L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39762
Ambria était le genre de planète dont l’existence était un mystère. Elle ne résonnait dans la cohérence galactique qu’au travers de la Force, positionnée sur la toile galactique de manière aléatoire. Cette planète était le chaos incarnée, alternant entre la lumière et les ténèbres. Aucun rapport scientifique ne faisait état d’un quelconque cycle, mais tous s’accordaient à dire que la folie y était reine. Ce caillou abandonné n’abritait que très peu de vie, car baignée dans un constant nexus obscur. L’on y voyait autant la mort que le désespoir, la peur que l’oppression. Les rares habitants obéissaient aux rythmes effrénés du climat, tantôt fou, tantôt extrêmement lucide. Les tempêtes de sable étaient très nombreuses et un immense désert parcourait la planète, engloutissant toutes les veines tentatives de construire un abri. Seuls quelques lacs éparsent permettaient de s’approvisionner en eau potable, quand ces derniers n’étaient pas empoisonnés, souillés ou très acides. Cette destination n’était pas un stratégique, ni paradisiaque, mais c’était la sienne. Elle qui devait trouver le prochain fragment du puzzle galactique qui lui permettrait de mettre la main sur l’objet tant convoité.

Le voyage jusqu’ici avait pris beaucoup plus de temps que ce à quoi les voyageurs standards pouvaient s’attendre. La reine avait dû effectuer une série de sauts de planète en planète, bouclier Stygium constamment activé. Elle ne voulait pas attirer l’attention et son vaisseau espion obéissait totalement à ce genre d’expédition. Le Scavenger avait fait le tour de la galaxie, plusieurs fois. Il avait été créé à l’époque par les chantiers navals de Kuat, avant que son oncle ne vienne créer la scission avec l’empire. Le but de vaisseau avait été simple, créer une base opérationnelle pour l’inquisition. Ce vaisseau avait été le fleuron de la haute inquisitrice et son ancienne compagne. A sa mort, elle avait hérité de toutes ses possessions, y compris ce puissant vaisseau. Aujourd’hui plus que jamais, elle sentait que ce à quoi il était destiné allait prendre sens. Tout le long du voyage, elle n’avait pas ouvert la bouche, se réfugiant dans un silence monacal. Elle n’avait pas essayé de parler avec le seigneur Andeddu et lui-même n’était pas sorti de son cristal. Ses pensées tumultueuses se bousculaient dans sa tête et elle entendait les voix des morts psalmodier quelques paroles incompréhensibles. L’horizon quel apercevait était noir et cela l’effrayait...

Son vaisseau approcha de la planète au terme du voyage et elle pu apercevoir l’immensité tempétueux de son esprit se représenter sur la surface. Il n’y avait pas seulement le sable qui voletait, mais également le magnétisme qui était chaotique. Alors elle laissa ses mains progresser dans l’espace bas, puis dans l’atmosphère. La Force lui indiquait la voie et elle ignorait où cela allait la mener. Quand les appareils de vols furent perturbés, elle ne paniqua pas. Quand un des réacteurs cessa de fonctionner, elle ne paniqua pas. Au contraire, ses yeux se fermèrent et son esprit se dilapida dans la tempête, laissant ses propres questions catalyser ses sentiments. Et au travers de ces derniers, plier la Force pour garantir un passage. Le vaisseau vola alors d’une manière étrange, ne choisissant pas la voie la plus rapide en apparence, parfois revenant en arrière, virevoltant entre les nuages de foudres, évitant par moment les immenses tempêtes de sable. Et plus il approchait, plus le côté obscur devenait puissant, et puis elle plia la Force à sa volonté. Les ténèbres qui s’agitaient ici n’étaient certes pas aussi grand que sur Yavin 4. Peut-être pas aussi fou non plus. Mais pourtant, il y résidait une puissance telle qu’elle pu s’en nourrir. Chassant autant ses doutes que ses questionnements, se laissant aller dans une béatitude proche de la luxure. Une liberté dont elle pouvait jouir sans se restreindre, sans se fixer des barrières invisibles.

