L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Les défaites de Yavin et Endor n'ont pas entamé la foi du gouvernement de Yaga Minor dans la doctrine impériale. La Nouvelle République suppose d'ailleurs que les quartiers de l'Ubiqtorat sont toujours dissimulés au fond des grottes et des forêts de cette planète qui abrite également de puissants chantiers navals.
Gouvernement : Empire
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#40216
L’inquisitrice acquiesça à toutes les remarques de son homologue impérial. Que ce soit pour le corps des PurgeTroopers, servant de double lame d’une même arme. Capable de neutraliser leurs ennemis, ou du moins d’y résister un minimum. Mais également de neutraliser les séditieux dans leur propre camp qui n’avaient foi absolue en l’empire. En définitif, rares seraient les inquisiteurs capables de maintenir l’écart de maîtrise entre ces soldats d’élites et leur propre niveau. En revanche, dès lors que l’élite de l’inquisitorius serait en fonction, ces soldats n’auront plus aucune utilité. Mais l’on parlait alors de plusieurs années, donc le temps aurait déjà fait son office. Enfin, les hautes sphères validèrent son utilisation sans limite de la Force, en quelque sorte. Assez de liberté, qu’elle se serait de toute manière octroyée. Elle but une gorgée tout en écoutant l’officier parler, se demandant son but dans cette entreprise. Le conseiller portait le même grade qu’elle, mais dénué de tout pouvoir onirique, était contraint de jouer le jeu de ses pairs. Subversion, dissimulation et mensonge étaient ses armes. Cela ne la dérangeait pas outre mesure, compte tenu qu’elle était la seule dans ce vaste jeu à jouer selon des règles différentes. Des règles atypiques, incomprises et surtout incontrôlables. Cette méconnaissance lui assurait à la fois la sécurité mais également l’ire de bon nombres d’acteurs, et cela l’amusait.

Enfin, la cérémonie, comme l’appela le baron, put débuter d’une manière fort peu conventionnelle. Pas de fanfare, pas de haie d’honneur et encore moins d'invités d’honneur. La faute au manque d’intérêt impérial pour sa cause en était sans doute la raison, ou le secret de son intronisation, qui pouvait-bien le savoir ? Qu’importait, elle se posa à genoux, sans quitter de ses yeux bleus celui du Baron quand l’ordre lui fut donné, posant sa coupe à côté d’elle, et ses mains sur ses genoux. Puis, vers Dangor, qui demanda dans sa tenue pourpre reconstituant quelques seigneurs de guerre tribaux venant d’une époque révolue.

« Je le jure. Je jure de servir l’empire et ses institutions, quitte à en donner ma vie, ou pire encore. Par ce serment, j’accepte de prendre la tête de l’inquisitorius et de traquer sans relâche les ennemis de notre nation, de pourchasser le mensonge et les dogmes oppresseurs. »

Dans son esprit cependant, un tic mental vint perturber ce petit moment de jeux de rôle ou chacun jouait au bon petit impérial. Tous prêts à se sacrifier pour la cause, alors qu’à part l’inquisitrice, l’individualisme de groupe prévalait. Non, ce tic vint d’un échauffement spirituel dans la pièce d’à côté. Sans qu’aucun de ses interlocuteurs n’en semblait concerné. Ou qu’ils dissimulaient bien leurs intentions. Néanmoins, elle resta à genoux et baissa la tête, le regard vers le sol, pour y laisser vagabonder son esprit et suivre la présence qui se rapprochait. Son esprit y était fermé, hermétique, mais une aura sombre y transpirait. Pas sombre dans le côté obscur, plutôt dans son attitude générale, ses choix, son chemin. Un militaire, en conclut-elle. Elle releva la tête quand il se présenta, ôtant tout avantage de la surprise. La reine se releva et inclina respectueusement le buste comme on le lui avait appris. Ainsi donc, la main était présente, Carnor Jax en personne. Elle n’avait jamais eu l’honneur de le rencontrer en personne, ni même en holo d’ailleurs. Son seul nom était apparu aux détours d’un apprentissage des us et coutumes impériales. La reine resta de marbre et croisa les mains dans le dos, son attitude droite et noble ne fut pas ébranlée le moins du monde.

