L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Les défaites de Yavin et Endor n'ont pas entamé la foi du gouvernement de Yaga Minor dans la doctrine impériale. La Nouvelle République suppose d'ailleurs que les quartiers de l'Ubiqtorat sont toujours dissimulés au fond des grottes et des forêts de cette planète qui abrite également de puissants chantiers navals.
Gouvernement : Empire
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#40440
La navette anthracite pénétra dans l’atmosphère, passant contrôles après contrôles. Le code prioritaire qu’elle transmettait ne laissait aucune place à la négociation. Ses moteurs vrombirent au contact avec l’air gazeux et elle laissa une traînée bleutée derrière elle. Très vite, des chasseurs de patrouilles furent missionner, comme l’avait exigé le pilote, pour l’escorter jusqu’à la capitale. Les chasseurs TIE se mirent en position, leurs hurlements caractéristiques ne pouvant tromper une oreille avertie. La navette descendait lentement jusqu’à la zone indiquée par le contrôle opérationnel, et, arrivée à mi-hauteur de l’horizon planétaire, fut désolidarisée de son escorte. Elle se posa sans encombre, les vérins hydrauliques s’enclenchèrent avec fracas. Des jets de vapeurs surchauffées furent relâchés du nez du vaisseau, tandis que les équipes de maintenance accouraient, armés de gros tuyaux qu’ils branchèrent. La rampe s’abaissa lentement pour vomir une escouade d’hommes en noir. Des soldats de choc d’un ancien corps qui refaisaient surface officiellement pour la première fois sur Dantooine. Derrière eux surgit une silhouette casquée, probablement la personne en charge de cette expédition, car elle en prit la tête.

La petite escouade ne demanda pas son reste et se mit en marche sans mot dire à travers le spatioport, ne passant pas inaperçue. On essaya pas de les arrêter ni de les questionner et bien souvent les civils baissaient les yeux devant leur passage. Ils se taillèrent un passage à travers la ville jusqu’à la mairie principale de la cité. L’officier en charge présenta sa carte d’identification prioritaire et son ordre de perquisition. On ne lui refusa pas le passage. Le groupe continua à travers les couloirs de la mairie, foulant de leurs bottes le sol métallique avec des claquements rythmés. Enfin, l’officier toqua devant la porte où était gravée : A. MALORA. Les soldats restèrent dans le couloir et seule la silhouette casquée pénétra la pièce.

Image


« Madame le Maire Malora, sous ordre du conseil impérial, vous êtes tenue de nous suivre. »

Si Alison ne se débattait pas, ne demandait rien et obéissait simplement, le groupe n’intervenait pas et elle serait emmenée libree et sans lien. Si elle tentait quoi que ce soit, le groupe d’intervention n'hésiterait pas à la ramener de force. Enfin, si une menace sensitive était détectée, la force létale était autorisée. Dans tous les cas, ils repartirent sans un mot ni explication par le chemin inverse, ne répondant qu’à un nombre très restreint de questions.

La navette fut de nouveau chargée et s’envola vers les mondes intérieurs de l’empire et en particulier : Yaga Minor. Là bas, elle évita les zones peuplées et se dirigea vers un complexe en bordure de la grande ville voisine. C’était un site qui avait tout l’air d’une base militaire au premier abord mais qui ne comptait pourtant qu’un nombre restreint de soldats. Des soldats en armure noire patrouillaient, quelques grilles entouraient la périphérie du camp. Elle fut emmenée à travers ce dédale, libre ou non, jusque devant le seuil d’une porte sans nom. L’officier toqua, on les somma d’entrer, ce qu’ils ne firent pas. Il n’y eut que la Maire qui eut cette chance. Assise à un bureau, une femme aux cheveux cendrés, un datapad et quelques documents posés ça et là, observa la nouvelle arrivante. D’un geste de la main, elle désigna un des chaises devant elle. Elle était menue, parée de son uniforme réglementaire.

« Bonjour Madame le Maire, je suis la conseillère Kor’rial. Est-ce que vous savez pourquoi vous êtes là ? »

Un grand sourire au visage, la conseillère ne paraissait pas particulièrement méchante. Derrière elle, la grande baie vitrée donnait sur un des terrains d’entraînement. Et au sol, des hommes et femmes s’entraînaient au combat avec des bâtons, avec une violence que l’on ne trouvait nulle part ailleurs.
#40490

C’était une douce journée, calme et paisible sans soucis à l’horizon. Le genre de journée typique sur une planète comme Dantooine, et c’est ce qui convenait le mieux à ses habitants qui étaient bien habitués à prendre le temps de vivre avec un train de retard. Et en ce bon matin, le maire, dirigeante d’entreprise, ex-sith, ex-jedi et bonne vivante : Alison Malora, n’avait elle-même pas dérogé à la règle. La jeune femme arriva quelques minutes en retard, ces quelques minutes qui, une fois assemblées, peuvent former des heures. Toutefois, personne à la mairie ne pris la peine d’en informer la retardataire.

