L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Depuis la destruction de la planète d'Alderaan par l'Etoile Noire, causant la mort de ses milliards d'habitants, se dresse dans cette partie des mondes du noyau, un immense champ d’astéroïdes. Qui est désormais le lieu d'un pèlerinage appelé le Retour pour les survivants alderaaniens.
Contrôle : Nouvelle République
Avatar de l’utilisateur
By Sarwin Rost
#31035
Enfin... Tout était fini, le plan de Sarwin avait brillamment fonctionner, il avait peut-être même trop bien marché.
En tout cas il ne fallait pas oublier l'objectif de la mission : Récolter des informations pour préparer l'assaut de cette base.
Le corps de sa supérieur, qui n'avait cessée de lui coller les bottes depuis son arrivée était là devant lui, inconscient et blessé. Empruntant un lit médical à répulseurs datant de la Guerre des Clones qui se trouvait dans le Sorrow, il s'avance au pas dans les couloirs de la station. Croisant 2 pseudo-médecins Ikotchi en pause devant la Cantina, il leur demanda l'accès à l'infirmerie, ceux-ci lui indiquèrent le chemin d'un air désabusé, comme si voir des personnes ensanglantées sur une civière ce balader dans les couloirs était... quotidien.

L'infirmerie se trouvait non loin de l’entrepôt d'armement, le Chiss en conclus qu'il était sûrement dans l'aile de maintenance de l'astéroïde, et que surement plus loin dans le couloir se trouvait une salle de gestions de l'énergie, et une autre avec le système de survie.

Arrivé dans l'infirmerie, le spectacle qui se dessinais devant ses yeux, le fit pâlir. Il voyait une vingtaines de lits, identiques à celui qu'il amenait, tous imbibé de sang et occupés par des Hommes et des Aliens divers.
Il en eût un léger haut le coeur à tous les voir, entre le Bivall rendu borgne, le Bothan auquel il manque un bras, le Nautolan qui a perdus la moitié de ses tentacules crâniens ou encore la Zeltronne brûlée au dernier degrés dont la moitié du corps est enveloppé pour la protéger encore un peu.

La propreté de la pièce était également à déplorer, du sang sécher depuis plusieurs mois au sol, à côté des seringues et autres outils chirurgicaux tombés au sol. Au fond de la pièce d'une quarantaine de mètres carrées derrière une parois bancale, se tient un homme endormis sur sa chaise un café sur la table, la main posée juste à côté.

Le jeune officier entra dans la zone de travail du médecin discrètement, mais visiblement pas suffisamment lorsque celui-ci sursauta, sortant d'un sommeil assez lourd, il avait un aire plutôt débraillé et sale, son odeur faisandée se mêlait à celle du sang dans la pièce. Il avait les cheveux blancs mi-long et coiffés en arrière.

Il se relevas d'un coup, s'approchant brusquement du duo Chiss.

Toque pas surtout ... Hoo sacre bleu ! ahaha C'est le cas de le dire ! Deux Chiss dans la même pièce ... p#&!n je ne croyais pas ça possible dans toute ma vie !
Bon qu'est ce qui a ?!


Il palpa nonchalamment la Chiss blessée et poursuivit :

Sacré beau morceau dit donc ... Si je n'étais pas aussi vieux en prendre un bout ne serait pas de refus .
Aie ... Elle a été paralysée la cocotte ... Etttt ... Un tir de blaster dans l'épaule gauche ... Un .... Blaster E-11 à vue d'œil. Non, non, qu'est-ce que je dis ... un DL-44 bien sûr ...
Bon, il y a quelques coupures et des bouts de verres dans le flanc gauche.
Elle a dû se prendre ça en tombant ou je ne sais quoi ... Bref faudra recoudre un peu ... Mino, tu veux bien me donner la seringue sur la table là-bas ... Oui celle-là

Sois il est totalement fou, sois c'est le meilleur médecin de ce coin de la galaxie.
Se dit Sarwin tout en observant son interlocuteur s'agiter dans tous les sens, soudain il retrouvas ce qu'il cherchait : une seringue.
Il se piqua en marmonnant quelque chose avant de poursuivre à l'intention de Sarwin :

....Bon tu me dis quand tu la poses sur la table d'opération... Je sais bien qu'elle donne envie mais si on s'en occupe pas elle se videra dans tes bras aller dépêche toi jeunot !
Je sais pas si t'aimes les Macabées après ç'est peu être ton trip mais pas le mien...


Toujours sous le choque de ce qu'il venait de voir, Sarwin déposa lourdement celle qu'il portait sur la table d'opération, surprenant le docteur, avant de répondre :

Non merci, c'est vraiment pas mon genre ! De plus, il faut vraiment que j'y aille, et vous me semblez être un docteur, parfaitement qualifié ! Je vois qu'ils sont tous prit, alors je vous laisse le lit que j'ai apporté. Bon travail monsieur !


Et sur-ce le Chiss s'en alla le plus vite possible de l’infirmerie bousculant 2 ou 3 lits au passage, et marcha rapidement en direction de l'entrepôt.

Arrivé devant la porte, il entra doucement prenant garde à ne pas faire trop de bruit, il vérifia avant de trop s'avancer que personne n'était dans le coin et heureusement ce ne fut pas le cas visiblement, seul le gestionnaire devait s’intéresser à cet endroit...

Arrivé devant le poste le Chiss s'empressa d'insérer la Clé de Cryptage du dénommé Berdan K'riks, les informations qu'il recherchais depuis tout ce temps étaient enfin à sa portée il nota un maximum d'informations utile dans son datapad histoire d'évaluer les forces adverses, et de pouvoir adapté en conséquence le déroulement de l’assaut qui n'allais plus trop tarder à présent...

Toutes les informations collectés, Sarwin se déconnecta, rangea son datapad dans sa veste et se dirigeas en direction de la Cantina, tout ceci lui avait donné une bonne dose d'adrénaline qui envahissait tous son corps à présent. Il arrivas près de l'endroit où la scène avec les frères Dévaroniens s'était déroulée. Commandant un verre, il fit tomber la clé volontairement par-terre et de son pied droit, il l'a fit glissée sous une conduite en bas du bar, au cas quelqu'un la chercherait.

Il bu son verre puis s'en alla en direction de son dortoir, cela faisant à présent près de 28 heures qu'il n'avait pas dormis, installé dans son lit il utilisas son datapad et son holocom pour prévenir ses alliés Républicains grâce au canal secret et sécurisé des SpecsOps avant de s'en dormir lourdement.


Edit de Impartialite : Ennemi validé et prêt pour la bataille ! [08/01]
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#31038
Le réveil fut quelque peu désagréable pour l'agente, elle était transpirante. Le chaud, le froid, le moite tout se mélangeaient dans un tout désagréable. Ariès ne sentait pas son corps, la paralysie avait rendu son corps groggy, des fourmis parcouraient la moindre fibre de son être. Rien ne semblait bouger, une vive douleur émanait de son épaule. Instinctivement, elle sera les dents et ouvra les yeux afin de voir quel était la raison de cette douleur si soudaine.
La lumière, elle était trop forte, trop vive pour ses yeux, petit à petit elle les rouvrit afin de s'habituer à la lumière de la pièce. Tournant l'entement la tête elle démêla les muscles de son cou laissant ses yeux faire la mise au point, jusqu'à ce qu'après de longues secondes elle eut la possibilité de voir sa blessure.

Ce n'était pas beau à voir mais l'individu qui s'était occupé d'elle avait fait du bon travail, avec un peu de chance ça ne laissera pas de cicatrice.
Elle sentait le contact de sa main sur la peau de son bras, son corps revenait à elle. Ce n'était qu'une question de temps.
Mais quelque chose troubla l'agente, une odeur nauséabonde, un mélange, de sang, d'alcool, de produit chimique, d'urine, de drogue, de putréfaction. Le mélange était détonnant et ce cocktail d'odeur était plus désagréable que la douleur qui lui parcourait l'épaule.
Elle sentit un soudain haut le cœur, se mettant sur le côté toujours allongé sur le brancard. La Chiss régurgita tout ce qu'elle avait pu manger avant la mission.

Par une chance improbable ou une précaution venue d'un inconnue, l'immonde fluide se déversa sur dans un sceau.
Le bruit de vomissement réveilla le vieux Docteur qui sursauta de nouveau, il avait décidément le sommeil léger. Lui qui pourtant ne semblait pas entendre les gémissements des patients qui l'entouraient.
Après s'être essuyait du revers de la main la bouche, le visage de la femme se crispa une douleur venait de se réveiller. Et la douleur qui lui lançait dans le flanc gauche était vive, elle voyait sa vue vaciller ; l'agente s'écrasa sur le dos faisant tout pour calmer cette douleur qui allait l'assommer.
Le vieux Doc s'approcha d'elle, examina d'un rapide coup d'œil les plaies sur son abdomen.

Image


Je vois que la petite dame s'est réveillée !


Dans un gémissement de douleur, la Chiss murmura quelques mots.

Bon sang ... Qu'est-ce qui m'est arrivé ?


Ah, ça, je ne sais pas ! Je sais juste que vous vous 'tes fait tirer dessus sans compter les 'bris de verres qui étaient dans vos cotes...


Pourquoi j'ai si mal ? J'ai la tête qui tourne ... Je ne me sens pas bien....


Arf ça, c'est normal ! J'ai opéré sans anesthésiant, on n'en a pas ici j'ai dû faire avec les moyens du bord... Et le mal de tête ça doit être l'odeur hahaha ça fait tellement longtemps que je suis ici que tu vas me dire je sent plus rien...


Examinant le reste de son buste l'Impérial sentit un soudain coup de froid lui mordre la peau, elle avait froid.
Pourquoi sa veste et le reste de son haut étaient-ils déchirés ? Ils étaient ouverts laissant à tout le monde, du moins toutes les personnes pouvant encore tenir debout avoir une vue plongeante sur son décolleté.
Par pudeur, elle mit son avant-bras sur sa poitrine afin de la cacher aux yeux du vielle homme. Regardait-il ?
Lui avait-il touché la poitrine ? Elle ne voulait pas le savoir, elle voulait se couvrir.

Vous n'avez rien pour me couvrir ?


Le Docteur se gratta le menton faisant les cent pas en marmonnant " un habit, un habit, un habit" .
Il prit une habit qui semblait trop familier aux yeux de la Chiss, elle avait déjà porté cet habit, il était usager.

J'suis désolé mais j'ai dû prendre un habit qu'vous avez déjà utilisé ça devrait suffire nan ? Ce sera toujours que se trimballer dans les couloirs les nichons à l'air. Moi j'dis pas non bien sûr ! Mais vous devrez faire gaffe que les mecs de la cantina n'aient pas envie de voir pendre dans un coin.


Faisant une grimace de dégoût, elle arracha l'habit aux mains de l'humain et se dépêcha de mettre la veste usager. Ce sera déjà ça se dit-elle.
Poussant sur le rebord du lit, elle tenta de se remettre debout. L'entreprise était risquée, elle n'était pas au meilleur de sa forme. Au prix de longues secondes à grincer des dents, l'Impériale put enfin se tenir droit sur le lit.
Un filet de transpiration coulait le long de sa colonne vertébrale lui arrachant un tremblement lui traversant le corps d'une seule et même vibration.

Lentement, elle essaya de poser la pointe de son pied-droit. Le Médecin regardait la scène d'un air détaché faisant une mine consterné sachant se qui allait se passer à l'avance.

