L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Située dans le Système Axum, cette forteresse est connue pour être le Défenseur du Noyau en raison de son emplacement sur la Voie Perlemienne. Oecumenopolis, on peut la comparer à une Coruscant verte en raison des parcs naturels et espaces verts éparpillés autour des cités.
Gouvernement : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Haya Fuu
#14956
[table align="left" border="0" bgcolor=black]Difficulté : °°
Type de RP : 2
Concerne :
  • Empire
  • Crime Galactique
  • Ordre Sith
Planète ou Lieu : Anaxes
Région précise : Forêt
Mission : Repérage.
Contexte : Au milieu de l'unique forêt se trouve une ancienne académie Impériale détruite depuis. Un rôdeur y réside et semble tuer et dépecer les malheureux téméraires qui s'enfoncent trop aventureusement dans la forêt, aidé d'une meute de loups sauvages.
Récompenses : 30.000 crédits ( 25.000 si 2 et + )
Mentions particulières : /
Statut : Pas encore faite [/table]



Cela faisait bien longtemps que Haya n'avait pas remit les pieds sur Anaxes. Comme toujours dès qu'il s'agissait de voir son passé refaire surface. La planète n'avait guère changée depuis son dernier passage, et celui de l'Empire entre-temps. Anaxes semblait définitivement faire partie de ses planètes qui vivent hors de tout. Mais Anaxes était surtout devenue une planète affiliée à la Nouvelle République, proche de Coruscant, soit trop proche du principal temple Jedi qu'elle connaissait pour ne pas prendre la précaution de se cacher à la Force.

Alors qu'elle était encore l'apprentie de Darth Itradious, elle avait parcouru mainte fois la galaxie afin d'assister son maître dans ses affaires. Mais cette fois là, le but de leur visite était différent. S'ils étaient venus ici, C'était pour elle, la future Arcaniste. Tous les aspects en rapport avec l'usage de la Force, c'est le Zeltron qui les lui avaient enseignés, mais cela ne lui suffisait pas. S'il avait voulu une secrétaire, il aurait acheté une esclave, ce qu'il voulait, c'était un bras droit, aussi solide qu'efficace dans les tâches les plus diverses.

Image


L'Anzat avait encore à l'esprit le goût de la soupe, maigre, qu'elle venait de soutirer à un petit groupe de squatters. Il en avait tout de même fallu trois avant qu'elle se sente rassasiée. Vêtue de son treilli noir et de son inusable large capuche, elle avait ensuite entamé la remontée d'un long boulevard, dont le centre, piétonié, était bordé d'arbres et d'arbustes, alors que la circulation, relativement dense en ce début d'après-midi, s'écoulait difficilement sur les voies aménagées de par et d'autre.

Ce n'est qu'après une bonne demi-heure de marche, qu'elle quitta cet axe pour des rues plus étroites et bien embouteillées. Il ne faisait aucun doute qu'à pied, elle progressait plus rapidement que tous les conducteurs, contraints de prendre leur mal en patience dans leurs vehicules à répulsion. Enfin, elle arriva devant la vitrine qui l'intéressait

La deventure avait été refaite à neuf. Derrière une large baie, se trouvaient disposés quelques écrans dans divers formats, diffusant des images de soldats courrants, grimpants, sautant ou rampants, effectuant des exercices de tirs ou suivants des cours magistraux. Les films aussi avaient changés, ils étaitent plus orientés grand grand public qu'autrefois, moins techniques.

Visiblement le propriétaire du lieu avait jugé bon de diversifier sa clientèle autant que de moderniser la présentation de sa boutique. La porte, renforcée, s'ouvrait sur une petite pièce, pour ne pas dire minuscule. Il y avait là à peine de quoi caser les écrans exposés en vitrine, un présentoir à brochures surmonté d'un nouvel écran, dont le son avait été coupé, et présentant des civils suivants les ordres donnés par un instructeur à l'air patibulaire. Il y avait un petit comptoir qui barrait l'accès à une porte donnant sur une paire de bureaux, du moins à l'époque où Haya fréquentait l'établissement.

La sonnette de la porte fit apparaitre un jeune homme, petite taille, et que l'on aurait aisément qualifié de maigrichon. il s'installa sur le tabouret, de son côté du comptoir, avant de tenter de deviner le visage de son interlocutrice, qui était, comme bien souvent pour elle, dissimulé par son respirateur et ses lunettes de protection. Sa large capuche assombrissait le tout, ce qui ne choqua nullement le nouveau venu.

