L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Dathomir est une planète relativement hostile en raison de la présence de certaines espèces animales particulièrement dangereuses dont les terribles Rancors. Les Sorcières de Dathomir, femmes sensibles à la Force, se trouvent être les seules habitantes connues.
Gouvernement : Empire De Jure - Neutre De Facto
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38134
- Dashel -
Le garde ouvrit la porte de ma cellule et me laissa entrer sans me pousser cette fois. Il faut croire qu’il avait dû assister au combat et que j’avais peut être gagné son respect. J’aurais aimé m’écrouler dans mon lit dès que la porte se referma derrière moi. Mais malgré les soins qui m’avaient été prodigué après mon combat tout mon corps me faisait souffrir. Ma pommette avait été recousu, mon bras bandé, mes côtes et mon crâne aussi. Mon bras était dans une écharpe. J’avais même eu le droit à des médicaments. Mais j’avais été suffisamment tabassé pour à peine sentir leurs effets. Ca devait se voir sur mon visage puisque Saa se leva instantanément quand il me vit entrer. Il était tard dans la nuit mais il avait dû être réveillé par le bruit de la porte.

« Attends ! Laisse moi t’aider. »

Il passa mon bras valide autour de ses épaules et m’aida à m’asseoir alors que je retenais un grognement de douleur. Il installa un coussin dans mon dos pour que je puisse me reposer contre le mur froid de la cellule et regagna sa place, face à moi.

« A vrai dire je ne m’attendais pas à te voir revenir. Tu t’en es plutôt bien sorti… »

« Tu trouves ? »

« Oui. J’ai vu bien pire dans cette prison. Comment s’est passé ton combat ? »

« J’ai affronté Marik. Et j’ai gagné. »

« Quoi ?! »

« Je te l’avais dit que je réussirai. »

« Quelque chose me dit que tu n’es pas qu’un simple bandit… Je paierais cher pour voir l’état de Marik… Du coup il va se passer quoi maintenant ? Tu n’as pas peur des représailles. »

« Vu son état Marik n’est plus un danger. Et j’ai passé un marché avec Torh. Il a promis de s’y tenir. Selon lui j’ai prouvé ma valeur en affrontant son bras droit. Il respectera sa part du marché. »

« Et en quoi il consiste ce marché ? »

« Je vais me reposer d’abord. Plusieurs jours… J’en ai besoin. Les Zabraks ont promis de ne plus s’en prendre à moi jusque là. Je ne pense que les impériaux chercheront à m’attaquer non plus pour l’instant. J’ai besoin de récupérer… »

« Je comprends. Et après ? »

« Et après, ca va être reparti pour les ennuis… Je vais devoir me faire envoyer en isolement. C’est pour ça que j’ai besoin de repos. il faut que je sois en forme pour continuer. »

« L’isolement… Tu veux te retrouver seul avec le directeur… »

« Oui. J’ai besoin de ses clés. »

« Pourquoi ? Même si tu arrivais à t’en emparer, tu ne pourrais pas fuir. La prison est trop bien gardée. »

« Chaque chose en son temps. Pour l’instant, j’ai besoin de repos. »

Je me tournais sur un côté et essayait de trouver le sommeil malgré la douleur. Ce ne fut pas évident mais j’étais si épuisé que je finis par sombrer.

Les jours suivant furent plutôt calme. J’étais bien obligé de travailler, je n’avais pas le droit à un traitement de faveur. Mais au moins personne n’essaya de s’en prendre à moi. Je pouvais récupérer calmement. Il me fallait du temps. Car la suite du projet n’était pas plus calme. Dès que je serais en forme je devrais passer à l’attaque. j’avais déjà une idée en tête. Ca allait être le bon moment pour faire intervenir Scar. La fouine ne prendrait pas le risque de m’affronter. Il était trop fourbe pour ça. Dans mon plan, il était le laissé passer dont j’avais besoin pour me retrouver à l’isolation. Je devais simplement être patient.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38135
- Dashel -
Il était temps. Mon bras pouvait de nouveau bouger normalement et mon dos avait arrêté de me faire souffrir. L'oedème sur mon visage avait quasiment disparu. Je ne pouvais pas perdre plus de temps. C’était la fin de la journée, nous étions tous dehors sous le soleil de plomb de Dathomir. Je vérifiais que mon corps réagissait comme je le souhaitais. Dans un instant j’allais sûrement me faire passer à tabac encore une fois…

Tout commença simplement. Je marchais vers le groupe de Scar qui discutait à l’abris des regards. Je passais à côté de Scar, quand sans prévenir, mon pied balaya sa jambe. Il s'effondra au sol, surpris par mon mouvement. Nous nous étions parfaitement ignorés depuis le combat dans l’arène. Il se redressa, furibond, me jetant un regard noir.

