L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bien qu'assez excentrée dans la Galaxie, Tatooine occupe une position stratégique au croisement de plusieurs routes hyperspatiales. De ce fait, la planète s'est trouvée au centre de nombreux conflits. Sa surface est jonchée d'épaves d'anciens vaisseaux, la plupart ayant depuis été pillées par les Jawas.
Gouvernement : Neutre - Affinité avec les Hutts
Avatar de l’utilisateur
By Darth Lazharr
#37875
Votre manque de foi me consterne.

Le casque d’ébène se releva de quelques centimètres et planta son regard dans les orbites gonflés de son interlocuteur. L’imposante carrure de Grakkus faisait figure d’exception parmi les gens de son espèce. Si les Hutt étaient tous, sans exception, d’imposantes larves affublées d’une paire de bras flasques, il était l’un des rares à les avoir suffisamment musclés pour en faire d’impitoyables semeurs de mort. Cela restait insuffisant pour intimider le Sith, qui dégaina son sabre laser en guise de réponse. Il avait largement le temps de décapiter l’affreuse tête de ce serpent avant que les Magnagardes ne puisse le stopper. Mais en cédant ainsi à sa colère, il aurait anéanti tout ses efforts pour approcher le Hutt et gagner sa confiance. Le guerrier noir choisi donc, non sans regrets, la diplomatie à la violence aveugle.

Dois-je vous rappeler que ce sont VOS guerriers Niktos qui ont succombés aux manipulations du Jedi ? Et que dire de votre bête de foire parfaitement inutile face au Gigoran ?

Avant même que les droïdes IG n’aient pu enfermer Oryel dans l’étreinte mortel de leurs bâtons électriques, celui-ci les repoussa contre le transparacier de la loge d’un mouvement du poignet. Il n’avait pas l’intention de se laisser faire bien gentiment face aux intimidations répétées du Hutt.

Vous avez sous-estimé Dashel Nelievar une seconde fois, ne faites pas cette erreur avec moi.

La menace à peine voilée du Sith fit mouche et laissa le Hutt perplexe tandis qu’il faisait volte face et quittait la loge en décapitant les Magnagardes. Les machines firent une pause de quelques secondes, le temps que l’information fasse le tour de leurs capteurs, puis se remirent en marche comme si de rien n’était. Malgré l’absence de leurs têtes, les droïdes continuèrent de se relever, sans parvenir à accomplir l’objectif primaire qu’on leur avait confié. Oryel avait déjà disparu dans les nombreux corridors de l’arène, hors de leur portée, loin du Seigneur des Mouches et des cloportes qu’il appelait serviteurs.

Ambiance

La course poursuite qui s’était engagé entre les forces de Grakkus et Dashel avait laissé des traces dans le réseau de couloirs qui fourmillaient sous l’arène. En remontant cette piste de sang, le Sith était tombé sur une quantité de cadavres et de pièces détachés qui ne le surprenait nullement. La chasse avait duré moins d’une heure mais c’était largement suffisant pour qu’un Jedi fasse un tel carnage. Ceux-ci étaient réputé pour être d'autant plus redoutables lorsqu’ils sont acculés. Tandis qu’il redoublait d’effort pour parvenir à rattraper sa proie, Oryel fit appel à ses souvenirs pour retracer une carte mentale des lieux. Il avait pris soin de mémoriser en détail les plans de cette arène en prévision de cet instant et savait pertinemment dans quelle direction se dirigeait le groupe de fuyard. Le meilleur moyen pour Dashel de sauver sa peau était de quitter Tatooine et pour cela, il lui faudrait voler un speeder afin de se rendre directement au hangar de son vaisseau. En toute logique, la Force devrait le guider vers le garage le plus proche et c’est là que le Sith le retrouverait.

