L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Figurant parmi les mondes les plus connus de toute la galaxie, Corellia est pour beaucoup synonyme de technologie et de voyage spatial. Pour d'autres cette planète est le symbole des fauteurs de trouble et de tout ce que l'univers compte de hors-la-loi.
Gouvernement : Affinités avec Nouvelle République - Indépendantiste
Avatar de l’utilisateur
By Borsk Fey ' lya
#39452

Modeler la société

—C’est là le destin du charisme qui vous a hissé jusqu’au sommet de votre base, que de connaître, au moment où il débouche sur les formations permanentes de l’agir communautaire, un recul. Sa disparition considérée de façon générale, un fait qui implique un refoulement de la portée de l’agir individuel et vu à tort comme une perte d’influence.

Ne craignez pas ce recul, parmi tous les pouvoirs qui appellent au refoule de l’agir individuel, le plus irrésistible est une puissance qui élime non seulement le charisme personnel de tous, mais éradique également la hiérarchie des statuts, des degrés d’honneur ou, du moins, en transforme rationnellement les effets, cet alignement permet alors la mise en place de la discipline rationnelle.

Elle est ce qui permet de transcender les sociétés, un joug de l’instant si rare où il faut savoir s’effacer, un temps du moins ; afin d’inculquée de manière planifiée, précise et inconditionnellement se soustraire de toute critique personnelle, l’exécution des ordres reçus et la conformation inlassable des dispositions intérieures à cette finalité exclusive au nom d’un grand corps commun. L’effet se fonde ainsi sur la masse obéissante dans un même lieu, simultanément ou particulièrement importante au sens quantitatif.

Une fois en place vous devrez ainsi éduquer les foules à l’obéissance. Le retour inévitable du charisme individuel verra alors son influence doublement renforcée et sonnera alors votre propre triomphe.

— Extrait Numéro°6 de, ‘‘Bréviaires d’homme d’État’’, Borsk Feylya (pas encore paru)



CORELLIA – Coronet City – Coronet Capitol Tower [][][]

« Je me réjouis de voir le fier peuple corellien agir de concert avec l’autorité fédérale. Je me désole sincèrement qu’une telle concordance des volontés s’inscrit dans un théâtre si désolant. La souffrance de Corellia est nôtre. » Enfin surtout leur et pour être tout à fait franc Fey’lya s'en balançait copieusement de la souffrance d’un peuple aussi nombriliste et imprégné d’une suffisance qui donne envie à vomir.

Fey’lya se tient droit, sur la plateforme d’atterrissage gouvernemental qui accueillit la petite navette cubique alléguée du sigle du Sénat. Le bothan feint un air grave, comme il se doit de l’arborer, cerclé par les bien connus gardes bleus de la Nouvelle République. « Vous semblez surpris. J’ai été chargé par le Sénat de diriger la commission qui va superviser les prochains débats afin d’estimer la meilleure manière possible pour la Nouvelle-République de vous venir en aide.Damagh Alcion, chargé de la cohésion républicaine.Saïstar Estébanne, responsable du parti progressiste. » Et les deux idiots qui l’accompagnent sont là pour représenter le pouvoir central. « Bien Monsieur Antilles nous vous suivons. » Un nom qui sonne bien, Antilles, le nom d’un criminel de guerre qui croupit encore dans l’une des geôles haute sécurité du centre pénitencier de Drev’Starn toujours en attente d’un jugement. En espérant que le léger désagrément du cousin de Jim ne jouera pas durant les négociations, tout cela serait très peu professionnel.


***


Les rues sont encore en ébullition le double attentat a secoué l’habitude de tous, les guerres civiles sont les pires de leurs catégories elles laissent des cicatrices indélébiles. Les aliens évitent de sortir, se voilent le visage par peur d’être tabassé par quelques sympathisants de la ligue humaine. Quelques marches de la paix organisée pour commémorer les morts des doubles attentats ont dégénéré en conflit ouvert. Une bien sale période.

