L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Quatrième satellite de la Géante Gazeuse du système Yavin, la lune sanctuaire de Yavin 4 est une planète totalement recouverte d'une épaisse jungle qui étouffe les ruines d'un sombre passé. Sur ce monde isolé, loin des routes fréquentés, dans les profondeurs de la jungle se cachent des secrets enfouis, perdus à jamais.
Contrôle : Empire
#38255
Image


Je pouvais sentir que ma réponse perturbait le Mando presque autant que ce que je ressentais à son égard. La présence de son casque ne permettait certes par de le deviner à son expression. Mais le temps qui s’écoula avant de me répondre et sa posture parlait tout autant. Après tout, ma gêne pouvait poser de nombreuses questions. Quel était ce fameux évènements que j’avais vécu ? Comment était ce possible ? Jamais il n’aurait pu se douter que je faisais référence à Jango Fet et ses clones. Et c’était ce qui me perturbais encore plus. Après tout, Jango Fet avait été traité comme un paria suite à ses agissements. Et les clones n’avaient certainement jamais été considéré comme des Mandaloriens. Il n’empêchait que cette fameuse visière me rappelait de sombres souvenirs. D’autant plus quand on savait que j’avais participé à la bataille de Kamino pour protéger leur centre de reproduction, et que la république avait gagné cette bataille…

Je ne pouvais donc pas blâmer Sareth. C’était à moi de travailler là dessus. Et à dire vrai, le comportement du mercenaire aidait beaucoup. Il retira son casque devant moi, me permettant de découvrir son visage. Il était humain et avait à peu prêt mon âge. Physiquement tout du moins. Ses cheveux long et sa barbe encadré un sourire franc. Oui, je ne devais pas lui faire porter les actions d’un autre. Il semblait sincère et sa démarche avait fait retomber la pression. Je me laissais aller à lui rendre son sourire. Laissant les muscles de mon cou et de mon dos se détendre. Je lui tendais mon bras, de façon amical, lui proposant une poignée de main pour repartir sur de bonnes bases.

    - Il semblerait que nous ayons tous les deux des reproches à faire à des Mandaloriens. Mais ce que je ressens n’a rien à voir avec vous. Vous n’êtes pas responsable des actions d’un autre. Peut être est il temps que je blâme le responsable et non pas son peuple. C’était ironique quand on se rappelait ce qu’avait Anakin Skywalker… Merci Sareth.

A côté de nous, Feran et l’unité IG discutaient. Avec toute la subtilité dont il était capable, Feran remettait en question la capacité du droïde a être un chasseur. Pour la brute Zabrak, les robots était juste de simple boites de conserve incapable de tout. Il ne pensait pas cela par mépris. Il ne comprenait tout simplement pas leur fonctionnement. Tout ce qui n’était pas fait de chair et de sang était en dehors de sa compréhension. Seven avait beau lui expliquer son fonctionnement, ses capacités, cela était tout bonnement vide de sens pour le chasseur. A vrai dire, beaucoup de choses étaient vide de sens pour le combattant.

    - Je chasse sur Dathomir. Il n’y a rien de plus exaltant que de briser le cou d’un Rancor à main nue. C’est ce que je ne comprends pas droïde. La peur fait parti de la chasse. Elle nous rend plus alerte, plus fort, plus concentré. Sans la peur, je ne serais pas un bon chasseur. Alors comment peux tu être un bon chasseur ?

J’intervenais avant que le robot se lasse des questions du Zabrak. Je n’avais pas particulièrement envie que nos nouveaux amis en viennent aux mains avant d’avoir trouvé nos véritables cibles.

    - Il ne faut pas lui en vouloir. Tout ce que qui n’est pas comme lui dépasse sa compréhension. Pour faire simple tout ce qui n’est pas de Dathomir n’a quasiment aucun intérêt…

    - les dragons ont un intérêt ! Je veux me battre contre eux et mourir avec honneur, ou vivre avec la gloire.

    - Il a parfaitement résumé sa façon de vivre.

    - Il y a quelque chose devant nous.

Aslan qui était en tête du cortège s’arrêta. Il récupéra la paire de jumelle militaire que je lui avais donné pour l’occasion. Le groupe entier s’immobilisa, alerte. Je regardais autour de nous avec attention. Rester immobile trop longtemps ne me disait rien qui vaille dans un telle environnement. Il fallait continuer d’avancer.

    - Des sources de vie ?

    - Non. Mais des traces de signature thermiques. Elles sont récentes. Et a en juger par les relevés, il y avait soit un grand nombre de personne devant nous, soit quelque chose d’énorme.

    - Un dragon !

Feran n’attendit pas un instant de plus. Il se précipita vers la zone qu’avait repéré Aslan. Il dépassa rapidement le groupe qui était encore à l’arrêt.

    - Feran ! Stop !

Mais il était trop tard, le Zabrak était impatient de combattre la créature de légende.

    - Et merde ! On le suit.

Tant pis pour la prudence. Mais nous ne pouvions le laisser partir seul. Je m’élançais dernière lui, essayant de le rattraper. Ces foutu Zabraks courraient vite… Je faisais appel à la Force, plongeant dans son courant apaisant et le redirigeant vers mes jambes. J’étais encore surpris de la facilité avec laquelle j’y parvenais. Depuis mon réveil, je n’avais plus été capable d’en faire autant. Mais après Ruusan, tout semblait si naturel. Je me doutais que le Nexus de Force avait encore un effet sur moi. Il ne s’était pas encore dissipé. Mais je savais que mon lien était rétabli. Il n’était plus question de foncer dans un arbre à cause d’un manque de maîtrise. Ma vitesse s’accéléra suffisamment pour que je puisse le rattraper à temps. Les jambes améliorées de Aslan lui permettait de suivre le rythme. Finalement, je posais ma main sur son épaule, l’obligeant à ralentir.

    - Stop. Arrête toi. Tu es devenu fou ? Qu’est ce que… C’est quoi ce…

Le guerrier et moi nous étions arrêté en lisière d’une vaste clairière dans la forêt. Face à nous un terrible spectacle avait pris place. Un village entier avait été décimé. Voila pourquoi nous n’avions pas rencontré de Massassi jusqu’à présent. Ils gisaient au sol, sans vie. Les cabanes étaient détruites ; les tentes étaient piétinées ; les villageois étaient mutilés, broyés, démembrés. Une odeur étrange se mêlait à celle de la mort. Une odeur rance, qui attaquait mes yeux. Ce n’était pas la chair morte des Massassi qui dégageait cette odeur. Abasourdi, nous regardions tous ce champ macabre.

    - Qu’est ce que c’est ? Feran se passait pour regarder une flaque visqueuse et verdâtre au sol. Il approcha sa main de la substance avant que je la retienne. L’odeur bizarre vient de là.