« Eh bah ? On ne tient pas sur ses jambes ? »

« A quoi tu joues vermine ?! »

« Je tenais juste à te rappeler ta place. Mais viens, je t’attends, montre à tes hommes que tu en as dans le pantalon. »

Evidemment il ne fit rien. Et la graine était plantée. Le jour suivant, je recommençais. Je savais qu’il ne s’attaquerait pas à moi. Les Zabraks ayant compris mon plan étaient toujours dans les parages. Si bien que personne ne s’en prenait à moi. Mais je pouvais sentir la colère de Scar augmenter. Et il fit exactement ce à quoi je m’attendais. Il ne pouvait pas s’en prendre directement à moi. Mais il pouvait se débarrasser de moi. La mise en scène était parfaite. Un soir, alors que j’entrais dans ma cellule, un homme en sang s’y trouvait. Saa, avait été passé à tabac. Je n’avais pas prévu ça…

« Saa ! Je suis désolé… C’est de ma faute… »

Il était à la limite de tomber inconscient. Il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que les gardes ne rappliquent et ne m'électrocutent au taser… Ils m'emmenèrent sans me laisser la moindre chance de m’assurer que mon ami ami allait bien. Quelques seconde plus tard, je me retrouvais seul, dans une pièce sombre, ligoté à une chaise. Une simple caméra me fixant du regard. Un subtil mouvement m’informa que Aslan savait où j’étais. Depuis tout ce temps il avait dû me garder à l’oeil, attendant le bon moment. Tout était en place. Il ne manquait plus qu’une personne.

J’attendis longtemps assis inconfortablement sur ma chaise. J’avais encore un goût étrange dans la bouche suite à la décharge des électro-staffs. Tout ce que je pouvais faire, c’était de deviner le temps écoulé dans ma cellule. Et il passait trop lentement à mon goût. D’après ma faim, je devinais que l’heure du dîner était passé depuis un petit moment maintenant. J’espérais que Saa allait bien. Au moment même où la porte s’ouvrit dans ma cellule, la petite lueur qui indiquait que la caméra était allumée disparue. Ca se passait de commentaire. Raphael entra dans la pièce en se frottant les mains. Il pensait sûrement apprécier ce qui allait suivre. Je lui gardais une petite surprise.

« Bonjour Atano. Je me suis demandé combien de temps vous tiendriez avant de vous retrouver ici. Je dois dire que je me suis trompé à votre compte. Vous avez été bien plus coriace que je ne le pensais. Et ce combat ! Splendide. Je sens que je vais beaucoup m’amuser avec vous. »

Il déplia une pochette sur la table dans un coin de la pièce. Il était occupé à regarder ses outils de torture. De mon côté, je plongeais mon esprit dans la Force. Mentalement, des doigts invisibles se déplacèrent vers mes menottes. Lentement, mais surement, mes mains se retrouvèrent libres. Quand le tortionnaire se tourna pour commencer son oeuvre, je lui faisais face.

« Qu’est ce que… Comment ? »

Il recula en me voyant m’approcher.

« Qu’est ce que vous faites ? »

C’est bon. Je l’avais. Son intonation de voix, je pouvais la reproduire. Un petit cadeau de mon héritage Lorrdien. Alors, usant de la même technique qui m’avait permis de frapper Marik, mes pieds frappèrent le visage de l’homme, lui faisant perdre connaissance. Je ne perdais pas une seconde, je récupérais la tenu de major de l’impériale ainsi que son béret militaire et les échangeais contre mes propres vêtements de prisonnier. Tout ce que je gardais avec moi était le cristal qui n’avait pas quitté ma poche. Je le ligotais à la chaise de la même façon qu’il en avait été pour moi. Je plaçais également son oreillette dans mon oreil. Je réglais la radio sur la fréquence convenue avec Aslan.

« Aslan, tu me reçois ? »

« Dashel ? C’est bien toi ? Ils ont éteint la caméra, je ne te vois plus. »

« Oui. Ca y est j’ai le passe-partout de la prison. Je vais bien. »

« On t’a suivi partout où tu allais… Tu en as bavé. Désolé… »

« Ne t’en fais pas. C’était mon choix. Mais merci… Bon je vais me mettre en chemin. Suis les communications la prison, les caméras, et guide moi. »

« D’accord. Il y a un garde qui surveille ta cellule. Mais personne dans le couloir pour l’instant. »

J’ouvrais la porte et sortais. Evidemment, d’aussi proche, le soldat reconnu immédiatement que je n’étais pas son chef. Plongeant de nouveau dans la Force, j'amplifiais ma voix d’une autorité nouvelle.