Restez sur votre brancard ou vous allez vous ramasser la bouche s'est moi qui vous le dit !


Laissait moi faire, je sais très bien quoi faire....


Faisant abstraction des conseils du Docteur, elle posa ses deux pieds sur le sol. Ils avaient l'air de tenir, pour le moment. Etant retenue par le lit, elle eut une certaine confiance en ses capacités, mais lorsqu'elle du quitter l'appui, se filet de sécurité qui la retenait ; son corps s'écroula sans crier gare. La main gauche s'agrippa au brancard, mais le reste du corps s'écrasa lourdement par terre poisseux et sale.
Elle eut le plaisir de recevoir, un baiser crasseux de la part de celui-ci, un baiser chargé de sang et d'autres choses d'ont elle ne voulait pas savoir la provenance. N'ayant pas fait attention en tentant d'arrêter sa chute à l'aide son bras gauche, la Chiss hurla de douleur.

Ayant bougé le bras sur lequel résidait la blessure causée par le blaster, elle avait sentit la vive douleur revenir à la charge. Lui faisant voir des lumières papillonner dans tous les sens. Elle sentait les vertiges venir à sa rencontre, la menaçant de la faire s'écraser définitivement.

Bien évidemment, le Doc s'exclama et grommela devant la jeune femme qui n'avait pas suivit ses conseils.

Et voilà ! Qui n'écoute pas mes conseils ?! Toi ! Bordel ! Les jeunots, c'est toujours la même histoire avec vous ! Vous pétez toujours plus haut que votre petit cul de merdeux !
... Arghh allé relève toi debout, voilààà lentement, lentement...


Prenant Ariès par le dessous de l'épaule droite, il la remise sur pied en un seul grand mouvement uniforme.
Malgré son aspect faiblard, le vieux en avait encore dans les bras comme quoi soigner des pauvres gars avec le matériel du coin ça pouvait muscler.

Vous êtes sur de vouloirs partir ? J'sais pas si vous tiendrez et si vous vous ramassez... J'serais pas là pour vous relever .. J'pense plutôt que les autres chercheront à vous enfoncer si vous voyez ce que je veux dire...


Je ne tiendrai pas une heure de plus ici, cet endroit pu la mort... Je ne veux pas mourir dans cet endroit pourrie ... Vous avez pas un remontant ? Un truc pour me faire tenir ?


Hmmm... J'dois avoir ouais j'dois avoir... Voyons voir ça ....


Cherchant rapidement dans un tiroir remplit de merdouille, il sortit une seringue au contenue ma foi plus qu'intrigant. Il s'approcha de l'oreille de la jeune femme et lui toucha quelques mots.

C'est mon petit remontant perso .... Il va vous donner un bon coup de fouet, je le donne aux cas les plus graves mais là les pauvres types qui sont là-bas vont pas tenir jusqu'à l'aurore alors autant vous le donner ... J'espère que vous me redevrez ça la Miss !


Promis ... Dite au barman de vous offrir une boisson de ma part . Vous aurez ce que vous voudrez ... Tord Boyaux Correlien, Bave de Hutt ... tout ce que vous voulez ... J'ai sauvé son bar, il me doit bien ça ...


S'injectant, le contenue dans le bras. Ariès attendit quelques minutes le temps que le "produit miracle", le "remontant perso" du vieux Doc fasse son effet.
En l'espace d'une paire de minute, elle sentit ses forces revenir ; elle n'avait aucune idée de la merde qu'elle venait de s'injecter dans le sang mais ça marchait, c'était l'essentiel.

Sortant enfin de l'infirmerie, elle put enfin respirer à plein poumons , elle ne sentait plus cette odeur à vous assommer un Rancor.
Elle se dirigea vers le Sorrow qui était à priori en état convenable, la Pince qui avait du se décrocher l'avait quelque peu amocher et la commande de tir pulvérisé par le Croiseur Consulaire avait aussi mit à mal le vaisseau pirate.
Entendant les bruits significatifs des cutters à fusion, elle savait que le mécano n'était pas bien loin, elle pourrait peu être trouver des réponses à la zone brumeuse qui s'étalé depuis le début des recherches à son réveil dans l'infirmerie.

Tapotant sur l'épaule de l'alien à quatre bras celui-ci sursauta de surprise tout en lançant un juron.
Il enlaça la jeune femme à l'aide de ses immenses bras, celle-ci grimaça devant le geste quelque peu rustre tout en le repoussant gentiment.

Doucement ...Doucement, tu vas faire sauter mes points. Dis moi vieux rat des cales... Qu'est-ce qui s'est passé pendant que j'étais dans les vapes ?


Il se frotta le front réfléchissant à ce qu'il pouvait bien dire. Étalant de plus belle la tâche de graisse qu'il s'était mise lors de la finition de la Pince.

Bon il s'est passé quoi ?


Hmmm, tu sais le Bits à sauter dans la console de tir ... J'ai retrouvé qu'un doigt ... Le reste a été pulvérisé BOOM ! Désintégré ! Disparu ! Partie en fumée !


Oui ... Oui ... J'sais déjà tout ça dit moi la suite.... Et te perds pas dans les détails ...


Oui.. Oui chef ... Heuuu du coup, on est rentré y a eut des explosions de partout, les gardes ont fui. Se bon vieux Lézard les poursuivait en gueulant comme un Rancor putain, c'était beau à ...


Te perds pas dans les détails ...


Ok ... Ok ... Si j'me souviens bien, j'ai reçu un message de la part de Rawnee ? Ouais, c'est comme ça qui s'appelle hein ? Le bleu-là, tout fin tout maigrichon, on dirait moi à 4 ans ...


Rawnee, oui et ? La suite ....


Il m'a dit que vous aviez pris du plomb dans l'aile par un garde de merde...J'ai entendu les coups de feu depuis le bout du file pour dire ... Le petit à pas clamsé ça m'a surpris ...


Hhmm et pour les otages ?


Aucune idée ! Personne ! Rien ! Un vrai vaisseau fantôme comme dirait ma mère ! Bref aucun otage, on s'est retrouvé comme des cons sur le pont à ne pas savoir quoi faire.
Je vous ai récupéré quand y a eut des explosions ...


Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Comment avaient-ils bien pu disparaître ? Nous les avions eus par surprise tout était parfait ! Tout était calibré à la minute prêt . Ils n'étaient pas censés savoir ! Comment ? Comment avait-il pu savoir ?
Nous ne leurs avions envoyés aucune menaces, nous n'avions pas fait comme le chef qui avait appelé son adversaire .... Appeler son adversaire ... Nous n'avions envoyé aucun message.
Sans ça, ils n'auraient pas pu savoir, le message n'a pas pu venir du Croiseur Consulaire puisqu'ils n'ont aucun rapport avec nous ... Le message ne peut pas venir d'un autre vaisseau tiers nos censeurs l'aurait détecté. Ça ne peut venir que de l'intérieur.

Des explosions ? .... Le Rhodien ?


AH non, il était parti avec le Lézard ! Et ça venait des réacteurs, je vous ai trouvé quand le merdier à commencé. Le p'etit bonhomme n'était pas là ... J'croyais qui vous aurez couvert au lieu de poursuivre l'autre tartufe ... Il est un peu con bon ... J'y peux rien moi ...


Vous avez fait quoi après ?


On s'est barré sacre bleu ! Le vaisseau était en train de péter on n'allé quand même pas resté là !
On est retourné sur le Sorrow .... On a perdu 2 gars .... Le Rodien et l'autre qui voyait rouge au Sabaacc ...
Les otages ont dû clamser dans l'explosion de leur Croiseur, on a même failli tous y passer !


Son cerveau marchait à plein régime, elle cherchait, chaque détail compte, tout compte...
Qui ? Une taupe ? Un traître ? Quelqu'un qui veut voler le butin ? Non, les otages auraient donné plus si nous les avions trouvés, de plus nous avons encore le butin. Ce n'est pas ça il y a autre chose...
S'il les a cachés, il a fait ça pour avoir bonne conscience... Il savait le sort qui leur était réservé, il faisait donc partie des membres de la réunion. En partant sur le principe qu'il est toujours en vie, la liste se réduit avec les 3 morts...

La Twi'lek ? Non, elle était aux commandes. Elle n'avait pas accès aux communications et le seul laps de temps était lors de l'assaut hors d'après le mécano, ils étaient déjà introuvables....

Le Mécano ? Il n'en a cure de la vie des autres seuls ses créations comptes à ses yeux, la destruction de la pince a dû lui briser le cœur ....

Le Dévaronien ? Il n'y a que le fric qui l'intéresse, il n'a aucun scrupule à tuer et torturer des gens pour une poignée de Crédit en plus ...

Le Trandoshan ? Il n'est là que pour le sang, les cadavres et les points ... Même si les individus ne sont que des civils, ils sont source de points et il n'aurait pour rien au monde laissé quelques points lui passer sous le nez...

L'homme chauve Sourie ? Il n'est même pas foutu de parler le Basic heureusement que le Trandoshan est là pour traduire sinon, ce serait la merde....

Le Chiss ? Le dernier de la liste, le nouveau, celui dont les soupçons sont les plus lourds et les plus légitimes.... Le soit disant pirate, celui qui joue la comédie...Celui qui rate ses cibles... Nous n'étions que deux dans la pièce quand je cherchais.
Il était à côté de la porte d'entrée et moi dans le fond de la pièce, si un ennemi était venu, il aurait été le premier à se faire canarder. J'aurai à ce moment-là entendu l'échange de tir, ça , le fait qu'il ne soit pas là pour me couvrir alors que je suis KO. Le fait qu'il disparaisse quand le mécano soit là. Il est le traître tout indiqué, mais pourquoi ne m'a t'il pas abattu ? J'avais des doutes à son sujet, c'était le moment le plus propice pour m'éliminer ...
Pitié ? Gentillesse ? Ca collerait bien avec le fait qu'il ne souhaite pas faire de mort....

Merci, tu peux aller te reposer ou boire un coup.


Ca ne va pas se réparer tout seul ce merdier Chef ! Je viendrais plus tard !


S'éloignant du mécano qui était replongé dans la carcasse du vaisseau, Ariès avait enfin les idées claires.
Le petit remontant était drôlement efficace, elle ne sentait plus rien bonne nouvelle ou non, ça ne l'a préoccupait pour le moment. Elle aurait la possibilité de se faire soigner par de vrais médecins de retour de mission. La sienne n'allait pas tarder à s'arrêter, l'état des lieux avait été fait.
Elle avait un poste assez élevé au sein du groupe de pirate, elle avait leur respect, elle avait les infos.
Il ne manquait plus qu'à régler un petit détail, un dernier petit détail....

Mettant un pied devant l'autre, elle sentit son centre de gravité chuter. Ses jambes ne tenaient plus. Le dopant était efficace mais que sur une courte période. Il lui en fallait, encore, encore du dopant ! Tenir ! Encore un peu. S'écrasant contre le mur, elle usait celui-ci comme d'un appui. Il était la béquille qui la retenait, son assurance-vie.
Pas après pas elle arriva dans l'infirmerie et le Doc n'était pas dans son petit monde ... Merde .... Où était-il passé ? La Cantina ! Un flash de lucidité lui vint à l'esprit. Il fallait faire demi-tour, de nouveau dans le hangar, elle hurla afin d'appeler le mécano. Il lui rendrait encore une fois un service.

