L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Capitale de la Centralité. Sa surface est recouverte de plus de trois mille lacs, qui forcent à effectuer la majeure partie des déplacements sous l'eau. Elle est doté d'un gigantesque réseau de monorail, qui relie tous les centres habités de la planète.
Gouvernement : Neutre
#37938
Image



Cela faisait maintenant presque une semaine que le Nouvel Ordre Jedi avait eu l’information comme quoi des enfants potentiellement sensitifs auraient été enlevés dans la région de la Centralité. Cette information fut prise très au sérieux par le Conseil et immédiatement, deux jedis furent envoyés pour enquêter et retrouver ces enfants. La Chevalière Jedi Jem Treboh et sa padawan se mirent donc immédiatement en route pour la Centralité. Afin de ne pas perdre de précieux indices, elles se devaient de faire très vite. Dans cette optique, Jem décida que des recherches en parallèles seraient le moyen le plus efficace pour parvenir à un résultat et par conséquent, elle envoya Rena enquêter dans la capitale Erilnar, tandis qu’elle se chargerait d’Oseon, lieu particulièrement réputé pour les activités illégales du système. Etant assez familière de ce genre d’atmosphère, il lui était tout indiqué de prendre cette partie de la mission, surtout qu’elle ne manquerait pas de faire quelques parties de pazaak en passant.

Quoi qu’il en soit, la Maître et ma Padawan se séparèrent en se souhaitant mutuellement la protection de la Force et moins d’une heure après avoir laissé son Maître sur Oseon, la jeune femme atterrit sur Erilnar afin de débuter son enquête. Bien sûr, les portes ne risquaient pas de lui être ouverte malgré son statut de Jedi. Il faut dire que la neutralité de la région rendait l’accès aux informations plus réduites ou en tout cas, concernant le chemin officiel. Pour commencer, la petite brune se mit à la recherche des parents des enfants enlevés, espérant trouver des indices. Pour se faire, il y avait plusieurs méthodes et évidemment, le plus simple était de se renseigner auprès des autorités. Si elle ne pouvait sans doute pas obtenir l’accès complet aux dossiers, il lui serait certainement facile d’avoir quelques noms. C’est donc habillée très simplement d’une tunique en cuir brun clair et d’un châle beige qu’elle se dirigea vers l’immeuble abritant la police locale. Tranquillement, elle se présenta à l’accueil comme étant Rena Kuolor et qu’elle souhaitait parler au responsable des disparitions d’enfants. Evidemment, elle fut conviée d’attendre le temps que l’enquêteur arrive. Il s’agissait d’un certain Erz Jutog.

Après presque une demi-heure, un homme de presque deux mètres vint à la rencontre de Rena. L’air peu dégourdi et pas très professionnel ne manquèrent pas de faire comprendre à la jeune padawan que cette enquête n’avait pas beaucoup d’importance pour les autorités.

« Enquêteur Jutog, vous … hic … désirez me parler ? Beuuuurp … Je … hic … vous … écoute … »

En plus d’avoir l’air d’un simplet, il s’agissait d’un alcoolique. A ce niveau, elle était certaine que quelqu’un devait être derrière sa nomination sur cette enquête. Toutefois, ce n’était pas plus mal pour obtenir des renseignements facilement. Se mettant un peu à l’écart, la Jedi utilisa la Force pour influencer l’esprit du policier.

« Vous allez me dire le nom des victimes … »

Embrumé par la Force, la langue d’Erz se délia malgré lui et il donna trois noms d’enfants, Tia Franuk, Julo Polar et Berz Trafg. Bizarrement, cela ne correspondait pas aux informations que le Nouvel Ordre Jedi avait eu de la Nouvelle République et qui faisaient mention de cinq enfants disparus. Il y avait donc deux enfants pour lesquels aucune plainte n’avait été déposée. Rena posa encore plusieurs questions à l’enquêteur qui manqua plusieurs fois de vomir son trop plein de whisky corellien. Toutefois, elle n’en tira pas grand-chose d’autre en dehors que l’enquête était au point mort. Après tout ça, la jeune brune sortit sans perdre de temps du bâtiment et commença à chercher après l’adresse des parents des enfants disparus. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver la première adresse et s’y rendre sans attendre.