    - N’y touche pas. C’est du poison. Pas de doute. Une hydre était passée par là. Et bien, Seven… Voila l’occasion pour montrer à Feran tes talents de chasseur. On reste groupé. Et soyez prudent. On ne sait pas si il y a des survivants ou si le dragon est encore dans les parages…
#38263
Image


Après une amicale poignée de main et un échange de sourires, le groupe quitta enfin la jungle épaisse et piégeuse pour rejoindre ce grand espace bien dégagé, la lumière du soleil brilla de milles feux en rayonnant sur la texture chromée du Beskar que portait Sareth. Le chasseur de primes, intrigué, observa les lieux au travers de la visière de son casque et guettait chaque petit détail de la scène non sans un certain dégoût à la recherche d'éventuels indices, ces Massassis étaient vraiment laids. Cependant il n'y avait pas grand chose à dire sur cette scène, des saloperies rouges vivaient ici et ont été exterminées par une créature cracheuse de poison de très grande taille... Une hydre à coup sûr. Visiblement il n'aura pas fallu longtemps pour trouver une piste ! Il s'approcha d'un cadavre Massassi couché au sol sur le ventre et le retourna pour découvrir un ventre et un crâne mis à nu. La peau avait été dévorée goulument par l'acide gastrique de la bête aux deux têtes, ne laissant que des os et des muscles tentant vainement de rester accrochés à leur zone attribuée, et pas une seule goutte de sang. Le chasseur de primes remit donc la créature sur le ventre avant de se relever, le macabre ne le faisait pas vomir mais ce n'est pas pour autant qu'il appréciait y poser les yeux pendant des heures. Cependant la question se posait, est-ce que tout le village était mort ? Dans le doute autant rester prudent, il prit un de ses blasters à la main, plus par habitude que par réelle nécessité avant d'observer plus en détail. Quelque chose n'allait pas, peut être y avait-il plus à dire sur cette scène que le mercenaire ne le pensait.

    - Eh bah... Je sais que c'étaient de sales bêtes mais crever comme ça, ça fait toujours de la peine.
    - Je crois que c'est ce qu'on appelle la sélection naturelle, pas de quoi s'en attrister.
    - Ouais, c'est sûr qu'avec des lances et des cailloux tu ne fais pas grand chose, même avec des muscles hypertrophiés.

Par curiosité, Sareth poussa un caillou du bout du pied dans une des flaques de poison... Le minéral roula sur lui même avant de tomber dans l'acide pour s'y arrêter, le haut dépassant encore de la surface verdâtre. En moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire, l'objet inanimé se mit à fondre et à couler au fond de la flaque pour ne faire qu'un avec elle et réduire très légèrement son volume, c'était horriblement rapide. Le Dragon Krayt que Sareth avait affronté était coriace, mais de l'acide était mille fois plus dangereux que du feu à n'en point douter. Quiconque allait posséder ces bébés dragons avait intérêt à ne pas craindre les accidents. Pendant ce temps, IG-77, ignorant les remarques de Feran, analysait les lieux... Ils se trouvaient dans une clairière, cependant la présence de troncs fendus au sol laissait penser que cette clairière était tout sauf naturelle... Puis, lorsqu'il regarda autour de lui, il comprit de quoi il était question et se tourna vers son associé.

    - Vous expérimentiez ?
    - Tout juste... Et toi, que disent tes analyses ?
    - Les battements d'ailes de dragon étaient si violents qu'ils ont plié les arbres se trouvant autrefois ici, on peut facilement le voir, beaucoup de poussière a été soulevé et a effacé les traces de pas, les arbres ont été soit déracinés, soit ont rompu, tous pointent à l'opposé du centre du village pour former un cercle autour de ce dernier.
    - Hmmmm... Donc si le dragon est parti, les arbres ont dû former une sorte de sillon derrière lui.
    - C'est exact, ça ne devrait pas être dur à repérer.

Et en effet, c'était tout sauf difficile à repérer, on pouvait déjà facilement voir que les arbres de la forêts étaient abîmés à l'ouest et qu'ils semblaient former une ligne jusqu'à une montagne au loin, cette montagne devait être la tanière de la bête. Cependant un détail titillait Sareth... Quelques détails de cette scène de crime n'allaient pas, et il comptait bien en faire un inventaire pour comprendre ce qui avait eu lieu en reconstituant l'attaque du camp au moment exact où elle avait démarré

    - Il y a des torches entamées laissées au sol, ça devait être la nuit, ce qui est logique, nous aurions entendu les bruits de l'attaque si le dragon était passé à l'attaque de jour. Il ausculta alors quelques cadavres au sol. Ils sont donc sortis en panique, la plupart sont morts et n'ont eu le temps que de faire quelques pas avant de trépasser. Pas une seule trace de sang, l'Hydre ne chassait pas pour manger, sinon elle aurait tenté de mordre ou de piétiner... Mais là non, elle est restée à bonne hauteur et a craché de l'acide. Elle chassait des intrus trop proche de son territoire pour les éradiquer... Cependant c'est étrange, il y a beaucoup de huttes écroulées mais pas tant de cadavres en réalité. Il remarqua alors quelque chose qui le fit sourire, cet indice était sur la route qui menait à la cachette éventuelle de l'hydre, de la terre anormalement brune, pour ne pas dire rouge, il la titilla du bout des doigts et reconnut en effet de l'hémoglobine séchée. Tiens, du sang... Les Massassis n'auraient pas pu saigner, le dragon leur a craché de l'acide dessus, c'est peut être le sang du dragon, ce qui voudrait dire que certains Massassis auraient réussi à survivre et à le blesser. Les ailes du dragon ont balayé le sable et les traces de pas, malgré tout nous ne sommes pas les premiers à vouloir emprunter cette voie, on peut le voir à certaines plantes et lianes qui ont été coupées à la machette.

Le Mandalorien se tourna vers ses coéquipiers alors que Seven examinait les détails que son associé avait énoncés pour tester leur véracité... Puis, le droïde leva son pouce en l'air pour valider la thèse du mercenaire, Sareth rigola et entama donc sa conclusion, ayant eu peur de dire une bêtise malgré son habitude de la chasse.

    - Conclusion... On est pas tous seuls dans cette jungle, il reste peut être une ou deux bestioles rouges, soyez sur vos gardes, termina-t-il en dégainant son deuxième blaster.

Mystère résolu, le groupe pouvait à présent réfléchir à la suite du plan !
#38267
Image


    - Je suis plutôt d’accord avec Seven.

Ce n’était sans doute pas pour les mêmes raisons que le Droïde chasseur. Mais voir les cadavres des Massassi joncher le sol ne me faisait absolument rien. Tout autre massacre m’aurait sans doute chamboulé. J’avais vu la guerre, assisté à la destruction de planète, impuissant. La naissance de l’empire avait fait plus de mort que je n’aurais pu en compter. Rien que d’y repenser, ma gorge se nouait et mon coeur se serrait. Mais le spectacle qui se tenait face à nous me laissait indifférent. Les Massassi, pour autant qu’ils aient été des êtres pensants, vivants, étaient une aberration. La seule émotion que je ressentais à leur égard était la pitié. Si les Sith n’avaient pas fait toutes ses manipulations dérangeantes, ils n’auraient jamais vu le jour.

