L'Astre Tyran

StarWars Online Roleplay Cliquez ici pour voir l'intro...

Image

Bien qu'assez excentrée dans la Galaxie, Tatooine occupe une position stratégique au croisement de plusieurs routes hyperspatiales. De ce fait, la planète s'est trouvée au centre de nombreux conflits. Sa surface est jonchée d'épaves d'anciens vaisseaux, la plupart ayant depuis été pillées par les Jawas.
Gouvernement : Neutre - Affinité avec les Hutts
#40119
Image



Le lendemain matin fut nettement plus difficile pour Rena que pour son Maître et pour cause, Maav et Potri avaient parfaitement fait leur devoir en contenant la jeune padawan. Le mal de crâne et la bouche pâteuse, rien de bien agréable dès le matin mais bon, ils se devaient maintenant de rentrer et d’apporter le fruit de leur voyage à ce monstre de Grakkus. Evidemment, dès que la brunette vit Sareth, elle ne put s’empêcher de le dévisager et de se montrer particulièrement hostile avec lui. Si ses yeux avaient été des blasters, il serait sans doute mort plusieurs fois. Du côté de Jem, un large sourire illuminait son visage et elle ne manqua pas de s’approcher de sa padawan afin de savoir si elle avait eu le temps d’étudier la tablette de plus près.

« Tu as su découvrir quelque chose sur la tablette ? Est-ce que cela comporte un risque de la remettre à Grakkus ? »

« Je l’ai scannée et j’en ai déjà déchiffré une bonne partie. Il s’agit de l’histoire du premier grand schisme Jedi. Je ne pense pas que le laisser temporairement aux mains du Hutt soit un problème pour le moment. Il ne devrait pas être en mesure de le déchiffrer mais bon, s’il travaille avec des Siths, eux pourraient bien y arriver. Il serait donc intéressant de la reprendre plus tard. Elle parle de la stase utilisée par Arden Lyn et qui était alimentée par le côté obscur. »

« Oui, ça pourrait être un problème si les Siths venaient à mettre la main dessus. Après, je ne crois pas que Grakkus soit du genre à partager sa collection, surtout avec des Siths. Selon les informations qu’on a, c’est une personne prudente et surtout qui ne fait confiance à personne. Cela devrait nous laisser le temps d’en apprendre plus sur son lien avec les Siths, avant de reprendre la tablette. Bon travail Rena. »

Une fois cette petite conversation secrète terminée, Rena retourna chercher ses affaires, croisant au passage le Mandalorien. Son regard noir fut accompagné d’un soupir d’exaspération, le tout sous les regards amusés des deux Rangers qui terminaient de charger leurs affaires avant le départ. Une fois les adieux fait aux tuskens, le petit groupe se remit en route vers Mos Eisley. Le voyage se passa sans gros problème, même si on pouvait ressentir que Rena avait une dent contre Sareth depuis la nuit passée, tout le contraire de Jem qui était rayonnante et qui ne se formalisait pas pour les humeurs de sa padawan. En attendant, les choses devinrent plus sérieuses à l’approche du lieu de rendez-vous. Le petit groupe s’échangea des regards afin que chacun se tienne prêt au besoin, même si c’était le Mandalorien qui allait les introduire.

Comme ils pouvaient s’y attendre, l’entrée était bien gardée et le petit groupe fut obligé de laisser leurs armes à la consigne afin d’éviter toute tentative idiote d’offensive sur le maître des lieux. Il faut dire que si Sareth était une personne connue du boss, ce n’était pas le cas des autres. Il fut d’ailleurs le seul à pouvoir garder ses armes. Ce genre de chose était à prévoir et pourtant, cela ne plut pas trop à Maav et Potri qui ne se sentaient pas particulièrement à l’aise sans leur attirail. Dès le premier pas à l’intérieur de ce qui devait ressembler à une sorte de palais, ils eurent la confirmation qu’user de la force dans un tel endroit serait assez compliqué. Jem ne manqua pas de lui donner un petit coup de coude afin d’attirer son attention en lui murmurant quelques mots.

« Essaie de bien nous vendre, histoire qu’on puisse travailler pour lui. Ca serait sympa. »

Elle termina par un clin d’œil et un sourire, alors qu’ils arrivaient dans la grande salle où se trouvait Grakkus. Il était clair que si en apparence, il ressemblait aux autres Hutt, il n’avait pas ce côté passif et inoffensif que les autres pouvaient arborer. D’ailleurs, il ne perdit pas de temps en bavardage, entrant directement dans le vif du sujet. D’autant qu’à ce niveau, il y avait deux questions qui lui brûlaient les lèvres.