Après avoir salué ses collaborateurs tout en dégustant un premier café, le maire se dirigea vers son bureau afin de se vautrer dans son fauteuil, prenant son aise via les accoudoirs et le dossier des plus moelleux. Elle fit craquer ses doigts, un sourire de satisfaction scindant son visage de part en part.

-Une belle journée …

La Jedi-Noire laissa sa phrase en suspens quand des bruits de pas se faisaient entendre dans le couloir. A la fois lourds et nombreux, rien qui n’étaient caractéristique des visiteurs ou fonctionnaires de la mairie. En quelques foulées, les inconnus se retrouvèrent devant la porte et toquèrent. Et avant même qu’Alison ne réponde, une personne entra dans la pièce, son apparence figea le maire quelques instants sur place, c’était bien la première fois qu’elle apercevait un trooper vêtu d’une armure noire comme celle-ci. Il était déjà inhabituel de croiser des stormtroopers dans le coin, alors ça …

« Madame le Maire Malora, sous ordre du conseil impérial, vous êtes tenue de nous suivre. »

“Sous ordre Conseil Impérial”

La stupeur marqua le visage rond d’Alison qui ne s’attendait pas à cela, sa mémoire se contorsionnant en tout sens afin de trouver une raison à cet “arrêt”. Durant son mandat, elle avait été exemplaire, tenant des comptes rigoureux sans jamais piquer dans la caisse ni dépenser à outrance ou bêtement les crédits alloués à sa commune. Personnellement, depuis la régularisation de sa situation elle n’avait rien commis qui pouvait lui valoir ce traitement non plus … tout du moins rien qui n’avait été découvert.
Que pouvait-il se passer ?

-Je vous … suis. Elle se pencha légèrement en avant afin d’allumer une liaison vers la réceptionniste de la Mairie. Ici le maire Malora, veuillez informer mon second au Domaine que je prends quelques “vacances”, je donnerai de mes nouvelles au plus vite. Qu’ils continuent comme si de rien était, tout comme le conseil municipal.

Elle coupa nette la communication sans attendre de réponse, puis se leva et se dirigea à la suite de cette escorte des plus étrange.
L’idée de refuser, ou même de riposter furent tout deux chassées promptement de ses pensées. Elle avait déployé trop d’efforts et investit bien trop temps pour se doter de sa situation actuelle et il était hors de question de tout ruiner à ce stade. Au pire des cas, son sabre-laser était à portée, attendant bien sagement dans la doublure secrète de son uniforme de maire. Pourtant, une sombre intuition lui intima de ne surtout pas faire cela, quelque chose clochait avec ses troopers et il se pourrait que le combat ne soit en rien gagné d’avance.

Sur toute la durée du trajet Alison resta muette et se contenta d’obtempérer sagement, elle connaissait bien assez sa patrie pour savoir que les réponses arriveraient en temps et en heure et qu'il était inutile de gaspiller sa salive ou de se montrer récalcitrante. Un bon point, personne n’avait jugé bon de la menotter ou de la fouiller … soit sa situation était engageante, soit ces troupes inconnues étaient plus que confiantes dans leurs capacités, ce qui en revanche n’auguraient rien de bon.

Bien plus tard, la navette se posa sur une autre planète, dans un complexe visiblement à l’écart de l’urbanisme. Ici, les gardes étaient du même acabit que les troopers noirs, et en effectifs limités. Quelque chose qui prouvait encore la rareté et/ou la performance de ces soldats mystérieux.
Alison fut menée au travers des couloirs jusqu’à une porte neutre, toutefois, la prudence avec laquelle l’officier toqua à celle-ci ne laissa planer aucun doute sur la stature de la personne officiant derrière.
L’ordre d’entrer fut donné, mais celui-ci ne fut qu’à l’intention de la nouvelle arrivante qui s'exécuta sans discuter.

A peine passa t-elle le seuil de la porte que la Jedi-Noire ressentit un frisson parcourir son être, et celui-ci n'était pas un simple flux nerveux mais quelque chose de plus spirituel … la Force l’avertissait.
Elle posa lentement son regard sur la femme qui lui faisait face. Cette dernière était bien plus svelte qu’elle, ce qui n’était pas compliqué soit-dit en passant, et ses cheveux de cendre étaient à l'opposé de la crinière flamboyante d’Alison. Dans un sourire avenant, elle invita la visiteuse à s’installer sur un siège adjacent, ce qu’elle fit promptement.

