L'Armée des Ombres

Saison XI Cliquez ici pour voir l'intro...

Avatar de l’utilisateur
By Drake Stark
#29637
    « Une étincelle éteinte ? » Il fronça les yeux. « Je crois qu'au contraire, je ressens un braséro en moi. Je n'arrive pas à l'assouvir, comme si je devais le nourrir. Vous avez raison, je suis en colère contre tous, contre moi. Mais je n'ai pas d'autre moyen de vivre, quand faisant ce que je sais faire, quand faisant ce qu'au final, ce que j'aime faire. Et ce n'est pas en laissant en vie ceux qui ne le méritent pas que je rendraient justice. Comment vous pouvez penser cela, même avec votre crainte du cercle de violence, on ne peut pas laisser des êtres nuisibles à la galaxie s'en sortir... »
Pourquoi diable il voulait s'expliquer, celle jeune femme le menait hors du chemin qu'il avait tracé pour son objectif. Il serra les dents. Mais peut-être qu'il allait laisser faire, laisser voir où allait mener cette conversation, cette rencontre étrange. Il l'écoutait expliquer sa vision sur le pouvoir obscure. Oui, il n'était pas ignorant de ses conséquences, mais peut-être que le sacrifice en valait la peine. Naga Sadow avait fait quelque chose en lui qu'il ressentait chaque jour, ce n'était pas un mal qui le rongeait non, c'était une pulsion, une énergie qui l'animait. Cela l'avait libéré de ses ténèbres, il les utilisaient et il l'avait conduit sur ce chemin de vengeance. Il se savait encore enchainer dans un esprit étriqué, il le sentait vouloir se libérer. Il hésitait encore à lui faire ce plaisir.

    « Il est vrai que je ne crois que très peu au hasard. Mais je crois tellement peu à votre objectif. Les Hutts sont ici en maître ce sont leurs lois qui y font loi, aucun gouvernement, aucune justice rendue par des associés à "de vrais institutions", seront légitimes ici. Les juger ailleurs serait simplement un acte de bonne conscience. Je connais quelqu'un qui vous conseillerait de passer tout cela sous les flammes. Souvent, de l'obscurité naît la lumière.
    Qu'est-ce que vous voulez faire maintenant ?
    »
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#29712
« Un brasero de violence, qui ne vous mènera que vers le trépas. Vous le savez autant que moi. Appeler la violence, cela crée la violence. A votre tour, vous aurez à subir le revers de la médaille. Je suis loin d’avoir la science infuse, mais si je peux vous aider, c’est dans mon devoir de le faire. Ce que vous prenez pour votre force aujourd’hui, n’est que votre poison de demain. Vous m’avez l’air d’un chef d’une tout autre trempe que ces pirates qui violent et asservissent dans le seul but de justifier leur pulsion. Vous avez des principes, un but, une mission. Rien que pour cela, vous méritez mais surtout vous inspirez le respect. Vos hommes le savent, et je peux le dire sans trop me tromper, c’est ce qui les poussent à vous obéir au doigt et à l’œil. Mais que se passera t-il quand vous allez commencer à perdre la tête, à cause de cette escalade ? »

Etait-il en train de perdre pied face à ses questions incisives ? Si c’était le cas, elle ne pouvait que s’en féliciter. Le pirate n’avait rien d’un sith, et si elle pouvait sauver quelqu’un aujourd’hui, alors sa journée n’en serait que plus radieuse. Bien sûr il y avait les esclaves, mais cela devenait « routinier ». Tant mieux ceci dit, car chaque jour d’autres personnes tombaient sous le joug d’un maître illégitime. En revanche, sauver quelqu’un de l’obscurité, c’était une mission de Jedi, de la lumière et de la Force.

« Le hasard ? Non, la Force, le destin, la providence. Cela porte bien des noms. Les Hutts font loi ici, pourtant qui de eux ou nous continuent le combat ? »

Elle étira un grand sourire. De très légères strient apparurent sur le coin de ses yeux, tandis qu’ils se rétrécissaient. Ses pommettes se levèrent à peine tant son visage était fin. Un visage qui pourtant portant les stigmates d’une vie remplie de tumultes. Quelques cicatrices éparses, très légèrement également, mais pourtant bien présentes. Et les cheveux, la plus pure marque de corruption qu’elle eut portée. Un blanc immaculé, pure, mort … L’épaisseur de ces derniers cachaient son crane et l’horrible vision maladive que cela pouvait procurer. Quelques mèches lui tombaient néanmoins sur le visage, ayant échappé à la capture d’une barrette.

« Tout est à prendre avec du recul. Car même si officiellement ce territoire est à eux, officieusement il n’en est rien. Ici, rien n’est légitime, c’est pour cela que personne n’est jugé en espace hutt. Ici c’est la jungle. Tout est dans l’idée, l’acte de bonne conscience, Drake. Nous ne sommes pas ce que nous combattons. Les hutts nous on créé de toute pièce, mais nous ne sommes pas eux pour autant. »

Elle s’approcha de lui et croisa les bras, se servant du moniteur comme d’appuie dorsal. Elle haussa un sourcil et étira qu’une partie de son sourire, donnant l’impression qu’elle était sur le point de raconter une blague.

« Et de la facilité, né l’obscurité. »

Elle reconcentra, ses traits redevinrent sérieux.

« Détruire cet espace reviendrait à un acte de facilité, de rapidité. Tel est le chemin le plus rapide vers l’obscurité, l’excessivité, l’abus. Nous n’avons pas de méthode miracle, mais il est clair que nous ne sacrifierons pas de civils dans cette croisade infernale pour les libérer. Que ce soit physiquement, ou psychiquement. »

Elle baissa alors la tête, semblant réfléchir. Une partie de ses cheveux passa devant son visage. Une minute entière passa.

« Et bien … »

Helera releva la tête, avec un bref mouvement pour chasser les rebelles blancs qui lui obstruaient la vue.

