L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

#39711
Modération


La femme qui se tenait face au vieux bedonnant s’annonça. Annissa Reg’Ror, c’était son nom. Un nom qu’il n’avait jamais entendu. Rien de bien étonnant. A dire vrai, il ne retenait pas plus le nom des filles de joies qu’il fréquentait. Il ne retenait plus le nom de grand monde. Les nuits blanches, les nombreuses Zeltronnes et l’alcool n’aidait pas à garder un esprit sain. Mais il y avait quelque chose chez la journaliste qui captivait l’avocat. Elle était loin d’être frêle. Bien différente des femmes qu’il préférait. Mais elle ne manquait pas de charme. C’était sans doute ce qui lui avait fait quitter son écran pour s’intéresser à elle quand il aurait préférait que personne en vienne l’interrompre durant son affaire.

La seconde chose qui retint son attention fut la mention d’une interview. Il avait l’occasion de passer du temps avec une belle créature. Et s’il passait aux infos, celui lui ouvrirait peut être les portes du carré VIP qu’il avait l’habitude de fréquenter. Après tout, ils n’acceptaient que les personnes célèbres. Il se redressa en toussotant, cherchant une position plus professionnel dans son siège miteux qui dégageait une odeur rance de transpiration, essayant de mettre en valeur le très peu de charme qu’il lui restait. Il lui sourit de ses dents jaunes abimées par le tabac et autres produits illégaux sur tout autre monde que Zeltron.

    - C’est bien moi ! Maître Wilson Paile pour vous servir. Asseyez vous, asseyez vous. Vous désirez boire quelque chose ?

Derrière son bureau, de nombreuses flasques à l’odeur dérangeante trainaient. Vides pour la plupart, certaines contenaient encore un liquide ambrée bas de gamme que seul un homme de peu de gout pouvait apprécier. Il prit un verre qui n’avait pas été souvent laver et dont les traces de doigts et de lèvres grasses avaient opacifié la surface. Le liquide coula plus que nécessaire avant qu’il ne l’offre à la jeune femme.

    - Bien sur, vous pouvez enregistrer. N’hésitez surtout pas à me citer. C’est une affaire importante, et c’est avec plaisir que je vous ferais part de ce procès. Je défendrai toujours les bons hommes dans le besoin.

De toute évidence, il n’avait pas ouvert le dossier envoyé par ses supérieurs. De bon, Tylin Woodes n’avait pas grand chose. Esclavagiste reconnu sur une planète où il s’agissait d’un des crimes les plus graves, il avait peu de chance de s’en sortir, et aucun Zeltron n’aurait souhaité le défendre.

    - Laissez moi consulté mon dossier.

Il pianotant sur son datapad. La machine était lente, datant d’une autre époque. Il avait hérité des outils restant après que chaque membre plus compétant du cabinet n’ait récupéré du matériel digne de ce nom. Il laissa patienter la journaliste en lui jetant des regards indiscrets à mainte reprise. Jusque’à ce que finalement, le dossier n’apparaisse sur son écran.

    - Tylin Woodes… Hum… C’est bon. Eh bien… Jolie palmares. Esclavagisme… Il a du côtoyer de très jolies femmes… Euh… Des hommes aussi j’imagine… Comment ils l’ont attrapé ? Des chasseurs de primes. Classique. Qu’est ce que je peux vous dire pour l’instant ? Ah, il est en prison. Et un changement de prisonnier dans sa cellule. Son nouveau compagnon s’appelle… Embo. Hum… C’est pas un plaisantin lui non plus. Cartel des Hutt… Ils devraient passer du bon temps tous les deux. Ok… Ok… Rien d’interessant… Ah et son procès est prévu pour dans 2 semaines. Voilà. Est ce que vous avez des questions ?
Avatar de l’utilisateur
By Haya Fuu
#39737
C'est ave un sourira aimable qu'Anissa Reg'Ror avait suivi l'invitation de l'avocat à s'assoir. A l'évidence il fournissait des efforts pour paraître un minimum affable, mais ils restaient vains. Même sa tentative pour offrir un verre à la journaliste était le dur reflet de la réalité du lieu et du personnage.

Haya Fuu "Merci, mais il est préférable que j'évite de boire, même un peu, l'alcool me monte vite à la tête."

La jeune femme regarda son datapad et activa l'enregistrement, comme le lui avait autorisé maître Paile.

Haya Fuu "Affaire Tylin Woodes, Zeltros, Cabinet PUDONT-MOTERRI, bureau de maître Wilson Paile, Personne présentes, maître Wilson Paile, à qui Haya adressa un nouveau sourire, et moi même."