Arrivée sur place, la jeune Jedi chercha l’immeuble où vivaient les parents de la petite Tia. Soudain, elle entendit des cris et des appels au secours. Sans perdre une seconde, Rena s’élança pour venir en aide à la femme qui criait. La porte de l’appartement étant entrouverte, elle pénétra à l’intérieur et découvrit un homme blessé par terre, visiblement inconscient. Les cris venaient de la salle de bain où deux hommes tentaient d’entrer de force pour s’en prendre à la femme qui y avait pris refuge. Face à une telle situation, la brunette n’hésita pas et s’élança sur eux, les repoussant pour se mettre entre eux et la porte qui n’aurait pas tardé à céder.

« Je vous interdis de faire du mal à cette femme ! Qui êtes-vous ? »

Les deux malabars rigolèrent bruyamment, se moquant clairement de la femme qui venait à la rencontre de sa propre mort. Le gros barbu prit la parole d’un air menaçant, agitant son blaster sous le nez de la brune qui ne semblait nullement inquiète.

« On ne t’a jamais appris à te mêler de tes affaires ? Tu pourras m’appeler Papa une fois que je te l’aurais fait rentrer dans le crâne ! »

Ne souhaitant pas révéler immédiatement son statut de Jedi, Rena utilisa la Force avec une certaine discrétion, accompagnant ses coups d’une poussée de Force pour leur donner une puissance bien supérieure. De cette façon, le premier malfrat vola à l’autre bout de la pièce, s’écrasant bruyamment contre le mur. En voyant cela, le sourire du second s’effaça en un instant, regardant incrédule son collègue inconscient et la frêle femme qui venait de l’envoyer voler. Sans demander son reste, il s’encourut. Comme on pouvait s’y attendre d’un criminel, il ne s’attarda même pas pour essayer d’embarquer son collègue. Rena frappa à la porte de la salle de bain afin d’annoncer à la femme qui criait que le danger avait disparu, avant de se rendre auprès de l’homme blessé pour lui administrer les premiers soins. De ce qu’elle pouvait voir, ce n’était pas trop grave et il devrait s’en sortir. C’est une jeune femme à la peau brune qui sortit de la salle de bain, visiblement blessée à l’épaule et en pleurs. Elle accourut au chevet de l’homme étendu à terre qui n’était autre que son mari.

« Merci de nous avoir sauvé ! Ces types disaient avoir des informations sur notre fille et ils nous ont agressé dès qu’ils sont entrés. Je ne sais pas pourquoi … Je m’appelle Hasha, Hasha Franuk, et c’est mon mari Yven. »

Les choses commençaient à se compliquer car si la nomination de l’enquêteur pourri était une chose, faire disparaître les parents ayant signalé la disparition de leur enfant était bien plus dangereux. Elle se devait de les mettre en sécurité et de s’assurer que les autres parents ne soient pas également pris pour cible.
#37971
Luna s’était vu assigné la mission de retrouver les enfants sensitifs tout comme elle l’avaient été. Ils se faisait enlever dans la région de la Centralité. Alayna lui avait autorisé à effectuer cette mission car elle savait que cela la toucher particulièrement et qu’elle mènerait à bien cette mission. Elle lui avait fourni directement des documents officiels de la police mentionnant la disparition de trois enfants : Tia Franuk, Julo Polar et Berz Trafg. Mais elle avait aussi réussi à obtenir le nom et le prénom d’un quatrième enfant : Hélios Erivan. Personne n’avait déposer une plainte le concernant mais grâce au talent de certains chasseurs de prime elle avait pu apprendre que le jeune garçon avait disparu récemment. Elle tenait absolument à les retrouver tous les quatre. Ils étaient hors de question que des enfants vivent une vie aussi atroce en esclavage comme elle l’avait vécu. Cette fois elle n’était pas la victime mais l’héroïne qui allait venir les sauver.

