L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Arkania, dans le système Perave, est une planète au climat inhospitalier. Couverte de toundra et de glaciers, elle abrite cependant de nombreuses mines qui sont sa principale source de revenus. Arkania est également connue pour ses centres d'expérimentation génétique qui furent à l'origine de la création de nouvelles races.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#30680
Insupportable ? Lui ? Il ne signait pas, parce qu'il n'y avait rien à signer. Sa méfiance en embuscade le dispensait de croire en une quelconque bonne foi. Il n'y avait jamais eu de proposition de partage d'archives, pas plus que le besoin de le faire avant l'entrevue. Prévoir ce qui était imprévisible était, il fallait l'admettre, une preuve de préparation à laquelle le doute semblait indiqué. Elizabeth aurait tout aussi bien trouver dans cette entreprise une preuve de l'ouverture débridée de l'Empire. Pas besoin de signer, comme un accord entre deux amis. L'intérêt procédurier Arkanien prévalait sur les actes désintéressés. Il n'y avait rien à abandonner. Une chance que la Reine n'eût fait que le penser à mal. Elle avait eu une occasion d'exprimer une erreur qui aurait coûté une relation diplomatique. Une chance qu'elle avait manqué au passage. Heureusement.

Merci.


Ce rapport il le lirai. Ou le ferai lire. Il devait déléguer sur certains sujets, et se contenter des résumés. Il avait d'autres sujets sans Sith à gérer. Plus une vie à avoir aussi. Ses apparitions et ses escapades semblaient donner de lui une image de pseudo-libertaire adepte d'une vie de bohême. Pour un travail composé de nuits courtes, de siestes obligatoires de 26 minutes et 32 secondes, d'ulcères et de projets invisibles. Gérer les services, tempérer les Moff, donner des directives, rédiger des ordonnances... et préparer une série de décrets qui allaient donner une autre forme de dictature à l'Empire. Un travail de titan qui ne serait jamais célébré. Pour une image de fainéant.

Bref. Son annonce, aussi laconique fût-elle, extorqua un genre de silencieux soupir de la femme à huit doigts. Oui, cette affaire était fatiguante. Il aurait aimé s'en passer. Mais voyez le bon côté : au moins les choses, entre eux, semblaient dites. Pour le moment. Etait venu le temps des sentiments. Maintenant venait celui des pieux mensonges. Dans une course à la satisfaction mutuelle allait s'amorcer une pente de petite souffrance optionnelle à laquelle ils allaient souscrire de leur plein gré. Ou était-ce juste du pessimisme que de le penser ?

Je vous remercie, Reine Civicius.


Petit silence. Qui le brise ? Vous ? Moi ? Apparemment, chacun attendait de l'autre qu'il se lance. Par politesse, personne ne se permettrait d'être poli vocalement. La peur de gêner paraissait toujours plus importante que la peur de s'en aller, l'esprit empli de non-dits. Il valait mieux, dans le glissant terrain de la diplomatie - l'art de la concession hypocrite - s'abonner au "si j'avais" qu'au "après tout". Un accident était vite arrivé avec un mot de trop. C'était un risque moindre avec un mot de moins.

Le gentilhomme tient la porte aux dames. Il les laisse s'exprimer aussi. Mais des fois, les codes se détournent. Et être gentilhomme, c'est proposer galamment ce que chacun attend. Ne pas forcer l'opinion. Mais exprimer son transport...

Dois-je... Venir à vos côtés tantôt ?


Incognito. Sans escorte. Déguisé, infiltré si elle le voulait. Souvent, hôte déjeunait avec son homologue invité pour discuter politique. Souper protocolaire dans le jargon. Rien d'officiel à ce que lui vienne, de fait.

