L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Monde lacustre, merveille de la Nouvelle République, Naboo est partagée par les Humains et les Gungans. Il est possible de traverser la planète via son noyau grâce à d'immenses grottes sous-marines abritant des espèces uniques dans toute la galaxie.
Gouvernement : Nouvelle République
#40535
Pendant qu’elle dormait, ces réflexions et pensées allaient toutes dans le même sens : Sareth ; la mission ; la course. Dans son subconscient elle se souvient avoir gagné la course cela c’était certain. Du reste, elle avait failli tuer son adversaire. Comment avait-elle pu perdre encore une fois le contrôle de ses émotions et pouvoirs...Cela ne pouvait pas durer, elle allait perdre tous ceux qui lui était cher dont Sareth.


En parlant de lui….Non mais vraiment…quelle honte d’être toujours en train de tomber dans les pommes à chaque fois avec lui. Elle était sûrement en train de rougir de honte. Cela ne représentait pas du tout la Eva qu’elle voulait lui montrer : femme forte et courageuse, tenace et qui restait mettre d’elle même…Peut-être finira-t-il pas avoir peur d’elle ? Pire, pourrait-il la laisser tomber ?
Elle frissonna à cette pensée. Non elle ne le souhaitait vraiment pas…Pourtant il devait savoir qu’elle avait ses pouvoirs et qu’elle aurait toujours une petite part d’ombre en elle. Mais pour lui montrer qu’elle pouvait changer elle devait se maîtriser. Elle ne pouvait pas tuer tous ceux qui s’interposaient et ne pas mélanger ce qui s’était passé là et avec ces parents. Elle devait aider son prochain, c’était quand même un but profond pour elle. Bref, à tomber à chaque fois dans les pommes, Luna n’arrivera jamais à l'impressionner..Vraiment pas de quoi l'impressionner…


Elle grimaça. Mais qu’est-ce qu’elle racontait…elle ne voulait pas l’impressionner, elle voulait juste mener à bien cette mission et point final. Sareth c’était juste un ami voyons… Jamais il ne pourrait voir autre chose en Eva qu’une amie. Et puis c’est pas comme si il n’avait pas eu des conquêtes et de fortes guerrières à ses côtés. Quelle gourde. Elle souffla et se dit tout bas : Arrête de penser à lui, bon sang. Il faut que tu te réveille. Oubliant peu à peu ses pensées, elle se concentra.
Une voix lui parlait. Cette voix. Celle de son ami d’enfance : Sareth. Sa voix faisait vibrer une corde sensible au fond d’elle-même. Ces yeux papillonnèrent un instant avant de s’ouvrir, ces joues avaient pris une jolie nuance rosée.


La première chose qu’elle vu en ouvrant les yeux étant son ami, Sareth veillant encore une fois sur elle. Il avait un grand sourire aux lèvres de l’a voir s’éveiller pensa-t-elle. Et…il ne portait pas son casque.

« Bienvenue parmi les vivants ma grande... On peut dire que tu m'as foutu les jetons, dit-il avec un sourire. »


« Mmm…Bonjour Sasa…Oh ma tête, ou sommes nous ? »
, dit-elle en se relevant lentement une main sur la tempe.

« Salut toi ! On est dans un motel on t’ai soigné ici, tu n’as pas à t'inquiéter »


Luna regarde un peu l’endroit où elle était. En effet, elle était dans une petite chambre insalubre, les volets étaient tirés et elle repéra ces chaussures dans un coin de la pièce. C’est à ce moment précis qu’elle baissa la tête vers son corps. Ouf…Elle avait beaucoup de bandages mais elle n’était pas…pas dans une situation légèrement gênante face à son ami mais….avait-il vu quelque chose en lui faisant ces bandages…

« Merci mon ami, déjà pour m’avoir sauvée »
, dit-elle avec un haussement d’épaule et les yeux au ciel.
« Mais aussi, pour m’avoir soignée »
, finit-elle par dire avec un petit sourire, les joues rosies par la situation.
« Est-ce que tu m’as…enfin..vu un peu de plus près ? »


Elle avait fini sa question par un léger frisson, en recouvrant un peu plus le mince drap qu’il lui avait mis. Elle ne souhaitait pas le gêner mais elle avait honte de son corps déjà et ensuite et bien…son coeur battait un peu plus à cette idée et elle l’a chassa très vite. Non, elle ne souhaitait pas que son “ami” pour qui son coeur battait de manière inexplicable l’ai vu aussi faible et fragile. Si il devait la voir un jour, cela devrait être en pleine forme.