Oui Chef ?... Hooo putain de merde vous êtes mal en point s'est quoi ce merdier ....


Chuttt ... du calme ... du calme ... je suis juste fatigué ... ça va allé ne t'inquiète pas ... J'ai juste besoin que tu me portes à la cantina, mais avant ça, j'ai besoin de jeter un coup d'œil au com ...


Il était dubitatif, se grattant son ventre bedonnant, il rétorqua.

Au com ? Mais pourquoi ? Ils sont en bons états, je les ai bien rafistolées la dernière fois ... Oui ... Oui pas de détails ... Je vais vous porter ne bougez pas Chef


Arrivée là-bas, elle alluma le dispositif afin de pouvoir y jeter un coup d'œil.

Que nous caches tu petit traître ...


Un traître ? Mais il n'y a pas de traître ! Le vaisseau ? Ha non-sacre bleu jamais il ne nous trahirait vous avez ma parole ! Quoi ? ...oh ... oui ...Excusez moi capitaine ... j'dis plus rien promis ... Promis...


Pianotant sur le dispositif, elle regarda l'historique des communications. Un message avait bien été envoyé, le destinataire devait bien être le Croiseur Républicain. Sa signature ressemblait à celle des autres vaisseaux de la république rien de bien compliqué pourtant quand l'Agente tentait d'avoir accès au contenu du message celui-ci était inexistant...

Fait chier !


Tapant du point sur le rebord de la machine, le mécano penchant la tête afin de voir ce qui se tramait sur l'écran.

Il se passe quoi chef ?


Un message a bien été envoyé depuis le Sorrow au Croiseur Consulaire .... Mais impossible de mettre la main sur le contenu du message !


Vous savez qui l'a envoyé ?


Le silence prit rapidement place dans l'habitacle laissant peser sur les épaules du mécano un certain malaise.

Vous pensez quand même pas que c'est moi ! Ah non ! Moi, je fais bien ma part du travail hein !


La ferme ...


Je suis prêt à allé voir le Boss s'il le faut, mais j'ai rien fait à Non de non !


La ferme !


Oui chef mais... vous savez qui s'est ... ?


Ne t'inquiète pas ... J'ai ma petite idée ...


Une idée ?


Le nouveau ... Si tu le voyais du même bout de la lorgnette que moi, tu verrais qu'il est le traître tout indiqué ....


Le mécano avait l'air surpris tout en réfléchissant, il se gratta la tête.

Hooo le nouveau ... Et on fait quoi chef ?


On va à la Cantina, j'ai besoin du Doc et il est là-bas .... Allez porte moi et amène moi là-bas ...


Compris Patronne !


Enfin arrivé là-bas, la Chiss pu apercevoir le Docteur en train de boire bien évidemment. Un peu trop même, étonnement pour son âge, il tenait très bien l'alcool au vu du nombre de verre qu'il avait bu.
Le Droïde lui interpella Ariès en étant à première vue assez irrité.

Il vide mon bar et c'est censé être gratuit ?! Un verre, j'veux bien mais là Non !


Met moi ça sur ma note, tu seras gentil... Bon courage l'ami ! Et le Doc !


Oui hips ? Que peut faire le grand Doc hips ...teur pour vous ? hips


J'ai besoin de vos remontants, je sais que vous devez en avoir et je n'ai pas envie de foutre mes doigts dans votre bordel ... Donnez-moi les remontants ....


Ah bon ?! hips Et pourquoi j'le ferais Mademoisel hips le ? Ce n'est pas gratuhips !


Tu auras autant de verre que tu le désires l'ami, ça te va ?


hips Pas mal jeune fille, pas mal vous savez hips négocier ! J'acce hipspte ! Va pour hips 5 remontants hips et j'en donne 1 de plus pour votre jolie hips minois


Merci vous êtes un type bien Doc !


Il va continuer à vider mon Bar ?!?


Souviens toi ! Tout sera sur ma note ! Hey le Droïde, une dernière chose !


Hmmm ?


Rawnee est passé par là ?


Oui, il y a 15-20 minutes, il a dû repartir vers le dortoir pourquoi ?


Rien laisse tomber ... Merci pour l'info !


S'injectant une autre dose, elle se remit sur ses pieds. Elle était parée pour un petit bout de temps.

On fait quoi maintenant ?


Ramène le Trandoshan .... Je t'attends ici



Une paire de minutes plus tard


Le Trio pirate enfin regroupé dans la cantina se dirigea donc vers le dortoir. Armée bien évidemment, avec un traître l'on est jamais trop prudent.
Arrivée sur les lieux. Elle passa le première ouvrant lentement une lourde porte en métal. Observant chaque lit, ils se mirent à la recherche du supposé traître. Le trouver ne fut pas bien compliqué, il était seul dans la pièce bien heureusement. D'un signe de la tête, elle signala au Trandoshan de verrouiller la porte, l'heure était peu propice au sommeil. Nous étions en plein midi, l'heure ou tout le monde est le plus actif. Que ce soit en mission, au bar, dans les chambres réservées pour les activités dites nocturnes et bien d'autres.
Une aubaine pour le trio que la mission se soit achevé à cette heure.

Devant le lit de Rawnee, la Chiss indiqua d'un geste de la main d'encercler le lit. Au moindre, faux pas le Chiss se ferait assiéger de tout les côtés et ne pourrait pas gérer tout le monde.
Sortant son blaster de son étui, elle déposa un baiser sur le front du traître puis plaça le canon de l'arme sur le front de son "Camarade" en chuchotant quelques mots.

Il est l'heure trésor ... L'heure de régler nos comptes...


Les yeux du Chiss s'ouvrirent au contact du métal froid, sans qu'il ait la moindre liberté de mouvement ; il reçut un violent coup sur la tête. Assez violent pour l'assommer pendant une paire de minutes.
Le trio alien profita de se laps de temps pour fouiller, le traître ainsi que le lit sur lequel il reposait.
Toutes infos, tout objets étaient bon à prendre.

___________________________________________________________________________________



Parfait ! La mise en scène était sublime. L’espace était vaste et "vide", idéal pour faire résonner sa voix et faire trembler sa future victime. Hélas, le lieu était trop éclairé à son goût, des lampadaires postés à intervalles réguliers et bien alignés dans toute la pièce. Elle s'occupa rapidement et facilement ce petit contre temps, sortant son blaster de sa main droite. Elle s’occupa de ses sources de lumière un peu trop gênantes, ne laissant qu’un halo de lumière au milieu de la pièce.

Lorsque la victime ouvrit les yeux, elle eut la sensation de sortir d’une longue léthargie, à la fois reposée et apeurée. Le lampadaire au-dessus de sa tête, lui donné un aspect de pièce de musée. Aurait-elle aimée s’enfuir ? Peu être, mais ses mains étaient attachées, ligotées comme des saucissons. Ses membres étaient noués à la chaise à l'aide de chaîne sur laquelle elle reposait et bien que quelque peu fin le Chiss ne pouvait pas bouger.

Il ne pouvait pas courir, ni s’enfuir

Enfin, enfin ses yeux couleurs rouge sang furent complètement ouverts et afin, il pouvait prendre pleinement conscience de son état actuel. Ne voyant aucune sortie la victime pouvait tenter désespérément de se libérer des chaînes qui la lie, au fond elle devait être assez têtu pour penser se détacher aussi facilement de ses entraves. Pourtant après plusieurs minutes à se débattre, il ne semblait pas vouloir s’arrêter, dis donc que ce traître est borné …. Un frisson parcourut l’échine de la Chiss. Peut-être une erreur au niveau des liens ? Mais rien, Sarwin ne pouvait qu’être coincé sur la chaise.

C’est alors que la voix grave d'Ariès interrompit le nouveau dans son action.

C'est peine perdue Rawnee...


Elle dit le nom de sa victime lentement et comme prévu la voix résonna dans toute la pièce.

La Tortionnaire parla comme une âme parlerai depuis le royaume des morts, une voix d’outre-tombe.

Essayer de t’enfuir ne sert à rien, c’est tout bonnement inutile


Place aux choses sérieuses, place au sang, aux larmes et aux cris de détresse. Place au monstre qui était tapi dans l’ombre et d’on la voix parcourait la salle comme un courant d’air. Le Chiss avait-il peur ? Etait-il foutu ?

Oui, dit-elle d’un ton glacial tu es foutue...


La Victime était-elle terrifiée ? Même l'Agente pouvait le sentir, ses bruits de pas s’approchaient vers sa proie qui arrêta de se débattre. D’abord, les contours de son corps, son léger sourire en coin, ses cheveux Noirs puis son habit en mauvais état, la victime voyait enfin son bourreau. La Chiss regardait le jeune homme comme un chien regarde son os ou son prochain repas. Prêt à goûter à son délicieux repas.

Bien, bien, bien par où commencer… ah oui je vais être franc avec toi tu vas mourir....


Elle s'interrompit quelques secondes avant de reprendre sur le même ton.

.... Sauf ! Si tu me donnes ce que je veux savoir...


Il trembla, se repliant au maximum sur lui-même comme pour se protéger. Qu’elle geste puéril et sans intérêt, cela ne changera en aucun cas la suite de l'échange. Les yeux de l'Impérial se délectèrent du spectacle avec une certaine avidité.
Elle était maintenant en face de sa victime, prêt à faire son travail et à avoir les réponses aux questions qu'elle se posait. La louve regardait sa proie de haut.

Un petit commentaire ?
Dit-elle amusée en disant ces mots.

Que pouvait-il bien dire ? Que dirait une personne dans ce genre de situation ? Certain pourrait penser à une phrase liant bravoure et honneur, mais ce n’est que dans les holos-films que cela ce produit, dans notre réalité il n’y a rien d’autre à faire qu’avoir un regard implorant de la pitié. Le Chiss donna corps et âme pour avoir un regard convainquant ; un regard qui pourrait le sauver, mais un tortionnaire n’est pas humain, un tortionnaire n’est pas touché par ce genre de regard.

La louve prit le menton du jeune nouveau pour la détailler sous tous les angles sous toutes ses coutures.
Elle se souvenait de ce visage, d'une partie de son nom, de l'exécrable individu qu'il avait été pendant son enfance... Un rival, un ennemi, un obstacle à sa progression. Le destin lui avait souri, elle avait enfin l'occasion de se venger. De montrer sa supériorité, sa domination.
La louve recula afin d’être de-nouveau dans la pénombre et hors de porter de ces yeux enragé ou apeuré.
Rawnee avait l’air déconnecté de son propre corps comme-ci il observait la scène à la troisième personne, impuissant face à son destin tragique. Un bruit sourd et métallique retentit dans la salle et un couteau se balançait de droite à gauche dans les mains de l'agente.

Tu es avec nous ? Houuhouu Jeune Homme !
Sinon… Ça va ?
Fier d'avoir sauver toute ces vies innocentes ? Hmmm ?


Elle tourna la tête à la cherche d’une autre chaise pour s’asseoir, mais elle ne trouva rien du regard, l’obscurité étant trop présente, Ariès n’avait pas marqué un point sur ce coup-là. L'agente décida de s’accroupir à la hauteur de sa proie.

Tu vois Rawnee, je me disais bien qu'aucun garde ne m'avais tiré dessus.
Tu savais que j'avais des doutes sur toi et tu m'as pourtant épargné ... Grosse erreur de ta part.