Le bunker rouvrit ses portes. En un couloir, ils étaient rejoins de deux cintres d'un mètre quatre-vingt. Salut militaire. Hochement de tête impérial. L'Emperezur était reconnaissant de leur escorte. Mais il ne s'inclinait ni ne saluait une armée étrangère. Surtout pas en tant que Chef d'Etat. Il leur rendait, tout au plus, hommage, dans des contextes qui s'y prêtaient. L'esplanade de l'ambassade, un bâtiment noyé au milieu d'autres centres des administrations d'Arkania, de bureaux civils et d'habitations côtées semblait déserte. Mesure de sécurité ? Possible. Une Reine et un Empereur marchaient en direction de l'Ambassade après tout. Devant le bâtiment trônaient déjà deux StormTroopers, à l'affût du moindre geste suspect. Deux Gardes sortirent quand le "couple" monarchique fut à portée de regard. Harlon tira un sifflement adminiratif de sa langue, englobant les bâtiments d'un geste ample, tandis que tombait sur eux une petite poudreuse hivernale.

L'architecture Arkanienne est d'une beauté singulière.


Il était sincère. Dans le plus pur style Art Nouveau, Arkania promettait des constructions soignées, aux matériaux nobles, et aux lignes organiques contrastant avec l'aspect figé des glaces du sous-sol. Les domes ver-de-gris et les imitations de motifs de lierre donnaient un cachet absolu à la planète. L'intérieur de l'Ambassade promettait d'être un régal, si l'architecture intérieur se voulait aussi de l'Art Nouveau. Entre cees ponctuations sincères se bousculaient quelques blabla fades. Le froid ambiant, la neige qui lui tombait dans les cheveux avec délicatesse, tout contribuait à donner un cadre qui ne correspondait pas avec la réalité du moment. Ils n'étaient pas seuls. L'illusion de liberté s'additionnait avec la trsite nécessité pour des gardes d'escorter des gens alors qu'ils auraient préféré faire autre chose. Personne, dans cette escorte, n'était où il avait envie d'être. Pourquoi ces faux-semblants ?

Mais le périple hypocrite prenait fin. Plus tard, les deux gens pourraient être eux-mêmes. Il se tourna vers la Reine, prêt à la saluer. Incliné, main sur le coeur. La Reine fut plus prompte à le faire. Révérence. Le protocole Arkanien le voulait certainement. Et une initiative. Une main dégantée. Quatre doigts fins, d'une pâleur à mettre en rage la neige qui s'ébattait doucement jusqu'à l'horizon. Un regard rapide à Elizabeth. Un bref sourire. Non. Pas bref. Un sourire. Les gardes pouvaient le photographier. Il prit cette main, avec sa délicatesse personnelle, après avoir ôté le gant de cuir noir. Glissa ses doits sous les siens. Courba, pour elle, et elle seule, l'échine. Pas pour le Reine, non. La Reine avait une inclinaison, main sur le coeur. Elizabeth, elle, avait droit à son respect personnel. La main resta au niveau précédent. C'est lui qui permit la rencontre. Un baiser bref, superficiel - c'est la coutume, on ne dépose pas de salive sur une main royale ! - sur le dos de ce petit organe à quatre doigts.

J'étais ravi de vous parler... Reine Civicius.


Séparation. Elle serait nécessaire. Il le fallait. Pour le moment.

Je vous dis à ce soir.
Avatar de l’utilisateur
By Amertume
#31017
La recherche par mots-clés dans les archives impériales donna quelques résultats encourageants. A défaut d'être très pertinents, ils indiquaient une piste à suivre, c'était donc déjà ça. Le terme plaxacier était référencé au sein des Chantiers Navals de Bilbringi et même Kuat (bien que cette dernière ne soit plus impériale depuis belle lurette). De ce côté il y avait peu de chances de trouver une piste, le matériau étant utilisé comme base pour les Destroyers Stellaires et autres vaisseaux de tonnage lourd, ça n'était donc rien d'alarmant de le retrouver comme composante des productions impériales.