Le District 9 a tout l’air d’un point zéro d’un mauvais holofilm apocalyptique, là où tout a dégénéré, l’attaque du bâtiment fédérale et la chute de la station de la Corporation Technique Corellienne. Les blocs d’habitations qui n’ont pas été soufflés ont été évacués, seules quelques équipes revêtant des combinaisons pressurisées jaune canari s’affairent à dégager les gravats. Pourtant une petite figure brave les interdits et s’enfonce dans un dédale de polybéton partiellement fondus et de ruines fumantes éventrées. À une centaine de mètres plus hauts de la petite figure, trois silhouettes suivent du regard le petit rodeur, la moue collectivement perplexe. « Tu veux que je te le dise mon vieux cette histoire sent mauvais Ouep’, même pour un Bothan c’type est pas net.RRRrrrwwwggg !J’te le fais pas dire Chewie. »

Modifié en dernier par Borsk Fey ' lya le lun. 17 mai 2021 15:58, modifié 1 fois.
#39468
Image

RP en tant que Luke Skywalker - PNJ du Nouvel Ordre Jedi


Luke Skywalker attendait Maître Matarmenno devant les portes du temple de l’ordre Vert. Ou plutôt du chapitre de Corellia. Tout avait été arrangé dans les derniers jours. Et le Maître Corellia avait été d’une grande aide. Savoir que les deux ordres Jedi avaient fusionné était un grand soulagement. Ils étaient plus proches que jamais et l’unité chez les Jedi pouvait enfin voir le jour. Et c’était au tour de Corellia de retrouver son unité. Les deux Jedi avaient rendez-vous avec Jim Antilles, les représentant des Dralls et des Séloniens ainsi que la délégation Républicaine.

Mieux valait ne pas les faire attendre. Aussi, dès que le Jedi Vert arriva, les deux membres de l’ordre se dirigèrent vers la tour qui allait accueillir tout ce petit monde. C’était au pied de l’édifice que Matarmenno avait demandé aux Séloniens et Dralls de le retrouver. Et les deux chefs attendaient en silence, accompagnés de leur garde personnelle. Sur la droite, une large et grande Séloniennes discutait avec Dracmus. En face, une petite Dralls avait remarqué les deux Jedi approchants.

    - Maître Matarmenno. C’est un plaisir de vous revoir.

    - Bonjour Duchesse Priara. Merci d’avoir accepté de nous rencontrer. Je vous présente Maître Luke Skywalker.

    - Merci Maître Skywalker. Maître Ahsoka, et les Padawan Kuolor et Tseh nous ont beaucoup aidés. Nous avons eu vent de l’effort que vous avez déployé pour aidé Corellia. Vos Jedi ont fait parlé d’eux.

    - En effet. Il est rare que nous sortions de nos tunnels. Même pour rencontrer les habitants de Corellia. Merci encore Maître Matarmenno. Et vous pourrez remercier le chevalier Nelievar et sa Padawan, Maitre Skywalker.

    - Maître, je vous présente la Reine Maronea.

    - Reine, Duchesse.

Luke s’inclina respectueusement devant les deux dirigeantes. Il avait bien sûr déjà reçu les compte-rendus de Matarmenno et de Ahsoka. Ils avaient mené leur mission à bien avec beaucoup de tact. Il était fier de leurs actions. Les trois peuplent de la planète allaient pouvoir s’allier pour lutter contre la xénophobie et les actions terroristes de la ligue humaine.

    - C’est un honneur de vous rencontrer. Je me réjouis des alliances entre Jedi et vos deux peuples. Plus que jamais nous devons être soudés.

    - Maître Skywalker à raison. Et nous aurons tout le loisir d’en discuter avec Jim. Allons y. Il nous attend.

Le Maître de l’ordre Vert ouvrit la marche. Il connaissait les lieux mieux que les invités. Luke le suivit en silence, accompagné de la Duchesse et de la Reine dont les escortes allaient attendre au pied du bâtiment. Après une montée silencieusement en turbolift et la traversé de quelques couloirs, le petit groupe arriva enfin dans la salle du conseil Corellien.

