L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#40628
L’assaut aurait dû commencer au moment où le vaisseau avait été éventré, mais il n’en avait rien été. Ou du moins, pas comme Helera l’aurait voulu. Du coin de l'œil, elle percevait le groupe d’intervention qui avançait à tâton. Le peu de couvert qu’offrait le hangar n’était pas à leur avantage, mais les tirs n’étaient pas vraiment une menace non plus. Ils étaient épars, aléatoires, et les soldats en blancs répliquaient avec assez de fermeté pour leur laisser toute la liberté d’action. Alors quoi ? Helera croisa le regard de sa comparse rose puis descendit sur celui de la capitaine, tirant avec l’intime conviction de viser les ennemis. L'inquisitrice évita quelques tirs et retourna vers eux, marchant entre les salves avec un tel dédain que l’on aurait pu visualiser son arrogance transpirer de son armure. Néanmoins, ce que les gens normaux ne comprenaient pas, elle n’allait pas le leur expliquer ici. Techniquement la plus gradée, elle n’avait de compte à rendre à personne, en plus. Elle se posta devant la capitaine et à côté de Sarah, maugréant quelques paroles qui à travers son casque se transformèrent en grognement. L’officier était littéralement en panique, son regard évasif, cherchant la mort dans chaque recoin.

Helera posa alors une main sur son épaule et se mit sur un genoux, la forçant à faire de même. Cette simple mesure de sécurité évitant qu’un tir perdu ne la percute par hasard. L’inquisitrice étendit petit à petit son aura jusqu’à envelopper son homologue. Pourtant, ce n’était pas les ténèbres qui se manifestèrent, ni la peur ou la tension.

« Capitaine Vixxen, je sais ce que cela fait d’être une femme dans l’empire, au milieu d’hommes toisant votre infériorité. Je sais ce que vous avez dû endurer pour arriver à votre poste et je n’oserai imaginer les sacrifices auxquels vous avez dû consentir. Mais regardez autour de vous. Ces soldats, agents de liaison, navigateurs sont sous votre commandement et ils ont les yeux braqués sur vous en ce moment même. »

Elle releva la tête vers les caméras, faisant mine de chercher les dizaines d’yeux électroniques qui observaient et enregistraient sans cesse.

« L’empire n’aime pas les faibles, ceux qui le ralentissent, le décrédibilisent ou lui nuisent. Vous avez cette occasion unique, aujourd’hui, de prouver que vous n’êtes pas et ne serez jamais à l’arrière. Devant votre équipage, vous pouvez conquérir sa confiance. Devant tous les officiers supérieurs, vous leur montrerez votre courage et votre détermination. »

Helera se releva et l’y aida également, prenant sa main. Jamais elle ne rompit le contact physique, permettant à son esprit d’envelopper le sien d’une myriade de sentiments positifs, tout en aspirant ceux qui la paralysaient. Helera inhiba sa peur et ses doutes, les absorbant tel un maelstrom affamé. Elle jeta un regard à Sarah et lui intima d’un mouvement de l’index et du majeur sur son cou de relâcher ses effluves.

« Cette frégate, c’est votre prestige. Et ces pirates sont en train de le bafouer. Alors levez-vous et sonnez l’assaut ! Nous sommes à vos côtés et nous vous protégerons. Montrez-leur à tous ce que vous avez dans le ventre. »

L’inquisitrice rompit le contact alors que la réalité revint petit à petit. Cet instant à l’intérieur de sa tête rousse avait été arraché au temps. Un temps pendant lequel l’inquisitrice avait percé petit à petit les barrières d’une manière insidieuse, sans toucher à son cœur spirituel. Elle avait effleuré la surface, l’avait caressé, purgé de sa faiblesse. Le contre coup, c’était elle qui le payait, car elle dû encaisser les ténèbres de Vixxen et les anéantir dans sa propre tête. Une tâche qu’elle avait déjà enduré maintes fois, mais dont la complexité ne tarissait jamais. L’inquisitrice dégaina son sabre pour la première fois et y alluma la lame blanche incandescente. Cette dernière brillait comme un phare et vrombissait à l'unisson avec leurs cœurs. C’était la lame de la justice et de l’inquisition.