« Et bien malgré tout ce que vous m’avez dit, nous pourrions travailler ensemble. Je vous aide à traquer ceux qui vous ont fait du mal, puisque cela revient également à attaquer l’esclavagisme. Pendant tout ce temps, j’essaierai de vous faire croire. En ce rêve qui nous anime, en cette lueur qui nous guide. J’essaierai de vous faire croire en la Force, Drake, et surtout en vous. Je sais intimement que vous êtes quelqu’un de bien. Je vous le répète. La Force nous a rassemblé, ce n’est pas un hasard. »

Maintenant, elle attendait réponse, tout en esquissant un sourire de plus en plus grand.
Avatar de l’utilisateur
By Drake Stark
#29831
    « Oui, je joue un jeu dangereux, mais il nulle victoire sans sacrifice, vous en jouez semble-t-il autant que moi-même. Flirtant avec un côté de la ligne pour en avoir tous les bénéfices sans les défauts... je crois comprendre. Vous n'aimez pas vraiment l'autorité, je me trompe ? Ni la notion de règles strictes vous attachant d'une manière à un carcan, vous avez besoin de vous sentir libre, contourner sans briser.
    Mais pourtant vous vous entourez de cette croyance qu'une énergie contrôle tout, même notre destin . Que ce serait à cause d'elle que nous serions là, dans l'espace, au milieu de nul par, à parler sur nos vies . Alors quoi, au final rien n'a d'importance, car c'est-ce que veux la force ? Je serais prêt à vous aider, mais pas à renoncer à ma liberté.

    Il regarda par la vitre blindée.
    Vous le dites vous-même. Ici, comme dans la jungle, la loi du plus fort gagne, et vous pourrez mettre autant de hargne dans votre objectif, ils sont bien les rois. Vous pouvez ne pas le croire, mais cela restera ainsi... L'ancienne république si est cassé les dents, l'empire n'a pas pu faire mieux. Je ne veux pas la défendre, mais constatez qu'ils méritent qu'on leur laisse cela, le plus vieil empire de galaxie. »
La femme s'était approchée, Drake n'avait pas bougé, il la fixa, elle avait quelque chose de prenant, cela c'était certain. Elle mettait en cause la corruption pour l'état de ses cheveux, ainsi qu'il imaginait, le contour de ses yeux, mais Drake ne voyait pas cela comme quelque chose de monstrueux, comme il l'avait dit plutôt, l'obscurité pouvait révéler bien des choses, et parfois bien plus belle que ce qui se trouvait en plein jour. Les yeux bleus - synthétiques - du pirate étaient plongés de ceux de la grise.

    « Vous voulez m'aider. Nous verrons cela. Peut-être que c'est une offre que je vous rappellerais, mais... me faire croire hein ? Pourquoi ne pas essayer, peut-être que vous y arriverez, à me convaincre, mais peut-être que vous vous fatiguerez pour rien. Le bien, le mal, vous vous appelez gris, cela ne veut pas dire que vous pensez que tout n'est ni tout noir, ni tout blanc ? J'aurai cru pourtant. »

Il souriait à son tour, pourquoi il souriait, il n'en savait rien, peut-être était-ce le comique de la situation. Il avait plus ou moins perdu la contrôle de la situation, mais avait peut-être trouvé un autre moyen d'arriver à ses fins, peut-être même que cette femme pouvait vraiment l'aider. Un espoir, sans se rendre compte, Drake donnait une mince confiance à la grise aux cheveux blancs, sans s'en apercevoir il donnait assurément le bâton pour se faire battre. Helera, elle ne se rendait non plus pas compte, mais si l'infime espérance qu'elle lui donnait se révèlerait faussée, voire même bien le contraire que de ce qu'elle voulait, Drake ne saurait surement s'en remettre, là encore, elle jouait à jeu dangereux, et ce n'était pas que sa vie qu'elle mettait en danger...
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#29837
« J’y ai joué, et voyez le résultat… Ce jeu là Drake ne vous procurera rien d’autres que le désespoir. Je ne parle pas de votre activité de pirate, mais bien de la relation que vous entretenez avec la Force. Et puis … ce n’est pas cela … Je n’ai jamais voulu briser aucune règle. C’est juste que … elles ne sont pour rien d’autres qu’une manière d’avoir un contrôle sur le peuple. Une manière pour les hautes sphères de se dédouaner de leur vrai responsabilité. Se disant alors que tant qu’elles sont dans leurs règles, c’est que tout va. Sauf que non … Le monde ne fonctionne pas ainsi … Je ne le crois pas en tous cas … »

Helera hocha négativement la tête et poussa un long soupir. Combien de fois avait-elle violé les règles impériales ou républicaines. Combien de fois le referait-elle encore ? Ce monde n’était vraiment pas fait pour elle … Elle baissa de nouveau un moment la tête quand le pirate lui parla de son interprétation de la Force, plusieurs mèches de cheveux lui tombèrent alors sur le visage, masquant son regard fixé vers le sol.

« Au contraire, tout a de l’importance Drake. C’est pour cela que nous devons faire attention aux moindres de nos choix, de notre pensée et de notre interprétation. La Force est un guide, elle n’est pas le marionnettiste. Du moins c’est encore une fois ce que je crois. Nul ne sait si j’ai raison ou tord ou si quelqu’un saura un jour trouver une réponse. »

Elle releva alors la tête. Les yeux cybernétiques du cyborg était planté sur elle. A travers les points de rupture, elle vit petit à petit que l’homme qu’elle avait en face d’elle n’était plus vraiment un homme. Il avait été réarrangé, comme elle. Réparé comme les médecins savaient le faire. Helera esquissa un regard vers son propre bras et y serra la main dont elle ne sentit pas le contact avec les doigts.

« Pour ce qu’ils ont fait, pour ce qu’ils font et ce qu’ils feront. Je lutterai. Fusse t-il une cause perdue d’avance ou inutile. J’ai l’intime conviction que mon choix est juste, à défaut d’être censé ou même possible. Comment pourrais-je me regarder dans une glace, si même en ayant les capacités, je n’ai pas pu essayer ? Ne serait-ce qu’essayer de faire quelque chose. »

Elle repensa à cet adage que l’ancien maître Jedi avait proclamé. Un adage souvent utilisé dans le temple Jedi depuis, et dont elle avait pu entendre les échos. « Fais, ou ne le fais pas. Mais il n’y a pas d’essais ». Elle allait le faire. Que cela prenne deux jours ou deux décennies. Elle changerait les choses.

