L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Planète au climat tempéré et à l'environnement accueillant, Mrisst, le monde natal des Mrissi, a forgé sa réputation grâce à ses prestigieuses académies d'arts et de sciences. Sa position particulière aux portes du Noyau en fait également un monde d'importance stratégique pour la Nouvelle République.
Gouvernement : Confédération des Systèmes Unis
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#39118
… Essuyer les pots cassés ...


Des bruits de frottement et l’écoulement de l’eau résonnaient dans un large cabinet chargé en dorure et hautement décoré en blason et autres ornementations ringardes. Une main serrée vigoureusement un monceau de tissu qui s’agitait sur la surface rugueuse d’un veston signé Louis Crouton.

« Hum … et là ? »


« La salissure est toujours présente, Monsieur. De plus j’ai beau fouillé dans toutes mes bases de données je ne trouve aucun guide sur l’holonet indiquant comment se débarrasser de tâches de Bespin Port sur du cuir de Fyrnock en moins de cinq minutes à l’aide d’un tissu carbone et d’hydrogène.De plus vous n’aviez rien de moins précis en tête comme mots cl… »


« Et en moins de six minutes ? »


Le visage du bel étalon pivota plein d’espoir en direction de son compère mécanique, pour n’y rencontrer que le silence ainsi que le regard fixe de deux photorécepteurs figé dans cette expression désabusée qui collait à l’armature de son tas de boulons domestique.

« Grandiose, ragusé par l’holonnet… ça, c’est vraiment suuuuper. Ces tocards de consommateurs qui y passent leurs vies 'sont pas foutus de se rendre utiles juste deux minutes et proposer des choses d’utilité... publique, pour le plus grand nombre quoi. Genre pour un tuto comment laver les vitres de son J327 vaisseau royal nubian y a que-chi, peanuts, rien on peut aller se brosser par contre y a du monde pour poster le dernier album d’une bande de K-Twilek entrain de dandiner de la croupe. Décidément les gens n’ont pas le sens des priorités. D’un geste vif du bras Crypston épousseta rageusement son élégante chevelure Pouah et cette princesse, fallait voir son minois, plus écarlate que l’accul d’un singe serpent Kowakian. »


« Vous pourriez vous estimer heureux monsieur qu’elle se soit contenté de vous verser seulement un demi-pichet à la figure. Traiter ainsi une dame de sang noble au profit d’une roturière… »


La prothèse du héros de l’histoire palpa cette bosse qui hérissait honteusement le haut de son crâne, la gourgandine avait fait un jet parfait, en plein milieu de sa belle poire. La scène lui revenait clairement en tête, notamment la danse avec la jolie serveuse du buffet du troisième hall. L’arrivée de la Prima s'était déroulée juste après ça, elle qui lui avait demandé la première danse de sa soirée, irrémédiablement avait-elle perçu toute la grandeur et l'humilité du héros de l'histoire au premier coup d'oeil. Indubitablement une femme d'esprit, suite après quoi tout s'était enchaîné, les virevoltes, les pas chorégraphié, la révérence envers la Prima, le virage à quatre-vingt-dix degrés à la fin de la valse avec la Prime, le visage furibond d’une princesse du noyau qui n’était délibérément pas celui de la Prima, la rencontre avec un pichet acheté par les bons soins des traiteurs de la Prima et le rappel de loi la plus universelle et absolue qu’était celle de la gravité. La douleur, le regard ahuri des invités et un rendez-vous décroché, proposé par une… Prima visiblement amusée ou attristée par la situation. Il était bien difficile de discerner les émotions des gens, d’autant plus lorsqu’ils arboraient un masque sur le nez… Fichtre, le rendez-vous avec la Prima !

« Chutta ! Quelle heure il est ? »


« J’ai bien peur de vous annoncer que nous sommes déjà en retard, Monsieur. »





… Draguer sa banquière, ou une autre manière de mendier un Crédit …


Un regard anxieux virevoltait entre deux ombres immobiles, un pied lui tapotait avec rythme un sol marmoréen laissant tinter un écho depuis les boyaux de l’immense propriété confédérée.