Fait intéressant, 3 noms d'entreprises étaient liés à l'utilisation du plaxacier hybride selon les archives: Cygnus Spaceworks, Loronar Corp et Hoersh Kessel Drive Inc. Le premier avait déposé un brevet d'une nouvelle création issue de son département R&D comportant visiblement ledit matériau. Le second avait fait une demande d'achat d'un titre de propriété quelque part dans le Bright-Jewel, probablement un gisement de plaxacier à exploiter en exclusivité.

Quant à HKD, il apparut que c'était surtout le terme "hybride" qui l'avait fait ressortir de la base de données. A en croire les archives, l'entreprise était en phase de fusion avec une autre, et les rapports parlaient justement d'hybridation, fait indiquant clairement que la transition était pour le moins ardue et pas sans douleur. En bref, c'était probablement une fausse piste. Ou peut-être pas. Qui sait. Peut-être y avait-il là 3 pistes intéressantes, ou aucune. Peut-être fallait-il creuser chaque piste, ou l'une des trois.

Il y avait en tout cas quelque chose qui était ressorti de ces recherches, c'était ensuite aux responsables de décider qu'en faire.

Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#31651
Le dossier serait traité par les Renseignements autant que faire se peut. Les recherches dans les archives physiques prirent un instant seulement, recoupant dans des exaoctets de données à la seconde, pour sortir des références, si obscures pour le commun des mortels mais si précieuses pour les espions de métier. Mais les résultats tombés ne correspondaient pas à des opportunités plaisantes. Enquêter sur Cygnus, Loronar et HKD revenait à s'immiscer dans l'espionnage industriel, ce qui risquait de ne pas dévoiler grand chose. A moins que l'un des deux, ou plusieurs, ou tous, ne soient dans un schéma de contrat particulier avec les Sith. Si Loronar acceptait de fournir du matériel aux Sith, il y avait à parier que les Sith disposaient d'une fortune à en faire pâlir les gouvernements du Sud. La pingrerie et l'appât du gain de Loronar était une légende financière qui ne tenait pas du mythe, la spéculation était si probable que cette perspective en devenait presque terrifiante. On transmit ces infos préliminaires aux services Arkaniens, comme convenu, sans pour autant parler de la marche qui allait suivre.

Cygnus paraissait improbable, était un fournisseur assidu de l'Empire, d'autant ques les commandes par centaines de navettes les mois derniers avaient sûrement injectés trop de capitaux pour laisser penser à une trahison.

HKD paraissait plus crédible, quelles que furent les circonstances. Faible depuis toujours financièrement, ils étaient des clients évidents dans la catégorie "influences, menaces et promesses en l'air".

Une série d'espions fut envoyée vers HKD, Cygnus et Loronar. En embauche dans les services marketing et logistiques. Envoyés à proximité des chantiers, pour vérifier si l'activité actuelle n'était pas encadrée par des grands types vêtus de noir et à la peau rouge, ou du moins tout aussi louche.

Si un pic d'activité était venu récemment, la chose sonnerait comme une alerte immédiate. Ces informations étaient souvent disponibles dans les bilans comptables des entreprises. Les actionnaires le demandait. Rapports d'activité, volumes de ventes, import-export, chiffre d'affaire, résultat net, capitalisation. Voyait-on des variations ? Les espions voyaient-ils de l'activité étrange près des chantiers ?
Avatar de l’utilisateur
By Amertume
#31687
Carton rouge chez Cygnus Spaceworks comme s'en doutaient de prime abord les Renseignements. Les agents infiltrés parmi les ingénieurs fraîchement débarqués dans le département R&D de l'entreprise mirent la main sur des schémas et plans de construction de prototypes d'un nouveau vaisseau de type Croiseur fabriqué avec le plaxacier hybride. Ils purent même assister à des projections théoriques via ordinateur et des séances de spéculation sur les caractéristiques techniques du modèle en cours de développement.

Nulle part n'était-il fait mention d'une quelconque utilisation de ce matériau pour autre chose, du reste un examen discret dans les livres de comptes mit en évidence que les récents mouvements de fonds avaient tous pour but des opérations tout à fait légales et facilement vérifiables. En un mot comme en 100, Cygnus était une entreprise tout à fait quelconque et innocente (sur le point qui nous motive en tout cas...).