« A vous dire vrai, je le pensais fut-un temps. Que tout n’était que mitigé. Mais l’expérience m’a prouvé que bien que tout n’est pas effectivement excessif, il existe des penchants qui sont contre la vie elle-même. Des penchants obscurs, qui sont le mal incarné. Et qu’il n’est pas possible de résonner … Du moins je n’en ai pas les capacités pour le moment, ni n’est trouvé véritablement de solution… »

Son regard planté dans le sien, elle cessa alors de sourire et leva légèrement la main, effleurant à peine ses cheveux. La grise regarda son front puis l’amas châtains. Son regard descendit sur ses tempes puis elle recula légèrement la main, tout en la maintenant en l’air. Elle parla d’une voix plus basse, plus douce, plus amicale. Loin de toutes les leçons que ses interlocuteurs prétendaient recevoir. Les mots défilèrent sur ses lèvres lentement et avec précision, car la jeune femme avait l’intime conviction qu’il n’allait pas aimer la suite.

« Il existe chez nous un acte de confiance, qui nous permet de donner à l’autre nos pensées. Réciproquement, l’un et l’autre savent, comprennent et son marqués par les désirs, les sentiments ou les buts de l’autre. C’est la marque de confiance que nul mensonge ne peut corrompre. Mais je ne veux pas partager mes pensées si vous ne l’acceptez pas avant. Alors je vous le demande, Drake. Etes vous prêt à juger de l’authenticité de mes paroles ? »

Helera ne souriait pas et était très sérieuse. Un partage d’esprit répondant à la procédure la plus fondamentales de tout contact entre un gris et une personne extérieur. Un acte qui prenait racine dans le lien, et qui permettait d’attester de la confiance de l’autre. C’était après cet acte, qu’Helera donnait aveuglement sa confiance, si tant est que l’acte soit partagés convenablement, sans heurts et sans surprise.
Avatar de l’utilisateur
By Drake Stark
#29890
    « Et je n'ai jamais dit que vous brisiez des règles... Mais je comprends ce que vous dites. Je suis d'accord avec vous. Je n'accorde pas de crédits à ces "autorités" qui se pensent au-dessus de l'individu pour protéger la masse, mais qui au final n'agissent que pour leur propre intérêt, comme les êtres vivants qu'ils sont, protecteur, survivaliste. »
Drake s'écarta. Prit d'une subite pulsion il se retrouva derrière Hélera. Là se trouvait un bar, sans doute appartenant à l'individu quelque peu amoché non loin. Il y fouilla quelques instants son contenu tout en écoutant l'analyse sur la force de la jeune femme.

    « Si cette force dicte notre destin, alors de là à dire qu'elle agit sur notre volonté, il n'y a qu'un pas. Je peux concevoir que cette "chose" est là, présente, presque palpable si on peut dire, mais dire qu'elle façonne carrément la galaxie... Alors quoi, Alderaand était la volonté de la force ? L'esclavage aussi, il doit donc avoir un but à cela, mais si vous luttez contre ce but, vous allez contre la force, mais comment allez contre la force si elle dicte notre destin ? »
Évidemment qu'il grossissait le trait, mais c'était pour démontré qu'il ne se soumettrait pas même à une force "surnaturelle".
Là, il posa deux verres entre eux, et une bouteille d'un des plus renommé, voir le plus renommé de whisky corellien, et l'un des plus chers. Drake avait toujours eu du mal avec les corelliens, ces simples humains qui juste parce qu'ils habitaient une planète pas plus spéciale qu'une autre, se croyaient supérieur... La plupart étaient arrogants, mais il ne pouvait pas leur enlever leur alcool qui était clairement l'un des tops de la galaxie. Il versa le contenu de la bouteille dans les verres, puis, il sortit ensuite une plaque plutôt étrange.
    « J'ai trouvé ça, aussi, si vous aimez. »
C'était là encore un mets délicat, et même plus rare que la bouteille présenté plus tôt. Une plaquette de chocolat d'un des chocolatiers là aussi, des plus célèbres. Après tout, personne n'avait dit que les esclavagistes n'aimaient pas les bonnes choses.
    « Peut-être que tout cela restera toujours un mystère, vous savez, j'ai toujours préféré le voyage à la destination. C'est peut-être la même chose que cette force, le plus important est de chercher et non de trouver, mais je sais en quoi je refuse de croire. Personne ne guidera ma vie. »

Puis au moment de trinquer, il s'arrêta. Que demandait-elle ? Il venait de la rencontrer, il ne pouvait comme cela confié ses sentiments les plus intimes à une inconnue, potentielle adversaire, c'était complètement fou. Non, il ne devait pas. Ce n'était pas seulement à cause de certains secrets qu'il pouvait laisser échapper, c'était aussi autre chose, il avait honte, des certaines de ses actions, de ses décisions, de ses faiblesses. Il regarda la jeune femme un moment.

Un moment tendu. La respiration de Drake était contrôlé mais plutôt forte. La grise le vit fermer les yeux. Se pincer les lèvres.
    « Réciproquement ?
    Il regarda de côté, puis jura.
    Ok. Mais alors préparez-vous à être déçu par l'homme que vous croyez voir en moi. »

Il trinqua, puis but son verre. Il laissa faire Hélera son affaire, tout en essayant de s’apaiser il réfléchit s'il devait cacher certaines choses. Mais comme lui avait annoncé la grise, cela était fait pour que tout deux aient confiance en l’autre. Évidemment sans connaître la grise il avait prévue à sa manière de la combattre, mais peut-être qu’en fin de compte, il devait les choses se faire et reprendre confiance aux autres. Et possiblement, ce qu’il en découlerait ne sera que justice.

Helera s’immergea alors dans l’esprit du pirate. Au début, elle ne vit rien, ou plutôt il ne distingua rien de précis, seuls des flashes rapides, des sentiments qui se mélangeant donnaient un chaos sans nom dans un esprit torturé. Les flashes furent intenses d’abord, mais au fur et à mesure le temps et l’esprit commençaient à ralentir.