Dit-elle d’une air dégouté. Maintenant nous allons jouer à un jeu ... Rien que toi et moi ! Nous allons partager un moment fantastique tous les deux, tu vas voir.


Ses jambes devenaient lourdes, elle s’assit par terre, sa victime regardait désormais son bourreau de haut.
Elle souleva enleva son T-Shirt montrant les plaies recousues qu'elle avait dispersé par-ci par-là, ainsi que la blessure engendrée par le tir de blaster. Elle n'aurait jamais osé montrer son buste partiellement dénudé mais là la situation était différent.

Tu vois ça Hmm ?
Tu m'as fait ça ... Et oui ... Tu peux nier la vérité, je sais que tu as fait ça.
Comme le message destiné aux membres du Croiseur Consulaire...
C'est moche ... Attaquer une femme par-derrière quand même ...
Mais..

....Je suis conciliante et s'est donc pour ça que je vais te laisser une chance ! Une unique chance de te racheter.


Ariès soupira légèrement avant de recroiser le regard de sa victime.

Si tu réponds juste à toutes mes questions, tu sortiras d'ici vivant et je te laisserai même un petit vaisseau pour que tu puisses partir.
Dans le cas contraire, quand j'aurai fini de te cuisiner...
Je te laisserai au Boss et il s'occupera de toi personnellement et Dieu sait qu'il sait bien s'occuper des traîtres.

Tu vois ce couteau ? A chaque fois que tu ne répondras pas à une de mes questions ... à chaque fois que tu me mentiras ...A chaque fois que tu prendras trop de temps.
J'irai te faire du mal là ou tu m'as fait du mal... N'est ce pas merveilleux de partager la souffrance des autres ?
Tu souffriras comme moi j'ai souffert et tu regretteras de m'avoir fait ça ....
Ce serait un si gros gâchis d'abîmer un si beau corps non ?


Retournant une fois de plus dans l'obscurité la tortionnaire faisait virevolter le couteau laissant la lame trancher l'air. Créant un son qui ne pouvait que terrifier la victime.


Question simple .... Qui-es-tu ?


Elle s'approcha afin de lui murmure quelque chose à l'oreille.

Bien évidement je sais qui tu es, ton visage... ton regard désagréable ... comment l'oublier ?
Le jeune homme qui ne pensait qu'à la paix .... Pitoyable ... Mais je veux l'entendre sortir de ta propre bouche ...


Dis moi ton nom.

Pour qui travailles-tu ? Ne me dis pas un gang pirate, tu as eu pitié des civils... Ce n'est pas un comportement digne d'un pirate ça ...

Tu ne serais pas un républicain par hasard ? Le sentiment patriotique ne te serait-il pas monté à la tête ?

Et ...Que prévoyais-tu de faire après avoir essayé de me tuer ou du moins de me neutraliser...
Ton comportement m'a énormément intrigué....Quel est ton but ? Sauver les civils ? Être une taupe ? Nous détruire de l'intérieur ?


Modifié en dernier par Ariès le dim. 7 janv. 2018 02:40, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Sarwin Rost
#31055
Les yeux de Sarwin étaient lourd... très lourd... Il peinait à les ouvrir, mais lorsque qu'il réussit enfin, il fut éblouit, et presque instantanément il les refermas. Quelques secondes passèrent et ils les ouvrent définitivement, il la vois, Cyana, il est attaché, il s'en rend compte maintenant qu'il lui prend l'envie de lui mettre une droite, a cette... cette garce !

Malgré l'entrainement succins qu'il eût avec le Kaleesh sur Coruscant avant son départ, il lui fallut peu de temps pour comprendre qu'il allait subir un interrogatoire assez musclé...

Peu importais, il était prêt pour ça, mieux encore, il savait ce qu'il avait fait, il comprenait sa réaction, et était prêt à en assumer toutes les conséquences. Elle commençais à parler, à parler au lieu d'agir... qu'elle perte de temps... Cependant ces paroles ne furent pas inutile, car ces mots... cette façon de parler... cette agressivité constante... cette violence au quotidien...

"Ca y est je sais qui tu est !" Après tout ce temps à essayer de se rappeler qui elle était, tout était limpide pour lui il se souvenait d'elle par sa manière de parler de se comporter,il se souvient avoir eu un débat houleux en à l'école il y a longtemps sur Csilla, son absence soudaine s'était faite d'ailleurs remarquer. Il ne se rappelais pas de son nom exact, mais qu'importe ? Se dit Sarwin.

Il ne l'écoutais que trop peu faire son discours de méchante de pacotille, prête à tout pour paraître supérieur. "Elle espère vraiment m'intimider avec des techniques si basse ? Alors, elle n'a pas changée..."

Pendant qu'elle commençait à se déshabiller pour il ne sais trop quelle raison, il commença a chercher une issus du regard ou autres, tout était noir, mais dans chaque pièce il y a une entrée et une sortie. Dans le noir difficile de les voir, mais on entend bien le sifflement caractéristique et distinct du Trandoshan à gauche et autant dire qu'il est difficile de cacher, même dans la pénombre, un Besalisk aussi énorme que cet idiot de mécanicien...

Ravis de savoir enfin à quoi s'attendre il commença à écouter ce que la Chiss avait à dire de si intéressant...

Question simple .... Qui-es-tu ?

Bien évidement je sais qui tu es, ton visage... ton regard désagréable ... comment l'oublier ?
Le jeune homme qui ne pensait qu'à la paix .... Pitoyable ... Mais je veux l'entendre sortir de ta propre bouche ...

Dis moi ton nom.

Pour qui travailles-tu ? Ne me dis pas un gang pirate, tu as eu pitié des civils... Ce n'est pas un comportement digne d'un pirate ça ...

Tu ne serais pas un républicain par hasard ? Le sentiment patriotique ne te serait-il pas monté à la tête ?

Et ...Que prévoyais-tu de faire après avoir essayé de me tuer ou du moins de me neutraliser...
Ton comportement m'a énormément intrigué....Quel est ton but ? Sauver les civils ? Être une taupe ? Nous détruire de l'intérieur ?


Qui suis-je ? C'est bien la question que je pourrais te poser ! Je te connais, j'en suis plus que certains, je crois même me rappeler que nous étions à l'école ensemble.
Non non, ne t'énerves pas s'il te plait, pas encore, tu auras tout le temps de t'énerver plus tard.
Alors qui je suis je vais te le dire, Sarwin Rost et, avant que tu me demande "Qui est ton employeur ?", je suis en mission pour la Nouvelle République c'est vrai.


Pendant qu'il continuait son monologue, le Chiss commençait à se triturer les mains pour se détacher de la simple chaîne qu'elle avait utilisée, dans sa précipitation habituelle, elle avait oublié de prendre son temps, et donc utiliser une simple corde ne suffit pas pour attacher quelqu'un surtout quand c'est... si mal fait...

J'ai des doutes sur ton identité et personne depuis que je suis arrivé ici. Tu ma réellement marqué quand j'étais jeune, voilà pourquoi je me souviens de toi, les autres étaient inintéressant, mais toi, toi c'était différent, tu étai intelligente, tu te trompais, tu avais tort, mais tu était un intelligente et déterminée ! Alors je te propose une chose : discutons ! Nous avons tout notre temps, je suis sur que ta mémoire à mon sujet t'es revenue, donc autant continuer dans nos retrouvailles qu'en pense-tu ?


Sur cette dernière phrase le Chiss misait tout, il fallait gagner du temps pour la Flotte !

Post modifié suite au litige avec Ariès le 09/01/2018
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#31201
Je n'ai que faire de ton histoire...Je n'ai que faire de ta misérable existence ...


Trop sûr de toi petit Républicain, tu es trop sûr de toi ...

Il pensait être maître de la situation, illusion que tout ceci. Malgré ses remarques provocantes à souhait, Ariès eut un sourire en coin. Elle ne s'était pas trompée, il faisait bien partie de la République. Et le courage ou la folie d'on il faisait preuve ne tarderait pas à le quitter.
La Chiss eut le plaisir de le faire redescendre de son petit nuage, sans crier garde, elle porta un coup à sa victime du revers de la main. Un geste souple et direct qui ne rata pas sa cible bien au contraire.
Les lèvres du Chiss laissèrent voir des gouttes de sang perler.
Première blessure.


C'est moi qui parle !
Mais ... Tu n'as toujours pas répondu à ma question...


Il avait prit trop de temps...
Elle cogna de nouveau Sarwin, mais de l'autre côté du visage cette fois-ci. Sa tête bascula en conséquence. Le coup porté s'était fait plus vif et plus violent
La victime crache du sang alors qu'Ariès se dirigeait sur le côté. L'angle était parfait pour un coup dans le dos. Et CHLAK ! Une entaille apparu dur l'arrière flanc droit du Républicain.
C'en suivit une douleur vive à l'endroit en question sans compter le fin filet de sang qui s'écoulait de la longue plaie.

CHLAK !CHLAK !CHLAK ! Une multitude d'entaille firent saigner le Chiss, lui irradiant les côtes d'une douleur vive qui semblait mordre la chair.

Que comptais tu faire en venant ici ?!? Qu'elle est ton objectif ?!?


Toujours aussi silencieux .... Il finira par parler...Je n'ai pas beaucoup de temps devant moi je vais de voir accélérer les choses...

Elle fit tournoyer l'arme blanche du bout de ses doigts fins avant de s'arrêter à côté de la victime. La pointe du couteau s'enfonça lentement, petite à petit dans l'épaule du Chiss. Lui laissant le "plaisir" de savourer la douleur qui se propageait telle une ras de marée dans son bras, lui picotant jusqu'au bout des doigts. Millimètre par millimètre la pointe se frayait un chemin dans la chair jusqu'à ce que celle si s'arrête brutalement.

Toujours aussi silencieux ? Tu ne comptes pas parler ? Dommage ... Je ne compte pas m'arrêter alors.


L'emprise sur le manche de son arme se resserra de plus belle, Sarwin allait pouvoir sentir sa plaie s'élargir sans qu'il ait la moindre chance de riposter.
C'est ainsi que la lame se mit à lentement tourner sur elle même, élargissant la plaie en déchirant la chair, la douleur et le sang qui s'échappaient de l'orifice n'en étaient que plus exacerbé.

A quoi bon s'accrocher quand l'on n'a RIEN ?! Tu es coincé ici et tu N'AS AUCUNE CHANCE DE VOIR TES PETITS AMIS DEBARQUER ICI .... Soupire... Je suis quelqu'un de parole. Dit moi ce que je veux savoir et je laisserai partir...


Sa patience avait des limites et la fureur prenait peu à peu le pas sur la raison devant cet individu stoïque.
La pointe s'éjecta de l'épaule du Chiss et d'une main experte. Elle se dirigea vers l'abdomen du Républicain.

Bien ... A toi de choisir ton destin ... Le Mécano ... Le Lézard ... Tenez le je vous pris ....


La voix sifflante accompagné de la voix roque du Mécano esquissèrent dans un simple "ok, chef ".

Notre cher traître risque d'un peu se remuer .... Je compte sur vous pour le tenir... Et bien fermemant !


Sans aucune once de délicatesse les deux Alien empoignèrent le Républicain mettant un bras chacun sous l'une des aisselles du Chiss et refermant leur bras comme des étaux. Arrachant à Sarwin une grimace de douleur sentant sa plaie encore saignante rentrer en contact avec la peau écaillé du Trandoshan.

Bien ... Dernière chance ...


La pointe s'approchait dangereusement de la peau bleu ruisselante du traître.