« Du coup… Je peux ? »


« Hum… »


« Mouais, votre invitation est en ordre Monsieur, par contre qui vous a laissé rentrer avec ce truc ? »


Deux gardes d’apparats dans leurs armures d’opales étaient plantés au niveau d’une des alcôves supérieures qui permettaient d’accéder aux hauts jardins. Alors que l’un des agents du service de protection relisait l’invitation de Crypston, le second soupesait de ses deux mains l’étrange canne qu’avait ramenée le dandy corporatiste.

« C’est un simple trophée petite tête. »


« Le garde de droite qui tenait les papiers du drôle d’invité se tâta machinalement sa caboche comme pour s’assurer de ses mensurations exactes, un sourcil haussé d’incompréhension. Bon on va passer tout ça au scanneur et vous pourrez y aller monsieur. »


Le cliquetis numérique de l’holomontre incrusté dans l’œil cybernétique du bel étalon ne cessa de s’affoler, le beau Jack était magistralement en retard. Les minutes filaient sans que l'ombre du moindre scanneur ne pointe le bout de son nez. Crypston finit par lâcher.

« Alors c’est pas que je 'veux pas hein, me soumettre à vos petits tests là, mais c’est que je suis un poil attendu m'voyez. Alors soyez mignon et bouger vos foutus postérieurs de bouffeurs de donuts. Mêlant la parole aux gestes, Jack récupéra d’une main son bien encore entre les mains du garde à gauche, avant d’essayer de se faufiler entre les deux gorilles non sans les bousculer, mais héroïquement. »


Un long silence plana le temps de quelques instants, avant que les gardes se renfrognassent à appliquer le protocole habituel réservé aux invités gênants. Alors qu’on s’apprêtait à en venir aux mains, un Harold jusqu’alors silencieux finit par expliquer aux gardes que le teigneux corporatiste était attendu par le grand manitou du lieu. S’ensuivirent encore quelques précieuses minutes de discussions avant que Crypston ne finisse par passer le porche d’une arche menant au niveau d’un large balcon, lieu de la réception tenue visiblement en petit comité.

Image

Une plateforme arque boutée se découvrait alors aux yeux du jeune Jack, tout y était garni de verdure exotique et délimitée par une élégante barrière en transplacier cerclant magnifiquement cette terrasse à ciel ouvert. La vue y était dégagée, on pouvait apercevoir au loin les lueurs d’une mini-mégalopole parfaitement intégrée au paysage naturel de la planète. Une longue table rectangulaire au style moderne et à la couleur épurée avait été dressée au centre de ce petit plateau artificiel. Une figure se détachait néanmoins de ce petit trésor d’architecture. La silhouette d’une petite femme le dos tourné vers cette vision de pôle urbain fusionnelle à cet état de nature. Elle faisait face à ce monde lointain qu'elle surplombait, elle était couronnée par la coupe sophistiquée de ses cheveux cendreux, toute vêtu d’une élégante robe couleur de nacre et aux broderies dorées. La figure féminine finit par se retourner visage à découvert sans masque pour dissimuler les traits fins d’un visage de porcelaine, frappée de deux saphirs pétillants et pailletés d’or.

Crypston toujours épaulé par son majordome mécanique resta figé quelques instants, les légers grincements des plaques dorsales de son droïde serviteur effectuant une parfaite révérence protocolaire, finir par tirer Crypston de ses papillonnements. Jack singea maladroitement les salutations en enjoignant trop de volume dans ses gestes, matérialisant là toutes les caricatures faites à propos des corporatistes du nord vu comme des rustres gentilshommes méconnaissant les raffinées coutumes des mondes civilisés du noyau. Terminant de brosser son autoportrait par sa simple gestuelle grandiloquente, Crypston finit par bredouiller quelques brides de paroles hésitantes.

« Et vous… vous êtes cél… une vive douleur au niveau d’une côte sternale fit taire le bel étalon lancé dans une glorieuse envolée lyrique »


Harold toujours épanché la tête tournée en direction du sol avait vu l’articulation de son coude droit mystérieusement se plier et choir malencontreusement dans la chaire du héros de l’histoire. Bénissant silencieusement ce geste salvateur, Jack finit par se redresser, ôtant de sa main gauche le masque à son effigie. Laissant enfin apparaître son sourire édenté tapageur habituel et fit teinter machinalement le sol de sa canne empoigner par son autre main, sur laquelle juchait toujours le crâne d’IG88.