Sareth fit rapidement un signe négatif de la tête ce qui lui permit de respirer un peu plus librement. Bon ça va, se dit-elle, il ne m’a pas vue à ce point dénudée. Pour dissiper le léger silence de gêne qui s’était installé entre eux, Luna posa une autre question qui lui brûlait les lèvres :

« Alors, comme j’ai gagné la course, as-tu eu les infos qu’on devrait avoir ?Raconte-moi s’il te plait, je veux savoir ou nous en sommes et je te promet par ailleurs de ne plus mêler l’histoire de mes parents à cette mission. Je veux les aider à tout prix crois moi. »


Sareth lui narre alors les informations qu’il avait reçues. De ce qu'ils lui ont dit, ils ont passé toutes les planques possibles et imaginables de la ville au peigne fin et n'ont rien trouvé, en revanche, alors qu'il faisait nuit noire, ils ont entendu des bruits suspects venant de la rivière : Le bruit du réacteur d'un Sous Marin Bongo. Ils pensent donc que nos kidnappeurs vivent sous nos pieds, quelque part dans la mer, ce qui expliquerait pourquoi ils étaient jusqu'ici insaisissables.

« On ira ensemble vérifier demain soir de quoi il en retourne, mais en attendant nous devons passer la nuit dans cet hôtel »
, dit-il en la regardant dans les yeux.

Il ne lui parla pas de ces doutes quand à la nuit qu’il allait passer. Sareth ne voulait pas l'inquiéter davantage. Pour Luna, elle espérait qu’elle l’avait rassurée avec sa promesse, c’était important pour elle que son partenaire lui fasse confiance. Mais avec ces explications, elle n’avait pas envie d’attendre.

« Sareth, il faut qu’on y aille ce soir, je ne veux pas attendre demain ! Nous devons les aider, je vais rester assise ici à dormir alors qu’il y a des innocents qui se font torturer par des tortionnaires »
, dit-elle de façon déterminée en commençant à se levée du lit.

« Non c’est non Eva on ira demain soir, tu n’es pas en état »
, dit-il fermement en la maintenant doucement par les épaules pour qu’elle reste légèrement allongée.

Toutefois, avant qu’elle puisse protester à nouveau, Sareth lui proposa doucement le petit repas qu’il lui avait préparé lui expliquant que ce n’était pas grand chose, que la soupe avait même refroidi mais que cela lui permettrait aisément de reprendre des forces.

« Merci Sasa, ne t’inquiète donc pas je suis pas douillette et je mange de tout »
, dit-elle avec un tendre sourire en prenant le bol qu’il lui tendait.

La soupe avait un peu refroidi mais elle était tiède et cela lui fit un bien fou. Un petit rire lui échappa. Voyant l’expression de Sareth, elle s’expliqua rapidement sur l'origine de ce rire.

« Tu es un excellent cuisinier tu sais ! Ta soupe même refroidi est bonne et elle me fait du bien, je riais car je pouvais décemment pas imaginer que tu savais bien cuisiner comme ça, je suis pas sûre de faire mieux moi même alors excuse moi »
,elle éclata alors d’un rire franc et cristallin.

Sareth finit par rire lui aussi instinctivement de ce fou rire qui n’avait ni queue ni tête. Il répondit qu’il savait pourtant très bien cuisiner et qu’Eva était une vraie peste en réalité de le traiter de mauvais cuisinier et que pour la peine, elle n'aurait pas le droit à son sandwich “haut de gamme au jambon de Bantha”. Luna se rapprocha doucement de lui mais aussi vive qu’une lionne afin de lui subtiliser le sandwich.

« Hey ! Mais donne le moi voyons, c’est moi qui suis blessée et tu l’as dit je dois retrouver des forces et tu voudrais m’en privé ? »


Elle sauta vers lui en avant pour lui attraper le sandwich mais il le plaça assez haut au-dessus de sa tête en se moquant d’elle et de sa petite taille. Luna tiqua, non mais il allait voir lui, se dit-elle à voix basse. Elle se leva d’un bond, un peu fastidieux avec ces blessures mais comme il était assise elle profita pour lui grimper dessus en montant sur ses genoux et réussit enfin à prendre le sandwich visiblement en le déstabilisant par l’audace qu’elle avait de lui monter dessus.