"- Bonjour, je suis le sergent Joshua, que puis-je pour vous ?, demanda-t-il en tendant la main en direction de son interlocutrice.
- Vous m'avez appelé, vous ou quelqu'un de cet établissement, Lima 3. Haya ne saisi pas la main tendue, et se contenta de répondre sur un ton neutre, rendu monocorde par son vocaliseur.
- Pardon ? Je suis désolé, mais vous devez faire erreur, cela ne me dit rien. L'homme avait reprit sa main après une légère hésitation, probablement avant de se rappeler son cour sur la déstabilisation d'un interlocuteur, dont il se trouvait être à l'évidence la victime. Excusez-moi, mais vous n'avez pas d'information sur l'identité de la personne qui vous aurait contactée ? Face au mutisme de l'Anzat, il prit la suite. Je vais me renseigner, nous avons quelques brochures sur nos randos commandos, si cela vous intéresse." Il désigna un support en carton couleurs camouflage avant de disparaître.

Il fallut plusieurs minutes avant qu'une nouvelle personne se présente à elle. Toujours un humain, la coupe courte, musculature saillante, belle taille, treilli couleur forêt. Son visage n'était pas familier à Haya, mais pas totalement inconnu non plus. Elle en déduit qu'il s'agissait fort probablement du fils d'une personne engagée ici et qu'elle aurait rencontré durant sa formation.

"- Commandant Pacaïs, je dirige le Centre d'Entraînement Commando Annaxis, cette section. Vous avez dit au sergent que nous vous avions contacté ? Je crains qu'il ne s'agisse d'un malentendu. Assez dommageable. Une de nos jeunes recrues a trouvé un appareil de communication lors du déménagement d'un de nos bureau, et a envoyé le signal par erreur. Malheureusement nous ne savions pas comment intercepter l'envoi ni vous contacter, la transmission était criptée. Vous comprendrez sûrement la méprise.
- Votre père savait. Au nom donné par le commandant, Haya avait rapidment fait le rapprochement. Par contre, ce type d'équipement était normalement réservé à l'usage strict des contacts d'Itradious. Si une "recrue" avait mis la main dessus, cela signifiait que quelque chose se tramait.
- Vous connaissez mon père ? Coshe ?, la surprise disparu aussi rapidement qu'elle était apparut sur le visage du soldat. Malheureusement il a disparu il y a trois mois de cela.
- Les circonstances ?, initialement, le ton sonnait plus comme un ordre que comme une question, mais le vocalisuer atténua l'effet.
- Il est parti faire une randonnée à sa façon, et n'ai jamais rentré, bien sûr il n'avait prit que le minimum, ce qui excluait une balise de détresse.
- Les recherches ?
- Elles n'ont rien donné. Nous avons procéder à des battues sur plusieurs secteurs. Il hésita. En fait, pour être totalement honnête, et puisque vous semblez connaître mon père assez pour lui permettre de vous contacter de la sorte, nous avons été contraint par les autorités locales, d'éviter une ancienne académie militaire impériale. Cela constitue le seul trou dans le maillage que nous avons effectué.
- 25 000.
- Pardon ?
- 25 000 crédits, c'est le tarif pour une intervention.
- Comme je vous l'ai expliqué, il n'y a pas d'intervention., opposa le commandant sur un ton qui n'appelait pas à la négociation.
- Commandant, sorti de tout le respect que je peux avoir pour votre père, sachez que l'on ne fait pas appel à mes services pour rien, fut-ce lié à une erreur de manipulation.

A l'évidence, le commandant ne comptait pas lâcher les crédits. Un silence s'instaura dans la pièce. L'Anzat et l'homme se faisaient face, mais aucun des deux individus en présence ne semblait désireux de céder face à l'autre.

"- Soit, finit pas dire le commandant. Passons à côté, il se pourrait que nous trouvions un accord, finalement., ils passèrent dans un petit bureau. Afin d'effectuer des recherches plus poussées, et contourner l'interdiction que nous avons eu, j'avais proposé 20 000 crédits à qui pourrait me donner des informations sur la disparition de mon père. Tout ce qui en est remonté, c'est que plusieurs autres disparitions ont eu lieu dans le secteur de la fameuse académie militaire. Je vous donne vos 25 000 crédits si vous me ramenez mon père. Ou la preuve de son décès. Ainsi que des informations exploitables sur ce qui se passe là-bas.
- Conclut., se contenta de répondre Haya et tendant la main au commandant.
- Conclut.", répondit-il à son tour en la serrant.
By (ancien) Darth Lyria
#14968
Précédemment


L'Ombre perça l'hyperespace comme une flèche. L'hyperdrive s'emballait et la Sith devina que l’atterrissage n'allait pas être de tout repos. Les premiers rapports s'affichèrent sur le moniteur principal et elle put découvrir vers quelle planète elle se dirigeait. Anaxes, en pleine zone républicaine! Heureusement, le Patrouilleur Firespray n'était pas identifiable comme vaisseau impérial. Officiellement elle n'était qu'une mercenaire indépendante. Elle devait tout de même faire preuve d'une extrême prudence. Sa présence dans la Force voilée, elle pianota diverses commandes afin de programmer la destination de son vaisseau.