    - A une autre époque, les Massassi n’étaient pas de simples tribus archaïques se faisant la guerre. Ils étaient une grande armée dirigée par l’un des pires tyrans que la galaxie aient connu. Et je ne parle pas là de l’empereur Palpatine ou de l’impératrice après lui. Leur existence même est une insulte au cycle naturelle de la vie. Ils n’auraient jamais dû voir le jour. Depuis leur création, ils ont causés plus de mal que de bien. En fait, ils n’ont très certainement jamais oeuvré pour le bien. Pour leur propre bien et celui de la galaxie, il aurait été plus simple qu’ils ne voient jamais le jour.

    - Mais ils existent aujourd’hui et ne sont plus dirigé par un Tyran. Aslan s’était approché de moi, tandis que le Zabrak s’éloignait, commençant à chercher des indices, tout comme nos coéquipiers. De par ce simple fait, ils sont des êtres vivants. Qu’ils aient été créé n’a plus d’importance maintenant. Non ?

Je comprenais le point du Slicer. J’étais un Jedi, et après tout ce que je lui avais raconté et surement tout ce qu’il avait lu, il devait se demander pourquoi j’étais contre une espèce vivante. Après tout mes discours sur le bien et la protection de la vie, je ne pouvais pas le blâmer pour sa remarque. A dire vrai, j’aurais menti si ce conflit n’existait pas dans mon esprit.

    - Oui, les Massassis ont été créés et en tant que tel, ils sont bien vivant. Ce qui est important ici, c’est l’intention qui les anime. Et tout autant l’intention derrière leur création. Les Massassi ont été créés par des êtres obscures, à des fins obscures. Ils incarnent toutes la perversion dont le monde est possible. La seule chose dont je suis certain, c’est que cela n’aurait jamais dû leur arriver. J’aurais préféré pour eux qu’ils ne voient jamais le jour. Ce n’est pas la première espèces créée par une autre et ce ne sera surement pas la dernière. Les droïdes par exemple lustré bien ce sujet. Ils ont été créés, et les plus évolué ont même reçus le libre arbitre. Mais la différence avec les Massassis, c’est qu’ils ne sont ni bon ni mauvais. Ils ont un but comme les astromechano, les droïdes médecins, les droïdes de combat, ou encore les chasseur comme Seven. Leur programmation les formatent à suivre ce but. C’est ce qui les détermine à être bon ou mauvais. Les Massassi eux ne peuvent que faire le mal. Ils ne connaissent pas autre chose. Et malheureusement la corruption qui les anime ne disparaitra pas. Ils sont incapable de changer. Si un homme purement bon, parvenait à prendre leur tête. Ils ne deviendraient pas bon pour autant. La création de la vie est une chose incroyable. Mais dans les mains de personnes maléfiques, elle peut être tout son contraire.

    - Comment peux tu être si sur qu’ils sont incapables de changer ?

    - Tout comme il existe l’ombre, il existe la lumière. Il est tentant de succomber à l’ombre et son pouvoir. Et la descente aux enfers s’accompagne d’un cheminement complexe qui pourrait permettre d’en ressortir. C’est seulement en ayant conscience de ce cheminement et en luttant contre que l’on peut revenir à la lumière. Les Massassis sortent de ce principe. Ils ont été conçu directement par les ténèbres. Et plus encore, ils n’ont pas conscience de la dangerosité de leurs actes et de l’impact du côté obscure. De part ce simple état de fait, ils ne peuvent accéder à la rédemption.

    - Je n’en connais pas autant que toi à leur sujet. Mais si c’est bien le cas, ça me fait un peu de peine pour eux.

C’était mon cas également, mais pas pour ce qui leur était arrivé. La seule chose que je pouvais ressentir était une indifférence face aux cadavres. Ce qui me dérangeait étrangement. Mais je n’étais pas le seul à ressentir cela. Feran parcourait le campement sans sourciller, cherchant des indices du passage du dragon. De leur côté, Seven et Sareth en faisait autant. Et ils semblaient professionnels. Ils tenaient le bon bout. L’hydre avait bien détruit le village. Et ils savaient également vers où elle était partie. Apparement elle était même blessée. Cela pourrait jouer en notre faveur. Mais les Massassi survivant eux allaient nous poser un problème. Feran revint vers nous.

    - La boite de métal à raison. Le Dragon est parti en direction de la montagne. C’est par la que va son odeur. Mais ce n’est pas la seule. Il y a eu des survivants. Mais ils sont blessés. Il y a deux odeurs différentes sur les éclaboussures de sang. Les survivants de la tribu ne sont pas tous indemnes. D’après les traces de pas que j’ai vu et qui vont en direction de la montagne ils sont un peu moins d’une dizaine. A mon avis ils ont voulu se venger.

    - Avec un peu de chance le dragon les aura eut aussi. Ce serait une problème en moins. J’espérais ne pas avoir à affronter ces brutes avant de me retrouver face à un dragon. Et puis il ne faut pas oublier qu’il y a deux dragons adultes. Le deuxième n’est pas blessé.

    - Alors qu’est ce qu’on va faire ? Aslan posait une bonne question… Il y avait plusieurs problèmes que je souhaitais régler.

    - Nous devons continuer la mission. Il nous faut ces trois enfants. Les Massassi, s’ils sont encore en vie vont être un véritable problème. Et la confrontation semble inévitable. OK… Nous allons en direction de la montagne. Mais ne suivait pas les traces du dragon. Ce sont à priori les seuls représentant de leur espèce. Je ne veux pas les voir mourir si c’est possible. Ce n’est pas le cas des Massassi. Le plan est donc de les retrouver et les empêcher de nuire. Le dragon étant blessé il s’est surement réfugier dans sa tanière. Et il n’en sortira pas de si tôt. Avec cet avantage le second dragon sera surement parti chasser pour rapporter une proie. On a pas beaucoup de temps. On chasse les Massassi, on les élimine en les prenant par surprise. Et on retrouve la tanière. Avec un peu de chance il n’y aura qu’un seul dragon adulte blessé sur notre chemin. Allez. On doit faire vite. Feran, Seven, ouvrait la voie et suivait leur piste. Aslan, tu les suis et Scan tout ce qu’il y a dans la forêt. Sareth, on ferme la voie. En route. je ne veux pas me retrouver dans cette forêt à la tomber de la nuit.

Notre groupe partit en direction des traces de pas, suivant les Massassi rescapés. Je ne pouvais pas les laisser s’en prendre aux dragons. Pour le bien de la mission mais aussi pour les dragons.
#38293
Image


Le moins que l'on puisse dire c'est que ce Contrebandier était anormalement philosophe, très loin des braconniers sans foi ni loi que Sareth avait l'habitude de croiser. La façon dont il parlait des Massassis et de la nature n'était pas celle d'un bandit fréquentant Nar Shaddaa. Non, la façon dont il s'exprimait était bien plus spirituelle, bien plus altruiste et bien plus abstraite. Si le Mandalorien était d'humeur paranoïaque il l'aurait sans doute pris pour un gourou de secte, mais la vérité était sans doute toute autre... Cette façon de raisonner et cette intransigeance face aux créatures obscures ressemblaient plutôt à une philosophie de Jedi. Le chasseur de primes n'avait cependant pas d'indices autres que ce comportement étrange pour appuyer ses affabulations. Peut être le saurait-il plus tard, mais c'était vraiment bizarre, ce personnage était doté de beaucoup de savoir pour un criminel ! Qui était cet Anakin Skywalker ? Toute la galaxie connaissait le nom de Luke Skywalker, grand héros de la rébellion, mais cet Anakin était inconnu au bataillon. Ce n'était pas vraiment les oignons de Sareth, mais sa curiosité maladive le forçait à cogiter sur la question. C'était peut être pour ça que Dashel avait du mal avec les Mandos, les Jedi et eux n'avaient jamais été très copains. Non, c'était trop tôt pour y penser, le chasseur de primes se faisait sans doute des idées, il fallait se concentrer sur la mission.