Elle décida pour aborder cette mission de ne prendre qu’une escorte, qu’elle souhaitait faire attendre à bord d’un petit vaisseau qu’elle avait décidé de louer. Inutile de se faire remarquer de trop avec l’un des vaisseaux de sa maître. Elle opta également pour une tenue des plus souples et confortable tout en gardant un minimum de sécurité : boite noire haute remontante aux genoux, pantalon de toile grise, chemisier noire, veste à capuche grise avec assez de poches pour y glisser une cyberlame et son blaster. Pour le reste elle saura agir et utiliser sa force si nécessaire. Elle prit également la liste des noms et prénom des enfants avec leurs adresses respectives. Elle se décida à aller chercher dans le quartier ou la petite Tia avait habité avec ses parents pour leur poser quelques questions et se renseigner un peu plus sur la situation de la petite et la manière dont elle avait été enlevée.

Une fois arrivée elle descendit seule dans le quartier de la petite Tia à la rechercher de l’immeuble ou ses parents et elle devait résider. Elle entendit des cris, des appels au secours et vu une femme toute frêle s’élançait vers le bâtiment. Luna était méfiante il s’agissait peut-être d’une espionne. Elle se cacha derrière un muret. Elle attendit de voir qu’est-ce que cette jeune femme comptait faire dans cet immeuble. Quelques instants plus tard un malfrat sortit de l’immeuble en courant comme s’il avait peur de quelque chose ou…de quelqu’un. Elle sut qu’il devait surement venir de l’immeuble ou plus précisément de l’appartement de la famille de Tia au vu de la provenance des cris. Elle se mit rapidement à la suivre et lorsqu’il empreinta une ruelle elle le stoppa net en l’attrapant et le faisant rouler avec elle au sol sans avoir à utiliser sa force. Elle pointa sa cyberlame discrètement sur son cou une fois au sol au-dessus de lui.

« Je te préviens tu la ferme et tu réponds à mes questions ou je te tranche la gorge je n’ai pas de pitié à avoir pour des malfrats comme toi…Tu dois me dire toute la vérité et je te laisserais peut-être une chance de vivre mais si tu oses me mentir je le saurais et je serais beaucoup moins gentille »


L’homme se mit à suer à grosse goutte mais il hocha la tête

« Bien je crois que tu as saisi…Tu étais chez les parents de la petite Tia c’est ça ? »


Nouvelle hochement de tête

« Pour y faire quoi ? Tu as des informations sur elle ? »


Il déglutit et répondit doucement :

« On devait les faire chanter en prétendant avoir des informations sur leur fille, après les agresser et faire passer cela pour une dispute violente de couple…On obéit aux ordres…Oui, on a enlevé la petite il y a des mois de cela quand elle rentrait de son école mais on l’a juste livré à notre gérant on ne sait pas ce qu’elle est devenue…Vous savez on avait une prime si on la capturer…Je voulais juste pouvoir faire manger ma famille vous savez... »


Luna réfléchit. Elle était tentée de procéder à une légère étreinte sur son foie ou de lui briser le poignet ou même les deux pour avoir osé enlever une enfant innocente uniquement dans l’optique d’obtenir une prime mais elle devait avant tout se calmer. Il lui restait encore des informations à avoir avant de s’amuser un peu

« Tu sais qu’enlever les enfants c’est ignoble en plus pour de l’argent…Certes tu l’as peut-être fait dans un but altruiste envers ta famille mais justement tu ne penses absolument pas à la douleur que tu as fait subir à une autre ni à cette pauvre petite…D’ailleurs je veux savoir ou tu l’as livré et qui t’a engagé »


Le malfrat la regarda terrifier

« Je sais mais…je n’avais pas le choix. J’ai déposé la petite sur Naboo à la demande de mon gérant mais je ne le connais pas personnellement et je ne sais pas son nom on ne nous l’a jamais dit… »