« Sans vous faire l’affront de citer les holovisions, je dirai il y a trois ans environ. J’étais alors la cheffe de feu un ordre de sensitifs. Nous officions sur la planète souveraine d’Arkania, engagée par le prédécesseur de l’impératrice pour veiller à la protection du peuple, en échange du logis. Nous cherchions à nous dissimuler de l’ordre Jedi qui jusqu’alors cherchait à nous détruire pour hérésie, ou quelques arguments de ce niveau. »

L’impératrice m’a cependant demandé lors de notre dernière entrevue de briser le secret de notre existence et de révéler à la galaxie entière notre présence en cette planète. Mon désaccord sur ce sujet se conclut par des menaces visant à nous dénoncer à l’empire, dont le Triumvirat de l’époque cherchait également ma tête. Ma réaction fut vive et je la menaça à mon tour de m’en prendre à sa personne si du mal serait fait aux enfants et adolescents qui étaient mes élèves. Je m’enfuis aussi prestement que possible et nous quittâmes les lieux en quelques heures seulement, assez rapidement pour nous éviter une charge de l’armée Arkanienne. Par chance, nous évitâmes même d’être touchés par les tourelles planétaires lors de notre sortie atmosphérique, qui, si ma mémoire est bonne, ont arrêté de tirer bien avant que nous fûmes hors de portée. Je porta alors ce fait sur la clémence retrouvée de l’impératrice. Depuis, aucun mal n’a jamais été fait de sa part à ma personne ou aux enfants de l’ordre dont j’étais responsable. Alors j’ai tenu parole et je ne me suis plus approchée de la planète. Je fus surpris d’apprendre récemment sa liaison avec notre empereur, et plus encore d’apprendre son décès.
Il était inutile de mentir et comme Jax l’avait bien dit, elle n’avait rien à cacher.
Avatar de l’utilisateur
By Ars Dangor
#40241
Il n’y avait pas eu la moindre hésitation dans les mots prononcés par la kuatienne. Des paroles pétries de conviction, déclamées avec l’assurance d’un vétéran de nombreux régimes impériaux. La femme à la chevelure d’argent était néanmoins encore bien jeune ; sans ses accoutrements de fonction, elle apparaîtrait menue, candide et dénouée de prétentions. Seulement, dans cette silhouette fuselée résidait une volonté de duracier et un pouvoir dont le ministre ne pouvait que deviner les prémices. La Force avait en Helera l’un de ses plus redoutables agents, une source de possibilités comme la Galaxie, et ses billions d’êtres doués de raison, n’en enfantait que quelques-unes chaque siècle.

Ars n’enviait cependant pas spécialement ces pouvoirs et ne leur faisait pas montre de déférence excessive. Il avait conscience qu’il ne pourrait jamais vraiment comprendre la Force, ni n’en contrôler parfaitement les manifestations. Ses dons étaient ailleurs, mais pas pour autant moins appréhendés. Après tout, les politiciens savaient vaincre par la puissance du verbe et la stratégie d’alcôve, et les meilleurs d’entre eux ne tenaient jamais directement le poignard se logeant dans le dos de leurs adversaires…

Sitôt la scène transmise de manière cryptée à l’Empereur, le Grand Vizir et l’Exécuteur, le droïde se rapprocha d’Helera pour graviter à peu près un mètre devant elle.


Dangor : " Votre avant-bras. "

Voyant la combattante retrousser peu à peu sa manche et mettre au jour un pan de chair pâle, la sphère émit un bourdonnement de satisfaction et déplia une sorte de petit bras articulé se terminant par un dermographe. Elle le plaça de manière parfaitement plane sur la peau de la conseillère théologique et laissa le mécanisme électromagnétique déplacer une multitude d’aiguilles dans l’épiderme. Un autre grésillement contenté indiqua que le droïde en avait déjà terminé ; il rétracta l’instrument pour révéler un tatouage profond et pourtant vif représentant ce qui ressemblait à un code-barres stylisé à la signification incompréhensible pour le commun des mortels.

Dangor : " Félicitations, Grande-Inquisitrice... "

Ars s’interrompit en détectant un mouvement familier du coin de l’œil. TH-739 était réapparu sur une hauteur du balcon. Venant de capter l’attention de son mentor, l’hybride indiqua l’entrée du domaine d’un geste de la tête. A cet instant précis surgit un individu à l’armure et démarche reconnaissables entre mille : Carnor Jax. Sa venue était effrontée, insultante même, mais ne surprit guère la ministre. Malgré les aspects hautement autoritaires du régime, la cour impériale était parsemée d’individus aux desseins hétéroclites et parfois opposés. La Garde Rouge, se prétendant apolitique, n’y faisait pas exception. Mais comme toujours, le conseiller se ressaisit bien vite et rendit les salutations de l’intrus avec un sourire complaisant.