« J’ai gagné »
cria-t-elle fière et tout sourire tout en mordant à pleine dent dans le sandwich et redescendant sur les genoux de son ami, plongeant son regard bleu dans le sien.
« Et toi, tu as perdu. »


Sareth ne dit rien mais son visage…il avait une expression tellement nouvelle qu’Eva ne sut vraiment le déchiffrer. Elle avala plus rapidement que prévu tout son sandwich sentant son cœur tambouriner tellement fort dans sa poitrine qu’elle avait l’impression qu’il allait sortir d’elle. Elle n’entendait quasiment aucun autre bruit que son cœur battant et cette sensation de voler, de plénitude totale comme si elle avait trouvé dans ce motel miteux une once de lumière. Elle avait légèrement les lèvres entrouvertes et le souffle court. Elle le regarda tendrement, il était fort beau garçon malgré le fait qu’il n’y avait qu’un de ces yeux si énigmatique à son cœur qui la regardait. Cela ne la gênait pas, au contraire, cela témoignait de son attachement envers son combat et la défense de ces personnes qu’il tentait de sauver. Pour elle, cela témoigne juste de son héroïsme. Mue par la curiosité de savoir si sa peau était douce ou légèrement rugueuse, elle approcha la main d’une de ces joues et fit courir ses petits doigts fins sur cette joue. Sa peau était douce mais rugueuse. Malgré tout son bon sens, Luna ne voulait pas retirer sa main. Elle savait que c’était vraiment atteinte à l'intimité de son ami mais elle n’arrivait pas à détacher ses doigts ni son regard de son ami. Elle déglutit. Sareth allait sûrement lui demander de retirer sa main dans les secondes qui allaient suivre. Tant pis, elle s'excusait et le laissait partir dans sa chambre à lui, pensa-t-elle alors que son cœur criait tout le contraire. Elle ferma les yeux longuement et retira doucement sa main, la tête baissée.

« Sareth…excuse moi, je…je ne voulais pas…Enfin , si mais je voulais pas porter atteinte à ton intimité…Pardonne moi… »
, dit-elle avec de légers tremblements.
« Je comprendrais que tu voudrais partir dans ta chambre tu sais… »
, murmure-t-elle.
#40556
Image

Le sens du détail n'était pas inné, pourtant un usage savant ou vicieux de celui ci pouvait provoquer des changements qui, en amenant d'autres dans son sillon, modifiaient l'entièreté d'un phénomène jusqu'à le faire devenir tout autre, comme un battement d'ailes de papillons provoquant une chute de domino à l'échelle cosmique qui se produirait dans le silence et l'indifférence générale. Parfois il suffisait d'un simple coup de vent, d'un grain de sel dans la soupe, d'un grain de sable dans l'engrenage, d'une obscure modification d'un environnement pour le faire passer du paradisiaque au repoussant, du magnifique au laid, du rassurant à l'étouffant... Pourtant ce n'était qu'une petite bruine nocturne, d'innocentes goûtes de pluie arrosant les pavés des rues verdoyantes de Theed. Qu'est-ce que cela changeait par rapport à la ville de jour ? Tout un monde en réalité. Les bâtiments harmonieux et ronds de Naboo devenaient d'immenses nécropoles obscures d'où aucun bruit ne s'extirpait, une immense cité silencieuse lavée par une pluie perfide. Les lacs enchantés se changeaient en fleuves agités et colériques. Le ciel criait et crachait le tonnerre. Les rues étaient vides et désertes, comme dans une ville fantôme...

Pourtant quand on était d'humeur romantique et bohème la nuit pluvieuse était le royaume des escapades et des mains entrelacées devant les couchers de soleil, des baisers volés et interdits, parfois même plus que des baisers... Mais quand on était d'humeur paranoïaque la nuit pluvieuse était tactiquement le pire moment de la journée : Mauvaise visibilité, bruit de pluie qui couvrent les éventuels déplacements ennemis, rues vides de monde et d'autorités pour être défendu ou emmenés à l’hôpital... Personne pour vous entendre mourir. Vient alors une question d'ordre pratique. Si l'on devait jongler entre les deux que se passerait-il ? Eh bien cela donnait un Sareth nerveux et en état d'alerte dont les tentatives de se rattacher au réel et à sa sécurité se retrouvaient, physiquement et mentalement, entravées par Luna qui, par des jeux taquins quoi qu'un peu rapprochés donnait très envie au Mandalorien de se laisser saisir par ce moment de tendresse, voire de l'accentuer à des niveaux déraisonnables.