Pendant ce temps l’œil mécanique d'IG-77 continuait de scruter le sol à la recherche des traces des Massassis. Plus la route avançait et plus leurs traces de pas devenaient visibles sur le sol boueux. Visiblement ces créatures avaient suivi le Dragon à la trace et avaient tenté de le blesser, sans succès. Ils se sont donc frayé un chemin dans la jungle à la machette, ils devaient être quatre ou cinq, peut être plus. A présent la zone que nos protagonistes exploraient était marécageuse, cela ne présageait rien de bon, cela dit si les Massassis étaient passé les premiers, les bêtes sauvages peuplant les lieux avaient sans doute déjà été éliminées, et en effet, sur la route se trouvaient des cadavres d'animaux dépecés et rongés. Ces créatures étaient décidément extrêmement vicieuses, vicieuses et vengeresses surtout.

- Nous sommes sur la bonne voie. Ces aliens n'ont pas la discrétion comme spécialité.
- Je pourrais pas te donner tort... J'espère que ce sont juste des guerriers et qu'ils n'ont pas de chamans.
- Qu'ont-ils de spécial ?
- Ils utilisent la sorcellerie.
- Vous voulez dire la force ?
- Oui, c'est ça, désolé, l'habitude.
- Vous avez déjà croisé un utilisateur de force ?
- Une fois ou deux, et ils avaient pas la bonne couleur de sabre.
- Et vous êtes encore vivant pour en parler ?
- Oui, et je saurais pas vraiment te dire comment, ça fout les jetons de te dire qu'à tout moment on peut t'étrangler par la pensée.
- Je ne respire pas, je ne peux donc pas vraiment ressentir d'empathie.
- Pardon j'avais oublié, rigola-t-il.

Il y avait derrière cette discussion à semi banale une ruse de Sareth. Ce dernier voulait savoir si discuter du sujet de la force allait éveiller la curiosité de Dashel ou si il resterait de marbre. Oui, ce n'était définitivement pas le moment mais le chasseur de primes VOULAIT tester sa théorie ! Et puis d'autre part il y avait aussi des raisons pratiques, il valait mieux que le groupe se prépare à toute éventualité, les chamans Massassis n'étaient pas des tendres et leurs éclairs de force n'étaient pas de la simple électricité statique. Autant donc garder ce détail à l'esprit dans le cas où le groupe n'aurait VRAIMENT pas de chance.
#38302
Image


Le groupe continuait d’avancer lentement en direction de la montagne. Un peu partout, les Massassis avaient laissé leurs empruntes. Seven et Feran n’avaient pas de problème à les pister. Il faut dire qu’ils nous simplifiaient la tache. Entre leurs imposantes traces de pas et les cadavres d’animaux sur le chemin, nous n’avions aucune difficulté à les suivre. J’aurais tout autant été capable d’y parvenir, et je n’avais pas le talent de ces deux là. Mais je ne devais pas me relâcher pour autant. Je restais sur mes gardes. Les créatures après lesquelles nous étions avaient beau ne pas être discrètes, la forêt était bien trop calme à mon gout. Nous ne pouvions tomber dans une embuscade. Ils étaient dangereux. Si nous voulions nous en sortir indemne, c’était à nous de les surprendre et surtout pas l’inverse.

Sareth semblait sur ses gardes lui aussi, mais il était difficile d’en être certain. Son casque empêchait de voir son visage et toutes formes d’expression. Il resta silencieux un instant, avant d’échanger avec son compagnon. La discussion prenait une tournure interessante. Alors ils avaient déjà entendu parler de la Force. C’était rare. Certes les Jedi se développaient à nouveau et personne ne pouvait oublier les pouvoirs qu’avait utiliser l’impératrice pour diriger la galaxie. Mais peu était à même de connaitre son nom. Je devais rester prudent. Je n’avais pas très envie que des mercenaires découvrent ce que j’étais. D’autant plus avec les Hutt me pensant mort. Mais je ne pouvais pas m’empêcher d’en savoir plus. A l’en entendre parler, le Mando en savait beaucoup et avait potentiellement des informations dont l’ordre pourrait bénéficier. Je devais essayer d’être subtil. Ma mission sur Ryloth pourrait peut être m’aider.

    - Tu ne respire pas Seven, mais tu restes sujet à ce qu’un utilisateur de la Force te fasse disjoncter. La Force n’agit pas que sur les vivants, même s’il n’y a que eux qui peuvent en faire usage. Et elle s’exprime de bien des façons. Garde le à l’esprit si tu dois un jour en affronter un. Je les ai déjà vu à l’oeuvre également. J’ai rencontré Merar sur Ryloth. C’est là que nous nous sommes associés. A l’époque elle soignait illégalement les esclaves Twi’lek. J’étais contrebandier et je devais lui apporter le matériel dont elle avait besoin. Les Jedi faisaient parti de la mission. J’ai voyagé avec eux et combattu à leur côté. Plusieurs fois. C’est comme ça que j’ai découvert la Force et les mythes des Jedi. Depuis, ils m’ont toujours intéressé. C’est la raison pour laquelle j’en connais autant sur les Massassis. Et sur le fait que les personnes que vous avez rencontré n’étaient pas des Jedi. D’autant plus s’ils ont essayé de vous étrangler par la Force. Je suis certains que combattre au côté d’êtres sensibles à la Force est plus rassurant que de les affronter. Mais cela devait être excitant. De quoi avaient ils l’air ? Je serais curieux de savoir où vous les avez rencontrer.

Avec un peu de chance mon histoire les convaincrait. Après tout je n’avais pas totalement menti. J’avais juste omis ma formation et le fait que j’étais moi même un Jedi. Avec un peu de chance, ils n’auraient pas besoin d’en savoir plus. Et avec cette même chance, l’ordre pourrait envoyer un traqueur sur la piste de ces utilisateurs du côté Obscure. Du moment que mon sabre restait caché dans ma veste, tout se passerait bien. J’avais mon blaster et les arts Zabrak. Sans compter la Force qui pouvait, dans des mains habiles, s’apparenter à de la chance. Je devais continuer à les orienter dans la mauvaise direction. Tout du moins sur moi, notre chemin lui semblait se dessiner un peu plus. Un peu plus loin devant nous, de la fumée s’échapper des bois.
#38343
Image