« Il n’y a plus rien à voir ici. Le prisonnier est dans la cellule. Vous allez monter la garde jusqu’à ce que je revienne. »

« Il n’y a plus rien à voir ici... Le prisonnier est dans la cellule... Je vais monter la garde jusqu’à ce que vous reveniez…"

[color=green][b]« Parfait. Aslan. Guide moi. »



K’thri [ Pratiqué ]
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38136
Image


- Aslan -
Le slicer se tenait face à ses nouveaux datapads dont il avait lui même fait la programmation. En plus de l’équipement dont s’était muni Dashel pour son vaisseau et de ses propres outils intégrés, il était plutôt bien équipé. Suffisamment pour suivre les moindre déplacement de son ami et capitaine à travers la prison. D’ailleurs il ne l’avait jamais quittés des yeux. Il s’était senti bien impuissant devant son datapad… Mais il avait confiance en son ami. Il était fort. Il le savait. Et il était heureux de pouvoir enfin intervenir et l’aider. C’était son moment. Il était enfin utile. Il ferait en sorte d’éviter qu’ils rencontrent trop de problème.

« Prends à droite. »

Le Jedi était arrivé au bout du couloir de la cellule d’isolement. Seul un garde se tenait au bout de ce couloir devant un escalier. Il allait devoir passer devant lui, monter et rejoindre un ascenseur.

« Il y a un garde devant. Je n’ai pas de solution pour l’éloigner. »

« Je m’en occupe. »

Il pouvait simplement voir Dashel avancer en le suivant d’une caméra à une autre. Il s'arrêta devant le garde. Ils discutèrent un instant mais le gardien était méfiant. Sans prévenir, Dashel enfonça son poings dans son ventre. Puis dans son casque et recommença jusqu’à ce qu’il s'effondre.

« Cache le et monte. »

Le Jedi plaça le corps derrière les escaliers et les monta rapidement.

« Il y a des gardes sur ton chemin. Tu vas pouvoir les éviter normalement. »

« Ne t’en fais pas. J’ai bien observé le directeur. Je devrais pouvoir l’imiter. »

Et en effet, il se déplaçait exactement comme lui. C’était convaincant. Les Lorrdiens étaient doués pour ce genre de chose.

« Garde à vous soldats. »

Et il s'exécutent en entendant la voix de leur chef. Il put passer devant eux sans qu’aucun ne se pose la moindre question.

« La porte en face, déverrouille là. Ensuite il y a un long couloir et l'ascenseur est au bout. »

Dashel passa le passe partout pour ouvrir la porte. Il venait d’entrer dans un long couloir réservé aux soldats pour se déplacer dans la prison. D’après les caméra, il n’y avait personne. Dashel déverrouilla l'ascenseur de la même façon. Il entra à l'intérieur et se détendit un peu.

« Dixième étage. »

Il appuya sur l’ordinateur de contrôle et l'ascenseur de déplaça en hauteur.

« Il y a deux gardes qui attendent devant l’ascenseur."

[color=green][b]« Coupe leurs micros. »


« C’est fait. »

Les portes s'ouvrirent. Dashel n’attendit pas un instant. Il envoya les deux soldats voler dans les airs à l’aide d’une poussée de force. L’un des deux s’écroula net en frappant le mur opposé. Le second se redressa hébété. Le Jedi roula au sol et enfonça son pied dans le casque du stormtrooper. Il s'effondra instantanément.

« Il y a un placard sur ta gauche. »

Il y déposa les deux soldats afin de rester le plus discret discret possible.

« Ils n’ont rien vu dans la salle de contrôle ? » Demanda t il en fixant une caméra du regard.

« Ne t’en fais pas. Je passe des images en boucle. »

« Parfait. Merci. »

« Bon. Continue tout droit. Il y aura quelques gardes. Les couloirs sont étroits. Tu ne peux pas passer trop proche d’eux. Mais tu devrais pouvoir les éviter. Suis mes indications. »

« Ok. »

A partir de cet instant. Il suivit ses indications à la lettre.

« Va tout droit. Ok, cache toi dans la pièce à gauche et attend mon signal……………. Sors. Va sur ta droite. Il y a un garde qui sort d’une salle. Attends. C’est bon continu il va dans l’autre sens. Prends à droite et attends……………. reviens sur tes pas et prends à gauche le couloir est vide. Cours. Vite. C’est bon arrête toi. C’est la porte devant toi. C’est la salle de contrôle. Il y a plein de garde à l'intérieur. Tu dois atteindre la commande principale. Elle est sur les panneaux au centre de la pièce. Il va falloir que tu sois convaincant. »

« Combien de garde ? »

« 7. »

« Coupe toutes les communications et les caméra au moment où j’entre dans la pièce. »

« Ok. Je peux même faire mieux. »