Oryel prit donc à droite, pour faire un détour qui lui permettrait de perdre les quelques précieuses secondes nécessaires au Jedi pour quitter l’arène. Le guerrier noir apparut donc l’arme à la main, au moment où Dashel montait sur un swoop, Merar dans son dos. En l’apercevant, le Gigoran qui les accompagnait bondit de son propre véhicule et poussa un rugissement bestial pour l’intimider. Son dernier regard en direction du Jedi, laissait entendre qu’il comptait se sacrifier pour lui faire gagner du temps. Derrière son casque noir, Oryel lâcha un sourire carnassier. Au lieu de repousser son adversaire et stopper une fois pour toute les fugitifs, il se contenta d’allumer son sabre laser et de faire face à l’Alien. L'humain et la Nautolan s'enfuirent tandis que, du haut de ses trois mètres, la bête toisait son adversaire en respirant bruyamment. Le duel qui s’annonçait rappela au Sith celui qu’il avait mené contre un Jurgoran de Dromund Kaas et il ne put s’empêcher de noter que les deux créatures possédaient quelques similitudes physiques en plus de leurs noms voisins. Il n’était donc pas du tout impressionné par la carrure du Gigoran, tout comme l’imposante stature de Grakkus l’avait laissé de marbre.

Viens.

Contre toute attente, la créature attrapa son propre véhicule et après l’avoir fait tourner comme une fronde, l’envoya brutalement en direction du guerrier noir. Mais alors que ce boulet de canon allait frapper sa cible de plein fouet et l’écraser sans pitié sous sa carcasse de métal, elle dévia en direction du ciel et s’écrasa contre le plafond d’acier dans une explosion. Avec nonchalance, Oryel garda la paume tendue face à lui et entama une marche fière et déterminée vers l’alien, tandis que les morceaux du swoop retombaient autour de lui. Le Sith poursuivaient ainsi sa route sous cette pluie de débris qui, soumise à la Force, ne pouvaient ni l’écraser, ni même l’effleurer. Surpris, mais bien loin de s’avouer vaincu, le Gigoran réitéra l’attaque avec un autre véhicule, puis un autre et encore un autre. Chaque fois, ses projectiles manquaient inéluctablement leur cible qui poursuivait sa route inlassablement, une main crispée en direction de la bête, l’autre sur le poignet de sa rapière. Lorsqu’il ne resta plus aucun véhicule à portée de main, lorsque seul le corps de la créature pouvait faire office de rempart, celle-ci choisi de se battre plutôt que d’abandonner sa vaine tentative de triompher du mal.

Un coup de poing massif fusa comme le tir d’un canon à ion, mais cette fois encore, l’assaut échoua lamentablement. Le guerrier noir s’était glissé sur le côté, ne faisant cette fois appel qu’à la souplesse de son corps et à la force de ses muscles pour se glisser comme un serpent au plus proche de l’ennemi. Puis il frappa de sa lame écarlate, plantant ses crocs embrasés dans la chair de la bête, découpant ce bras qui avait eu l’audace de se dresser face à lui. Et tandis qu’un hurlement de douleur faisait vibrer l’air, le bourreau poursuivit son œuvre macabre et trancha à nouveau. Le silence retomba brutalement sur la scène, le Gigoran s’était figé comme une statue, son visage défiguré par la souffrance était tourné vers le Sith. Ses deux yeux noirs imprimèrent sur leur rétine le masque froid et désincarné du tueur, avant de se révulser dans un dernier soupir. Le corps de la bête se disloqua en deux au niveau du bassin dans une gerbe de sang, la partie haute tomba en arrière tandis que le reste s’écroulait en avant. Oryel resta immobile un instant, contemplant avec délice cette boucherie. Un sentiment de parfaite tranquillité régna à l’intérieur de lui pendant une longue minute avant que sa main ne commence à trembler. Bientôt, la fébrilité de son poignet se transmis au reste de son corps et il dut chercher un endroit où s’asseoir pour ne pas s’écrouler. A chacun de ses mouvements, il pouvait sentir la plainte de ses fibres musculaires et le cri de douleur de ses nerfs. Une vague de chaleur l’envahit et sa respiration se fit beaucoup plus chaotique. Pour ne pas étouffer, il enleva alors son casque et tenta avec beaucoup de mal, de reprendre le contrôle sur son corps.

