jour je m’attacherais à vous montrer que vous n’avez pas eu tort de me faire confiance !
      - Nous l’espérons, Maître Curwee.

    Et cette dernière phrase résonnait elle aussi comme une espérance pour le secteur et pour la renaissance de son Ordre Vert.

    Bilan du RP :
  • Obtention de l'utilisation des tunnels des Séloniens afin de fournir un passage secret d'évacuation au Temple Jedi de Corellia.
  • Séloniens et Dralls acceptent de fournir des membres de leurs races respectives pour l'Ordre Jedi Corellien, ils acceptent également de faire passer les tests de dépistages aux midi-chloriens mise en place par le secteur.
[Nouane] Paradis perdu

Etait-elle sous le choc ou simplement songeuse ? I[…]

Le fait que le AA9 soit complètement vide de sens[…]

Les demandes de l’homme sont pour certaines presq[…]

Modération flash Attaque de TranXspace :[…]

Protéger sa cargaison ça faisait toujours plaisi[…]

Connivence

La nuit était tombée. L’appartement était vide […]

[Molavar] Portée par un souffle

Pilote de chasse ? Était-ce là de la nostalgie ?[…]

Pas un mot, les dents serrées, Isabo ne communiq[…]