Elle était heureuse dans ce lapse de temps où son esprit naviguait dans cette tempête, arpentant les sombres cols aux roches grisâtres. S’enfonçant dans les canyons aux bords pentus, flirtant avec la surface, avant de remonter en flèche hors du piège de roche. Tandis que son esprit vagabondait ça et là, écrasant le fluide galactique, créer l’harmonie à partir du chaos et briser le flux. Gagner la puissance et par ce fait, le pouvoir. Assez de pouvoir, pour gagner la victoire. Elle rouvrit les yeux, le vaisseau était à l’arrêt, les moteurs éteints. Dehors, nulle tempête, ni nuage. Pas de bruits, pas d’animaux. Juste quelques structures naturelles de roches orangeâtres en zigzagues, montant vers le ciel. En contre bas, un lac vaporeux dont l’onde en surface grésillaient parfois sur cette étendue paisible. Devant elle, l’immensité noirâtre qui résonnait d’obscurité et de puissance. Un monument des temps anciens cassé en hauteur, mais d’une base titanesque. Construits par quelques peuples gargantuesques primordiaux, guidés eux aussi par le côté obscur. Mais le temps avait fait son office et il ne restait que ce vestige des temps plus anciens, sans pour autant perdre de son aura de puissance. Là se trouvait la dernière pièce du puzzle, elle y était presque.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39776
Elle déambula autour de l’artefact, laissant sa main glisser sur la pierre réfléchissante, y observant son reflet. L’armure noire luisait comme quelques guerriers Sith revenus d’entre les morts pour prendre le contrôle de son esprit. Le casque bien que de composition Jedi, ajoutait à cet équipement quelques aura ténébreuse, dont la reine désormais ne voulait plus se cacher. Derrière son reflet, quelques personnalités étaient là, patientant, l’observant. Tous les seigneurs qu’elle avait rencontrés et ceux qu’elle découvrirait encore. Elle laissa là ces visions pour se concentrer sur sa mission principale. A l’approche de la planète et en découvrant le climats changeant d’Ambria, elle n’avait pas aperçu que cet immense pilier ni ce lac aux émanations acides. Il y avait un point regroupé quelques kilomètres au Nord. Des points grisâtres semblables à des bâtisses, peut-être les seuls de la planète. C’est tout naturellement qu’elle s’y dirigea, pressant le pas, sans être certaines de qui ou quoi résidaient encore à cet endroit. Par endroit, elle perçut les quelques formes de vies primitives dans les méandres de la roche, apeurées par sa présence. Elles ne s’approchaient jamais assez pour qu’elle puisse les voir de ses yeux, mais la Force restait tout de même bien présente pour l’avertir. Ce changement naturel de son aura ne la choqua pas outre mesure, mais ne fut que la triste et simple constatation de son changement apparent.

Image


Elle poursuivit sa route et laissa derrière elle les quelques falaises érigées, pour pénétrer dans un désert de sable et de gravions, s’étendant à perte de vue. L’horizon était calme et clair, assez pour lui permettre de visualiser les points repérés tantôt. A cette distance, elle avait l’impression d’y percevoir quelques antennes et ne doutait pas que les installations se révéleraient les mêmes que ceux des fermes hydroponiques. Probablement la seule et unique manière de conformer un semblant d’habitation sur cette planète démoniaque. Son analyse fut juste, sa capacité de déduction n’ayant pas été opprimée à son tour. En effet, elle tomba sur un immense trou dont seule l’antenne sortait du sol. Un escalier en colimaçons y descendait sur pente douce, creusé à même la roche. En bas, plusieurs portes dirigeaient vers plusieurs autres locaux. Nul doute que l’installation se révélerait encore plus grande, construite dans la terre et la roche. C’était un refuge construit de main experte sans nul doute, bien que la population locale soit inexistante. Alors qui ? Elle chercha dans un premier temps, au creux du trou, quelques formes d’appartenances, des enregistrements, des étendards … Mais il n’y avait que le sable au fond de ce trou, ayant recouvert la majorité de la surface. Helera activa son casque pour y percevoir quelques autres signes de métal que son œil organique ne pouvait pas percevoir, et fut récompensée. Car à quelques pas de là, recouvert également par un monticule graillonneux, elle tomba sur une plaque d’acier. La chute avait dû être précipité depuis le bord de la paroi à force d’être baladé par les vents. Le fait que rien n’y personne ne fut en mesure de le redresser dénotait un manque d’entretien et probablement un abandon de l’endroit.