Il déverrouilla la porte. Au même moment, tous les écrans de surveillance devinrent noir. Et un son strident fut émis par leurs radios paralysant les soldats. Il ne lui en fallait pas plus. Dashel attrapa un premier garde et enfonça son crâne dans un panneau de contrôle. Le soldat le plus proche se retourna vers lui. Sautant en l’air, il enfonça son pied dans son thorax, le propulsant au sol. Le reste des hommes se tourna enfin vers lui. Puisant dans la force et levant les mains vers ses adversaires il propulsa trois soldats dans les airs. Un premier tir de blaster percuta son épaule. Mais il ne s'arrêta pas pour autant. Il sauta par dessus les panneaux de contrôle. Il frappa le bras levé tenant l’arme qui tomba instantanément. Il attrapa l’arme au vol et fit feu, mettant fin au combat.

« C’est bon. »

Il introduisit la clé de donnée dans le panneau de contrôle. Sur son écran, Aslan pouvait voir les barrières tomber une à une. Il était dedans. Ca y est. La prison virtuelle était tombée. Il appuya sur la seule commandes qui importait. Toute en même temps, les portes de la prison s’ouvrirent. Toutes les prisons à énergie tombèrent également. Les colliers des sensitifs avec. Ils étaient libres. Tous autant qu’ils étaient.

K’thri [ Pratiqué ]
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38137
- Ella -
La jeune fille était seule. Terriblement seule. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle était à l’isolement dans sa cellule. Au début, les repas lui avait permis de suivre les journées et de se repérer. Mais à présent elle avait arrêté de compter. C’était tout juste si elle se levait encore pour faire autre chose que se nourrir ou se laver quand son tour venait. Certaines des sorcières dans les cellules voisines essayaient de communiquer. Au début elle avait fait de même. Mais chaque fois qu'elle produisait le moindre son, le collier qu’elle portait autour du cou lui donnait une décharge électrique. Quatre murs entouraient sa cellule. Ils étaient protégé par un champ d'énergie. Il n’y avait aucune autre lumière que celle qu’ils produisaient. Tout était fait pour qu’elle soit seule et qu’elle le reste. Et ça fonctionnait. Feral lui manquait…

Comme souvent, elle pleurait en silence à la pensée de son protecteur. Il avait tout fait pour elle. Il l’avait protégé et suivit partout où elle allait. Sans lui elle n’aurait certainement pas survécu. Mais il n’était plus là. Il y avait tant de frustration. Après des années blessées puis son corps déformés, elle avait finalement trouvé le repose suite aux soins prodigués par la sorcière. Tout ça pour que quelque jour plus tard, loin de pouvoir profiter de sa liberté nouvelle, elle se retrouve prisonnière de cette prison de solitude. Elle pleurait. Seule, désemparée. Plus rien ne pouvait la faire sourire. L’espoir avait quitté son corps frêle et sans défense.

Mais elle aurait dû le savoir. Après tout ce qu’elle avait vécu. Il y avait toujours de l’espoir. Dans un grincement sinistre. Les murs de fer de sa prison se soulevèrent, éclairant sa cellule de mille lumières. Elle se redressa sur sa couchette, surprise et aveuglée. Que se passait il ? Ca ne devait pas être l’heure de se rendre au douche. Toutes les cellules semblaient subir le même sort. C’était la première fois qu’elle voyait les autre prisonnier. Toutes étaient aussi surprise qu’elle. Les quelques gardes qui patrouillaient ne comprenaient pas ce qu’il se passait non plus. A l’unisson, les barrières d'énergie rouge disparurent. Elles étaient libres ? Non. Leurs colliers étaient encore en place. Mais ils ne le restèrent pas. Frappant le sol l’un après l’autre, ils se détachèrent, libérant définitivement les sorcières emprisonnées.

« On ne bouge pas ! Restez dans vos cellules. »