« Ma lame est à votre service Capitaine. Sonnez l’assaut et menez-nous à la victoire ! »
#40629
La poitrine de l'officière se soulève à chacune de ses inspirations effrénées. Elle regrette de ne pas avoir abusé de son ordonnance d'anxiolytiques avant l'opération. Certes, elle n'est pas supposée s'en gaver, mais elle n'était pas non plus supposée se retrouver au cœur d'un échange de tirs nourris. Ce devrait être le problème de quelqu'un d'autre, quelqu'un avec un casque, une armure, un fusil, et un cerveau lobotomisé. Velvet ne réalise même pas que l'Ombre s'est approchée, et ne lève le nez vers elle qu'une fois sa main posée sur sa clavicule. Depuis quand est-elle à genoux ?

Les mots de la femme masquée sonnent étrangement, comme s'ils résonnaient directement à travers sa tête. Chaque parcelle de son corps y répond sous la forme d'un frisson. Tout le reste perd de son importance, le son des blasters, les injures des pirates, les pluies d'étincelles ricochant sur le métal. Le regard de la capitaine se fait plus doux tandis qu'elle absorbe ses paroles et leur sens profond. Sa prise se relâche sur le manche de son pistolet. Velvet se sent calme à présent, concentrée. Son pont supérieur est désormais mental, il lui donne le recul nécessaire pour prendre des décisions avec la tête froide. Avec une conviction renouvelée, la militaire hoche du menton en acceptant la main tendue d'Ombre, puis adresse un regard reconnaissant à la Fury qui les couvre. Toujours ce parfum de lavande qui l'enveloppe... L'éclair d'une lame blanche comme les étoiles la ramène progressivement à la réalité. L'inflexibilité de sa propriétaire lui insuffle la confiance. Elles ont une mission à accomplir.

"Tir de suppression !" ordonne la rouquine à ses hommes une fois redressée. Les troopers en blanc s'animent immédiatement, couvrant l'avancée du trio en arrosant l'entrée de plasma rougeoyant. "Avec moi," enchaîne-t-elle à destination du groupuscule en noir. Joignant les actes à la parole, le capitaine Vixxen se met en marche en réajustant son képi, droite comme un I. Elle grimpe le long de la rampe improvisée sans ralentir, sonnant l'interruption du tir de couverture au dernier moment par un poing levé. Quelques visages casqués réapparaissent à l'intérieur, médusés. L'officière ne leur laisse pas le loisir de répliquer avant de faire feu. Viser lui semble d'une facilité déconcertante, comme si le temps s'écoulait au ralenti. Elle ne vacille même pas lorsque son propre couvre-chef s'envole, rongé par un tir adverse. Elle avance, enjambe les corps sans même les regarder, et ne prend pas la peine de se trouver un couvert. Au plus profond de son être, elle sait que ses alliées la protègent, et qu'elles ne failliront pas.

Un éclair de lucidité la gagne tandis que l'entrée du cargo achève d'être sécurisée. Jamais la Velvet qu'elle connaît n'aurait su faire preuve d'un tel sang froid en situation de combat rapproché. Depuis quand est-elle capable d'un tel détachement ? Qu'est-il en train de lui arriver ?

La rousse se désintéresse de son propre raisonnement aussi vite qu'il lui est venu. Elle est consciente que des milliers de questions devraient lui venir à propos de ce petit miracle, ou encore du sabre laser de son associée, mais celles-ci flottent à la surface de sa conscience sans jamais lui faire dévier de son objectif. Elles ont un vaisseau de contrebande à neutraliser. Derrière le singulier trio, l'escorte de l'Ombre investit le sas, puis entame sa progression vers les unités annexes comme prévu. Le capitaine reprend place, prête à renchérir sur l'allée centrale.