Pris dans cette danse dont il avait appris les pas depuis tout petit il se sentait à nouveau sur Tatooine en bonne compagnie à une époque où les soucis étaient moins nombreux et les possibilités de vagabonder plus nombreuses... Cela lui offrait des fenêtres vers l'extérieur de se trouver en pareille position, cela lui permettait d'oublier un instant, un instant seulement le train de vie complètement cinglé qu'il menait au quotidien et qui le menait à étreindre la mort de très près. C'était donc rare que le mercenaire se laisse aller à ce genre de rêveries, lui qui avec l'âge se sentait plus sérieux, plus mature, moins enclin à éviter le regard de Dame Mort. Cela lui avait permis de grandir mais cela le rendait plus morose, plus cynique, plus pessimiste aussi. Il ne croyait pas avoir tort de l'être, le passé lui avait prouvé que les optimistes avaient toujours eu tort, mais ce train de vie rendait chaque instant de bonheur plus dur à attraper... Mais ils étaient mille fois plus délicieux que tous les autres, et ça lui semblait un échange de bon procédés. Alors oui, c'est en culpabilisant qu'il se laissa porter par une forme de transe déraisonnable, dangereuse et malvenue au vu de la situation, mais quel délice c'était.

Ce n'était pas faute d'essayer de s'en libérer mais quand Luna était là il ne parvenait jamais vraiment à tout prendre au sérieux, c'était presque à croire qu'elle faisait exprès de le replonger dans son enfance pour l'enquiquiner, ça serait presque adorable si ça n'avait pas tendance à le déconcentrer dans des missions nécessitant de la concentration justement. Mais en l’occurrence ce n'est pas tant en enfance qu'il retombait mais d'avantage en adolescence, car la dimension enfantine de leur duel était vite entrée dans un terrain tout autre que Luna ne semblait pas beaucoup maîtriser au vu du stress qu'elle ressentait. Sareth pouvait presque ressentir chaque battement de cœur au travers de ses jambes, de ses mains... Est-ce qu'elle avait eu le temps d'avoir des amourettes entre temps pour comprendre comment tout cela marchait ? Sareth avait eu tout le loisir d'avoir des histoires et des lits un peu trop nombreux à son goût, mais elle... ? Elle avait tout d'une étudiante en plein bal de promo, complètement paniquée... Et Sareth ne relevait pas le niveau.

Jusqu'ici il voyait Luna comme une proche amie, une amie qui savait trop facilement percer ses défenses, un joli brin de fille qui ne manquait pas d'humour et d'espièglerie, mais une amie malgré tout... Pourtant à ce moment précis il la voyait toujours comme une amie, mais cette vision s'entrechoquait avec une autre vision tout aussi juste mais conflictuelle : Celle d'une femme qui avait bien grandi et qui créait chez le Mandalorien ce doux sentiment nommé désir. Ses lèvres étaient à quelques centimètres, comme une invitation, son comportement traduisait clairement le désir mutuel et consenti, il suffirait d'une simple impulsion, de quelques millimètres et... Elle avait un point rouge sur le front.

"A couvert !"


Le geste fut rapide, brutal, dénué de finesse... Pourtant il était effectué avec une précision et une efficacité qui donnait l'impression qu'il avait fait ça des milliers de fois. Cet acte fait d'instinct, comme si une routine s'était activée dans sa carte mère, lui avait permis d'emporter Luna avec lui et de tomber à la renverse hors du champ de la ligne de mire délimitée par le cadre de la fenêtre. Le bruit fut peu élégant à l'arrivée contre le plancher, Sareth pouvait sentir son propre poids accompagné de celui de sa partenaire l'écraser contre le sol... Il allait avoir de sacrées douleurs au cervicale pendant plusieurs jours. Mais ce qui lui serait arrivé, à lui ou à elle, aurait été bien pire au vu du rayon rougeoyant d'au moins dix centimètres de diamètre qui traversa la pièce et laissa un impact colossal sur la porte métallique de la chambre. Il observa l'impact de son seul œil en soufflant un coup, constatant qu'il avait frôlé la mort d'un peu trop près, reprenant ses esprits il constata que ce n'était pas la seule chose qu'il avait frôlé de très près, puisque Luna était toujours contre lui, un peu confuse, et lui aussi d'ailleurs. Il n'osait pas dire le moindre mot, il hésitait... Ils allaient devoir se séparer l'un l'autre et combattre ce sniper, c'était certain, mais que devait-il faire AVANT que le combat ne reprenne ? Devait il faire comme si leur quasi baiser ne s'était pas passé ou bien l'embrasser fougueusement ? Il était bien trop lâche pour prendre une décision aussi importante, il espérait qu'elle choisisse à sa place en tirant une mine stressée... Leur relation allait-elle changer du tout au tout à partir de maintenant ?
Briser ses chaînes

Le détachement de Sarah l'impressionna. Quand[…]

Opération Suzerain

SECUNDUS ANDO Midrimosatory, salon de […]