D’abord elle vit un très jeune garçon les yeux rivés sur ses avant-bras cybernétiques. Une sensation de peur et d’excitation accompagnait la scène alors que plus tard il les modifia de lui-même.

Puis un sentiment de liberté naquit, elle vit des batailles floues mais au plaisir lisible. Elle aperçut rapidement un sith sur coruscant, individu inconnu pour tous, un autre sur Alderaand où encore aucun ne sut que derrière se cachait un Lord corporatiste. Helera sentit une vie de plaisirs naturels, de désirs, d’une femme d’une beauté imaginaire, elle aurait confirmé la notoriété des Hapesienne si la grise avait su que le visage qu’elle voyait dans un cabaret, venait de la nébuleuse mystérieuse.

Pourtant la sensation de luxure était toujours présente pour d'autres mais là où il avait le plaisir, le pirate gardait son vrai amour pour le visage de nymphe. Dont venait se greffer le visage d'un garçon au visage ressemblant au pirate mais semblant avoir la douceur de sa mère, avec des cheveux d'été et des yeux bleus froid d'hiver, ainsi qu'une jeune fille semblant innocente et douce. Le bonheur était présent, une sensation d'extase l'était également.

Puis vint une nouvelle scène, des ombres mystérieuses autour d’une table, parlant d’objectif, de prise de contrôle, de chaos, de secret. Puis vint l’heure de trahison de colère. Un visage aux cheveux tout aussi blancs que ceux de la grise, mais aux intentions bien moins louables, un ennemi certains des gris s'il n’avait pas disparu. Elle put voir l’exaltation d’une victoire d’un guerrier en armure tout en sueur, au milieu une planète sableuse, une planète qui était maintenant sienne. L’amitié profonde entre l’humain et un petit être encapuchonné, le respect de ses paires. La conquête d’un astéroïde impérial où révolutionnaires de toutes parts se liguaient contre un ennemi commun. Où le pirate se retrouva à contempler deux chevalier impériaux, transpercé par ses lames.

Des images brèves sans importance s'ensuivirent, pour arriver dans un décor rocheux, dans une ville ressemblant à un autre temps, celui des épées en argent. La silhouette d'un homme en noir se dessina. Drake communiqua avec lui mais aucun mot ne fut perçu. Une transition par le sourire de l'homme en noir fit amener la vision dans un champ de débris au premier abord, puis Hélera constata que c'était bien plus, dans le vide spatial flottait des carcasses de vaisseaux éventrées, des chasseurs détruits et pires encore, des corps flottants à la dérive. Helera avait peut-être déjà connu la perte, mais avait-elle connu celle d'un équipage, Drake avait fait l'expérience deux fois, avant cela, mais ce n'avait été rien, comparé à la perte de sa flotte, que faire de l'argent non, c'était voir ses hommes se faire massacrer sans aucune raison, par des traitres, des lâches. Un équipage était une famille, une flotte un peuple. L'image n'était pas stable, la tentions montait clairement entre les deux.

L'image d'après révéla un Drake en détresse, détruit torturé comme son fils à ses côtés blessés essayant de consoler sa sœur meurtrie corps et âme, sa femme agonisante dans ses bras, lui demandant de jurer de protéger leur enfant, ce qu'il fit, il jura, quel que soit le sacrifice qu'il devrait faire.

Une caverne, là à nouveau l'homme en noir, c'était là qu'il avait appris le peu qu'il savait de la force, là qu'il avait appris à utiliser sa colère, sa souffrance pour en donner à ses ennemis. Il fallait qu'il défende sa famille.

Comme pour souligné cela, ils repartir sur la planète aux dunes de sable à deux soleils. Drake, lames rétractables sorties, se défendait contre un homme au sabre laser rouge, derrière l'ennemi se trouvait un village massacré, où une autre entité étrange, un genre de cyborg à la tête insectoïde elle aussi armée d'un sabre tué les derniers hommes de Drake ou était-ce un dernier villageois d'une des fermes ?

Le détonateur thermique dans le sable entre les deux. L'explosion au visage des deux adversaires coupa le fil de cette scène, la dernière pensée avait été pour ses enfants. Seul moyen d'éviter qu'un fléau s'abatte. Drake savait ce qu'était les sith, il en avait déjà rencontré... Le nom résonna. Krayt. Puis des images à nouveau peu définies, un esprit, une force obscure, la peur la colère contre le monde. La métamorphose du pirate avait donné beaucoup de choses, mais aussi prit beaucoup.

Une envie autre que le mal absolu, simplement de ne plus tomber, non plus de subir mais de rendre. Une image où il s'agenouillait pourtant fit son entrer, mais son regard était celui d'un homme qui l'avait prévu, calculé, non subit. Une promesse résonna, celle de rendre honneur à une personne, mais Hélera ne put distinguer à qui ou à quoi.

Quand la vision des deux prit fin, Drake tituba quelques secondes à arrière, à leurs côtés, la bouteille et les verres étaient en lévitation comme plusieurs objets de la pièce. Certain fissuré, comme le bois du bar face à eux. Drake regarda Hélera, il sentit une larme coulé le long de sa joue.
    « Qu'est ce que... »
Il serra les dents, il se retint. Il trembla et du se reposer contre un support pour ne pas vaciller. Qu'est-ce qui venait de se passer ? Il avait du mal à ne pas être submerger par ses sentiments, tous ceux qu'il avait ressenti dans sa vie, mais certain était plus fort que d'autre. Il avait envie de pleureur, d'hurler, de massacrer quelque chose tout en rigolant.
Modifié en dernier par Drake Stark le lun. 11 sept. 2017 09:35, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#29900
La jeune femme resta silencieuse, écoutant la première tirade du pirate. C’était assez prévisible de sa part. S’il avait vraiment respecté les autorités, il ne se serait pas lancé dans l’illégal. Il se déplaça derrière le bar sur lequel elle s’accoudait, et qu’elle avait pris pour une console, sans y inspecter l’intérieur. Helera ne se retourna pas, le regard dans le vide devant elle. Elle entendit le bruit caractéristique d’un bouchon de verre enlevé de son support. Et l’arôme fort du whisky qui emplissait ses narines. Une odeur si caractéristique, et pourtant si difficilement identifiable.