« Hum... Hum... Je manque à mes bonnes manières, je ne me suis jamais présenté dignement à vous Prima de la confédération des systèmes indépendants, je suis Jack, Jack Crypston, président de la Nostrom Company. C'est un honneur. »
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#39146
Le Palais était bien calme en ce jour hivernal. Les apprenties de la Prima étaient en mission, sur une autre planète de la Confédération. La Princesse avait donné congés à sa suite, ses conseillers avaient quitté le Palais, et il ne restait au final, que les gardes et le service de sécurité. Le tintement des pas de la Prima était alors le seul bruit qu'il restait dans les grands couloirs de marbres. La douce lueur des chandelles éclairés les lieux avec un charme ancien alors qu'a l'extérieur, la nuit ne tarderait pas à tomber. Et avec elle, le monde et sa reine entrerait dans une nouvelle dimension.

Quelques heures plus tôt, la Prima avait commencé à se préparer. Un bain de lait chaud, entourée de bougie parfumée qui lui rappelait l'odeur des lacs des Chandrila. Lorsque sa peau avait retrouvé sa douceur originelle, ses suivantes s'étaient chargés de la sécher, de l'habiller, et de la coiffer. C'est ainsi qu'elle s'était retrouvé dans ce couloir, une coiffure basée sur une tresse surmontant une robe nacrée, des talons argentés au pieds.

Elle l'avait invité. Lui, le héros de l'histoire. Jack Crypston. Elle l'avait rencontrer à la fête de l'équinoxe. La Prima lui avait offert l'honneur d'être la première danse de sa soirée. Pour une noble célibataire, la première danse était forte de symbole. Des dizaines d'hommes auraient désiré être à la place de l'homme d'affaire. Mais lui, lui ne l'avait pas cherché. Alors elle l'avait choisi, pour ce soustraire à tout ses beaux mâles qui pensaient pouvoir la séduire. Combles du sort, elle avait au final trouvait dans ses bras un moment sympathique. Il était prévenant et présent. Et surtout, loin des discours lisses et sans saveur des nobliaux qui rêvaient de lui demandait sa main.

Après la fête, la Princesse avait fait ce qu'une femme de son rang et de son pouvoir aurait fait : chercher des informations sur son cavalier. Elle avait ainsi trouvé qu'il était un homme d'affaire au sein du secteur corporatiste. Un profil qui pouvait être d'un réel intérêt géo-politique. Quand on dirigeait une puissance capitaliste comme la Confédération, on ne pouvait rêver mieux qu'un rapprochement avec l'autre puissance ultra libérale de la Galaxie.

Elle avait donc décidé de l'inviter pour prolonger ce moment agréable qu'il avait vécut à la fête de l’équinoxe. D'un pas certain, elle avait finit par arriver sur la terrasse couverte sur laquelle le dîner devait se dérouler. Au milieu des fleurs tropicales qui garnissait le lieu, la princesse se tourna vers la ville dont les lueurs commençaient à remplacer le soleil qui disparaissait à présent sous l'horizon. Le regard perdu dans le vide, d'étrange pensée se bousculer dans sa tête. Les discutions avec sa mère à propos de ses futurs épousailles, son unique amour, Cryus, qu'elle avait finit perdu définitivement, ou bien encore Sabina, la Pandoran qui avait essuyé ses larmes. Elle ne pouvait que remarquer à quel point cet instant était différent de tout ce qu'elle avait pu imaginer au long de sa courte vie.