Sa main gantée passa sur le sable essuya à quelques endroits épars, y découvrant quelques signes tortueux à demi effacé sur la structure de métal. Finalement, la lenteur de sa tâche la poussa à l’agacement et d’un revers de la main, chassa les rebelles morceaux de sable, laissant l’art du dessin s’exprimer. Le logo qu’elle y découvrit avait probablement été entier à l’époque, mais dénotait un entrelacement de quelques formes parallélépipédiques qu’elle avait connu autre fois. C’était le logo des Luxiens, l’ordre de la connaissance de la Force. Sans nul doute était elle au bon endroit. Même si le côté obscur ne faisait pas cours dans cet endroit, elle était persuadée qu’elle trouvait quelques informations. Elle fut cependant dérangée dans sa mission par la voix hagard et chevrotante d’un vieillard à la barbe longue, qu’elle n’avait ni senti, ni entendu, trônant devant une des portes.

« Je peux vous aider mademoiselle ? »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39799
Image
Helera resta de marbre devant la présence derrière elle. L’homme portait une longue barbe hirsute, couvrant son menton jusque sur son torse, se terminant en une pointe. Son visage était garni d’une multitude de tâche de sénescence. Des rides creusaient les abords de ses yeux bleus et le haut de son front. Ses quelques cheveux blancs gisaient ça et là à la faveur des courants d’air. Il portait une longue toge de professeur d’université ou peut-être de magistère d’une galaxie voisine. Brune au sommet des épaules, la couleur devenait de plus en plus claire au fur et à mesure que l’on descendait vers les pieds, là où il ne portait que des sandales. L’homme était vouté mais ne portait pas de canne. Cela ne l’empêchant pas de se tenir sur le cadre de l’ouverture. Il émanait de lui une aura si discrète qu’elle doutait même de son existence dans la Force. Mais ses sens ne pouvaient pas la tromper et les exemples de présence spirituelle, elle en avait tout autour du ventre. La reine n’était pas dupe pour autant, la Force tournait autour de lui. Le fait est qu’elle sentait son esprit qui tentait de la sonder ce qui ne manqua pas de l’agacer.

« Je cherche un objet très spécial. »

« Ah oui ? »

Le vieux se redressa et se retourna lentement vers l’intérieur de son repère, agrémentant par :

« Suivez-moi, je vous en prie. Cette planète n’est pas assez peuplée pour que l’on ait à s’ignorer. »

Helera hésita, jeta un coup d’œil vers le ciel voilé puis décida de suivre l’ancien, trainant derrière lui quelques grains de sable. Les ombres de d’Ambria était témoin de son passage, les grands sages regardaient par-delà les cieux et désespéraient d’y apercevoir la folie sur leur terre. Les innommables créatures constructrices de ces immenses structures partout sur la planète quant à elles restaient dans le silence de la suite. Helera fut menée dans un premier temps dans ce qui semblait être un salon, réaménagé plusieurs fois semblait-il au vu de l’état actuel du mobilier. Les meubles étaient usés et le verni sur certaines parties avait disparu, laissant l’oxydation faire son travail. De l’autre, le bois était attaqué et plus aucun angle ne subsistait. De nouveau, le sable parcourait le plancher et semblait être partout.

« Pardonnez moi l’air lugubre de cet endroit, mais je n’ai pas pour habitude de recevoir de visiteurs. Plus personne ne vient là en réalité … »

L’inquisitrice resta interdite de nouveau, les remarques du vieil homme faisait écho à ses pensées. Comme s’il n’avait pas besoin de ses mots pour suivre une conversation. Il l’intriguait pour le moment. Il l’invita à s’assoir et lui proposa le thé, ce qu’elle refusa poliment. Lui en revanche disparut quelques minutes avant de revenir avec son petit contenant métallique.

« Vous me dites que vous cherchez un objet spécial ? »

« En effet », acquiesça la reine. « Mais je doute que vous sachiez répondre à ma question. »

Il étira un grand sourire et ponctua sa grimace.

« Il n’y a qu’une seule façon de le savoir. »

Cet air mystérieux ne cessait de l’entourer, alors même qu’il prenait sa tasse de thé. Helera n’était pourtant pas dupe et avait déjà identifié quelques éléments du rang de son interlocuteur. Mais également l’âge avancé de ce dernier qui le faisait totalement perdre la réalité des choses.

« Je cherche un objet qui contiendrait le savoir de plusieurs utilisateurs de la Force. »

« Oh ? Il est rare de notre temps d’entendre ce genre de propos. La Force fait partie d’une religion qui ne fait plus cours dans la plupart des planètes de cette galaxie. »

Helera en eut assez quand elle comprit qu’elle perdit son temps. Elle se leva précipitamment, mais fut interrompu tout aussi rapidement.