Son visage était celui d’un cadavre.

Modifié en dernier par Darth Lazharr le ven. 1 mai 2020 17:23, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#37877
Image


L’atterrissage se fit relativement en douceur. Mes genoux ployèrent sous mon poids et celui de la Nautolan à moitié consciente. Mais je ne pouvais pas rester là pour m’en remettre. Le Gigoran suivait à travers le trou sous l'arène et je ne voulais pas finir aplati. Je me relevais tant bien que mal et lui laissait la place de se réceptionner. Le choc fut bien plus impressionnant que le mien. Et le bruit encore plus. Si tout le monde n’était pas encore au courant de notre fuite, maintenant ils savaient tous ou nous étions… Bon, de toute façon avec une bête aussi grande, la discrétion était à oublier. Il libérerait le passage devant nous… Mais je ne connaissais pas les lieux. Je ne savais pas où aller. Plusieurs portes donnaient accès à des chemins que je ne connaissais pas. Mais mon nouvel allié connaissait peut être cet endroit.

« Mon vaisseau doit être dans un des hangars. Il faut vite qu’on y aille. C'est notre meilleur moyen de ficher le camp d’ici ! »

Sans dire mot, produisant un grognement de colère, il s’élança. Il savait où aller. Quant à moi, je devais le suivre. Merar arrivait à tenir plus ou moins bien sur ses pieds. Je ne pouvais pas courir partout et encore moins la protéger si je devais la porter. J'attrapais sa main et partais à la suite du Gigoran. Il savait à peu près où aller et ne perdrait pas trop de temps à réfléchir. Il savait que nous ne pouvions pas trainer. Malheureusement, les gardes devaient se douter de notre itinéraire. Ils nous attendaient dans la première salle où nous arrivions.

La réaction de mon compagnon d'infortune ne se fit pas attendre. Il balança ses deux poings fermés directement sur le haut du crâne de deux gardes. Le craquement sinistre me fit frissonner, mais je ne pouvais pas le laisser seul face aux tirs de blaster. Je lâchais la main de Merar et fonçais devant lui, faisant de mon mieux pour dévier les différentes attaques. Nous ne pouvions pas nous éterniser. Je puisais tant bien mal dans la Force. C’était difficile. Le bruit, les attaques, mes blessures et ma fatigue ne m'aidaient pas. Mais je devais tenir le coup. La poussée de Force fut médiocre. Elle ne fit que déstabiliser un instant les gardes. Mais c’était tout ce dont mon ami avait besoin pour passer à l'offensive. Il enjamba, attrapa deux gardes et les propulsa contre un mur. Il en attrapa un autre et le jeta sur son coéquipier. De mon côté, je protégeais son flanc. C’était un carnage. Heureusement pour nous, certains soldats fuyaient en nous voyant arriver. Un Jedi au côté du Gigoran ça n’avait rien de très accueillant. Et ceux qui restaient dans les couloirs pour nous barrer le chemin étaient mis en pièces. Mais contrairement à mon ami qui semblait inépuisable, je commençais à atteindre mes limites.

« On peut fuir avec ça. »

Son accent, entremêlait des cris qu’il produisait n’avait pas rendu la traduction facile. Mais il me montrait un speeder un peu plus loin et les rouages de mon cerveau firent le reste du travail. C’était notre échappatoire. Le moyen le plus rapide de rejoindre le hangar où était l’Hermes. Mais encore une fois, les gardes nous barraient le chemin. Merar participait à présent, faisant feu sur nos adversaires. Le Gigoran était un peu moins violent. Sa fourrure blanche était maculée de sang. Celui de ses ennemis, mais aussi le sien. Et moi, entre mes blessures dû aux combats dans l’arène, ma fatigue et l’inquiétude, je n’étais pas beaucoup plus beau à voir. Mais je devais continuer de lutter. Au moins, avais-je l’adrénaline de mon côté.

