L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Située dans le Système Axum, cette forteresse est connue pour être le Défenseur du Noyau en raison de son emplacement sur la Voie Perlemienne. Oecumenopolis, on peut la comparer à une Coruscant verte en raison des parcs naturels et espaces verts éparpillés autour des cités.
Gouvernement : Nouvelle République
#34923
Pol-Anaxes Spatioports principale du monde Rempart d'Anaxess


La nuit était tombée depuis quelques heures déjà sur la Protectrice du Noyau, le ciel était constellé de petits points lumineux. Ce spectacle anodin était pourtant une chose rare pour la majorité des mondes peuplés de la galaxie, la pollution lumineuse cachait bien souvent le manteau d'étoiles qui saillaient pourtant si bien au plafond céleste. Une navette aux couleurs argentées et aux formes gracieuses troubla la beauté du lieu, car à son approche de la baie d'amarrage ou souhait atterrir le vaisseau couleur lune, ce fut au tour du sol de s'illuminer. La navette se stabilisa avant que trois trains d'atterrissage se fixe solidement au sol, suite à quoi l'avant du vaisseau éclos en une passerelle élégante. Sortant du vaisseau une femme de taille standard à la tenue sophistiqué couleur lilas, son visage était blanc couleur de nacre, fin bien qu'on pouvait discerner quelques rides qui commençait à jalonner sous les yeux de la dame. Elle était une beauté qui fanait doucement au rythme du cycle de la vie. Son regard se porta vers les deux hommes en armes qui étaient affublés tous deux d'une lourde hallebarde et qui se dirigeait vers elle.

- Dame Harnov ? -


-C'est bien moi. -


- Veuillez-nous suivre excellence nous allons vous mener jusqu'au Gouverneur Dugalles. -


-Très bien, je vous suis. -


Les échanges avec les gardes étaient bref mais cordiale, la sénatrice restait pensive qu'en à sa venue en ces lieux, à vrai dire Anna n'était pas sûr de savoirs ce qu'allait lui demander le vieux Dugalles, cela faisait depuis son départ du sénat il y a quatre ans, qu'il n'avait plus donné de signe de vie. Il n'était réapparu que subitement lors de son discours qu'il avait donné pour sa nomination en tant que gouverneur planétaire d'Anaxes. Le dit discours avait su faire parler de lui, critiquait dans l'ombre la Chancelière était une chose à laquelle bon nombre de sénateurs mécontent s'essayaient, mais une attaque aussi directe n'était pas chose courante et avaient de quoi surprendre ceux qui n'avaient pas connue celui qu'on appelait à son époque le géant d'or et de jais. Son invitation, à venir le voir était une occasion rare qui ne s'était vue offerte à personne de sa connaissance, une raison suffisante pour balayer tous ces rendez-vous de sa journée, à son époque, on ne refusait jamais l'invitation du sénateur Dugalles. Et bien que les choses avaient changé depuis lors, rendre hommage au vieux géant qui avait battit les fondements de l'idéal réactionnaire, auquel elle avait proscrit séduit à l'époque par les discours enflammés tenues par le sénateur Dugalles, cela lui semblait être dans l'ordre des choses. Le temps passa et finalement les deux gardes l'amenèrent en face d'une petite navette aux couleurs de leurs mondes toute d'or et d'azur.

-Je pensais que nous allions au palais du gouverneur et de mémoire le trafique aérien est régulé sur Anaxes, je ne souhaite en aucun faire exception aux règles de votre monde.. -


- Nous n'allons pas au palais excellence, nous vous amenons sur le vaisseau capital de la flotte de défense d'Anaxes, c'est là-bas que vous attend le gouverneur. . -


-Pardon ? -


-Le gouverneur a spécifié qu'il invitait à bord de son vaisseau seulement ses hôtes de marque. -


Du côté d'Hana, c'était du jamais vue parmi toutes les invitations les plus loufoques qu'elles avaient reçus le long de sa carrière elle ne se souvenait pas qu'on l'a un jour invité à bord d'un bâtiment de guerre. Le premier garde s'engouffra dans la navette, le second attendait patiemment qu'elle se décide. La surprise passé elle reprit le contrôle d'elle-même et se dirigea vers la navette. La montée fut rapide, la petite navette était spacieuse et était dotée de quelques hublots qui permettaient d'observer le vas et vient des habitants de Pol Anaxes. Les minutes défilèrent jusqu'à ce que la navette passe à côté du plus imposant bâtiment de guerre de la flotte de défense d'Anaxes.