A noter que d'après les rapides examens des plans de construction discrètement subtilisés par les agents, Cygnus n'irait pas bien loin avec ce nouveau concept. Faut le savoir quoi.




Au sein de HKD par contre la chasse s'avéra plus fructueuse. Un des agents implantés dans le service marketing apprit que la phase de fusion avec une mystérieuse entreprise était dans ses dernières étapes. Fait très intéressant, le conseil d'administration avait en majorité été renvoyé et remplacé par les membres du CA de l'autre entreprise pour « arranger au mieux la transition et offrir de nouvelles perspectives d'avenir à l'ensemble de l'entreprise ». Le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils semblaient capable d'en offrir des perspectives.

Un rapide petit tour du côté de la comptabilité indiqua que l'entreprise nouvellement dirigeante de HKD avait injecté ces derniers mois des dizaines de millions de crédits au bas mot pour moderniser et augmenter la taille de la structure mais les chefs de départements n'avaient encore aucune idée des objectifs derrière tout ces investissements. On tenait là quelque chose visiblement mes amis.

L'entreprise nouvellement propriétaire d'HKD s'appelait Space Travels Corp et une rapide enquête révéla qu'elle n'avait jusqu'à il y a quelques mois eu aucune existence officielle. Son siège social la basait en territoire neutre dans le Sud galactique mais ne donnait aucune donnée précise. Il y avait de bonnes chances pour que cette donnée soit complètement bidon et volontairement vague de façon à cacher le vrai emplacement du quartier général de la compagnie. A creuser ?




Quant à Loronar eh bien... S'il y avait bien une entreprise qu'on pouvait taxer de se commettre avec n'importe qui du moment que ça lui rapportait, c'était bien celle-là. Sa participation dans certains conflits sur des territoires républicains parlait pour elle. Loronar avait une sale réputation dans le milieu, on la disait aussi infecte et vicieuse que la Corporation Czerka de l'Ancienne République. Et visiblement elle aimait jouer sur les 2 tableaux à en juger par sa présence autant dans l'Empire que la Nouvelle République. L'argent n'a pas d'odeur, dit-on après tout.

Les agents infiltrés découvrirent que la compagnie avait effectivement fait une demande d'achat de terrain sur Anobis dans le Bright Jewel, pour extraire des minerais, probablement le plaxacier dans sa forme brute. Jusque-là bon, pas grand-chose de notable vous me direz, une entreprise qui fait dans la construction de vaisseau achète un coin pour se fournir en matériaux de construction, ça sonne comme une fausse piste. Sauf que.

Un agent un peu futé fouina du côté des bases de données internes de l'entreprise et, nonobstant le fait qu'il avait bien failli se faire prendre la main dans le sac – il s'en était fallu de peu – il se rendit compte que l'achat du terrain... N'était en fait pas pour Loronar. Celle-ci avait bien acheté à son nom le terrain mais comptait le louer à une tierce partie non nommée dans les fichiers. Curieuse manière de faire mais ça ne devait pas être tellement surprenant vu de qui on parlait. Bien sûr, ça pouvait très bien n'être qu'une histoire de se renflouer en scred' sans en référer aux autorités pour ne pas avoir à payer de frais supplémentaires quelconques. Ou ça pouvait être autre chose. A méditer.
Avatar de l’utilisateur
By Harlon Astellan
#31703
On ne doutât plus de Cygnus après ça. Partenaire privilégié qu'il était, il resta dans les bonnes grâces de l'Empire. Les agents infiltrés partirent bientôt sans laisser de trace, pour laisser des places à ceux qui avaient un minimum de mérite professionnel.




HKD changeait de conseil d'administration et se faisait injecter de l'argent par millions. Quelque chose sonnait plein dans cette coquille d'oeuf. Par acquis de conscience, il fallait tout de même envoyer des agents près des environs vérifier le siège social en question. Le Sud Galactique était relativement accessible, et les agents en sommeil ne connaissaient pas des masses de frontières. Mais le Directeur était prêt à parier sa fortune personnelle contre un décicrédit que Space Travels Corp était une société écran aux mains des Sith.