Quatre individus attendaient leur arrivé. Luke reconnu Jim en un seul coup d’oeil. Il eut plus de difficulté à mettre des noms sur les trois autres visages. Surement les représentant envoyé par la république. L’un d’eux lui était tout bonnement inconnu. Il reconnut en revanche Saïstar Estébanne. En tant que Maître de l’ordre Jedi, c’était aussi son rôle de reconnaître certains politiciens. Tous deux n’avaient jamais échangés, mais il connaissait les opinions du partie progressiste et s’en réjouissait. Le dernier était un Bothan. Il avait dû le rencontrer une ou deux fois peut-être. Le croiser tout au plus. Mais il ne lui fallait qu’un instant pour savoir de qui il s’agissait. Borsk Fey’Lya, ancien rebelle, ancien conseiller à la justice, aujourd’hui sénateur de l'espace Bothan, et membre de la commission de la sécurité et de la justice. Son changement de poste dans la république était notamment dû à la perte des élections face à l’actuel président. Le Jedi le connaissait peu, mais il avait entendu parlé de lui. Et à dire vrai, il essayait de juger les personnes qu’il rencontrait par lui-même sans tenir compte des avis de politiciens au regard souvent biaisé. Tout ce qu’il retenait de ce Bothan pour l’instant, était que sans lui, la seconde étoile de la mort serait peut-être encore en orbite.

    - Monsieur Antilles, Matarmenno avait pris la parole en premier. Vous connaissez déjà Maître Luke Skywalker. La Duchesse Priara est ici pour représenter les Dralls. La Reine Maronea représente les Séloniens.

Jim Antilles salua les nouveaux venu avant de présenter les trois représentants républicain comme il l’avait lui-même fait. Le conseil de Corellia était à présent au complet. Ils allaient pouvoir aborder les sujets délicats qui leurs incombaient.
#40029
CORELLIA – Coronet City – Coronet Capitol Tower [][][]

Le conseil de Corellia réunit quelques grands noms, en tête l’infâmes Antilles cet éternel troublions disposant de bien trop d’influence au sein du parti réactionnaire au goût de Fey’lya. Au court de leur marche à travers les couloirs chatoyants du Capitol Tower tout se limite en un échange protocolaire d’usage, pas de familiarité, pas de confidences et c’est sûrement mieux ainsi. Une fois le pas d’une porte automatique franchit, la délégation républicaine, Fey’lya et Jim en tête font irruption, le reste de l’assemblée fait son entrée simultanément. Quelques séloniens, une poignée de dralls et toujours plus d’humains.

Les narines du bothan hoquetèrent se fendant d’une contraction spontanée, c’est la première fois qu’il voit ces deux races natives de Corellia. Des aliens plus qu’arriérés au vu de ce qu’il a pu apprendre d’eux sur les comptes rendus qu’on lui a dressé. Ces vermines qui ont l’arrogance de brasser le même air que le sien, eux qui sont tous autant répugnants les uns que les autres, bien loin des standards raffinés de son peuple. Les natifs de Corellia transpirent d’une odeur repoussante, s’agitant de manière grossière et les humains comme à leurs habitudes braillent plus fort que de raisons. Alors que les principaux intéressés se répartissent aux quatre coins d’une table rectangulaire coupée en son milieu par un genre d’imposant terminal d’holocomunication qui revêt l’apparence de vieux modèles désuets d’il y a quelques siècles. Les derniers traducteurs, conseillers, assistants et autres agents de sécurité finissent de se mettre à leur place.

Alors que le bothan termine lui-même de s’installer en disposant quelques flimsis et son datapad de fonction sur la table il épie du coin de l’œil les deux jedis qui se positionnent à l’autre bord de table, le jeune Skywalker est ici. Il discute à voix basse avec l’un de ses relatifs, le petit toutou de la très instable Curwee. Des jedis qui n’ont rien à faire ici. Fey’lya se méfie d’eux, surtout depuis la révélation de l’identité du tyran Vador. Combien même une masse ahurie les hisse aveuglément comme les grands sauveurs de la démocratie Borsk n’oubliait pas que c’était leur tendance à s’immiscer en permanence dans les affaires politiques au détriment de l’accomplissement de leur fonction régalienne qui avait entrainé la chute de l’ancien régime. Si tout le monde avait sa part de responsabilité, certains étaient plus coupables que d’autres … Ces individus ne méritaient pas les privilèges qu’étaient les leurs. Avaient-ils seulement purgé leurs dettes à l’égard de la société ? Fey’lya avait la certitude que non. Tout ceci était plus qu’insuffisant.

Le conseil s’ouvrit par la surprenante prise de parole du misérable à la tête de l’ordre des petits soldats de Corellia, Borsk ne put contenir un rictus amusé en direction d’Antilles. La coutume veut que ce soit celui qui convoque le conseil qui introduise les parties, Antilles pourtant l’instigateur semble visiblement être celui qui se fait convoquer, par ses propres sous-fifres de surcroît. Les humiliations arrivent souvent par escadrille. Alors qu’un état des lieus est désormais dressé par Jim, il ponctue sa prise de parole sur une demande d’assistance afin de lui voir être alloué des fonds supplémentaires pour appuyer Corellia dans son processus de reconstruction.