-Comment s'appelle-t-il ? -


-Comment excellence ? -


-Ce vaisseau a-t-il un nom ? -


-On connaît ce vaisseau sous le nom de « La main de Tyr » excellence. -


-Je vois. -



Le nom n'était pas déconnecté de toute référence historique, mais ceci n'étais qu'un détail qui importait peut au final. La navette anaxsi se posa finalement à bord d'un des hangars du croiseur. Je vous pris de me suivre excellence, je vais vous guider jusqu'au poste d'Observation. La sénatrice ne répondit que d'un simple geste de la main, elle mijotait intérieurement, à quoi rimer tout cela, l'action était-elle délibérée ? Dugalles souhait-il la déstabiliser ? Tout ceci était bien trouble dans son esprit, ce questionnement intérieur se prolongea pendant qu'elle marchait à bord de l'imposant bâtiment de guerre sans même s'attarder à regarder ce qui l'entourait, ce ne fut qu'au moment où le garde s'immobilisa qu'elle fit de même ressortant subitement de ses pensées.

-Le gouverneur vous attend derrière excellence. -


-Merci. -


Image


Hana passa le pas de la porte qui menait, semblait-il au pont du navire, s'attendant à voir une passerelle constellé d'ordinateur de commande et remplis d'hommes d'équipage. Elle fut accueillie par une pièce qui n'avait rien de ce qu'on pouvait s'imaginer d'une passerelle d'un vaisseau, les murs étaient couvert d'or et de gravures aux motifs complexes, le sol était habillé par un splendide tapis pourpre et trônait au centre de la pièce une petite table fait de bois précieux posait sur elle un somptueux sonagraphe une antiquité si rare qu'elle n'en avait à vrai dire vue que par le biais d'holo-image, le dit appareil jouait une agréable musique classique qui résonnait à travers la pièce. Tout ce luxe, pourtant, n'arrivait pas à lui faire décrocher ses yeux de l'imposante silhouette qui avait son regard tourné vers l'immensité de l'espace. On aurait pu croire à une statue tant, l'homme à qui elle faisait face était immobile, sa pose en était presque caricatural, pourtant une sorte d'aura semblait l'entourer cette aura été si oppressante et bien qu'elle lui avait été familière, elle ne put pas s'empêcher de déglutir bruyamment souhaitant masquer ce bruit qui n'était pas digne d'une personne de sa stature, elle pris prestement la parole.

-Tyrus Dugalles, cela faisait bien longtemps que nous n'avons plus eu le plaisir de partager une entrevue, votre dernière intervention par le biais de votre dernier discours m'a surprise alors que j'étais en pleine séance de travail... -


Dugalles se tourna lentement vers elle, son visage était toujours aussi sévère, ses yeux eux étaient aussi tranchant que le fil d'une épée qui semblait lacérait le visage d'Hanna. Sa voix forte et roque répondit à la sénatrice.

- En effet Dame Harnov, cela faisait bien longtemps. -
#34953
Musique d'ambiance


Hanna était une vieille louve dans le domaine politique parfaitement rodée dans les rouages protocolaires, elle se faisait difficilement surprendre… Pourtant, tout ce qui était en train de se dérouler elle ne le comprenait pas, elle n'arrivait pas à cerner les actions de Dugalles, elle n'avait aucun contrôle et elle détestait ça. Fronçant légèrement ses sourcils, elle se détourna à moitié de son homologue son corps enclenchant une rotation de 90° afin de profiter à son tour de la vue splendide qu'offrait la baie vitrée du vaisseau.