Évitant les centres urbains, Alemidna repéra un petit boisé où elle pouvait faire se poser l'Ombre sans encombres. Une fois au sol, la Sith fit descendre la passerelle d'accès et posa pied sur la surface d'Anaxes. De la fumée noire s'échappait de la carlingue du vaisseau où se trouvait l'hyperdrive. Rien de bien bien rassurant. Retroussant les manches de sa robe, retourna dans le Patrouilleur, gagna la soute et y prit son nécessaire de réparation. Une chance qu'à titre de Main de l'Impératrice elle avait appris quelques rudiments de mécanique spatiale.

Ouvrant le panneau de duracier, elle put jeter un coup d’œil à la pièce défectueuse. Au même moment, un craquement se fit entendre derrière elle puis... noir total.





Il faisait froid. Les membres de la Maître Sith étaient frigorifiés. Reprenant graduellement conscience, la Nagai claquait des dents et tenta de se frotter les bras mais réalisa bien vite qu'ils étaient ligotés. Voilà ce qui arrive lorsqu'on dissimule son lien avec la Force. Trop occupée pour voir venir la menace. Elle ne s'y ferait pas prendre deux fois! Mais pour l'instant, la rouquine était dans de beaux draps. Regardant autour d'elle, la Sith découvrit qu'elle était ligotée sur une table dans une sombre pièce où il faisait un froid atroce. La facture de la décoration semblait impériale. Était-ce une ancienne base de l'Empire dans le Noyau? Toujours vêtue de sa longue robe rouge et noire, elle ne sentait pourtant pas son sabre-laser habituellement à sa ceinture.

Le son habituel des portes automatiques s'ouvrant rompit le silence. De sourds grognements s'approchèrent de la table. Des loups? Qu'est-ce que cette mascarade? À la merci des bêtes féroces, la Maître Sith n'aurait d'autre choix que d'utiliser la Force pour se tirer de ce mauvais pas. Cette manoeuvre aurait tôt fait d'alerter les autorités Jedi de la Nouvelle-République. Le Noyau galactique était de nouveau leur bastion, mais le temps qu'ils réalisent qu'une Maître Sith se trouve sur Anaxes elle serait déjà très loin. Mais la seule idée de dévoiler sa présence ainsi à ses ennemis millénaires ne l'enchantait guère. Déjà qu'elle avait toute l'armada impériale aux trousses.

Une première bête tenta de lui sauter à la gorge mais fut immobilisée en plein vol par le Côté Obscur qui la saisit à la gorge. Un craquement sinistre signifiant le bris de la colonne et un couinement de la bête laissèrent un peu de temps à la Sith pour se défaire de ses liens. En un bond Darth Lyria fut sur ses pieds et fit face aux deux autres loups. Préférant la fuite, elle repoussa les créatures d'une poussée de la Force et s'éclipsa par la seule issue de la pièce. Mais où était-elle?
Avatar de l’utilisateur
By Darth Veras
#14973
Haya n'était pas la seule personne à avoir été intéressée par l'annonce Holonet. Une fois vue, Veras s'était empressée de partir vers Anaxes à bord d'un de ces vieux bolides qu'on peut trouver sur Korriban. Le voyage fut loin d'être agréable, le vaisseau était instable, le bruit des moteurs était insupportable.
La jeune sith arriva plus énervée que jamais sur Anaxes. Si ça ne tenait qu'à elle, ça ferait longtemps qu'elle aurait explosé cet engin. Elle paya avec réticence sa taxe d’amarrage et se rendit à l'endroit convenu. En chemin elle croisa un groupe qui la regardait et sifflait à son passage.

-Mademoiselle attendez!

Elle ne répondit pas, préférant ne pas s’énerver sur des inconnus assez fous pour s'en prendre à elle. Elle continua d'avancer malheureusement, le petit groupe continuait de la suivre. Complètement cinglés.