A chaque fois que tu garderas le silence la pointe s'enfoncera dans ton ventre ... A chaque fois que tu parleras elle reculera ... Le choix est simple non ? A toi de choisir ...


Sans laisser au Chiss la moindre seconde pour réfléchir et faire une mise au point sur sa situation. La pointe s'approchait dangereusement du torse de Sarwin, le piquant tout d'abord avant de transpercer très légèrement la peau. Faisant apparaître une goutte de sang.

Tic Tac Tic Tac ... L'Horloge Tourne petit bleu ...

Ne rien dire est synonyme de souffrance, de cris, de larme... Le choix lui revenait, parler et ne pas endurer mille tourment .... Ou se taire et prendre le risque de voir le couteau s'enfoncer plus profondément dans ses entrailles au risque de le tuer...
Avatar de l’utilisateur
By Sarwin Rost
#31301
La vision de Sarwin se trouble... il a chaud... il a froid... rien ne vas plus...
Elle veut le faire souffrir et il le sais, aussi non elle se serais servis d'un cuter à fusion...
Un moment il ne ressentait plus la douleur, il voyait la lame sortir et entrer en lui à plusieurs reprises, dans plusieurs endroits...

Il s'évanouit un moment... 1...2...3...4...5... C'est le réveil ! En sursaut, une douleurs, non deux, peut-être trois ou encore plus !

Il a mal terriblement mal, mais il doit tenir... « Argh ! Bordel mais elle est complètement timbré cette garce ! » pensait-il, hurlais-t-il dans sa tête...

« Ok... D'accord... Tu veux la jouer comme ça, mais y'a pas de problème... Tu sais, c'était pas la peine d'aller si loin hein... » Disait-il haletant

Encore partit dans des palabres il vit son regard tourner au noir...

« Mais, y'a pas d'soucis... Vraiment pas... J'vais répondre à ta maudite question... Je, je suis envoyé ici par les Forces Spéciales pour espionner cette base de merde ! Y'a un des notre, un gars de la marine visiblement qui a réussit à retrouver votre base après quelques batailles... J'le connais pas si tu me pose la question ! J'ai seulement été en relation direct avec le Général Madine, c'est de lui que viennent mes ordres... »

Le Chiss mentait en grande partie, mais c'est la première fois qu'un de ses mensonges était si convainquant, était-ce à cause de la douleur ? Possible, quoi qu'il en soit il avait réellement le visage d'un homme dépité au fond du trou qui avait déjà trop souffert, et qui ne voulait plus s'impliquer.

« Bon, maintenant que je vous ai tout dit, qu'allez vous faire de moi ? »

Après tout ces événements et cette violence, il voulait par-dessus tout une bonne nouvelle, mais au fond il le savait, il n'allait plus rester ici très longtemps, car la cavalerie arrivait et il le savait...
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#31399
Le Républicain était suspendu aux lèvres de l'Agente, il était prêt à boire ses paroles ; ses yeux imploraient la pitié, le pardon. Tout type d'émotion qui était susceptible de le sauver.
Ariès se remémorait sans cesse la phrase du pauvre bougre qui ne pouvait que subir la situation sans avoir son mot à dire.

Bon, maintenant que je vous ai tout dit, qu'allez vous faire de moi ?

Espérait-il réellement voir la promesse de l'agente se réaliser ? Espoir de fou mais espoir quand même.
Après tout la Chiss savait très bien ce qu'elle allait faire, il n'en avait pas finit avec lui. Il allait devoir subir ce petit jeu encore longtemps, encore une fois.

Faisant un signe de la tête, le duo de gros bras détacha le supplicié qui s'écroula au sol. Sans même se retourner, l'Impérial ce dirigea vers la sortie. Clamant un dernier ordre avant d'attendre sur le pas de la porte

Amenez le à la Fosse....


Une légère hésitation immobilisa le Trandoshan ainsi que son compère mais voyant un regard noir pointé sur eux, ils n'eurent pas d'autres choix que d'obéir.
Enfin à la lumière du jour, le groupe de pirate déambula dans les couloirs jusqu'à ce qu'Ariès s'arrête brutalement avant une intersection.
Plaqué contre le mur de toute ses forces, elle semblait tout à coup faible. Les mains tremblantes, elles cherchèrent en tâtonnant les produits dopants.

Vite ... Une dose ... Mes forces me quitte, la douleur revient ... arghhh ... vite ....

Ayant enfin mit la main sur l'objet de ses convoitises, sans perdre la moindre seconde elle enfonça la seringue dans la cuisse électrisant son épiderme l'espace d'un instant. Reprenant peu à peu de la vigueur, elle ne put s'empêcher de se retourner en direction du Chiss lui lançant un regard chargé de haine et de rancœur.
Si elle avait su, elle se s'aurait amusée encore un peu plus mais le temps avait été écoulé.
Arrivé au turbo élévateur, elle laissa derrière elle le trio Alien et prit un autre chemin en direction des "appartements" privées du Boss.

Pendant ce temps, Sarwin fut trainé en silence le long des murs humides de la base. Les gros bras restèrent silencieux et impassible à toute réaction de la part de Sarwin.
Arrivé à la fosse, il fit un vol plané d'une paire de mètre s'écrasant lourdement sur le sol.
Il n'y avait qu'obscurité autour de lui, le scénario semblait vouloir se répéter et lorsqu'il put se remettre sur pied au bout d'un effort qui semblait surhumain et....

La lumière fut.

Eblouissant toutes les personnes qui se trouvaient dans la pièce y compris la taupe Républicaine.
Il avait un certain mal à faire une mise au point optique la lumière était particulièrement puissante, il était éblouit. Un brouhaha infernal semblait l'entourer l'assourdir, il avait l'impression d'avoir prit de plein fouet une grenade assourdissante.

Et oui cher confrère voilà LE moment que vous attendiez TOUS !
C'est l'heure de la Fossssee!


Les paris sont lancés ! Misez sur qui vous voulez ! Le Bleu peut être que dis-je le Traître qui travail pour la République !


Ouïe je sens qu'il va passer un sale mauvais quart d'heure celui-là ! Qui avons nous ensuite ?


Nous avons un Rhodien, un Akalish et un Trandoshan encore les rebus de la base qui ne mérite que le SAS. Allez souriez ! Vous avez une chance de vous en sortir !


Les cris se faisaient plus puissants, les spectateurs semblaient être des animaux enragés. Il fallait bien occuper les pirates pendant leur temps libre et rien de mieux que des combats d'arènes dans la "fosse" pour occuper les troupes tout en leur rappelant qu'il ne faut pas trop chercher la petite bête.

Comme dit la Bleu, il y a deux catégories de personnes.
Les Loups et les moutons !


Un bruit métallique retentit dans l'arène, voilà la seule chose qui allait peu être définir les moutons des loups.
Une seule arme, plusieurs individus forcés de se battre jusqu'à la mort pour sauver leur propre vie


Dans les appartements du Boss


Enfin arrivé dans les appartements du Boss, la Chiss entama une discussion avec son supérieur loin d'être très loquasse.

Y s'est passé quoi ? On m'a dit que ça avait couillé....


Le vaisseau a explosé.... et on a pas trouvé les civils....


Tu sais ce qu'y t'attendais si tu raté la Miss! Tu vas avoir le cul déchi...


...Madine


Le Boss resta abasourdie en attendant le simple nom de son rival.

Pourquoi tu cites ce sale fils de Bantha !


Il y avait un traitre parmi nous ...


Un traitre ....


Oui Boss, il travail pour Madine cette sale taupe a surement essayé de sauver le civil. Il ne m'a rien dit sur sa mission mais je pense qu'il était là pour saboter notre base ou quelque chose dans le genre. Il est entrain de se battre dans la fosse à l'heure qu'il est ....


J'vais écraser ce petit enculé de Chiss de mes propres mains c'est moi qui t'le dit la Miss ! Je vais lui éclater les couilles ...


Nous avons quelque chose à craindre de la part de Madine Boss ?


Et bien ....


Un vrombissement puissant secoua toute la station jusqu'à ses propres fondations.
Avatar de l’utilisateur
By Sarwin Rost
#31411
A L'ASSAUT


Image Mentorii Bel


La Flotte Bleue voyageait dans le tunnel bleu et blanc épileptique crée par l'Hyperespace, l'assaut devait être donné, les instructions du Lieutenant-Commandant Rost avaient été claire et précise. En l'abscence du Chiss c'était Mentorii Bel un homme originaire d'Alderaan, choisis personnellement par le Lieutenant-Commandant il devait diriger la Flotte selon les ordres de Rost qui voyait en lui un officier extrêmement prometteur, en effet le jeune garçon de 21 ans était très prometteur par son parcours scolaire, cependant son manque d'expérience "sur le terrain" lui faisait extrêmement peur, voilà pourquoi il avait décidé de co-diriger cet assaut avec Edgar Viks un Corellien de 27 ans bien plus expérimenté qui avait gagner ses galons, et qui contrôlait le vaisseau le plus armé de la Flotte.

ImageEdgar Viks


« Capitaine Bel ? Nous vous attendons sur le pont pour le briefing.
- Je suis en route Lieutenant »


Mentorii sortit de sa cabine et se dirigeas sur le pont, il était à bord du Boréal l'ancien vaisseau du Commandant Rost avant la création de la Flotte Bleue. Arrivant dans la salle de briefing il se trouvait face à 6 personnes en hologrammes au dessus de la table stratégique autour de lui il y avait quelques officiers inférieurs propres à son vaisseau.

« Le Commandant Viks et moi même avons réfléchis à un plan, nous pensons qu'il seras difficle au ommandant de sortir de la base pirate sans trop de problème, c'est pourquoi nous avons réfléchis à plusieurs alternatives. Mais tout d'abord laissez-nous vous informez d'une chose plus qu'importante.

- Oui, dans le message qui nous à été transmis, le Commandant Rost à affirmé que nous allons devoir sauver 4 capsules de sauvetages cachées dans les astéroïdes d'Alderaan, nous ignorons pourquoi elles sont là et peut nous importe, ce sont des Républicains et nous allons devoir les sauver. Ce qui je doit bien l'avouer change légèrement notre plan initial.

Je me chargerais de cette mission. Capitaine Ch'iks vous m'accompagnerez. »


Le Duro hocha la tête

« Commandant Ser'vann, vous et votre escadron devrez protéger les B-Wings de l'escadron Tempête, qui effectueront des bombardements sur la surface de l'astéroïde dans un premiers temps.

- Leader Foudre, vous et vos A-Wings devront nous escorter et nous protéger pendant que nous chargerons les rescapés à bord de nos Corvettes.

- Le reste de vaisseaux resteras en retrait tirant sur tout ce qui bouge, une fois l'évacuation des civils effectuée nous pourrons passer à la phase 2 du plan. Vous en apprendrez plus une fois sur place. Tout le monde à compris ? Nous vous envons un résumer du plan d'attaque. »


Chacun des officiers présent hocha la tête et la communication se coupas brusquement. Il ne fallut que quelques secondes aux différent vaisseaux pour qu'ils sortent de l'hyperespace, à peine arrivés tous les chasseurs, bombardiers et intercepteurs sortirent du ventre de la Frégate Corona, la bataille allait enfin pouvoir commencer...





Au même moment dans la base pirate

Sarwin était là, au sol... La... la Fosse c'est ce qu'elle a dit ? Il était tombé dans les vapes peu de temps après, qu'il est tout révélé à la pirate, ou du moins tout ce qu'elle croyait être vrai...