C'était en tout cas un coup merveilleusement bien calculé, vraiment, je vous tire ma révérence. Tout le sénat n'a pas pu rester indifférent avec ce que vous avez dit, d'une manière ou d'une autre votre discours a marqué les esprits. Dans ces périodes troublées, nous avons besoin plus que jamais de messages forts comme le vôtre qui mette en lumière l'ingérence de notre belle République qui nous cause aujourd'hui tant de tort.


Hanna marqua une courte pause, détournant son regard de la baie vitrée afin d'observer une quelconque réaction du côté de l'Ex-Amiral. Qui a son plus grand désarroi, c'était retourné de nouveau, l'air pensif, sans doute afin de pouvoir contempler le vide spatial, si elle n'espérait pas un retour de sa part spécialement émotif le désintérêt flagrant qu'il lui portait avait quelques choses de vexant. Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre, un droïde surgit depuis la porte principale, tenant dans ses mains un plateau, ce dernier ne supportait que le poids que d'un seul grand verre de vin rouge qui semblait lui être destiné. Elle s'en saisit but une gorgée avant de reposer son verre sur le plateau, après quoi le droïde se positionna discrètement dans un coin de la pièce.

Je ne me rappelle pas vous avoir félicité pour votre nomination en tant que gouvern…


Dame Harnov épargnez-moi le charabia politique, si je vous ai demandé de venir ici ce n'est pas pour parler en s'embarrassant du protocole ... Vous avez décidé d'endosser le rôle de chef du partie réactionnaire, montrez au moins que vous valiez mieux que ce que vous me laissez porter à croire.


Les mots qu'avait prononcés Dugalles sans crier gare firent tiquer, Hanna, il n'avait semble-t-il aucune intention de faire selon, les règles de l'art, elle répondit à sa phrase qui avait tous les traits d'une provocation.



Je mène ce combat depuis toutes ces années pour que la Républice de demain devienne celle que mérite réellement tous les habitants libre de notre démocratie, je lutte pour que les enfants de la République n'aient pas à se soucier du danger que représente l'Empire…Mais ça vous le saviez déjà, avant que je ne fasse ses idées miennes elles étaient vôtre, vous ne juriez que par-elles dans l'espoir que ces idées se réalise au sein de la République...


Hanna a mis un peux plus de temps avant de terminer sa phrase, elle n'était pas à un revendez-vous diplomatique ordinaire, pouvait-elle se permettre de dire franchement ce qu'elle pensait ? Une question qui en y repensant était stupide… Elle est la représentante du partie Réactionnaire, si elle n'en était pas capable de dire tout haut ce qu'on pensait bas, sous prétexte qu'elle s'était laissé faire intimider elle en perdrai toute crédibilité, elle reprit alors.

Des idées que je n'ai moi jamais abandonnées et qui depuis le jour de votre départ à aujourd'hui, je les ai toujours fais prôner par-dessus tout le reste. J'ai attisé la flamme, je les ai fais grandir, ce propager, ce rependre, c'est moi qui ai fait entendre ces idées à la République, c'est moi qui ai permit de concrétiser votre idéologie. Pendant ce temps, que faisiez-vous à part vous terrer dans l'ombre ?


Elle était restée franche, chose rare pour un politicien elle avait su m'être de l'émotion et de la hargne aux moments propices dans les doses nécessaires, elles n'avaient pas cédé à la colère son ton ne la trahissait pas, il se voulait être vindicatif et il l'était. Cette fois-ci Dugalles eu l'amabilité de ce retourner son regard scrutait de la tête au pied la sénatrice à la manière dont un spécialiste le ferait pour s'assurer de la bonne santé de son patient.