Hmmmmm... Ce p'tit gars avait l'air d'être un bon garçon malgré la nature de son métier criminel... Peut être n'était-il pas forceux après tout, peut être était il un criminel avec des principes, à la manière des membres du Maelstrom. A présent Sareth doutait de son affirmation précédente. En tous les cas, et ça ce n'était pas difficile à remarquer, ce contrebandier avait très envie de savoir comment s'étaient déroulées les rencontres entre Sareth et ces mystérieux utilisateurs de Sabres Rouges. La mystérieuse guerrière de l'ombre de Tatooine et la mortelle associée d'Hypori, aussi connue sous le nom de Sibi Maw. Repenser à cette mission donnait des frissons au chasseur de primes. Il avait frôlé la mort deux fois et avait été témoin d'une folie meurtrière rarement égalée... Et pourtant, malgré cette épaisse aura menaçante, la mirialan dégageait également beaucoup de mystère. Curieux de nature, Sareth était donc à la fois repoussé et fasciné par cette dame qu'il devinait, en toute logique, être une Sith. Mais il savait très bien que Mandaloriens et forceux ne faisaient pas bon ménage, les relations conflictuelles entre Maul et les Deathwatch avaient marqué les esprits, à tel point que sa sinistre légende était passée de clans en clans... Le démon rouge. Aussi, comme toute personne de sensée dans cette galaxie, le Mandalorien craignait les Siths et ne leur accordait aucune confiance. En tous les cas il fallait choisir, confier ses aventures ou non au Contrebandier... Et vu que Sareth n'avait rien à perdre ou à gagner, il décida de causer, peut être que cette discussion lui permettrait d'affirmer ou non ses doutes concernant Dashel.

    - Les Mandaloriens connaissent bien les utilisateurs de sabres rouges... Les Siths. Darth Maul, le démon rouge, a bien failli mener les clans à leur perte, mais heureusement les Death Watch n'ont pas tous suivi les sornettes de ce manipulateur. Mais si on exclut les vieilles légendes de mon peuple, j'en ai personnellement croisé deux. La première a bien failli me tuer sur Tatooine... La deuxième ma prêté main forte face à la première lorsque nos routes se sont recroisées sur Hypori. Toutes deux des mirialans... J'imagine qu'elles avaient une dent l'une contre l'autre, les Siths sont des serpents qui n'aiment pas partager après tout. Je suis donc partagé, la première a bien failli me faucher, la seconde m'a sauvé la vie... Sans doute parce que c'était dans ses intérêts. Mais, en tous les cas, ce ne sont pas des gens que je rêve de recroiser, ils dégagent une aura malsaine et repoussante. J'imagine que c'est ça, le fameux côté obscur dont les Jedi parlent. Et pourtant cette aura fascine, un peu comme si vous faisiez face à un diamant qui pendouille au dessus de la bouche d'un Sarlacc. Le bon sens vous hurle de fuir mais la partie la plus inconsciente de votre psyché vous invite à tenter le coup. Je ne sais pas si je suis très clair... Toute cette sorcellerie j'y connais pas grand chose.
    - N'étiez vous pas simplement attiré physiquement ?
    - Alors... Je sais qu'il est habituel chez moi de courir les jupons, mais là c'est sérieux ce dont je parle, ces êtres dégagent quelque chose de bizarre, un mélange de peur et d'envie. J'imagine que c'est ce qu'ils ressentent en permanence.
    - ... Je serais incapable de vous répondre.
    - Ne t'en fais pas, j'imagine que Dashel a son mot à dire sur la question, que pensez vous de ce que je viens de raconter, vous avez un avis ?

Alors que le Mandalorien demandait son avis à son coéquipier, il restait vigilant, la montagne était de plus en plus proche, il fallait faire preuve de prudence, ces fourbes de Massassi ne devaient plus être très loin... Quoique, si vraiment ils étaient proches, vu leur carrure et leur intellect, ils devraient forcément faire du bruit d'une manière ou d'une autre, la subtilité n'a jamais été leur fort. De toute façon, si jamais Sareth avait loupé un détail important, IG-77 et Feran, eux, ne louperaient rien, les deux étaient bien trop concentrés sur leur tâche pour laisser passer le moindre détail d'importance.
#38345
Image


Je me souvenais la dernière fois que j’avais entendu parler de Maul. C’était il y a bien des années. Enfin… Bien plus que ça… Mon temps passé dans la carbonite rendait ce genre de calcul difficile. Mais ces souvenirs restaient clairs. La bataille de Naboo avait marqué les esprits. Ca avait le début du conflit qui continuait encore aujourd’hui. Et Maul avait été présent à chacune des étapes de se conflit. Oeuvrant dans l’ombre, désirant prendre sa revanche sur l’ordre et sur son ancien Maître. Mais je ne savais pas que les Mandalorian avaient travaillé avec lui. Il était étrange d’imaginer ces guerriers méprisant les Jedi travailler avec une utilisateur de la Force. Et apparement ce n’était pas la seule fois.

Sareth avait donc bel et bien rencontré des Sith. Je prenais note de chaque information qu’il laissait échapper. Tatooine… Quelque chose me disait que la Sith présente sur cette maudite planète avait surement un lien avec le séide du côté obscure qui m’avait attaqué. Deux Sith en si peu de temps sur une planète désertique n’avait rien d’une coïncidence. Et j’aurais parié que les Hutt n’était pas étranger à leurs activités. Tout poussait à croire qu’ils essayaient de s’allier. Les connaissant, ce n’était que pour mieux se trahir par la suite. Mais je devais en tenir informé le conseil.

En revanche, la deuxième Sith ne me disait rien… Mais rien ne me surprenait quant à son histoire. Depuis la chute de leur empire, leurs lutes de pouvoir les poussait à s’affronter continuellement. Il n’avait plus d’ordre à proprement parler. Ils agissaient souvent à deux, un maitre et son apprenti. Et quand ils n’affrontaient pas d’autres Sith ou n’essayaient pas régner sur la galaxie, l’apprenti essayait souvent de destituer son mentor. Une relation saine. Qui je l’espérais, perdurerait encore longtemps. L’ordre n’était pas prêt à affronter un nouvel ordre Sith. Et personnellement, mes deux derniers affrontement avec des Sith m’avait prouvé que moi non plus. Lazhar m’avait quasiment tué. Et Nissa… Je n’en était venu à bout qu’après de nombreux affrontement. Et seulement avec le pouvoir de la vallée des Jedi. Alors je comprenais son inquiétude.

    - Je comprends… Je continuais de marcher, le regard dans le vague, me remémorant certains des pires moments de ma vie. Les Jedi sont impressionnants. Ce qu’ils peuvent faire, c’est… Parfois effrayant. Entre de mauvaises mains, ça devient terrifiant. Et c’est là tout le problème avec les Sith. Les Jedi ont un engagement. Ils sont dévoués à lutter pour la civilisation. Il la défende, à tout prix. C’est un honneur qui s’accompagne de nombreux sacrifices, et de beaucoup d’abnégation. Mais, quand on sombre et qu’on utilise le côté obscure de la Force, plus rien n’a d’importance. Les règles, le bien, le mal, plus rien de tout ça ne compte. Ne compte plus que soit et son envie la plus profonde. C’est ce qui les rend particulièrement dangereux. Parce qu’ils deviennent prêt à tout pour obtenir l’objet de leur désire. Il peut s’agir de n’importe quoi. Le pouvoir souvent. Mais ça peut être la connaissance aussi. L’immortalité. Ou la vengeance… Et l’amour. La personne la plus intégrée et bonne, peut commettre les pires atrocités pour sauver un être cher. La peur est le moteur du côté obscure. Elle rend aveugle. Vous voulez sauver une personne, et si d’autres doivent mourir pour qu’elle vive, ça n’est pas grave. Et vous serez persuadé d’avoir raison. C’est de la que viennent ces fameux pouvoirs dont ils sont si fiers. Et c’est ce qui est attrayant. Comme un joyau oui. Mais ce n’est qu’une illusion. La colère, cette sensation de tout pouvoir faire, ça ne rend pas plus puissant. Ça rend simplement plus dangereux. Je sortais de mes pensées, souriant au Mandalorian en continuant d’avancer. Mais sombrer du côté obscure de la Force ne veut pas dire que les Sith tuent tout le monde sur leur passage. Votre première rencontre, vous deviez être sur son chemin. Vous étiez un simple contre-temps. La seconde fois, vous étiez un moyen d’avancer. Ce qui leur importait c’était leur but. Comment ils y parviennent ? Tous les moyens sont bons. Que ce soit vous supprimer ou vous utiliser.