Mais quand le combat finit, je savais que lever mon sabre ne serait plus envisageable. J’avais déjà du mal à refermer ma main sur le manche de mon arme. Il était temps de partir. J’aidais Merar à monter sur le swoop et prenait place. Je connaissais bien l’appareil. J’en avais déjà manié et réparé plus d’uns. En revanche, le Gigoran ne semblait pas habitué à monter ces speeders. Et le temps qu’il perdait à grimper dessus fut décisif. De l’autre côté de la pièce un nouvel adversaire venait d’arriver. Et je le connaissais. Mon sang se glaça quand il avança vers nous.

« Je vais le retenir. Allez y ! »

« Tu n’as aucune chance contre lui... »

Il poussa un rugissement féroce dans ma direction. Il ne changerait pas d’avis. Ca ne servait plus à rien de discuter. J’actionnais mon swoop et me le faisait décoller légèrement du sol. Au moment où j'actionnais le réacteur pour partir de l’arène, le Gigoran prononça ses dernières paroles.

« Merci pour tout Jedi. »

Trouver mon chemin fut plus simple que ce à quoi je m’attendais. Merar contrairement à moi était restée éveillée à son arrivée sur Tatooine. Elle savait à peu de choses près où aller. Assise derrière moi, elle me guidait vers notre destination. Mais je n’étais pas rassuré pour autant. Je savais que nous serions attendus. Et je n’avais pas beaucoup d’idée pour nous en sortir. La seule était risquée… Merar devrait monter seule à bord du Hermes. Elle devrait le préparer pour notre départ tandis que je faisais diversion. Au moins elle serait à l’abri à l’intérieur. Consciente que nous n’avions pas le choix, elle accepta mon idée tandis que nous arrivions aux portes du hangar.

Le comité d'accueil nous attendait de pied ferme. Mais nous avions l’avantage de la vitesse. Le swoop fonça à toute vitesse à travers le hangar tandis que j’utilisais ce qu’il me restait de force pour ériger un bouclier autour du véhicule. Merar faisait feu, mon blaster dans une main, le sien dans l’autre. Je pouvais voir le Hermes. Je ne ralentissais pas, filant vers lui. Il était dans un coin du hangar. Je le contournais, laissant Merar sauter alors qu’elle était à l’abri des attaques. Et puis je repartais. Savoir qu’elle avait disparu de mon swoop ne les intéressait pas tant que ça. Tout d’abord, l’agitation était trop importante pour y prêter attention. Et puis la prime était sur ma tête. Pas sur la sienne. Je zigzaguais entre les vaisseaux, attirant les tirs vers moi et mettant le plus de distance possible avec mon amie.

Mais je commençais à douter de la faisabilité de mon plan. Je faiblissais. Et mon bouclier avec. Il vola en éclats. Les tirs me frappèrent en trois points. La jambe, l'omoplate et l'épaule. Le choc me fit basculer, tombant du swoop et roulant au sol. Je ne pouvais pas rester allongé. Je devais me relever malgré la douleur. Sinon j’étais perdu… Je me redressais en gémissant, boitant du mieux que je le pouvais. Il fallait que je trouve un abri. Ma chute avait au moins eu le bénéfice de me faire disparaître de leur champ de vision. Avec un peu de chance, ils se dirigeraient vers le swoop qui s’était écrasé plus loin dans un fracas tonitruant. Je profitais de ce court répit pour monter dans un des vaisseaux présents. Je devais y rester cacher. Au moins le temps de trouver une solution... Je m'allongeais au sol, dans la cabine, essayant de reprendre mon souffle tout en maîtrisant la douleur qui se rependait dans chaque fibre de mes muscles.