« Ce n’est pas aussi simple que cela. La Force est comme une étoile que l’on voit dans le lointain. Une lumière au bout d’un tunnel. Elle nous guide, nous conseille, nous avertis … Mais chacun est libre de suivre cette lumière. Ceux qui s’en détournent sont les Sith. Ceux-là même dont l’empire a été fondé sur les carcasses des Jedi. Des chevaliers, des maîtres, et des apprentis. C’est ça le côté obscure. C’est la fin de la vie… »

Son regard se rétrécit, alors que des images de combat remontaient. La perpétuelle lutte entre le bien et le mal, alors que d’autres essayent simplement de se faire une place. Un monde manichéen pour lequel il fallait absolument choisir un camp, au risque de se retrouver en guerre contre les deux. C’était cela la Force d’aujourd’hui. « Sois comme moi, ou meure ». Helera prit une grande inspiration et se retourna face au pirate. Elle récupéra une chaise tombée à terre durant la bataille et s’y assit. Il lui présenta alors une tablette empaquetée dans de l’aluminium. Déjà l’arôme provoqua sur sa langue l’activation de certains transmetteurs.

« Oh oui. C’est ce que je préfère. »

D’un geste de la tête, elle le remercia, pour le chocolat et pour le verre. Elle croqua dans un premier temps dans le chocolat.

« Nul ne peut vous obliger à croire en quoi que ce soit. Surtout si vous ne cherchez pas à dominer les autres. »

Elle esquissa un sourire en prenant une gorgée de whisky après avoir trinqué. Les deux ensembles procuraient des saveurs … spéciales. La grise ne saurait dire si elle aimait le mélange ou non. Son nez retroussé, elle regarda le liquide orangeâtres et le reposa sur le sol, enlevant d’un mouvement du pouce la trace de ses lèvres sur le verre.

« Réciproquement oui. Vous vous tenez en très basse estime je trouve… Mais qu’importe, commençons. »

La jeune femme souffla doucement tout en posant une main sur son visage, puis une deuxième. Elle ferma alors les yeux. Tout cela était évidemment inutile, mais n’avait que pour vocation de mettre en confiance son interlocuteur. Il n’était jamais facile de se découvrir mentalement. Son esprit désormais ouvert à elle, elle s’y engouffra comme dans une tornade, faisant alors la jonction entre sa propre personne. Les visions du passé commencèrent …





Les enfants pleuraient, les autres s’étaient renfermés sur eux même. Les professeurs essayaient tant bien que mal de les rassurer, de les aider. La panique se lisait sur plusieurs visages. Les plus âgés juraient entre eux et essayaient de contenir la rage contre l’infâme trahison dont ils venaient d’être témoins. La Grise, fatiguée et bouleversée, s’étaient mis en hauteur par rapport à tout le monde. Les bords de la vision étaient indistincts, et seul comptait l’intérieur. Des mots résonnaient dans la scène, la Grise avait commencé un discourt. Ses cheveux sales et mal peignée grossissaient les traits du personnage, dans un état physique assez lamentable.

«… nous ne sommes pas des pantins. Nous n’avons pas d’allégeance politique. Nous n’avons pas de place dans les débats. Nous sommes des chevaliers Gris, et ce faisant, nous défendons un idéal. Nous défendons la liberté universelle envers et contre tout ! Jamais nous ne serons des esclaves ! »

La scène se matérialisa. Le métal fut remplacé par de la roche, des détritus. De la puanteur. Un lac d’acide sur le côté qui projetait par moment de gerbes verdâtres mortelles. En face d’Helera, le sabre vert allumé, un personnage à la peau identique. De l’amour infini échappait d’Helera. Drake ressentait l’attachement de la femme aux cheveux blancs pour son interlocutrice. Il n’y avait rien de physique, c’était de là. Une amie comme il n’en existe peu. Une amie qu’elle gardait en très haute estime, pour qui elle aurait confié jusqu’à sa vie. Pourtant, la capuche de l’autre la faisait paraître comme ténébreuse. Elle ne bougeait presque pas, alors qu’Helera s’égosillait. La encore, ce fut des paroles acqueuses, comme dans un rêve, comme sous l’eau… Mais une phrase revint :

« Tu es une Jedi, tu ne dois pas rejoindre le côté obscure ! »

Encore une fois, la scène se matérialisa. La surface était plus petite, faite d’un bois humide, usé. Mélangé avec une structure en métal. Il y avait encore le personnage à la peau verte. Dans un coin de la pièce, le dos contre un mur. Helera était assise sur le lit, l’écoutait. A ce moment, c’était le brouillard. La noirceur de ses pensées était toutes tournée vers son échec. Un échec cuisant, retentissant. Et cette douleur dans son épaule, jusque dans son bassin. Elle n’avait plus de bras … Cette fois, la phrase qui perça le voile de l’eau fut celle prononcée par la femme verte.

« je suis une Sith. »

Le nom de Krayt fut également prononcé. Le seigneur sith produisait chez Helera un dégoût soutenu et un goût amer. La rage qu’elle portait désormais, la sauvagerie n’avait plus de limite. Elle lui vouait une haine sans frontière. Pour lui, et pour son apprentie au visage vert … Puis tout se bouscula, et il n’y eu plus rien. Le noir. Rien que le noir. Helera était au centre et ne bougeait pas. Assise sur ses jambes, ses deux mains servant de support à tout son corps. Elle était résignée. La solitude était présente, omniprésente. Elle était de partout. Helera n’avait plus personne sur qui compter, plus personne sur qui écouter. Plus personne qui lui vouait le moindre sentiment positif. Et au fond de cette noirceur alentour résonna une ultime phrase. Porteuse du malheur et de la désolation mentale. Une phrase qui traduisait une rancœur et une jalousie profonde. La tristesse et la colère.