Bonjour Madame le Maire, je suis la conseillère Kor’rial. Est-ce que vous savez pourquoi vous êtes là ?

Kor’Rial, ce nom lui disait quelque chose, via des Holo obscurs peut-être ? Alors que son esprit vagabondait à la recherche de l’information, le regard d’Alison fureta vers les fenêtres qui entouraient le bureau et se posèrent avec surprise sur des silhouettes en contrebas. Ces dernières s’affrontaient ou exécutaient une gestuelle particulière … analysant avec attention les mouvements la Jedi-Noire eut un flash. Des souvenirs de ses entraînements au sabre-laser avec ses maîtres passés lui revinrent en tête et alors tout devint limpide.

Elle savait pourquoi elle était ici.

Sans un mot, et avec une gestuelle des plus lente afin de ne trahir aucune animosité la jeune femme fouilla la doublure de son uniforme et en extirpa son précieux compagnon, un sabre-laser à la poignée courbée, mélange d’acier et de fine dorure ornementale qu’elle posa sur la table, le tout sans relâcher la prise qu’elle exerçait dessus.
Après quelques secondes silencieuses, c’est d’une voix calme que l’ancienne Jedi prit la parole.

-Hélas … je pense avoir cerné ce petit manège. Elle annonça ceci avec certitude, mais elle reprit d’une voix bien plus hésitante, son regard fuyant celui de son interlocutrice pour observer le plafond et les murs. Seulement … en vertu de nos lois impériales, je ne comprends vraiment pas pourquoi je suis toujours libre et en vie … et si cela va durer …

Elle accentua la prise sur son sabre crispant ses doigts dessus, son cœur tambourinait avec violence dans sa poitrine et un afflux sanguin lui martelait les tempes, jamais son destin ne lui avait semblé si incertain …

#40581
Malgré la courtoisie dont la grande inquistrice fit preuve, elle sentit l’inconfort de son interlocutrice. Comment lui en vouloir ? La démonstration de force n’était pas le fruit du hasard, mais bien la manifestation du nouveau pouvoir impérial. Le pouvoir grandissant de la Force au sein de leur état et la place qui lui revenait de droit. L’empire n’avait pas été fondé par les politiciens, mais bien par la volonté unique d’un seigneur noir des Sith. Sa grandeur d’antan n’était dû qu’à sa simple détermination, suivie par celle de sa concubine. L’empire d’aujourd’hui n’était plus que subsistant maladivement dans une galaxie où il perdait chaque jour du terrain. Mais les choses allaient changer. Elles le devaient, d’une manière … ou d’une autre.

Le grand sourire qui animait le visage royal s’éteint petit à petit devant l’évidente éffrontement dont elle faisait preuve. Avec cela, une pointe de reproche et probablement de déviance. Il était clair que d’autres l’auraient exécuté sur le champ pour ces motifs. Helera quant à elle ne put s’empêcher de glousser d’amusement. Son regard tomba sur le sabre quand il fut présenté, puis vers la main qui le tenait fermement. Était-ce une provocation au duel ou simplement un avertissement sur sa capacité à réagir rapidement. Enfin, son regard azuré remonta vers le visage de son hôte et haussa un sourcil, patientant face à cette réaction. Elle perçut les pulsations de son cœur, véritable tambours de guerre en train de pomper l’adrénaline nécessaire pour une réaction instantanée. Elle perçut tout autant son afflux sanguin maladroitement dirigé naturellement vers les parties vitales de son corps, trahissant sa tension évidente. Le constat sautait finalement aux yeux : Elle avait peur. D’elle ? De l’empire ? Des deux. Ou plutôt de l’implacabilité de la combinaison. Ne voyant aucune réaction, Helera prit la parole.

« Ce petit manège n’en est pas un, madame le maire. Vous n’êtes pas sans ignorer les lois qui animent notre empire. Vous avez été identifié avec un fort potentiel de midichlorien. Des micro-organismes régissant la sensibilité à ce que les Jedi appellent la Force. En d’autres termes, vous avez le potentiel d’en devenir un. »

Son regard s’attarda sur le sabre.

« Si ce n’est déjà le cas … »

Son sourire s’effaça définitivement.

« L’arme que vous détenez est un sabre laser, l’arme de prédilection des Jedi. Nous avons de fortes raisons de penser que l’empire est parasité par ce groupuscule et nous recherchons activement toutes personnes ayant un lien quelconque avec ledit ordre. Si vous êtes reconnue “Jedi”, vous tomberez sous le coup de la loi sur la Force et encourerez la peine capitale pour association terroriste. »

Helera se rapprocha et joignit ses mains sur son bureau, son regard devint dur et incisif. Telle un holo-livre, elle exposa les faits et les accusations hypothétiques. Accusations qui n’auraient pas eu lieu si elle n’avait pas présentée son sabre laser. Mais pourtant qui lui donna plus d’estime dans le cœur de la Grande Inquisitrice qui y perçut un signe de franchise.