Lui et son peuple qui se gaussent si bruyamment de la totale indépendance corellienne visiblement celle-ci a fini par trouver quelques limites... C’est ce statut qui l’a propulsé comme leader naturel de toutes les mouvances indépendantistes et qui a poussé le Conseil des Clans à prendre des mesures draconiennes pour réduire de manière drastique cette influence.

ImageMême après avoir entendu à vive voie le bilan sur l’étendu des dommages causés par la chute de la station Fey’lya reste parfaitement impassible, il a agi au profit de son peuple et c’est la seule chose qui comptait, peu importe les moyens employés, peu importe ce qu’il fallait sacrifié et même si c’était au détriment de ses « alliés ». Fey'lya ne sert que les intérêts des bothans. Les corelliens en auraient certainement fait de même si l’occasion s’était présentée, Borsk en était intimement persuadé. C’était de bonne guerre.

L’un des délégués républicains, le représentant du parti progressiste finit par prendre la parole. La souffrance des peuples corelliens est notre et la Nouvelle République fera tout pour venir en aide à Corellia dans cette difficile situation qu’elle traverse, mais au vu des régimes spéciaux en rigueur et à la hauteur des premières estimations pour la réparation d’une partie des dommages, cela va nécessiter un abattement au moins temporaire des régimes spéciaux interdisant le suivi par les forces fédérales du contrôle de l’exécution des budgets allégués à la reconstruction de Coronet city, une partie des cadres de l’Administration était directement impliquée dans l’organisation de ces attentats le gouvernement fédéral a le besoin de s’assurer de la bonne utilisation des ressources mises à dispositions sans qu’il n’y ait aucun détournement de ces moyens destinés au peuple corellien.

Alcion à sa droite chargé de la cohésion républicaine emboîta le pas dans le dur du problème. N’oublions pas non plus les attaques faites à l’encontre des antennes fédérales, en plus des frais matériels, les premiers mouvements terroristes s’en sont pris violemment et spécifiquement au personnel fédéral et à leur proche. Le gouvernement corellien a sa responsabilité nettement engagée en ayant largement sous-estimé l’ampleur des risques face à la menace évidente de ces attaques, les forces de sécurités alléguées apparaissent comme clairement insuffisantes, elles apparaissent clairement insuffisantes tout court. Le rétablissement des forces de garnisons fédérales s’impose, les forces corelliennes ont très clairement démontré leur incapacité à gérer une crise sans l’appui de la Nouvelle République et du Nouvel Ordre Jedi, nous ne pouvons plus nous permettre de risquer la vie de davantage de corelliens.

Et enfin le dernier envoyé néorépublicain … ne pris pas la peine de renchérir, ses deux collègues visiblement les premiers surpris par ce silence détournèrent vivement le regard en sa direction, s’attendant à ce que Fey’lya vienne nuancer les propos tenus. Lui qui est réputé pour soutenir si virulemment l’autonomie des états fédérés restait mutique. Le bothan se contenta de décliner la perche qu’on lui tendait pour prendre la parole en pivotant innocemment de la tête. Corellia n’avait pas fini de payer et il allait s'en assurer personnellement.
#40057
Image