-Hé n'ais pas peur on va pas te manger.
-Allez, viens ma jolie.

S'en était trop, Veras se retourna vers les 4 imbéciles. Elle alla à leur rencontre tout en maintenant un regard le plus froid possible. Ces petits cons ne semblèrent pas le remarquer, l'un d'eux lui pris la main droite brusquement, un second la main gauche.
Tampis pour eux, ils l'avaient chercher, le sourire qui illuminait leur visage allait bientôt s'évanouir. Elle envoya une petite décharge d'éclairs dans leurs mains, décharges tellement brèves qu'elles ne pouvaient pas être vues. Dans tous les cas les deux l'avaient sentis, ils paraissaient déboussolés, ils ne semblaient pas avoir mal mais leur expression était inquiétante ce qui accrocha un sourire au visage de la jeune sith. Au moins ils lui avaient permis de se défouler.

-Bonne journée.

Cette rencontre l'avait quelque peut calmée, l'endroit de la rencontre n'était pas loin, elle tourna le deux aux 4 garçons et se faufila dans la boutique, une femme était attablée entrain de parler à un homme musculeux, Veras sentit que c'était lui qui avait passé l'annonce. Veras se rapprocha d'eux lorsque l'homme répondit: " conclu". Nan nan nan, Veras voulait aussi sa part.

-Moi aussi j'aimerai savoir ce qu'on doit faire.
Avatar de l’utilisateur
By Haya Fuu
#15028
L'arrivée à l'improviste de la belle rousse ne manqua pas d'attirer l'attention de Haya autant que du commandant. La jeune femme était fort belle, c'était là une évidence qu'il aurait été bien difficile de nier. Pour autant, ça façon de mettre les pieds dans le plat était un peu cavalière aux yeux de l'Anzat, qui lui pardonna sans hésiter à la lueur de la Présence qu'elle dégageait.

"- Moi aussi j'aimerais savoir ce qu'on doit faire."

Le commandant jeta un regard noir derrière l'humaine, en réprimande au sergent qui déboulait, fautif de ne pas avoir intercepté Veras à son entrée dans la boutique.

"- C'est bon sergent, mais que cela ne se reproduise plus… Et fermez cette porte.
- Bien mon commandant., le sergent disparu aussi vite qu'il était arrivé.
- Une connaissance à vous ?, interrogea-t-il ensuite en se tournant vers Haya.
- Non, mais je le regrette bien., répondit la voix artificielle du vocaliseur, alors qu'elle tendait à la jolie rousse sa main lourdement gantée pour qu'elle y déposa la sienne.
- Cela importe peu. Vous ferez connaissance ou pas, le contrat est ouvert. Personne n'y verra d'inconvénient je suppose.
- Aucun pour ma part., répondit Haya.
[table border=0 cellspacing=20]Image- Donc, nous supposons que mon père, l'objectif, se trouve dans le périmètre de cette ancienne académie Impériale. Cela fait plusieurs années qu'elle a été délaissées, après un bombardement des forces républicaines. Comme je vous l'ai dit, mon équipe n'a pas eu les autorisations requises pour y intervenir. Les autorités sont allées jusqu'à menacer de nous retirer nos licences. Donc, me concernant, je ne vous ai jamais incité à vous y rendre., tout cela était logique et ne dérangeait en rien l'Anzat. Le commandant déplia une carte satellite. Cela dit, nous avons pu nous renseigner sur le secteur., il traça un carré du doigt. Toute cette zone est sous le contrôle des autorités militaires d'Anaxes. Là, on voit les remparts de l'académie. Elle dispose de deux accès, un face nord et un face sud, fermés, naturellement, mais il est fort probable que vous trouviez d’autres passages plus faciles. Hors la première enceinte, on soupçonne la présence de dispositifs [/table]anti-personnels passifs, type mines, sur environ 50 à 70 mètres. Au-delà, il y a des patrouilles de drones militaires qui circulent aléatoirement. Ils ne sont pas armés, en tout cas pas ceux que l’on a pu observer, mais servent à alerter la base d'Ocpauss. Les troupes positionnées là-bas peuvent intervenir en 17 minutes. Autant dire que cela ne laissera pas le temps de fouiller une pareille structure., le commandant reprit un peu son souffle, avant de poursuivre. Les dernières traces trouvées de l'excursion de mon père se trouvent exactement ici., il pointa un cercle tracé au feutre bleu, un peu plus à l'est de l'académie. En dernier lieu, je tiens à vous avertir que plusieurs personnes ont disparu ces derniers mois dans les environs. Si les militaires ont des informations, rien n'a filtré."