« Acceptes-tu mon humble présence à tes côtés pour le restant de nos vies, unis par les liens du mariage ? »





Ils immergèrent en même temps à la réalité. Elle enleva vivement ses mains tremblantes de ses tempes. Le pirate avait vécu la perte de sa famille et de ses amis. Seul restait son fils. Il avait également connu Krayt … Une vie de malheur qui l’avait poussé à accueillir la haine dans son cœur, et le chemin le plus court vers le côté obscure. Le sith l’y avait aidé … Drake n’était pas un homme mauvais, elle en était désormais convaincue … C’était un homme seul également, mais ayant fait les plus mauvaises rencontre qui soient …

Les objets en lévitation furent lentement ramenés à leur place. Helera souffla lentement et but son verre cul sec. Elle n’osait pas regarder le pirate. Ni l’un, ni l’autre ne pouvait savoir avec certitude ce que l’un et l’autre avait vu. Cet exercice faisait apparaître les dessins les plus noirs de l’interlocuteur à l’autre. De la même manière que si l’on disait « n’appuie pas sur ce gros bouton ». Inconsciemment, l’esprit se livrait à la personne et bien souvent l’attaquait. Ce n’était pas le cas à ce moment … Quelques interminables secondes passèrent avant qu’elle n’ose relever son visage. Une larme coulait sur sa joue. Drake pouvait ressentir une partie d’elle, et inversement. Mais dans ce cas présent, ils avaient une psyché assez proche, ne provoquant pas d’échange trop violents …

« Je suis désolée … Comment te sens-tu ? »

Le tutoiement se révélait presque « obligatoire », maintenant qu’ils ressentaient l’autre, se connaissant mieux que quiconque désormais … Helera se resservit un verre de whisky qu’elle but tout aussi vite avec une grimace. Le sang tapait à ses tempes…
Avatar de l’utilisateur
By Drake Stark
#29961
    « Tout cela... C'était réel. Cela c'est vraiment produit. »

Ce n'était pas une question, il fallait qu'il le dise à voix haute, il fallait qu'il réalise ce qu'il venait de voir. Il rassemblait ses idées, alors que la jeune femme s'excusa. Pourquoi avait-il accepté cette manipulation d'esprit, le reste aurait été plus facile sans cela. Non, la suite ne pouvait être continuée, qui serait-il sinon ? Il n'avait jamais voulu de ça, il voulait simplement surmonter, vaincre. Mais le prix ? Il avait juré que n'importe quel sacrifice serait bon, mais s'il perdait ce qu'il était, il ne pourrait continuer à les protéger, il ne pourrait que faire l'inverse.

    « Ce n'est rien… T'… Tu n'as pas à t'excuser. C'est moi. Je vais régler certaines choses, faut que… »

Il but à son tour un verre et s'empara la bouteille pour verser son contenu dans les deux verres. Chacun semblait en avoir besoin. Puis il regarda Hélera, la larme s'écoulait encore sur sa peau lisse.

    « Tu ne devrais pas. On dirait que tu as vécu une vie, tu sembles avoir enduré autant que moi alors que certain à ton âge non même pas commencé à vivre… Je comprends ce que tu veux faire, pourquoi tu veux le faire. Mais est-ce que cela en vaut il la peine ? Tu as sans doute passé à côté de possibilités de vivre paisible, t'échapper de tout cela, ce n'aurait pas été lâche, cela aurait été normal, peut-être même sein.
    Il regarda ses mains.
    Mais je comprends. Qui le ferait si tu ne le fais pas ? Pourtant… Même si cette mission qui te tient tellement à cœur de fait… avancer, elle semble également t'isoler. On pourrait croire que tu es bien entouré, mais j'ai l'impression qu'au milieu de cette flotte que tu réunis autour de toi, ton fardeau sur les épaules, tu t'éloignes. Pourquoi ? Est-ce de la peur qui te donne l'impression que la bonne solution est la solitude ? »

Évidemment. Qui n'aurait pas peur, après avoir vécu ce qu'elle avait vécu, autant ce que Drake avait vécu. La perte, peut-être, même pire, la corruption d'un être qu'on aimait par une entité. Mais par de là, un sentiment de détresse venant d'une – quoi – fausse espérance ? Elle semblait en colère contre elle-même, s'en voulant elle aussi, de choses du passé.

    « J'ai fait dans un premier temps ce que j'ai fait, être pirate, car je voulais vivre une belle vie, riche évidemment libre bien sur, mais épanouis, respecté, craint aussi. Mais j'ai toujours été entouré dans ces moments. Mon équipage, ma famille. »
Il souriait inconsciemment, alors qu'il pensait à ces moments.

    « Si lors de mes… Épreuves, mes défaites, je n'avais eu personne à mes côtés, je crois que je n'aurais pu lutter. Ce que tu aurais trouvé devant toi aujourd'hui n'aurait été que… Rien qui aurait mérité ta pitié. Il eut un petit rire étouffé.
    Bordel. Je vais rester le vieux pirate borné que je suis, et te dire simplement que le hasard fait peut-être bien les choses. M'aider, tu vas essayer de le faire, mais en retour, je vais tout autant t'aider. »

Combler sa solitude comme il le pourrait semblait être la chose à faire. C'était pour l'instant la seule chose qu'il voyait pour l'aider. Il espérait surtout être de bonne compagnie comme à une époque…

    « Ne restons pas ici, tu ne crois pas ? J'en ai marre de cette pièce. Et puis, après une victoire, même petite comme celle-ci, l'équipage aime faire la fête… Cela pourrait peut-être détendre tout le monde ? Et continuer notre conversation, dans l'un de nos vaisseaux ? »
Il s'était dirigé vers la porte où derrière se trouvaient les hommes de Hélera, et surement quelques-uns de siens, également. Mais est-ce que cela comptait encore ? Il avait souvent connu cela, un ennemi potentiel se révélant un allié des plus fiables, malheureusement le contraire se révélait parfois tout autant possible. Drake invita à Hélera à passer devant.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#30061
La jeune femme se laissa servir un deuxième verre, puis rejeta une mèche de cheveux en arrière. Ses yeux brillaient, tuméfiés par la fatigue et l’effort de la « communion » spirituelle. Elle se tenait une main avec l’autre, pour éviter que les tremblements ne la discréditent. Par sa première analyse, Helera ne le gratifia que d’un sourire. Elle perdit son regard dans l’ambre liquide de son verre. Ses deux mains vinrent se placer autour du contenant et le firent tourner en cercle. Le liquide suivit le mouvement. Ses reflets semblaient apparaître dans le fond du verre, avant de disparaître à nouveau. Le pirate était la deuxième personne à lui parler de sa vie ratée. Elle-même avait pu le constater. De nouveau, il lui mit en pleine figure à quel point elle avait réussi à créer un empire, en se plaçant au sommet. Sauf que ce dernier n’abritait que le froid de la solitude, et la fragilité des bases sous-jacentes. Elle se tenait en équilibre, chancelante et fragile. Elle ne pouvait le nier, et ne le nia pas. Il avait raison. Sa gorge se noua, lui brisant la parole. Elle sentit une pression au niveau de son larynx et se retourna vivement. Elle réprima cette sensation que trop souvent elle avait dû exprimer. Ce fardeau, elle l’avait choisi. Mais inutile de commenter. Drake le savait déjà tout cela. La grise fit quelques pas de nouveau vers le hublot et y plaça sa main droite, paume ouverte. Elle posa alors la tête contre la transparacier et ferma les yeux. Il n’y avait rien de plus à dire.