« Pourtant, cet endroit regorge de connaissances théologiques. Je sens le conflit en vous, la peur … J’ai l’impression que vous vous êtes perdue sur un chemin qui n’est pas le vôtre. »

« Ne vous mêlez pas de cela vieil homme. Il est des projets qu’il vaut mieux ne pas divulguer, au risque de s’y voir mêler. »

Le papi ricana et prit une autre gorgée de son thé. Pourtant, quand il laissa sa tasse retomber, son air avait changé.

« Le savoir que vous cherchez est maudit et vous mènera à votre perte. Renoncez maintenant, il est encore temps de faire marche arrière et de retourner sur la voie de la sagesse. »

Helera croisa les bras.

« De quelle voie me parlez-vous ? Celle d’où je viens n’était nimbée que de la noirceur et des mensonges. Aujourd’hui, je ne reculerai devant rien pour trouver un moyen de récupérer cet objet. Si vous ne pouvez pas m’aider, je trouverai par mes propres moyens. »

Et elle se détourna de lui.

« Les enseignements de Darth Bane ne sont pas à prendre à la légère. Il fut le créateur de la règle qui condamna la galaxie dans les flammes. Vous avez tenté de les braver par le passé, ne soyez pas celle qui ranime l’âtre des ténèbres. »

L’inquistrice ne bougeait plus, le nom avait été prononcé. Elle était désormais certaine qu’il avait les informations qu’elle cherchait. Mais au nom de sa propre logique, cherchait à l’en détourner. Helera serra les poings et baissa un instant la tête. Elle l’avait dit, désormais, elle ne reculerait devant rien.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39804
La trahison du viel ermite faisait monter en elle une myriade de sentiments, tous plus noirs les uns que les autres. Le tourbillon de ses pensées virevolta, mélangeant poussière anthracite aux teintes rougeoyantes dont les flashs intérieurs laissaient paraître quelques halos électrisants. Ce tourbillon de colère avait explosé en son for intérieur si précipitamment que son corps n’eut pas le temps de s’habituer à la décharge. Ses yeux bleus perdirent de leur éclat et les flammes de la tempête vinrent s’y poser, se logeant comme une étoile embrasée tout autour de ses iris. D’un geste de la main, elle ferma la porte et se retourna vers lui. Un changement dans son attitude avait fait reculer le vieil homme, celui qui voyait par-delà les armures. Il savait avoir franchi une limite qu’il n’aurait pas dû atteindre.

« Cessez cette folie ! Vous pouvez vous défaire de tout cela, renoncez et accepter de nouveau la paix. »

Mais ces paroles n’étaient que poussière car son langage corporel trahissait une peur intérieure bien plus grande encore. Il recula de nouveau d’un pas et la défendit par un geste de sa main tremblotante d’approcher. L’inquisitrice continua sa marche inexorable sur lui, laissant l’intensité du côté obscure inonder ses veines et son esprit, remplissant de son essence les moindres recoins de son être.

« Où sont-ils ? »

« Ce savoir vous ai interdit, je m’y refuse éperdument. »

Helera le souleva de terre en même temps que son poing droit se présenta. Le vieil homme tenta de se débattre mais fut bloqué contre le mur devant lequel il reculait. La reine n’hésita pas et son esprit s’insinua dans celui du vénérable, brisant chacune des barrières qu’il lui imposait. Ses gloussements ne l’arrêtèrent pas, pas plus que les quelques larmes avec lesquelles il tentait de la faire fuir, protestant d’utiliser le bon en elle. Les flux de pensées s’entrechoquèrent si violemment que l’homme en fut quelques secondes sonnées, cessant alors toute résistance. La reine y fouilla les souvenirs, les connaissances, les lieux, le savoir … Quand enfin elle sut, elle le relâcha et tourna sa tête vers une autre porte, là où elle l’avait vu mainte et mainte fois. Cet endroit résonnait pour lui comme une grande fierté et un symbole de tout ce que représentent les luxiens. Un endroit dont lui seul avait été choisi de protéger et de garder. Cet endroit, était alors pour elle. Lentement, elle s’y dirigea sans prendre garde au vieil homme qui avait retrouvé ses esprits. D’un pas décidé, il fit le tour inverse de la salle, passant devant sa cuisine et s’interposant devant la porte.