Naboo. Luna sentit son cœur se serrer. C’était là qu’elle avait été enlevée, qu’elle avait vécu. Et c’était sans doute là dans une planète calme que se cachait peut-être un trafic d’enfants sensitifs mais à quel compte elle l’ignorait. Elle sentit bien que le malfrat n’en savait rien. Il était en train de se faire dessus littéralement à l’idée de se faire trancher la gorge. Finalement Luna repensa à la manière dont il s’était sauvé et cela piqua sa curiosité, notamment en rapport avec cette mystérieuse jeune femme qui semblait si frêle au premier regard et qui s’était élançait dans l’immeuble.

« Merci…Je pense que tu dis la vérité mais je n’en ai pas fini avec toi. Pourquoi courais-tu avec la peur au ventre ? »


L’homme répondit en tremblant. Elle sut qu’il avait si peur qu’il ne rechercherait sûrement pas à la& contrarier et donc à lui mentir

« Une femme qui semblait si fragile à débarquer de nulle part dans l’appartement quand nous avions blesser le père de la petite devant les yeux de sa femme en le menaçant…Elle a envoyé mon camarade à l’autre bout de la pièce AVEC LES MAINS…Sans rien toucher…Je n’avais jamais vu ça de ma vie moi ! J’ai pris peur et je me suis enfui pour lui échapper mais…je suis tombée sur vous apparemment…S’il vous plait relâchez moi…pitié »


Luna était consternée. Cet homme et son « ami », si on pouvait l’appeler comme telle après l’abandon lâche de celui-ci, avait torturer le père de l’enfant qu’ils avaient eux-mêmes enlevée…Elle bouillonnait. Elle avait du mal à garder son sang-froid. Oh cet homme n’allait pas s’en tirer aussi facilement mais la mort était une récompense bien trop belle pour lui. Avant de le relâcher elle réfléchit patiemment. Cette jeune femme devait elle aussi être une sensitive pour avoir envoyé son « ami » aussi loin et aussi brutalement qu’il le décrivait. Mais elle devrait vérifier d’elle-même. Après tout il avait peut-être exagéré. Cela l’intriguait…Elle ne devait peut-être pas être seule sur cette mission ou alors cela serait un sacré coup de chance que deux sensitives se retrouvent dans l’appartement d’une enfant sensitive disparu. Elle arrêta là ses réflexions et décida qu’elle irait voir par elle-même directement à l’appartement et qu’elle en saurait peut-être plus là-bas, d’autant qu’elle savait maintenant ou la petite avait été amenée pour la dernière fois. Elle irait voir directement au parlement. Peut-être auraient-ils vu une activité suspecte sur Naboo.

Elle revient alors à cet homme dont la vie filer entre ses mains. Elle rangea sa cyberlame doucement et vu le soulagement dans les yeux de l’homme. Elle se releva en l’aidant.

« Merci. Vous m’avez était d’une précieuse aide »

« Mais…de rien ! Merci de m’épargniez mademoiselle… »


Elle sourit doucement

« Oh mais…de rien »


Elle le vit s’éloigner d’elle lentement et son sourire se transforma en un rictus et elle agita ses doigts de la main gauche et serra son poing droit. L’homme tomba à genoux en hurlant tournant la tête vers elle. Elle procéda doucement à son pouvoir d’éteinte et lui brisa les poignets par sa main gauche et elle serra fort son foie de sa main droite. Elle s’approcha de lui et murmura à son oreille.

« Si tu croyais que tu t’en sortirais comme ça…Tu ne vas pas payer de ta vie ce que tu as fait à cette enfant, à cette famille ou bien d’autres encore mais je ne préfère pas le savoir ou je risquerais de changer d’avis…Mais je vais juste faire en sorte que tu retiennes la leçon et s’il te plait...évite de crier »


Elle lui brisa le foie en serrant bien fort avec sa main droite et musela sa bouche de la main gauche. Elle vu ses larmes et attendit. Une fois qu’elle était certaine d’avoir déchirer son foie intérieurement et lorsqu’elle était certaine qu’il criait plus elle lâcha sa proie.