Enfante, elle avait toujours rêvé d'un mariage identique à celui de Maya, un mariage d'amour, de conte de fée. Puis, elle avait rencontrer Cryus et avait cru que le jeune garçon serait l'homme de sa vie. L'espace de quelques mois, il avait vécu une romance comme seuls les romans regorgent. La trahison de l'exilé l'avait précipité dans l'obscur, effaçant tout espoir d'une histoire d'amour heureuse. La jeune Pantoran qui avait était son amante peu après avait fait mourir ses fantasmes et mûrir sa réalité. Si la Princesse avait un temps pensé faire souffler un vent de révolte en imposant son amie comme épousée, elle s'était résolu à sa responsabilité. Elle devait faire perdurer la lignée Tega et offrir à son peuple un rêve, fut-il factice.

Bien sûr, pour ce soir, le mariage était encore un lointain acte qu'il lui faudrait un jour remplir. Elle n'espérer plus l'amour, elle se savait trop blesser pour ça. Mais peut être pouvait-elle espérer une amitié sincère, ou au moins, un moment agréable. Si Alayna avait compris que ses noces devraient présenter un intérêt pour sa nation, elle était convaincu qu'il était toujours possible de joindre l'utile à l'agréable. Quitte a avoir brisé ses rêves d'enfants, pouvait-elle au moins revendiquer un sourire sincère ?

Derrière elle, des bruits de pas la sortirent de ses pensées. Il était là. Doucement, elle se retourna pour observer son invité. Il était vêtu d'un costume de qualité à la mode galactique. La Prima le trouvait élégant, et elle esquissa un sourire ravi. Il la salua comme le voulait le protocole, accompagné de sons droïde dans les gestes. Sa gestuelle fit de nouveau sourire la Princesse. Il cherchait à en faire trop, des gestes trop amples, trop grand. Mais il respectait le protocole et Alayna trouvait ce salut à la fois touchant et quelque peu comique. C'était le genre de détail qui avait rendu leur danse si distrayante.


« Je vous souhaite la bienvenue sur Mrisst, monsieur Crypston »


Saisissant sa robe, la Prima s'appliqua à exécuter une révérence parfaite comme elle l'avait appris au Palais de Chandrila. Le protocole n'obligeait certes pas la Prima à rendre les honneurs à son invités, mais Alayna trouvait cela amusant de rendre la pareil à l'homme qui venait d'arrivé.

« Avez vous fait bon voyage jusqu'ici ? »


La Prima s'avança alors en direction de l'homme, s'arrêtant a environ deux mètres de lui. Elle détaillait à présent son visage. Un sourire franc déforma son visage.

« Puis je me faire pardonner du jet de vaisselle que vous avez essuyer au fête de l’équinoxe en vous offrant quelques choses à boire ? Peut être que votre ami voudrait quelque chose ? »
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#39201
… Boire à la santé de ses finances ...


Un bon voyage ? Les lèvres de Jack s’entrouvrirent, prêtent à jurer spontanément des vilenies qui n’ont pas leur place dans un lieu presque aussi classe que lui. Le bel étalon se mord la joue pour éviter de moufter des inepties. Alors, le Héros de l’histoire reste là, un doigt levé dans le vide cherchant les mots convenables à employer. Tout se ressasse dans son esprit le fil des événements qui l’a conduit ici, il se revoit plié en quatre dans son fauteuil à répulsion dans la cale de l’IG2000. Si l’embarcation a de l’allure et est du genre à attirer toute l’attention sur lui, un effet désiré et recherché. Le léger détail à propos de l’état monoplace du poste de pilotage ainsi que l’attention absente de son ancien propriétaire de témoigner un quelconque intérêt quant aux conforts de ses anciens passagers lui avait échappé. Le mal de dos carabiné qui menace ses lombaires n’a pas fini de faire grincer les douces quenottes de Crypston et lui faire passer le goût des traversées au sein d’une coque de noix.

« Disons que… Crypston passe son bras le long de la courbure de son échine avant de se revisser une vertèbre dans un léger craquement. L’arrivé compense parfaitement les quelques déboires de la traversée. »


Jack, toujours serti de son sourire habituel, pivote doucement apposant un coude au niveau de la rambarde du balcon et contemple de haut en bas la Prima qui s’est avancé à quelques pas de lui en faisant claqué ses talons sur le sol marbré. Un sacré bout de femme, du genre à vous donner envie de rompre le cou à tout un tas de chatons pour la belle, un minois tout innocent, ça a le mérite de changer de la gent féminine Télosienne. Ces dernières dames qui ont la fâcheuse manie de vouloir forcer son fortuné prochain à signer un contrat de mariage, pour juste après tenter de réduire drastiquement le temps d’attente entre l’union, la retombé de l'héritage et l’incinération du défunt furieusement accidenté de plusieurs litres de venin dans les viscères.