De sa toge, il dégaina un sabre laser et présenta sa lame jaunâtre devant le visage de la reine.

« Reculez, renoncez. Ou vous devrez en subir les conséquences. »

Derrière elle se matérialisa alors l’esprit du seigneur Sith au visage décrépit, dans une poussière bien autre que ce que le sable pouvait porter. Une aura malfaisante imprégna la pièce, bien plus encore que ce que représentait la reine. Le visage du vieux gardien se décomposa :

« C’est donc cela qui vous empêche de venir. Vous l’avez amené avec vous … »

L’armure noirâtre ne bougea pas mais dégaina rapidement son sabre laser et d’une seule lame, fit contact. Des étincelles jaillirent de cette liaison, projetant de part et d’autre des gerbes de couleurs enflammés, sous un bruissement énergétique qui emplissait l’endroit si silencieux. Pourtant, la reine ne bougea pas et observa les traits tirés dénotant de l’effort de l’ancien. Son visage marqué l’était encore plus et chaque faisceau de rides se creusaient davantage. Toute son énergie était concentrée à sa seule tache, la repousser. Quant à la reine, elle entendit dans son esprit les murmures des seigneurs se réverbérer, lui intimant de poursuivre sa quête. « Il n’y avait pas de doute possible pour celui qui cherche la victoire », lui disaient-ils. Cela fut appuyé par Andeddu qui souffla au creux de son casque :

Tue le. Termine ton voyage.


Dans un élan mental soudain, elle éteint la lame de son sabre, s’écarta de celle du vieux qui prit sous la rupture brutale tomba vers l’avant. Puis dans le même mouvement, elle alluma la deuxième partie du sabre et remonta son bras, tranchant net. Et ainsi fut terminé cette échauffourée. Tout avait été si rapide qu’elle ne s’en était pas rendu compte, cela avait été si facile, si fluide. Son regard se perdit sur le corps découpé de son hôte, puis vers ses mains. Elles ne tremblaient pas. Enfin son regard se perdit vers Andeddu qui se contenta de hocher la tête, avant de disparaître sans un seul autre commentaire. Que venait-elle de faire ? Tuer avec le plus grand sang froid un vieillard qui tentait simplement de protéger sa maison. Pourtant n’avait-elle pas de remords, pas de tristesse, mais un grand soulagement qui lui enlevait un poids sur les épaules. Pourquoi ? Sa colère retomba lentement, la chaire carbonisée emplit l’air tout en chassant celles des feuilles séchées de thé. Elle ne l’avait pas fait par plaisir, mais parce qu’il avait été un obstacle, entre elle et son but. Il l’avait empêché du savoir qui lui permettrait de devenir plus forte et l’avait payé de sa vie. C’était pour cela qu’elle n’avait pas de remords. Il avait été responsable de son destin.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#39816
Le cadavre encore fumant du vieillard fut laissé à l’abandon, tandis que l’inquisitrice pénétra dans le sanctum interdit. L’air y était rustre et poussiéreux, assez lourd. L’endroit semblait recueillir des vestiges d’un passé incertain, oublié, peut-être aussi âgé que l’homme qui gisait à l’entrée. De multiples rangées lui faisaient faces, se terminant dans les ténèbres dans le fond. Chaque étagère était constituée de quelques entrée holographiques qui se présentait comme la seule source de lumière. Toutes rangées les unes à la suite des autres comme une haie de petites lumières bleutées. Helera déambula devant les étagères, passant aléatoirement entre les rangés, faisant glisser sa main sur les quelques titres qui lui apparaissaient sous les yeux. « Faune et flore galactique », « Adage d’un soldat des guerres noires » ou encore « La paix intérieure, une force silencieuse » furent les ouvrages qui lui sautèrent aux yeux, mais rien qu’elle ne désira véritablement. De nouveau, son regard se perdit vers l’entée, là où le cadavre gisait. Lui aurait pu l’aider, si sa bétise ne l’avait pas poussé à la provoquer. Toute cette situation commençait à l’énerver et elle sentait sa patience s’effriter au profit de quelques bourrasques intérieures qui, si elle les laissait s’exprimer, auraient facilement raison de l’ordre de la pièce.