C’était assez représentatif de ce que je pensais. Mon rôle en tant que Jedi n’était pas d’avoir peur des Sith. Mais de les affronter. Ils n’étaient pas plus puissants. Jamais le côté obscure ne devait l’emporter sur la lumière. Et en tant que Jedi, c’était aussi mon rôle de convaincre Sareth que les utilisateurs du côté obscure étaient dangereux. Perverti. J’aurais pu en rajouter beaucoup. J’aurais pu lui dire tout ce que j’avais vu. Mais j’en avais peut être déjà trop dis… Heureusement Feran prit la relève.

    - Il y a une odeur de brulé.

    - Mon Scan ne capte rien…

    - C’est proche. Regardez les traces par terre. Il y avait de grosses empruntes de pas, celles que nous suivions depuis plusieurs minutes. Je ne remarquais pas grand chose. Mais le chasseur si. Elles sont plus fraiches. Et l’odeur est proche aussi. Ils sont du s’arrêter ou faire un camp.

    - Il faut être discret. Sareth. Un plan en tête ?

Je me fiais à son instinct. Ce n’était pas sa première chasse. Si l’un de nous devait choisir un plan d’action, c’était bien lui.
#38355
Image


Sareth écoutait les remarques de son allié avec le plus d'attention qu'il pouvait offrir tout en avançant au travers d'une jungle de plus en plus sinueuse, obscure et profonde. L'ambiance devenait de plus en plus tendue à mesure que les bruits lointains des animaux résonnaient en un sinistre écho, le stress était palpable chez certains membres du groupe. Le Mandalorien restait calme mais guettait autour de lui du regard en profitant d'être casqué pour que quiconque l'observant ne puisse pas deviner où se baladaient ses yeux. Il sentait que quelque chose clochait, qu'ils étaient observés, mais pour l'instant impossible de dire d'où, par qui et pourquoi, mais le mercenaire avait sa petite idée sur la question. Chaque coin de la forêt était passé au peigne fin par l’œil de Sareth qui tendait l'oreille dans le même temps, attendant le moindre craquement suspect ou le moindre branchage pour dégainer et tirer sans réfléchir. Sa main était calme, pourtant elle restait toujours non loin du pistolet blaster à sa ceinture. Son autre main quand à elle se reposait sur sa ceinture, cachée par le lourd manteau qu'il portait, à quelques centimètres de la crosse du fusil à pompe trandoshan. Cette chasse au détail suspect s'accompagnait toujours des longues explications de Dashel qui semblait bien bavard... Dans un sens tant mieux, cette conversation servait de diversion, elle donnait l'illusion que le groupe était distrait, absent. De son côté, Seven et ses capteurs passaient la zone au peigne fin, ses capteurs thermiques étaient brouillés, la chaleur humide de la jungle rendait difficile des scans détaillés, il devait donc se fier à sa seule vue... Et lui aussi sentait que quelque chose clochait. Le Zabrak aussi le sentait, il arrêta d'ailleurs le groupe pour signaler que les Massassis ne devaient pas être loin, et, évidemment, c'est à Sareth qu'on demanda quoi faire. Il s'arrêta et sembla pensif, ne disant pas un mot. Il y avait quelqu'un qui les observait, il en était sûr.

- La discrétion est de mise, la cible pourrait être à quelques pas de nous, expliqua-t-il alors que sa main s'approchait de son pistolet blaster. Préparez vous à avancer, ajouta-t-il en hochant la tête à Seven.
- Excellente idée, répondit-il en rendant son hochement de tête à Sareth, il avait compris.

Le silence dura trois longues secondes sans que personne ne se déplace, puis, d'un coup, l'erreur que le mercenaire attendait eut lieu, un adversaire trop impatient se déplaça et brisa une branche sous ses pas. Dans un réflexe instinctif, Sareth se retourna, pistolet à la main, et canarda dans la direction du bruit à de multiples reprises... Sur la dizaine de rayons vermeils que son arme cracha, une bonne moitié se logea dans des arbres, mais trois autres semblèrent toucher quelque chose qui, en réponse, poussa un grognement bestial plein de haines accompagnés de cris et d'insultes dans une langue étrange. Il jaillit alors des buissons, un monstre rouge à l'apparence disgracieuse et à la musculature hypertrophiée. Il avait une lance à la main et compter empaler Sareth avec cette dernière. Cependant c'était sans compter sur Seven qui, en un temps record dégaina machinalement son fusil et se tourna vers le sauvage peau rouge avant de l'abattre d'un tir en pleine tête. Des dizaines de grognements suivirent alors, des cris diffus se trouvant tout autour de nos chasseurs de dragons. Ils avaient été encerclés par ces sales bêtes. Comme quoi, malgré leur intellect limité, ces sales bêtes étaient capables d'établir des ruses efficaces. Qu'à cela ne tienne, le droïde assassin et le chasseur de primes se mirent dos à dos et commencèrent à tirer dans les fourrés. Il s'agissait de tirs au jugé peu précis, mais l'idée n'était pas de toucher, l'idée était de débusquer et surtout de défendre les membres les plus fragiles du groupes tel qu'Aslan ou Dashel.

- Nombre de cibles... Incertain. Victoire... Peu envisageable.
- Continue de tirer au lieu de jouer aux pessimistes !
- Plutôt que de critiquer mes fiables algorithmes, je vous inciterai à viser à votre droite.