25 ans -Dugalles marqua une longue pause laissant ces mots planaient encore dans l'air- 25 années, c'est la durée pendant laquelle j'ai quitté Anaxes pour combattre l'Empire et durant toutes ces années je n'ai jamais douté sur la légitimité et l'impact de mes actes, quelques choses que je n'ai pas su retrouver au sénat. Dame Harnov si vous pensez que j'ai abandonné mes idées laissez-moi vous dire que vous avez tort…



Pendant que Dugalles parlait l'une de ses mains plongea dans la poche gauche de son manteau, en ressortant avec une petite télécommande. Il plia légèrement son bras dans lequel le petit appareil était retenu au creux de sa main, le pointant dans la direction de la baie vitré, son doigt se pressasur les touches du petit boîtier. À peine cela fait qu'une immense projection holographique supplanta le mur vitré. Des enregistrements et autres donnés de toutes sortes jaillirent alors, différents traités signés entre la République et l'Empire furent affichés, des cartes représentant la galaxie ou des points colorés étaient placés ici et là, les plans et esquisses de différents navires de guerre Républicain d'un genre nouveau imaginé par Dugalles et les chercheurs de la Citadelle, tout un tas de noms et de photographies de membres importants de l'Empire et de la République dont deux dossiers étaient mis en avant parmi la centaine de dossiers affichés, c'était celui de la présidente Organa et de l'Empereur Astellan. Hanna Harnov était surprise son regard se perdait dans le flot d'informations affiché, du côté de Dugalles qui avaient laissés pesait quelques secondes de silence supplémentaire, il reprit.


Ces quatres années, je ne les ai pas passés loin de la politique de la République sans raison. C'est celle la même qui a préféré faire la paix avec l'Empire, je ne pouvais me trouver dans une instance qui tolérait l'existence d'une institution dépravé que je me suis juré de détruire toute ma vie et ceux sans que je n'ai aucun moyen de faire changer cela dans l'immédiat, je me suis effacé aux profits d'autres plus désireux de mener un combat au sénat que je ne pouvais plus mener. Par la suite je n'ai fait que me préparer pour le moment ou la paix aurait fait son temps, car on ne fait la paix qu'avec ses ennemies c'est ça faire la paix. J'ai depuis consacré chaque année passé sur Anaxes pour ce moment ou la République serait au bord de la crise…


Vous avez préféré laisser la République s'affaiblir, simplement pour…


La République d'Organa a toujours été faible, nous sommes simplement arrivés au point de non-retour Dame Harnov. La Rébellion de la présidente Républicaine ne c'est jamais entendue avec mes méthodes durant la guerre civile galactique, il en a été de même pour sa République. Mais aujourd'hui il est grand temps que cela cesse…


Dugalles fit trois pas dans la direction d’Hanna Harnov.

Aujourd'hui, nous pouvons ramener la véritable République Dame Harnov.


Hanna Harnov se doutait bien que le vieux Dugalles allait lui demander une requête et bien que l'homme était réfractaire aux jeux politiques il en connaissait les rouages. Ainsi, l'ancien géant d'azur lui demandait son aide pour pouvoir prendre la tête de la République, était-il trop fier pour lui demander directement ? Ce même orgueil qu'il semblait reprocher à Leïa Organa qu'il critiquait si ardemment, était-il si différent d'elle ? Pour le savoir, il allait falloir qu'il reformule plus qu'une demande a demi-mots, elle restera muette, s'il voulait obtenir son aide il devra lui proposer directement sinon la sénatrice repartira sans lui donner l'aide qu'il voulait lui demander. Dugalles fit de nouveaux trois pas dans sa direction, il croisa ses deux bras dans son dos, il était maintenant suffisamment proche de Dame Harnov pour qu'elle puisse ressentir son souffle, il la dépassait de bien deux têtes.

Dame Harnov a vous je vous le demande… Votre aide me sera nécessaire dans ce que j'entreprends pour réussir dans mon combat, il me faudra votre appui et celui de votre partie…. -Dugalles parlait avec force, ses mots étaient lourds de sens, il appuya particulièrement sur le « votre partie », son ton n'avait pas changé mais, sans vraiment le dire il semblait reconnaître le statut de la sénatrice- Mais je le dis à vous comme je l'ai dit à ceux qui m'ont rejoint. Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur. Je ne peux pas vous assurer que ces épreuves se feront sans souffrance, car elles sont toujours douloureuses à traverser. Si vous me rejoignez, nous affronterons ces épreuves ensemble, elles seront difficiles et terriblement longues. Si vous vous demandez encore, qu'elles sont mes idées, sont-elles encore les mêmes que celle que je prônais il y a quelques années. Répondre aux affronts de l'empire avec toute la puissance et la force que la République pourra faire preuve, s'engager dans un combat contre une monstrueuse tyrannie qui n'a eu de cesse à tourmenter les plus faibles, qui a su faire preuve d'une perfidie résonnant sans égale dans les sombres et désolantes annales du crime. Voilà ma politique, voilà ma vision de la République. Pour ce qui en est de mon but, il ne réside qu'en un mot Victoire, une victoire face à la terreur, une victoire aussi longue et dure que soit le chemin qui nous y mènera, une victoire à tout prix, car sans cette victoire, il n'y a pas d'avenir, il n'y a pas de lendemain. La Victoire pour que la République puisse prévaloir !