Elle continua ses recherches dans la catégorie des nouvelles et faits divers répertoriés. Le vieux avait réalisé un classement méticuleux par date de chacun des articles. Pour la plupart, ils faisaient échos à des nouvelles qui avaient eu lieu dans la galaxie. Il ne fut pas rare de trouver une convergence d’informations aux moments clés de l’histoire, tels que la fondation ou la destruction de l’empire. Mais en remontant dans le temps, elle eut accès à d’autres nouvelles. Celle qui l’intéressa particulièrement fut tournée sur la planète même, Ambria et datait de quelques milliers d’années. Elle constituait la seule et unique nouvelle à avoir été le témoin d’un évènement de l’endroit. L’enregistrement était uniquement audio et combla le silence par ses quelques sonorités, parfois vacillante ;

« Journal de bord du Cobra Tyféren. J’ai souvent manqué à mes devoirs de capitaines et je… je ne viens pas souvent compter l’évolution de notre mission. Mais, ce que j’ai vu aujourd’hui, je dois le dire, le sortir de ma tête. Alors que l’on cherchait des minérais sur Ambria, sommes tombés sur deux individus. Des gars de la confrérie, je peux en être certain, semblable à leurs sabres rouges. Je pensais qu’ils avaient disparu…
La plus petite, elle l’a tué, lui. Le combat était titanesque et j’ai encore des frissons rien qu’à tenter de me rappeler ce que j’ai vu. C’était à la fois horrible et magnifique. Je … Je suis un peu perdu. Elle l’a nommé, oui, j’ai entendu son nom. Bane.
»


Le journal se coupa à ce moment-là. Bane … Cela ne lui disait rien. Ce dont elle était certaine, c’était que les deux personnes furent probablement des Sith et que Bane a été tué ce jour-là, il y a un millénaire. Cela ne l’aida cependant pas, malgré le fait qu’elle sentait poindre dans le fond de son esprit une curiosité entêtante et dans le creux de son ventre, un nouveau désir à assouvir. La reine continua ses recherches sans se soucier du temps qui défila, écoutant les enregistrements de la période sans se soucier du contenu. Sa recherche continua dans les autres catégories, d’abord les transmissions planétaires, enregistrements d’époque de l’holonet et enfin par quelques enregistrements catégorisés dans la partie : « Divers ». C’est là qu’elle mit la main sur un holodisc ne comportant pas de titre, classés négligemment entre plusieurs autres documents. Cela dénota un profond schisme avec l’ordre global qui résidait ici. Coupler à cela, elle eut une étrange excitation en jouant avec le petit appareil. Une impression dont elle ne sut pas poser de définition.

« … cet essai constituera la première et unique base de la règle des deux. J’y ai inséré tout mon savoir, mes objectifs et la manière dont les Sith devront se comporter à l’avenir. Car il ne peut y en avoir que deux. Un maître pour détenir le pouvoir et un apprenti pour le convoiter. Ainsi cette philosophie amènera notre ordre au sommet de sa gloire, vers la domination galactique. L’élu de cette prophétie sera celui qui mettra un terme aux agissements des Jedi, qui reprendra d’une main de fer cette galaxie décadente et apportera la paix dans la galaxie. »

Son cœur battait la chamade tandis que les révélations de cette destinée se déployait à ses oreilles. L’empereur, les Sith, tout avait été orchestré des centaines d’années auparavant. Tout faisait parti d’un grand plan. Tout avait été prévu.

« J’ai également consigné mes recherches et la philosophie Sith dans l’holocron, tout comme mes pairs avant moi. Tout comme les enseignements avisés de Darth Revan me l’indiquèrent. J’ai amené l’holocron dans la caverne miroir sous la station citadelle, au creux de la chaine de montagne qui borde le lac principal. Je doute qu’il y réside longtemps, mais je laisse le soin à la Force de le guider dans les mains de mon successeur. Que l’ordre Sith évolue et que la galaxie tremble à nouveau sous notre domination. »
Acheter, Vendre, Construire

Seïstan Chinotsuki Si le premier acheteur est[…]

Serelia O'Minara

Les voies de la Force Premiers ap[…]

Le chemin de la rédemption

Attention mes RP peuvent contenir des scènes […]

Modération La journaliste parvenait ta[…]

Serelia O'Minara

Merci pour ces corrections. J'ai relu ta fi[…]

Passé et futur

Tout se passait si vite. Le datacom de Jessa sonna[…]

https://78.media.tumblr.com/6c8f[…]

Mieux vaut avoir des amis que des ennemis

Suite à la découverte d'un acheteur apparemm[…]