Les gardes étaient en sous nombre. Et les sorcières étaient folles de rage. Elles avançaient d’un pas décidé vers leurs tortionnaires. Mais ils étaient armées. Et elles étaient faibles. Une pluie de faisceau lumineux fendit l’air en direction des femmes libérées. Elle se coucha au sol, la tête entre les mains. Elle allait donc mourir ici… S’en était fini. Un garde s’approcha d’elle, son blaster tendu en avant. Il fit feu vers une soeur qui s'effondra. Au son de l’arme, elle commença à trembler, retenant difficilement un gémissement de terreur. Il l’entendit et abaissa son arme. Elle mourrait donc sans revoir son ami… Des larmes coulaient le long de son visage. Elle était terrifiée. Elle ne voulait pas mourir. Pas comme ça, pas ici, pas seule. Elle ne voulait pas. Elle poussa un cri déchirant.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38138
- Dashel -
A l’instant même où j’avais enfoncé le cristal de données dans le panneau de contrôle, Aslan avait commencé son oeuvre. Le slicer connaissait son métier. Une à une, je pouvais voir sur le panneau d’affichage et les écrans, les portes s’ouvrir et libérer des prisonniers en colères ou étonné. Ca allait l’anarchie. Et c’était exactement ce que je voulais. Mon regard se porta sur les cellules de Zabraks. Il ne leur avait pas fallu longtemps pour se mettre en action. Dès lors que les portes avaient été ouvertes, ils avaient foncé sur les gardes. Un peu partout dans la prison, les détenus se battaient. Entre eux ou contre leurs tortionnaires. Tant qu’ils restaient à l'intérieur, ils étaient à l’abris des AT-ST. Je pouvais voir des renforts arriver vers la prison. Mais ils étaient clairement en sous nombre face à tant de prisonnier. Finalement je trouvais les caméra qui m'intéressaient. Les sensitifs étaient tous enfermés ensembles. Les parois de métal s’étaient levés mais il restait encore les barrières et les colliers.

« Aslan, tu dois désactiver les barrières à énergie de sensitifs. »

« J’y travail. »

« Guide moi jusqu’à eux. »

Je quittais la salle de contrôle au pas de course. J’avais laissé tombé la veste de militaire et le béret. Mais sans porter l’uniforme des soldats, ni l’uniforme des prisonnier, je risquais de me retrouver pris entre deux feux. Il fallait que je reste sur mes gardes. Mais je n’avais pas le temps de m'arrêter. Armé de deux blasters que j’avais récupéré sur les soldats inconscients, je faisais feu au moindre signe de problème. Cela me permettait de faire se replier les troupes sur mon chemin. Mais rapidement, la fureur des combats se rapprocha. Dans un couloir, des prisonniers luttaient contre des stormtroopers. Je n’avais pas le temps de les contourner. Je plongeais ma concentration dans la Force, je devais les survoler. Je m’élançais au dessus d’eux. Décollant du sol, flirtant avec les armes levées. J'atterrissais de l’autre côté du groupe, continuant ma course à vive allure.

« Dashel. Ca dégénère avec les sensitifs. J’ai réussi à les libérer mais les gardiens ont ouvert le feu. Tu n’est pas loin. Fais vite ! »

Sans relâcher ma concentration, je gardais mon contacte avec le flux de Force qui m'enveloppait. Je ne pouvais pas ralentir. Au contraire. Et la Force pouvait me porter. Guidant mes pas, soulevant mes jambes, m’armant d’une énergie nouvelle, elle me propulsait vers ma destination. J’allais vite, si bien que les personnes s’écartaient sur mon chemin, surpris de voir un simple humain aller aussi vite.

« La porte est devant toi. »

« Ouvre là. »

Les deux panneaux coulissant s’écartèrent, dévoilant un spectacle macabre. Les soldats faisaient feu sur des femmes désarmées. Une pluie de rayon rouge s’abattait sur les prisonnières impuissantes. Je devais intervenir. Usant de ma vélocité, je sautais dans l’embrasure, les deux jambes en avant. Le coup de pied ainsi porté envoya valser un des gardes qui s'apprêtait à faire feu sur une personne allongée. Je tombais au sol, roulant sur moi même. Je levais les deux blasters et faisait feu. A plusieurs reprise. Touchant mes cibles les unes après les autres. Rapidement les regards se tournèrent vers moi et je fut l’objet de leurs attaques. Une roulade permis d’éviter une première salve et me rapprocha des gardes. Je laissais tomber mes balsters pour en venir aux mains. Dans une attaque sauté, je frappais deux gardes qui reculèrent hébété. Mais en l’air j’étais une proie facile. Un laser m’atteint à l’abdomen, me faisant m’écrouler au sol. Je roulais sur moi même en évitant les coups de crosses. Je me relevais dans un mouvement digne d’un gymnaste, frappant encore deux autres personnes. Un autre, suffisamment proche abattit son electro staff vers moi. Changeant mon jeu de jambe, je l’évitais, ceinturais ses deux bras tendues en avant et les pliais dans une position inappropriée. Il lâcha l'arme que je saisissais avant qu’elle ne retombe. Tournoyant sur moi même comme je l’aurais fait avec mon sabre, j'abattais les ennemis sur mon chemin. J’aurais dû être surpassé en nombre. Mais petit à petit, les soldats battaient en retraite. J’avais offert aux sorcières le répit dont elles avaient besoin pour déverser leurs pouvoirs sur leur geôlier.