« La main passe du dos à la cime du crâne, tapotant des doigts la bosse toujours aussi bedonnante, une cruelle rémanence matérielle du fameux jet de vaisselle Et bien je ne dirais pas non à une bonne coupe de Merenzane Gold. Quant à l’aut… »


« Je ne prendrais rien Votre Excellence, le simple domestique mécanique que je suis se satisfais et se nourrit de la servitude. »


Dévisageant brièvement Harold, Jack s'en retourne en direction de la principale intéressée, un serviteur apparu à sa droite marchant dans sa direction une bouteille à la main. Une fois sa coupe pleine Jack finit par lever son verre rempli, portant un toast à son hôte.

« À cette festivité réussie, et puissent nos profits être nombreux. »


Jack hume son grand cru, si scandaleusement cher, avant de laper quelques gorgées de la boisson forte en éthanol. Les traits tirés de son héroïque visage mimant grotesquement une gestuelle cherchant à le faire passer pour un savant expert du domaine viticole. Ce que n'est pas le bel étalon. Son visage finit par s’illuminer après son petit manège d’un léger rictus amusé avant que le Héros de l'Histoire ne s’adresse d’une voix claire à la Sainte Patronne des confédérés.

« Permettez-moi de vous le demander, cela peut paraître soudain, mais appréciez-vous les surprises Prima ? »
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#39223
Si l'homme avait optait pour une liqueur luxueuse à la dernière mode dans les bars de Coruscant, le droide lui ne désirait rien de particulier. Alayna eut un franc sourire quand il précisa ne se nourrir que de servitude. Voila qui faisait de lui un parfait serviteur. La Prima aimait entendre ce genre de phrase, même provenant d'un droide uniquement programmé dans ce but. La réaction de Jack, qui dévisagea le robot un instant, fit perdurer le sourire de la Princesse.

« N'hésitez pas si quelque chose pourrait vous satisfaire un peu plus cher droide »


La voix était douce, et légèrement riante, marqua la bonne humeur qui occupait la Princesse de Chandrila en cette soirée. Un serviteur arriva avec la bouteille de Merenzane Gold et servit deux verres. Il en tendit un à Alayna et le deuxième à Jack. La Princesse se tourna alors vers son invité et porta son verre à la rencontre du sien.

« A cette festivités et à notre prospérité ! »


Alayna porta ensuite son verre à ses lèvres et dégusta une gorgée du luxueux breuvage. Bien que la Merenzane Gold n'avait pas ça préférence, elle était obligé d'en apprécier la qualité. Le liquide était à la hauteur de sa réputation. Goûtu et doux à la fois. Légèrement fumé et sucré à la fois, Alayna devait avoué qu'il était à la hauteur des quelques milliers de crédit que valait la bouteille, même si elle gardait une préférence pour l'Emeraude de Chandrila.

La jeune femme porta alors son regard sur l'homme qui lui faisait face. Elle l'observa mimer une gestuelle d’œnologue, empruntant les mouvements d'un expert du domaine. Alayna douta un instant d'avoir face à elle un réel amateur de grande boisson. Mais ses gestes trop ample, trop grotesque, le trahir définitivement et la Princesse de Chandrila ne pu retenir un franc rictus. Ses gloussements était réels et donnaient à Alayna un air innocent, éloignant un peu plus l'image qu'elle renvoyait de la femme qu'elle était réellement. Elle s'approcha un peu de lui en souriant et en reprenant une nouvelle gorgée de la liqueur.

Le Corporatiste lui posa alors une étrange question. Aimait-elle les surprises ? Oui, elle les aimait. Oh bien sûr, comme tout le monde, elle préférait les bonnes surprises aux mauvaises mais la jeune femme trouvait dans l'imprévue une certaine forme d’excitation. Les surprises pouvaient être de somptueux cadeau comme d'excitants défis.