RP en tant que Luke Skywalker - PNJ du Nouvel Ordre Jedi


Quel était donc le but de cette réunion ? En écoutant les paroles des représentants républicains, la discussion tournait plus à l’accusation qu’à la résolution des conflits. Luke écoutait en silence les deux principaux accusateurs qui se partageaient la souffrance du peuple Corellien pour en faire un argument de piètre choix dans leur objectif de reconquête de la planète. Bien sûr, le Jedi savait que l’indépendance de Corellia déplaisait. Mais il ne s’était pas attendu à ce que ce soit le sujet des débats. N’étaient ils pas tous réunis pour trouver une solution diplomatique et entretenir la paix ? Finalement, ce n’était peut être pas la raison de la venue des représentants de la République. Oubliaient ils si facilement les vies perdues ? Tous avaient ressenti le trouble dans la Force lors du second attentat. Combien de vie devaient elles être sacrifiées pour toucher la sensibilité enfouie de ces hommes ? Et quel était son rôle dans tout cela ? On lui avait compté les histoires de l’ancien ordre. Comment son implication dans les affaires politiques avait fini par causer sa propre perte. Quelle était sa marge de manoeuvre ? Lui qui était encore si jeune et sur qui reposait tant de responsabilité… Que devait il faire pour ne pas reproduire les erreurs du passé ? Il sentait le regard inquisiteur du Bothan. Pourquoi avait il l’impression d’être attendu au tournant ? Comment conseiller sans ingérer ? Il soupira, passant sa main sur son visage comme pour chasser toutes ses pensées. Il ne pouvait se permettre de douter. Et s’il ne voulait pas être inquisiteur alors il se contenterait du rôle de médiateur.

    - Pourquoi sommes nous réunis ici ? Il ne s’agit pas de faire le procès de Corellia. Il ne faut pas oublier que dans leur quête folle, c’est la ligue humaine qui a attaqué son propre peuple. Non pas la république, mais les membres de Corellia qui même s’ils chérissent leur indépendance, n’ont jamais tourné le dos à la république. Et ces attentats et les vies perdues ne doivent pas devenir une raison pour nous combattre. Nous sommes là pour préserver l’unité. Quand est ce que Dralls, Seloniens, Corellien et représentant de la république ce sont ils retrouvés dans la même pièce pour la dernière fois ? Nous sommes tous réunis pour aller de l’avant et trouver une solution diplomatique, pas pour mettre de l’huile sur le feu. Corellia, même dans son indépendance fait encore partie de la République. Corellia a besoin de ses alliés. Autant que vous avez besoin d’elle.

A demi voilée, ces allusions faisaient directement référence à la CSU. Personne ne souhaitait revivre la même rupture avec des mondes indépendants. Mais cela marchait dans les deux sens. Si la république venait en aide à Corellia, cette dernière devait également faire un pas en avant vers ses alliés. Luke espérait que le regard appuyé vers Jim le dissuaderait de contre attaquer et qu’il ferait preuve de diplomatie. Afin d’éviter toute réponse trop brusque de son compatriote, Matarmenno enchaina.

    - Maître Skywalker a raison. Nous devons aller de l’avant. Le temple Vert a fait de son mieux pour venir en aide aux blessés des attentats. Mais nous ne pouvions pas nous en sortir seuls. J’ai assisté à l’aide que vous nous avez fournie. Merci infiniment. Merci d’avoir répondu à notre appel et merci d’avoir soutenu les efforts des secours pour nous aider à reconstruire Corellia. Mais si vous cherchez un coupable, vous vous trompez de cible. Nous nous sommes efforcés de trouver les responsables et leurs motivations. Nous avons découvert que Thrackan Sal Solo était derrière la ligue.

S’il fallait désigner un coupable, ce serait lui. Luke espérait sincèrement que l’attention se détournerait de Jim et de la culpabilité des Coreliens pour se tourner vers la reconstruction de Corellia et de nouvelles relations diplomatiques. Mais il n’était pas aussi naïf. Les républicains avaient des objectifs clairs et Jim n’était pas du genre à faire des compromis. Pourtant il restait optimiste. Il laissa cependant échapper un autre soupir en laissant enfin Jim reprendre la parole. Il aurait préféré être ailleurs, à bord de son vaisseau, explorant la galaxie plutôt qu’assis à la table de politicien se tirant dessus.
Avatar de l’utilisateur
By Borsk Fey ' lya
#40130
CORELLIA – Coronet City – Coronet Capitol Tower [][][]