« Maintenant tu viens avec moi et tu la ferme. Sinon je te jure que je te ferai bien pire que ça. Me suis-je bien fait comprendre ? »


Le malfrat hocha la tête difficilement au vu de la douleur lancinante qu’il ressentait. Bien ! Une bonne de chose de faite. Elle lui agrippa le bras et le traina doucement jusqu’à l’appartement des parents de la petite Tia. Elle le jeta négligemment au pas de la porte rester entrouverte et elle observa la scène qui se déroulait devant elle : Une femme et un homme se tenaient l’un contre l’autre et discutaient avec la fameuse sensitive dont avait parlé le malfrat et que Luna avait repérer s’enlaçant dans l’appartement en entendant des cris. Surement ceux des parents de Tia. Tous les trois se retournèrent vers elle quand ils virent le deuxième malfrat mal en point à ses pieds. Elle resta sur ses gardes mais afficha un sourire chaleureux et bienveillant.

« Bonjour ! J’ai vu cet homme s’enfuir de chez vous je me suis dit qu’il avait sans doute commis des crimes dans cet appartement dans lequel j’ai entendu des cris tout à l’heure alors je vous le ramène il a dit vouloir s’excuser »


L’homme se plia de douleur et murmura un pardon envers les parents de la petite Tia avant de s’effondrer à cause de la douleur subit par la déchirure à son foie et à ses poignets cassés. Elle soupira doucement :

« Je l’ai retrouvé bien amoché alors que je me dirigeais pour vous rencontrer alors je pensais que le mieux était de le ramener ici au vu du fait qu’il sortait de cet immeuble…Je me présente je suis Luna Evangéline RedMoon et je viens pour sauver votre fille Tia »


Elle se tourna enfin vers la jeune femme sensitive qu’avait décrit le malfrat

« Je suis enchantée de vous rencontrer aussi mademoiselle… ? Vous avez l’air d’avoir bien mater le deuxième à ce que je vois. Vous êtes de la famille de Tia ? »


Elle entendit patiemment que les parents de Tia ou la jeune femme dont elle ne connaissait que la description faite par le malfrat se présente à elle
#38004
Image



Finalement, même si l’un des deux truands était parvenu à s’enfuir, Rena était satisfaite d’avoir pu sauver le jeune couple d’une mort certaine. Il lui restait encore celui qu’elle avait neutralisé pour en apprendre plus sur les commanditaires et cela allait largement suffire. Quoi qu’il en soit, la padawan fit de son mieux pour soigner l’homme à terre, tout en tentant de calmer sa femme.

« Ne vous inquiétez pas, je viens pour vous aider. Je travaille avec la police sur l’enlèvement de votre fille. Pour le moment, on va aider votre mari et vous allez préparer des affaires pour partir quelques temps. Vous n’êtes visiblement pas en sécurité en restant ici. »

Face à l’attitude rassurante et bienveillante de la jeune femme, Hasha ne put qu’acquiescer en l’aidant à soigner son époux. Elle allait devoir lui faire confiance mais bon, après tout ce qu’il s’était passé, il n’y avait aucune raison de ne pas le faire. Afin de les aider, la Jedi leur fournit plusieurs lieux où ils seraient en sécurité et où elle pourrait aisément les contacter au besoin. Ils allaient devoir partir assez rapidement pour éviter le risque de ce faire attraper à nouveau par des truands. Toutefois, l’homme qui s’était enfuit fit une entrée remarquée dans l’appartement. Tombant au sol comme un vieux morceaux de viande, il attira immédiatement l’attention de Rena qui se tint prête à intervenir. A première vue, il n’était plus une menace vu son état mais bon, il restait à voir le responsable qui se cachait derrière tout ça. Une jeune femme fit son entrée à son tour. Elle ne semblait pas particulièrement impressionnante et pourtant, elle était parvenue à mettre le malfrat dans cet état. Il ne fallait donc pas la sous-estimer.