« Votre comportement sur votre planète joue en votre faveur et aucune transgression n’a été révélée. Ou au moins identifié. Cela ne veut pas dire qu’elles n’existent pas cependant. Donc les choses vont être assez simples pour vous. »

Elle fit une pause.

« La détention d’une telle arme me prouve que vous avez été entraînée. Pourriez-vous je vous prie me faire état de votre passé. J’aimerai savoir d’où vous venez, qui vous a enseigné les arts Jedi, comment vous avez évolué dans la galaxie et enfin comment vous vous êtes retrouvée en tant que Maire de Dantooine. N’omettez aucun détail spirituel. Je vous prie également d’éviter tout mensonge ou déformation de la réalité, vous aurez compris que vous n’êtes pas ni au BSI, ni aux RI. Je le saurai. »

Helera se leva sans un mot de plus, avant même qu’elle ne commence son discours, pour récupérer une carafe et deux verres qu’elle remplit instantanément. Elle en but une gorgée et présenta le deuxième verre.

« N’hésitez pas à quérir un breuvage plus fort si vous en ressentez le besoin. Bien, je vous écoute. »
Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#40599

Alison avait écouté patiemment tout ce que venait de déballer son interlocutrice, sa main reposant toujours fermement sur son sabre-laser, les jointures de ses doigts prêtes à craquer. Puis la dernière phrase fut une réelle libération, un simple répit certes, mais une bulle d’oxygène bienvenue. La Jedi-Noire laissa son bras retomber mollement le long de son corps, les yeux rivés sur son arme fétiche trônant toujours sur le bureau. Elle prit quelques secondes de réflexion avant de décliner le verre, son destin n’était pas encore fixé et elle préférait poursuivre avec les idées claires.

Je vais … tout vous raconter sans rien omettre. Je suis donc bien une citoyenne impériale, née sur Dantooïne il y a trente-deux ans. Vers mes six ans, un étrange visiteur s’est présenté chez nous : ce n’était rien de moins qu’un Jedi. Il n’a pas mentionné son identité mais a remarqué mon potentiel dans la Force, il m’a enlevée pour me former. J’ai vécu à ses côtés tout en profitant de son enseignement précieux jusqu’à mes vingt-et-un ans. Ce fut une période rude mais enrichissante et je lui dois beaucoup. Seulement … elle releva la tête et souria tristement en se remémorant sa fugue. Seulement un jour ou l’autre les énigmes ne suffisent plus, et l’on a besoin de réponses, j’ai voulu comprendre et la vérité ne m’a pas satisfaite. J’ai donc fugué, je voulais revoir ma famille mais hélas … Son visage s'assombrit, sa mâchoire se crispa et elle secoua la tête lentement. Je suis arrivée trop tard … ils avaient étés tués. J’ai traqué les responsables … Ses poings se serrèrent et son regard s’embrasa. Je les ai détruits, prolongeant leur agonie et m’en délectant, sourde à la pitié et sur l’instant j’ai adoré ça. C’était une sensation chaude et réconfortante, quelque chose de nouveau que mon enseignement Jedi avait pour but de faire taire. Je ne pouvais plus faire marche arrière, j’avais peur de rejoindre mon maître et j’étais effondrée … j’ai ainsi sombrée dans les vices et l’alcool, la débauche, et ce durant de long mois. J’ai usée de la Force à des fins égoïstes et sans précautions, ne répondant qu’à mes pulsions. Ce comportement attira un sinistre personnage à me trouver : un Sith, mon maître Sith. Ce dernier me montra l’univers comme un champ de possibilités infini, c' était tout simplement la vérité que j’attendais. Elle parlait presque avec un soupçon de nostalgie. Après toutes ces années de privations à vouloir sauver les faibles, je n’avais même pas pu sauver mes parents … j’ai haïe le code Jedi pour cela, et j’ai embrassé la voie sombre de mon nouveau maître sans hésitation. Jusqu’à mes vingt-huit ans j’ai profité de ses connaissances, puis lors d’un pillage il trépassa non sans me donner un dernier conseil : je devais briser mes chaînes une fois pour toute … je devais tuer mon premier maître. J’ai emporté son collier en souvenir et je me suis exécutée … Sa voix devient moins sûre, chevrottante. Mon premier maître, celui qui fut un père pour moi, a jeté son arme à terre sans combattre car il refusait de me faire du mal malgré ma chute. Je l’ai tué.