Elle ne s'est jamais sentie aussi vivante.
#40646
Se baissant pour bloquer un nouveau tir de blaster, Sarah ramassa une nouvelle plaque de ferraille, fine mais fragile, parfaitement ce dont elle avait besoin. Faisant de l’espace autour d’elle, la mandalorienne écarta le bras derrière elle, gonflant les muscles. Elle fit une rotation rapide, et d’un coup sec elle propulsa tel un disque de lancer le bout de vaisseau, qui vint pénétrer la chaire d’un contrebandier. Le choc fut suffisant pour le faire tomber au sol, ses organes tranchés net.
Elle voulut continuer d’avancer, ne tenant que peu compte des émotions de sa protégée du moment, mais sentit une présence familière se joindre à elles. Ne pouvant se retourner dans le feu de l’action, la zeltronne n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaître Helera. La situation avait changé. Si sa supérieure se trouvait près d’elle, Sarah devra redoubler d’effort pour l’impressionner, mais également pour la protéger.

Restant sur place durant le monologue de la forceuse, la forceuse continua de servir de bouclier temporaire, mais savait qu’elle ne tiendrait pas longtemps. Elle fut prise d’un élan de nostalgie soudain. C’est drôle, d’ordinaire c’était à Agatha de jouer ce rôle, le bouclier de son amie forgeronne bien plus pratique que ces protections de fortune. Sarah était une femme de contact, elle n’était pas faite pour ce genre d’action, et devait se retrouver proche de ses adversaires pour être utile. Sortant son blaster, elle ouvrit le feu afin de faire gagner du temps à ses deux comparses, agenouillées au milieu d’un champ de tir…

Elle n'a pu écouter la conversation, trop occupée à défendre le duo. À force de tir, son chargeur se vida, et ne pouvant le recharger avec une seule main, Sarah dut lâcher son arme, et prit une barre de fer. Tout comme le disque, elle voulut s’en servir comme arme de jet, mettant son bras derrière sa tête, le dos légèrement voûté vers l’arrière. Faisant un pas vers l’avant, elle projeta l’arme de fortune qui vint se planter dans le bras d’un homme, le clouant au mur.
Son armure la protégeait de quelques tirs de blasters, mais ce n’était pas magique. Le choc était réel, et sa tenue ne tiendrait pas indéfiniment. D’autant que certaines parties de l'équipement n'étaient pas autant renforcées, afin de favoriser la souplesse. Et c’est justement ce détail qui fit défaut à Sarah. Comme elle le présentait, ce style de combat qui ne lui correspondait pas eut des conséquences, elle avait beau encaisser, chaque tir la faisait reculer, manquant de lui briser une articulation, voire un os.

C’est alors qu’elle sentit le regard insistant de la Grande Inquisitrice. Il fallait calmer la capitaine, qui transpirait la panique et manquait de perdre le contrôle. Pensant au défouloir qui allait suivre, la zeltronne lâcha une grande quantité de phéromones, tout en y insufflant des émotions positives en prime, dans le but de motiver l’impériale. Et les résultats dépassèrent les espérances. Sarah fut étonnée de l'efficacité de l’action, elle avait beau côtoyer l’Empire depuis un moment, cette volonté de tout faire pour cet organisme l’impressionnait toujours.
Elle ne put s'empêcher de rire nerveusement quand Velvet s’avançait vers les lignes ennemies, relâchant toute cette pression d’attente et d’encaissement sans pouvoir rendre les coups.