Des pontes vaniteux comme l’Empire en a tant connus seraient tombés dans le piège du Protecteur Souverain, faisant de son appariation un esclandre ou lui refusant une audience. Mais Ars, Helera et Ragez n’avaient pour l’instant aucun moyen de démentir les motifs de Carnor. Alors ils firent le dos rond et la Grande-Inquisitrice choisit la voie de la franchise. Au risque que la réponse ne convienne pas au garde de l’Empereur qui pourrait encore chercher à envenimer la situation. Il restait pour le natif de Naboo à observer la séance de questionnement en silence, signalant à son nervi aux aguets de se maintenir en retrait pour le moment. Le baron l’invita même à reprendre sa place derrière la table parsemée de victuailles préparées dans les meilleures cuisines de Yaga Minor. Cette irruption ne les concernait aucunement, alors pourquoi tenter le diable ?
Avatar de l’utilisateur
By Vérité
#40531

~ Modération Événementielle ~

La petite sauterie du gratin impériale réunie dans un cossu domaine prend désormais une tournure désagréable. Voilà qu’un envoyé de Bastion joue les trouble-fêtes, dur rappel à la réalité des actualités. L’impératrice tuée, un Empereur assombri à qui l’oreille n’est plus ouverte qu’à son grand Vizir châtiant de sa poigne impitoyable tous les traîtres, avérés ou non. Tous connaissent le même sort … une rencontre avec son exécuteur. Carnor Jax lui fut désigné par Astellan pour mener personnellement l’enquête sur le régicide, le choix n’est pas anodin, ce garde pourpre auréolé de gloire du temps de l’impératrice a fini par tomber en quasi-disgrâce, son échec signifiera sa mort pure et simple. Le garde royal n'en est que plus redoutable, il redouble d’efforts, il est prêt à tout et sa mission lui confère un pouvoir quasi divin appointé par l'empereur lui-même. D’un tempérament brutal par nature, celui-ci ne manque pas de se comporter de la manière la plus exécrable qui soit.

Ainsi vous avouez avoir menacé l’impératrice ? Bien. Ça sera tout. Il finit par la toiser, puis par passer dans son dos, il est grand, encore plus grand que ne le laisse penser la propagande. Il a des gestes lents et lourds. Une tête petite dissimulée derrière un masque, le tout porté par un corps dont la charpente est indécise. Son geste le plus coutumier depuis son intervention consiste à lever un avant-bras puis le second en gardant les coudes au corps. L’erreur fut de croire qu’il pose des questions. Il cherche un coupable. N’avoir rien à se reprocher n’est certainement pas un gage de sûreté au sein de l’empire, la franchise de la toute nouvelle grande inquisitrice pourrez bien lui coûter très cher. Le garde rouge n’a pas fini de brutaliser l’assemblée humiliant dans la même foulée le maître de maison devant ses propres domestiques.

Au final le sort le plus favorable fut celui réservé à Ars Dangor, d’un geste de la main l’envoyé de l’empereur congédia l’intégralité de l’assemblé, arguant qu’un message direct de la part de l’empereur doit être transmis au Conseiller et seulement à ce dernier. Une fois seul à seul, l’éminence grise eut le plaisir d’être épargnée de la "question". Jax se sentit même obligé de justifier ce traitement de faveur. Nous savons où vous étiez quand c’est arrivé, nous savons ce que vous avez dit la dernière fois que vous avez rencontré l’impératrice. Alors, gagnons du temps. Miraj m’a donné des instructions précises à votre égard. Ça sera vous et non elle qui disposerez de l’autorité impériale sur l’inquisitorius, elle devra vous obéir. Le BSI a rapporté plusieurs opérations clandestines, ainsi que le transfert de prisonnier sensitif et les prémices de formations avant même l’officialisation de cette organisation. L’empressement de la conseillère théologique est source de tension. Vous serez chargé de tempérer ses ardeurs et de vous assurer de la totale fidélité des ressources de l’inquisitorius qu’elle soit toutes bien acquise à l’empire, rapportez tout geste ou tout comportement suspect de Kor’rial directement à Miraj, l’échec de cette organisation vous incombera. Personnellement. Le genre de mission dont se passe très bien les conseillers les plus avisés de la cour impériale, le mérite ne revenant jamais à ceux-ci, alors qu'ils encourent le plus de risque en cas d'échec. Une dernière chose, choisissez un monde proche du Sur-Secteur Braxant pour installer le siège de l’inquisitorius … à portée de flotte.

Carnor Jax, ne rajoute rien de plus, ces paroles prononcées d’une voix bien plus distante et retenue. Celui-ci ne semble pas mépriser particulièrement son interlocuteur, après tout ce dernier est au même titre que Dangor un homme d’un autre temps. De très hautes statures, un homme des régimes et un homme de l’ombre à l’ambition dévorante. Quelqu'un de très dangereux. Favorable au rétablissement de l’inquisitorius depuis le jour même de sa suppression, celui-ci fut écarté par les dirigeants de l’Empire dès le départ. Son irruption à cet instant précis n’est pas le fruit du hasard. Sur la voie du départ, aux pas d’une arche, le visage de Carnor Jax pivota de trois quarts et il laissa échapper des mots énigmatiques dans un quasi-murmure, comme par peur d’être entendu.

Le regard de Herklir est sur vous…



Briser ses chaînes

Le détachement de Sarah l'impressionna. Quand[…]

Opération Suzerain

SECUNDUS ANDO Midrimosatory, salon de […]