On frappa à la porte.

"- Entrez !, répondit assez rudement le commandant.
- On a un C17 en zone FQ 23 mon commandant., le sergent semblait relativement nerveux.
- Hé bien on dirait que vous allez profiter d'un taxi, si votre équipement est prêt. Un C17 est l'arrivée d'un vaisseau en dehors des zones astroportuaire. Probablement un contrebandier, nous en interceptons de temps en temps. Ca permet d'arrondir les fins de mois avec des petites primes qui sont les bienvenues. Si on arrive avant la concurrence. Et justement il s’est posé à proximité de votre destination. Sergent, mettez l'équipe de réserve en intervention, nous partons immédiatement. Nous avons deux invités.
- A vos ordres mon commandant., le sergent se retira, alors qu'une sonnerie se fit entendre, rapidement suivi de pas lourds et rapides.
- Nous avons une barge prête à partir sur le toit., le commandant ramassa un sac cammo ainsi qu'une veste de protection et son armement, avant d'indiquer un escalier. Nous ferons plus ample connaissance durant le trajet, et je répondrai à vos questions par la même occasion."

Haya avait laissé le commandant discourir, portant son attention sur la carte afin d'en mémoriser un maximum, même si globalement il n'y avait pas grand chose à en tirer. Elle aurait préféré avoir les plans de la base, mais il allait falloir faire sans. En ce qui la concernait, elle était parée, et suivi donc la direction qui lui était indiquée pour rejoindre la petite équipe de réserve.

Sans surprise, tous étaient parfaitement rodés à ce genre d'exercice, et chacun avait déjà rejoint sa place. Pilote, co-pilote, deux canonniers sur des blater-mitrailleurs latéraux, et les quatre autres membres de l'équipage, dont le commandant, étaient installés sur des bancs spartiates, leur équipement amarré par des crochets dans l'allée centrale.

Au signal du commandant, la barge modifiée prit son envol.
Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#15041
Bien plus loin de là, dans une galaxie lointaine, très loin...ha non juste quelques systèmes à côté...
Temple Jedi de Coruscant



Assit en tailleurs dans une salle de méditation du Temple Jedi, Gwindor maintenait ses yeux fermés tout en étendant sa perception au reste de la salle. Il avait retiré sa cape et demeurait en tunique, tandis que les novices présent avaient fait de même. Kaliera sa padawan l'avait imité après avoir amené les jeunes novices, et rapidement le Maître Mantel Qual s'était joint à eux avec deux Rangers antariens. Ces derniers n'avaient aucune chance de parvenir à exécuter l'exercice, qui demandait une empathie avec la Force, mais leur entrainement de résistance aux pouvoirs de la Force, comme le truchement d'esprit, pouvait s'en trouver améliorer d'après Maître Qual. Gwindor ne s'était pas opposé, les deux Rangers étant volontaires de surcroît.

"-A présent, libérez vos esprit. Ne faites qu'un avec la Force. Sentez là, tout autour de vous, en vous..."

La voie de Gwindor était calme, basse et apaisante. Il devina nombre de jeunes novices froncer les sourcils devant la tache à accomplir. Percevoir l'invisible, les esprits cartésiens pouvaient avoir du mal. Mais être un jedi, s'était bien plus qu'être en temps que créature vivante.

Rapidement, Gwindor et Mantel établirent une connexion avec le Nexus de Force du Temple. Kaliera leur emboîta le pas, mais plus d'un novice peinait à se concentrer suffisamment. Mais cela ne faisait rien, la chose prendrait le temps qu'il faudrait. Les rangers quand à eux pratiquaient leur exercice de respiration, se détendant à défaut de mieux.

Gwindor baignait dans le courant de Force du Temple, et ce courant l’entraîna dans Coruscant et au delà. Percevoir la galaxie n'était pas impossible, mais en percevoir quoi que ce soit de concret relevait d'un entrainement de plusieurs années. Passé, présent et futurs ce mélangeaient .
Mais quelque chose lui fit froncer les sourcils à son tour. Là, une lueur qui n'était pas là, venait de s'allumer brusquement. A taton, Gwindor cherchait à s'en approcher.


"-Qui a-t-il Maître Morelion?"

La voie de Mantel Qual était calme, mais le calamarien avait perçu le trouble de Gwindor.

"-Avez vous sentie Mantel? Comme si...
-Oui, le Côté Obscur..."