« - Passons aux choses amusantes ! »

Fonçant vers le vaisseau, Sarah fit un bond en l’air en direction d’un des contrebandiers. Ce dernier, occupé à tirer en direction de la rouquine, n’eut le temps de réagir au poing qui vint s’abattre sur son visage casqué, écrasant sa tête contre la paroi du vaisseau comme un fruit mûr. L’impact fut tel que son crâne explosa en morceau, un mélange de sang et de cervelle colorant l’armure et le visage de la zeltronne. Continuant sa course, elle donna un violent coup de pied à un bras armé qui sortait du couvert, avant d’attraper la main de l’individu et de l'éjecter au sol, le terminant d’un violent coup de talon au visage.
Ramassant le corps, la mandalorienne s’en servit comme bouclier, avant de l’envoyer vers un duo afin de les forcer de se remettre à couvert. Des attaques éclairs, des coups rapides et violents, avec toujours l’avantage de la proximité, voilà le mode opératoire privilégié par la jeune alien. Elle n’avait pas peur des tirs, pas peur de la douleur, même en sachant qu’elle allait encore devoir passer un moment allongée après cette mission. Car ces quelques minutes d’adrénaline, de combats intenses, vivifiants, vallaient toutes les heures de rétablissement au monde.
Chaque coup donné était rempli de rage de vaincre et de plaisir intense. Sarah ne se retenait pas, découvrant l’efficacité de ses gants comme une enfant devant un nouveau jouet.
#40655
Les phéromones combinés à l’influence de l’inquisitrice, c’est une nouvelle capitaine qui émergea. Plus sûre d’elle, l’effet combiné de leurs deux pouvoirs avait annihilé le moindre soupçons de doute. Elle fonça telle une officière de terrain, avec la confiance et l’expérience d’une générale. Ses tirs étaient précis, implacables et impitoyables. Si bien que ce cocktail chimique et névralgique sonnait désormais plus comme un sérum de super soldat. Si sa comparse rose s’était précipitée à la suite de la capitaine, Helera, elle était restée légèrement en retrait, pantoise. Cette création sonnait pour elle comme une sorte de nouvelle réalité. Une alternative pour enhardir les plus veules soldats. Éliminer la couardise et, dans tous les cas, améliorer les capacités martiales. Bien sûr, cela ne serait jamais possible sans un entraînement de base impérial. Et l’ensemble des soldats et unités de la marine, de l’armée et de tous corps militaires en bénéficiait. Ainsi, il révélait la force intérieure et créait des robots capables de sentir l’opportunité et les sensations instinctives. L’inquisitrice étira un grand sourire, celui carnassier du prédateur. L’impératrice serait contente.

Sur ces pensées, elle laissa là son raisonnement et s’empressa de rejoindre ses comparses, déjà au cœur du combat. Velvet ordonnait de sécuriser les entrées et sorties du petit SAS créé par la Force. Les soldats s’executaient devant cette autorité toute impériale et personne n’en trouva à redire. Bien sûr, tout cela était enregistré par les caméras des casques et les officiers supérieurs pouvaient voir sa création à l'œuvre. De son côté, Fury fit un travail pointilleux, ordonné et parfaitement méticuleux. Aucun crâne n’avait survécu au cuir de ses bottes ou à la puissance de ses nouveaux gants. Aucune perte de leur côté, pas même une égratignure. Ou presque, car le képi du capitaine était troué de part en part. Un peu plus bas et …

Qu’importait, pour le moment, les deux femmes avaient montré la puissance et la terreur que l’inquisition pouvait transmettre. La peur transpirait des pores du vaisseau, dégoulinant tel un slime sur le bas des portes. Elle noircissait les lumières vacillantes et frappait sur le moral de leurs opposants. L’inquisitrice attrapa la Zeltronne par les épaules et la tira à l’écart :

« Fury, sécurise le reste de la zone. Moins de sang la prochaine fois, nous ne sommes pas des sauvages. Et … Il nous faut des gens à interroger. Je veux que les vivants nous craignent jusque dans leurs prisons et que ces rumeurs se répandent comme une maladie. Sinon, très beau travail. »

Sur ces paroles, l’inquisitrice emprunta une porte latérale, menant directement vers le pont. Elle fut accueillie par quelques tirs qu’elle para avec son sabre. D’un mouvement de la main, elle rapprocha deux des trois soldats l’un contre l’autre et les sonna sur place. Le dernier s’envola, mue par une main invisible qui lui étreignit le corps et la gorge.