L’entretien pu commencer, et la journaliste ne fut pas déçue de l’entrée en matière. Le fait de qualifier Tylin Woodes de 'Bon' fit rire intérieurement l'Anzat. Même les parents de ce genre d'individus devaient hésiter à les qualifier de 'Bons'. L'esclavagisme, c'était un peu la branche maudite de la criminalité, le mal dans le mal, le fond du puit que la lumière ne devait jamais atteindre. Peut-être maître Wilson Paile tentait-il de se convaincre que sa mission n'était pas aussi détestable qu'elle le paraissait afin de pouvoir se regarder dans un miroir le matin en se rasant.

E t si faire un résumé de la situation de l'accusé consistait à en vider toute sa substance, alors l'avocat avait mis dans le mille.

Maître Wilson Paile "Tylin Woodes… Hum… C’est bon. Eh bien… Jolie palmares. Esclavagisme… Il a du côtoyer de très jolies femmes… Euh… Des hommes aussi j’imagine… Comment ils l’ont attrapé ? Des chasseurs de primes. Classique. Qu’est ce que je peux vous dire pour l’instant ? Ah, il est en prison. Et un changement de prisonnier dans sa cellule. Son nouveau compagnon s’appelle… Embo. Hum… C’est pas un plaisantin lui non plus. Cartel des Hutt… Ils devraient passer du bon temps tous les deux. Ok… Ok… Rien d’interessant… Ah et son procès est prévu pour dans 2 semaines. Voilà. Est ce que vous avez des questions ?"

Haya Fuu "Hé bien peut-être pourrions nous commencer par parler des victimes. De ce que j'en ai compris, il semblait s'en prendre exclusivement aux zeltrones. Vous pourriez me le confirmer ? Peut-être avaient-elles un profil,... ou un physique particulier."

Il était plus qu'évident que les cibles privilégiées allaient être des jeunes femmes avec un physique avantageux. Il ne fallait pas être du métier pour comprendre que ce qui devait intéresser le client final de l'esclavagiste, c'était l'exploitation des compétences si spécifiques des victimes. L'idée était d’ailleurs fort pertinente, il fallait bien l'admettre. C'était une piste idée à creuser.

Haya Fuu "Sans rentrer dans le détail, avez-vous déjà établi avec votre équipe les principaux axes de votre stratégie de défense ?, Annissa se reprit, Attention je ne vous demande pas d'indiscrétion. Mais un tel client doit être particulièrement difficile à défendre, surtout sur Zeltros. La Défense vous parait-elle avoir les moyens de faire correctement son travail ? Avez-vous aujourd'hui tous les éléments du dossier en mains : la justice vous fourni-t-elle en temps et en heure les retranscriptions des entretiens qu'à pu avoir M. Woodes avec le juge, ou les minutes de ses interrogatoires ?"

Trêve de bavardage, il allait aussi falloir rentrer dans le vif du sujet à un moment ou un autre. Il fallait déterminer jusqu'à quel point maître Wilson Paile était professionnel, et jusqu'où elle pouvait l'inciter à révéler ce qu'il savait sur toute cette affaire. Après il serait temps de passer à la vitesse supérieure.

Haya Fuu "D'ailleurs, il y a un point que je n'ai pas étudier, mais finalement je me dis que vous êtes le mieux placé pour me répondre. Comment vous faites pour échanger avec votre client ? Vous avez un droit de visite je suppose. Comment cela se passe-t-il ? Le fait de faire partie d'un cabinet aussi prestigieuse que celui de PUDONT-MOTERRI est-il un atout ?"
#39950
Modération


La journaliste parvenait tant bien que mal à rester impassible devant tant de médiocrité d’esprit. Pourtant, l’homme ne manquait pas de raison de la dégouter. Elle ne tarderait pas à découvrir l’importance de son incompétence. Après tout, c’était bien la raison pour laquelle il avait été placé sur ce dossier. Un simple pion destiné à faire passer dans l’oubli Tylin Woodes. Et un second pion était en marche. Embo, le nouveau compagnon de chambre de l’esclavagiste attendait son heure. L’avocat n’en avait pas la moindre idée… Mais le temps était compté. Et il continuait de se diriger dans la mauvaise direction. Répondant minablement aux questions de la prétendue journaliste.

Quelles étaient les cibles de Tylin ? Du point de vu de maître Wilson, la réponse était évidente. Après tout, c’était la raison pour laquelle il restait lui même sur la planète aux milles plaisirs. De belles jeunes femmes dont la vie se construisait autour des plaisirs de la chair… Que demander de plus ? D’un certain côté, il comprenait le criminel.

    - Oh vous savez… Il n’avait pas de critère particulier autre que de trouver des Zeltronnes. Il n’y a pas vraiment besoin d’autre critère quand on s’intéresse à elles. Les Zeltronnes sont… Parfaites… Pour servir de filles de joies. A priori ses filles étaient destinées à servir dans des bordelais de Bar Shaddaa.