Le Mandalorien se tourna sur sa droite et fit pleuvoir l'énergie de ses deux blasters sur le Massassi qui avait tenté de le prendre par surprise, la bête essuya une bonne dizaine de tirs avant de s'écrouler au sol et de rouler comme une masse. Sareth se tourna vers Dashel, Aslan et Feran, espérant qu'ils allaient pouvoir se défendre et aider efficacement les deux chasseurs de primes. Le nombre de Massassis était incertain. Ils rodaient autour du groupe et profitaient d'être cachés dans l'obscurité de la jungle pour attaquer au meilleur moment, tel les charognards qu'ils étaient. Mais... Un peu plus loin, leur meneur restait en retrait et observait, coordonnant les mouvements de ses troupes. Un vieux monstre rouge à la longue barbe grise vêtu de robes vétustes et d'ossements sinistres, un Chaman Massassi.
#38372
Image


Le petit groupe était arrêté au milieu de la forêt. Tout le monde était sur ses gardes, particulièrement le Zabrak et nos deux nouveaux compagnons. A travers l’obscurité épaisse de la forêt, ils semblaient tous chercher les traces de passages des Massassis. Je ne pouvais pas voir le visage du Mandalorien, et le visage du Droïde était évidemment impassible. Mais j’avais compris en observant le père de Ella que nous n’étions plus seul. J’avais été inattentif. En discutant avec le chasseur j’avais perdu ma concentration alors que j’aurais dû repérer leur présence bien avant qu’ils ne nous encercle. Je ne pouvais pas me laisser distraire ainsi.

Je fermai donc les yeux un court instant et inspirai longuement. Noyé au plein centre de la faune et la flore de la planète forestière je tentai de faire le vide et de trouver le calme. J’y cherchais ce lien intangible et pourtant si intense qui existait entre un Jedi et la Force. Je pouvais sentir son courant apaisant glisser le long des branches d’arbre, s’enroulant autour de nos corps à tous, excepté celui de Seven, mais incluant les êtres peuplant la forêt. Et cela incluait les Massassis. Je n’aurais su dire avec certitude combien ils étaient. Mais Ils nous encerclaient. Je pouvais sentir leur présence plus facilement que toutes les autres. Le côté obscure s’emmêlait frénétiquement autour de leur carapace rouge. Plongé dans la Force, cette foret auparavant si paisible était devenu chaotique. Et cela n’allait pas s’arrangeait.

Un craquement reconnaissable fit réagir Sareth. Il dégaina ses blasters et fit dans la direction du bruit. Direction qui correspondait avec une image imprécise que dessinait la Force à travers sa vision. Le Massassi fut touché et laissa échapper un cri de rage. Il n’en fallait pas plus à la meute pour se mettre en mouvement. Le monstre rouge fut le premier à se montrer, sautant hors de sa cachette et fonçant sur Sareth. Seven veillait. Un coup de blaster bien placé le fit s’effondrait au sol. Mais d’autre allait suivre. Nous devions réagir en premier. Je tirai mon blaster et visai en direction des ombres.

    - Aslan. Tu restes au milieu. Essaie de voir d’où ils attaquent et tient nous informer.

Le Slicer s’exécuta tandis que les mercenaires se positionnaient à côté de nous. Avec son cortex cérébrale il pouvait essayer de deviner leur position. C’était le mieux qu’il puisse faire. De son côté Feran avait saisi sa hache et guettait attentivement les mouvements dans la forêt. Alors les chasseurs ouvrirent le feu. Une pluie de laser illumina l’espace autour de nous. Je ne pouvais pas les laisser s’occuper de tout. Toujours plongé dans la Force, je pointais mon arme vers les émanations obscures. Les tirs partaient mais je n’étais pas sur de toucher mes cibles. Les grognements tout autour de nous n’étaient pas des indications fiables. Et Feran se sentait impuissant dans cette situation. Si bien qu’il décida de passer à l’action. Il se précipita dans les buissons pour débusquer ses proies.

    - Feran ! Ne bouge pas ! Mais il était trop tard… Et merde.

Je me lançais à sa poursuite, laissant au Mando la charge de maintenir à distance nos assaillants. La brute Zabrak avait déjà disparu, mais je connaissais sa dernière position. Au moment où j’allais enjamber les buissons, un bras puissant me saisit et m’envoya valser quelque mètres plus loin. Une gigantesque créature rouge avait saisit l’opportunité et courait déjà vers moi. Je levai mon blaster et ouvrait le feu. Les rayons l’atteignirent en plusieurs endroits. Certains percèrent sa carapace tandis que d’autres rebondissaient simplement. Il restait imperturbable, continuant sa course. Si seulement j’avais pu tirer mon sabre laser, je n’en aurais fait qu’une bouchée. Mais après notre discussion, il m’était impossible de révéler mes dons. Je roulais sur le dos, évitant son épée d’os et de dents qui frappa le sol là où je m’étais trouvé. Il la leva bien au dessus de sa tête. C’était l’occasion où jamais. Une simple technique de K’thri, frappant vers son thorax de toutes mes forces le propulsa en arrière. J’avais senti son armure légèrement plus mole à cette endroit. Ce n’était pas suffisant, mais je m’élançai vers lui blaser levé. Il était sonné, mais pas vaincu. Tout du moins jusqu’à ce que j’enfonce mon arme sur cette espace moins protégé et y déverse plusieurs coups de laser. Il s’effondra contre un arbre.

C’est ce moment que choisi Feran pour revenir vers nous. Il était couvert de sang, mais il ne semblait pas lui appartenir. Il était essoufflé mais un large sourire barrait son visage. Le combat avait dû être éprouvant. Les Massassis étaient dangereux et cela faisait d’eux des adversaires digne de ce nom pour le guerrier. Cependant, il ne devait pas se relâcher. Derrière lui, je pouvais sentir une ombre s’approcher. Instinctivement je rangeai mon blaster et attrapai l’arme du mort qui tenait encore dans sa main. Ce n’était pas mon sabre mais cela ferait l’affaire. Je m’élançais vers mon ami et interceptais la hache qui s’abattait dans son angle mort. Elle était tellement lourde comparait à mon arme habituel. Mais je pouvais utiliser cet avantage pour rendre les mouvements de l’Ataru plus dangereux. J’utilisai son poids pour tourner sur moi même et accéder tandis qu’elle tranchait dans la chair du monstre.

Tout autour de nous, je pouvais ressentir les présence démoniaques diminuer. Les chasseurs n’y étaient pas pour rien eux non plus. Mais nous n’étions pas tiré d’affaire. Caché, immobile, je pouvais sentir une ombre plus grande. Il se préparait quelque chose. Une sensation étrange hérissa les poils de mon corps. J’avais déjà vécu cela. Le Sith sur Cristophsis. C’était la même sensation avant qu’il ne m’attaque.Toute cette noirceur était dirigé vers Aslan, Seven et Sareth.

    - SARETH ! METTEZ VOUS A COUVERT ! TOUT DE SUITTE !

Les arbres volèrent en éclat, dispersant des milliers de copeaux et de feuilles sur le passage de l’incantation Sith. La lance démoniaque avait été lancée. Je canalisais la Force dans le peu de temps à ma disposition. Je savais mon pouvoir impuissant face à tant de Haine. Mais je ne pouvais pas les laisser sans protection. Mentalement, je levais un bouclier sur le chemin de l’attaque. Il vola en éclat presque instantanément mais permis de ralentir sa progression et sa force. J’espérai que cela les protégerait suffisamment. Mais je ne pouvais pas rester immobile. Ils avaient un chaman avec eux. Il était plus dangereux à lui tout seul que le groupe de Massassis qui nous encerclait. Je plongeais dans l’obscurité de la forêt, partant à sa recherche.