« Sareth ! Bu bahkawopka uba doth ye wanya ah ukana dhepaka ? Wa ulwan boonowa fa du bu wahuota ? Um bu bodua camai killee jen an moocha bu dhepaka doi jen ? Jot twa planeeto hiee ? »
« J’espère que tu as trouvé ce que je t’avais demandé ? Et qui sont tes amis ? Je pensais que tu étais un solitaire. Tu ne serais pas assez fou pour me la faire à l’envers. N’est-ce pas ? »

A ses mots, les criminels à la botte du Hutt sortirent leur blaster, prêts à descendre les intrus à la moindre sentence de leur chef. Si les quatre étrangers semblaient assez calmes, cherchant à ne surtout pas provoquer une catastrophe par un geste impulsif, il était clair que les deux Rangers n’en menaient pas large. Ils avaient l’habitude des combats et des situations difficiles mais bon, sans arme et entourés d’ennemis, cela ressemblait plus à une situation désespérée. Il restait donc à voir si le Mandalorien ne les vendrait pas tout simplement pour en tirer tout le mérite ou si au contraire, il allait honorer sa part du marché.
#40120
Image


La réaction ne s'était pas faite attendre, à peine le Mandalorien entrait dans le palais que Grakkus crachait déjà sa bile ! L'arrivée en retard avait dû l'irriter, rien n'était moins sûr. Le leader des Jahibatki était, comme à son habitude, du genre peu patient et rarement aimable avec ceux qui brisaient sa confiance, et dans le cas de Sareth cela se ressentait à tous les niveaux... Il hésitait presque à le descendre tout de suite, cela se sentait dans ses mimiques et dans ses râles gutturaux saturés de colère contenue. Mais le Mandalorien n'était pas du genre à se faire marcher sur les pieds pour autant et encore moins à céder face à la pression, aussi resta-t-il parfaitement calme malgré les nombreux blasters pointés sur lui. Il n'avait rien à se reprocher, il avait accompli la mission et ses coéquipiers l'y avaient grandement aidé, tous avaient une excellente raison d'être là. Il jaugea du regard les hommes de mains qui tenaient les fusils... Ils avaient les tenues officielles du cartel, leurs mains ne tremblaient pas, ils avaient une respiration calme, ce n'étaient pas des rigolos, le Hutt était réellement prêt à les descendre en cas de mauvaise réponse, il allait falloir parler vite et parler bien... Dans cette situation, parler pour ne rien dire pouvait vite tourner court à une fusillade rapide et sans bavure. La présence de Jem le rassurait un peu, il se disait que si son intuition était bonne elle avait une micro chance de le sauver, mais dans le doute il n'allait pas tenter le diable, il préférait négocier calmement avec la limace, comme il avait appris à le faire depuis longtemps avec bon nombre de ses congénères.

    - Navré du retard Grakkus, il y a eu des complications. La tablette était coincée dans le territoire d'un Démon des Sables, pour éviter tout problème j'ai préféré recruter des mercenaires professionnels pour me donner un coup de main, chasser cette bête tout seul n'est pas chose facile.
    - Wa Bodua Sacan ? Uba doth duiweua.
    "Un Démon des Sables ? Tu bluffes."

    - Rena, tu as toujours la tête de la créature sur toi ?

Évidemment, elle l'avait gardée en guise de preuve. Un de ses yeux avait été détaché du corps, mais la tête était encore assez reconnaissable pour qu'on constate la nature insectoïde et terrifiante de la créature à qui ce chef avait pu appartenir... Lorsqu'elle fut soigneusement déballée sous le regard inquisiteur des gardes du Cartel, tous écarquillèrent les yeux, Grakkus le premier qui ne s'attendait pas à ce retournement de situation pour le moins dantesque. Il avait un certain attrait pour les exploits guerriers et pour les démonstrations de force, la culture de son Kajidic le voulait ainsi, cette vision de gloire le calma donc quelques instants, il se posa tranquillement sur son siège bien qu'il indiqua à ses gardes de garder leurs blasters levés.

    - Chalanh, Jee canta fa doth moocha cay Tuskens.
    " Intéressant... Je croyais qu'elle avait été volée par des Tuskens."
    - En effet, mais ils ont abandonné leur camp lorsque le Démon les a attaqué et a formé son nid non loin de la tablette, on a croisé aucun Tusken vivant sur notre chemin.