Drake changea de sujet et évoqua alors son passé. Ses ambitions et ses rêves oubliés. Helera sourit elle aussi, totalement dos à lui. Tout cela, elle le connaissait également, elle l’avait vu, et partageait désormais ses sentiments.

« Tout le monde mérite la pitié. Même le plus noir des Sith, même le côté obscure »

Comme montée sur un pivot, elle se retourna sur elle-même et resta dos à la paroi. Elle ne le regardait pas, fixant un point hasardeux sur le sol. Ses yeux scintillaient comme un point d’eau au matin. Il lui proposa d’aller fêter cette victoire. Fêter la mort, comme elle appelait ces banquets suivant les combats. Encore une fois, elle ne dit rien. Elle n’avait pas la tête à faire la fête. Pourtant …

« Si tu veux. Viens chez nous, il y a plus de place. »

Ils quittèrent la pièce, et se retrouvèrent devant les nelvaaniens en faction. Ceux-ci lui grognèrent dessus, et elle les gratifia par une caresse sur l’épaule. Son ton était nonchalant, las, monotone …

« On va les embarquer sur le Lance d’Aurore. En tant qu’invité. Dites-leur d’amener de quoi faire la fête. »

Les soldats distribuèrent ensuite les ordres et ils se séparèrent un à un, reprenant tous leur place dans les vaisseaux. Helera resta un moment sur le seuil de ladite salle, et attendit que Drake n’en sorte.

« Je te le dis, tu es quelqu’un de bien. Mais ne crois pas que je sois si importante que cela. J’ai fait une croix sur une vie normale. Je ne vis qu’à travers mes convictions désormais. Et c’est mieux comme ça … »

L’air morose, elle se détourna et lui fit signe de la suivre. C’était mieux comme ça … Et surtout cela évitait les morts inutiles laissés dans son sillage. Elle n’allait pas chercher à mettre le pirate en danger. Pour cela, elle devait l’éloigner au maximum de sa proximité …
Avatar de l’utilisateur
By Drake Stark
#30128
Drake regarda dans les yeux de la jeune femme et essaya d'y percer quelque chose. Que ça soit là, ou dans son visage, il comprit ce qu'elle pensait, de festoyer après une bataille comme celle-ci.

    « Tu sais, ce n'est pas moins pour les morts que les vivants. Vous semblez aimer la vie au point de sacrifier la vôtre pour préserver celle d'inconnus. La mort est autant à célébrer que la vie et inversement, sans l'un, l'autre n'existerait pas. »

Puis, il suivit Hélera. Regarda d'un trait curieux, l'espèce de fauve sur deux pattes. Il ressemblait à un Cathar. Il se prit à penser à Kanjis. Il baissa la tête. Il était vraiment désolé. Mais dans un espoir, il espérait se faire pardonner, d'une façon, ou d'une autre. Il trouverait.

Le pirate ne quitta pas Helera, jusqu'à passer encore sur une passerelle où là, plus encore, l'espace s'ouvrait à eux.

    « L'espace. C'est un amant, un ami, autant qu'un adversaire redoutable. On peut s'y perdre, autant de corps que d'esprit. On peut facilement s'y croire à l'abris. Mais cela peut aussi nous rendre fou. »

Arrivé dans le Destroyer, Drake ne put s'empêcher de siffler.

    « Un vaisseau comme ça, ça me botterait. Même si ça manque de personnalité ces machins triangulaires. »

Plusieurs de ses hommes arrivèrent, encadrés quelque peu par les hommes félins, mais personne ne fit de vagues, même si les pirates ne savaient pas très bien comment réagir. L'un d'eux s'approcha de son capitaine pour lui parler sans que la grise n'entende.

    « Hép, Com'dant. Mmh. Qu'est-ce qui se passe. On fait, quoi ? C'est du flan, on essaye de prendre ce bâtiment... ou... ?
    En aucun cas, amusez-vous. Cherchez pas le conflit non plus. Considéré ces nouvelles connaissances, comme des alliés. Oui. Amusez-vous.
    Semblant d'une certaine manière soulagée de ne pas affronter cette flotte et ce bâtiment, il eut un sourire envers son commandant.
    Ok... cool. On a amené la boisson. »
Puis il repartit arranger leur petite sauterie, tout en accostant un membre d'équipage d'Hélera.

Bientôt l'ambiance de la rencontre se détendit et les "pirates" de Hélera se laissèrent aller disons, par l'influence des Nomades. Même certain de ces nelvaaniens semblaient se détendre, certain même se prirent au jeu de la dégustation. Au grand étonnement des pirates, ce peuple ne paraissait pas du tout aux faits des plaisirs de l'alcool.

Drake lui pourtant, se rendit compte que tout cela n'amusait pas plus leur capitaine, presque au contraire.

    « Si tu veux, je vais leur dire de ne pas trop embêter tes amis. »

Il posa les yeux sur la jeune femme, et lui proposa un verre.
Tout cela avait semblé la retourner, faire surgir le passer aussi vite et intensément avait retourné Drake, mais celle qui en était l'instigatrice semblait autant souffrir que lui, la différence était que lui extériorisait beaucoup – trop – ses sentiments. Elle, elle les enfouit, là où personne ne pouvait le trouver.