Mais un siège social sur Balmorra n'était pas une idée de génie. Par de leur part, mais de celle des Renseignements.

Même dilemme pour Loronar. Si tout sentait la magouille, la magouille en question pouvait bien se contenter d'être financière. Mais après tout... sous couvert d'une inspection du fisc, on pouvait bien amener quelques détachements anti-sensitifs ? Rien ne l'interdisait.

Mais Loronar se situait elle aussi en territoire républicain. Violer une frontière reviendrait à une invasion. Et l'Empire n'avait pas de temps à perdre avec ça. Ca le laisserait vulnérable inutilement. Autant se décharger d'une responsabilité comme certains le faisaient si bien. Depuis que Madine avait laissé son numéro de comlink aux Renseignements, l'envoi de messages pouvait aussi bien être à double sens. L'Empire, en fait, allait reprendre un peu la main sur le terrain du "regarde comme je fais mieux ton boulot que toi".

Là où il en avait reçu une, d'information, il en donnerait deux. On pouvait dire ce qu'on voulait : ça comptait. Le Directeur savait bien ce qu'il convenait de faire. Son chef, l'Empereur, approuverait certainement. Tout au plus lui reprocherait-il de ne pas l'avoir consulté avant, mais sans plus.

A : Crix MADINE ; Commandement des Forces Spéciales de la Nouvelle-République ; [si applicable] Direction Générale des Renseignements Républicains
CC : Empereur Harlon Astellan
De : Direction Générale des Renseignements Impériaux
Objet : [VIRUS : OK!] Bastions Sith en territoire républicain

Aux Dignitaires Néo-Républicains,

De la part de la Direction Conjointe de l'Intelligence Impériale et des Renseignements Militaires Impériaux,

Salutations, veuillez ci-joint trouver un rapport compilé par des agents infiltrés dans diverses branches potentiellement compromises avec les Sith de Sang Pur. Un alliage rare a été trouvé dans les composants martiaux maniés par certains individus tués sur Arkania. Les enquêtes successives ont dévoilé que les entreprises Loronar Corporation et Hoersch-Kessel Drive ont toutes deux procédé à des injections d'argent massives et suspectes.

Loronar notamment en achetant des terrains sans que le nom du bénéficiaire n'apparaisse. A noter que la chose peut simplement être une façon de s'exiler de la fiscalité républicaine.

HKD s'est en revanche compromise dans un rachat massif par une société tierce dont l'existence n'est claire que depuis quelques mois seulement, et dont le siège sociale semble enterré loin dans le Sud Galactique. Le COnseil d'Administration a été modifié à plus de 70% de ses effectifs initiaux et vient de recevoir un afflux d'argent se calculant en dizaines de millions de crédits. Il semble probable que HKD se soit compromise dans la fourniture légale de matériel martial pour les Sith et serve de société écran à des activités lucratives et bénéficiaires à nos ennemis.

Ce qui laisse présager de sources d'argent phénoménales de leur part. La branche exécutive du Secteur Corporatif sera interrogée et fouillée par nos services. Mais concernant Loronar et la branche Balmoranne de HKD, nous préférons vous laisser la main, dans un souci de respecter les frontières républicaines.

L'Empire vous laisse seuls juges de ce qu'il conviendra de faire.

Bien à vous

----------------------


X
Directeur Général des Renseignements Impériaux


Bien entendu, on envoya tout à Arkania. Sans laisser tomber la mission consistant à explorer le siège social de Space Travels Corp.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

L'ombre et la lumière

Elle ne comprenait pas, où ne voyait pas. Le voil[…]

Les indicateurs du tableau de bord avait beau cli[…]

Peut-on sortir d'un trou noir ?

Salut à tous ! Je propose, à ceux qui s'int[…]