Stratégie de défense ? Euh… De quoi pouvait elle bien parler ? C’était tout juste si l’avocat découvrait le dossier en même temps qu’elle l’interrogeait. Si il avait une stratégie, elle n’avait pas encore de début… Une fin, encore moins… Une équipe pour en trouver une ? L’humain n’avait plus travailler avec qui que ce soit depuis un bon moment. A dire vrai, il se savait même pas qui étaient les collègues derrière la porte de son bureau. Pris de court, il pianota sur le clavier numérique de son projecteur. Avait il des informations sur ces interrogatoires ? Il avait un nombre de message en attente qui dépassait le raisonnable. Mais un petit filtre lui permit de trouver quelques informations.

    - Hum… L’homme ne parle pas beaucoup et je ne l’ai pas encore rencontré. Il n’a rien avoué et plaide l’innocence. Il a l’air assez confiant dans ses chances de quitter la prison. Tout ce qu’il a dit aux inspecteurs, c’était qu’il s’agissait d’une erreur, et qu’il avait engagé le meilleur cabinet d’avocat pour le représenter. Il n’a pas tord sur ce point là. Ah ! J’ai sa dernière communication. Tiens… Le mail m’était directement destiné… M. Paile Wilson… bla bla bla… Nous rencontrer… bla bla bla… Urgent… Bla bla bla… Changement de compagnon de cellule… Bla bla bla… Mercenaire… Bla bla bla… Dangereux… Ils m’ont trahis… bla bla bla… Faites vite…

Le message daté de la veille. Le moment où Tylin avait probablement reconnu Embo. Et si le message reçu par l’avocat était assez clair… Ce dernier n’avait aucune idée de ce qu’il se passait. Son cerveau totalement ramolli était incapable de faire la moindre connexion logique. Mais le temps de l’esclavagiste était compté.
#39993
Haya Fuu "Vous ne l'avez pas encore rencontré dîtes-vous ? He bien il est temps de s'y mettre, et rapidement !"

Le ton avait radicalement changé. Plus question de faire la conversation, l'Anzat avait définitivement admis que l'avocat qui se tenait devant elle n'avait rien d'un professionnel et tout d'un parasite.

Haya Fuu "Visiblement vous êtes autant avocat que moi. Alors on ne va pas tourner autour du pot en se faisant des ronds de jambes et en perdant l'un et l'autre notre temps à s'échanger des politesses. Ce qui vous intéresse dans la vie ce sont les Zeltrones ? Je connais quelqu'un qui me doit un service, et qui pourra aisément vous trouver de quoi vous défouler pendant tout un week-end. Moi, ce que je veux en retour...,joignant ses mains en un simulacre de prière, elle appuya délicatement ses lèvres au bout de ses doigts comme pour y souffler son vœux, qu'elle libéra via la Force dans la foulée, ... c'est que vous me fournissiez tout ce que vous avez sur cette sombre affaire d'esclavagisme, avec à la clé la possibilité de rencontrer notre ami commun, dans les meilleurs délais. Et d'ailleurs je serais vous j'appellerai rapidement la prison pour le mettre à l'isolement. Je vous laisse trente secondes pour vous décider."

La comédie avait largement trop durée. Et si Haya supposait que le déchet d'avocat qui se tenait devant elle puisse le conduire jusqu'à Tylin Woods, c'était probablement la seule raison qui faisait qu'elle ne lui avait pas encore fait imploser sa cage thoracique. D'un autre côté, peut-être qu'elle pourrait tirer avantage des dépendances de l'homme ultérieurement. En tout cas ce qui était certain pour l'Arcaniste, c'est que l'énervement la gagnait, et que c'était rarement bon signe pour qui se trouvait à proximité.

Haya Fuu "Je profite de ces quelques secondes de réflexion pour ajouter que je doute qu’un cabinet prestigieux comme le vôtre apprécie qu’un de ses clients aient été abandonné à son triste sort par un des ses collaborateurs. Très mauvaise publicité à mon avis. Il faudrait alors vous trouver un nouveau job pour financer vos plaisirs. Et quand je parle de job, je parle de travailler, pas de s’égayer devant des vidéos porno en attendant la fin de la journée. "

L'Histoire se Répète.

https://cdn.discordapp.com/attachm[…]

Instinctivement Sha Kali porta sa main à son blast[…]

« L’opportunité n’appartient qu’à ceux qui son[…]

Si le noyau ne comptait pas daigner accorder d&#[…]

Bar & Bagarre [ ft Jessa]

La méfiance et le dédain était partagé des deux p[…]

Vers les étoiles. [PV Vrad]

https://media.discordapp.net/attach[…]

Au nom du bien commun [Partie 2]

CORELLIA – Coronet City – Coronet Capitol Tow[…]

https://i.pinimg.com/originals/b8/7[…]