D'un coup, il fut éblouit par une vive lumière émanant de partout à la fois, il se relevas, et vis qu'il était dans une sorte d'arène comme celles que l'ont trouve sur Géonosis, il y avait du bruit, beaucoup de bruit, dans les gradins des centaines de pirates étaient là pour assister eu spectacle.

Il n'était pas seul, un Rodien, un Aqualish et un Trandoshan était là, ce dernier avait le plus de chances de survivre, au centre de l'arène il y avait 4 armes, le Trandoshan bondit pour attraper le bâton électrique, une arme datant de la Guerre des Clones. Sarwin s'empressa également d'aller chercher la seule arme qu'il connaissait un temps sois peu : Un fusil blaster DC-15 datant de la même époque.

Les deux derniers aliens étaient perdus, il n'étaient certainement pas des combattants, s'approchant du centre, le Rodien pris la sacoche pleine de grenades, et l'Aqualish prit l'arbalète laser, une arme puissante mais très difficile à manier.

Ils comprirent de quoi il allait en retourner il devaient se battre, se battre pour leur vies. Le Trandoshan frémit de plaisir avant de se mettre en posture de combat, le premier à ouvrir le feu fut l'Aqualish terrorisé par le Trandoshan, il lui tiras dessus une fois, celui-ci absorba le coup avec son arme énergétique. Et sauta pour s'approcher de sa cible.

Le Rodien se saisit d'une grenade dans son sac et l'envoya vers Sarwin, celui-ci eût in extremis le temps de la détruire en vol avec son arme. L'explosion fut-elle qu'elle toucha légèrement le tandoshan qui se battait entre deux face à l'Aqualish, sauvant temporairement ce dernier d'une mort certaine.

Le reptile tombé à terre pris le Rodien pour responsable, et lui sautas à la gorge, avec ses griffes il lui déchiquetas violemment la gorge. En même temps l'Aqualish maintenait la gâchette enfoncée, chargeant don arme à pleine puissance, il tiras sur le Trandoshan, le tire loupas de peu sa cible, mais le tir fût tel qu'il fit tomber en arrière le tireur qui se retrouvas bientôt avec 1000 Volts dans les veines, achevé par le Trandoshan.

Sarwin prit son temps pour analyser les combattants avant de se retrouver nez à nez avec le reptile. Je ne suis pas prêts pour ça, bon sang, Bel où êtes vous !? A peine le Chiss eût-il à penser cela qu'une enorme explosion retentit dans la base, suivie d'une autre, puis encore d'une autre et ainsi de suite... La base était attaqué.

La panique gagna le public qui s'empressa de sortir pour aller combattre ou s'abriter, Sarwin profitas de ce moment pour courir en direction de la sortit, éliminant le derniers garde de la Fosse qui restait. Il se retournas pour poursuivre sa course et se retrouvas face au Trandoshan qui le regardait droit dans les yeux d'un air de défi...

« Nous n'en n'avons pas fini, Chissssss »

Fit-il de sa langue sifflante.





Dans l'espace

La Flotte était en mouvement selon le plan, les B-Wings d'Adriss Hanto bombardaient sans relâche la surface de l'astéroïde qui contenait le Q.G de la base pirate, l’attaque fût si soudaine qu'ils ne furent pas empêché, mais bientôt l'escadron Vermeille de Ser'vann allait avoir du pain sur la planche, 1 escadron de chasseurs Ixiyen venait de décoller des astéroïdes proche.

« Ici Verm' Leader, des chasseurs viennent de décoller au point .635 Verm' 8 vous les voyez ?

- Oui Verm' Leader, ils sont 12, y'a un escadron entier, il se dirigent sur vous Tempest Leader

- Bien reçus Verm' 8, Ser'vann vous nous protégez ?

- Bien-sûr Hanto. En formation défensive autour des B-Wings les gars, allez ! »
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#31508
Une secousse puis une autre et encore une autre ! La base semblait trembler depuis ses fondements jusqu'aux plafonds perchés à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.
Impossible de pouvoir tenir debout sans voir son centre de gravité changer après chaque séisme. Des vrombissements puissant se firent entendre semblant provenir des tréfonds de la terre. S'en suivirent des explosions venant cette fois-ci d'un lieu fréquenté, la "Fosse". Endroit putride ou les pirates renégats ou irrespectueux des "consignes" luttaient jusqu'à la mort en espérant pouvoir être réintégré à quelconque un équipage.

La situation était chaotique, l'attaque surprise avait provoqué une vague de terreur et d'incompréhension dans les rangs pirates. Certains courraient dans tout les sens, d'autres essayaient de profiter du chaos ambiant pour régler leur compte ou bien de voler un maximum de vivre, crédit, boisson avant de se faire la malle. Le Chaos est une échelle comme disent certains.
Un véritable raz de marée se déplacé en direction des hangars, certains se faisaient piétiner à mort. D'autres avaient le malheur de recevoir "malencontreusement" des coups de couteaux venus de nulle part.
C'était une véritable cohue, une course effrénée pour savoir qui serait le premier à quitter cet astéroïde poussiéreux et à la durée de vie tout de suite incertaine.
Dans leur empressement certains vaisseaux s'accrochèrent lorsqu'ils sortirent de l'hangar, la précipitation amena plusieurs vaisseaux à leur perte. Se rentrant dedans par accident, toute cette attention s'accumulait petit à petit. La base commençait à monter dangereusement en pression, goutes après goutes le vase se remplissait. La goutte d'eau allait-elle faire déborder celui-ci ?

Dans les appartements privées du Boss


Une violente secousse fit "tanguer" la pièce dans lequel se trouvait le Boss et l'Impériale. Les verreries, les trophées, les boissons de luxe, les blaster et autres armes blanches se répandirent sur le sol avec fracas.
Le confort dans lequel le chef de la bande pirate été semblait se consumer tout au tour de lui. Le regard écarlate d'Ariès croisa celui du Boss, elle pouvait y voir un véritable incendie de rage, de haine, de violence à l'état pure. Le spectacle était presque terrifiant, la chose était nouvelle. L'espionne avait déjà vue l'humain avoir un excès de colère mais là... la colère était devenue un mot trop faible pour décrire la rage qui bouillait en lui.

Hurlant, aboyant comme un animal en furie. Le boss cria à en s'exploser les cordes vocales:
MADINE DE VAIS T'EXPLOSER TA SALE TRONCHE DE CHIURE TOUT DROIT SORTIE DES ENTRAILLES DE TA P#TE DE MERE !
Il reprit son souffle avant de prendre une voix plus gutturale.
Prépare toi à vomir tes tripes enfoiré....


Se jetant sur ses armes comme un homme à la noyade se jetterait hors de l'eau pour reprendre son souffle, la Chiss profita de ce court instant pour prendre la poudre d'escampette.
Elle ne voulait pas prendre le risque de voir le Chef lui faire la peau après l'avoir vu dans un tel état de colère. Un colère noir qui altérait ses sens et qui le rendait imprévisible et terriblement dangereux.
Rester dans la base était synonyme de mort, il était donc impératif pour l'agente de partir de cette base en perdition le plus rapidement possible. Mais comme tout agent, il était primordiale pour elle d'effacer ses traces.

Un agent de l'Empire se doit être invisible en toute situation même les plus désespérées, elle devait donc trouver un moyen de s'occuper de membres d'équipages du Sorrow. Elle avait déjà une idée en tête, avec un minimum de chance. Ariès pourrait se débarrasser de l'équipage en une seule tentative, elle se devait d'être un spectre, un fantôme. L'on pouvait la voir mais l'on ne pouvait la toucher.
S'armant d'un blaster de la main droite tout en ce faisant une perfusion de la main gauche, elle se dirigea vers le dépôt d'arme.
Un énorme tremblement fit chuter la Chiss qui se releva, il fallait s'activer le plus vite possible.

Tic Tac Tic Tac

L'horloge tournait à vive allure il fallait presser le pas, les fondations tenaient mais pour combien de temps ?
Il fallait faire disparaître les traces, empêcher l'ennemi de récupérer le butin si durement acquis. Le dépôt de munitions devait disparaître... enfin celui-ci. Il y en avait tellement.
Lorsque ce dépôt d'arme et de munition aura explosé, les alentours serait pulvérisé en une fraction de seconde sous l'effet de l'explosion. Les dégâts et les morts seraient colossaux, ils seraient tous réduits à l'état de cendre en un éclair.
Arrivé là-bas l'agente prit un des nombreux sac qui trainait là, elle remplit celui-ci de détonateur et autres explosif en tout genre. Tout comme la base pirate, les gêneurs que représentaient les membres du Sorrow seraient pulvérisés eux aussi dans une explosion.
Il mourrait pour "la bonne cause" dans une attaque perpétré par un des leurs membres.
Elle dissémina des explosifs par ci par là tout autour d'une "montagne" de munition, de quoi faire un sacré "feu d'artifice".

Acitvant son datapad, elle lança un appel commun à tout l'équipage du moins ce qu'il en restait....

Equipage du Sorrow vous me recevez ?! Vous êtes toujours debout ?
Le Belasik fut le premier à répondre.
Ouais à peu près Chef !
%#!?/*
La chauve sourie sur patte est là aussi, moi aussi je suis là par contre ....
S'est pas le moment de faire du sentimentalisme dit moi qui est encore en vie !
Juste nous patron ...la Twil'ek et le Trandoshan sont mort ensevelis dans la fosse...
Le .. le reste est mort dans l'explosion qui a suivit la première secousse ...
Un long soupir plana pendant de longue seconde.
Bien .... Je vois.... Si peu d'entre nous ont survécu...Rejoignez moi au Hangar 4-5A78.
J'ai un accès réservé à celui-là. Il doit y avoir une Canonnière AEG-77 Vigo & 1 Chasseur Ixiyen...

Ok Chef ! Je me bouge le cul !
Je vous rejoins avec le petit gars
!?/* %#
Hey ! La ferme ! C'est pas ma faute si ta mère a pas été foutue de te donner un nom simple. Ton putain de nom est trop compliqué à dire alors la ferme !


Plus que deux seringues, le stock s'épuisait à vue d'œil. Il fallait s'économiser le plus possible. Enfin arrivé au Hangar 4-5A78, la Chiss vit le Belasik, l'homme chauve sourie et le dernier amateur d'explosif encore vie.
Dire qu'elle s'attendait à tomber sur l'équipage au complet, le malheur des uns fait le bonheur des autres comme dit le proverbe. Ils avaient tous le visage fermé, triste, agars. Le chagrin les accablaient, malgré la froideur certaine qui remplaçait son cœur par un bloc de glace. Elle ne pouvait s'empêcher de regretter la mort des membres d'équipage ainsi qu'aux morts à venir...

Déverrouillant la porte du hangar, elle put décompresser voyant que les deux vaisseaux étaient encore là et dans un état convenable même si la Canonnière AEG-77 Vigo semblait avoir subit quelques avaries.
L'amateur d'explosif se gratta la tête voyant l'Impériale en possession d'un sac au contenue mystérieux.