« Les surprises ? J'aime beaucoup les surprises et vous Monsieur Crypston ? »


La Princesse arborait un doux sourire. Elle porta une nouvelle fois le verre de crystal à ses lèvres pour déguster doucement une troisième gorgée. La jeune Prima appréciait la soirée. Elle se surprenait même à rire sincèrement, chose qui n'arrivait maintenant que très rarement. Petit à petit elle se prêtait au jeu et s'amusait des petites mimiques de son invités. Contrairement à tout les petits nobliaux qui lui tournait autour, il ne se cantonnait pas au simple protocole trop aseptisé au goût de la Princesse.
Avatar de l’utilisateur
By Jack Crypston
#39417
… La surprise la plus classe du monde …


Ah ! Vous m’en voyez ravi ! Ne bougez pas … Jack lève son bras dans un geste amplement exagéré de sorte à faire clinker ses manches incrustés de joyaux, pianotant bruyamment sur l’interface offerte par son petit terminal fixé dans sa prothèse, son regard vairon se relève en direction de la maîtresse de maison. Voilà ! Cela ne devrait plus tarder.

Crypston n’en rajoute pas plus, de sorte à titiller et susciter davantage l’imagination de la belle damoiselle, la faire languir le temps du trajet du présent. Le bel étalon s’accordant même un instant de silence, pinçant ses lèvres et frisant son nez alors qu’il termine son verre d’un trait, plus par volonté de ne pas vouloir gâcher le précieux breuvage que par plaisir de la boisson. Si jamais des questions lui sont adressées au sujet de la nature du cadeau, le fringant jeune homme se contente d’esquiver le sujet par un habile, « allons si je vous le dis ça ne sera plus une surprise ».


« Oh, j’y pense ça va vous paraître bizarre … Mais rassurez-moi. Crypston finit par plisser les yeux en direction de son moniteur, puis d’un plant de fleurs exotiques du jardin en contrebas. Vous n’y tenez pas particulièrement à ces fleurs ? »


À ses mots son vieux majordome mécanique se retourne. La machine lève un de ses membres synthétiques supérieurs et l’appose doucement sur l’épaule de son resplendissant propriétaire.

Monsieur vous ne compte- … D’un mouvement las, le héros de l’histoire se contente de serrer de ses deux doigts le proximal de la main d’Harold, de sorte à se dégager de l’entrave. S’époussetant légèrement l’épaule Crypston ignore copieusement son suivant. Encore une dernière toute petite question, dite-moi vous n’avez pas de DCA plantée dans votre jardin ? Espérons que la réponse à cette question soit non.

Le flamboyant corporatiste se fend toujours de son petit rictus mi-amusé, mi-assuré, espérant que tout cela soit toujours du goût de la cheffe de la Confédération. Car du côté de la sécurité de la maison de plaisance une drôle d’anomalie est rapportée depuis leur radar. Un engin identifié au spatioport s’est envolé sans pilote apparent à bord et fonce à grande vitesse en direction de la propriété privée de la grande patronne des colonies. Si les agents ont certainement fait le nécessaire pour stopper l’appareil, le bolide hautement modifié atteint les environs de la position de la terrasse, à quelques centaines de mètres près, larguant par la même occasion sa précieuse cargaison, la suite et le devenir du vaisseau lui sera donnée par les forces confédérées postées sur place.




… Une entrée en scène qui dépote…


Le fameux vaisseau autonome passe par-dessus la villa, sa venue provoque un brouhaha d’enfer et dans l’encre de la nuit ses formes agressives sobrement soulignées par ses éclairages carmin paraissent brièvement au nez des quelques spectateurs présents. Dans un craquement bruyant, un module se détache de l’appareil volant qui poursuit sa route sans ralentir vers l’horizon, prestement suivi par le comité d’accueil confédéré depuis le ciel.