Utilisation de la Force :

Pouvoir de la Force :
  • Poussée [ Connu ]
  • Bouclier [ Connu ]

Formes au sabre :
  • Schii Cho [ Maîtrisé ]
  • Ataru [ Maîtrisé ]
Avatar de l’utilisateur
By Darth Lazharr
#37878
Image


Le hurlement des moteurs faisait vibrer la carcasse à demi-rouillé du swoop. Oryel se pencha davantage en avant pour laisser le moins de prise au vent et tourna d’un coup sec la poignée d’accélération. Le cheval de métal bondit vers l’horizon dans un hennissement rutilant. Immédiatement après avoir quitté le garage à speeder, le Sith fit appel à la Force pour sonder les alentours. Il n’avait pas le pouvoir nécessaire pour traquer sa proie et après son altercation avec le Gigoran, le temps lui manquait indubitablement. Mais l’Arkanien savait pertinemment où se trouvait le vaisseau de Dashel, ce qui lui laissait un avantage non négligeable sur les fugitifs. Il pouvait donc prendre la direction du hangar avec la certitude de les trouver là-bas. Ses sens décuplés ne lui serviraient qu’à trouver leurs positions exactes, afin de s’assurer que toutes les pièces du puzzle étaient à leur place.

Lorsqu’Oryel se retrouva à quelques mètres du hangar, son instinct lui indiqua que la Nautolan était seule à bord du cargo. Le Jedi avait visiblement choisi d’attirer toutes les forces de Grakkus le plus loin possible d’elle, pour lui permettre de quitter les lieux sans danger. Comme il l’avait imaginé, les actions de Dashel étaient aussi prévisibles que celles d’un droïde. Dans un sourire narquois, l’Arkanien constata que depuis qu’il avait mis les pieds sur Tatooïne, le padawan n’avait cessé de danser dans la paume de sa main.
Il était temps de la refermer.

Lorsque le swoop du Sith rattrapa le groupe de mercenaires qui talonnait Dashel, Oryel bondit de sa selle et laissa la motojet faucher les aliens à sa place. Dans les airs, il alluma son sabre laser et le fit tournoyer. Pas de salto ni d’acrobaties pour contrôler sa trajectoire, il s’était contenté d’atterrir lourdement sur le dernier survivant en lui planta sa lame dans le crâne. Débarrassé de ces gêneurs, le guerrier noir fit face au chasseur spatial dans lequel s’était abrité sa proie. Mais au moment où il allait faire un pas en avant, il l’aperçu prendre les manettes du vaisseau depuis le cockpit. Son sang ne fit qu’un tour et plutôt que de poursuivre sa marche sanglante, il invoqua une fois de plus, le côté obscur.

Nu zinot zenoti prie zo des xela.

Les réacteurs de l’astronef commencèrent à rugir ; l’air se mit à palpiter autour du Sith.

Nu buti tave galas ssra, tave venase asmenys.

Le pilote poussa un levier et l’appareil décolla du sol ; une fumée noire se dégagea des mains d’Oryel.

Nu buti tave Jen' Garthaz valia, tave kerstas iv tave Tsis.

Le chasseur se tourna vers la sortie, dos à l’avatar de haine dont les atomes de chairs se disloquaient en proie aux souffrances de la magie Sith.

Sis buti nuyak tere imbikasa, sis buti nuyak kanasaza.

Le vaisseau quitta finalement le hangar d’un bond et pendant l’espace d’une seconde, Dashel pouvait sentir le vent frais de la liberté souffler sur son visage… c’était sans compter la rage implacable d’Oryel.

Sutta Chwituskak.

Une lance d’énergie violacée jaillie de ses paumes relevées en direction du vaisseau. Le projectile fait de haine pure fendit l’air avec la vitesse d’un podracer et se planta violemment dans les propulseurs. Touché, mais pas encore vaincu, l’oiseau de fer avait eu le temps de prendre de l’altitude et franchit une centaine de mètres avant de piquer du nez brutalement. L’instant d’après, une réaction en chaîne fit exploser le véhicule, réduisant la vie et les espoirs du Jedi au néant. La carcasse en flammes s’écrasa à moins d’un kilomètre de Mos Eisley, rejoignant, comme nombre de ses semblables auparavant, ce désert impitoyable qui dévore les naufrages.