Bientôt les combats prirent fin. Il ne me restait plus qu’à trouver Ella. Recroquevillée dans un coin de la pièce, une jeune fille se tenait la tête entre les mains, sanglotant, les yeux cachés par ses cheveux d'ébènes. Il s’agissait de la jeune fille que le garde avait failli tuer à mon arrivé. De toutes les personnes que je pouvais voir autour de moi, elle était la plus jeune. Ca devait être la fille de Feral. Je m’approchais doucement, laissant tomber mon arme sur le sol maculé de sang.

« Ella ? »

La jeune Dathomirienne leva vers moi des yeux terrifiés. Je m’abaissais à son niveau, posant un genoux au sol, souriant du mieux que je le pouvais.

« Ne t’en fais pas. C’est fini. Je ne vais pas te faire de mal. Je suis un ami de Feral. »

En entendant le nom de son protecteur, la fillette changea de regard.

« Feral ? Il est là ? »

« Il n’est pas loin. Il nous attend. On doit se dépêcher de le rejoindre. Tu peux marcher ? »

« Je… Je crois… »

Elle attrapa ma main tendue pour se relever. Je gardais sa main tremblante serrée dans la mienne.

« Ne t’en fais pas. Tout va bien se passer. Aslan. Guide moi jusqu’à notre point d’extraction. »

« Oui. Dépêche toi de sortir de cet endroit maudit. »


K’thri [ Maitrisé ]
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38139
- Feral -
Le feu vert avait été donné. L’humain à la peau doré les avait prévenus. Le jedi avait récupéré sa fille et de ce qu’il lui avait dit, elle allait bien. Il allait enfin la retrouver. Ils devaient donc se mettre en route. La femme au tentacule fit décoller la boîte de conserve volante pour les amener à proximité de la sortie des égouts de la prison. Ils firent le voyage sans heurt mais à mesure qu’ils se rapprocher, la tension montant et l'impatience du Guerrier avec. Il voulait la revoir, s’assurer qu’elle allait bien… Aussi fut il le premier à sortir du vaisseau quand ils atterrirent. Le jeune restaient concentré sur ses plaques de verres lumineuses, guidant son ami dans le complexe. Lui avait une mission. Entrer dans les égouts avec son sac d’explosif et les attendre.

Il ne se fit pas prier. Il courut jusqu’à l’entrée. Là où un groupe de garde aurait dû attendre il n’y avait personne. Tous les renforts disponibles s’étaient dirigés vers la prison. Tant mieux, c’était une chose de moins dont il devait s’occuper. Il continua son chemin, pataugeant dans les déjections en tout genre. L’odeur était abominable. Mais après avoir vécu avec les soldats dans la prison, ce n’était pas grand chose. Il leur avait d’ailleurs rendu leur liberté en partant. Pas besoin de les retenir plus longtemps. Alerter la prison n’était de toute façon plus une priorité ni un problème. Il remonta l’évacuation jusqu’à ce qu’il arrive à un mur épais en pierre. C’était là qu’il devait créer une ouverture. Comme le lui avait expliqué le Slicer, quoi que veuille dire ce mot, il plaça les charge. Il ne lui manquait plus que le feu vert.

Il attendit. Bien trop longtemps à son goût. Les minutes passaient les une après les autres et toujours aucun signe du Jedi et de sa fille. Avaient ils eu un problème dans la prison ? Peut être valait il mieux qu’il ouvre un trou maintenant et qu’il aille les secourir… Non. Il devait s’en tenir au plan. Jusqu’ici tout avait fonctionné. Cela avait été bien plus long qu’il ne le souhaitais. Mais il avait tenu bon. Et le Jedi ne l’avait pas déçu. Il avait combattu vaillamment, prouvant sa valeur dans l’arène. Il n’était pas Zabrak, mais il en aurait été un digne représentant. il devait avoir confiance.

Toc toc toc

Son coeur faillit jaillir de sa poitrine. Le signal. Il cria aussi fort qu’il le pouvait.

« RECULEZ ! »

Il fit de même, prenant de la distance avec le mur. Alors il activa le détonateur. Le mur vola brutalement en éclats dans une cacophonie assourdissante. Il avança vers les gravats, essayant de voir au travers de la poussière. Un humain salement amoché en sortit. Dashel était couvert de blessure. Il avait dû rencontrer de la résistance pour en arriver là. Mais il tenait encore sur ses jambes, bien qu’essoufflé. Dans sa main, il en tenait une plus petite. Alors suivit, un bras, un buste et un visage larmoyant. Ella. Le monde entier perdit de son importance quand il croisa son regard. La jeune fille lâcha le bras de son sauveur et se mit à courir. Elle sauta au cou de son ami, pleurant à chaude larme. Il enfuit sa tête dans sa chevelure parsemée de poussière et de sang, laissant lui aussi une larme couler le long de sa joue.