La jeune femme venait de se confier pour la première fois sur sa vie, vivant depuis toujours sous couverture. Un lourd fardeau quitta ses épaules et des larmes roulèrent sur ses joues, elle souriait doucement.

J’étais libérée, sans maîtres j’étais moi même devenue la maîtresse de mon destin, et ce forte d’une addition de deux enseignements puissants. J’ai décidé de rebâtir le domaine de ma famille sur Dantooïne et m’engager dans quelque chose d’enfin utile. J’ai parcouru une bonne partie de la Galaxie et c’est bien l’Empire qui me semblait être l’institution la plus apte à établir une civilisation forte et pérenne. J’ai commencé à gagner beaucoup d'argent. Je me suis entouré d’une nouvelle famille, tout en conduisant mon entreprise à un sommet rarement égalé sur Dantooïne … et la Force n’est pas étrangère à ma réussite. Une fois bien établie, j’ai accéléré le rythme en entrant au service de l’Empire en tant que Maire de ma ville natale. Dernièrement j’ai appris que mon maître Sith était encore en vie, son esprit sommeillant dans son collier que j’avais emporté. A travers ce dernier il a lancé un appel dans la Force en direction de son premier apprenti, je ne le connaissais pas et notre ancien maître désirait voir lequel de nous deux triompherait pour s’emparer de l’enveloppe du vainqueur. J’ai triomphé, mais avant de porter le coup fatal sur mon rival … j’ai détruit le collier afin de respecter ma promesse : je devais briser mes chaînes. J’ai fait preuve de compassion et mon adversaire de l’instant est devenue mon disciple, je ne suis donc pas seule. Voilà qui je suis … une patronne, une fonctionnaire, une patriote, une Jedi-Noire. Je suis Alison Malora.

#40601
Décliner le verre ? Helera regarda le contenu du sien. Ce n’était que de l’eau, cristalline de surcroît, directement puisée depuis un des glaciers de la chaîne montagneuse périphérique. L’inquisitrice en but une gorgée et revint s'asseoir face à son interlocutrice. Elle joignit ses mains quand Malora se prépara à passer à table et écouta d’une oreille attentive. Très vite cependant, la tournure de la conversation devint plus intéressante qu’elle ne l’avait envisagé. Si Helera s’était à la base attendue à entendre quelques histoires farfelues, elle s’était lourdement trompée. D’un geste mesurée, elle activa l’enregistreur et se saisit de sa tablette, dont elle débuta l’ouverture d’une entrée portant le nom de “Malora”.

Tout d’abord, une solide formation de Jedi de 15 ans. Formation qui s’était soldée par un manque d’informations. Suite à quoi elle s’était lancée comme beaucoup de jeunes chevaliers Jedi en quête d’un idéal à atteindre et d’aventures nouvelles. C’était le moment où ces derniers se désolidarisaient de l’ordre pour créer les Sith. Malora n’en fut pas exception. Aussi quand l’on attirait à soit l’obscurité, ce dernier se présentait toujours. Un deuxième personnage rentra dans l’histoire, le maître Sith. Celui-ci lui prodigua ses enseignements pendant 7 ans supplémentaires. Helera haussa un sourcil et notait distraitement. Son visage restait neutre, mais ses yeux parlaient pour elle. De l’intérêt, voilà ce qu’ils transpiraient.

Le plus important vint après, l’assassinat pur et simple de son maître Jedi. Un meurtre qui avait signé probablement le déchirement de son âme. La fin l'intéressa beaucoup moins et elle n’écouta que par respect. Les histoires de pseudo Sith mort-vivant et qui essayaient de manipuler leur monde à travers l’au-delà, c’était trop peu pour elle. Andeddu lui avait déjà bien assez rabattu les oreilles avec ses propres vices. Non, par contre, le parallèle avec sa propre vie fut effarant. Un double enseignement, une famille assassinée, un côté obscur embrassé. Ou du moins pas en tant que telle.

« Et bien… »commença-t-elle, en faisant mine de relire ses notes. Assassinat, colusion avec l’ordre Jedi, utilisation malvenue de la Force …« Les charges s’accumulent. »

Elle posa son datapad.

« Au minimum, une infraction de niveau 4 vous amène à une peine de détention à vie ou tout simplement à mort. L’utilisation de la Force dans un cas non réglementé et en plus pour vous donner des avantages sur autrui amène à la peine capitale. La présence d’un sabre laser étant une preuve accablante de votre discours, le flagrant délit n’est plus à contester et la présence d’un avocat vous est donc refusée. La procédure stipule que vous soyez mis en état d’arrestation et que votre procès se tienne dans les 7 jours. »

Helera croisa les bras. Son regard était dur et ne souffrait d’aucune courtoisie. Pourtant, elle garda le silence, et il ne se passa rien. Pas de soldats entrants, pas de mise aux arrêts, pas même de la venue d’une tierce. Elle coupa l’enregistrement.