Rena se releva pour se tenir prête à toute éventualité, alors que la jeune femme indiqua qu’elle avait entendu des cris et qu’elle ramenait le truand pour s’excuser. Vu l’état de ce dernier et celui de l’inconnue, il n’y avait pas vraiment eu de combat. La différence de force était évidente, un peu comme pour la padawan et l’autre brute. Elle devait donc être particulièrement douée. Alors que le pauvre homme s’excusait péniblement, l’attitude de l’inconnue attira la suspicion de Rena car elle rejeta la responsabilité des blessures de l’homme sur quelqu’un d’autre, alors qu’elle admettait juste avant l’avoir vu s’enfuir. Il y avait donc une grosse incohérence dans ses paroles qui ne manquaient pas de rendre méfiante la brunette. Tout ça sans oublier qu’elle clamait venir sauver la fille de Hasha et Yven. Bien sûr, pour les parents de la petite, voir deux personnes s’intéresser soudain au sauvetage de leur fille ne pouvait que les ravir. Hasha pleura à l’idée de revoir peut-être rapidement sa fille, alors que Yven se redressait péniblement avec l’aide de Rena.

« Je vous remercie toutes les deux. Notre fille nous manque tellement. La police nous a dit n’avoir aucun indice mais on a appris que Tia n’était pas la seule enfant à avoir été enlevée. C’est que vous savez … elle est spéciale … »

Avant que la jeune mère n’en dise plus, la padawan l’interrompit pour se présenter, comme si elle ne voulait pas que trop d’informations ne soient révélées à cette Luna.

« Enchantée, je suis Rena Kuolor. J’ai été mandatée pour enquêter sur la disparition de plusieurs enfants dont Tia. Le complice de l’homme que vous avez intercepté a visiblement eu plus de chance que lui. Il a seulement fait une mauvaise chute et s’est cogné. »

Rena s’approcha de l’homme à terre qui gémissait et inspecta ses blessures. Visiblement, elle n’avait pas du tout été tendre avec lui. Cela pouvait même ressembler à de la torture. Cette femme était dangereuse et la jeune padawan se devait de se méfier d’elle pour le moment, tant qu’elle n’en connaissait pas plus sur ce qu’elle pouvait cacher. Peut-être était-elle juste là pour nettoyer les nettoyeurs et s’infiltrer dans une éventuelle enquête pour que son organisation soit informée de l’évolution et avoir une longueur d’avance. De leurs côtés, les parents étaient heureux et ne se montraient absolument pas méfiant concernant cette femme et pour cause, cela ne faisait qu’augmenter les chances de revoir leur fille à leurs yeux. Quoi qu’il en soit, Rena commença à questionner l’homme qui avait été ramené par Luna, cherchant à savoir ce qu’il savait pour poursuivre son enquête.

« Dis-moi ce que tu sais sur cette affaire sinon je la laisse terminer ce qu’elle a commencé. »

Par ses mots, la jeune padawan montrait clairement qu’elle n’avait pas été dupe par les paroles de la jeune femme, sachant très bien qu’elle était celle qui l’avait mis dans cet état. Bien sûr, l’homme ne manqua pas de vider son sac sans la moindre retenue, vu la peur qu’il avait de Luna. Il répéta à Rena ce qu’il avait déjà dit à son bourreau. Il fallait donc retrouver ce mystérieux gérant et se rendre sur Naboo afin de retrouver les enfants, pour peu que ceux-ci soient toujours là-bas. En attendant, la brunette ne manqua pas de demander aux parents de la petite Tia de faire leurs valises et de partir au plus vite vers l’un des lieux qu’elle leur avait conseillé. Pendant qu’ils étaient occupés, Rena se tourna vers Luna afin d’en apprendre un peu plus sur cette mystérieuse jeune femme.