Utilisation de la Force :

Pouvoirs :
  • Sensibilité
  • Bouclier
Formes :
  • Ataru [ Eveillé ]
  • K'thri [ Eveillé ]
#38383
La situation était... Sous un contrôle tout à fait relatif. Dans les faits aucun membre du groupe n'avait été blessé et les Massassis ne parvenaient pas à briser la formation des chasseurs de primes qui mettaient du cœur à l'ouvrage pour qu'aucune saloperie rouge n'ait l'idée saugrenue de s'approcher. Sareth vidait ses deux blasters comme un dératé, il empêchait la caste des guerriers de s'approcher, il coupait leur formation, semait le chaos dans leurs rangs, chaque tir vermeil éclairait de rouge la forêt quasi paisible il y avait de cela quelques minutes. De son côté, IG-77 faisait montre d'une précision quasi chirurgicale, il étudiant les mouvements diffus des Massassis, estimait le temps qu'il faudrait à un tir pour atteindre sa cible puis se positionnait au point parfait et tirait un laser qui se logeait toujours dans sa cible entre ses deux yeux.

Cependant, dans le groupe, le seul à ne pas pouvoir tirer commençait à sentir sa hache qui le démangeait, il finit donc par se jeter dans la mêlée comme le bourrin qu'il était, il fut suivi par Dashel qui tentait de sauver la chasseur enragé de sa propre folie meurtrière. Il ne restait plus qu'Aslan qui restait le plus proche du droïde et du Mando pour éviter de se faire moissonner, après tout, un seul coup de griffe de la part d'un Massassi suffirait à le couper en rondelle tant il était frêle comparé au reste du groupe. Finalement, alors que le groupe parvenait toujours à maintenir la position et empêcher les monstres écarlates de s'approcher... La voix de Dashel hurla pour inciter Sareth à se mettre le plus vite possible à couvert.

La forêt fut illuminée par un éclair rouge, un projectile fait de flammes écarlates composées de colère, de haine et d'amertume. Un véritable javelot cauchemardesque hurlant comme un millier d'âmes en peine ayant pour objectif simple et précis de détruire tout sur son passage, qu'il fut inanimé, mort, vivant, ami ou ennemi. Le verrou de la haine avait entamé sa route, et rien ne pourrait plus l'arrêter, pas même une vaine barrière de force. Il traversa la jungle à la vitesse de l'éclair. Sareth n'eut pas le temps de le voir, seulement d’apercevoir sa lumière et d'entendre les cris du contrebandier qui présageaient que la menace était bien réelle. Il frappa ses bottes l'une contre l'autre, attrapa Aslan et s'envola, esquivant de peu ce qui aurait bien pu carboniser son corps et écorcher son âme à tout jamais. Seven quand à lui, trop lourd pour être transporté, usa de ses servomoteurs pour se jeter au loin et esquiver de peu l'explosion cauchemardesque qui allait avoir lieu. Car oui, cet ouragan sanglant de feu écarlate aurait sans doute dévoré quiconque en était la cible si Dashel n'avait pas prévenu le groupe à temps.

Le chasseur de primes se reposa au sol et déposa Aslan, répondant "De rien" par réflexe avant même que le slicer n'ait le temps, ou pas, de le remercier. Il y avait donc un chaman parmi eux. Le Mandalorien sentit le destin du groupe peser sur ses épaules. Il était le seul à avoir affronté un Sith, du moins il le pensait, il ignorait bien évidemment le passé de Dashel. Il assuma donc le devoir d'affronter ce chaman et de protéger le groupe du mieux qu'il le pouvait avec l'aide de Seven qui serait son allié le plus utile durant ce combat. Il courut au travers de la jungle, vibrolame rétractée au poignet gauche, pique de force dans la main droite. Ses pas se succédaient à une vitesse impressionnante en direction de la source de l'attaque, rien d'autre n'importait pour lui, pas même les Massassis qui se trouvaient sur sa route et qu'il se contentait d'ignorer ou de moissonner au passage à coup de vibrolame.

    - Couvrez moi ! Cria-t-il en éviscérant un guerrier rouge.

Seven couvrait les arrières de son confrère et tirait dans la tête des Massassis qui pourraient gêner la progression du Mandalorien avec une précision toujours aussi méticuleuse. Sareth avait la voie libre, il put donc faire la rencontre de l'ignoble créature rouge rabougrie à la longue barbe grisonnante qui tenait fermement entre ses mains un bâton de faire aux motifs étranges orné de crânes et de grigris sinistres. Le Mandalorien fonça sur son adversaire sans lui laisser le temps de frapper le premier et entama avec son adversaire un duel au corps à corps.

Malgré son apparence laissant présager une vieillesse handicapante, le chaman se défendait avec beaucoup de vigueur et parait chaque coup de son adversaire avec l'aide de son bâton. Ses mouvements étaient d'une rare agilité, il utilisait chaque bout de son bâton avec grâce et manœuvrait en faisant de très amples mouvements destinés à empêcher le Mando de trop s'approcher, une sorte de version revisitée du Zez'Kai. Sareth avait beau être un élève très assidu du Teräs Käsi, c'était la première fois qu'il affrontait un utilisateur de force dans le but de gagner, et gagner... Oh ça il en était bien loin. Mais peu à peu il apprenait, il comprenait les tactiques de son ennemi. Le métal s’entrechoquait en des bruits cristallins et produisait moult étincelles alors que le combat avait démarré depuis environ une dizaine de secondes.

Sareth prit un coup à la tête, il résista, un coup à la hanche, il tint bon, puis un coup dans le torse, il lâcha prise. Le Chaman dans un élan de sadisme utilisa la force pour agripper le coup du Mandalorien et le faire flotter au dessus du sol pour lui infliger une mort lente et douloureuse par asphyxie. Le chasseur de primes se sentit défaillir et leva son bras dans un spasme annonçant une mort imminente... Avant d'activer son lance flamme et d'arroser le visage de son adversaire d'un torrent de flammes. Le chaman grogna avant de lâcher son emprise sur Sareth. Sa carapace l'avait plutôt bien protégé mais elle avait fondu, rendant le vieux fou encore plus laid qu'il ne l'était déjà, il vomit un flot ininterrompu d'insultes et de menace en langue des Siths avant de tourmenter le chasseur de primes, au sol en train de reprendre son souffle, avec des éclairs de force les uns à la suite des autres. Jamais au grand jamais le mercenaire n'avait connu pire douleur, il ne peut retenir ses cris et se mit à convulser et contracter ses muscles spasmodiquement.

Cependant, malgré cet assaut raté, un point positif en découlait, et pas des moindres, car le Chaman, obsédé par l'idée de faire payer son arrogance au chasseur de primes, avait totalement détourné son attention du reste du groupe.
[Scénario Jedi et NR] Sauver Corellia !

Et ici la partie concernant le soutient médical : […]

https://lumiere-a.akamaihd.net/v1/i[…]

https://i.pinimg.com/564x/d7/4d/6e/[…]

Posséder [Espace]

Ainsi donc sa grandeur au souffle ardent, Amhon […]

https://i.pinimg.com/originals/7e/6[…]

[Polmanar] Retour aux sources

Le tombeau de son maître sur Naboo, une structure […]

Au bon endroit, au bon moment

Lark était visiblement aussi content qu’elle de l[…]

https://media3.giphy.com/media/3orn[…]