Après avoir assisté à ce spectacle, Oryel chancela et posa un genou à terre. Au loin, il pouvait entendre le bruit significatif de l’Hermès qui avait prit son envol en même temps que Dashel, mais dont le sort serait plus enviable. Merar rejoignit rapidement le ciel de Tatooine et disparu dans le crépuscule de ses trois astres solaires. A peu de choses près, tout s’était passé comme l’Arkanien l’avait anticipé ; il déplorait cependant le dernier élan d’héroïsme du Jedi, qui l’avait obligé à faire appel au verrou de la haine. Le corps du guerrier Sith avait été poussé à bout une seconde fois dans un laps de temps bien trop court. Si Grakkus se mettait en tête de le « punir » pour avoir assassiné son trophée, il ne pourrait pas lui résister. Oryel s’accrocha donc à l'idée qu’il avait eu depuis le début de cette chasse à l’homme. En faisant disparaître Dashel, le Hutt allait devoir se trouver un nouveau « chouchou » pour remplacer l’ancien. Et qui d'autre qu'un Sith pour prendre cette place vacante ? De la sorte, Oryel s'assurait une bonne fois pour toute, les bonnes grâce de Grakkus le Collectionneur.

En tremblant, il s’avança vers la sortie du hangar sans cesser de fixer la colonne de fumée noire qui s’élevait du crash. A bout de force, il s’assit en tailleur et se plongea dans une transe méditative en attendant que son hôte le rejoigne. Le son d’un droïde-sonde qui se rapprochait de lui, confirma ce qu’il pensait depuis le début de cette course-poursuite. Les caméras du Maître du Jeu avait enregistré la totalité du spectacle.

Désormais, la véritable nature d’Oryel ne serait plus matière à débat.

Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#37985
Image


J’étais épuisé. Depuis mon réveil, jusqu’à maintenant, je n’avais pas eu une seule seconde de répis. Tout s’était enchainé à une vitesse hallucinante. Si bien que je pouvais tout juste me rappeler les événements de la journée. Tout était flou, seule la douleur persistait. Chaque fibre de mes muscles brûlaient. C’était avec difficulté que je me redresser pour m’adosser au siège du vaisseau dans lequel je m’étais réfugié.

Au moins, Merar était elle en sécurité. C’était ma seule satisfaction de la journée. Je l’avais attiré dans un sacré pétrin. Au moins j’avais réussi à l’en sortir. Tout du moins je l’espérais fortement. Moi en revanche je n’étais pas encore tiré d’affaire. J’étais à bout de souffle, pourtant immobile depuis plusieurs secondes. J'avais mal a tel point que lever mes bras était difficile. Et j’étais encerclé. Je savais que les hommes de Grakkus ne tarderaient pas à trouver ma cachette. J’étais pris au piège et je ne voyait pas beaucoup de moyen de m’en sortir. Si je décollais, ils me canarderaient…

C’est alors qu’à l'extérieur, la fureur des combats reprit. La curiosité libéra le peu d'énergie qu’il me restait pour me relever. A travers la vitre du cockpit je pouvais apercevoir le Sith taillader mes poursuivants. C’était la diversion parfaite.

Sans atteindre une seconde de plus, je prenais place dans le siège du pilote et actionnais les différents leviers. Le vaisseau ne fut pas long à démarrer et décolla tout aussi rapidement. Je devais fuir le plus loin possible de cette planète. Poussant les manettes, je demandais au tas de ferail de prendre de la vitesse. Je pouvais sentir la liberté s'offrir à moi. Mais ce fût cours.

Une sensation étrange attira mon attention. C’était comme un pincement le long de mon échine, un son strident, ou un vent glaciale. Il allait se produire quelque chose et quelque chose de mal… Toute mon attention était attirée vers la terre, là d’où le vaisseau avait décollé. Le Sith… Je pouvais sentir sa magie grandir. il allait attaquer ? Oui. Mais comment l’éviter. Avec un vaisseau si peu agile je n’aurais jamais le temps. C’était trop tard, je pouvais déjà sentir le rayon d'énergie obscure jaillir dans ma direction. Le vaisseau était perdu. Mais je n’avais pas dis mon dernier mot.