« Non pas que ça me dérange d’avoir de l’aide mais bon, pourquoi t’intéresses-tu à cette affaire ? Vu tes méthodes, tu ne dois pas avoir de lien avec les autorités. »

Tout en discutant avec elle, Rena attacha solidement le premier truand blessé et l’autre qui reprenait doucement conscience. En ne les livrant pas directement à la police, il y avait plus de chance que l’information de leur arrivée prochaine soit retardée. En même temps, si ces imbéciles savaient comment contacter directement leur employeur, les choses auraient été bien plus simples. En tout cas, le malfrat assommé par la padawan se montra nettement plus sûr de lui et hostile, sans doute car il pensait encore naïvement que sa défaite était un coup de chance. Peut-être que l’absence de torture contrairement à son complice aidait également à ce sentiment de gros dur qu’il tentait d’imposer.

« Vous ne savez pas à qui vous avez à faire ! Une fois que je serai libre, je vous retrouverai et je vous tuerai ! Je prendrai mon temps avec vous, histoire que vous me suppliez de vous achever ! »

Visiblement, l’état de son coéquipier ne semblait pas l’inquiéter et rien que pour cela, Rena se doutait qu’il était le chef du duo. Il devait donc en savoir peut-être un peu plus que son complice et pour lui faire cracher le morceau, il suffisait de la jouer finement. Discrètement, elle fit un signe à Luna pour qu’elle entre dans son jeu, espérant bien qu’elle comprenne où elle voulait en venir. Si elle était la moitié de ce que la jeune padawan supposait, cela devrait rapidement faire tilt dans son esprit. C’est donc par un coup de poing bien senti au niveau de l’œil gauche que la brunette stoppa les insultes et les menaces de son prisonnier. Elle s’accroupit pour mettre son visage à hauteur du sien et afficha un visage aussi froid et sans pitié qu’une tueuse professionnelle. Sa voix était calme et limpide, comme si aucune émotion ne transpirait de son être.

« Cela ne sert à rien de t’énerver. Tu sais pour qui on travaille. Nous sommes celles qui font le ménage après le ménage. Tu comprends ? »

Surpris, l’homme bégaya quelques mots. Il ne comprenait visiblement pas ce qu’il se passait.

« Mais … mais … on a fait ce qu’il a demandé ! C’est … c’est vous qui nous … qui nous avez arrêté ! C’est dégueulasse !!! On a toujours été loyaux ! »

Son complice étant inerte à l’autre bout de la pièce, les parents de la gamine partis sans laisser de trace, l’homme ne pouvait que se poser mille questions sur ce qu’il se passait. Son employeur l’avait-il vraiment trahi ? Cherchait-il à se débarrasser d’eux ? En même temps, ils n’avaient pas été des plus discrets lors des enlèvements et même la police avait ouvert des enquêtes, ce qui n’avait pas plus au patron. Peut-être était-ce à cause de ça qu’il avait envoyé ces femmes pour les éliminer ? Tout était confus dans son esprit et évidemment, il ne manqua pas de plaider pour sa survie, occultant des éléments pourtant basiques qui auraient pu révéler la supercherie.

« Dites-lui qu’on se rattrapera ! Il n’y aura plus d’erreur ! On travaille pour Monsieur Larcol depuis plusieurs années ! On a toujours été loyaux ! Appelez-le ! On ne mérite pas ça ! »

L’homme dur semblait désormais être un petit enfant fragile qui pleurait pour sa vie. En attendant, Rena avait obtenu une information complémentaire et visiblement, ce Larcol était le cerveau derrière tout ça. Il ne restait plus qu’à savoir de qui il s’agissait et surtout, où le trouver.

Enfin. Enfin, je respire à nouveau. Mes idées s[…]

https://cdn.lowgif.com/full/6b2d0909[…]

Lark attendait le vaisseau de cette Alison Malor[…]

Bothawui [Solo]

L'instant d'après, j'étais à nouveau au sol. Mon m[…]

Secteur Bothan & Bothan Spynet

Effectifs totaux Vaisseaux : 9 Crois[…]

B ossk se comportant amicalement ? A croire qu[…]