Ainsi cela éviterait aux Tuskens de subir des représailles, Grakkus ne prendrait sans doute pas la peine d'aller vérifier les dires de Sareth, il avait mieux à faire que d'envoyer ses hommes à la recherche d'un clan Tusken parmi d'autres au beau milieu de Tatooine, le Hutt avait beau avoir des moyens, ce n'était son genre de chercher l'aiguille dans la motte de foin... Et aussi malin que la limace pensait être, elle avait gobé une première fois les mensonges de Sareth à l'aide d'une bonne preuve, mais au lieu d'un bras coupé, cette fois c'était une tête coupée, elle se laissa donc lentement convaincre.

    - Heai jansee peai Jee gee bu dhepaka, fa baa luto... Woy uba gee fa ?
    "Du moment que j'ai la tablette ça ira... L'avez vous avec vous ?"

    - Bien sûr.

Rena se contenta simplement de la passer à un homme de main qui vint la donner à Grakkus, il examina l'objet quelques instants puis, d'un sourire satisfait, invita les gardes à baisser leurs armes avant de rire de bon cœur. Toujours aussi imprévisibles ces barons du crime, leur côté lunatique ne cessait jamais de surprendre Sareth même quand il croyait avoir tout vu.

    - Wa Bacotohoda, wa Cuiiiht an ateema wa Bodua Sacan... Uba kankahuesa mee bacaka vot lhonbau dotkola, woy uba ?
    "D'abord un Rancor, puis un Wampa et maintenant un Démon des Sables, tu es un chasseur de gros gibier ma parole !"

    - J'ai aussi un Dragon Krayt et des Vrblthr dans mon bestiaire... Mais je dois en grande partie cette victoire contre ce Démon à ce groupe de mercenaires, c'est pour ça que je les ai emmené avec moi, je pense que vous seriez heureux d'avoir des chasseurs de leur pointure à votre service.
    - Ye wanya che joday ?
    "Ils cherchent du travail ?"

    - Ouaip.
    - la doth chobaso du mah potkaua che ateema... Jee hatkocanh dopo hoohah alay.
    "Ils sont les bienvenue dans mon palais pour l'instant... Je les testerai plus tard."

Bon... Ce n'était pas encore fini pour le petit groupe des mercenaires, mais au moins ils avaient accès au palais de Grakkus et avaient réussi à attirer son intérêt, leur partie de la mission était donc réussie pour l'instant. Il restait cependant un dernier détail concernant Sareth à régler.

    - Jee cohbana uba, che Ateema. cha vee sakhee mah catabola maee, kuna kee gee Lhonbau chaduae baua.
    "Je te pardonne pour cette fois, ta dette est levée. Mais ne t'avise pas de détruire à nouveau ce qui m'appartient, dans le cas contraire tu auras de GROS problèmes."

    - Je saurais me souvenir de cet acte de gratitude, seigneur Grakkus.
    - Jeejee gee tanea baua bai setpika. Sareth, uba caiot jot, bu moulee rah doth roe dah mee poupiua... Uba, dit-il à l'attention du groupe de Rena, Jee hatkocanh saconba che uba joppay Jee noa-a du dayan see uba, che ateema uba caiot yocola du mah hhenpaee an winkee du mah cheioke yakai whao uba dayan bai.
    "Nous en avons fini. Sareth, tu peux disposer, l'argent est déjà sur ton compte. Quand à vous, je ferai appel à vous quand j'aurais besoin de gros bras, en attendant vous pouvez profiter de la cantina du palais ainsi que de ses suites de luxe si vous en avez besoin."

    - Merci beaucoup seigneur Grakkus, au plaisir de se revoir un jour, dit il sans en penser un mot.

C'était ça de moins sur les épaules du Mandalorien, enfin il n'était plus endetté auprès de ce gros requin, un immense soulagement, cela allait s'en dire ! Et sans l'aide de ces quatre mercenaires, la chose aurait été rendue bien plus ardue, il leur devait une fière chandelle. C'est donc le cœur léger et avec un sourire en coin qu'une fois hors de ce maudit palais, le mercenaire retira son casque pour gratifier une dernière fois le groupe qui l'avait aidé à vaincre cette sale bête d'un merci bien mérité et d'une promesse de leur prêter main forte dans le cas où ils auraient besoin d'aide un jour.