Pas de panique tout est sous contrôle, ça fait simplement partie de la mise en scène pour la surprise. Ahah. Le rire reste bref, les souvenirs du dernier rendez-vous avec les représentants de la TIME eux sont vifs. Escomptons pour le beau héros que Alayna soit plus réceptive aux nouvelles expériences et aux drôleries très particulières de son invité que ses homologues fédérés.

Pour ce qui est de la surprise en question... un impact de capsule catapultée formant un cratère, alignant au passage les pauvres bégonias mrisstien désignés plus tôt par le bon Jack, la terre projetée en tous sens finissant de saloper proprement le jardin. Le héros de l’histoire lui toujours accoudé à la barrière du petit balcon préserve une moue presque impassible, les traits grotesquement étirés et sa main libre cerclant ses doigts en un signe qui se veut rassurant.

Trônant désormais au milieu du petit jardin un étrange caisson concentrique à la couleur blanche épurée qui se met a rejeté quantité de vapeur au niveau de son ouverture. Un craquement vif. La portière de la capsule vole alors en éclat projeté quelques mètres plus loin, un appendice noirci ressort de la brèche, puis un second serrant fermement les bordures de l’opercule faisant grincer le métal. Une ombre menaçante s’extirpe, dégoulinant d’un étrange liquide faisant reluire son corps chitineux. Un assourdissant bruit de piston tonne, une lueur rouge projetée en deux rayons concentrés émanant des orbites de la chose qui se braque sur les organiques postés sur la terrasse. L’horreur animée se rue en de grandes enjambées et en une simple pulsion au niveau des jambes la voilà écrasé l’élégant sol marbré de l’étage supérieur. À la lumière tamisée des éclairages du balcon apparaît une parodie sombre et morbide de ce qui s’apparente aux célèbres gardes de l’empereur du nord. Une machine au style baroque, haute de trois mètres, forts de muscles synthétiques saillant et chromé, revêtant un manteau pourpre marqué de quelques sigles élégants blancs.

« Le héros de l’histoire finit par s’accouder sur le colosse et s’esclaffer. Permettez-moi de vous présenter mon humble présent Prima. Crypston finit par se tordre dans une nouvelle courbette. Dit bonjour IG-888B. Une stridulation sourde pour seule réponse. IG-888B vous dit bonjour ! »
Avatar de l’utilisateur
By Alayna Tega
#40536
L'homme qui faisait face à la Prima leva son bras pour pianoter sur une interface. Ce geste piqua au vif la curiosité de la jeune femme. Elle aura volonté questionné son invité, mais quelque chose lui disait qu’il ne lâcherait pas d'information si facilement. Elle n'avait plus qu'a attendre et espérait que le cadeau soit plaisant. Dans le cas contraire, certaines choses risquaient d'être écourtait.

L'Entrepreneur du Nord posa alors une question étrange. Tenait-elle à ses fleurs ? Plus précisément au petit massif de fleur exotique qui se trouvait en bas. Elle ne comprenait pas vraiment où il venait en venir. Avec une moue quelque peu surprise, elle se tourna vers lui pour lui répondre :


« Vous en voudriez pour chez vous peut être ? »


Du coin de l'oreille elle entendit le fameux Harold émettre une objection tandis que Jack terminait de vider son verre. Visiblement le droide n'était pas confiant dans la manœuvre que tenter l'entrepreneur. Et Alayna fut de son avis quand Jack lui demanda si le jardin était truffé de défense anti aérienne. Non, cher Jack, non. On laissait la cheffe de la troisième puissance galactique ainsi sans défense...

« Vous voulez dire... »

« Madame ! Éloignez-vous du balcon, nous somme en alerte ! »


Deux Gardes Chandrilliens venaient de rentrer dans la pièce. La surprise de Jack ne passait définitivement pas inaperçu.


« Du calme soldats, tout vas bien. Il s'agit là d'une surprise de mon invité. »

« Une surprise ? »

« Oui, ne faites rien. »


Les deux hommes se regardaient l'un l'autre, encore plus surpris par la réponse de la Prima que par l'apparition soudaine d'un écho radar à quelques miles du Palais. Ils communiquèrent la décision de la cheffe suprême à la cellule de crise, désactivant le système de protection de la zone. Le plus âgé des deux, qui avait connu le règne de Maya Tega en tant que Princesse de Chandrila, avait l'impression de revivre certains rendez-vous secrets de la mère de la Prima actuelle. Il se souvenait de la difficulté que représentait alors la protection de la dirigeante et priait maintenant pour que la jeune femme ne suive pas le même exemple.