« Il y a plusieurs choses qui me chiffonnent dans cette affaire. Vous êtes maire, vous n’êtes pas sans ignorer la loi ni même ses conséquences. Pourtant vous n’avez pas lésiné sur les détails et avez fourni toutes les preuves pour vous destituer. J’aimerai comprendre pourquoi ? Est-ce une sorte de suicide ou êtes vous une patriote ? »

La question pouvait paraître idiote mais Helera se la posait sincèrement.

« De plus, j'aimerais revenir sur votre histoire. Quelles sont les questions que vous vous posiez, auxquelles vous n’avez jamais eu de réponses ? De plus, si de toute évidence, vous êtes une Sith, votre comportement est aux antipodes. Je ne crois plus en la tempérance des côtés et il me manque une brique pour vous cerner. »

Probablement allait-elle lui parler de Jedi Noire, mais ce n’était pas vraiment ce qu’elle attendait comme réponse.

« Enfin … Ou pensez-vous être, dans ces locaux, Alison MALORA ? »
Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#40605

Alison ayant terminé son récit, elle s’enfonça directement dans son fauteuil comme vidée, lâchant la prise de son sabre-laser sans toutefois le récupérer. Son visage blême fixa avec grand intérêt celui qui lui faisait face, enregistrant chacune de ses paroles et finalement … tout cela la rassurait. Quand ce fut à son tour de répondre, elle se pencha lourdement en avant, son regard orangée rivé sur Helera.

Où suis-je ? Je ne le sais nullement, mais vous m’avez bien stipulé plus tôt que je n’étais ni au BSI ni au RI et tout cela ne me semble pas conventionnel. Pourquoi tout vous déballer ? Il me semble que vous avez également précisé que le mensonge serait inutile alors, au vu de ma situation pitoyable à l’heure actuelle … je suis les règles. Et dans tout cela … je décèle un peu de réconfort, presque de la compassion même …

Elle laissa son propos en suspens souriant sur le côté, un petit sourire fin presque de tristesse.

Vous avez conscience d’être en présence d’un individu dangereux au vu de son potentiel, pourtant vous restez seule et visiblement à l’aise en ma présence. Vous venez de couper l’enregistrement et surtout … vous cherchez à me comprendre. J’ai observé par la fenêtre les mouvements en contrebas de vos troupes qui s'entraînent et j’ai donc bien l’impression d’être face à quelqu’un qui m’est … semblable, et qui pourtant me dépasse dans notre domaine de compétence.

Elle continua, mais son sourire s'effaça et la lueur en ses yeux disparut.

La brique qui vous manque … sachez que je la cherche également. Je suis perdue madame Kor’rial … perdue. Je me sens comme au milieu d’un océan, malmenée des deux côtés par les vagues de ces enseignements contradictoires. Je veux protéger ceux que j’aime, ceux qui m’entoure, je veux être utile pour le bien commun … et je sais en même temps que cela ne peut se faire sans violence, sans manipulation, sans pragmatisme. Si je m’enfonce dans les ténèbres, je risque de me perdre et de perdre de vue mon objectif, si je m’enfonce dans la lumière je risque d’échouer. Je ne décerne rien dans l’obscurité et la lumière m’aveugle …

#40607
« Et c’est tout en votre honneur. »

Si elle avait menti, comme elle l’avait spécifié, Helera aurait été très expéditive. Mais avait-elle des moyens de savoir absolument la vérité ? Non. L’inquisitrice bénéficiait simplement de de son statut et tout ce qui lui apportait en prestence et en autorité. Comme pour beaucoup d'officiers, c’était du flan. Alors qu’elle sentait le maire se détendre, elle en profita pour pousser le verre d’eau dans sa direction. Helera but également une gorgée.

« Dépasser, c’est vous qui le dites. Mes soldats peuvent intervenir à tout instant pour vous maîtriser. Mais j’imagine que vous le savez déjà. »

Helera termina son verre en même temps que sa triste tirade, puis se leva doucement. Alors elle fit le tour de sa chaise et se plaça face à la vitre. D’un geste de la main, elle invita Alison à la rejoindre. En contre bas, les soldats continuaient à s’entraîner, sabre en bois à la main. Leurs coups étaient puissants, féroces et ne souffraient d’aucune retenue. De part et d'autre, les soldats conventionnels patrouillaient et observaient. D’autres encore se mêlaient autres entraînements.