    - Bon, eh bien c'est ici que nos chemins se séparent... Vous m'avez évité bien des emmerdes avec cet insecte géant, je vous en dois une, merci pour le coup de pouce, vous êtes prometteurs, j'espère que Grakkus vous malmènera pas trop. Et puis... Il jeta un regard en direction de Jem mais se ravisa. Enfin bref, je vais pas vous déranger plus longtemps, bonne chance, vous allez en avoir besoin.

Sans un mot de plus, il renfila son casque et se dirigea vers son vaisseau l'air guilleret avec une musique dans les oreilles qu'il n'avait plus entendu depuis un bail... Cette mission avait été rafraîchissante sur tout un tas d'aspects. Il n'avait plus de dette vis à vis de cette saloperie de limace, il avait croisé des mercenaires sympathiques et il pouvait rajouter une nouvelle créature à son carnet de chasse... A ce rythme là il pouvait envisager une reconversion professionnelle dans la chasse aux gros. C'est en tous cas ce qu'il pensait lorsqu'il alluma son oreillette pour discuter avec Rooker de la chose, reprenant sans même s'en apercevoir ses vieilles habitudes et ses manies pré-Sabina Pavian... Les plaies n'étaient pas encore pansées, loin de là, mais il fallait bien commencer quelque part...

SEE YOU, SPACE COWBOY...
#40159
Image


La rencontre avec Grakkus n’était pas particulièrement amicale, comme on pouvait s’y attendre avec un Hutt. Quoi qu’il en soit, le petit groupe accompagnant Sareth resta assez confiant sur la suite de l’entrevue et pour cause, ils avaient rempli la mission. Le petit échange entre le Mandalorien et le Hutt confirma la chose et lorsque Rena sortit la tête du Démon des Sables, un petit silence se fit. La bête n’était plus une légende que les parents utilisaient pour effrayer leurs enfants, mais bien une créature que ce groupe venait de vaincre. Les choses se calmèrent assez rapidement et évidemment, la bestiole larvaire ne cherchait qu’à obtenir son précieux artéfact relié à la Force. A nouveau, la jeune padawan tendit l’objet de convoitise à une homme de main de Grakkus qui le lui amena sans attendre. La satisfaction pouvait presque se lire sur son visage et il partit dans un délire de chasseur avec Sareth, laissant les quatre autres invités passifs, attendant de voir ce qu’il y aurait pour eux en définitive.

Finalement, le Hutt les invita à se détendre au sein du palais, jusqu’à ce qu’il ait besoin d’eux. La première partie de la mission était un succès et l’infiltration au sein de l’entourage de Grakkus était une réussite. Il ne restait plus qu’à gagner un peu plus sa confiance afin de découvrir ce qu’il cachait avec ce Sith. Au final, faire cette mission avec Sareth avait été assez profitable pour les deux Jedis, même si cela avait sans doute été plus agréable pour l’une des deux. En attendant, le petit groupe s’inclina en guise de respect envers le Hutt et se retira. Ils récupérèrent leurs armes, pouvant désormais les porter dans l’enceinte du palais grâce à l’autorisation du maître des lieux. Toutefois, il était temps pour eux de dire au revoir au chasseur de primes et c’est donc avec le sourire pour les uns, et faisant la tête pour une autre qu’ils se firent leurs adieux.

« On te remercie beaucoup pour ce que tu as fait pour nous avec Grakkus. On arrivera à gérer les missions qu’il nous confiera et qui sait, dans quelques temps, tu entendras peut-être nos noms résonnés dans toute la galaxie. Ce n’est certainement qu’un au revoir … »

Sourire aux lèvres, Jem semblait convaincue que ce n’était pas la dernière fois que leurs routes se croiseraient. Rena ne desserra pas les dents une seconde, se contentant d’un soupir appuyé lorsque finalement Sareth s’éloigna. Il était temps pour eux de faire leur rapport à Maître Vos et de préparer la suite de l’opération. Pour se faire, Maav et Potri allaient rester sur Tatooine afin d’être les contacts avec Grakkus s’il venait à les faire demander. Ils auraient aussi peut-être l’opportunité de rencontrer d’autres hommes travaillant pour Grakkus et découvrir où ils entreposent les artéfacts liés à la Force. Bien sûr, tout cela avec une extrême prudence. Il valait bien mieux ne pas éveiller de soupçons plutôt que de découvrir quelque chose d’inexploitable pour le moment. Durant cette période, Rena et Jem poursuivraient leurs missions pour le Nouvel Ordre Jedi car ce n’était certainement pas le seul ennemi dont elles devaient se méfier. La galaxie redoublait de danger et en tant que défenseurs de la Lumière, elles se devaient d’aider les peuples partout, sans distinction. Rena avait appris beaucoup de choses également lors de cette mission et notamment vis-à-vis des Tuskens. Elle les avait toujours vu comme un peuple sanguinaire et barbare mais au final, il ne s’agissait que d’une tribu à la mentalité particulière qui voyait des étrangers violer leurs territoires sans arrêt.