« Ella… Je suis tellement désolé… »

« Ne me laisse plus jamais seule… »

« Plus jamais. C’est promis. »

« Nous ne devons pas rester là. Prends Ella. Et avance. Je reste derrière vous. »

Il ne se fit pas prier. Il attrapa sa fille, reconnaissant que le Jedi n’ait pas trahi le secret. Elle ne devait pas savoir qu’il était son père. Et il courut vers le vaisseau. L’humain les suivait tant bien que mal. Il était à bout de force. Contrairement à Elle, le sang qui le maculait été le sien. Feral arriva en premier au vaisseau. Il y déposa sa fille et lui demande d’attendre avec Merar qui s’occupait déjà de vérifier son état. Alors il partit en arrière, chercher le Jedi. Ce dernier marchait à présent, s’aidant d’un bout de bois qu’il avait trouvé sur son chemin. Il ne le ménagea pas. Il l’attrapa et le jeta sur son épaule. Alors il retourna au vaisseau, le remerciant pour tout ce qu’il avait fait, malgré l’état d'inconscience dans lequel tombait le Jedi.
Avatar de l’utilisateur
By Dashel Nelievar
#38140
Image


- Dashel -
Le réveil ne fut pas évident. La douleur était insoutenable. Mes yeux se rouvrirent suite à une explosion de douleur dans mon flanc gauche. Je m’étais retourné dans mon sommeil, prenant appui sur ma chair carbonisée suite à un tir de blaster. Mon gémissant alerta Merar qui s’approcha de mon chevet.

« Doucement… Ne bouge pas. »

« Ca fait mal… »

« Et à quoi tu t’attendais ? Tu pensais que t’introduire dans la prison serait de tout repos ? »

Je me redressais tant bien que mal, serrant les dents suite à un nouveau pic de douleur. Je regardais rapidement autour de moi pour m'apercevoir que j’étais dans ma chambre, dans l’Hermer. Nous avions donc réussi.

« Ella ? »

« Elle va bien. Elle est dans le salon avec Aslan et Feral. »

« Tant mieux. »

Merar me prit alors dans ses bras. La douleur qui s’ensuivit fut intense. Mais je pouvais ressentir toute la chaleur qui émanait de cette étreinte. Elle avait dû s’inquiéter pour moi… Après tout ce que nous avions vécu je lui étais reconnaissant d’être toujours à mes côtés. Tant bien que mal, je lui retournais son accolade. Quand elle se sépara de moi, une larme était visible à la commissure de son oeil globuleux.

« Je ne savais pas que les Nautolan pouvait pleurer. Pas banale pour des hommes poissons. »

Ma remarque la fit rire. Moi aussi. Grosse erreur.

« Aie… »

« Ne fais pas l’idiot… Tu as plusieurs côtes cassées, un bras fêlés, sans compter toutes les coupures, brûlures et autres blessures… Moi qui pensait qu’après Ruusan tu arrêterais de revenir de mission dans cet état là. Tu t’es surpassé. »

« Ca en valait la peine. »

« Je sais… Mais c’est ce qui me fait peur. Tant que ça en vaut la peine tu te précipites au devant du danger sans considération pour toi. Ella nous a raconté ce qu’il s’est passé. Tu l’as protégé, risquant d’y laisser la vie. C’est ce qui fait que l’on serait prêt à te suivre partout. Tu inspires la confiance et le respect. Même pour un Zabrak. Mais tu vas finir par y laisser ta peau. Ce n’est pas parce que tu es le seul survivant de tes Jedi que tu dois vivre avec cette culpabilité… Ne meure pas parce que tu penses que tu aurais dû, vis pour faire honneur à leur enseignement. »

« Tu aurais dû être Jedi à ma place ! »

« Non. Je pense que je n’aurais pas pu faire aussi bien que toi. Et puis vous avez beaucoup trop de règles... »

« Allez. Aide moi à me relever. »

La Nautolan m'aida à sortir de la couchette et à enfiler un pantalon et une tunique. Mon corps entier était recouvert de bandage. Elle m’aida à me déplacer jusqu’au salon où étaient réuni Aslan, Feral et Ella. Ils tournèrent vers moi en silence, attendant que je prenne place avec eux. Aslan fut le premier à parler.

« Comment te sens tu ? »

« J’ai mal… Mais je suis content de savoir que le plan a fonctionné. C’était du très beau travail Aslan. Merci. »

Il se contenta de sourire pour toute réponse. Je me tournais vers l'adolescente.