« Nos parcours sont similaires à bien des égards. Tout comme vous j’ai été entraîné par une Jedi, tout comme vous j’ai ensuite été récupéré par un Sith. Je me suis rapidement sortie de son influence et j’ai longtemps erré sur les chemins tumultueux de la Force. Tantôt héros de l’empire, tantôt traîtresse numéro une. »

Et pour cause, elle portait tout de même sa broche de poing de l’empereur, signifiant que ce dernier avait en personne reconnu ses exploits.

« Vous comme moi, nous avons trouvé dans l’empire la nation idéale pour exercer nos dons. Mais contrairement à vous, et je vous en transmets mes plus plates excuses, j’ai été identifiée plus rapidement. Sans vouloir donner la faute sur autrui, notre système n’est pas fait pour la recherche intense des gens comme nous. Les gens avec qui je traite sont à des années lumières de comprendre l’essence même de ce qui nous définit. Mais tant pis, vous êtes là aujourd’hui. »

Helera fit une pause, regarda son interlocutrice de côté et croisa les bras dans son dos.

« Votre taux de midichlorien présente un potentiel incroyable. Doublé par votre apprentissage de la Force, vous êtes ce que l’on peut appeler de perle rare. Une perle cependant dangereuse pour notre gouvernement. »

Elle se retourna définitivement face à elle.

« Madame le maire, ce que je vous propose aujourd’hui est une occasion unique de mettre à profit vos capacités. Vous êtes ici au cœur de la nouvelle cellule de traque d’individus sensibles séditieux au sein de l’empire. Nous nous entraînons pour contrer les menaces que représentent l’ordre Jedi, l’ordre Sith et tout autre ordre se revendiquant de l’un ou de l’autre. Car nous ne pouvons nous voiler la face, les défaites successives nous ont laissé dans un triste état et la présence de sensitif en a souvent été la cause. La mort de notre empereur, de notre impératrice, la destruction de nos stations de combat successives et j’en passe. »

Elle baissa la tête quelques instants avant de reprendre contenance.

« Laissez les gens que vous aimez sous la protection impériale et oeuvrez avec moi pour assurer l’imperméabilité de nos frontières. La lumière et l’obscurité sont des concepts qui n’obéissent qu’aux dogmes que représentent les codes Jedi et Sith. Soyons au-delà. Obéissons à notre coeur, protégeons les nôtres, chassons nos ennemis et utilisons nos capacités au service du peuple impérial. Rejoignez moi et je vous promets que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous guider et éclairer la voie qui est la vôtre. »

Nouvelle pause.

« Mais avant de me répondre, peut-être avez vous des questions ? »
Avatar de l’utilisateur
By Alison Malora
#40608

Sa part terminée, Alison accepta le verre d’eau et le vida d’un trait. Il était rare de la voir descendre aussi vite un breuvage non alcoolisé, mais la situation était de toute façon des plus atypique. La conseillère en fit de même puis se leva en direction de la vitre, elle invita sa captive à la rejoindre afin d’examiner de manière plus approfondie les entraînements.
A cet instant la dame se confia à son tour, lui faisant part des similitudes dans leurs vies respectives ce qui ne manqua pas d’étonner la Jedi-Noire … la rousse.

Par la suite elle loua les qualités et les dons d’Alison et dressa un tableau assez triste mais toutefois réaliste de l’Empire à ce jour puis déboucha enfin sur le but de toute cette mise en scène : rejoindre une cellule ayant pour but de traquer les sensitifs.

La forme restait une proposition mais il était évident que le refus n’était pas concevable.
Toutefois Helera se voulait rassurante : elle pouvait aider Alison à trouver des réponses, un sens et surtout lui permettre de garantir la pérennité de sa nation.

J’en ai quelques unes en effet … pour commencer, mon disciple. Que va t-il devenir étant lui-même sensitif ? Par la suite, compte tenu de nos lois, où se situe votre groupe ? Je vois des infrastructures et des moyens humains officiels mais … est-ce validé par nos dirigeants ? Et donc mon rôle actuel dans l’Empire, ou à venir … comment tout cela va évoluer ? Et plus personnellement, quelles réponses ou vérités avez-vous trouvées en dehors des dogmes millénaires ?