Hey ! La ferme ! C'est pas ma faute si ta mère a pas été foutue de te donner un nom simple. Ton putain de nom est trop compliqué à dire alors la ferme !
Ce sont des objets de grandes valeurs, de quoi nous permettre de tenir un mois ou deux. Je sais que c'est mal de piller sa propre base mais il faut se rendre à l'évidence. Si le Boss décide d'attaquer les salauds qui nous attaques.... Ce qui est fort possible, il faudra fuir. Alors autant avoir une source de revenue pendant un peu de temps histoire de pouvoir retomber sur nos pattes..
De toute façon qui nous dirait que ça lui appartenait ?
Personne ... Bon vous 3 allez dans la Canonnière je prend le Chasseur.
Chef ?
Quelqu'un doit bien garder un œil sur vous au cas ou des ennemis s'approchent de vous.
C'est risqué pour moi mais ... je prends le risque. C'est au chef d'équipage de protéger ses membres et pas l'inverse. A chaque mission j'ai placé ma confiance en vous alors faite de même.

!?/* %#
C'est rare mais pour une fois je vais être d'accord avec cette boulle de poils...
!?/* $[+£
Ok, ok compagnon ça te va ?
k*ma#
On est d'accord Chef.
Bien, je vais rapidement vérifier le croiseur, il a subit des avaries alors va falloir colmater tout ça...
[/color]


Le mécano hocha de la tête en guise d'acceptation.
Dans la canonnière, les membres d'équipage se séparèrent, les deux aliens qui ne s'entendaient guères décidèrent d'aller au poste de pilotage n'arrivant pas à se mettre d'accord sur qui devait piloter.
Le Belasik lui comme a son habitude se rua sur dans la salle des commandes de tir, le lieu qui avait subit le gros des avaries. Tandis qu'Ariès prit la direction de la salle des machines, point névralgique du vaisseau, si il venait à exploser tout le reste du vaisseau suivrait.
Le Sol était parsemé de grillage, planque inimitable utilisé pour faire passer des objets de contrebandes. Lieu difficile à repérer même pour un pirate aguerrit, cachette parfaite pour cette attaque à l'explosif.
Faisant un dernier check afin de dissimuler le sol grillagé sous une épaisse peau de Bantha Graisseuse trop souvent utilisée pour étouffer le bruit des moteurs. Elle en avait finit avec ce vaisseau, le voir se disloquer dans l'espace ne serait qu'une question de temps.

Chacun rentra dans son vaisseau respectif. L'amateur d'explosif prit place dans une console de de tir tandis que le mécano dut conduire bien malgré lui. L'homme chauve-souris lui marmonnait dans sa barbe un dialecte incompréhensible. Hélas pour lui, il était bien trop petit pour piloter ou prendre place dans une des consoles de tirs.

Allez y je vous suis, je couvre vos arrières. Chef Terminé
Compris Chef on met les gaz pour se tirer de se cailloux de merde. Allez les gars accrochez vous ça va secouer !


Les deux vaisseaux prirent le large laissant derrière eux la base pirate toujours en proie au chaos.
La guerre faisait rage, maudit républicain, maudit soit ce Chiss. Il avait dut informer sa Flotte de la position exact de la base. Qu'il périsse dans l'enfer qu'est devenue celle-ci !
A toute allure la Canonnière AEG-77 Vigo & le Chasseur Ixiyen entamèrent le long contournement de la base pirate. Il fallait fuir le plus loin et le plus vite possible au diable les autres, ils n'avaient pas qu'à suivre aveuglément leur maitre. C'était chacun pour soit chacun pour sa peau !
Tandis qu'ils faisaient leur petite traversé "tranquillement" un tir passa à quelques centimètres de la canonnière.

A l'autre bout du file l'agente pouvait entendre le mécano lâcher un juron.
Voilà qu'ils étaient pris en chasse par un de leur confrère, c'était le monde à l'envers ou quoi ?!
L'homme chauve sourie hurlait semblant courir dans tout les sens apeuré par la situation.

La ferme on a compris !
Chef y a un enfoiré de confrère qui a une dans contre le mécano et j'ai bien l'impression qu'il veut nous faire la peau ...

La situation était plus qu'embêtante. Voilà que les vielles rancœurs ressortaient au pire moment...
Occupez vous d'attirer son attention, je m'occupe de lui !
Bha dépêchez vous parce qu'on va pas tenir longtemps!


Magner un Chasseur Ixiyen était loin d'être une chose essaie, réussissant à se positionner derrière le gêneur qui ne pensait qu'à faire la peau au pilote de la canonnière.
Ariès tira une salve qui manqua l'ennemi. Le système de visé était légèrement différent et s'y habituer était quelque chose qui n'était pas facile surtout dans cette situation compromettante.
Voyant qu'il ne craignait rien, le pirate continua d'ouvrir le feu sur la canonnière qui fut toucher cette fois-ci.

Hey vous faites quoi Chef bougez vous de le dégommer on va pas tenir sous se feu nourrit!


Se concentrer, prendre son temps, respirer c'était la clef. Se concentrant sur sa cible, la Chiss ne cligna pas une seule fois des yeux. Les mouvements de son adversaire lui semblait tout de suite plus lent, le toucher semblait être plus facile.
Mais malgré un ton de concentration accrue, elle rata de nouveau. La prise en main n'était pas optimale et il fallut encore deux autres tentatives pour voir l'ennemi s'éparpiller en morceau.



Ahaha! Bien joué, vous l'avez bien explosé ! On y est presque bon sang ! On va s'en sortir.
Le ton de sa voix se faisait plus sombre.
Je ne pense pas...
Pourquoi vous dites ça Chef ? On est hors de danger, on est hors de porté on va pouvoir se faire la malle !
C'est ... compliqué le Mécano...
Dites toujours chef.
Tu vois le "butin" ?
Oui le butin qui va nous permettre de tenir et alors il a quoi le butin ?
Ce n'est pas un butin... c'est des explosifs...
Qu'est ce que vous me racontez là Chef ?
Oui, il y a bien des explosifs dans votre vaisseau et j'ai le détonateur dans la main.
Chef ...La voix semblait se briser....Pour... Pourquoi ? Après tout ces missions ... pourquoi ?
Vous n'avez été depuis le début que des pions, des pions que j'utilisais à ma guise et aujourd'hui votre utilité touche à sa fin...
Sa main serrait de plus belle le détonateur, elle semblait hésiter. Mais il était trop tard pour faire marche arrière après de telle révélation. La canonnière ouvrirait le feu sur son vaisseau.
Adieu, le Mécanno ...
Sale Garc....


Reculant au maximum, elle appuya sur le détonateur qui fit exploser les moteurs et de file en aiguille le reste de la canonnière. Appuyant sur le second détonateur, elle fit sauter le dépôt de munition. Carbonisant sur son passage tout individu se tenant à proximité dans un rayon d'environ 100 mètre.
Voilà une problème de réglé, le cœur serré et la gorge nouée. L'Impériale avait faite ce qu'elle devait faire pour assurer son anonymat. Effacer les preuves, redevenir invisible aux yeux de tous. Il ne resterait qu'un individu qui se souviendrait d'elle, le Républicain. Son souvenir d'elle devait être cuisant et resterait avec un peu de chance imprégné au plus profond de lui ; imprégné dans sa chair et dans son sang.
Le chasseur Ixiyen faisait donc cavalier seul désormais, il était loin du champ de bataille. Elle pouvait remercie la rage du chef de la base pirate qui avait dans un excès de colère occupé le gros des troupes de la République. Laissant au duo précédent du répit.
Il était temps de rentrer à la maison et de laisser la République se charger des pirates.
Avatar de l’utilisateur
By Sarwin Rost
#31597
Dans l'espace - Ambiance !

L'escadron de Chasseur Ixyien filait à toute vitesse en direction de la colonne de chasseurs et de bombardiers, le réel affrontement allait pouvoir commencer...

« Verm' 4 derrière vous 2 chasseurs
- J'les vois, ça va pas être simple de les semer !
- Doucement Rocks, j'suis derrière

Ser'vann tiras 3 salves de ses canons lasers en forme de X et détruit en un clin d’œil les 2 pirates

- Merci Commandant...
- T'en fais pas pour ça mon p'tit !
- Escadron Vermeil ils intensifient leur attaque sur les chasseurs de tête
- Ici Verm' 6, j'y vais
- Verm' 2, j'te suis

Les 2 chasseurs s'alignèrent, il volaient somptueusement ensemble l'un à côté de l'autre pour rejoindre les B-Wings menacés.


- Ici Tempête 2, dépêchez vous les gars, ils arrivent vite !
- On arrive !
- Plus vite, plus vite, plus vite !!
- Feu Bax !
- Je... ARRGH !!!

La radio se coupe.


- Tempête 2 y est resté
- Ici Verm' 10, j'ai été séparé du groupe, j'suis en difficulté là !
- Ici Verm' 9, j'vous vois Verm' 10
- Ils sont tous sur moi ça v...

Une explosion illumine les vaisseaux aux alentours


- On a perdu Verm' 10 les gars...
- Ici le Capitaine Viks, à tout les chasseurs et bombardiers, repliez-vous, je répète, repliez-vous !
- Leader Vermeille, bien reçut Capitaine
- Ici Leader Tempête, à vous ordres »


Comme un coup de fouet, la chaîne de vaisseaux monoplaces se courba pour rejoindre l'arrière du champ d'astéroïdes où se situaient les différents vaisseaux de combats lourds, le point de replis avaient été fixé, légèrement au-dessus de ces vaisseaux à 700 mètres d'eux environ.

Arrivé au point de rendez-vous le Commandant d'Aile Garrik Ser'van, fit légèrement pencher son X-Wing pour observer un peu plus en bas... Le gros de la cavalerie était arrivée, sortit tout juste des hangars qui se situaient visiblement dans les 2 astéroïdes autour du principal, 2 Corvettes Crusader et 1 Frégate Intercepteur IV était en position d'attaque et fonçaient droit sur la flotte d'attaque néo-républicaine !

« Commandant, la plan de bataille change, si nous voulons mener à bien cette mission nous devons détruire ces vaisseaux là !
- Compris Capitaine Viks ! Hanto, envoyez vos bombardiers sur l'Interceptor IV, ses missiles sont dangereux pour nos croiseurs !
- Oui Commandant !
- Nous vous couvrirons !
- D'accord mais Garrik, faites attention à vous
- Comme d'habitude Adriss.
- Que la Force soit avec vous !
- Avec vous aussi ! »





Sarwin regardait le Trandoshan dans les yeux, son cœur battait très fort, et vite, il entendait son cœur résonner en lui, son œil vif typique des Chiss allait lui servir. Le Trandoshan serrait ses griffes, elles créaient de profondes rayures dans le sol, il montrait les crocs, ses yeux jaunes étaient emplis de fureur et de haine.

Le lézard commença a se déplacer sur le côté, le néo-républicain fit en sorte de toujours rester face à son ennemi, prêt à toutes interventions, son adversaire frissonna et fit sortir sa langue comme un serpent. Il va attaquer. Et d'un coup le Trandoshan s'éleva dans les airs en un saut spectaculaire, Sarwin l'arme au point braqua d'un coup celui qui était près d'1 mètre au-dessus de lui dès à présent et lui tiras 3 coups dans le corps.

Le lézard retombas lourdement au sol juste devant le Bleu, la langue sortit et le corps encore fumant, 3 marques noire carbonisées dans le dos. Piouf, je ne pensais pas que l'entraînement de l'autre barge m'aurait servit...