Le mot avait été prononcé si bas que même les personnes dans la salle ne l'avaient surement pas entendue. Gwindor et Mantel l'ignoraient, mais ils avaient sentit la brève apparition d'une Dame Sith. Alemidna Zannar, dont ils ignoraient tout, avait perdue le contrôle sur sa présence à l'instant où elle avait été assommée. Elle était à présent là, tout là bas sur...

"-Anaxes...Pas seule...
-Toujours par deux les Siths vont...
-Oui...mais combien?"


Les deux Maître Jedi avaient laissés la classe, laquelle continuait l'exercice sans se douter de rien, tandis qu'ils parcouraient les Voies de la Force. L'exercice était délicat et difficile, même pour des Maîtres Jedi.
Anaxes, il s'y passait quelque chose. La Force était formelle...
Avatar de l’utilisateur
By Darth Veras
#15322
La jeune sith ne prit plus la parole, si l'homme tentait de leur faire peur, sa ne marchait absolument pas, la jeune sith, l'impétueuse apprentie d'Adrix n'avait peur de presque rien. Elle regarda l'anzat qui lui avait tendu la main, la fixa. Qui était cette pitoyable créature? Encore une personne qui allait la gêner? Pourquoi fallait-il toujours qu'il y ait des gêneurs?
Quand le commandent signala qu'il était temps de se mettre en route, Veras ne put que pousser un soupir de soulagement.
-Ouais allons-y, dépêchons nous.

Avatar de l’utilisateur
By Anthara Graven
#15489
    Qu'avait-elle bien pu faire pendant les mois passés à voguer dans l'espace. Que c'était-il passé entre le moment où elle avait rencontré les Siths sur Félucia, et aujourd'hui où elle voguait sans but ? Elle même n'en avait pas idée. Elle avait dormi, sans doute, comme un long sommeil qui l'aurait étreinte de ses grands bras délicats, elle avait fermé les yeux, si l'on pouvait lui pardonner l'expression, et c'était laissée porter par le temps, qui de toute façon ne l'atteignait pas. Elle s'était réfugiée dans la Force, se laissant bercer par ses remous et ses vibrations délicates, voguant d'un point à l'autre, guidée par la capitaine du vaisseau, en qui elle avait pleine confiance.

    Si jusque là, elle avait laissé faire l'instinct, c'était une sensation plus étrange qui la saisissait au tripes. Comme si elle ressentait un trouble quelque part, un desequilibre provoqué par la présence d'un nombre trop important d'entités du même penchant au même endroit. Dans le mal, pour le cas précis. Elle ne percevait pas les entités précisément, et ne pouvait non plus les localiser précisément. Elle pouvait juste visualiser un « amas » de Force sombre, et son instinct, là, au fond de ses entrailles, lui insufflait d'aller voir ce qui se passait. Aussi décida-t-elle de demander au capitaine de faire route vers une planète.

    Laquelle ? Elle en ignorait le nom, elle ne connaissait pas les planètes du Secteur dans lequel elles se trouver. Elle ne connaissait pas l'endroit. Et pourtant, la Vision de Force vint l'aider, subtilement, délicatement, en infiltrant dans son esprit non pas le nom de la planète, ce qui aurait été bien trop facile, mais plutôt sa description, et quelques images plus précises, comme les ruines impériales, ce qui permit à sa comparse de deviner qu'il s'agissait d'Anaxes.

    Arrivant aux abords de la planète, Anthara noua le foulard rouge autour de ses yeux. Si sa compagne de voyage était habituée à la vue des globes oculaires vides et rebouchés par la peau, ce n'était pas le cas de tous les habitants des planètes qu'elle avait déjà visité. Elle avait appris avec le temps et l'expérience qu'il valait mieux passer pour une aveugle que d'afficher clairement son appartenance aux Miraluka. Les gens avaient peur de ce qu'il ne connaissent pas, de ce qu'il ne maîtrisent pas.

    Elle avait la sensation, non, l'intime conviction que quelqu'un allait la rejoindre. Elle ne ferait pas route seule, cette fois encore. Qui allait être ce compagnon de fortune sur cette aventure ? Saisissant son sabre laser qu'elle accrocha à sa ceinture, et enroula autour de ses épaules une lourde bure miteuse qui vint caresser le sol. Après avoir donné ses instructions au Capitaine, elle descendit du vaisseau pour entrer sur le spatioport. Mais contrairement à ce qu'on aurait pu penser, elle n'en sortit pas… Elle s'assit, sagement. Et se mit à attendre. Elle attendait quelqu'un. Elle ne savait pas encore qui, ni quand, mais il viendrait.
Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#15494
« -Je part pour Anaxes ».