#40611
« Votre apprenti, s’il est en règle, sera tôt ou tard convoqué par les services de la protection des mœurs. N’ayant pas un taux exceptionnel, il sera tout simplement transféré dans un des camps médicaux au cœur de l’empire. Sinon, si vous y consentez, nous pouvons le transférer officiellement au sein de cette organisation. Il ne sera plus officiellement sous vos ordres et devra prouver sa valeur tout autant que les autres adeptes. Il ne vous restera qu’à grimper dans les échelons pour récupérer le commandement d’une escouade dans laquelle il sera affecté. »

Helera ne laissait pas vraiment le choix, tout en orientant volontairement le discours vers des terrains typiquement impériaux. L’apprenti les rejoignait ou partait en camp, signifiant tout autant à la maire que son destin serait lié en cas de refus. De plus, elle lui laissa une porte de sortie supplémentaire, un enjeux et la voie vers l’implication absolue au sein de l’inquisition.

« L’empereur est au fait de notre existence, validé par ses soins et celui de l'exécuteur. Nous sommes sous la juridiction d’un conseiller impérial. Néanmoins, pour tous les autres corps, nous n’existons que par notre grade et cela doit rester ainsi. Il est évident que si toute fuite était avérée, le responsable serait jugé de trahison. »

Rien de nouveau sous le Soleil de Yaga Minor. Parler, c’était trahir. Leur existence en dépendait, car beaucoup de dignitaires impériaux renieraient leur position.

« Si vous acceptez ma proposition, vous serez déposée de votre statut de maire pour intégrer nos rangs. Selon vos capacités et votre implication, vous ferez de l’instrument hiérarchique. Nous n’avons que très peu de strats dirigeantes. Je m’occupe de l’organisation, les chefs d’escouade de leur équipe et les adeptes de leurs équipiers. Nous sommes en collaboration étroite avec un corps spécial de l’armée régulière, avec lequel nous effectuons nos missions. »

Rien de plus à dire sur ce sujet. La reine et ex-conseillère ne voulait pas s’étendre davantage.

« Une simple conversation ne saurait étancher la soif de vos demandes. Ce que je peux vous dire, c’est que j’ai pu côtoyer l’ordre Jedi sur Coruscant. J’ai vu ce dont ils étaient capables sous couvert de leur code. J’ai également compris toute la dangerosité qu’ils représentaient pour notre peuple, les “ennemis de la liberté”. Si les Sith ne cachent pas leur volonté de nuire, ils sont bien souvent seuls. Les Jedi ont un gouvernement illégitime derrière eux et leur présence les inspire, car ils les considèrent comme des héros. Je ne voudrais pas vous offenser en rentrant dans la philosophie de comptoir. Nous aurons, je l’espère, tout le loisir d’en discuter plus amplement.
»
#40625



Toutes ces révélations éclairaient un chemin pourtant encore bien sombre. Mais au vu de la conversation, il était évident que seul le temps apporterait les pièces manquantes. La Jedi-Noire était tout de même troublée, elle s’engageait dans une organisation, qui bien que soutenu par les strates dirigeantes, n’en demeurait pas moins clandestine et à juste titre : le retour d’une institution liée à la Force dans l’Empire n’aurait pas que des adhérents.

Mais d’un point de vue personnel tout allait basculer, à commencer par son disciple. Alison s’assurerait qu’il rentre dans le rang, compte tenu de la situation il n’y avait aucune autre solution viable.
Elle devrait également remettre son fauteuil de Maire, et ceci pourrait compliquer sa suprématie sur les terrains de la ville et la réglementation. Il était donc indispensable de recommander quelqu’un de son entourage proche au sein du Groupe Malora pour garder le contrôle et ne pas ruiner tout ses efforts.
Et le plus gros changement … celui de son propre avenir. Alison avait pour ambition de gravir les échelons politique de Dantooïne avec sûreté et précaution, mais jamais elle n’avait songé à une carrière aussi “militaire”. Et pourtant son destin venait de prendre un brusque virage en ce sens et sans retour arrière possible. De toute sa formation il n’avait jamais été question de collaborer en armée, il n’y avait toujours eu qu’elle et un maître, puis elle et son disciple.

Elle garda un long moment de silence, encaissant enfin tout ce qui venait de se passer avant de poursuivre.


Je prendrai toutes les dispositions nécessaires avec mes proches, et ce avec discrétion. Il est indéniable qu’un jour ou l’autre nous serons rattrapé par les évènements galactique et rien ne me permettra d’assurer la survie des miens quand cela se produira … si ce n’est participer à asseoir un Etat fort et légitime. Je n’arrive toujours pas à cerner où cela me mènera, ni la portée réelle de l’engagement sur mon avenir mais vos paroles sont lourdes de sens et promettent bien des réponses et pouvoirs.

Elle inclina la tête poliment avant de terminer.

Je suis prête pour la suite.

Merci Helera, j'espère pouvoir rejouer avec ta Jen[…]

Un Hutt et des Jeux...

Ambiance “Bu badot of bu jeedai an beet sh[…]