« Comment vas tu Ella ? »

« Je vais bien… Merar a été très gentil avec moi… Merci de m’avoir libérée… »

« J’avais fait une promesse. Mais nous n’en avons pas encore fini ici. Feral a pu t’expliquer ma proposition ? »

« Oui. Il ma dit que tu veux faire de moi une Jedi. Mais je devrais partir de cette planète… »

« Tout d’abord, sache que le choix te reviens. Feral m’a promis qu’il respectera ta décision. Personne ne te force à choisir l’une des deux possibilités. As tu bien compris ce qu’elles impliquent ? »

« Dans un cas, je reste sur Dathomir. Et dans l’autre je serais libre de partir. C’est ce que m’a dit Feral. Mais je ne sais pas ce que veut dire être un Jedi… »

« Tu as plus de choix que ça. Ce vaisseau est à moi. Et j’ai promis à une vieille amie de te protéger. Tu peux décider de rester sur ta planète. Je te déposerai donc à terre. Mais tu peux aussi faire le choix de la quitter et de suivre ton propre chemin. Je te déposerai donc où tu le souhaitera. »

« C’est ça être un jedi ? »

« Ta mère ne t'a pas racontée ce qu’elle était ? »

« Non… »

« Le dernier choix qui s’offre à toi, c’est celui de devenir un Jedi, comme ta mère. Ta mère en était un avant toi. Et j’en suis un. C’est comme ça que je l’ai connue. Ne te fis pas à mon âge. Je suis plus âgé qu’il n’y paraît. Ta mère et moi avons été entraînés ensemble. A l’époque les Jedi étaient nombreux et parcouraient la galaxie. Les Jedi vivent avec un seul but : protéger la galaxie et toutes formes de vie la peuplant. Et pour réussir dans leur mission, les Jedi utilisent trois choses. Leur esprit. » Je posais un doigt sur ma tempe. « Leur sabre laser. » J’attrapais l’arme du jedi et l’activait délivrant sa lame verte. Puis la lame disparu en actionnant de nouveau l'interrupteur. « Et la Force. » Alors je fis léviter l’arme devant moi, volant à travers la pièce jusqu’à revenir au creux de ma main. « La Force est ce qui donne au Jedi son pouvoir. C’est un champ d’énergie créé par tous les êtres vivants. Elle nous entoure et nous pénètre. C’est ce qui lie la galaxie en un tout uni. Il faut pouvoir la manier pour être un Jedi. Et je crois que comme ta mère avant toi, tu en es capable. »

« Moi ? »

« Oui. D’après Feral tu t’en es déjà servi sans le savoir. Ce que les soeurs ou les sorcières de Dathomir appellent magie est en réalité une des nombreuses facettes de la Force. Mais pouvoir manier la Force implique une grande responsabilité et le plus grand des dévouements. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Mais je pense qu’avec l'entraînement adéquate tu sauras t’en sortir. Tout comme ta mère avant toi. »

« Qu’en penses tu ? » Elle s’était tourné vers Feral.

« Ce choix t’appartient. Tu me connais. Et tu sais qu’après tout ce que j’ai vécu, je me méfie des sorcières, des Jedis de de ceux qui leur ressemblent. La magie, ou la Force, peu importe son nom, n’est pas quelque chose que je comprends. Mais ta mère s’en servait, et ce Jedi s’en sert. Je ne sais pas si tous les Jedi sont comme lui, où comme il le dit. Mais il a tenu ses promesses. Il a fait preuves de courages, de détermination. Ce sont de bonnes valeurs. Je sais que ce que te proposes Dashel est honnête. Et je sais aussi qu’il pense à ton bien en te le proposant. Mais ta mère en était une. Et même si elle était, d’après lui, très différente quand elle était encore une Jedi, nous savons ce qu’il est advenu d’elle. Saches simplement que je respecterais ton choix. »

« Et toi ? Que feras tu si j’accepte ? »

« Je t’ai donné ma parole. Plus jamais je ne te laisserai seule. »

« Tu n’est pas obligé de me donner ta réponse maintenant. »

« Si… Je sais ce que je veux. Tu dis que ma mère était une Jedi. Et tu dis en être un… Je veux quitter cette planète. Elle ne m’a apporté que de la tristesse et de la douleur. Je veux en voir plus. Je veux voir les Jedi. Je veux voir comment était ma mère. Tu m’as sauvée. Je veux devenir comme elle. Comme toi. »


Gains :
- Feral en PNJ
- Ella en PNJ sensible
- Maitrise du K'thri

Bonsoir à tous, Vous le savez, Swor est[…]

La bataille de Kamino [Dashel Nelievar]

https://i.pinimg.com/originals/b5/5[…]

https://cdnb.artstation.com/p/asse[…]

Les épreuves [Dashel - Kit Fisto]

https://i.imgur.com/YH1H1.jpg […]

https://cdn.lowgif.com/full/6b2d0909[…]

La planète Vendaxa faisait partie de ces mondes d[…]

C e lieu semblait si réel, en soi il était ré[…]

Posséder [Ch'hodos]

Ambiance (1) Dans la candeur de l[…]