La lame de mon sabre se déploya et griffa la vitre de long en large. Au moment même où le rayon mortelle du Sith frappait mon réacteur, le choc me propulsa en avant, à travers la paroie fragilisée. A présent je tombais. et la chute allait être douloureuse. Ma seule chance ici, était que le vaisseau qui avait explosé en plein vol prenait une trajectoire différente de la mienne. Au moins ne recevrais je pas les morceau du vaisseau sur la tête. En revanche, il y avait encore le problème de mon atterrissage.

Puisant dans mes ultimes ressources, je faisais appel à la Force pour ralentir ma chute. Je cru y parvenir. Pendant l'espace d’un instant, je pensais atterrir faiblement, me réceptionnant avec agilité. Mais mes pieds frappèrent le sol avec lourdeur et se dérobèrent dans le sable. Je m’écroulais, roulant en bas de la dune telle une poupée de chiffon. Me relever était impossible, ma tête tournait, mes jambes me lançaient. Seul le soleil brûlant de Tatooine me maintenait éveillé. Sa chaleur était étouffante, à tel point que je pensais divaguer.

J’avais l’impression que Merar était là. Elle s’approcha de moi, mirage créé par les rayons brûlants. Elle devait être loin. Me pensant mort. Après tout, elle avait dû voir le vaisseau exploser. Mon regard se posa dans le sien. Je lui avais causé tellement de tracas… Elle avait failli mourir par ma faute. Je m’en voulais. C’était tout ce qui parvenait à filter à travers mon esprit embrumé.

« Je suis désolé... »

Et puis plus rien. Je sombrais à nouveau. Mes rêves furent agités. Je revoyais mon combat, le Hutt et le Sith. Et quelque part au milieu de tout ça, je pouvais voir le sabre brisé de mon ancien ami. Je pouvais le sentir dans ma main. Le métal froid courant le long de mes doigts abîmés et douloureux… Froid… Douloureux ?

Je me réveillais en sursaut. J’étais en vie ! Et à bord de l’Hermes… Merar se tenait à côté de moi. Je n’avais pas halluciné. Elle m’avait retrouvé et sauvé.

Utilisation de la Force :

Pouvoirs :
Sensibilité [ Connu ]
Lévitation [ Connu ]
Avatar de l’utilisateur
By Trench
#38002
"Ha ha ha"

Ce petit Sith avait osé le menacer. Il l'aimait bien. Mais s’il s'avisait de le menacer encore une fois, il allait faire de ce vulgaire humain, une passoire vivante. A part si la magie Sith n'allait pas faire le travail avant lui...

"Dobra lee chalya uba wa yoyohba," Beh". Um cha uba pihoha koupankankesa mi. An whao uba kenolot mi maee, fa naua doth mee kohcha kouieiiua luoleeha du pohdanoka."

Suite à la décapitation de ses gardes, le Hutt allait écraser cet intrus. Heureusement pour la vermine, elle n’était pas restée dans les parages.

Suite à cette confrontation, Grakkus fixa son regard sur l'holo-terminal des caméras, duquel il suivit Dashel, des swoops jusqu'au hangar. De son bref échange avec le Sith, jusqu'à l'explosion de son vaisseau. Explosion qui provoqua une foule en délire dans l’arène.

Pas de doute ce Sith méritait son nom. Le Gigoran et ses mercenaires en étaient les témoins. Certes la perte des mercenaires causait une grande rage chez Grakkus. Néanmoins elle fut étanchée par le simple fait d'avoir capturé des séquences montrant un Sith en action. Chose rare et qui pourrait s'avérer fort utile par la suite.


"Impressionnant". S’exclama l’humanoïde pourpre.

"Tagwa, fa doth. Lee chalya mi heee masetkhobaee. Jee banag hoohah du mah bunko. Peee um baw wah Beh, chobaso jen bai bu jaha an lee chalya jen tah pacinepei." Suite à cette échange,le Hutt se dirigea vers la tribune de sa loge.