Les deux représentants républicains réagirent chacun à leurs manières à la prise de parole du maître jedi. Alcion s’enfonça simplement dans son siège les yeux écarquillés l’air visiblement plus surpris qu’irrité, le délégué républicain lui ne prit même pas la peine de cacher sa frustration en faisant tambouriner ses doigts de plus belle sur la surface lisse et métallique de la table de réunion. Un climat de tension s’abattit dans la salle, la soirée sera longue. Malgré son mutisme d’apparat Fey’lya lui ne put retenir le vrillement de quelques stries de son pelage trahissant pour ses compagnons à poils et ceux à même de décrypter ce langage si particulier de sa race la jubilation du bothan à la vue d’un tel spectacle. Chacun des alliés présumés dans cette pièce viennent de copieusement trahir son prochain et sans la moindre vergogne dans les premières minutes de l’entrevue. Borsk n’en attendait pas autant. Le mammifère se montre même, d’une certaine manière admiratif du Maître Jedi Skywalker, parvenir à n’éprouver pas la moindre once de remord à recadrer des soutiens aussi dévoués à son ordre tout en soutenant ouvertement la cause de leurs ennemis directs au sein de la rotonde sénatoriale est là une prestation digne d’éloges. Une splendide perfidie que d'afficher en même temps et sans sourciller cette expression indécrottable de justicier … Tout cela ne pouvait signifier que deux choses, soit l’individu était un idiot profondément aveuglé par des pulsions sentimentalistes déplacées ou bien la graine de l’arbre Skywalker n’était guère tombée bien loin des ramages paternels.

Si son prédécesseur était certes un trublion notoire, il avait au moins eu le mérite d’être un indéfectible garant de l’unité républicaine. Tout ceci facilitait grandement la besogne du petit être. La prise de parole du représentant du Sénat fit ainsi irruption durant un des temps creux de la conversation, arrivant sans crier gare. « Thrackan Sal Solo … Solo … Un nom curieux. » Curieusement familier. Fey’lya se contenta là d’innocemment appuyer sur un détail douloureux de cette sordide affaire en à peine quelques verbes incisifs bien placés, sans rien rajouter de plus à ce sujet, attendant simplement que d’éventuelles crédules répondent à la provocation. « Ne vous méprenez pas sur les intentions de mes collègues et de moi-même. Si la République a dû intervenir, c’est bien suite au dévoiement de cette soif d’indépendance de nos confrères corelliens qui a poussé certains des leurs à dépasser la ligne rouge. Les rapports Makos et Zirz du ministère du renseignement laissé à la disposition de la commission sénatoriale indiquaient qu’au moins 30% de la population soutenait ouvertement la ligue et 67% de la population disait comprendre les convictions du groupe terroriste indépendantiste. Ces chiffres datent de l’année standard précédente et sont tous tiraient d’une enquête fédérale, si ceux-ci auraient déjà dû nous alerter sur d’éventuels débordements à craindre, les dernières atrocités perpétrées rien que ces dernières heures ne font que confirmer une sordide évidence. Dois-je vraiment rappeler le bilan actuel ? Cent neuf mille morts, cinq millions de blessés, sept millions d’agressions ciblés et ce de manière quasi exclusive sur les populations extra-corelliennes séjournant sur ce monde et tout ça depuis les premiers attentats. On entrevoit partout sur l’holonet des propos xénophobes, des signes et saluts impériaux agitaient par des sympathisants de la ligue et on retrouve des traces d’explosifs produits par des corporations du nord dans les ruines de la station d’assemblage corellienne. Comprenez que la Nouvelle République a de très bonnes raisons de craindre qu'une insurrection totale soit toujours possible si rien n’est fait. Le mal qui frappe Corellia n'a pas de visage, il est idéologique. » Le ton resta revêche et froid, avant d'être ponctuer par une dernière diatribe jetée spécialement à l'attention de Jim de manière implacable par la petite boule de poil. « Et à titre personnel si je suis naturellement favorable à une autonomie des peuples, cette autonomie se mérite. ». Alcion mécontent de voir qu’un sale tour est entrain de se jouer à son insu tente de reprendre de la consistance en rajoutant à la suite de son confrère qui a visiblement décidé d'usurper son propre travail. « Hum.. Oui, enfin, Corellia recevra bien toute l’aide nécessaire, pour se reconstruire, mais comprenez néanmoins qu’un certain nombre de mesures devront être prises d’urgences afin qu’il n’y ait plus aucun incident de cette même nature à l’avenir. »
Retour aux Sources - [PV-Helera]

Le silence radio était maintenu dans ce moment cr[…]

Garder les mains propres [PV Jessa]

2/3 Le point de vue d'une twi'lek Si el[…]

[Dargul] Arts martiaux et arts obscurs

La clairvoyance de la novice quant à ses médiocr[…]

Mise en branle de la planification d'une […]

https://media.discordapp.net/attach[…]

Entre la réalisation de ses réponses et la déclara[…]

Le chemin de la rédemption

Attention mes RP peuvent contenir des scènes […]