Les lèvres de Gwindor avaient à peine bougées, le murmure à peine perceptible n’ayant été entendue que par Mantel Qual, le calamarien.
Il avait pris sa décision rapidement, ne pouvant demeurer statique à Coruscant à penser et réfléchir tandis que de toute évidence quelque chose se passait sur Anaxes. Il devait agir…Maître Qual fut une fois de plus là pour se faire la voie de la prudence:


« -Prenez quelques rangers avec vous. Je pressens que vous en aurez besoin…
-Bien. Maître Vos assurera la protection du Temple. Pouvez-vous prendre en charge les jeunes novices ?
-Bien sur. Soyez prudent. La perturbation que nous avons ressentie est anormalement importante… »


Sans un mot de plus, Gwindor se leva tandis que Maître Qual prenait le relais auprès des jeunes novices. Si le mouvement ne fut pas perceptible par les novices, trop occupés, Kali’era la padawan de Gwindor le sentie à l’instant. Ses yeux s’ouvrirent brusquement, dardant d’un regard inquiet en direction de son Maître.
Gwindor sentit ce regard, aussi tourna-t-il son attention en direction de sa padawan pour lui enjoindre par le geste davantage que par la parole de demeurer calmement ici. En vain, à peine Gwindor avait il franchie la porte de la salle que Kali’era se levait à son tour
Sachant pertinemment que sa Padawan ne le lâcherait pas d’une semelle sans un ordre clair de sa part, et encore, Gwindor poursuivit sa route dans les couloirs du Temple en direction du hangar principal de la Tour du Conseil. De quelques touches enfoncées dans son comlink, le Maître Jedi convoqua les Rangers du Ranger Général Crown dans ce même hangar et transmis l’information à Maître Vos. Il ne le convoquait pas bien sur, mais Gwindor savait qu’il viendrait.

Quelques minutes plus tard, Gwindor se tenait dans le hangar tandis que les techniciens ouvraient la porte extérieur de ce dernier et avançaient le transport furtif qu’il allait utiliser. Une trentaine de Rangers antariens étaient alignés avec leur équipement le long de la plateforme tandis que Maître Vos arrivait de son pas tranquille. Kali’era attendait derrière Gwindor, les deux bras croisés sur sa poitrine et un sac de voyage à ses pieds. Signe qu’elle n’entendait pas être laissée en arrière.


"-Messieurs, j'emmène 6 d'entre vous en mission sur Anaxes. J'ignore encore les paramètres exact de notre mission, aussi je vous demande d'emporter autant de matériel que possible.
J'agirais seul un éclaireur, ma Padawan assurera le commandement à bord du vaisseau durant mon absence. Des questions?

-Chef non chef!"


La réponse à l'unisson valait bien celle de soldats clones, ce qui fit sourire Gwindor. Kali'Era semblait rassurée de son côté, à présent certaine de ne pas être laissée de côté.

"-Maître Vos? Je vous confie le Temple durant mon absence.
-Soit tranquille Morelion. Je veillerais au grain."



Quelques minutes plus tard, le transport furtif Jedi décollait de Coruscant depuis la Tour du Conseil et filait au travers des étoiles.

Une dizaine d'heures après les événements de Coruscant, le transport furtif émergeait de l'hyperhespace en orbite républicaine. Identifiée auprès du contrôle aérien, une aire d’atterrissage lui fut réservée.
Sans tarder, un sentiment d'urgence le pressait, Gwindor laissa son petit monde dans le vaisseau et ce dirigea vers...il ne savait quoi ou qui. Quelqu'un ou quelque chose l'attendait, par là.
Vêtue de sa tunique Jedi beige par dessus laquelle sa cape noire dissimulait la majeur partie de son corps, ainsi que son sabre laser, Gwindor approchait d'une sensitive qu'il ne connaissait pas.
Ne sachant que faire, il s'installa sur un banc, de dos.


"-Bonjour. Le temps semble agité par ici..."
Avatar de l’utilisateur
By Anthara Graven
#15507
    - L'orage gronde sur l'horizon...

    L'aveugle l'avait senti arriver dans le spatioport. Mais elle n'avait pas bougé, elle l'avait laissé venir à elle, parce que tel était son destin, leur destin, leurs lignes de vie se croisant à cet instant dans cet endroit. Il s'était installé dans son dos, lui tournant le sien. De toute façon, de face, elle n'aurait pas pu voir son visage, puisqu'elle n'y voyait tout simplement pas. Mais la Vision de Force lui donnait une idée de la carrure et de l'allure de celui qui l'avait rejoint. Et aussi de son penchant dans la Force.