Image

"Bohdon see Hokaaen! Uba ritke gee bu lhonu cheieuasa see bakath wa lhonu dokoi !"

La foule hurla et scanda le nom du maître des lieux, telle les décérébrés criminels qu’ils étaient.
Le bain de foule finit, et l’ego du Hutt rassasié, Grakkus se dirigea vers son bras droit sur la planète.


"Du bu sie, Jee hatkocanh paknee ata mah pankpa an moova mee bai Te rosu. Jee gee lhoie yanee bai bahia bai heee. Chahsa cha fa da mah yanee ran dotkot chatmay."

" Oui, Maître. " L’humanoïde pourpre inclina la tête.

Suite à cela, le Hutt salua la foule et s'en alla. Laissant ainsi le Maître du Jeu, accompagné de quelques mercenaires dans la loge, avec le Sith.

"Tenez Sith." Dit l'humanoïde pourpre en lançant le communicateur en direction du Sith.

Un hologramme de Grakkus apparut :

" Fa doth cay lhonu kouzagala da Jee jahna dee kahka see mah nanptesna. Um bu dokoi uba lee chalya ten doth cuee chalanh, Beh. Jee hatkocanh pankoph uba kouuanu cay wa kouciukoee batesn da catkiua mee" bmaleoi waki mallya".... "


En attendant une réponse du sorcier, le Hutt continua :

" Du bu sie, panwa bu lotkoca da tah wahuota planeeto yo ho bai juju neyekonka. "

Spoiler :
-Dashel parvient à s’enfuir de Tatooine tout en étant considéré comme mort dans le monde criminel et plus précisément celui de Grakkus. Qui plus est il ne repart pas les mains vides puisqu’il possède les restes d’un sabre laser perdu depuis longtemps...

-Notre ami Sith quant à lui a pu prouver au monde criminel ses capacités. Néanmoins à la vue et à la su de tous. Ce qui lui a valu l’intérêt de Grakkus. Ce dernier peut alors compter sur l’hospitalité du Hutt sur Tatooine et quelques unes des possessions de sa seigneurerie. Qui plus est Grakkus récompensera le Sith avec une somme jugée convenable au vu de ses talents.

-Grakkus, quant à lui, a désormais en sa possession une chose précieuse et rare.... l’holo-enregistrement d’un Sith. La preuve qu’ils sont vivants. Il sait que bon nombre seraient prêts à payer cher pour avoir la main sur cet holo-enregistrement. Dont notamment l’ordre de sorcier le plus célèbre.... Les Jedi...
Avatar de l’utilisateur
By Vérité
#38062
- Modération Rapide -


À nouveau nombre d'événements s'étaient déroulés sur ce caillou désertique qu'était Tatooine. Sang, sueur, morts, les protagonistes de cet infâme théâtre s'étaient affrontés de biens des manières. Au final un Jedi (+) présumé mort parvint à s'éclipser avec les restes d'un (+) vieux joujou de son ordre.

Le sith lui était parvenu à arracher ce qu'il désirait, l’intérêt des maîtres du domaine et bientôt le jour où ils choiront tous sous sa coupe se rapprochait, le sith pouvait le sentir. Son appétence pouvait-elle être assouvie avec les quelques (+) poignets de crédits et (+) possessions qu'on daignait lui prêtait ? Le sith répondra lui même à cette interrogation.

Notre ami larvaire quant à lui détenait un bien précieux objet, (+) une information de premier choix. Qui pourrait intéresser bon nombre d'individus peu recommandables au bras long, bien plus que l'on ne pourrait l'imaginer... Le tout sera de savoir ce que comptait bien en faire ce Hutt.

Au final le sith pensait dominer le Hutt et inversement, qui manipulera qui, les jedis parviendront-ils à sauver la galaxie d'un nouveau désastre ? Seul le futur pourra répondre à cette énième question.

A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]

Piègé dans la glace [PV]

Modération éclair ! Enfin... Après des an[…]