    « Nous n'avons pas choisi des vies faciles, tous les deux nous en sommes conscients, mais cela ne nous donne pas le devoir de nous priver du reste. Peut-être que c'est dangereux, mais à quoi servent tes convictions, si ce n'est pour les partager avec personne . Une vie atypique ne veut pas dire une vie isolée. »

Il regarda devant lui, là où se trouvait maintenant le mélange d'univers, sans eux deux, ces hommes, ces êtres, que tout oppose ne se serraient jamais rencontré, aucun n'aurait alors bu et rit ensemble, même pour certains, danser.

    « Tu avais dit que ce que nous avons partagé était une marque de confiance. Mais j'ai l'impression Hélera, que tu restes toujours... caché. Pourquoi prendre ce recul ? Certes, cela fait seulement quelques heures que nous nous connaissons, mais c'est toi qui es venu à moi avec ce tour... tu te doutes bien ce que j'ai perçu de toi et de tes sentiments. »

lle voulait se détacher de tout, mais une personne avec cette intention sure, ne venait pas partager ses propres sentiments avec un inconnu. Non, inconsciente ou non, Drake n'allait pas la laisser se barricader.
Avatar de l’utilisateur
By Helera Kor'rial
#30135
Ambiance


Helera resta silencieuse, interdite. Ils passèrent de passerelles en ponts, de coursive en hangar. C’est là qu’il commenta sa vision de l’espace, ce qui fit sourire la grise. Une conception très arcade de ce qu’était une zone de mort absolue. Sans pression, sans agitation moléculaire. Le corps gelait, le sang rentrait en ébullition. En quelques secondes, les êtres vivants n’étaient plus que des coquilles vides, dérivant à l’infini. Dans un silence absolu, une tranquillité éternelle … Dans le vaisseau qui les emporta dans le Lance d’Aurore, Helera ne cessait de le regarder, de l’épier. Le lien semblait l’avoir ouvert, tandis qu’elle s’était renfermée. Il avait pris de sa personnalité, et elle la sienne. C’était un effet typique de ce genre de transfert mental. A haut niveau, on en perdait même son identité. Qui était alors ce pirate bercé d’illusion, qui dans l’espace, avait perdu son identité. Qui était l’homme derrière ce visage de fer. Quels avaient été ses méfaits, et comment recherchait-il rédemption ? Helera ne dit mot, mais son esprit grouillait, fouillait, s’étendait. A la remarque pour le vaisseau, elle répondit :

« Sa conception est solide, et sa puissance de feu est encore viable. C’est tout ce que nous recherchons. »

Puis vint un de ses hommes, tandis qu’elle faisait quelques pas dans le hangar. Un nouveau sourire s’afficha sur son visage, dissimulé à cause de son orientation. En langue Nelvaan, Helera distribua ses ordres à un chasseur qui passait par là. Elle le répéta pour un officier Gris Zabrak.

« Amusez-vous les gars. Vous avez carte blanche aujourd’hui. »

L’un comme l’autre, leur visage s’était illuminé. Les fêtes n’étaient pas nombreuses dans la flotte. Il y avait beaucoup de professionnalisme, et leur but n’était pas atteint, il n’y avait pas de fête à célébrer. De plus, ils ne pleuraient pas les morts, ils leur réservaient un culte selon leur coutume raciale. Un enterrement, une crémation, etc. Mais pour participer à la majorité de ce genre d’évènement, Helera ne pouvait plus se réjouir de la mort. Elle en avait vu trop. Des soldats, des amis, qui se battaient pour la cause, pour elle. Tous de bons êtres, femme ou homme, qui avaient dédié leur fin de vie à un idéal incertain, presque utopique. Elle avait levé une armée colossale, partant des moyens dont elle avait à sa disposition. Et plus il y avait de volontaires, plus de morts ils devaient enterrer. Cela ne lui convenait pas. Drake la sortit de ses rêveries.

« Crois-moi, nous savons faire la fête. Les Gris festoieront avec les tiens. »

En réalité, il n’y avait pas tant de Nelvaanien dans le bâtiment. Une dizaine tout au plus, pour deux voire trois fois plus de soldats Gris. Une armée composée de diverses races galactiques. Au final, tous se confondaient dans la masse. Alors que des tables de fortunes et une sorte de banquet fut érigé en plein centre de l’immense hangar, Helera s’était vu offrir un verre, un autre. Elle l’accepta, puis se mit légèrement à l’écart, tandis que les animations commençaient à prendre de l’ampleur. Suivit de Drake, elle s’installa sur une rambarde, donnant par l’arrière aux arrêtes du vaisseau, avec une vue imprenable sur tout le hangar. Juste en bas d’eux se situait les portes lourdes qui conduisaient aux couloirs centraux. De là se déversait un flot d’officier, soldats, enseignes etc. Tous venant se mêler à la fête.

« Je n’ai pas choisi ma vie Drake. Elle s’est imposée à moi. »

Elle resta fixée vers le néant spatial quelques minutes, imposant un silence pieux. Mais la grise se retourna néanmoins vers le pirate.

« Ce « tour » est davantage pour nous assurer que nous n’avons pas de danger à craindre. L’échange symbolise simplement l’idée de donnant-donnant. Si je le voulais, je n’aurai eu qu’à sonder ton esprit sans rien donner en échange… Pourquoi cela ? Car nous sommes traqués. Les Hutts ne sont pas la seule menace qui pèse sur nos têtes. »

Helera fit une pause.

« La vérité c’est que, si je t’inclus dans ce cercle de confiance, tu deviens une cible. Si tu deviens une cible, tu t’exposes à des dangers. Et je ne veux pas d’autres morts. Je … ne peux pas permettre cela, tu comprends ? Je ne remets pas en question tes compétences à survivre, mais je ne veux pas non plus les mettre à l’épreuve … »
Ne quittez pas le trophée des yeux

http://image.noelshack.com/fichiers/[…]

J'ai vu de la lumière

Vous avez très bien fait ! "Ne pas perdre Kor[…]

Amiral, le Boréal assure brillamment son rôle. […]

L'ultime fois [Jagga II]

L'homme avait plusieurs implants ainsi qu'une jamb[…]