    - Je savais que vous viendriez. Que je devais vous attendre. Notre Mère à tous est facétieuse. Je ne savais pas qu'elle allait m'amener quelqu'un… De votre genre. Par là, bien évidemment, elle entendait un Jedi. Quoi que, que pouvait-elle attendre d'autre face à la masse Obscure qu'elle avait ressenti. J'imagine qu'ils vous ont attirés, comme moi, vers Anaxès.

    La sensitive se leva, pour contourner le banc, et venir s'asseoir à côté de lui. Elle avait une meilleure « vision » d'ensemble, et puis ça permettait à Gwindor de découvrir à qui il s'adressait. Son pas fluide et léger semblait ne souffrir en rien de sa cécité, elle n'avait pas à se préoccuper des différents obstacles, la Force faisait tout ce qu'il fallait pour lui empêcher le moindre trouble.

    Son sourire s'étira alors qu'elle tournait la tête vers lui.

    - Si mes talents peuvent vous être utiles, je me ferais un plaisir de vous accompagner, afin que l'équilibre soit respecté en ces lieux.
Avatar de l’utilisateur
By Gwindor Morelion
#15530
La scène pouvait sembler sur-réaliste. Gwindor ignorait à qui il venait de s'adresser. Mais la Force n'avait fait aucun doute, il devait le faire. Comment et pourquoi, cela l'avenir le dirait.

"-Les orages ne font que passer."

Bien entendue il sentait parfaitement l'aura de cette personne, mais elle avait quelque chose d'étrange. Comme si la lumière et les ténèbres se partageaient un être sans ce le disputer. Gwindor ne savait que penser. Et puis de qui parlait elle en faisant mention de leur Mère à tous? Pour Gwindor ce genre de propos revenait à parler de la Force Vivante, mais il était dangereux de prêter certaine pensée à des personnes dont on ignorait tout.

"-J'ignorais aussi vous rencontrer. Mais je savais devoir venir. Pour vous sans savoir que s'était vous, mais originellement l'orage que s'amoncelle sur Anaxes a été la cause de mon arrivée. J'ignore ce qu'il se trame, mais je n'apprécie pas cela."

Gwindor entendit et sentit le mouvement dans son dos. Il put alors la voir entièrement, et la surprise ne fut pas aussi importante qu'on pouvait le croire.

*Evidemment.*

La cécité manifeste de sa vis à vis ne choquait ni n'étonnait Gwindor. Elle s'imposait plutôt comme une évidence à présent qu'il comprenait à qui il avait affaire: Une Miraluka. L'une des espèces les plus particulières de la Galaxie, mais également l'une des plus puissantes au sein de la Force. Comment et pourquoi, voila qui dépassait de loin les compétences du Maître Jedi. Mais les Miraluka étaient prédestinés dès la naissance à l'usage de la Force. Les en priver revenait à cesser de respirer. Ou cesser subitement de voir pour utiliser une analogie adaptée à la situation...

Mais ces propos étaient parfaitement singuliers. Que l'équilibre soit respecté en ces lieux? Etait elle désireuse uniquement de promouvoir l'équilibre au sein de la Force? Ce que Darth Vader avait finalement restauré en reconnaissant le bien en lui lors de la bataille d'Endor?
Certes la Force était agitée de façon constante ces dernières années. Et oui Gwindor faisait son possible pour amener un semblant d'équilibre. Mais il n'était pas le seul, car s'était là une des voies des Jedi. L'équilibre. Le Côté Obscur existait, tout comme le côté Lumineux. Seuls les adeptes pouvaient influer sur la balance finale. Hors sur Anaxes, l'orage grondait.


"-De quel équilibre me parlez vous? J'apprécie toujours la compagnie, mais je ne puis que m'interroger sur vos motivations. Dois je considérer qu'à l'instant où je pourrais prendre un ascendant quelconque vous vous retournerez contre moi?"
Alliés de Dugalles [0/5]

... Lecture de la fiche conseillé sur ordinate[…]

Suivre la voix

Le conflit régnait, partout le chaos, le sang, le[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

La flotte pirate avait l’habitude de sévir sur […]

Navré de l'attente sur ce dossier. Après étude du[…]

Skylar (Terminée)

Tout cela me parait très bien. A noter que les su[…]

Vrad était resté à couvert derrière la tente qu[…]

M83 - A Guitar and a Heart Dans le vide de[…]