D’un côté, cela lui avait permis à aborder les choses d’un autre point de vue, selon lequel une situation nécessitait de se mettre à la place de l’autre pour être mieux comprise. Sans réellement vouloir l’admettre, c’était également le cas vis-à-vis de Sareth qui malgré les rumeurs, ne devait pas être un tueur de Jedi sans vergogne. Il ne semblait pas être de ce genre après avoir passé quelques jours à ses côtés. Toutefois, elle ne pouvait s’empêcher de ne pas lui faire confiance, comme s’il avait usé d’une ruse pour séduire son Maître. Peut-être qu’avec le temps, elle finirait par comprendre que c’était plutôt l’inverse qui s’était produit mais bon, cela restera un bref murmure dans la nuit au fin fond de la galaxie.
#40532

~ Modération Flash ~

Sous les astres ardents de Tatooine, planétoïde rocailleux et poussiéreux prétendument inutile une énième prouesse venait d’être accompli par ceux qui viennent du ciel. Voilà qu’on ramène en trophée tablette remportée sous les honneurs des natifs et la caboche d’une bestiole mythique, tout ça pour les beaux yeux globuleux et cupide de son énormité, le bien nommé Grakkus. Pour les belles mercenaires et leurs comparses, sa colossale majesté ne manqua pas de leur trouver bien vite une utilité, leur renommée en prime ne cessa alors de grimper … rivalités et crispations en provenance de l’entourage barbousesque de sa sommité ne manqueraient pas à l'égard de ces dames, des étoiles montantes bien trop lumineuses pour ces terres austères. Les rumeurs feront bon voyage. Pour le preux chasseur de primes au grand cœur qui pensait repartir humblement sur son vaillant destrier après avoir conquis la belle et rembourser le truand, ce serait là manquer d’esprit, le Hutt ne lâchera pas prise, pareil mercenaire guère à son service ? Il ne saurait en être autrement et pour le ramener à lui la bête couronnée sait se montrer insistante et patiente.

Pour le moment tout était bien qui finissait bien …


Au batteur bourré

Au détour d’une cantina infâme, le genre de taudis pouilleux exclusivement garnis de souillons et de pochtrons minables. T’as entendu la n’velle ?Quoi donc ? Que le Gorga est cocu ? Pour sur sale histoire qu’est celle-là !T’es couillon toi, j’te cause du massacre d’une p’tite ville de pillards des sables !T'viens de me traiter de couillon ? Tu vas la prendre celle l… l’ivrogne trébuche comme un crottin de bantha sur la jupe d’une bonne dame. Tu crois qu’j’en a carrer quequ’chose de c’te sale race. essaye-t-il de bredouiller en se raccrochant aux bords d’une banquette. Bah tu devrais. Paraît qu’c’était pas du joli, d’habitude on s’en cogne m’enfin là fallait voir le charnier d'après les gars, paraîtrait qu'ça formait des formes étranges et qu'le sable était tellement imbibé d’sang que le tout est resté rouge pendant des semaines. Pire, parait qu'les pillards z'ont tellement eu la flipette qu'ils commencent à s'rassembler.C’est des conneries tout ça et pis ton truc de charnier, bah le vent aurait dû tout balayer en une journée …Rouge j’te dis qu'c'était, rouge ! Comment qu'tu peux savoir, t'y étais pas ?! ROUGE que j'te dis !

Les deux loques n’ajoutèrent plus rien qui n’eut mérité d’être soulevé aux oreilles attentives d’un étranger, un gaillard robuste, bien taillé, la peau tannée, les cheveux rattachés en cadenettes. Un type qui n'avait certainement rien à faire ici. Visiblement ce caillou inutile avait la fâcheuse tendance d’attirer à lui les pires tribulations de cette galaxie et celles-ci ne manquaient pas comme à leurs habitudes de toujours poindre par escadrille.




Briser ses chaînes

Le détachement de Sarah l'impressionna. Quand[…]

Opération Suzerain

SECUNDUS ANDO Midrimosatory, salon de […]