« Où est la cargaison ? Ce que vous avez récupéré sur la planète. »

L’autre chercha à se débattre vainement, elle resserra son emprise et il grogna de suffocation. Il désigna une mallette posée sur le siège de copilote. Le poste de pilotage crépitait de quelques étincelles dues aux attaques ioniques et une odeur de cuivre flottait dans l’air. L’inquisitrice se saisit de la petite boîte métallique et fit signe aux soldats d’intervenir. Puis elle se dirigea enfin vers le capitaine Velvet et lui désigna la boîte.

« Cette boite contient l’objet de nos convoitises et peut-être la source principale de la perturbation que je ressens. En revanche, la soute doit être remplie de ces objets ésotériques interdits. Capitaine, il serait de bon ton d’identifier les employeurs ou les acheteurs de ces-dits objets. L’empire ne saurait tolérer ce genre de marché noire en ses frontières. »
#40678
Velvet abaisse son blaster encore fumant, les yeux vissés sur la rodienne inconsciente à ses pieds. Jamais auparavant n'avait-elle eu la gâchette aussi facile. A quelques mètres de là gît un homme dont le crâne paraît anormalement déformé. Elle pourrait jurer qu'un lambeau de son cervelet pend au gantelet de la zeltronne qui achève de faire le tour de la pièce. Tout cela paraît à la fois irréel et terriblement présent. La capitaine se passe une main confuse sur le visage. Les dernières minutes viennent-elles vraiment de se produire ? A présent que la menace est écartée et que le silence retombe, Vixxen commence à réaliser l'absurdité de ses actes, mais la suggestion implantée par les deux femmes demeure assez forte dans son esprit pour la maintenir calme.

La militaire observe l'Ombre malmener des survivants à la recherche d'information. Il semble que la raison de la venue du peloton noir soit confinée dans une mallette bien peu impressionnante, négligemment posée sur un siège du cockpit. Si une présence maléfique émane de la boîte, Velvet ne peut pas la sentir. Seule cette sensation d'électricité statique dans l'air l'inconforte, faisant friser ses cheveux parfaitement lissés.

La femme masquée lui fait comprendre que le temps de l'interrogatoire est venu. C'est curieux, cette façon qu'a l'Ombre de lui tenir la main à chaque étape de l'opération. La rouquine ne peut pourtant qu'opiner du chef avec un air absent, comme si sa conduite lui était dictée par cette inconnue aux influences intangibles. L'Ombre est la véritable maîtresse des lieux, ses requêtes ne sont qu'une formalité polie pour lui éviter de perdre la face. Les raisons de cette précaution, néanmoins, lui demeurent inconnues.

"Bâtiment adverse sécurisé," annonce-t-elle dans son comlink à destination des équipes extérieures. "Aucune perte à déplorer. Procédez à l'interpellation des suspects incapacités et préparez les plus aptes à l'interrogatoire. Que les techniciens passent au crible le journal de bord du cargo et ses itinéraires."

Velvet songe un instant aux deux femmes qui l'accompagnent. Ni la manipulatrice de la Force ni la grande pugiliste rose ne semblent être du genre à attendre sans rien faire. Sa méthode prendra un peu temps, mais la procédure sera respectée.

La capitaine profite de ce moment de battement pour recharger son blaster, un geste qui ne lui avait encore jamais été nécessaire. Elle avise ses voisines avec un regard lourd de questions. Cela aussi devra attendre.

Merci Helera, j'espère pouvoir rejouer avec ta Jen[…]

Un Hutt et des Jeux...

Ambiance “Bu badot of bu jeedai an beet sh[…]