Dugalles n'avait pas préparé de texte, les mots étaient venus d'eux-mêmes ils s'étaient liées naturellement au gré de sa volonté. Hanna Harnov en entendant le vieux Dugalles était rassuré, celui qu'elle avait connu ne faisait pas encore parti du passé, l'homme qui avait allumé la première mèche de la véritable République, celle-la même qu'elle avait toujours voulue servir n'avait pas été oublié par le géant qui avait apporté la flamme au peuple de la démocratie. Elle avait toutes les cartes en main pour tirer profit de la situation, bon nombre de ses confrères n'aurait pas eu de scrupule à se servir de ces informations, mais aussi politicienne qu'elle était elle n'a pas oublié ce pourquoi elle s'est engagée dans cette voie faire prévaloir la République par-dessus tout. Elle releva son regard le plongeant droit dans celui de Dugalles.

Dame Harnov, si vous décidez de me suivre, je me dois de vous dire que nous ne pourrons plus faire machine arrière, esque-vous seriez prêt a allé jusqu'au bout Hanna ?


Le regard de Dugalles se plissa, il n'avait semble-t-il pas l'attention de convaincre la sénatrice en usant de la langue de bois, cette honnêteté aurait fait bien rire les vautours de la démocratie, mais semblait-il qu'il avait suffisamment confiance en Dame Harnov pour ne pas avoir a lui mentir, ou en tout, c'est ce que pensait cette dernière. Elle cessa de soutenir son regard, se détournant vers l'appareil qui n'avait cessé de jouer la musique classique qui emplissait doucement le fond sonore de la pièce d'une douce mélodie mélo-dramatique, elle pris quelques instants avant de lui donner sa réponse.

Oui Tyrus, je suis prête.


Je savais que je pourrais compter sur vous Hanna.

Dugalles n'esquissa pas de sourire, mais ses sourcils cessèrent de se froncer, il tira alors de la poche intérieure de son manteau un étrange objet de bois, « une pipe » qui était couramment utilisé par les capitaines anaxsi, mordillant l'embout en bois grenue. Il salua la sénatrice et la raccompagna jusqu'à sa navette. Cette victoire était la première Pierre de son édifice qui lui permettra à terme de se hisser jusqu'à la tête de la République.
Avatar de l’utilisateur
By Destin
#35017
----- Modération Flash -----


- Tyrus Dugalles obtient le soutien d'Hanna Harnov au Sénat
- Le camp réactionnaire, dans un petit ensemble, entend des échos sur Dugalles
- Dugalles est maintenant classé à la frange extrémiste des officiers de Marine
    + Auprès de Borsk Fey'Lya
    = Méfiance auprès de Gial Ackbar
    - Auprès de Mon Mothma, du Clan Organa, et du Clan Skywalker
- Dugalles est considéré comme Chef Suprême des Armées potentiel - par les médias - à la place de Gial Ackbar en cas de victoire d'un camp extrémiste aux élections présidentielles
Alliés de Dugalles [0/5]

... Lecture de la fiche conseillé sur ordinate[…]

Suivre la voix

Le conflit régnait, partout le chaos, le sang, le[…]

[Uyter] Scénario Pirate.

La flotte pirate avait l’habitude de sévir sur […]

Navré de l'attente sur ce dossier. Après étude du[…]

Skylar (Terminée)

Tout cela me parait très bien. A noter que les su[…]