La place était maintenant définitivement déserte, l'officier se ruas à l’extérieur, il suivait le sens de la foule pour essayer de trouver un hangar. Il courras dans la station, son arme chargée et lui prêt à tirer, pendant 30 minutes, il arrivas enfin un hangar où visiblement ils entreposaient des navettes lambdas volées.

En arrivant une navette décollait et filait déjà dans le noir de l'espace, il vit 3 hommes embarquer ce qui semblait être des caisses remplies à ras bord dans la dernière navette encore posée au sol...




A une trentaine de kilomètres de là, les deux corvettes CR-90 et l'escadron d'A-Wing fouillent un petit amas éloigné d'astéroïdes à la recherche de quelques capsules de sauvetage...

« Capitaine Bel ?
- Oui ?
- Nous avons repérer une carcasse d'un croiseur de classe République ainsi que de nombreux débris autour, peut-être les capsules de sauvetages que nous cherchons se trouvent dans cette zone.
- Elles y sont sûrement, cap sur ces coordonnées que tout le groupe de recherche s'y dirige. »


La quinzaine de vaisseau mis un petit quart d'heure à trouver les rescapés, il les firent embarquer un à un dans le vaisseau de Mentorii Bel. Ce dernier engagea la conversation très tôt avec ce qui semblait être le capitaine de l'autre vaisseau détruit.

« Merci Capitaine, de nous avoir recueillis.
- C'est bien normal
- Je vais vous demander de faire part de la plus grande prudence Capitaine, une autre capsule de sauvetage était avec nous, mais nous nous sommes séparés comme nous avons dur nous laisser dérivé, et il y a quelques minutes nous avons vu des vaisseaux patrouiller, nous craignons qu'ils aient été tué par ces maudits pirates ! »

SIGNAL D'ALARME

« - Monsieur ! Fit un officier en interrompant la conversation. Canonières AEG-77 Vigo repérées dans le secteur 28 ! »
Avatar de l’utilisateur
By Ariès
#31749
La machine de guerre venait d'être lancée. Après la cohue et le chaos qui avait secoué la base pirate jusque dans ses fondements, les pirates s'étaient ralliés, ils étaient unis mais pas sans une certaine difficulté. Ils ne formaient plus qu'un seul groupe, un groupe puissant, compact et ultra dangereux. La flotte pirate semblait bouillonner de l'intérieur, la tension, la peur, la haine autant de sentiment ambivalent qui les rendaient imprévisibles ; la République avait fait l'énorme erreur de réveiller la bête. La Flotte bleu allait gouter au courroux pirate, il allait être implacable et sans pitié !
'Tout' les pirates encore en vie étaient rangés sous une seule et même bannière, ils étaient 'tous' sous les ordres d'une seule et même personne. La personne qui haïssait de tout son être "l'espèce Républicaine", ce n'était d'autre que le Boss, le Chef de la base, la bête sanguinaire. L'homme qui n'avait cessé de proférer des menaces et des insultes à l'encontre de la flotte bleu. Tout les pirates connaissent sa rage et sa colère légendaire mais malgré celle-ci, certain d'entre eux avaient quand même fui. Ils avaient tenté leur chance, espérant s'en sortir en fuyant le combat.





A quelques encablures de la base.


Le gros de la cavalerie pirate était arrivée, 2 Corvettes Crusader et 1 Frégate Intercepteur IV furent les premier à être en position d'attaque et fonçaient droit sur la flotte d'attaque néo-républicaine tandis que le que le reste des troupes les suivaient. La Frégate Vengeance dirigeait par le Boss restait bien sagement derrière, à l'abri des tirs qui pouvaient l'atteindre. Elle se positionné de telle manière qu'elle pouvait avoir un visuel partiel sur la flotte ennemi tout en étant en partie protéger. Son Manteau-Bouclier s'occuperait d'être tir qui ne pourrait pas être "filtré" par les vaisseaux qui se trouvaient devant lui. Le Chef commença à galvaniser ses troupes tout en leur insufflant un élan de courage et de rage.

Regardez les ! C'est chiens de la République, ils se font dessus comme des bébés Rancor ! On va pas tarder à voir les blancs de leurs yeux, n'oubliez pas les gars ! AUCUNE PITIE, PAS DE CARTIER ! VOUS ME LES DEZINGUEZ TOUS SANS DISTINCTION !
C'est ICI qu'ils ont connu leur plus grande défaite c'est ICI que l'Empire a latté les couilles de la République et on va faire PAREIL !


Ainsi donc la cavalerie pirate commença sa ruée vers la flotte bleue tout arme dehors, les moteurs marchant à pleine puissance. Canons lasers, canons ionique, lances missiles, lance-torpilles à protons ; tout l'arsenal pirate était paré à faire feu sur l'ennemi. Prêt à le dissoudre sous un déluge de tir, de missile et autres torpilles ou ions en tout genre.
Chasseur Rihkxyrk, Ixiyen,StarViper et Vedette Skipray étaient sur les flancs des Canonnières, Corvette, Interceptor ainsi que la Frégate Vengeance ; se chargeant de protéger ceux-ci de toutes attaques ennemis. Quand à la cavalerie blindée, elle se chargeait de pilonner sans relâche les positions Républicaines. Faisant tout pour disperser celle-ci, tenir ses positions lorsque vous recevez un déluge de laser et de torpilles et assez compliqué.
Le Boss comptait bien disperser la flotte bleu afin de les pulvériser petit groupe par petit groupe.

La pluie de grêle et de feu se calma lorsque le l'Interceptor IV fut prit pour cible, la stratégie employée changea radicalement. Les 2 Corvettes Crusader qui entouraient l'Intercepteur IV braquèrent leurs armes vers le danger qui s'approchait à toute vitesse.
Ceux-ci activèrent sans attendre leur Laser de Défense (Anti-Missiles et Anti-Torpilles), un escadron de Chasseur Rihkxyrk et de StarViper convergèrent vers la position de l'Intercepteur. Il se chargerait de descendre les uns après les autres les X-Wing qui protégeaient leurs bombardiers. Le chef de L'Intercepteur IV se chargea d'envoyer un message à toute l'équipe qui lui portait secours.

Les 2 Corvettes Crusader aidaient moi à descendre c'est putain de bombardiers ! Activaient toutes vos défenses laser ! Anti-Missiles ! Anti-Torpilles ! JE VEUX QUE TOUTES VOS ARMES PROTEGENT L'INTERCEPTEUR !
Quand aux deux escadrons éliminaient aux plus vites les pècnos qui les protègent, JE VEUX VOIR LEURS BOMBARDIER REDUIENT EN CENDRES !


Le dirigeant du vaisseau prit pour cible était prit de sueur, il avait peur et il avait bien raison ! Les bombardiers représentes un risque sérieux et ne pas à prendre à la légère.


Boss ont est dans de la merde de Bantha là ! Et jusqu'au cou !

Qu'est ce que tu me racontes abruti ? Tu vas me laisser dérouiller c'est fils de Hutt OUI !

Arghhh... Tu me fais chier Naikeur c'est quoi le problème ?!

Et bien... heu... heu ... Il y a des ...

GROUILLES TOI ! J'ai pas TOUTE LA JOURNEE !

Des bombardiers arrivent vers l'Interceptor et ils sont bien défendu chef !

Héee bhé tu vois ! C'est pas compliqué quand tu veux ! Et le troufion à droite ?!

Ou...ouii.... ???

Bouge tes petites fesses de Twi'lek et active les 4 tourelles à hyper vélocité ! Shoot moi ces bombardiers qui me gâchent le paysage !

Oui boss !

Arrête de parler troufion ! Agis au lieu de pialer !

Oui ... oui, oui...

Tu vois Naikeur ! Suffit juste de demander !

Oui... Boss...


Les Bombardiers et leur cortèges n'allaient pas tarder à être reçu comme il se doit. Reçu à la manière pirate !
Une manière brutale et sans merci ! Tout les systèmes de défenses étaient parés à tout problèmes, les escadrons étaient partis chasser les X-Wings tandis que l'Interceptor et les 2 Corvette Crusader tiraient sans relâche sur les Bombardiers. La Frégate Vengeance, elle tirait dans le tas ne faisant pas la distinction entre les Bombardiers et le cortège défensif.
Quand aux restes de la flotte pirate, les 5 Chasseur Rihkxyr, les 5 Vedette Skipray et les 2 Canonnière AEG-77 Vigo s'occupèrent de protéger la Frégate Vengeance tout en tirant de loin sur le reste de la Flotte Bleu. La flotte pirate se protégeait mutuellement tout en faisant des attaques groupes sur des ennemis bien distinct. C'était quelque chose de typique chez les pirates, malgré leurs manières rustres et violentes ; si ils savaient bien une chose. C'était que l'esprit d'équipe était le plus important que tout et ils étaient synchronisés ... A leurs manières mais ils étaient efficaces et mortels à souhait !


----------------------------------------------------------------------


A une trentaine de kilomètres de là.


Une Canonnière AEG-77 Vigo s'était détachée du lot. Le ou plutôt les maîtres de bord n'étaient autre qu'un duo de Dévaronien qui s'était fait la malle avec un bon gros paquet de crédit et un stock entier de munition et arme en tout genre. Préférant fuir à couvert et loin des regards indiscrets, il se faufila discrètement dans le champ d'astéroïde. La canonnière était accompagné de 5 Chasseur Rihkxyr, les 3 Vedette Skipray, tous des renégats. Ils avaient bien raison, s'enfuir le plus loin possible était la chose la plus sage à faire. Tout d'abord parce que ça les éloigneraient de la flotte de la République mais aussi ils ne subiraient pas le joug de la colère du Boss. Un signal apparu sur leur radar, ils avaient les yeux brillants. Un cible facile, un moyen de bien s'amuser !

Mais qu'est ce que je vois là ?

Je rêve pas un capsule de secours !

Attend laisse moi la dégommer !

Non moi d'abord ! Bon ok ... Chacun son tour !

Hahaha imagine la tronche des gens qui sont dedans !

Je vois déjà les gosses en train de chialer !

Raté à mon tour !

BOOM!

Alors c'est qui le meilleur !

Un nouveau signal attira leur attention.

Y a un vaisseau en approche !

C'est quoi comme vaisseau une autre capsule de sauvetage ?

Merde ! C'est pas une capsule ... C'est des machins trucs de la République je sais plus quoi !

Rhaa et merde ! On peut jamais être tranquille avec eux !

Bon... On fait quoi ?

On les exploses pardi !


La petite équipe pirate se dirigea vers les vaisseaux de la république. Un sourire carnassier au visage et un regard avide de sang. Ils commencèrent de loin à leur tirer dessus histoire de dire qu'ils étaient là. Ils étaient prêt à instiller la peur dans le cœur des soldats de la République ! Chaque secondes rapprochaient nos vaillants défenseurs de la paix vers une mort certaine ou pas ...
A bord du Hermes - Dashel Nelievar [4/5]

https://i.pinimg.com/564x/62/06/83/[…]

Ella Tulan

FICHE FORCE https://i.pinimg.[…]

Prison Break [PV]

https://jolstatic.fr/www/captures/850/1/[…]

MandalMotors le Retour

Salutations, Je suis Vrad Kist, Ver’alor de Co[…]

A la recherche de boulot.

Fiche de scénario Nom du lanceur du scén[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

Le Capitaine Rock n’en croyait pas ses yeux. Le[…]

A insi, cette aventure de Dashel Nelievar s'ach[…]

Piègé dans la glace [PV]

Modération éclair ! Enfin... Après des an[…]