Un grondement provenant du ciel envahit alors le balcon et la salle. Un vaisseau survolé le jardin, responsable de l'agitation des gardes. Un craquement bruyant d'un module qui se détache de son porteur se fit entendre. La chute de la capsule fut courte, et marqua de son impact le coin du jardin que Jack lui avait montré quelques secondes auparavant. Elle n'avait plus rien a espérait de ses bégonias. Elle se pencha en souriant pour distinguer un peu mieux ce qui se passait plus bas au grand dam des deux gardes derrière les deux tourtereaux.

Rapidement, Alayna distingua une forme sombre s'extirper de la capsule à coup de bruit mécanique. L'ombre était morbide. ¨Presque chimérique. Comme une créature horrifique issu d'une puissante magie noire, la bête se rue à l'étage, aveuglant les humains d'une lueur rougeâtre. Un démon, un sbire du malin, voilà ce qui se présenta à eux. Décharné, déshumanisé, l'abomination se tenait à présent à coté d'eux.

Les gardes n'avaient pas attendu une seconde pour le mettre en joue avec leur lance plasma. Jack alla lui s'accoudait au droïde de terreur. Il s’appelait IG-888B. Voila le nom de la bête mécanique qui faisait pâlir d'envie la Prima.

Oui, pâlir d'envie. La jeune fille, qui paraissait telle une ingénue, regardait le monstre d'acier en le fixant d'un regard puissant. Ses yeux n'exprimaient aucunement la peur. Ni la colère, ou le dégoût. Non, ses prunelles couleurs saphir se remplissaient de larme d'admiration et d'émerveillement. Son visage d'abord de porcelaine se teinta petit à petit de rose. Ses lèvres se déformèrent pour former un ample sourire, sincère et communicatif.

Là où n'importe quelle autre jeune femme aurait pris peur et se serait cacher derrière les gardes, Alayna faisait office de singularité. Sa réaction était plus proche de la jeune ingénue qui tomber d'amour pour un bel homme que de celle d'une noble surprise par une machine de guerre. Son regard et son visage dégageait une véritable admiration. Un attachement singulier à une beauté qui échappait aux autres. Oui, la Prima trouvait cette chose belle. Resplendissante. Merveilleuse.


« Il est si...beau. C'est une véritable merveille. »


Le ton de la voix de la Prima était enjoué comme rarement. L'expression d'une réelle joie avait envahi son visage. La surprise lui plaisait. Elle lui plaisait énormément. Trop peut être pour la majorité de la normalité, a l'image des deux gardes décontenancés.

« Vous êtes son concepteur ? Il est magnifique Jack. »


Elle s'approcha en marchant doucement lorsque le droide la salua et vint réaliser une révérence dans les règles de l'art de la noblesse.

« Bonjour IG888B, je suis heureuse de te rencontrer. »


Elle s'approcha un peu plus encore pour poser sa main contre la peau froide et métallique de la bête mécanique. Ses yeux brillaient toujours d'émerveillement lorsqu'elle plongea son regard dans celui de Jack.

« Merci Jack, cette surprise est l'une des plus belles que l'on m’a faite. »


Rare moment de sincérité pour la Prima. Alayna n'avait en ce moment aucun masque, aucune retenu. Son émotion et ses paroles étaient vraies. Elle se sentait bien. Et étrangement comprise. Quel homme aurait pu lui offrir un tel cadeau à la place d'une vulgaire fleur ou d'un si commun diamant ? Lui, l'avait fait. Et étrangement, cela lui plaisait d'avoir ainsi était comprise. Avait-il lui aussi compris la beauté qui se cachait devant un tel potentiel de destruction ? L'infinité merveille de la mort en approche.
Opération Suzerain

SECUNDUS ANDO Midrimosatory, salon de […]

Un bourdonnement ignoble et incessant, le noir c[…]